Le PDG d'Al-Ittihad jette des bases solides pour un avenir brillant au club de Djeddah

Domingos Soares de Oliveira, PDG de l'Ittihad Club Company. (Photo fournie)
Domingos Soares de Oliveira, PDG de l'Ittihad Club Company. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Jeudi 04 avril 2024

Le PDG d'Al-Ittihad jette des bases solides pour un avenir brillant au club de Djeddah

  • À la fin du mois de septembre 2023, Domingos Soares de Oliveira a été annoncé comme le nouveau PDG de l'Ittihad Club Company
  • «Ce club possède un héritage fantastique. Nous sommes les champions en titre, nous avons remporté deux Ligues des champions»

RIYAD: À la fin du mois de septembre 2023, Domingos Soares de Oliveira a été annoncé comme le nouveau PDG de l'Ittihad Club Company. En février, il a été nommé au sein du nouveau comité sportif du club aux côtés du directeur sportif, Ramon Planes, et de l'entraîneur, Marcelo Gallardo.

Ces mesures visent à doter le champion saoudien en titre de la Pro League de la meilleure structure et de la meilleure gouvernance possible dans la perspective d'un avenir radieux.

M. De Oliveira a parlé à Arab News de ses six premiers mois à ce poste et il a donné son avis sur divers sujets, notamment sur le niveau de la Saudi Pro League (SPL), sur le recrutement d'Al-Ittihad et sur le statut de Karim Benzema au sein du club.

Voici quelques extraits de l'entretien.

La prise en charge du poste de PDG de l'Ittihad Club Company

Au moment où j'ai quitté Benfica, j'ai eu plusieurs opportunités pour exercer de nouvelles fonctions sur différents continents. Mais, lorsque la proposition d'Ittihad est arrivée, j'ai été vraiment surpris. En effet, j'avais eu beaucoup d'informations passionnantes sur la transformation à laquelle le Royaume était confronté et sur tous les clubs professionnels.

Ce club possède un héritage fantastique. Nous sommes les champions en titre, nous avons remporté deux Ligues des champions. Nous avons été le premier club du Royaume, je pense, et je suis sûr que nous sommes le club qui a la meilleure base de supporters. Je ne sais pas si c'est la plus grande, mais, en termes d'engagement et de passion, les fans sont fantastiques. Nous avons 18 ou 19 sports différents, donc la responsabilité d'être le PDG de l'Ittihad est énorme. Mais, en même temps, c'est un grand défi parce que le Royaume et l'Ittihad sont confrontés à une nouvelle réalité.

Je pense que nous entrons dans une nouvelle ère. Nous sommes actuellement dans un processus de transformation et nous sommes passés d'un club qui présentait un profil différent en termes d'actionnaires à un club beaucoup plus structuré. Nous avons mis en place un nouveau management, une nouvelle gouvernance, un nouvel effectif dans le sens où nous avons été capables, avec les meilleurs programmes, d'attirer des joueurs différents, et de bien meilleurs joueurs.

Pour être honnête, je pense que c'était la meilleure opportunité qu'un professionnel comme moi, en tant que directeur général d'un club européen, puisse avoir.

Le rôle du football saoudien dans la culture du Royaume

C'est assez impressionnant, car je pense que l'histoire du Royaume et celle de notre club se confondent. En fait, le club a été créé en 1927 et le Royaume en 1932.

On voit que les Saoudiens sont très fiers de leur histoire, comme les supporters de l'Ittihad. Je pense que vous avez une grande, une très grande histoire, et, vraiment, je suis surpris chaque jour par ce pays et par les opportunités qu'il offre. C'est une question d'unité, de communauté, avec toutes les valeurs que vous avez dans votre pays. Il en va de même pour l'Ittihad.

Les ambitions du football saoudien

La Saudi Pro League a des ambitions et nous les partageons en tant que club. Mais je crois aussi que nous pouvons facilement faire partie des cinq meilleures ligues du monde. Et je pense que nous pouvons avoir l'ambition d'être bien plus que cela, parce que nous avons mis en place une stratégie qui est totalement alignée sur la Vision 2030.

Nous avons également un nouveau défi à relever: en 2034, le pays organisera la Coupe du monde. Nous devons donc entraîner nos joueurs afin qu'ils soient prêts pour 2034. C’est dans ce sens que la SPL opère une véritable transformation. Par exemple, la saison prochaine, il y aura seulement 25 joueurs dans l’équipe, dont 15 Saoudiens. Les clubs devront donc investir beaucoup plus dans les joueurs saoudiens.

Je pense que nous faisons partie de ce processus. Cet hiver, nous avons ainsi engagé cinq jeunes joueurs saoudiens et nous sommes très satisfaits de la façon dont ils se comportent ici. En réalité, comme vous le savez, nous avons l'équipe olympique et nous devrons prendre cinq joueurs de notre équipe pour Paris 2024. Nous en sommes fiers, même si cela représente un défi difficile pour notre entraîneur.

L'impact de la technologie sur le football

La technologie aura un impact important dans deux domaines.

Tout d'abord, en ce qui concerne la numérisation de l'entreprise, tous les services, commerciaux, financiers… Tous adoptent le numérique.

En ce qui concerne le recrutement, il sera extrêmement utile de recueillir autant d'informations que possible sur les joueurs, d'avoir accès aux informations recueillies lors des séances d'entraînement, ou encore en direct pendant les matchs. La SPL nous envoie déjà beaucoup de données, mais nous voulons aller bien plus loin et disposer de plus de technologie dans tous les domaines au sein du club.

La recherche de talents saoudiens par Al-Ittihad dans l’ensemble du Royaume

La détection est un élément essentiel de notre activité. Sans les bonnes matières premières, on ne peut pas construire un bon produit. C'est évident dans n'importe quel secteur, mais particulièrement ici. Ce dont nous avons besoin, et c'est ce que nous sommes en train de mettre en place, c'est, tout d'abord, un département de prospection qui se concentre sur le Royaume.

Nous allons donc développer une sorte de réseau de recruteurs à travers le Royaume afin d'identifier les meilleurs talents. En fait, ce n'est pas la première fois que nous agissons ainsi. Les joueurs que nous avons repérés en hiver, nous avons su les attirer. Tout le monde a reconnu que nous avions fait du bon travail à ce moment-là.

Mais ce n'est pas tout. Je pense que nous devons faire de la prospection dès le plus jeune âge, et pas seulement à Djeddah. Nous devons être capables d'identifier des joueurs qui ont aujourd'hui entre 8 et 12 ans et de les attirer dans le club.

Il nous faut prendre soin d'eux et de leurs familles. Mais nous devons avoir une stratégie globale et un modèle complet pour ces enfants et définir un programme avec leurs familles afin de développer non seulement les joueurs, mais aussi les jeunes hommes.

Équilibrer le recrutement local et international

Nous voulons des joueurs comme ceux que nous avons aujourd'hui: de véritables modèles capables de jouer et de travailler main dans la main avec les joueurs saoudiens.

Nous disposons d'un réseau de recruteurs internationaux. En réalité, le département football que nous avons aujourd'hui fait du repérage partout dans le monde. Il est à la fois international et saoudien.

Au niveau international, nous recherchons des joueurs bien établis; et, au niveau national, de jeunes joueurs dont nous pourrons être fiers dans deux ou trois ans, et, surtout, en 2034.

Le rôle d'Ittihad pour aider l'Arabie saoudite à devenir un centre sportif international

L'Arabie saoudite a probablement le meilleur programme que j'aie vu jusqu'à présent pour devenir une plaque tournante du sport. Très souvent, les investissements dans d'autres pays sont basés sur les investissements des clubs, et les clubs se maintiennent dans une position très individuelle.

Ici, le ministère des Sports a une stratégie et il soutient les clubs en termes de développement des différents sports. Dans notre cas, nous avons 19 sports différents. Certains sont très individuels, avec de fortes performances. Si vous regardez le badminton, le tir à l'arc, le tennis de table, le tennis… Nous disposons d’un groupe fantastique de jeunes joueurs qui obtiennent de très bons résultats.

Participer à la Said Super Cup à Abu Dhabi

Pour nous, il est capital de participer aux compétitions les plus importantes. Nous voulons participer aux compétitions internationales, à la Super Coupe, à la Coupe du Roi, à la SPL. Nous sommes un club qui aime être défié, qui accepte les défis, qui adore se battre, parce que nous avons cet esprit, un esprit combatif.

C'est pourquoi la Super Coupe, même si elle se déroule à Abu Dhabi, même s'il sera un peu plus difficile pour nos supporters d'être présents, même si certains de nos joueurs joueront avec l'équipe olympique – ce dont nous en sommes fiers –, nous l’appréhendons avec une grande confiance. Nous pensons que nous pouvons obtenir un très bon résultat et notre ambition, comme celle de notre président et de notre entraîneur, est de réussir.

Le nouveau comité sportif d'Al-Ittihad

Le comité sportif a été créé par le conseil d'administration. Il s'agit donc d'une décision du conseil d'administration et le comité sportif est composé de trois personnes : moi-même, le directeur sportif, Ramon Planes, mais aussi l'entraîneur, Marcelo Gallardo. La commission sportive est principalement chargée des décisions relatives au marché. Il s'agit des joueurs que nous voulons recruter, de l'analyse de l'effectif, des postes que nous devons renforcer, des joueurs qui en sont peut-être au stade où nous préférerions qu'ils soient vendus. Car, bien sûr, les clubs ont aussi besoin de ces revenus qui proviennent des échanges de joueurs.

Il s'agit donc de décisions sportives, et non, bien sûr, de décisions de l'entraîneur. Nous ne décidons pas qui va jouer ou non, mais nous réfléchissons en termes de marché et de joueurs. Je pense que c'était une décision très courageuse de la part du conseil d'administration. En effet, très souvent, les membres du conseil aiment être impliqués dans ce genre d'opérations, mais ils comprennent qu'il est essentiel que ces choix soient faits par des professionnels qui ont l'habitude de prendre ces décisions.

Les cinq joueurs que nous avons recrutés lors de la fenêtre de transfert hivernale sont le résultat des décisions de ce comité sportif et du soutien que nous avons reçu de la part du conseil d'administration.

Les normes professionnelles de la Saudi Pro League

La Saudi Pro League est une compétition très intéressante. Il y a de très bons joueurs et nous avons une très bonne organisation au sein de la SPL, avec des experts que j'ai rencontrés pour la première fois ici et qui en savent beaucoup sur l'industrie du football. Je faisais moi-même partie de la ligue portugaise et je travaillais sur un sujet très spécifique, les droits de télévision.

Ce que j'ai trouvé ici est extrêmement professionnel. Pour que le produit soit attractif, il faut que la concurrence soit forte et que tous les clubs se battent pour obtenir les mêmes résultats. Bien sûr, certains clubs sont plus importants que d'autres. En ce sens, je pense que le travail qui a commencé il y a peut-être un an ou un an et demi pour attirer des joueurs très importants doit se poursuivre.

Nous devons attirer plus de joueurs et les faire évoluer dans les différents clubs pour que les matchs soient plus attrayants. Nous ne voulons pas qu'il soit facile de gagner contre une petite équipe. Le concept devrait être le même que celui de la Premier League, par exemple, où une petite équipe peut battre un grand club parce que les revenus des droits de télévision sont répartis de manière très démocratique.

Les joueurs saoudiens qui vous ont le plus impressionné

Mes joueurs, pour être très honnête. Ce sont des joueurs que j'aime. Je ne veux pas mettre l'accent sur un joueur en particulier, car ce serait injuste pour le reste des joueurs.

Nous disposons d’un groupe de joueurs saoudiens dont certains sont très âgés et d'autres très jeunes. Ils méritent tous mon respect; je pense que ce sont de très bons professionnels.

Développer la marque Al-Ittihad dans le monde

Al-Ittihad est déjà un club très connu en dehors de l'Arabie saoudite, parce qu'il fait partie de la marque historique du Royaume, mais aussi parce que nous avons réussi à attirer de jeunes joueurs comme Benzema, Kanté, Fabinho, Luiz Felipe, Jota. Ils contribuent à concentrer l’attention sur le club.

J’estime que nous devons aller de l'avant. C'est la raison pour laquelle, par exemple, cette présaison sera différente de celle que nous avons connue la saison dernière. Nous serons en Europe. Une partie du travail que nous ferons pendant la présaison se déroulera entre l'Espagne et le Portugal. Nous jouerons des matchs européens non seulement au Portugal et en Espagne, mais aussi, probablement, en Europe centrale.

Voilà ce que nous voulons faire. Nous voulons avant tout préparer nos joueurs à de nouveaux défis. Nous voulons qu'ils jouent contre des équipes très importantes en Europe, mais nous voulons aussi que la communauté internationale prenne conscience de la qualité de notre club. Je pense que c'est le bon moment pour présenter certains des joueurs saoudiens que nous avons aujourd'hui, car ils sont vraiment bons.

Je ne pense pas qu'ils soient très connus sur le marché, mais ils le deviendront si nous les faisons jouer dans les meilleurs stades, contre les meilleures équipes.

L'impact de la signature de Karim Benzema

Commençons par l'extérieur du terrain. C'est évident, Karim est un joueur qui est un joueur international. Il y a très peu de joueurs «globaux». Je parlerais plutôt de marque internationale, mais c'est un joueur international: tout le monde connaît Karim Benzema. L'impact de ses supporters sur notre club a été impressionnant.

Je pense que le fait de voir Karim avec le maillot jaune et noir est une manière fantastique de montrer notre club au monde entier.

Mais, surtout, Karim est le lauréat du Ballon d'or. Il a joué dans l'un des meilleurs championnats du monde. Il a fait partie de la sélection française. La qualité de Karim ne fait donc aucun doute. Comme vous le savez, il a été blessé pendant une certaine période, pendant ces deux derniers mois. Maintenant, lors des dernières séances d'entraînement que nous avons eues cette semaine, on a pu constater que Karim était en très bonne forme et je pense qu'il sera un élément déterminant pour le reste de la saison.

Je suis satisfait de voir qu'il est souriant et investi. Je serai heureux quand je le verrai sur le terrain.

Les frustrations des supporters cette saison

Le rôle que nous jouons dans le club ne peut pas se limiter à ce très court terme. Je comprends la frustration des supporters, qui est aussi la mienne. Nous aurions aimé obtenir de meilleurs résultats cette saison. Mais, d'après mon expérience, il faut avant tout préparer l'avenir.

Il est important, notamment, d'avoir une académie. Nous avons déjà le nouveau terrain et nous commencerons à construire l'académie d’ici à très peu de temps. Il s’agit également de disposer d'une très bonne équipe de gestion. Nous avons déjà une équipe professionnelle en place.

Il s'agit en outre de prendre des décisions intelligentes dans la constitution de l'équipe, entre les joueurs internationaux et les joueurs saoudiens. Nous prenons ces décisions.

Une fois que ces fondations seront en place, le succès, le succès sportif, sera évident. Nous devons aller plus vite que nos concurrents, et c'est ce que nous ferons. Voici donc le message que je transmets à nos fans, que je respecte totalement: je vous comprends, mais, s'il vous plaît, sachez que nous faisons du bon travail en ce moment, qui consiste à préparer l'avenir.

Cet avenir sera brillant.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Dans le désert syrien, des milliers de déplacés oubliés

Dans un camp d'une région désertique aux confins de la Syrie, des milliers de déplacés fuyant la guerre dans leur pays sont "pris au piège" depuis des années, dépendant d'une aide qui ne leur parvient qu'au compte-gouttes. (AFP)
Dans un camp d'une région désertique aux confins de la Syrie, des milliers de déplacés fuyant la guerre dans leur pays sont "pris au piège" depuis des années, dépendant d'une aide qui ne leur parvient qu'au compte-gouttes. (AFP)
Short Url
  • "Nous sommes pris au piège", regrette Khaled, un policier de 50 ans ayant fait défection, qui refuse de donner son nom de famille pour des raisons de sécurité
  • Khaled a fui il y a huit ans sa région du centre de la Syrie, pour échapper aux exactions des jihadistes du groupe Etat islamique et aux forces du régime

BEYROUTH: Dans un camp d'une région désertique aux confins de la Syrie, des milliers de déplacés fuyant la guerre dans leur pays sont "pris au piège" depuis des années, dépendant d'une aide qui ne leur parvient qu'au compte-gouttes.

Au milieu d'un paysage lunaire balayé par les tempêtes du désert, le camp de Rokbane est situé dans un no man's land près de la frontière avec l'Irak et la Jordanie, qui ont tous deux fermé leurs frontières aux réfugiés syriens.

"Nous sommes pris au piège", regrette Khaled, un policier de 50 ans ayant fait défection, qui refuse de donner son nom de famille pour des raisons de sécurité.

"Nous ne pouvons pas nous rendre (dans les autres régions) de Syrie car nous sommes recherchés par le régime, et nous ne pouvons pas entrer en Jordanie ou en Irak", ajoute-t-il.

Khaled a fui il y a huit ans sa région du centre de la Syrie, pour échapper aux exactions des jihadistes du groupe Etat islamique et aux forces du régime.

Le conflit en Syrie s'est déclenché en 2011 par la répression de manifestations prodémocratie, et s'est complexifié au fil des ans avec l'implication d'acteurs régionaux, de puissances étrangères et de groupes jihadistes, sur un territoire de plus en plus morcelé.

Le camp de Rokbane est situé dans une enclave protégée par une base militaire de la coalition internationale antijihadiste dirigée par Washington.

Le régime syrien contrôle les zones tout autour et le passage de l'aide est tributaire de son bon vouloir.

Rokbane a été établi en 2014, au plus fort de la guerre et a compté à un moment plus de 100.000 résidents, mais il n'en reste plus que 8.000 aujourd'hui.

« De pain et de thé »

Poussés par la faim, la pauvreté et l'absence de soins, un grand nombre de déplacés sont partis, surtout depuis que la Jordanie a fermé sa frontière en 2016.

L'ONU qualifie la situation de "désespérée" dans le camp où aucun convoi d'aide humanitaire n'a pénétré depuis 2019. Les vivres y sont acheminées en contrebande et revendues à prix d'or.

Mais les habitants risquent de ne plus recevoir ces maigres réserves. Ils affirmant que les postes de contrôle du régime ont mis fin à tous les itinéraires de contrebande vers le camp il y a environ un mois.

"Mes filles vivent de pain et de thé. Les vivres commencent à manquer", déplore Khaled, joint au téléphone par l'AFP.

La plupart des familles subsistent grâce à l'envoi d'argent par leurs proches à l'étranger ou aux salaires de quelque 500 hommes qui travaillent dans la base américaine voisine pour 400 dollars par mois, explique Mohammad Derbas al-Khalidi.

Ce père de 14 enfants, qui dirige le conseil local du camp, indique être recherché par le régime pour avoir aidé des déserteurs au début de la guerre.

"Si je n'avais pas peur pour mes enfants et pour moi-même, je ne serais pas resté dans ce désert", assure-t-il.

Déportés de Jordanie

Les seuls nouveaux arrivants dans le camp sont chaque année quelques dizaines de Syriens déportés à leur sortie de prison par les autorités jordaniennes, selon le conseil local du camp et l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

Depuis début 2024, 24 Syriens ont été déportés, dont Mohammed al-Khalidi, un mécanicien de 38 ans, qui était emprisonné en Jordanie pour trafic de drogue.

Il dit craindre d'être arrêté s'il revient dans la région de Homs dont il est originaire, sous contrôle des forces gouvernementales syriennes, et où il ne lui reste ni maison ni famille.

"Mes proches sont tous en Jordanie, et tous ceux qui étaient en Syrie ont été tués ou sont partis", affirme-t-il à l'AFP qui l'a contacté par téléphone.

Interrogé par l'AFP, un responsable jordanien a affirmé sous couvert de l'anonymat que le royaume "n’a pas forcé et ne forcera aucun réfugié syrien à retourner en Syrie".

« Comme une prison »

"Ce camp a les pires conditions de vie", affirme à l'AFP Mouaz Moustafa, de l'association Syrian Emergency Task Force, basée aux Etats-Unis, qui s'est rendu à Rokbane.

Son groupe a réussi à y acheminer de l'aide par avion, avec l'aide de la base américaine voisine.

"Mais ils ont besoin en premier, avant même la nourriture, de médecins", souligne Mouaz Moustafa, évoquant le cas d'un nouveau né souffrant de problèmes respiratoires ou d'accouchements compliqués.

Après un appel aux dons, Mohammed, 22 ans, a pu partir pour Homs dans le centre de la Syrie, pour subir une intervention chirurgicale au foie.

Quelques mois plus tard, il a échappé au service militaire en Syrie en fuyant au Liban. "N'importe quel endroit sur terre est mieux que Rokbane", dit-il à l'AFP, joint au téléphone.

Il n'a plus vu sa mère et ses deux frères depuis deux ans, ces derniers étant toujours bloqués à Rokbane. "Ma famille sait qu'elle ne sortira jamais (...) Ce camp est comme une prison."


Maroc: nouvelle grande marche en solidarité avec les Palestiniens

"Liberté pour la Palestine", "Si on se tait qui parlera?" ou "Non à la normalisation" ont été scandés par les manifestants dont beaucoup portaient des keffiehs ou brandissaient des drapeaux palestiniens. (AFP)
"Liberté pour la Palestine", "Si on se tait qui parlera?" ou "Non à la normalisation" ont été scandés par les manifestants dont beaucoup portaient des keffiehs ou brandissaient des drapeaux palestiniens. (AFP)
Short Url
  • Ils ont marché dans les principales artères du centre ville de Casablanca à l'appel du Front marocain de soutien à la Palestine et contre la normalisation,
  • Depuis le début de la guerre à Gaza le 7 octobre, plusieurs manifestations de grande ampleur ont eu lieu au Maroc pour réclamer la fin de la normalisation, alors que l'opposition à ce processus était jusque-là limitée

CASABLANCA: Des milliers de Marocains ont défilé de nouveau dimanche à Casablanca en soutien au peuple palestinien et contre la normalisation des relations de leur pays avec Israël, a constaté une journaliste de l'AFP.

"Liberté pour la Palestine", "Si on se tait qui parlera?" ou "Non à la normalisation" ont été scandés par les manifestants dont beaucoup portaient des keffiehs ou brandissaient des drapeaux palestiniens.

Ils ont marché dans les principales artères du centre ville de Casablanca à l'appel du Front marocain de soutien à la Palestine et contre la normalisation, regroupant des partis de gauche et des mouvements islamistes.

"Il m'est impossible de rester indifférente et silencieuse face au sort des Palestiniens qui se font tuer au quotidien", déclare à l'AFP Zahra Bensoukar, une manifestante de 43 ans.

"Je participe à cette marche en solidarité avec le peuple palestinien, contre le massacre sioniste à Gaza et contre la normalisation", explique pour sa part Idriss Amer, 48 ans.

Le Maroc et Israël ont normalisé leurs relations diplomatiques en décembre 2020 en échange de la reconnaissance par les Etats-Unis de la souveraineté de Rabat sur le territoire disputé du Sahara occidental.

Depuis le début de la guerre à Gaza le 7 octobre, plusieurs manifestations de grande ampleur ont eu lieu au Maroc pour réclamer la fin de la normalisation, alors que l'opposition à ce processus était jusque-là limitée.

La guerre a été déclenchée par l'attaque sanglante menée par le Hamas dans le sud d'Israël, qui a entraîné la mort, côté israélien, de plus de 1.170 personnes, selon un bilan de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

En riposte, Israël a lancé une offensive tous azimuts sur la bande de Gaza, qui a déjà fait plus de 35.400 morts, en majorité des civils, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza dirigé par le Hamas.

Le royaume a officiellement dénoncé "de flagrantes violations des dispositions du droit international et du droit humanitaire" par Israël dans ses représailles contre le Hamas, sans remettre en question le processus de normalisation entre les deux pays.


L’Arabie saoudite propose d’aider l’Iran après le crash de l’hélicoptère transportant le président Raïssi

Des séquences vidéo montrent le président iranien Ebrahim Raïssi (à gauche) avec un membre non identifié de sa délégation à bord d’un hélicoptère dans la région de Jofa, dans la province occidentale de l’Azerbaïdjan oriental. (AFP)
Des séquences vidéo montrent le président iranien Ebrahim Raïssi (à gauche) avec un membre non identifié de sa délégation à bord d’un hélicoptère dans la région de Jofa, dans la province occidentale de l’Azerbaïdjan oriental. (AFP)
Short Url
  • Le ministère des Affaires étrangères a déclaré que le Royaume suivait les nouvelles de l’accident avec «une grande inquiétude»
  • Raïssi était en visite dans la province où il a inauguré un projet de barrage avec le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev, à la frontière entre les deux pays

RIYAD: Le royaume d’Arabie saoudite a exprimé son soutien à l’Iran et s’est dit prêt à fournir toute l’aide nécessaire après le crash, dimanche, d’un hélicoptère transportant le président iranien Ebrahim Raïssi.

Le ministère des Affaires étrangères a déclaré que le Royaume suivait les nouvelles de l’accident avec «une grande inquiétude».

Par ailleurs, le gouvernement irakien a déclaré, dans un communiqué, avoir demandé à son ministère de l’Intérieur, au Croissant-Rouge et à d’autres organismes concernés d’offrir leur aide à l’Iran voisin dans le cadre de la mission de recherche.

Les équipes iraniennes de recherche et de sauvetage parcouraient un flanc de montagne dans la brume après la disparition de l’hélicoptère transportant le président de l’Iran et son ministre des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, dans un «accident» dimanche, indiquent les médias d’État.

Les craintes se sont accrues quant à la disparition de Raïssi, après que le contact avec l’hélicoptère qui le transportait dans la province de l’Azerbaïdjan oriental a été perdu, selon des informations.

Raïssi était en visite dans la province où il a inauguré un projet de barrage avec le président azerbaïdjanais, Ilham Aliyev, à la frontière entre les deux pays.

«Aujourd'hui, après avoir fait nos adieux amicaux au président de la République islamique d’Iran, Ebrahim Raïssi, nous avons été profondément troublés par la nouvelle de l’atterrissage en catastrophe d’un hélicoptère transportant la plus haute délégation en Iran», déclare Aliyev.

«Nos prières vont au président Ebrahim Raïssi et à la délégation qui l’accompagne. En tant que pays voisin, ami et frère, la république d’Azerbaïdjan est prête à offrir toute l’aide nécessaire», ajoute-t-il.

Le Qatar se dit prêt à fournir «tout le soutien nécessaire» aux efforts de recherche de l’Iran après le crash de l’hélicoptère.

Le ministère des Affaires étrangères des Émirats arabes unis a déclaré dans un communiqué que le pays se tenait aux côtés de l’Iran et était prêt à soutenir les efforts visant à retrouver l’hélicoptère transportant Raïssi.

Le ministère turc des Affaires étrangères a déclaré suivre avec tristesse l’évolution de l’accident d’hélicoptère survenu dimanche en Iran, espérant le meilleur pour le président, ajoutant que des mesures avaient été prises pour fournir tout le soutien nécessaire aux activités de recherche et de sauvetage.

L’Union européenne a déclaré avoir activé son «service de cartographie de crise» pour aider l’Iran à rechercher l’hélicoptère.

La Russie s’est également déclarée prête à apporter son aide à l’Iran. «La Russie est prête à apporter toute l’aide nécessaire à la recherche de l’hélicoptère disparu et à enquêter sur les raisons de l’incident», a écrit la porte-parole du ministère des Affaires étrangères Maria Zakharova sur l’application de messagerie Telegram.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com