RDC: mort de l'ambassadeur d'Italie, Kinshasa condamne une «attaque terroriste»

Des soldats marocains de la MONUSCO (Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RD Congo) patrouillent sur la route dans la région de Kibumba dans le parc national des Virunga, à 25 km de Goma, le 22 février 2021, où l'ambassadeur d'Italie en République démocratique du Congo a été tué plus tôt (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Lundi 22 février 2021

RDC: mort de l'ambassadeur d'Italie, Kinshasa condamne une «attaque terroriste»

  • L'ambassadeur Luca Attanasio, 43 ans, «est décédé des suites de ses blessures» par balles, a déclaré une source diplomatique de haut rang à Kinshasa
  • Deux autres personnes ont également été tuées pendant l'attaque du convoi, a indiqué de son côté le major Guillaume Djike

GOMA: 

L'ambassadeur d'Italie en République démocratique du Congo a été tué lundi dans l'Est du pays dans une embuscade attribuée à des rebelles hutus rwandais, une attaque qualifiée de »terroriste » par le président congolais. 

Luca Attanasio, 43 ans, « est décédé à la suite de ses blessures » par balles après avoir été transporté « dans un état critique » en milieu de journée dans un hôpital des Nations unies à Goma, a indiqué un diplomate de haut rang à Kinshasa. 

1
Photo datée du 22 février 2021 par le ministère italien des Affaires étrangères qui montre l'ambassadeur d'Italie en République démocratique du Congo, Luca Attanasio (Photo, AFP)

En visite sur le terrain avec le Programme alimentaire mondial (PAM) au nord de Goma, chef-lieu du Nord-Kivu, l'ambassadeur et son convoi ont été pris pour cible par des hommes armés vers 10H15 (09H15 GMT), selon le diplomate de haut rang. 

Au moment de l'attaque, il circulait à bord d'un convoi du Programme alimentaire mondial (PAM) dans la province du Nord-Kivu, considérée comme l'une des zones les plus dangereuses du Congo, à la lisière du parc national des Virunga. 

Deux autres personnes sont mortes dans l'attaque: le chauffeur congolais du PAM et le garde du corps italien de l'ambassadeur, selon des sources congolaises et italiennes. 

Dans un message lu en soirée par son porte-parole à la télevision nationale, le président congolais Félix Tshisekedi a condamné « avec la plus grande fermeté cette attaque terroriste ». 

Le ministère congolais de l'Intérieur a accusé auparavant les rebelles hutus rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) d'être à l'origine de l'attaque meurtrière du convoi. 

Les FDLR sont l'un des nombreux redoutables groupes armés qui menacent au quotidien les civils dans l'Est de la RDC. Les FDRL ont été créés au début des années 2000 par des rebelles hutus rwandais. Certains d'entre eux ont participé au génocide des Tutsis en avril-juillet 1994 au Rwanda voisin, avant de se réfugier dans l'Est de la RDC, déstabilisant durablement la région. 

Quatre personnes ont été kidnappées lors de l'attaque contre le convoi de l'ambassadeur italien, dont l'une « a été retrouvée » par des soldats congolais, selon le ministère congolais de l'Intérieur. 

L'attaque a également fait plusieurs blessés, selon le PAM, qui n'a pas donné davantage de précisions. 

Une « attaque lâche » 

Avant d'être prises pour cible, les victimes circulaient dans deux véhicules du PAM, sans escorte de la Monusco, a indiqué une source de la Mission des Nations unies au Congo (Monusco). 

« Les services de sécurité et les autorités provinciales n'ont pu ni assurer des mesures de sécurisation particulière du convoi, ni leur venir en aide faute d'informations sur leur présence dans cette partie du pays pourtant réputée instable », a déclaré le ministère congolais de l'Intérieur. 

Le président Tshisekedi a demandé une enquête pour que les auteurs de l'attaque soient « identifiés et traduits devant la justice ». Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres a aussi demandé à la RDC « d'enquêter avec diligence » sur cette attaque. 

Le ministre italien des Affaires étrangères Luigi Di Maio, qui se trouvait à Bruxelles pour une réunion avec ses homologues européens, a annoncé son retour anticipé à Rome. Le président italien Sergio Mattarella a dénoncé une « attaque lâche ». 

Le président du Conseil européen Charles Michel s'est déclaré « choqué » par « les vies perdues ». « L'UE restera aux côtés de la RDC et sa population » pour la « sécurité et la paix », a-t-il ajouté sur Twitter. 

 

LUCA ATTANASIO, DIPLOMATE ITALIEN QUI AIMAIT L'AFRIQUE

Luca Attanasio était ambassadeur en RDC depuis octobre 2019, après être arrivé dans le pays deux ans plus tôt en tant que chef de mission, selon sa biographie officielle. 

Il était entré dans la carrière diplomatique fin 2003, après des études de commerce à l'Université milanaise Luigi Bocconi.  

Il avait démarré à la direction des Affaires économiques, avant de travailler sur les questions africaines et la coopération internationale.  

A l'étranger, il fut d'abord chef de la section économique et commerciale auprès de l'ambassade de Berne (2006-2010), puis consul général à Casablanca au Maroc (2010-2013). Après un passage  à Rome, il était aussi devenu conseiller à l'ambassade d'Italie au Nigeria en 2015.

« Il était très connu et aimé. Nous sommes consternés », a réagi sur Facebook Alessandro Fermi, le président du conseil régional de Lombardie, région du Nord de l'Italie où il était né le 23 mai 1977, à Saronno, près de Milan. 

Emanuela Del Re, ex-vice ministre italienne des Affaires étrangères, a rendu hommage à »un homme doté d'un courage, d'une humanité et d'un professionnalisme hors du commun ». 

« Je me souviens de son sourire contagieux, sa classe, sa grande connaissance des questions africaines », a ajouté Mme Del Re qui avait travaillé avec l'ambassadeur sur le rapatriement d'urgence d'une religieuse « très malade ». 

En octobre 2020, Luca Attanasio avait reçu le prix Nassiriya de la paix « pour son engagement en faveur de la paix entre les peuples » et »pour avoir contribué à la réalisation d'importants projets humanitaires, en se distinguant par son altruisme, son dévouement et son esprit de service en soutien aux personnes en difficulté ». 

« Tout ce qu'en Italie nous prenons pour acquis ne l'est pas au Congo où malheureusement il y a encore tant de problèmes à résoudre », avait-il alors déclaré. 

Luca Attanasio était marié et père de trois filles. Son épouse, Zakia Seddiki, originaire de Casablanca, est fondatrice et présidente d'une ONG, « Mama Sofia », qui oeuvre dans les régions les plus difficiles de RDC en venant en aide aux jeunes mères et à leurs enfants. 

groupes armés  

L'attaque contre le convoi du PAM a eu lieu au village de Kibumba en territoire de Nyiaragongo. 

A proximité, se trouvent les fiefs de la rébellion hutu rwandaise FDLR et des milices hutu congolaises Nyatura. Des rebelles congolais du M-23 sont également localisés dans la zone, selon un expert du Baromètre sécuritaire du Kivu (KST). 

Le village se trouve en bordure du parc national des Virunga dont 200 rangers ont été tués depuis la création du parc en 1925. 

La dernière attaque en date remonte à début janvier, quand six rangers ont été tués dans ce parc, célèbre notamment pour ses gorilles. 

Les groupes armés affirment défendre leur communauté mais se disputent souvent les ressources d'une région riche en minerais et en bois. 

Luca Attanasio est le deuxième ambassadeur européen en fonction mort par balles en RDC, après le Français Philippe Bernard, tué le 28 janvier 1993 lors d'émeutes qui avaient conduit à des pillages à Kinshasa, sous le règne de l'ex-président Mobutu Sese Seko.  

« La France condamne avec la plus grande fermeté » l'attaque et « se tient aux côtés de l’Italie dans cette épreuve », a indiqué le quai d'Orsay. « Les responsables de cette attaque devront être identifiés et répondre de leurs actes ». 


Nigeria: l'armée annonce avoir libéré 10 étrangers enlevés par des pirates

Les pirates à bord de ce bateau, et ses 14 membres d'équipage, toujours à bord, avaient été repérés à quelque 110 km de l'île nigériane de Bonny quelque jours après l'attaque (Photo, AFP).
Short Url
  • «Les dix hommes avaient été enlevés au large du Gabon le 7 février et ramenés sur les côtes nigérianes.»
  • Après le paiement de cette rançon, «des informations concernant un probable nouvel enlèvement nous sont parvenues»

PORT HARCOURT: Six Chinois, trois Indonésiens, un Gabonais, et quatre Nigérians, membres d'équipage d'un navire de pêche capturé début février par des pirates au large des côtes gabonaises, ont été libérés samedi par l'armée nigériane, a-t-elle annoncé à la presse.

«Les dix hommes avaient été enlevés au large du Gabon le 7 février et ramenés sur les côtes nigérianes. Une rançon de 300 000 dollars avait été payée avant que nous n'arrivions pour les secourir», a déclaré samedi soir le lieutenant-colonel de l'armée Mohammed Yahaya.

Après le paiement de cette rançon, et alors que les otages étaient en train de sortir de la brousse où ils étaient retenus dans le sud-est du Nigeria, «des informations concernant un probable nouvel enlèvement nous sont parvenues» décidant «l'armée et des milices pro-gouvernementales à intervenir pour les secourir», a-t-il ajouté.

Les attaques de navires pour kidnapper leurs équipages et les échanger contre des rançons sont devenues très fréquentes ces dernières années dans ce golfe qui s'étend du Sénégal à l'Angola, perpétrées essentiellement par des pirates nigérians.

Le navire de pêche chinois, le Lianpengyu 809, qui bat pavillon gabonais, avait été abordé par des pirates à bord de vedettes rapides au large de Port-Gentil, un port gabonais.

Les pirates à bord de ce bateau, et ses 14 membres d'équipage, toujours à bord, avaient été repérés à quelque 110 km de l'île nigériane de Bonny quelque jours après l'attaque.

Selon le consultant en sécurité maritime Dryad Global, ce navire avait alors servi aux pirates de «bateau-mère» pour attaquer des pétroliers dans la zone.

En 2020, le Golfe de Guinée, qui s'étend sur 5 700 km, a concentré 130 des 135 enlèvements de marins recensés dans le monde, d'après un récent rapport du Bureau international maritime. Un mode d'action devenu plus lucratif que les attaques contre les pétroliers.

La route maritime est parcourue chaque jour par plus de 1 500 bateaux.


Le mari de Zaghari-Ratcliffe émet des doutes quant à sa libération

Cette photo d'archive montre Nazanin Zaghari-Ratcliffe (à droite) posant pour une photo avec son mari Richard et sa fille Gabriella (à gauche) (AFP / Campagne Free Nazanin)
Short Url
  • Le ministère britannique des Affaires étrangères : «Le régime (iranien) doit mettre fin à la détention arbitraire de tous les ressortissants britanniques de double nationalité»
  • Zaghari-Ratcliffe a été transférée de la prison et placée en résidence surveillée au domicile de ses parents l'année dernière alors que la pandémie de coronavirus ravageait l'Iran

LONDRES: Le mari de Nazanin Zaghari-Ratcliffe, la ressortissante anglo-iranienne détenue à Téhéran, dit qu'il ne sait toujours pas si elle sera libérée dimanche après avoir purgé sa peine. 

Zaghari-Ratcliffe a été condamnée en 2016 à cinq ans d'emprisonnement suite à des allégations de complot en vue de renverser le régime iranien - des accusations qu'elle a toujours niées. 

Employée auprès d’une association de charité, Nazanin 43 ans a été arrêtée alors qu'elle se trouvait à Téhéran lors d'une visite avec sa fille. 

Son mari, Richard Ratcliffe, déclare à Sky News qu'il essaie toujours de savoir si elle sera autorisée à retourner à Londres et à retrouver sa fille après avoir purgé sa peine. 

« Nous sommes évidemment très anxieux ici, et elle attend anxieusement en Iran », dit-il. « Le pouvoir judiciaire confirme qu’elle devrait être libérée, mais la procédure n’a pas été précisée. » 

Ratcliffe déclare que l’avocat de sa femme en Iran s’était rendu au bureau du procureur pour de plus amples informations sur le protocole post-libération. 

Zaghari-Ratcliffe a été transférée de la prison et placée en résidence surveillée au domicile de ses parents l'année dernière alors que la pandémie de coronavirus ravageait l'Iran. 

Elle a été contrainte de porter un bracelet électronique et il lui est interdit de s’éloigner au-delà d’un périmètre de 300 mètres. 

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab, a dit à la famille que les responsables britanniques « déployaient tous les efforts possibles afin » de finaliser une libération, mais a averti qu'il était peu probable que les autorités iraniennes respectent un calendrier strict, rapporte Ratcliffe. 

Il ajoute que si Zaghari-Ratcliffe n'est pas libérée dimanche, ce sera une « étape décisive » qui marquera un échec cuisant au compteur du ministère britannique des Affaires étrangères. 

« Notre fille comptait à rebours, parce que sa mère en Iran faisait pareil, », déclare Ratcliffe. 

«Au fur et à mesure que nous nous rapprochons de l’échéance, elle saisit, comme les enfants savent si bien le faire, mon incertitude. Hier soir elle m’a demandé : «Est-ce que maman rentre vraiment à la maison?» Et j’ai dû répondre «Je ne sais vraiment pas». » 

Un porte-parole du ministère des Affaires étrangères souligne qu'il est « en contact étroit» avec Zaghari-Ratcliffe et qu'il «continuera à apporter son soutien». 

Un communiqué indique : « Nous n'acceptons pas que l'Iran détienne des ressortissants britanniques  ayant une double nationalité comme levier diplomatique. Le régime doit mettre fin à la détention arbitraire de tous les ressortissants britanniques binationaux. 

« Nous continuons de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour obtenir la libération des ressortissants binationaux détenus arbitrairement afin qu’ils puissent être réunis avec leurs proches. »  

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


La famille royale britannique fera front commun pour célèbrer le Commonwealth

La reine, son fils le prince Charles et son épouse Camilla, son petit-fils le prince William et sa femme Kate (Photo, AFP)
Short Url
  • Les principaux membres officiels de la famille royale apparaitront dans une émission de la BBC diffusée à partir de 17H00 GMT pour célébrer le jour du Commonwealth
  • La célébration du Commonwealth avait constitué en 2020 la dernière apparition publique du prince Harry, 36 ans, et de Meghan, 39 ans

LONDRES: Les membres de la famille royale britannique offriront dimanche un front uni lors des célébrations annuelles du Commonwealth, quelques heures seulement avant que le prince Harry et son épouse Meghan ne se confient dans une très attendue interview à la télévision américaine sur les raisons de leur retrait.  

La reine, son fils le prince Charles et son épouse Camilla, son petit-fils le prince William et sa femme Kate: tous les principaux membres officiels de la famille royale apparaitront dans une émission de la BBC diffusée à partir de 17H00 GMT pour célébrer le jour du Commonwealth.   

On pourra y voir le prince Charles, héritier de la couronne, rendre hommage depuis l'abbaye de Westminster à la  »détermination, au courage et à la créativité extraordinaires » des peuples du Commonwealth pendant la crise de coronavirus, et dénoncer les « menaces existentielles » que constituent la pandémie et le changement climatique ».  

« Au milieu de ces souffrances déchirantes, cependant, la détermination, le courage et la créativité extraordinaires avec lesquels les gens ont réagi ont été une inspiration pour nous tous », ajoutera-t-il.  

Le prince William, deuxième dans l'ordre de succession à la couronne britannique, et son épouse Kate salueront aussi au cours de l'émission le « travail incroyable » du personnel de santé « au Royaume-Uni et partout dans le monde » pendant l'année qui vient de s'écouler.  

La célébration du Commonwealth - association de 54 pays héritée de l'empire colonial britannique - avait constitué en 2020 la dernière apparition publique du prince Harry, 36 ans, et de Meghan, 39 ans, en tant que membres officiels de la famille royale, avant qu'ils ne s'en mettent effectivement en retrait en avril.   

C'est en rangs serrés que la famille royale aborde cette année les célébrations, face à la potentielle crise que suscitera quelques heures plus tard la diffusion de l'interview-confession accordée par les « Sussex » à la télévision américaine, près d'un an après leur retrait de la monarchie.   

Le ton a été donné par un extrait diffusé par la chaîne CBS: on voit la duchesse de Sussex accuser le palais de Buckingham de « colporter des mensonges » sur la décision du couple de s'éloigner et s'installer en Californie.  

L'interview « causera presque certainement l'embarras de la famille royale », a prédit l'expert de la royauté britannique Richard Fitzwilliams.