Le monument du cinéma français Gérard Depardieu mis en examen pour «viols»

L’acteur français Gérard Depardieu (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 24 février 2021

Le monument du cinéma français Gérard Depardieu mis en examen pour «viols»

  • La plaignante avait obtenu en août 2020 que cette enquête, d'abord classée par le parquet de Paris en juin 2019, soit relancée et confiée à une juge d'instruction
  • Gérard Depardieu, qui a été laissé libre sans contrôle judiciaire, « conteste totalement les faits qui lui sont reprochés », a indiqué son avocat

PARIS: Plus de deux ans et demi après sa plainte visant Gérard Depardieu, une comédienne d'une vingtaine d'années a obtenu la mise en examen du monstre sacré du cinéma français pour deux « viols » qui dateraient d'août 2018, ce que l'acteur conteste.

La plaignante avait obtenu en août 2020 que cette enquête, d'abord classée par le parquet de Paris en juin 2019, soit relancée et confiée à une juge d'instruction.

Lors d'un interrogatoire le 16 décembre, la magistrate a estimé qu'il existait des « indices grave ou concordants » que le monument du cinéma tricolore, aujourd'hui âgé de 72 ans, ait pu commettre les faits dénoncés et l'a donc mis en examen pour « viols » et « agressions sexuelles », a appris mardi de source proche du dossier, confirmé par une source judiciaire.

L'avocat de l'acteur, Me Hervé Témime, contacté, a « déploré que cette information soit rendue publique. »

Gérard Depardieu, qui a été laissé libre sans contrôle judiciaire, « conteste totalement les faits qui lui sont reprochés », a indiqué son avocat.

Ce nouveau statut de mis en examen donne à Gérard Depardieu la possibilité de se défendre activement au cours de la procédure mais fait planer la menace d'un éventuel procès contre lui.

La jeune actrice d'une vingtaine d'années avait initialement déposé plainte en se rendant à la gendarmerie de Lambesc (Bouches-du-Rhône) peu de temps après les faits. 

Sur procès-verbal, elle accusait l'acteur de deux viols et d'agressions sexuelles qui se seraient déroulés au domicile parisien de la star, un hôtel particulier du VIe arrondissement, les 7 et 13 août 2018.

Selon une source proche du dossier, l'acteur est un ami de la famille de la victime. « Il n'y avait absolument rien de professionnel là-dedans », a affirmé cette source, alors que la presse avait initialement évoqué une répétition de théâtre.

La procédure judiciaire contre l'acteur français avait été rapatriée à Paris. 

Entre ombres et lumières

Célèbre pour son jeu instinctif et sa boulimie de travail - plus de 200 films au cinéma et à la télévision -, l'un des acteurs français les plus connus au monde a interprété de multiples personnages, dont la plupart des grands héros de la littérature nationale, de Cyrano de Bergerac au Jean Valjean des « Misérables », en passant par Edmond Dantès (« Le Comte de Monte Cristo »).

Né le 27 décembre 1948 à Châteauroux (centre), Gérard Depardieu connaît une adolescence perturbée, marquée par la délinquance et les petits boulots, avant de découvrir le théâtre à Paris.

Connu pour son goût de la bonne chère et sa passion de la vigne, Gérard Depardieu s'illustre aussi par ses comportements outranciers qui ont mené à de nombreux scandales et fait de lui un habitué de la rubrique faits-divers.

Comme lorsqu'il assomme un paparazzi à Florence en 2005, urine dans la cabine d'un vol Paris-Dublin en 2011, frappe un automobiliste en plein Paris en 2012.

Fin 2012, il défraie une nouvelle fois la chronique en annonçant qu'il « rend » son passeport pour protester contre l'imposition des plus riches, et, après avoir opté pour un exil fiscal en Belgique, acquiert la citoyenneté russe.

« Je trouve ça normal de payer, mais pas à des cons qui pensent qu'ils font le bien », déclarait-il en 2014 à l'hebdomadaire Le Point.

Le 4 juin 2019, le ministère public avait toutefois classé sans suite ses neuf mois d'enquête préliminaire en expliquant que « les nombreuses investigations réalisées » n'avaient « pas permis de caractériser les infractions dénoncées dans tous leurs éléments constitutifs ».

Une confrontation entre l'acteur et la jeune comédienne, jamais ébruitée jusqu'ici, avait notamment eu lieu dans les locaux de la police judiciaire parisienne, a indiqué une source proche du dossier.

La plaignante a ensuite obtenu mi-août 2020 la reprise de l'enquête via une plainte avec constitution de partie civile, un recours qui permet la désignation quasi automatique d'un juge pour relancer les investigations.

Contactée, l'avocate de la plaignante, Me Elodie Tuaillon-Hibon, a demandé que « l'intimité et la vie privée de (sa) cliente soient préservées ».

Père de quatre enfants, dont l'acteur Guillaume Depardieu décédé en 2008, il a acquis une immense notoriété internationale au fil de sa carrière, en dépit de ses sorties et de dérapages qui ont parfois défrayé la chronique.

Outre sa carrière cinématographique, Gérard Depardieu mène de front d'autres activités : vigneron, entrepreneur dans la gastronomie, il a aussi mené une discrète carrière de chanteur. 

Le président Vladimir Poutine lui a accordé la citoyenneté russe début 2013 et l'acteur s'est converti à l'orthodoxie en 2020.


Qualifié de «militant islamiste», Taha Bouhafs porte plainte contre Eric Zemmour pour «injure»

Le journaliste franco-algérien et militant antiraciste Taha Bouhafs pose lors d'une séance photo à Paris le 21 février 2020. (Photo, AFP)
Short Url
  • La plainte vise également un responsable de Cnews en tant que directeur de publication du site internet de la chaîne
  • Eric Zemmour a été condamné à plusieurs reprises par les tribunaux, dont la dernière fois pour incitation à la haine raciale fin septembre

PARIS : Le journaliste Taha Bouhafs a porté plainte vendredi pour « injure publique » contre le polémiste Eric Zemmour qui l'a qualifié de « militant islamiste » et contre la chaîne Cnews, selon le texte de cette plainte.

Le journaliste de 23 ans reproche à Eric Zemmour d'avoir dit de lui le 30 novembre sur la chaîne Cnews ceci : « Monsieur Bouhafs qui s'appelle journaliste et qui est en fait militant (...). Vous allez pas me dire que lui n'est pas un militant, un militant indigéniste, un militant islamiste ».

D'après cette plainte avec constitution de partie civile déposée vendredi à Paris, qualifier M. Bouhafs de « militant islamiste » n'est pas « anodin » dans « le contexte actuel ».

« Ces propos ne peuvent que renvoyer à la vague d'attentats commis dans les semaines précédant la diffusion de l'émission » litigieuse, avec des attaques à Paris, à Conflans-Sainte-Honorine et à Nice, explique la plainte de l'avocat de M. Bouhafs, Me Arié Alimi.

La plainte vise également un responsable de Cnews en tant que directeur de publication du site internet de la chaîne.

Dans un avis adopté en janvier, le Conseil de déontologie journalistique et de médiation (CDJM), indépendant de l'Etat, avait critiqué cette séquence.

Eric Zemmour est un pilier de la chaîne d'info CNews. Il a été condamné à plusieurs reprises par les tribunaux, dont la dernière fois pour incitation à la haine raciale fin septembre.

Dans un autre dossier, il a aussi été définitivement condamné à 3 000 euros d'amende pour provocation à la haine religieuse après des propos anti-musulmans tenus en 2016.

Dès 2011, il avait été condamné pour provocation à la haine, après avoir déclaré à la télévision que « la plupart des trafiquants sont noirs et arabes, c'est comme ça, c'est un fait ».

Il fait l'objet d'une enquête à Paris depuis début octobre pour « provocation à la haine raciale » et « injures publiques à caractère raciste » après avoir qualifié les migrants mineurs de « voleurs », « assassins » et « violeurs » sur Cnews.


Confiner Paris? La mairie tempère, Castex tance

Le Premier ministre français Jean Castex accompagné de la maire de Paris Anne Hidalgo et de la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pecresse. (Photo, AFP/Archives)
Short Url
  • Le premier adjoint à la mairie de Paris Emmanuel Grégoire a relativisé vendredi la proposition d'un confinement de trois semaines dans la capitale
  • « Entrevoir une sortie de crise sanitaire après trois semaines de confinement revenait à raconter des fadaises », estime Castex

PARIS : Une simple « hypothèse »: le premier adjoint à la mairie de Paris Emmanuel Grégoire a relativisé vendredi la proposition d'un confinement de trois semaines dans la capitale, critiquée jusqu'à être qualifiée de « fadaises » par le Premier ministre Jean Castex.

« Ce n'est pas une demande de notre part, mais simplement une hypothèse que nous souhaitons mettre sur la table » dans un contexte d'augmentation du taux d'incidence de la Covid-19 en Ile-de-France, a affirmé l'adjoint de la maire PS Anne Hidalgo lors d'une conférence de presse.

Jeudi soir, il avait affirmé que la mairie allait « faire des propositions de mesures complémentaires avec des degrés différents pour les mettre en débat » avec les représentants de l'Etat, la préfecture de police et l'Agence régionale de santé (ARS).

Parmi celles-ci, le renforcement du dépistage dans les écoles et entreprises, « le retour au télétravail de façon obligatoire », mais aussi un confinement de trois semaines afin « d'avoir la perspective de tout rouvrir » à son issue, y compris bars, restaurants et lieux culturels. Plutôt qu'un confinement le week-end comme à Nice ou Dunkerque, autres villes touchées par une nouvelle flambée de l'épidémie, mesure jugée « très contraignante sur le plan de l'impact sociétal et assez peu efficace sur le plan sanitaire ».

« Boulette »

Vendredi, l'élu socialiste a précisé son hypothèse avec un périmètre géographique « à l'échelle de l'Île-de-France, probablement au moins à l'échelle de la zone dense », et le « maintien de l'ouverture des écoles » avec vaccination du personnel enseignant. Et a lié ce confinement strict à la condition que « la situation se dégrade rapidement ».

Une réponse au porte-parole du gouvernement Gabriel Attal qui, au lendemain du placement de 20 départements sous surveillance renforcée, a souligné que « quand on réfléchit sur Paris, il faut réfléchir sur la région Île-de-France ».

En déplacement à Lyon, M. Attal a ensuite ironisé, constatant que « les propositions évoluaient » et appelé à « ne pas jouer avec les nerfs des Français » mis à rude épreuve depuis la survenue de l'épidémie il y a un an.

Le Premier ministre Jean Castex a été plus direct : il a affirmé qu'entrevoir une sortie de crise sanitaire après trois semaines de confinement revenait à raconter des « fadaises ». « Vous savez très bien qu'avec les variants, ce n'est pas possible », a ajouté le chef de gouvernement, en déplacement à Nantes.

Certains, comme le député ex-LREM Matthieu Orphelin, y ont vu de la « politicaille ». Selon lui, « si la mairie de Paris a fait une boulette, ce n'est pas la peine que le Premier ministre s'engouffre dans la brèche ».

L'opposition de droite parisienne a elle dénoncé une « demande faite sans aucune concertation » des maires d'arrondissement, de l'opposition au Conseil de Paris, de la région et des communes limitrophes. « De passage à Paris, Anne Hidalgo exige un confinement strict de Paris! Toujours en déconnexion avec ce que vivent les Parisiens », a ironisé sur Twitter la maire (LR) du 7e arrondissement Rachida Dati.

La région Ile-de-France, gouvernée par la droite, a apporté une réponse plus mesurée. « Si on peut éviter un reconfinement total, il faut essayer de trouver un chemin qui permette de le faire », a indiqué l'entourage de la présidente (Libres!) Valérie Pécresse. Pour lequel « il faudra sans doute des mesures de restriction supplémentaires au niveau régional, qu'il faudra doser

« Tension » à l'hôpital

Anne Hidalgo est venue au secours de son premier adjoint en fin de journée en soulignant sur Twitter l'urgence de « faire des choix clairs et efficaces qui assurent une efficacité sanitaire maximale et donnent des horizons tangibles à nos concitoyens ».

Et dans la concertation, pour montrer que le message était bien passé. « Je réunirai lundi les maires d'arrondissement, pour échanger sur des propositions de mesures qui seront soumises au préfet de police et à l'ARS d'Ile-de-France et concertées avec les communes et départements de petite et grande couronne », a indiqué Anne Hidalgo.

Les 8 départements franciliens sont tous sous « surveillance renforcée », susceptibles de faire l'objet de mesures de confinements locaux à partir du week-end du 6 mars si la situation continuait à se dégrader, après « concertations avec les élus », avait affirmé jeudi le Premier ministre Jean Castex.

Or, « les prévisions de l'AP-HP, de l'Inserm d'Ile-de-France, de l'Institut Pasteur et de l'Agence nationale de santé publique laissent craindre un impact lourd sur les hospitalisations en mars », insiste Mme Hidalgo.


Seine-Saint-Denis: un adolescent de 15 ans tué par balle

Une photo prise le 11 février 2021 du bâtiment de la direction régionale de la police judiciaire à Paris (Photo, AFP)
Short Url
  • Le parquet a précisé n'avoir « aucun élément sur le contexte ». A ce stade de l'enquête « aucune personne n'a été interpellée », a ajouté le parquet. 
  • Vers 17h00, l'adolescent se trouvait dans une maison de quartier de la commune de Bondy quand il a été touché

PARIS: Un adolescent de 15 ans a été tué par balle, vendredi à Bondy (Seine-Saint-Denis), par deux personnes qui ont pris la fuite à scooter, a-t-on appris de source policière et auprès du parquet.  

Vers 17h00, l'adolescent se trouvait dans une maison de quartier de la commune de Bondy quand il a été touché, a indiqué le parquet de Bobigny.  

Le parquet a précisé n'avoir « aucun élément sur le contexte ». A ce stade de l'enquête « aucune personne n'a été interpellée », a ajouté le parquet. 

La ville de Bondy est située dans la banlieue nord-est de Paris. 

L'enquête a été confiée à la police judiciaire du département de Seine-Saint-Denis, a précisé cette source.  

Cette semaine, la région parisienne a été marquée par la mort de deux adolescents de 14 ans en Essonne, une fille et un garçon poignardés lors de rixes différentes entre jeunes de bandes rivales.