Le comité de l’ONU commence à examiner la demande palestinienne d’adhésion à part entière

 Le Conseil de sécurité tient une réunion au siège de l’ONU à New York. (AFP).
Le Conseil de sécurité tient une réunion au siège de l’ONU à New York. (AFP).
Short Url
Publié le Mardi 09 avril 2024

Le comité de l’ONU commence à examiner la demande palestinienne d’adhésion à part entière

  • En vertu de la législation américaine actuelle, Washington serait tenu de suspendre le financement à l’ONU et à ses organismes si elle accordait l’adhésion à part entière à un État palestinien
  • L’envoyé saoudien soutient que la résolution des États-Unis qui a été rejetée le 22 mars ne comportait pas d’appel clair à un cessez-le-feu immédiat

NEW YORK: Le président du Conseil de sécurité a transféré, lundi, à son comité d’admission la demande de l’Autorité palestinienne de devenir un membre à part entière de l'ONU.

Le comité, composé de quinze membres, devrait décider du statut de la Palestine avant la fin du mois, déclare Vanessa Frazier, représentante permanente de Malte auprès de l’ONU, dont le pays préside le Conseil de sécurité ce mois-ci.

«Le comité devrait délibérer pendant le mois d’avril. Tout membre du conseil peut décider de présenter une demande d’adhésion qui sera votée à tout moment, comme il est de rigueur au sein du conseil», déclare-t-elle.

Le comité d’admission s’est réuni, lundi après-midi, pour entamer l’examen de la candidature. Il en évaluera la recevabilité avant de décider s’il convient de suspendre la candidature ou de la soumettre au vote du Conseil de sécurité. Son adoption nécessite au moins neuf voix en faveur de l’adhésion et aucun veto de la part des cinq membres permanents du conseil: les États-Unis, la Russie, la Chine, la France et le Royaume-Uni.

La nécessité pour l’État de Palestine de devenir membre à part entière de l’ONU est désormais «plus urgente que jamais», soutient lundi le groupe des nations arabes à l’ONU. Son adhésion servirait de «véritable coup de pouce aux efforts visant à résoudre le conflit dans la région et à mettre fin à l’occupation, sur la base de deux États».

Abdelaziz al-Wasil, représentant permanent de l’Arabie saoudite auprès de l’ONU et président du Groupe arabe pour le mois d’avril, affirme: «Nous sommes impatients de recevoir le soutien nécessaire à cet égard».

Le président palestinien Mahmoud Abbas a formulé une demande d’adhésion à l’ONU en 2011. Elle n’a pas été examinée par le Conseil de sécurité mais, l’année suivante, l’Assemblée générale a accordé à «l’État de Palestine» le statut plus limité d’État observateur non membre.

La semaine dernière, l’Autorité palestinienne a soumis une lettre au secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, demandant au Conseil de sécurité de réexaminer la demande d’adhésion à part entière.

Toutefois, en vertu de la législation américaine actuelle, Washington serait tenu de suspendre le financement à l’ONU et à ses organismes si elle accordait l’adhésion à part entière à un État palestinien.

Robert Wood, le représentant adjoint des États-Unis auprès de l’ONU, a rappelé, la semaine dernière, que la pleine reconnaissance par l’ONU d’un État palestinien signifierait que le pays «mettra fin au financement accordé à l’ONU, selon la loi américaine en vigueur».

Avant la réunion du Conseil de sécurité de lundi, M. Wood a répété que la position de Washington sur l’adhésion palestinienne à part entière à l’ONU est «une décision qui devrait être négociée entre Israël et les Palestiniens. Il est important qu’ils parviennent à un accord. Ainsi, l’adhésion à part entière pourra voir le jour».

L’ambassadeur d’Israël auprès de l’ONU, Gilad Erdan, soutient que l’adhésion de la Palestine à l’ONU serait «la récompense la plus ignoble pour les crimes les plus abjects».

Il ajoute: «Le simple fait que cette discussion ait lieu est déjà une victoire pour la terreur génocidaire. Quelle est la prochaine étape? Envisager la candidature d’adhésion de Daech à l’ONU?»

«Si le Conseil de sécurité choisit de récompenser ainsi la barbarie, il sera à jamais connu sous le nom de “Conseil du terrorisme”. Tout au long de l’histoire, il n’y aurait pas eu de plus grande récompense pour le mal.»

Il a tenu ces propos lors d’une session de l’Assemblée générale des Nations unies déclenchée par un mécanisme connu sous le nom «Initiative sur le droit de veto». Il s’agit d’une résolution historique adoptée en 2022 dans le but de tenir les cinq membres permanents du Conseil de sécurité responsables de l’utilisation de leur pouvoir de veto. Il exige que le président de l’Assemblée générale convoque une réunion formelle de ses 193 membres dans les dix jours ouvrables suivant l’utilisation du droit de veto par un membre permanent pour débattre de la situation dans laquelle le veto a été exprimé. Le 22 mars, la Russie et la Chine ont utilisé leur droit de veto contre une résolution initiée par les États-Unis qui, selon elles, ne parvenait pas à appeler à la mise en place «sans réserve» d’un cessez-le-feu.

Interrogé sur le rejet par Erdan de l’adhésion des Palestiniens à l’ONU, le représentant permanent de la Russie auprès de l’organisation, Vassili Nebenzia, déclare: «Ils rejettent également l’idée de la solution à deux États, alors à quoi vous attendiez-vous?»

Riyad Mansour, représentant permanent de la Palestine auprès de l’ONU, s’adresse à l’Assemblée générale: «Pourquoi les Palestiniens continuent-ils d’être exclus de la communauté des nations? Comment se fait-il que le parti qui colonise et commet le génocide puisse être membre à part entière de ces Nations unies et que le parti attaché au rôle du droit international et d’une paix juste et durable ne puisse pas l’être?»

«La reconnaissance de l’État de Palestine et son adhésion à l’ONU ne suffisent pas à mettre fin à cette occupation illégale. Mais elles constituent le premier pas vers cet objectif urgent et attendu depuis longtemps.»

«Arrêtez le génocide. Garantissez la responsabilité. Reconnaissez la Palestine et soutenez son adhésion à l’ONU. Mobilisez-vous pour la liberté de la Palestine et nous parviendrons à la paix, tous ensemble.»

M. Al-Wasil déplore le fait que, six mois après le début de la guerre à Gaza, «le Conseil de sécurité fasse échouer les résolutions qui appellent clairement à un cessez-le-feu, ou présente des résolutions qui évitent d’exiger clairement un cessez-le-feu immédiat».

L’envoyé saoudien soutient que la résolution des États-Unis qui a été rejetée le 22 mars ne comportait pas d’appel clair à un cessez-le-feu immédiat et «manquait de garanties claires qui empêcheraient une nouvelle escalade».

M. Al-Wasil souligne que, en ignorant la responsabilité d’Israël, en tant que puissance occupante, dans les atrocités perpétrées à Gaza, la résolution américaine aurait donné «le feu vert à la machine de guerre israélienne pour poursuivre ses massacres contre des civils non armés».

Au nom du Groupe arabe, M. Al-Wasil a, une fois de plus, appelé à la pleine mise en œuvre de la résolution 2728, adoptée par le Conseil de sécurité le 25 mars et appelant à un cessez-le-feu immédiat pendant le ramadan. Ne pas le faire mettrait le conseil à l’épreuve et «soulèverait des questions quant à la pertinence de son existence», poursuit-il.

M. Al-Wasil nie la suggestion selon laquelle un cessez-le-feu immédiat retarderait ou entraverait les efforts diplomatiques sur le terrain pour obtenir la libération des prisonniers et des détenus «des deux côtés».

Il ajoute: «Cette excuse permet aux forces d’occupation israéliennes de gagner du temps pour continuer à perpétrer leurs crimes et atrocités contre des civils non armés et à cibler les infrastructures, y compris les hôpitaux, les écoles, les zones résidentielles et les lieux de culte, sans parler des équipes médicales et humanitaires.»

Le Groupe arabe a également appelé tous les pays qui exportent des armes vers Israël à cesser de le faire et à s’efforcer plutôt de tenir Israël responsable «des crimes qu’il a perpétrés et continue de commettre».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le gouvernement taliban annonce sa participation aux pourparlers de Doha sous égide de l'ONU

Une délégation talibane participe au Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF) à Saint-Pétersbourg, le 6 juin 2024. (AFP).
Une délégation talibane participe au Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF) à Saint-Pétersbourg, le 6 juin 2024. (AFP).
Short Url
  • Les autorités talibanes participeront au troisième cycle de pourparlers sur l'Afghanistan organisé par les Nations unies au Qatar, après avoir décliné la précédente invitation
  • La délégation talibane - dont la composition reste à annoncer - y participera car l'ordre du jour semble "bénéfique pour l'Afghanistan", a déclaré M. Mujahid à des médias afghans

KABOUL: Les autorités talibanes participeront au troisième cycle de pourparlers sur l'Afghanistan organisé par les Nations unies au Qatar, après avoir décliné la précédente invitation, a annoncé dimanche un porte-parole du régime.

"Une délégation de l'Emirat islamique participera à la prochaine conférence à Doha. Elle y représentera l'Afghanistan et exprimera la position de l'Afghanistan", a déclaré le porte-parole du gouvernement taliban, Zabihullah Mujahid, à propos de ces pourparlers prévus les 30 juin et 1er juillet.

La délégation talibane - dont la composition reste à annoncer - y participera car l'ordre du jour semble "bénéfique pour l'Afghanistan", a déclaré M. Mujahid à des médias afghans.

L'ordre du jour inclut des "sujets comme l'aide à l'Afghanistan et la création d'opportunités pour les investisseurs en Afghanistan, ce qui est important", a-t-il dit.

Des émissaires pour l'Afghanistan s'étaient réunis mi-février à Doha, pour aborder le renforcement de l'engagement de la communauté internationale en Afghanistan, sous l'égide de l'ONU et en compagnie de représentants de la société civile afghane dont des femmes.

Le gouvernement taliban, qui a repris les rênes du pouvoir en Afghanistan en 2021 et avait été exclu d'une première réunion à Doha en mai 2023, avait refusé d'y participer à moins que ses membres ne soient les seuls représentants du pays.

Il exigeait également un tête-à-tête avec le Secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres. Des conditions jugées à l'époque "pas acceptables".

Selon des sources diplomatiques à l'AFP, une consultation des groupes de la société civile est cette fois prévue avant et après le troisième cycle de pourparlers, auquel n'assistera pas M. Guterres, mais pas dans des réunions avec les autorités talibanes.

"Il est impensable que des diplomates puissent se réunir pour discuter de l'Afghanistan au milieu d'une telle crise et qu'ils le fassent sans que les droits des femmes ne soient la principale question à l'ordre du jour et sans que les femmes afghanes soient pleinement associées à la discussion", a réagi auprès de l'AFP Heather Barr, directrice adjointe des droits des femmes pour l'ONG Human Rights Watch.

Les réunions doivent porter sur des sujets économiques et financiers ainsi que sur les efforts de lutte contre le trafic de stupéfiants, selon des sources diplomatiques.

Plusieurs autres groupes de la société civile ont également pressé l'ONU de donner la priorité aux sujets concernant les droits des femmes.

Depuis leur retour au pouvoir, les autorités talibanes n'ont été officiellement reconnues par aucun pays et appliquent une interprétation ultra-rigoriste de l'islam, multipliant les mesures liberticides à l'encontre des femmes, une politique qualifiée d'"apartheid de genre" par l'ONU.

De nombreux gouvernements et organisations humanitaires ont suspendu ou réduit leurs financements dans ce pays où la moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté et où 15 millions de personnes sont en situation d'insécurité alimentaire, selon la Banque mondiale.


Grèce: trois touristes étrangers retrouvés morts en une semaine

Le 9 juin, le journaliste et médecin britannique Michael Mosley, connu pour ses apparitions dans des émissions phare de la télévision britannique, avait été retrouvé mort sur l'île de Symi, plusieurs jours après sa disparition le 4 juin. (AFP).
Le 9 juin, le journaliste et médecin britannique Michael Mosley, connu pour ses apparitions dans des émissions phare de la télévision britannique, avait été retrouvé mort sur l'île de Symi, plusieurs jours après sa disparition le 4 juin. (AFP).
Short Url
  • Le corps d'un touriste américain de 55 ans a été découvert dimanche sur l'île de Corfou, ce qui porte à trois le nombre de touristes étrangers retrouvés morts en Grèce en une semaine
  • La plupart de ces touristes avaient entrepris des randonnées sous un soleil écrasant, alors que la canicule sévit en Grèce

ATHENES: Le corps d'un touriste américain de 55 ans a été découvert dimanche sur l'île de Corfou, ce qui porte à trois le nombre de touristes étrangers retrouvés morts en Grèce en une semaine, tandis que des recherches étaient en cours pour retrouver trois autres touristes étrangers sur d'autres îles grecques, selon les medias grecs.

La plupart de ces touristes avaient entrepris des randonnées sous un soleil écrasant, alors que la canicule sévit en Grèce.

Le corps de l'Américain, qui a été découvert en mer près du port de Mathraki par un touriste, doit être transféré à l'hôpital de Corfou pour être autopsié, ont indiqué l'agence grecque Athens News Agency et la télévision publique ERT.

Selon Athens News Agency, le cinquantenaire était en vacances à Mathraki. Il a été vu pour la dernière fois par des habitants dans un café mardi dernier.

Il s'agit de la dernière découverte du corps d'un touriste étranger, après celle du médecin star de la télévision britannique Michael Mosley, retrouvé mort le 9 juin sur l'île grecque de Symi en mer Egée puis celle samedi d'un touriste néerlandais sur l'île de Samos.

Deux femmes françaises sont par ailleurs portées disparues sur l'île de Sikinos et un autre touriste sur l'île d'Amorgos.

Le corps du touriste néerlandais de 74 ans a été repéré samedi matin sur l'île de Samos par un drone des pompiers, gisant dans un ravin à quelques centaines de mètres de l'endroit où il a été vu pour la dernière fois dimanche dernier, en train de marcher avec difficulté.

Vendredi, deux femmes françaises ont été portées disparues à Sikinos, une petite île des Cyclades en mer Egée. Les deux femmes, âgées de 73 et 64 ans, avaient quitté leurs hôtels respectifs pour se rencontrer, selon les medias locaux.

Le 9 juin, le journaliste et médecin britannique Michael Mosley, connu pour ses apparitions dans des émissions phare de la télévision britannique, avait été retrouvé mort sur l'île de Symi, plusieurs jours après sa disparition le 4 juin.

Son corps sans vie a été repéré par une équipe de la chaîne publique grecque ERT qui était en train de filmer la zone où avait disparu cet homme de 67 ans. Michael Mosley avait entrepris une promenade sur la côte, en pleine chaleur.

Selon les météorologues, la Grèce a connu la vague de chaleur d'une durée d'au moins trois jours - ce qui pour la Grèce signifie des températures dépassant 38 degrés - la plus précoce jamais enregistrée.


La Chine estime que la déclaration du G7 est «pleine d'arrogance, de préjugés et de mensonges»

Short Url
  • La Chine a été la cible de virulentes critiques de la part des dirigeants du G7
  • «La déclaration du sommet du G7 a une fois de plus manipulé les questions liées à la Chine, a calomnié et attaqué la Chine, a répété des clichés qui n'ont aucune base factuelle»

PEKIN: Pékin a vivement réagi lundi à la déclaration finale des dirigeants du G7 qui s'en prennent à la Chine, l'accusant d'être "pleine d'arrogance, de préjugés et de mensonges".

"La déclaration du sommet du G7 a une fois de plus manipulé les questions liées à la Chine, a calomnié et attaqué la Chine, a répété des clichés qui n'ont aucune base factuelle, aucune base juridique et aucune justification morale, et qui sont pleins d'arrogance, de préjugés et de mensonges", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Lin Jian, lors d'un point de presse régulier.

La Chine a été la cible de virulentes critiques de la part des dirigeants du G7 (États-Unis, Allemagne, France, Italie, Royaume-Uni, Canada, Japon) réunis vendredi à Borgo Egnazia, près de Bari, dans le sud de l'Italie, dans un projet de déclaration finale.

Critiques virulentes 

Tout en disant "aspirer à des relations constructives et stables avec la Chine" dont ils reconnaissent "l'importance dans le commerce mondial", les dirigeants du G7 ont exprimé leur "préoccupation face aux "politiques et pratiques hors marché" qui entraînent des "conséquences au niveau mondial, des distorsions de marché et une surcapacité néfaste dans un nombre croissant de secteurs".

Le G7 a aussi exhorté Pékin à "s'abstenir de (...) mesures de contrôle des exportations, en particulier sur les minerais critiques, qui pourraient générer des perturbations significatives de la chaîne d'approvisionnement mondiale", alors que le pays impose des restrictions sur les exportations de minerais cruciaux pour des secteurs comme les véhicules électriques et les télécoms.

Le G7 a en outre évoqué dans son projet de déclaration l'aide chinoise à l'effort de guerre russe, la situation militaire et diplomatique dans la zone "indopacifique" avec en point de mire les contentieux territoriaux entre Pékin et ses voisins, dont Taïwan, et la sécurité des voies maritimes en mer de Chine méridionale.

"Nous appelons la Chine à cesser de transférer (...) des composants d'armes et des équipements qui alimentent le secteur de la défense russe", indique la déclaration.