Daft Punk: les robots se débranchent

Le duo mythique français "Daft Punk". (AFP)
Short Url
Publié le Lundi 22 février 2021

Daft Punk: les robots se débranchent

  • L'annonce de la séparation du duo électro a mis en ébullition Twitter, générant une moyenne de 32 tweets par seconde
  • Après tout, la fin d'une histoire, c'est humain, c'est d'ailleurs le nom d'un de leur album («Human After All»)

PARIS : Onde de choc dans le monde de la musique: c'est par une vidéo énigmatique postée sur les réseaux sociaux, sobrement intitulée «Epilogue», que les Français Daft Punk, duo électro le plus célèbre au monde, ont annoncé lundi leur séparation.

La vidéo d'un peu plus de 8 minutes montre les deux membres, sous leurs traditionnels masques de robots, avancer dans un désert. 

Mais ils ne marchent plus du même pas et après quelques signes de tête évocateurs, ceux d'un renoncement, l'un finit par enclencher le système d'auto-destruction de l'autre, qui se pulvérise.

Une attachée de presse historique du duo a confirmé à l'AFP le clap de fin du tandem formé en 1993 par Thomas Bangalter, 46 ans, et Guy-Manuel de Homem-Christo, 47 ans.

L'annonce de la séparation du duo électro a mis en ébullition Twitter, générant une moyenne de 32 tweets par seconde, selon le cabinet Visibrain. Yuksek, un des héritiers français dans l'électro des Daft, comme on les surnommait simplement, a écrit sur ce réseau social: «Bizarre et un peu triste».

Eux qui étaient donc célèbres pour leur tube «One more time» («Encore une fois») ne feront donc plus jamais de musique ensemble. Après tout, la fin d'une histoire, c'est humain, c'est d'ailleurs le nom d'un de leur album («Human After All»).

Machine à rumeurs

Dire que les rumeurs d'un nouvel album pullulaient cycliquement... Encore récemment, la twittosphère s'enflammait pour dire qu'ils pourraient faire une apparition à la mi-temps du Superbowl. Mais personne n'avait vu venir la fin.

Le duo était, depuis le tonitruant et abrasif «Homework» (1997), le plus grand ambassadeur de l'électro française. Un statut indéboulonnable solidifié avec trois autres opus au succès à chaque fois planétaire, «Discovery» (2001), «Human After All» (2005), «Random Access Memories» (2013) avec le tube planétaire «Get Lucky», ainsi que des performances scéniques marquantes.

Cela faisait quatorze ans que Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo, amis depuis le lycée, ne s'étaient plus produits en concerts, sinon pour de très rares apparitions lors de cérémonies télévisées. 

Une absence, doublée d'une stratégie du silence médiatique adoptée dès leurs débuts --on ne connaît pas leurs visages, dissimulés sous un masque de robot--, qui suscite inévitablement attentes, fantasmes et envies. 

Pépite du passé

Leur anonymat était d'ailleurs un running-gag du film «Eden» de Mia-Hansen Love. Alors que leurs disques sont diffusés partout, les deux jeunes hommes ne peuvent rentrer dans les soirées parisiennes où ils sont invités, car les physionomistes à l'entrée ne connaissent pas leurs traits. 

Ces dernières années, le duo parisien aux six Grammys glanés aux Etats-Unis s'était contenté de collaborer avec le Canadien The Weeknd pour deux titres, «Starboy» et »I Feel It Coming», avant de produire le morceau «Overnight» du groupe australien Parcels.

En début d'année, une pépite avait ressurgi. Un «set» inédit venait d'être retrouvé 25 ans après, enregistré sur deux banales cassettes audio oubliées au fond d'une boîte à chaussures. Un petit bijou découvert par hasard, près d'Avignon.

A l'origine de cette trouvaille, Benoît Chow, 25 ans, était à peine né quand les pionniers de la French Touch se produisent ce samedi 18 novembre 1995, sur la scène du Privé, la discothèque que dirigeait alors son père, aux Angles (Gard), dans la banlieue de la cité des Papes.

Mais il avait entendu parler de cette époque: «Je savais que ces K7 existaient, car tout était enregistré, mais il nous reste très peu de ces archives», expliquait le jeune homme à l'AFP.

«J'ai retrouvé un carton de cassettes que je connaissais et je me suis mis à regarder ce qu'il y avait vraiment dedans, et j'ai vu ces K7!»

Un trésor qui n'en a que plus de valeur aujourd'hui.

 


The Breakdown: Joana Hadjithomas et Khalil Joreige évoquent Cedar IV, A Reconstitution

Joana Hadjithomas et Khalil Joreige sont des artistes libanais basés à Paris (Photo fournie)
Short Url
  • Nous nous sommes demandé pourquoi un projet aussi intéressant avait disparu de notre histoire et de notre mémoire
  • La reconstitution est une manière de donner de la matière – la réalité – à nos souvenirs perdus

DUBAÏ: L’installation de 2011 du duo d’artistes libanais basé à Paris, est inspirée de la Lebanese Rocket Society des années 1960. 

1
La Lebanese Rocket Society (Photo fournie) 

Joana Hadjithomas: Tout a commencé avec ma sœur. Elle faisait des recherches sur l'histoire du Liban et elle est tombée sur cette histoire de fusées lancées depuis le Liban (dans les années 1960). Cela nous est resté en tête. Quelques années plus tard, nous avons vu le timbre de la fusée Cedar IV, émis en 1964, et nous avons trouvé que c'était vraiment intéressant. 

Khalil Joreige: Nous nous sommes demandé pourquoi un projet aussi intéressant avait disparu de notre histoire et de notre mémoire. 

Joana: La Lebanese Rocket Society a vu le jour en 1960 à l'université de Haigazian. Un professeur – Manoug Manougian – avait une passion pour tout ce qui avait trait aux fusées. Ses étudiants ont commencé à fabriquer des fusées et des propulseurs à l'université. L'armée libanaise s’est jointe au projet, mais pour Manoug et ses étudiants, ça a toujours été un projet éducatif – jamais militaire. 

Khalil: Ce n’était pas non plus nationaliste. La plupart des personnes impliquées n’étaient pas libanaises – elles venaient de toute la région. Elles construisaient la paix à travers l’éducation. 

Joana: Les acteurs du programme pensaient qu'ils contribuaient à la course à l'espace – ils partageaient cette fascination de l’époque pour l'espace. Il s’agit d’espoir et de rêves. Nous avons donc estimé que nous devions raconter cette histoire et retrouver ceux qui en avaient fait partie. Cela n’a pas été facile car ils étaient dispersés dans le monde entier. 

Khalil: Nous avons dû réfléchir à différentes stratégies afin de conjuguer le passé au présent. 

Joana: Nous avons donc reconstruit une fusée avec  le soutien de la Biennale de Sharjah et nous l'avons offerte à l'université de Haigazian. La reconstitution est une façon de donner de la matière – la réalité – à nos souvenirs perdus. C’est pourquoi il était important de reconstituer la fusée à l’identique. Nous avons choisi Cedar IV parce que c’était l’une des plus réussies, mais nous n’y avons pas affiché le drapeau libanais. 

Khalil: Si vous y posez un drapeau, cela devient nationaliste et militariste. En le laissant blanc, cela reste un lieu de projection, une présence fantomatique. 

Joana: Aujourd'hui, la fusée ressemble à un missile militaire, mais ça n’en est pas un. 

Khalil: La sonde des Émirats arabes unis (qui a atteint Mars le 9 février) s'appelle «Hope». Lorsque vous visez une autre dimension, quelque chose que vous ignorez, il s’agit toujours d'espoir. 

Joana: La principale richesse du Liban est son peuple, mais nous sommes les otages de gens corrompus qui ne pensent qu'à eux-mêmes. Nous étions vraiment heureux pour les Émirats arabes unis quand «Hope» a atteint Mars, et je pense que les Libanais y ont été sensibles parce que cela touche à leur droit de rêver aussi – et d’avoir la possibilité de se reconstruire et de se libérer de ces gens corrompus. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Covid-19 : dix affiches d'artistes, dont Mika, pour redonner des couleurs à Paris

Le chanteur libano-britannique Mika lors du Festival de musique live FNAC à Paris le 18 juillet 2015 (Photo, AFP)
Short Url
  • Ces oeuvres inédites sont exposées sur les mâts-drapeaux et les célèbres colonnes Morris, emblématiques du mobilier urbain parisien
  • Les dix affiches seront visibles durant le mois de mars dans toute la capitale

PARIS: Dix affiches réalisées par des artistes, dont Mika, vont être exposées en mars à Paris, sur les mâts-drapeaux et les colonnes Morris, orphelines des spectacles, films et expositions en raison de la pandémie, a indiqué vendredi la mairie. 

Pour habiller les espaces d'affichage de la capitale orphelins des annonces des événements culturels habituels (cinémas, théâtre, musées), Mika, qui mène ce projet, sa soeur Paloma Penniman et le directeur du musée des Arts décoratifs Olivier Gabet ont donné carte blanche à neuf artistes pour « redonner des couleurs à Paris », titre de cette exposition éphémère à ciel ouvert. 

Mika a lui-même co-signé une affiche réalisée avec une autre de ses soeurs, Yasmine Penniman, avec laquelle il crée ses pochettes d'album, affiches de tournée ou autres produits depuis deux décennies. 

Ces oeuvres inédites sont exposées sur les mâts-drapeaux et les célèbres colonnes Morris, emblématiques du mobilier urbain parisien et qui appartiennent au géant de l'affichage JCDecaux, et les espaces d'affichage de la Ville de Paris. 

Palais de la Porte Dorée, canal de l'Ourcq, hôtel Lutetia etc : des lieux emblématiques de la capitale figurent sur plusieurs de ces oeuvres aux couleurs chaudes. 

« Avec l'arrêt des spectacles, des cinémas, des théâtres et la fermeture des musées, les espaces d'affichage par définition ne se renouvelaient pas. Il y avait une forme de monotonie visuelle », explique l'artiste d'origine libanaise, âgé de 37 ans. « J'ai donc voulu raviver les couleurs de Paris en créant un espace créatif comme une grande galerie éphémère en plein air ». 

Les dix affiches seront visibles durant le mois de mars dans toute la capitale. 


La vénérable sandale Birkenstock propulsée sur la planète luxe

Le groupe a écoulé en 2019 plus de 24 millions de paires de chaussures dans plus de 100 pays, pour un chiffre d'affaires de quelque 720 millions d'euros, selon l'agence Bloomberg (Photo, AFP).
Short Url
  • Les deux propriétaires, Christian et Alex Birkenstock, louent des partenaires «ayant la même vision stratégique et à long terme que la famille»
  • Birkenstock est «considéré comme une marque patrimoniale avec des racines et un savoir-faire allemands forts et cela correspond bien aux autres marques patrimoniales chapeautées par LVMH»

FRANCFORT: Jadis symbole de ringardise, les célèbres sandales allemandes Birkenstock vont passer sous contrôle de fonds liées au géant du luxe LVMH, séduit par cette marque devenue culte, populaire tant chez les campeurs, les hipsters que les grands créateurs. 

Aucun détail financier n'a été révélé vendredi par les différentes parties mais selon plusieurs médias, la transaction valorise à environ 4 milliards d'euros l'ensemble du groupe, dont le chiffre d'affaires s'élevait à 720 millions d'euros en 2019.

Le rachat d'une part majoritaire du fabricant par L Catterton, contrôlé par LVHM, et le fonds Financière Agache de la famille Arnault, est "la prochaine étape logique pour atteindre une forte croissance également sur des marchés d'avenir comme la Chine et l'Inde", a annoncé le groupe familial allemand dans un communiqué. Il n'est pas précisé à combien s'élève cette part majoritaire.

Jadis producteur de semelles orthopédiques habillant des sandales au look rustique, le chausseur a progressivement gagné sa place dans les défilés de mode et aux pieds des stars. 

L'entrée dans le giron LVHM, qui reste soumise à l'approbation des autorités de la concurrence, consacre son atterrissage sur la planète luxe.

Les deux propriétaires, Christian et Alex Birkenstock, louent des partenaires "ayant la même vision stratégique et à long terme que la famille".

Le patron du fabricant Oliver Reichert évoque de son côté dans une interview au quotidien économique allemand Handelsblatt des "opportunités" car "le propriétaire de LVMH Bernard Arnault joue un rôle clé dans la stratégie de L Catterton".

"Nous allons aider Birkenstock à réaliser son grand potentiel de croissance" a de son côté déclaré Bernard Arnault, cité dans un communiqué.

Birkenstock est "considéré comme une marque patrimoniale avec des racines et un savoir-faire allemands forts et cela correspond bien aux autres marques patrimoniales chapeautées par LVMH", décrypte Fflur Roberts, responsable du pôle luxe chez Euromonitor.

'Marque sexy' 

Dans les années 2000, la sandale "la plus laide du monde", avec son "lit de pied" en liège et ses grosses brides, s'est débarrassée de son image kitsch, vestige de la culture hippie, et a été adoptée par les branchés -- avec ou sans chaussettes.

Le groupe a dépoussiéré ses collections, lançant des modèles aux coloris plus gais et s'associant à des labels de créateurs comme Paco Rabanne, Valentino ou Céline qui a récemment revisité la Birkenstock en version fourrure (la "Furkenstock").

En février 2019, l'actrice Frances McDormand foulait même le tapis rouge des Oscars une paire de claquettes allemandes aux pieds, pour accompagner une robe de luxe griffée Valentino.

Cette touche glamour a achevé de rendre fréquentable la sandale qui s'appuie également sur le credo écolo, lié à l'usage de matériaux naturels (cuir, latex, liège), et le "Made in Germany".

S'y ajoute un effet Covid qui rend le confortable nu-pieds germanique, encore plus désirable.

"L'industrie de la mode traversait déjà une période de transition portée par les loisirs sportifs et une approche plus décontractée de l'habillement", explique Mme Roberts. "Cette tendance s'est accélérée avec la pandémie, les consommateurs plébiscitant des vêtements de détente à porter en télétravail et pour faire de l'exercice à domicile".

"Nous sommes une marque extrêmement sexy", résume le patron.

Production allemande 

Basé à Linz am Rhein dans le Land de Rhénanie-Palatinat (sud-ouest) et employant 4 300 personnes, Birkenstock revendique de produire en Allemagne, sur quatre sites dont l'un des plus importants se trouve à Görlitz, ex-RDA, non loin de la frontière polonaise.

"Il n'y aura pas de délocalisation de la production vers l'Asie ou ailleurs", a déclaré M. Reichert. 

Les héritiers Birkenstock avaient opéré un premier virage stratégique en 2013, appelant aux commandes de l'entreprise deux dirigeants choisis hors du cercle familial - Oliver Reichert et Markus Bensberg -  qui ont réorganisé l'entreprise.

Le groupe a écoulé en 2019 plus de 24 millions de paires de chaussures dans plus de 100 pays, pour un chiffre d'affaires de quelque 720 millions d'euros, selon l'agence Bloomberg. Les ventes sont soutenues par les sandales, mais également par la diversification opérée dans les produits cosmétiques et la literie haut de gamme.