Ambassadeur italien tué en RDC: les rebelles hutus rwandais accusent les armées congolaise et rwandaise

A Rome, le drapeau de l'Italie ainsi que le drapeau européen ont été mis en berne après l'annonce de l'assassinat de l'ambassadeur Luca Attanasio, 43 ans. (AFP).
Short Url
Publié le Mardi 23 février 2021

Ambassadeur italien tué en RDC: les rebelles hutus rwandais accusent les armées congolaise et rwandaise

  • Les rebelles hutus rwandais, accusés par Kinshasa, ont nié leur implication et pointé du doigt mardi les armées congolaise et rwandaise
  • Les rebelles rwandais affirment que «le convoi de l'ambassadeur a été attaqué dans une zone dite des "trois antennes", près de Goma sur la frontière avec le Rwanda non loin d'une position des FARDC (Forces armées de la RDC) et des (...) Forces rwandaises

GOMA : Au lendemain de l'attaque qui a coûté la vie à l'ambassadeur d'Italie en République démocratique du Congo, les rebelles hutus rwandais, accusés par Kinshasa, ont nié leur implication et pointé du doigt mardi les armées congolaise et rwandaise.

Luca Attanasio, 43 ans, est décédé après avoir été blessé par balles lorsque le convoi du Programme alimentaire mondial (PAM) dans lequel il circulait a été pris dans une embuscade dans la province du Nord-Kivu (Est), près de la frontière avec le Rwanda. Son garde du corps italien et un chauffeur congolais du Programme alimentaire mondial (PAM) ont aussi été tués.

Cette province est considérée comme l'une des zones les plus dangereuses de RDC, à la lisière du parc national des Virunga. Mais selon des responsables humanitaires, la route sur laquelle circulait le convoi ne nécessitait pas d'escorte.

Les autorités congolaises ont accusé lundi les rebelles hutus rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), installées dans l'Est de la RDC, d'être responsables de l'attaque, qualifiée de «terroriste» par le président congolais Félix Tshisekedi.

Mais dans un communiqué parvenu mardi, les FDLR ont nié être impliqués: ils «demandent aux autorités congolaises et à la Monusco (Mission de l'ONU en RDC) de faire toute la lumière sur les responsabilités de cet ignoble assassinat au lieu de recourir à des accusations hâtives».

Les rebelles rwandais affirment que «le convoi de l'ambassadeur a été attaqué dans une zone dite des "trois antennes", près de Goma sur la frontière avec le Rwanda non loin d'une position des FARDC (Forces armées de la RDC) et des (...) Forces rwandaises de Défense» (armée rwandaise).

«Les responsabilités de cet ignoble assassinat est à rechercher dans les rangs de ces deux armées», accusent les rebelles.

Les FDLR, créées au début des années 2000 pour lutter contre le régime de Kigali, sont l'un des nombreux redoutables groupes armés qui menacent au quotidien les civils dans l'Est de la RDC. Certains des fondateurs des FDLR ont participé au génocide des Tutsis en avril-juillet 1994 au Rwanda, avant de se réfugier dans l'Est de la RDC, déstabilisant durablement la région.

L'attaque du convoi dans lequel circulait l'ambassadeur a eu lieu sur la route nationale 2 qui longe de très près la frontière rwandaise, dans une zone de forêt dense et montagneuse, où les frontières ne sont pas étanches.

Les autorités congolaises et rwandaises nient systématiquement toute présence de troupes rwandaises sur le territoire de la RDC.

Route sans besoin d'escorte

Selon la présidence congolaise, le convoi est tombé dans une embuscade à 3 km de leur destination, la commune de Kiwanja, dans le territoire de Rutshuru, lorsque «les assaillants, au nombre de six, munis de cinq armes de type AK-47 ainsi que d'une machette» ont fait irruption.

«Ils ont procédé à des tirs de sommation avant d'obliger les occupants des véhicules à descendre et à les suivre dans le fin fond du parc (des Virunga) et ce, après avoir abattu l'un des chauffeurs afin de créer la panique», ajoute la présidence.

Alertés, les rangers et les militaires congolais présents dans les environs se sont mis à la poursuite des assaillants. «À 500 m (du lieu de l'attaque), les ravisseurs ont tiré à bout portant sur le garde du corps (italien), décédé sur place, et sur l'ambassadeur, le blessant à l'abdomen».

Selon un expert du Baromètre sécuritaire du Kivu (KST), «les FDLR sont à proximité du lieu où l'attaque a eu lieu. Ca relève du domaine du possible que ces rebelles rwandais soient responsables de cette attaque», a-t-il expliqué.

Le chef de la diplomatie italienne Luigi Di Maio s'exprimera dans la journée devant le Parlement sur cette attaque. Luca Attanasio était ambassadeur en RDC depuis octobre 2019.

Selon un responsable humanitaire de l'ONU dans le pays, la route empruntée ne nécessitait pas d'escorte militaire.

«Cette route était validée sans escorte, mais avec obligation d'un convoi de deux véhicules minimum, a déclaré mardi cette source s'exprimant sous le couvert de l'anonymat.

Le PAM a de son côté indiqué dans un communiqué lundi que l'attaque s'est produite «sur une route qui avait été précédemment validée pour circuler sans escorte sécuritaire».

Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres a demandé à la RDC «d'enquêter avec diligence» sur cette attaque, condamnée fermement dans une déclaration par les 15 membres du Conseil de sécurité de l'ONU.


Cloué à Washington par la pandémie, Blinken invente les «voyages virtuels»

Antony Blinken, Secrétaire d’État des États-Unis. (Photo, AFP/Archives)
Short Url
  • Dans le langage du département d'Etat, le chef de la diplomatie américaine s'est donc « rendu » vendredi matin au Mexique, pour « rencontrer» son homologue Marcelo Ebrard
  • Il a même « visité » la frontière entre El Paso, au Texas, et Ciudad Juarez, côté mexicain, où des responsables en uniforme lui ont exposé les défis de ce point de passage emblématique

WASHINGTON : « Heureux d'être "au" Mexique ! » Sur le papier, le programme a tout d'une visite officielle. Mais sur le papier seulement : cloué à Washington par la pandémie, le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken, dont la principale mission serait de parcourir le monde, a inventé vendredi le "voyage virtuel".

Dans le langage du département d'Etat, le chef de la diplomatie américaine s'est donc « rendu » vendredi matin au Mexique, pour « rencontrer» son homologue Marcelo Ebrard.

Il a même « visité » la frontière entre El Paso, au Texas, et Ciudad Juarez, côté mexicain, où des responsables en uniforme lui ont exposé les défis de ce point de passage emblématique – un signal fort pour démontrer que le gouvernement de Joe Biden tourne la page de la politique migratoire draconienne de Donald Trump et de son "mur" controversé.

« Nous travaillons globalement à faire en sorte d'avoir une frontière sûre, ordonnée, et humaine », a dit le ministre américain, qui a évoqué un processus qui « prendra du temps » pour que les Etats-Unis accueillent à nouveau sur leur sol les demandeurs d'asile. L'ex-président avait obtenu qu'ils restent au Mexique le temps de l'examen de leur dossier.

Antony Blinken a aussi promis de s'attaquer aux « raisons déchirantes qui poussent les gens à risquer leur vie et leur sécurité pour entrer aux Etats-Unis à tout prix ». Mais « la frontière est fermée aux migrations irrégulières », a-t-il lancé, tentant de conjuguer humanité et fermeté.

Et comme lors d'un déplacement normal, une poignée de journalistes ont été invités à « voyager » avec Antony Blinken, assistant au début des entretiens avant d'être évincés de la salle.

Sauf que... ce n'était pas un déplacement normal.

« Protéger » le personnel

Contrairement à son prédécesseur républicain Mike Pompeo, qui a continué de parcourir le monde malgré le coronavirus, le secrétaire d'Etat démocrate, bien que déjà vacciné, a décidé pour l'instant de respecter la règle gouvernementale interdisant tout voyage non « essentiel ».

Seuls de rares émissaires chargés de dossiers brûlants, comme le Yémen, sont autorisés à ce stade à se rendre sur le terrain.

Car un voyage ministériel, ce sont des dizaines de personnes impliquées –  conseillers, agents de sécurité, journalistes... Et l'administration Biden affiche son respect des règles sanitaires, en rupture avec un certain laxisme de l'ère Trump.

D'autant que certains diplomates américains en poste à l'étranger commencent à déplorer la lenteur de la vaccination.

« Afin de protéger notre personnel, dans les ambassades et ici, nous avons décidé de faire cela virtuellement pour ne pas devoir attendre le moment où il sera sûr de voyager », a expliqué à la presse la secrétaire d'Etat adjointe pour les Amériques, Julie Chung.

Elle a vanté un programme « créatif », avec « rencontre » des diplomates américains sur place, « échange » avec des étudiants... "C'est le nouveau monde dans lequel nous vivons, à travers des plateformes virtuelles", a-t-elle justifié.

Ce « nouveau monde » a ses avantages – « pas de décalage horaire », a souri le secrétaire d'Etat –  mais aussi ses inconvénients.

Alors qu'Antony Blinken, depuis les dorures du département d'Etat, drapeaux américain et mexicain derrière lui, conversait par écrans interposés, la retransmission vidéo simultanée était quasiment inaudible pour cause de grésillements fastidieux.

Après le Mexique, le secrétaire d'Etat s'est téléporté au Canada pour « rencontrer » le Premier ministre Justin Trudeau, autre voisin avec lequel le président Biden a lui-même eu mardi son premier « sommet » bilatéral virtuel.

Un format qui « empêche aux diplomates d'avoir des conversations feutrées » parfois plus fructueuses, déplore Brett Bruen. Cet ex-diplomate qui dirige un cabinet de conseil estime que l'administration Biden doit « trouver un équilibre, car renoncer aux contacts face-à-face n'est pas une alternative viable ».

Antony Blinken devrait faire d'autres vrais-faux voyages par visioconférence dans les prochaines semaines. Aucune date n'est encore fixée officiellement pour un premier déplacement en personne.


Plan de relance Biden: la Chambre vote vendredi, incertitude au Sénat

Le président américain Joe Biden monte à bord d'Air Force One à « Joint Base Andrews » dans le Maryland le 26 février 2021 (Photo, AFP)
Short Url
  • La gardienne des procédures, complexes, du Sénat, Elizabeth MacDonough, a jugé que le texte ne pouvait pas inclure la hausse du salaire minimum horaire à 15 dollars
  • Joe Biden prévoit plusieurs dizaines de milliards de dollars pour l'accélération du rythme des vaccinations et le déploiement de tests

WASHINGTON: La Chambre américaine des représentants vote vendredi soir sur le plan de relance de 1 900 milliards de dollars voulu par Joe Biden, mais après un revers de procédure au Sénat, la hausse du salaire minimum réclamée par les démocrates ne figurera certainement pas dans la version finale.   

C'est une figure méconnue du Congrès qui a bousculé jeudi soir l'avancée de ce plan titanesque, que le nouveau président américain voulait au départ voir adopté dès début février.  

La gardienne des procédures, complexes, du Sénat, Elizabeth MacDonough, a jugé que le texte ne pouvait pas inclure la hausse du salaire minimum horaire à 15 dollars, inscrite dans le projet de loi.   

Si certains progressistes s'en sont indignés, appelant à outrepasser le jugement de cette « parliamentarian », une responsable non élue, Joe Biden a fait savoir dès jeudi soir qu'il le « respectait ».   

Tout en exhortant le Congrès à « avancer rapidement pour adopter le Plan de sauvetage américain ». Et en annonçant qu'il tenterait de faire avancer séparément l'augmentation du salaire fédéral minimum, actuellement à 7,25 dollars.   

Le message aux démocrates, qui contrôlent la majorité au Congrès, est clair: le temps presse pour relancer une économie américaine durement frappée par la pandémie de Covid-19.    

Agissez « rapidement afin d'adopter cette loi pour donner aux Américains le soutien et l'aide urgents dont ils ont besoin », a écrit le Bureau de la gestion et du budget à la Maison Blanche (OMB) aux parlementaires, vendredi matin.  

Dans la soirée, la Chambre votera sur le projet de loi d'origine, qui comprend la hausse du salaire minimum jusqu'à 15 dollars par heure, d'ici 2025.   

Une mesure « nécessaire », a justifié jeudi soir la présidente démocrate de la Chambre Nancy Pelosi. « Cette disposition restera donc dans le Plan de sauvetage américain qui sera soumis au vote », dont l'heure n'a pas encore été annoncée, a-t-elle martelé.   

Dans les faits, cette décision implique une plus longue navette parlementaire.   

Compte tenu de leur majorité à la chambre basse, le plan de 1 900 milliards de dollars a de fortes chances d'y être facilement adopté. Il sera ensuite envoyé, la semaine prochaine, au Sénat, où la hausse du salaire devrait être retirée.   

S'il y est à son tour adopté, ce texte repartira à la Chambre pour un vote sur une version finale harmonisée.   

Chèques de 1 400 dollars  

Le retrait de la hausse du salaire minimum pourrait, dans les faits, faciliter l'adoption du plan de soutien. Car certains démocrates modérés étaient opposés à cette mesure.   

Or avec son infime majorité au Sénat, et l'opposition annoncée des républicains au plan Biden, le parti a impérativement besoin d'unité pour faire adopter ce projet.   

Le sénateur Bernie Sanders et d'autres démocrates progressistes étudiaient toutefois vendredi une alternative pour encourager la hausse des revenus minimum: introduire dans le vaste plan de soutien un amendement créant des pénalités fiscales pour les grandes entreprises qui payent moins qu'un « minimum vital ».   

Mais les démocrates modérés pourraient aussi s'y opposer.   

Face à l'incertitude, les grands patrons américains appellent à agir vite.  

Dans le détail, le plan Biden vise à soutenir l'économie et la lutte contre la Covid-19.   

Il prévoit plusieurs dizaines de milliards de dollars pour l'accélération du rythme des vaccinations et le déploiement de tests mais aussi 130 milliards de dollars pour aider les écoles et lycées à rouvrir malgré la pandémie.   

De nouveaux chèques d'aide d'un montant de 1.400 dollars devraient être envoyés aux Américains, selon leur niveau de revenus, et la durée de versement des allocations chômage prolongée jusqu'au 30 septembre 2021.  

Les démocrates ont promis d'adopter ces mesures avant le 14 mars, lorsque le versement d'allocations chômage prolongé dans un précédent plan d'aide cessera. 


Climat: «alerte rouge» de l'ONU sur des engagements «très loin» des enjeux

Le rapport intérimaire sur les engagements climatiques effectivement déposés dans le cadre de l'Accord de Paris "est une alerte rouge pour notre planète", insiste le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres (Photo, AFP).
Short Url
  • «En 2021, ça passe ou ça casse pour l'urgence climatique mondiale. La science est claire, pour limiter la hausse des températures à 1,5°C, nous devons réduire les émissions de 45% d'ici à 2030 par rapport à 2010» déclare Antonio Guterres
  • La planète a gagné un peu plus de 1°C pour l'instant, entraînant déjà une multiplication des événements météo extrêmes, des canicules aux tempêtes, en passant par les sécheresses et les inondations.

PARIS: Les derniers engagements climatiques déposés par les Etats signataires de l'Accord de Paris sont "très loin" des objectifs, a dénoncé vendredi l'ONU, appelant les gros pays émetteurs à passer de la parole aux actes.

"En 2021, ça passe ou ça casse pour l'urgence climatique mondiale. La science est claire, pour limiter la hausse des températures à 1,5°C, nous devons réduire les émissions de 45% d'ici à 2030 par rapport à 2010",  déclare dans un communiqué le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres.

Mais le rapport intérimaire sur les engagements climatiques effectivement déposés dans le cadre de l'Accord de Paris "est une alerte rouge pour notre planète", insiste-t-il.

Les quelque 200 signataires du pacte climatique de 2015 qui vise à limiter le réchauffement à +2°C par rapport à l'ère pré-industrielle (et si possible à +1,5°C), devaient soumettre avant le 31 décembre 2020 leurs engagements révisés, appelés "contribution déterminée au niveau national" (NDC).

Mais seuls 75 pays (dont les membres de l'UE) l'ont effectivement fait, représentant seulement 30% des émissions mondiales. Selon l'ONU, l'impact combiné de ces nouvelles contributions constituerait moins de 1% de baisse des émissions d'ici à 2030 (comparé à 2010). Très loin des 45% nécessaires pour rester sous les 1,5°C comme l'ont estimé les experts climat de l'ONU (Giec).

"C'est incroyable de penser qu'alors que les nations font face à une urgence qui pourrait à terme éradiquer la vie humaine sur cette planète, et que malgré toutes les études, tous les rapports et les mises en garde des scientifiques du monde entier, de nombreux pays s'en tiennent à leur approche de statu quo", s'emporte la responsable climat de l'ONU, Patricia Espinosa, lors d'une conférence de presse.

"Les émetteurs les plus importants doivent présenter des objectifs de réductions des émissions bien plus ambitieux pour 2030 dans leurs contributions nationales bien avant la conférence climat de Glasgow (COP26) en novembre", insiste M. Guterres, alors que cette COP26 cruciale a déjà été reportée d'un an en raison de la pandémie de Covid-19.

"Choquant" 

L'ONU fera un nouveau rapport d'évaluation des NDC avant cette échéance. Beaucoup attendent d'ici là en particulier les contributions de la Chine, qui s'est engagée à la neutralité carbone d'ici à 2060 mais n'a pas déposé de nouvelle NDC, et des Etats-Unis, dont le nouveau président Joe Biden, qui a fait du climat une de ses priorités, vient de revenir dans l'accord de Paris.

La planète a gagné un peu plus de 1°C pour l'instant, entraînant déjà une multiplication des événements météo extrêmes, des canicules aux tempêtes, en passant par les sécheresses et les inondations.

Parmi les plus vulnérables à ces impacts du changement, les Etats insulaires ont dénoncé "un manque d'empressement choquant et de véritable action" des gros émetteurs. "Nous flirtons dangereusement avec la limite de 1,5°C sur laquelle le monde s'est mis d'accord. Ce sont nos petits Etats insulaires qui en paieront le prix si elle n'est pas respectée", alerte Aubrey Webson, président du groupe Aosis qui les représente, dans un communiqué.

Malgré les critiques sur les contributions combinées évaluées dans le rapport, Helen Mountford, du World Resources Institute, appelle à faire la différence entre les pays qui ont présenté "des objectifs audacieux" comme le Royaume-Uni, l'Argentine ou l'UE, "éclipsés" dans le rapport d'évaluation par ceux "qui sont à la traîne", comme le Brésil, la Russie, l'Australie ou le Mexique.

Un certain nombre de pays mettent en avant la crise sans précédent de Covid-19 pour différer leur engagement climatique. Un argument qui peut parfois être compréhensible, note Mme Espinosa.

"Mais l'urgence climatique ne s'est pas arrêtée pour la pandémie et elle ne va pas disparaître parce qu'il y a une autre urgence", insiste-t-elle, appelant à saisir l'opportunité de la relance pour accélérer la transition écologique.

"Nous ne pouvons retourner aux anciennes habitudes (...) et les gros émetteurs, en particulier les pays du G20, doivent montrer la voie".