Boeing écope d'une amende de 6,6 millions de dollars pour manquements à la sécurité

Logo de Boeing. (Photo, AFP/Archives)
Short Url
Publié le Vendredi 26 février 2021

Boeing écope d'une amende de 6,6 millions de dollars pour manquements à la sécurité

  • L'agence fédérale reproche aussi à des responsables de Boeing d'avoir exercé une pression excessive sur des employés
  • Cette amende tombe au moment où un avion Boeing, le 777, fait les gros titres après une avarie spectaculaire la semaine dernière à Denver

NEW YORK : Le gendarme américain de l'aviation, la FAA, a annoncé jeudi avoir infligé à Boeing une amende de 6,6 millions de dollars pour divers manquements à la sécurité, dont 5,4 millions pour ne pas avoir mis en œuvre certaines conditions d'un accord datant de 2015.

L'agence fédérale reproche aussi à des responsables de Boeing d'avoir exercé une pression excessive sur des employés effectuant des tâches au nom du régulateur dans son usine en Caroline du Sud, notamment lors d'une inspection d'un Boeing 787 « Dreamliner » en février 2020, détaille un communiqué.

Des défauts de fabrication sur cet appareil ont été découverts à l'été, poussant le constructeur à retarder des livraisons.

Pour Boeing, les pénalités annoncées jeudi « résolvent équitablement les sanctions civiles déjà annoncées tout en tenant compte des améliorations continues des processus de sécurité, de qualité et de conformité », selon un message transmis à l'AFP.

Cette amende tombe au moment où un avion Boeing, le 777, fait les gros titres après une avarie spectaculaire la semaine dernière à Denver. L'incident, qui n'a fait aucune victime humaine, a aussi braqué les projecteurs sur les relations entre l'avionneur et son principal régulateur.

Pression

Selon l'accord passé en 2015 avec la FAA, Boeing « s'était engagé à modifier ses processus internes pour améliorer et donner la priorité aux respects des normes réglementaires ».

Or le constructeur, qui avait déjà payé une amende de 12 millions de dollars à l'époque, « n'a pas atteint certains de ses objectifs », et « certains responsables de l'entreprise n'ont pas donné la priorité aux respects des règles de la FAA », estime le régulateur.

« J'ai répété à maintes reprises aux dirigeants de Boeing que la société devait donner la priorité à la sécurité et au respect des normes », a relevé le patron de l'autorité, Steve Dickson, dans le communiqué.

Selon un accord entre les autorités et le constructeur, des employés de Boeing peuvent par ailleurs, au nom de la FAA, procéder à l'inspection des avions et émettre des certificats de navigabilité.

Or entre novembre 2017 et juillet 2019, certains de ces employés étaient sous la direction de personnes non habilitées par la FAA. De plus, entre septembre 2018 et mai 2019, des employés ont été soumis à une pression indue de la part de cadres de Boeing, estime la FAA.

Le constructeur a écopé d'une amende de 1,1 million de dollars pour ces manquements.

Une autre pénalité, de 184 522 dollars, est liée plus spécifiquement à l'inspection du 787 de février 2020.

La FAA, décrié pour son inaction dans la crise de deux accidents mortels du 737 MAX, est de nouveau sur la sellette après une avarie spectaculaire dans l'ouest des Etats-Unis d'un Boeing 777 équipé de moteurs Pratt & Whitney.

L'autorité a révélé avoir envisagé d'imposer des inspections plus strictes sur ces moteurs après un incident sur un vol Japan Airlines fin 2020.

Le ministère américain des Transports a aussi publié un rapport mercredi, suite aux accidents du 737 MAX, estimant que la FAA devait améliorer et renforcer ses inspections des nouveaux avions.


A Athènes, des couples gréco-turcs veulent rester à l'abri des querelles diplomatiques

Le directeur général du groupe français Dassault Aviation, Eric Trappier, la ministre française de la Défense, Florence Parly, le ministre grec de la Défense, Nikolaos Panagiotopoulos , et le chef d'état-major de l'armée de l'air grecque, le général de corps d'armée Georgios Blioumis, assistent à la signature d'un contrat pour un avion de combat Rafale, au ministère grec de la Défense, le 25 janvier 2021. La Grèce et la France ont signé un contrat de 2,5 milliards d'euros (3 milliards de dollars) pour des avions de combat le 25 janvier, dans le cadre d'un programme d'armement en plein essor visant à contrer les défis turcs. (LOUISA GOULIAMAKI / AFP)
Short Url
  • Le couple envisage le mariage, mais sans cérémonie religieuse. Elle est musulmane, lui orthodoxe, et aucun des deux ne compte se convertir
  • L’amour gréco-turc fait l’objet d’une pièce de théâtre "La République du Baklava", programmée au Festival Athènes-Épidaure en juillet

ATHÈNES : À Athènes, des couples gréco-turcs tentent de vivre leur amour à l’abri des incessantes querelles diplomatiques de leurs pays d'origine, avec l'espoir d'être "un pont" entre les deux voisins qui se disputent des zones maritimes réputées riches en hydrocarbures.

Au pied de la colline des Muses, la musique classique enveloppe l’appartement cossu que partagent Alexandros Massavetas et Cihan Tutluoglu, un couple homosexuel. Les bibliothèques regorgent d’ouvrages sur l’histoire de la Turquie, l’Empire byzantin et la mythologie grecque, des peintures d’Athènes et d’Istanbul décorent un intérieur où tout évoque les origines des deux hommes.

"Pendant longtemps, nous avons voulu échapper à nos pays respectifs. On se sentait étouffer", raconte Alexandros. Les mentalités conservatrices et le poids de la religion, de part et d'autre de la frontière, les ont poussé à vivre à l’étranger pendant plusieurs années. 

"On se définit plutôt comme des citoyens du monde. Moi, j’appartiens à un pays qui n’existe plus", résume Cihan pour évoquer une Turquie qu’il a quittée 15 ans plus tôt.

Leur rencontre dans une synagogue d’Istanbul, leur amour et leur mariage après 17 ans de relation n’a jamais souffert de contestations chez leurs proches à l’histoire commune, tour à tour sujets ottomans puis réfugiés, les uns pour échapper aux massacres des musulmans en Grèce, les autres chassés de Turquie.

Dans un mélange d’anglais et de français, leurs voix s’entremêlent à l’instar de leurs histoires. "Parfois, je me retiens sur des sujets de société ou des questions politiques parce qu’ici, je reste +le Turc+", explique Cihan.

La délimitation des frontières, la recherche d’hydrocarbures ou la crise migratoire ont ravivé ces derniers mois des désaccords historiques entre Ankara et Athènes. Le ministre grec des Affaires étrangères Nikos Dendias se rend en Turquie jeudi au sujet des délimitations de leurs zones exclusives économiques en mer Égée. 

Chypre, "principal point de friction"

C'est à Chypre que Merve Kocadal et Yorgos Taliadorous ont fait connaissance en 2017 sur un site de rencontre. L’île située aux confins de l’Europe, dont un tiers est occupé depuis 1974 par la Turquie, représente également un sujet de tension entre les deux pays et le "principal point de friction" entre Merve et la famille de Yorgos.

"Certaines conversations sont tendues et les voix s’élèvent un peu", admet pudiquement la jeune femme, mais "cela n’enlève rien à l’amour que l’on se porte".

Le couple envisage le mariage, mais sans cérémonie religieuse. Elle est musulmane, lui orthodoxe, et aucun des deux ne compte se convertir, même si leurs familles respectives attendent que les futurs enfants soient "musulmans" ou "baptisés à l'église". 

Theodoros Smpiliris et Ayca Kolukisa se sont mariés d’abord civilement en Grèce puis festivement en Turquie. "Pour mes parents, que Theo soit Grec ou orthodoxe n’a aucune importance. L’important est qu’il soit une bonne personne", se félicite Ayca.

Theodoros évoque lui un long cheminement dans son rapport à la Turquie: "A l’école, les livres d’histoire créaient un ressentiment. On a grandi avec l’idée que la Turquie était un ennemi".

"Ouzo et Loukoum"

Certains sujets politiques ou religieux suscitent des tensions dans l’entourage du couple, comme la reconversion de la Basilique Sainte-Sophie en mosquée, décidée par le président turc Recep Tayyip Erdogan à l’été 2020.

"Mais il suffit de se parler et de s’écouter pour apaiser les tensions. Notre famille est comme un pont entre les deux pays", résume Theodoros.

Et puis le couple a récemment créé un profil Instagram "Ouzo et Loukoum" pour "montrer aux Grecs les beautés qu’on a en Turquie, et aux Turcs les trésors de la Grèce", s’enthousiasme Ayca.

Selon les données de l’Autorité grecque des Statistiques (Elstat), 629 mariages gréco-turcs ont été recensés en Grèce entre 2010 et 2019.

Sukru Ilicak a découvert la Grèce dans les années 90 au rythme du Rebetiko, cette musique de l’exil chantée par les réfugiés grecs d’Asie mineure. Ce Turc s'y est installé définitivement en 2016 avec sa compagne grecque Olga Antonea.

"Nous partageons les mêmes valeurs et les mêmes orientations politiques. Ce ne sont pas les relations diplomatiques qui vont influencer notre couple", assure Sukru. Mais "si on peut vivre une relation amoureuse gréco-turque, pourquoi ce serait différent à grande échelle entre nos pays?", demande-t-il naïvement.

L’amour gréco-turc fait l’objet d’une pièce de théâtre "La République du Baklava", programmée au Festival Athènes-Épidaure en juillet.


Assaut du Capitole: un rapport critique la police

La dépouille de l'agent de la police du Capitole Brian D. Sicknick est transportée sur les marches de la façade est du Capitole pour être exposée dans la Rotonde le 2 février 2021 à Washington, DC. (Jim Lo Scalzo-Pool/Getty Images/AFP)
Short Url
  • La police du Capitole disposait d'informations l'avertissant que des partisans du président sortant Donald Trump, qui croyaient ses accusations de fraudes électorales à la présidentielle de novembre, représentaient une menace
  • Trois jours avant l'attaque, elle a reçu un bulletin de renseignement évaluant les risques de violences de la part des partisans de Donald Trump

WASHINGTON : La police du Capitole disposait avant l'attaque du 6 janvier de plus de renseignements que ce qui était admis jusqu'à présent mais a reçu l'ordre de ne pas faire usage de ses tactiques les plus puissantes, selon un rapport cité mardi soir par les médias américains.

Le rapport accablant de 104 pages de l'inspecteur général interne de la police du Capitole, Michael Bolton, conclut que les policiers ne se sont pas préparés ou n'ont pas réagi de manière adéquate à l'assaut meurtrier du siège du Congrès à Washington, ont rapporté le quotidien New York Times et la chaîne de télévision CNN.

La police du Capitole disposait d'informations l'avertissant que des partisans du président sortant Donald Trump, qui croyaient ses accusations de fraudes électorales à la présidentielle de novembre, représentaient une menace, indiquent ces médias en citant le rapport.

Trois jours avant l'attaque, elle a reçu un bulletin de renseignement évaluant les risques de violences de la part des partisans de Donald Trump.

"A la différence de précédentes manifestations post-électorales, la cible des manifestants pro-Trump pour le 6 ne sont pas les contremanifestants mais bien le Congrès lui-même", affirmait cette note.

Leur "propension à attirer des suprémacistes blancs, des milices et d'autres personnes prônant activement la violence pourrait conduire à une situation particulièrement dangereuse pour le maintien de l'ordre et le grand public en général", ajoutait la mise en garde.

Mais la police a reçu instruction de ne pas faire usage de ses méthodes les plus offensives de maîtrise des foules telles que les grenades assourdissantes, selon le rapport.

Un jour avant l'émeute, la police du Capitole écrivait dans son plan de gestion de la manifestation qu'il n'y avait "pas de menaces spécifiques connues liées à la session extraordinaire des deux Chambres prévue ce jour-là et au cours de laquelle devait être confirmée la victoire de Joe Biden sur Donald Trump.

Une audition du Congrès est prévue jeudi au sujet du rapport.


Biden et les Occidentaux mettent en garde Poutine sur l'Ukraine

Devant l'accumulation de troupes russes à la frontière ukrainienne, des consultations d'urgence ont eu lieu mardi à Berlin puis à l'Otan. (Photo, AFP)
Short Url
  • Moscou et Washington prêts à «poursuivre le dialogue» pour garantir la sécurité mondiale, affirme le Kremlin
  • Biden demande au chef du Kremlin de «faire baisser les tensions» sur Kiev et lui propose un sommet dans « un pays tiers »

WASHINGTON: Joe Biden a demandé mardi à Vladimir Poutine de « faire baisser les tensions » en Ukraine, ajoutant sa voix aux messages de fermeté adressés par les Occidentaux face aux démonstrations de force de la Russie.

Le président américain « a souligné le soutien inébranlable des Etats-Unis à la souveraineté et à l'intégrité territoriale de l'Ukraine », a indiqué la Maison Blanche, relatant une conversation téléphonique entre les deux dirigeants. Les deux dirigeants sont convenus de « poursuivre le dialogue » pour garantir la sécurité mondiale, a dit le Kremlin.

Devant l'accumulation de troupes russes à la frontière ukrainienne, des consultations d'urgence ont eu lieu mardi à Berlin puis à l'Otan.

Washington a annoncé une première mesure avec l'envoi « dès cet automne » de 500 militaires supplémentaires en Allemagne, par la voix du secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin, après une réunion à Berlin avec son homologue allemande Annegret Kramp-Karrenbauer.

« Le renforcement militaire considérable de la Russie est injustifié, inexplicable et profondément préoccupant », a averti de son côté le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, après avoir reçu à Bruxelles le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kuleba.

Le responsable ukrainien, qui s'est également entretenu avec son homologue américain Antony Blinken, a exhorté les Occidentaux à « décourager Moscou de toute nouvelle escalade, notamment en faisant comprendre que le coût de toute nouvelle aventure militaire serait trop élevé ».

Arrivé dans la capitale belge dans le cadre de ce ballet diplomatique, le secrétaire d'Etat américain a aussi évoqué cette crise avec le chef de la diplomatie de l'Union européenne Josep Borrell. Les deux hommes ont exprimé leur « profonde inquiétude » sur les mouvements de troupes russes, selon un communiqué européen.

MM. Blinken et Austin doivent s'entretenir mercredi, depuis Bruxelles, à une réunion par visioconférence avec leurs homologues des pays de l'Alliance atlantique.

Ces tensions sur le dossier ukrainien viennent encore alourdir la relation entre Washington et Moscou en ces premiers mois du mandat de Joe Biden.

Adepte d'une diplomatie franche et directe, le président démocrate n'avait pas hésité le mois dernier à qualifier son homologue de « tueur ».

Lors de leur conversation mardi, Joe Biden a proposé à Vladimir Poutine un sommet dans un pays tiers « dans les prochains mois », selon la Maison Blanche.

Les deux dirigeants sont convenus de « poursuivre le dialogue » pour garantir la sécurité mondiale, a dit le Kremlin.

Mais Moscou a aussi accusé mardi l'Otan de mener des activités « menaçantes », et a soutenu avoir été contraint de « prendre les mesures appropriées ».

Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a précisé avoir transféré en trois semaines « deux armées et trois unités de troupes aéroportées aux frontières ouest de la Russie pour des exercices ». Il n'a pas précisé le lieu de ce déploiement. 

L'Ukraine craint que le Kremlin ne cherche un prétexte pour l'attaquer. Kiev a accusé la Russie d'avoir massé plus de 80 000 soldats près de sa frontière orientale et en Crimée, annexée par Moscou en 2014, après l'arrivée de pro-Occidentaux au pouvoir à Kiev.

« Il y a plus de troupes russes massées à la frontière qu'à aucun moment depuis 2014, lors de la première invasion russe », avait souligné dimanche Antony Blinken.

Moscou a de son côté mis en garde l'Otan et les Etats-Unis contre le risque de transformer l'Ukraine en « poudrière » avec le soutien apporté au renforcement des capacités de défense de Kiev.

Dans leur rapport annuel sur les menaces contre les Etats-Unis, les services de renseignement américains ont estimé que la Russie allait « poursuivre ses efforts de déstabilisation contre l'Ukraine » mais qu'elle ne voulait pas d'un « conflit direct » avec Washington.

Les combats sur le front ukrainien, qui étaient quasiment à l'arrêt depuis une trêve conclue à l'été 2020, ont repris avec intensité ces dernières semaines.

« L'Otan est aux côtés de l'Ukraine », a réaffirmé Jens Stoltenberg. « Son soutien est bien concret. Il ne s'agit pas de simples paroles », a-t-il assuré. L'Alliance aide ainsi l'Ukraine à moderniser et à renforcer sa sécurité et sa défense.

Il est resté en revanche prudent dans sa réponse à l'appel du président ukrainien Volodymyr Zelensky d'accélérer l'adhésion de son pays à l'Otan afin d'envoyer un « vrai signal » à la Russie.

« Les trente alliés décideront à quel moment l'Ukraine remplit les conditions pour adhérer », a-t-il déclaré. « L'Ukraine a le droit de choisir sa voie. Personne n'a le droit de s'ingérer dans ce processus », a-t-il toutefois lancé à l'adresse de Moscou.