Le Kremlin critique Zoom, accusé de limiter l'accès au secteur public

Cette photo d'illustration montre le logo de l'application de réseau social Zoom. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 08 avril 2021

Le Kremlin critique Zoom, accusé de limiter l'accès au secteur public

  • Les « institutions publiques russes et les établissements d'enseignement supérieur sont privés de la possibilité de prolonger leurs contrats » avec Zoom
  • « Nous devons passer aux alternatives, elles existent. Nos opérateurs de plateformes similaires devront s'appliquer à compléter leurs services »

MOSCOU : Le Kremlin a critiqué mercredi le logiciel de visio-conférences américain Zoom, accusé de vouloir limiter l'accès au secteur public russe, et a appelé au développement de solutions alternatives russes. 

Les « institutions publiques russes, les établissements d'enseignement supérieur sont privés de la possibilité de prolonger leurs contrats » avec l'entreprise, a déclaré le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, en exprimant « regret et incompréhension », lors de son point de presse régulier. 

« Nous devons passer aux alternatives, elles existent. Nos opérateurs de plateformes similaires devront s'appliquer à compléter leurs services », a-t-il estimé, en précisant que le président Vladimir Poutine, lui, n'utilisait pas Zoom.

Le quotidien russe Kommersant a rapporté mercredi avoir pris connaissance d'une lettre dans laquelle Zoom aurait retiré à son distributeur russe le droit de vendre son logiciel aux agences gouvernementales et aux entités qui leurs sont liées.

L'authenticité du document a été confirmée au journal par Andreï Petrenko, patron de ce distributeur, RightConf, tout en précisant que les contrats existants se poursuivraient et que la mesure s'appliquait aux pays de la CEI, regroupant la plupart des ex-républiques soviétiques.

« Zoom reste engagé à servir les clients du marché russe et de la CEI. Nous sommes en train de faire évoluer notre approche à cette région, mais en attendant nos clients actuels et nouveaux, du secteur public comme du secteur privé, peuvent chercher à se procurer Zoom directement sur notre site web », a réagi un porte-parole de Zoom, contacté par l'AFP.

Selon plusieurs experts cités dans la presse russe, Zoom a pu décider de limiter ses opérations en Russie de peur d'être touché par les sanctions américaines contre Moscou.

Fin 2020, Microsoft avait refusé de vendre des logiciels à une université russe sous sanctions américaines pour avoir formé des spécialistes en armement.

« Si Zoom prend une telle décision (...), alors il est possible de bloquer ce service sur le territoire de notre pays en tant que mesure réciproque et symétrique », a déclaré Alexandre Bachkine, membre Conseil de la Fédération, chambre haute du Parlement, cité par l'agence de presse Ria.

D'autres voix russes ont affirmé que la Russie pouvait se passer de Zoom, dont les services sont devenus extrêmement populaires, comme partout dans le monde à la faveur de la pandémie, des mesures de confinement, de télétravail et d'enseignement distanciel.

Le ministre russe de l'Education, Sergueï Kravtsov, a déclaré que la Russie s'était récemment dotée du logiciel Sphérum: « Nous sommes donc prêts pour toute situation (...) le système éducatif ne dépend d'aucun logiciel en particulier », a-t-il affirmé, cité par l'agence TASS.

L'agence atomique d'Etat Rosatom a, elle, déclaré à Ria que « l'industrie nucléaire russe utilise sa propre plateforme fermée interne pour les communications ».


Joe Biden envoie une délégation américaine non officielle à Taïwan

Cette photo prise et publiée par le ministère taïwanais des Affaires étrangères (MOFA) le 14 avril 2021 montre l'ancien sénateur américain Christopher Dodd (à gauche) et le ministre taïwanais des Affaires étrangères Joseph Wu saluant l'arrivée d'une délégation américaine non officielle à l'aéroport Songshan de Taipei. (Handout / Ministère des Affaires étrangères de Taiwan / AFP)
Short Url
  • Taipei a indiqué que l'ancien sénateur Christopher Dodd et les anciens secrétaires d'Etat adjoints Richard Armitage et James Steinberg doivent atterrir mercredi après-midi à l'aéroport de la capitale
  • Cette visite d'une délégation américaine intervient à l'occasion du 42e anniversaire de cette loi que M. Biden avait signée lorsqu'il était un jeune sénateur

TAIPEI : Le président Joe Biden a envoyé mercredi à Taïwan une délégation non officielle d'anciens hauts responsables américains afin d'apporter le soutien des Etats-Unis à l'île qui fait face à des actions de plus en plus agressives de la part de Pékin.

Taipei a indiqué que l'ancien sénateur Christopher Dodd et les anciens secrétaires d'Etat adjoints Richard Armitage et James Steinberg doivent atterrir mercredi après-midi à l'aéroport de la capitale.

"Une fois de plus, cette visite prouve la relation solide entre Taïwan et les Etats-Unis", a déclaré Xavier Chang, porte-parole du bureau de la présidence. "Elle est aussi solide qu'un roc", a-t-il affirmé.

Taïwan, qui compte 23 millions d'habitants, est considérée par la Chine comme une province rebelle appelée à rentrer un jour dans son giron, par la force si nécessaire.

Pékin exerce une pression économique, diplomatique et militaire croissante sur les autorités taïwanaises pour tenter de maintenir l'île isolée sur la scène mondiale et s'irrite à chaque fois que des pays envoient des délégations ou maintiennent des contacts avec Taipei.

L'an passé, les avions militaires chinois ont fait un nombre record d'incursions dans la zone de défense de Taïwan. 

Lundi, un nombre sans précédent d'avions militaires chinois, 25 au total, ont pénétré dans la zone d'identification de défense aérienne de Taïwan.

Washington, qui reconnaît diplomatiquement Pékin depuis 1979, a maintenu des relations avec Taipei et reste son plus important soutien militaire. Une loi américaine oblige ainsi les Etats-Unis à aider l'île à se défendre en cas de conflit.

Cette visite d'une délégation américaine intervient à l'occasion du 42e anniversaire de cette loi que M. Biden avait signée lorsqu'il était un jeune sénateur. 

Par ailleurs, vendredi, le département d'Etat américain a publié de nouvelles directives permettant à des représentants américains de rencontrer plus facilement leurs homologues taïwanais.

Sous la présidence de Donald Trump, Washington a multiplié les contacts et les visites de hauts représentants à Taïwan  alors que les relations avec Pékin étaient au plus bas.

Depuis son arrivée au pouvoir, M. Biden a maintenu une ligne dure avec Pékin notamment en matière de droits de l'Homme et au sujet de sa politique menaçante envers Taïwan.


A Athènes, des couples gréco-turcs veulent rester à l'abri des querelles diplomatiques

Le directeur général du groupe français Dassault Aviation, Eric Trappier, la ministre française de la Défense, Florence Parly, le ministre grec de la Défense, Nikolaos Panagiotopoulos , et le chef d'état-major de l'armée de l'air grecque, le général de corps d'armée Georgios Blioumis, assistent à la signature d'un contrat pour un avion de combat Rafale, au ministère grec de la Défense, le 25 janvier 2021. La Grèce et la France ont signé un contrat de 2,5 milliards d'euros (3 milliards de dollars) pour des avions de combat le 25 janvier, dans le cadre d'un programme d'armement en plein essor visant à contrer les défis turcs. (LOUISA GOULIAMAKI / AFP)
Short Url
  • Le couple envisage le mariage, mais sans cérémonie religieuse. Elle est musulmane, lui orthodoxe, et aucun des deux ne compte se convertir
  • L’amour gréco-turc fait l’objet d’une pièce de théâtre "La République du Baklava", programmée au Festival Athènes-Épidaure en juillet

ATHÈNES : À Athènes, des couples gréco-turcs tentent de vivre leur amour à l’abri des incessantes querelles diplomatiques de leurs pays d'origine, avec l'espoir d'être "un pont" entre les deux voisins qui se disputent des zones maritimes réputées riches en hydrocarbures.

Au pied de la colline des Muses, la musique classique enveloppe l’appartement cossu que partagent Alexandros Massavetas et Cihan Tutluoglu, un couple homosexuel. Les bibliothèques regorgent d’ouvrages sur l’histoire de la Turquie, l’Empire byzantin et la mythologie grecque, des peintures d’Athènes et d’Istanbul décorent un intérieur où tout évoque les origines des deux hommes.

"Pendant longtemps, nous avons voulu échapper à nos pays respectifs. On se sentait étouffer", raconte Alexandros. Les mentalités conservatrices et le poids de la religion, de part et d'autre de la frontière, les ont poussé à vivre à l’étranger pendant plusieurs années. 

"On se définit plutôt comme des citoyens du monde. Moi, j’appartiens à un pays qui n’existe plus", résume Cihan pour évoquer une Turquie qu’il a quittée 15 ans plus tôt.

Leur rencontre dans une synagogue d’Istanbul, leur amour et leur mariage après 17 ans de relation n’a jamais souffert de contestations chez leurs proches à l’histoire commune, tour à tour sujets ottomans puis réfugiés, les uns pour échapper aux massacres des musulmans en Grèce, les autres chassés de Turquie.

Dans un mélange d’anglais et de français, leurs voix s’entremêlent à l’instar de leurs histoires. "Parfois, je me retiens sur des sujets de société ou des questions politiques parce qu’ici, je reste +le Turc+", explique Cihan.

La délimitation des frontières, la recherche d’hydrocarbures ou la crise migratoire ont ravivé ces derniers mois des désaccords historiques entre Ankara et Athènes. Le ministre grec des Affaires étrangères Nikos Dendias se rend en Turquie jeudi au sujet des délimitations de leurs zones exclusives économiques en mer Égée. 

Chypre, "principal point de friction"

C'est à Chypre que Merve Kocadal et Yorgos Taliadorous ont fait connaissance en 2017 sur un site de rencontre. L’île située aux confins de l’Europe, dont un tiers est occupé depuis 1974 par la Turquie, représente également un sujet de tension entre les deux pays et le "principal point de friction" entre Merve et la famille de Yorgos.

"Certaines conversations sont tendues et les voix s’élèvent un peu", admet pudiquement la jeune femme, mais "cela n’enlève rien à l’amour que l’on se porte".

Le couple envisage le mariage, mais sans cérémonie religieuse. Elle est musulmane, lui orthodoxe, et aucun des deux ne compte se convertir, même si leurs familles respectives attendent que les futurs enfants soient "musulmans" ou "baptisés à l'église". 

Theodoros Smpiliris et Ayca Kolukisa se sont mariés d’abord civilement en Grèce puis festivement en Turquie. "Pour mes parents, que Theo soit Grec ou orthodoxe n’a aucune importance. L’important est qu’il soit une bonne personne", se félicite Ayca.

Theodoros évoque lui un long cheminement dans son rapport à la Turquie: "A l’école, les livres d’histoire créaient un ressentiment. On a grandi avec l’idée que la Turquie était un ennemi".

"Ouzo et Loukoum"

Certains sujets politiques ou religieux suscitent des tensions dans l’entourage du couple, comme la reconversion de la Basilique Sainte-Sophie en mosquée, décidée par le président turc Recep Tayyip Erdogan à l’été 2020.

"Mais il suffit de se parler et de s’écouter pour apaiser les tensions. Notre famille est comme un pont entre les deux pays", résume Theodoros.

Et puis le couple a récemment créé un profil Instagram "Ouzo et Loukoum" pour "montrer aux Grecs les beautés qu’on a en Turquie, et aux Turcs les trésors de la Grèce", s’enthousiasme Ayca.

Selon les données de l’Autorité grecque des Statistiques (Elstat), 629 mariages gréco-turcs ont été recensés en Grèce entre 2010 et 2019.

Sukru Ilicak a découvert la Grèce dans les années 90 au rythme du Rebetiko, cette musique de l’exil chantée par les réfugiés grecs d’Asie mineure. Ce Turc s'y est installé définitivement en 2016 avec sa compagne grecque Olga Antonea.

"Nous partageons les mêmes valeurs et les mêmes orientations politiques. Ce ne sont pas les relations diplomatiques qui vont influencer notre couple", assure Sukru. Mais "si on peut vivre une relation amoureuse gréco-turque, pourquoi ce serait différent à grande échelle entre nos pays?", demande-t-il naïvement.

L’amour gréco-turc fait l’objet d’une pièce de théâtre "La République du Baklava", programmée au Festival Athènes-Épidaure en juillet.


Assaut du Capitole: un rapport critique la police

La dépouille de l'agent de la police du Capitole Brian D. Sicknick est transportée sur les marches de la façade est du Capitole pour être exposée dans la Rotonde le 2 février 2021 à Washington, DC. (Jim Lo Scalzo-Pool/Getty Images/AFP)
Short Url
  • La police du Capitole disposait d'informations l'avertissant que des partisans du président sortant Donald Trump, qui croyaient ses accusations de fraudes électorales à la présidentielle de novembre, représentaient une menace
  • Trois jours avant l'attaque, elle a reçu un bulletin de renseignement évaluant les risques de violences de la part des partisans de Donald Trump

WASHINGTON : La police du Capitole disposait avant l'attaque du 6 janvier de plus de renseignements que ce qui était admis jusqu'à présent mais a reçu l'ordre de ne pas faire usage de ses tactiques les plus puissantes, selon un rapport cité mardi soir par les médias américains.

Le rapport accablant de 104 pages de l'inspecteur général interne de la police du Capitole, Michael Bolton, conclut que les policiers ne se sont pas préparés ou n'ont pas réagi de manière adéquate à l'assaut meurtrier du siège du Congrès à Washington, ont rapporté le quotidien New York Times et la chaîne de télévision CNN.

La police du Capitole disposait d'informations l'avertissant que des partisans du président sortant Donald Trump, qui croyaient ses accusations de fraudes électorales à la présidentielle de novembre, représentaient une menace, indiquent ces médias en citant le rapport.

Trois jours avant l'attaque, elle a reçu un bulletin de renseignement évaluant les risques de violences de la part des partisans de Donald Trump.

"A la différence de précédentes manifestations post-électorales, la cible des manifestants pro-Trump pour le 6 ne sont pas les contremanifestants mais bien le Congrès lui-même", affirmait cette note.

Leur "propension à attirer des suprémacistes blancs, des milices et d'autres personnes prônant activement la violence pourrait conduire à une situation particulièrement dangereuse pour le maintien de l'ordre et le grand public en général", ajoutait la mise en garde.

Mais la police a reçu instruction de ne pas faire usage de ses méthodes les plus offensives de maîtrise des foules telles que les grenades assourdissantes, selon le rapport.

Un jour avant l'émeute, la police du Capitole écrivait dans son plan de gestion de la manifestation qu'il n'y avait "pas de menaces spécifiques connues liées à la session extraordinaire des deux Chambres prévue ce jour-là et au cours de laquelle devait être confirmée la victoire de Joe Biden sur Donald Trump.

Une audition du Congrès est prévue jeudi au sujet du rapport.