Les passionnés au rendez-vous de la première séance de cinéma à New York depuis un an

L'AMC Empire 25 au large de Times Square est ouvert alors que les cinémas de New York rouvrent pour la première fois en un an après l'arrêt du coronavirus, le 5 mars 2021. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 06 mars 2021

Les passionnés au rendez-vous de la première séance de cinéma à New York depuis un an

  • « Netflix, c'est cool, mais rien ne vaut l'atmosphère d'un cinéma », affirme un cinéphile
  • Le gouverneur de l'Etat de New York a donné le feu vert pour un redémarrage vendredi avec une jauge maximum à 25% ou 50 personnes

NEW YORK : Ils étaient quelques centaines de passionnés à braver le froid ce vendredi matin pour retrouver les salles obscures à New York, autorisées à rouvrir après un an de pause, mais plusieurs cinémas sont restés fermés, échaudés par les limitations et l'absence de blockbuster.

« Netflix, c'est cool, mais rien ne vaut l'atmosphère d'un cinéma », s'est enthousiasmé Thomas Levesque, venu voir « Raya et le dragon » à la première séance, à 11H00, au multiplex AMC Empire, dans le quartier de Times Square. En plus, « ma télé n'est pas vraiment un énorme truc à écran plat. »

Le gouverneur de l'Etat de New York, où les cinémas avaient déjà été autorisés à rouvrir hors de la Grosse Pomme, a donné le feu vert pour un redémarrage vendredi avec une jauge maximum à 25% ou 50 personnes. Les salles de la capitale culturelle américaine étaient fermées depuis le 17 mars 2020 à la suite d'un décret du maire, Bill de Blasio. 

« Pour l'instant, 25%, ça me paraît bien », dit Thomas Levesque, âgé de 28 ans. « Mais j'imagine qu'ils vont augmenter la jauge d'ici l'été. »

« Je suis tellement content », piaffe Roy Evans, qui attendait de pouvoir voir « Judas and the Black Messiah » sur grand écran. « J'étais devenu une larve devant ma télé depuis un an. (...) C'est pas mal de se lever un peu de son fauteuil. »

L'acteur britannique Liam Neeson était annoncé dans un cinéma de l'Upper West Side pour accueillir et remercier personnellement les premiers spectateurs new-yorkais de son nouveau film « Le vétéran ». « C'est un jour à marquer d'une pierre blanche », a-t-il dit au magazine The Hollywood Reporter.

Pas de blockbuster

Le géant AMC, qui a rouvert ses 13 cinémas à New York vendredi, a appliqué un protocole sanitaire strict avec nettoyage des salles entre chaque séance et ventilation améliorée.

« J'ai deux masques, des lingettes, du gel hydroalcoolique. J'ai tout ! », lance Cindy, sexagénaire venue voir « Raya », qui dit ne pas craindre de transmission du coronavirus dans les cinémas. « Je pensais qu'il y aurait une longue queue, mais j'imagine que les gens sont au travail. »

A l'Angelika, dans Greenwich Village, seule une poignée de spectateurs se sont présentés pour la première projection de « Minari » ou « Nomadland », peu après 10H00, selon Joel, un employé qui n'a pas voulu donner son nom de famille. Mais neuf séances affichaient déjà complet plus tard dans la journée.

La réouverture du marché new-yorkais et la perspective d'une levée partielle des restrictions à Los Angeles d'ici quelques semaines « signifient que les studios vont pouvoir maintenir leurs films au calendrier et ne pas les proposer directement en streaming », a expliqué sur CNBC, Joseph Masher, président de l'antenne new-yorkaise de l'Association américaine des propriétaires de cinéma (NATO).

Mais à quelques rares exceptions près, comme « Godzilla vs Kong » fin mars, aucune grosse production n'est attendue avant mai, avec « Black Widow », « Cruella » et « Sans un bruit 2 ». 

« Il n'y a pas grand-chose à se mettre sous la dent », constate Andrew Elgart, qui a décidé de ne rouvrir qu'un seul de ses trois cinémas indépendants dans deux semaines, le week-end seulement. Les deux autres attendront la fin du mois.

Plusieurs cinémas sont ainsi restés fermés vendredi, notamment l'Alamo Drafthouse, dont la maison mère a déposé le bilan mercredi, ou ceux de la chaîne Regal, dont les plus de 500 succursales ont portes closes depuis quatre mois dans tout le pays.

Andrew Elgart dit ne pas avoir fait de calculs pour déterminer si la réouverture avait un sens économiquement. « Les chiffres ne veulent rien dire avant que les gens ne viennent », dit-il. « On essaye de remettre les choses en branle en ouvrant. On va voir. »


Oups! Lego confond le ramadan et l’Aïd

Un bazar du Moyen-Orient construit avec des blocs Lego. (Capture d'écran, YouTube)
Short Url
  • Bien que le mois sacré soit observé chaque année depuis plus de 14 siècles, quelques entreprises le confondent encore avec Aïd Al-Fitr
  • La plupart des commentaires sur la salutation, tout en reconnaissant l'effort déployé par LEGO, soulignent qu’il reste trente jours avant l'Aïd

LONDRES: Chaque année juste avant le début du ramadan, félicitations et salutations sont échangées en quantité industrielle avec la famille, les amis, les employés, ainsi que le grand public afin de célébrer le début du mois sacré.

Certaines entreprises profitent de cette période de célébration pour diffuser des vœux du ramadan, tout en commercialisant leurs produits.

Pourtant, et bien que le mois sacré soit observé chaque année depuis plus de quatorze siècles, quelques entreprises le confondent encore avec l'Aïd Al-Fitr, la fête qui marque la fin du ramadan.

En effet, le premier jour du mois cette année, le fabricant de jouets Lego a tweeté ce qui est probablement censé être un vœu pour le ramadan. «Faites-en une célébration inoubliable avec un jeu Lego, et préparez-vous à passer des bons moments en famille.»

Jusqu'ici tout va bien, non? Eh bien pas exactement! L'image jointe au tweet contient en effet «Eid Mubarak» au lieu de «Ramadan Kareem» d’une autre salutation traditionnelle.

Le public ne semblait pas trop perturbé par cette erreur. La plupart des commentaires sur la salutation, tout en reconnaissant l'effort déployé par Lego, soulignent qu’il reste trente jours avant l'Aïd.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le Festival international du film du Caire se déroulera en décembre 2021

L'actrice libanaise Nour pose sur le tapis rouge lors de la cérémonie d'ouverture de la 41ᵉ édition du Festival international du film du Caire (CIFF). AFP
Short Url
  • Le CIFF est non seulement le plus ancien et plus grand festival de films annuel de la région, mais aussi le seul au Moyen-Orient et en Afrique à être accrédité au niveau international
  • L’édition 2021, qui se déroulera du 1er au 10 décembre 2021, offrira également des prix à quinze projets cinématographiques

DUBAÏ: La 43ᵉ édition du Festival international du film du Caire (CIFF) se déroulera du 1er au 10 décembre 2021, selon une annonce faite cette semaine.

Le producteur de cinéma égyptien Mohamed Hefzy, président du Festival international du film du Caire, s’est exprimé dans un communiqué. «Les festivals de cinéma ont trouvé un moyen de s'adapter et de survivre, agissant comme une bouée de sauvetage pour les films et les cinéastes qui ont été touchés et mis au défi par la pandémie, faisant face à des risques tels que des interruptions de production ou la fermeture de salles de cinéma partout dans le monde. Très peu de festivals ont réussi à maintenir une édition physique, et nous sommes fiers de dire que Le Caire en fait partie, avec l’objectif de réaliser une édition encore plus réussie cette année», a-t-il affirmé.

L’édition 2021 offrira également des prix à quinze projets cinématographiques.

«L'équipe de programmation et la direction du festival sont ravies du défi que présente cette prochaine édition, et nous sommes impatients de présenter une programmation de films riche et diversifiée, ainsi qu’une sélection digne du public du festival, qui s’attend encore à davantage en termes de qualité et de surprises d’année en année», a ajouté Hefzy.

«Ces trois dernières années, nous nous sommes efforcés de réaliser toutes nos ambitions et nos plus grands succès au niveau de notre programmation, cela à travers les différentes plates-formes de soutien proposées aux professionnels par Cairo Industry Days, notamment Cairo Film Connection, qui a offert l'année dernière des prix évalués à près de 250 000 dollars (environ 210 millions d’euros) à quinze projets de qualité, très différents les uns des autres», a-t-il poursuivi dans le communiqué.

Comme pour les trois éditions précédentes, le festival comprendra également les Cairo Industry Days, axés sur le secteur, et son événement de cofinancement Cairo Film Connection.

L’édition de l’année dernière a présenté plus de 95 films provenant de plus de 40 pays.

Malgré les défis imposés par la pandémie de Covid-19 – notamment une diminution de la capacité d’accueil de 50%, en raison de la distanciation sociale –  le festival a vendu 30 000 billets, tandis que 200 invités internationaux étaient présents en 2020.

Le CIFF est non seulement le plus ancien et plus grand festival de films annuel de la région, mais aussi le seul au Moyen-Orient et en Afrique à être accrédité au niveau international.

En 2019, cet événement cinématographique est également devenu le premier festival du film arabe à signer l'engagement 5050 × 2020 pour l'égalité des sexes, s'engageant pour l’autonomisation des femmes et la transparence sur les questions de disparité entre les genres dans l'industrie cinématographique au Moyen-Orient.

Cette même année, le CIFF a obtenu le statut de festival qualificatif aux Oscars dans la catégorie courts métrages, devenant ainsi le seul festival d'Afrique du Nord à jouir de cette reconnaissance avec d’autres festivals prestigieux comme Cannes, Venise, ou Sundance.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur arabnews.com

 


J.K. Rowling revient avec un roman jeunesse en octobre

La romancière britannique J.K. Rowling, le 12 décembre 2019 à New York (Photo, AFP)
Short Url
  • Le titre du roman jeunesse n'est connu qu'en anglais: «The Christmas Pig», qui signifie «le cochon de Noël» 
  • La romancière britannique de 55 ans a vendu un demi-milliard d'exemplaires dans le monde des aventures du jeune sorcier Harry Potter, parues en sept tomes entre 1997 et 2007

PARIS: L'autrice de la saga romanesque « Harry Potter », J.K. Rowling, revient avec un roman jeunesse dont la sortie dans plus de 20 langues est prévue le 12 octobre, a annoncé mardi l'éditeur français Gallimard.  

Le titre n'est connu qu'en anglais: « The Christmas Pig », qui signifie « le cochon de Noël ». 

 

 

« Jack est très attaché à son cochon en peluche de petit garçon, avec lequel il partage tout depuis toujours, les bons comme les mauvais moments. Jusqu'à cette veille de Noël où se produit la catastrophe: le cochon est perdu », raconte Gallimard.  

La romancière britannique de 55 ans a vendu un demi-milliard d'exemplaires dans le monde des aventures du jeune sorcier Harry Potter, parues en sept tomes entre 1997 et 2007.  

Depuis, elle est passée à autre chose: plusieurs romans pour les adultes, et en 2020 un retour à la littérature jeunesse avec le conte « L'Ickabog ».  

« The Christmas Pig » vise un public de huit ans et plus, selon Gallimard Jeunesse.  

Il doit paraître chez Hachette Children's Group en version originale, et chez Scholastic pour l'Amérique du Nord.  

Toutes les autres grandes langues européennes verront la parution le même jour, ainsi que le chinois (Taïwan), l'hébreu, le japonais, le thaï et le turc.  

« Les lecteurs y découvriront une merveilleuse et trépidante aventure de Noël, et reconnaîtront l'art extraordinaire de J.K. Rowling », a affirmé l'éditrice Hedwige Pasquet, cité dans le communiqué.