Le nombre d'entreprises détenues par les Saoudiennes augmente de 60%

Le rapport place le Royaume au premier rang des principaux pays de la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord. (Photo, AFP/Archives)
Short Url
Publié le Vendredi 26 février 2021

Le nombre d'entreprises détenues par les Saoudiennes augmente de 60%

  • La Banque mondiale : le Royaume a adopté un ensemble de réformes législatives qui ont considérablement transformé la vie des femmes
  • L'Arabie saoudite a obtenu une note de 100 dans cinq des huit indicateurs clés mesurés par le rapport

RIYAD: L'Arabie saoudite est le premier pays parmi 190 économies au niveau de la réforme et de l’amélioration, dans le rapport de la Banque Mondiale intitulé «Women, Business and the Law 2021», avec un score de 80 sur 100, contre 70,6 de l'année dernière.

Le rapport place le Royaume au premier rang des principaux pays de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord.

L’Arabie saoudite continuera de réaliser des progrès dans le domaine de l’emploi des femmes, a déclaré mercredi à Al Arabiya le directeur régional de la Banque mondiale pour le CCG, Issam Abu Sulaiman.

«Le Royaume poursuit ses audacieuses réformes législatives liées aux femmes, malgré les défis posés par la pandémie de la Covid-19, qui se traduiront positivement dans la réalisation des objectifs de la Vision 2030», se rejouit-il.

Abou Sulaiman précise que le Royaume a adopté un ensemble de réformes législatives qui ont considérablement transformé la vie des femmes, notamment en levant les restrictions sur leur travail dans les secteurs industriels et dans les emplois de nuit, tels que les soins infirmiers.

Ces étapes ont contribué à faire avancer l’Arabie saoudite de la 70ième à la 80ième place dans l’indice mondial en l’espace d’un an. Le nombre d'entreprises dans le Royaume détenues par des femmes a augmenté de 60% au cours des deux dernières années.

Abou Sulaiman espère que les pays du Golfe suivront les efforts du Royaume dans ce sens, ajoutant que la participation des femmes dans le marché du travail en Arabie saoudite est passée de 22% à près de 30%.

Selon le rapport de la Banque mondiale, ce résultat confirme la force et l’élan soutenu des réformes législatives dans la réglementation concernant les femmes, sachant que le Royaume est parvenu à établir l’égalité des sexes dans tous les domaines d’emploi pour répondre aux besoins du marché du travail.

L'Arabie saoudite a obtenu une note de 100 dans cinq des huit indicateurs clés mesurés par le rapport: mobilité des femmes, retraite, entrepreneuriat, environnement de travail et salaire. Il a maintenu sa note précédente dans les trois autres indicateurs: le mariage, la garde des enfants, les actifs et les propriétés.

Les réformes des réglementations relatives aux femmes, avec leur portée historique, placent le Royaume parmi les économies développées.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur arabnews.com


L’unité de paiement d’Amazon soutient l’Égypte dans sa transition numérique

La forte dépendance de l’économie égyptienne à l’égard des transactions en espèces entrave les efforts déployés par le pays pour accroître les recettes fiscales (Photo, Shutterstock).
Short Url
  • Amazon Payment Services a annoncé qu’elle exonérerait de tous les frais les nouvelles entreprises souhaitant utiliser leur plate-forme en Égypte
  • Cette initiative soutiendrait les efforts de l’Égypte pour encourager la transition vers les paiements numériques dans un pays où l’argent liquide est généralement roi

RIYAD: Amazon Payment Services a annoncé qu’elle exonérerait de tous les frais les nouvelles entreprises souhaitant utiliser leur plate-forme en Égypte.

L’unité régionale de traitement des paiements du géant du commerce électronique a indiqué que cette initiative soutiendrait les efforts de l’Égypte pour encourager la transition vers les paiements numériques dans un pays où l’argent liquide est généralement roi.

Amazon a déclaré qu’il exonérerait les micro, petites et moyennes entreprises (MPME) de tous les frais de configuration du compte et des frais de maintenance pour son service de paiement numérique pendant tout le mois de ramadan jusqu’à la fin du mois de juin 2021.

«Nous sommes ravis de soutenir la Banque centrale d’Égypte (BCE) dans sa volonté d’aider les entreprises égyptiennes à se numériser et à se développer en ligne», affirme Omar Soudodi, directeur général d’Amazon Payment Services. «À l’heure où de nombreuses petites entreprises sont confrontées à des défis sans précédent en raison des restrictions et des mesures de distanciation sociale dues à la Covid-19, l’importance de renforcer leur présence en ligne n’a jamais été aussi grande.»

La forte dépendance de l’économie égyptienne à l’égard des transactions en espèces entrave les efforts déployés par le pays pour accroître les recettes fiscales, qui font partie de réformes économiques plus larges.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


LVMH commence l'année en dépassant ses ventes d'avant pandémie

Le début d'année est le premier après le rachat du joaillier américain Tiffany, pour quelque 13 milliards d'euros, et qui a permis de plus que doubler les ventes au premier trimestre. (Photo, AFP)
Short Url
  • Géographiquement, le groupe bénéficie d'une reprise très forte en Asie et dans une moindre mesure aux Etats-Unis. Mais l'Europe a chuté
  • LVMH a annoncé avoir enregistré 14 milliards d'euros de ventes au premier trimestre, soit une croissance de 32% par rapport à la même époque en 2020

PARIS: Le numéro un mondial du luxe LVMH, groupe aux 75 maisons dont Louis Vuitton, Dior et Dom Pérignon, a commencé l'année sur les chapeaux de roues avec des ventes excédant au premier trimestre celles de 2019, avant la pandémie.

LVMH a annoncé mardi avoir enregistré 14 milliards d'euros de ventes au premier trimestre, soit une croissance de 32% par rapport à la même époque en 2020 qui avait été marquée par le début de la pandémie. Mais surtout, le groupe a dépassé son premier trimestre de 2019, avant pandémie, dont les ventes avaient atteint 12,5 milliards d'euros.

Le groupe qui avait déjà limité la baisse de ses ventes et de sa rentabilité en 2020 grâce à une forte reprise en Asie connaît une croissance dans tous ses groupes d'activités excepté la distribution sélective (Séphora, Le Bon Marché, le Duty Free Shoper) qui, pour cause de fermeture de magasins en Europe et l'absence de voyages internationaux, voit ses ventes reculer. 

Le groupe est toujours tiré par les performances de sa division-phare Mode et Maroquinerie. 

Mais le début d'année est le premier après le rachat du joaillier américain Tiffany, pour quelque 13 milliards d'euros, et qui a permis de plus que doubler les ventes au premier trimestre.

Le Champagne tire aussi son épingle du jeu. Le groupe, via Moët Hennessy, a pris en février une participation de 50% dans la marque de Champagne du célèbre rappeur et producteur américain Jay-Z.

Géographiquement, le groupe bénéficie d'une reprise très forte en Asie (+86% par rapport à 2020) et dans une moindre mesure aux Etats-Unis. Mais l'Europe a chuté, de 9% par rapport à 2020 et 18% par rapport à 2019.

«Dans un contexte qui reste encore perturbé, LVMH dispose des meilleurs atouts pour s’appuyer en 2021 sur la reprise espérée et retrouver une dynamique de croissance pour l’ensemble de ses métiers», conclut le groupe dans son communiqué.


Le ministère saoudien des Finances lance une plate-forme de réclamations financières pour le secteur privé

Le ministère des Finances a déclaré que cette nouvelle plate-forme permettrait aux projets d'être mis en œuvre de manière transparente et efficace (Shutterstock)
Short Url
  • Les entrepreneurs et les fournisseurs du secteur privé pourront désormais soumettre leurs réclamations financières directement aux agences gouvernementales
  • Le ministère des Finances a déclaré que cette nouvelle plate-forme permettrait aux projets d'être mis en œuvre de manière transparente et efficace

RIYAD: Le ministère saoudien des Finances a lancé un service en ligne pour traiter les réclamations des entrepreneurs et des fournisseurs. 

La plate-forme Etimad a été créée en partenariat avec le Centre national pour les systèmes de ressources gouvernementales (NCGR), précise l'Agence de presse saoudienne. 

Les entrepreneurs et les fournisseurs du secteur privé pourront soumettre leurs réclamations financières directement aux agences gouvernementales, a expliqué le PDG du NCGR, Ahmed Alsuwaiyan. 

Les grands projets de construction génèrent habituellement un certain nombre de réclamations contractuelles occasionnées par des circonstances imprévues comme des changements des conceptions originales, ou d'autres facteurs provoqués par le client, l'entrepreneur ou les deux. 

Le ministère des Finances a déclaré que cette nouvelle plate-forme permettrait aux projets d'être mis en œuvre de manière transparente et efficace. 

La formation d’Etimad intervient alors que le gouvernement saoudien encourage davantage d'entreprises du secteur privé à s'impliquer dans les grands projets prévus dans tout le Royaume. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur arabnews.com