Une Grande-Bretagne globale à l'ère de la concurrence

Un drapeau britannique de l'Union Jack flotte devant le cadran de Big Ben à Londres, le 29 août 2019 (Photo, Reuters).
Short Url
Publié le Mercredi 31 mars 2021

Une Grande-Bretagne globale à l'ère de la concurrence

  • En sortant de l'Union européenne, la Grande-Bretagne a renoncé à jouer son rôle de pont entre les deux rives de l'Atlantique
  • Un rôle important attend les pays qui sont disposés à adopter des approches courageuses et pragmatiques

C'est en 1962 que l'ancien secrétaire d'État américain Dean Acheson a formulé cette remarque célèbre : la Grande-Bretagne «a perdu un empire sans réussir à se tailler un rôle». Cette déclaration a alors remué le couteau dans la plaie de la Grande-Bretagne, dont l’aura s’amenuisait. Aujourd'hui encore, en 2021, on peut parfois se demander si les Britanniques ont surmonté cette situation.

Pour parvenir à déterminer ce rôle, il a fallu faire couler des flots d'encre et engager des débats acharnés. Une nouvelle tentative visant à définir ce rôle a vu le jour ce mois-ci dans l'Examen intégré de la sécurité, de la défense, du développement et de la politique étrangère (Review of Security, Defence, Development and Foreign Policy), publié sous le titre «Global Britain in a Competitive Age» («Une Grande-Bretagne globale à l’ère de la concurrence»). Il s’agit d’une initiative du gouvernement britannique qui propose une voie que le Royaume-Uni pourrait emprunter sur la scène mondiale au lendemain du Brexit. La formule «Global Britain» («Grande-Bretagne globale») est la favorite des partisans les plus internationaux du Brexit, ceux qui désirent montrer que la Grande-Bretagne n'a pas relevé de pont-levis de l’autre côté de la Manche.

Par le passé, le rôle post-impérial de la Grande-Bretagne a souvent été décrit comme une alternative entre le fait que le Royaume-Uni constitue un noyau dur de l'Europe et le fait que ce pays soit l'allié numéro un des États-Unis, se rapprochant tantôt de l’un de ces pôles, tantôt de l’autre. Le Brexit est venu bouleverser ce scénario. En sortant de l'Union européenne, la Grande-Bretagne a renoncé à jouer son rôle de pont entre les deux rives de l'Atlantique. Elle entretient des relations complexes avec ses partenaires européens d'hier, tout en ayant exprimé son désaccord avec l'ancienne administration américaine, elle n’est pas forcément l'allié préféré de l'administration actuelle de Biden.

Ce document de cent cinq pages combine un réalisme pragmatique et une vision ambitieuse dans des domaines comme la science et la technologie. Hélas, il regorge de clichés exagérés qui ne dissimulent que très peu l'arrogance d’une Grande-Bretagne qui pense qu'elle détient encore les ressources nécessaires pour assumer un rôle militaire à l'échelle mondiale.

Les sections exagérément ambitieuses de cet «Examen intégré de la sécurité, de la défense, du développement et de la politique étrangère» concernent notamment le positionnement dans la région indopacifique. En dépit de la taille modeste de la marine et de l'armée britanniques, le rapport évoque la possibilité de déployer des troupes britanniques à l'autre bout du monde, ne serait-ce que pour assurer la liberté de navigation. Le décalage entre la rhétorique et la réalité semble immense. Par ailleurs, les moyens utilisés pour réaliser cet objectif tout en menant des opérations sur le front intérieur de l'Atlantique Nord ne sont pas clairement définis.

Cela dit, l'engagement économique dans la région indopacifique représente un objectif  tout à fait raisonnable compte tenu de son poids économique, qui équivaut à 40% du PIB mondial.

Une autre ambition a soulevé une vague de critiques : la décision d'augmenter de 40% les ogives nucléaires de la Grande-Bretagne. Il s'agit d'une résolution audacieuse, dans un climat de crise économique marquée par la pénurie de fonds. En effet, les électeurs ne seront probablement pas convaincus par ces milliards consacrés à des armes que personne ne souhaite utiliser.

Nombreux sont ceux qui décèlent une certaine hypocrisie dans cette approche, au moment même où le Royaume-Uni préconise le désarmement nucléaire. L'argument contraire consiste dans le fait que la dissuasion nucléaire aurait protégé la Grande-Bretagne depuis les années 1950 et que le renforcement des ogives nucléaires serait indispensable pour conserver la crédibilité de cette dissuasion, en raison des systèmes de défense antimissile plus avancés qui existent de nos jours, notamment ceux de la Russie.

Toutefois, le rapport s’avère bien plus réaliste et moins exubérant dans d'autres parties. Il insiste sur l’aspiration de ce pays, qui prend part à tous les grands forums multilatéraux internationaux, à devenir une «nation capable de résoudre les problèmes et de se partager les responsabilités». En outre, la cybersécurité revêt une importance indéniable pour assurer la sécurité et combattre la criminalité, mais également pour défendre la démocratie. Investir dans la technologie et la cybersécurité implique de réduire le nombre de navires et de soldats.

Par ailleurs, certains seront peut-être surpris par l'importance accordée au changement climatique. Le gouvernement «fera de la lutte contre le changement climatique et les menaces pesant sur la biodiversité sa priorité numéro un sur le plan international».

En effet, la Grande-Bretagne, qui accueillera la 26e Conférence des parties (CP) en novembre, a été la première puissance économique à fixer un objectif de zéro émission de carbone pour l'année 2050. Si la décarbonisation de l'économie mondiale représente un défi, l'Écosse fait figure de pionnière dans ce domaine : en 2020, 97,4% de ses besoins en électricité seront générés par des sources renouvelables.

Les droits de l'homme ont eu droit à une allusion, mais il ne faut pas s’attendre à une politique étrangère fondée sur les droits de l'homme comme certains le souhaiteraient. Le Royaume-Uni exprimera son inquiétude quant à la violation des droits de l'homme, mais sera-t-il disposé à agir pour la contrer? La Chine occupe une place importante dans cette équation. En effet, le Royaume-Uni vient de faire monter la pression en sanctionnant quatre responsables chinois, s’inquiétant de la situation des Ouïghours et de Hong Kong. D'autre part, dans une vidéo, le ministre des Affaires étrangères, Dominic Raab, a confié à des fonctionnaires que si le Royaume-Uni mettait trop l’accent sur les droits de l’homme dans ses relations commerciales avec les autres pays, cela l’empêcherait de «conclure beaucoup d'accords commerciaux avec les  futurs marchés en croissance». Espérer une cohérence est donc inutile.

Ce rapport nous rappelle certains points forts de la Grande-Bretagne souvent passés aux oubliettes en raison de la mauvaise gestion du Brexit et de la pandémie de coronavirus. Le soft power – concept de «manière douce» – du Royaume-Uni est classé parmi les meilleurs du monde, la BBC faisant partie des chaînes de télévision les plus fiables : elle est diffusée en 42 langues et 469 millions de personnes la regardent. Le corps diplomatique britannique occupe la quatrième place dans le monde. En dépit de cette décision récente qui consiste à réduire les aides à l'étranger, le Royaume-Uni demeure l'un des principaux donateurs intervenant dans les crises humanitaires les plus graves de la planète.

 

Aujourd’hui, la Grande-Bretagne est encore en quête d'un rôle à jouer. Certes, elle regorge de capacités, mais il lui incombe de relancer son économie une fois le Brexit finalisé et la pandémie terminée.
Chris Doyle

 

Il est vrai que le rapport laisse de nombreuses questions sans réponses ; toutefois, aucun rapport n’est à même de répondre à toutes les questions. Au moment où nous sortons de la plus grande zone de libre-échange du monde, il est étonnant de constater que peu de pages ont été consacrées aux relations futures avec l'Union européenne. Disons que ce rapport est en cours d'élaboration. Pourtant, une fois que la situation se sera à nouveau apaisée, après le Brexit, l'interaction du Royaume-Uni avec ses voisins les plus proches est un sujet qui devrait mériter davantage qu'une simple arrière-pensée.

Cet examen mérite néanmoins d'être étudié de près par les autres pays. S'il ne donne pas des réponses à tous les défis, il soulève pourtant des préoccupations auxquelles de nombreuses autres nations devront également faire face. Composer avec la superpuissance qu'est la Chine constitue l’une de ces préoccupations, la lutte contre le terrorisme en est une autre. Par ailleurs, le rapport met en garde contre une menace sérieuse: «Il est probable qu'un groupe terroriste soit en mesure de mettre au point une attaque CBRN [chimique, biologique, radiologique et nucléaire] d'ici à 2030.»

Aujourd’hui, la Grande-Bretagne est encore en quête d'un rôle à jouer. Certes, elle regorge de capacités, mais il lui incombe de relancer son économie une fois le Brexit finalisé et la pandémie terminée.

Ces dernières années, on lui a souvent reproché de disparaître de la scène internationale. Mais les dirigeants du monde, dans leur ensemble, ont été particulièrement discrets ces derniers temps. Un rôle important attend les pays qui sont disposés à adopter des approches courageuses et pragmatiques afin de relever les défis vertigineux auxquels nous sommes tous confrontés partout dans le monde.

Chris Doyle est directeur du Conseil pour la compréhension arabo-britannique à Londres.

Twitter: @Doylech

NDLR : L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com