Face à la menace d'une famine, les généraux soudanais écouteront-ils les appels à un cessez-le-feu pendant le ramadan?

Des Soudanais qui ont fui le conflit à Geneina, dans la région soudanaise du Darfour, reçoivent de la nourriture distribuée par des volontaires de la Croix-Rouge à Ourang, dans la banlieue d’Adré, au Tchad. (Photo, Reuters)
Des Soudanais qui ont fui le conflit à Geneina, dans la région soudanaise du Darfour, reçoivent de la nourriture distribuée par des volontaires de la Croix-Rouge à Ourang, dans la banlieue d’Adré, au Tchad. (Photo, Reuters)
Des enfants soudanais déplacés par le conflit reçoivent des portions de riz dans un centre de réfugiés au Tchad. (Photo, AFP)
Des enfants soudanais déplacés par le conflit reçoivent des portions de riz dans un centre de réfugiés au Tchad. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 10 mars 2024

Face à la menace d'une famine, les généraux soudanais écouteront-ils les appels à un cessez-le-feu pendant le ramadan?

  • Les populations souffrent de la faim en raison du conflit prolongé alors que le monde islamique s’apprête à entamer le mois sacré
  • L’effondrement économique contraint la plupart des Soudanais à donner la priorité à la survie plutôt qu’aux joies partagées des repas en commun

ABIDJAN: Alors que le monde islamique s'apprête à entamer le mois sacré du ramadan, avec son jeûne requis pendant les heures de la journée, la population du Soudan a faim, mais ce n’est pas un choix. Onze mois de violence ont conduit ce pays d’Afrique de l’Est au bord de la famine.

En raison du conflit qui sévit dans le pays depuis près d’un an, les récoltes de sésame et de gomme arabique, autrefois abondantes, ont diminué. Par ailleurs, le spectre de la famine plane sur les communautés isolées par les combats et auxquelles l’aide humanitaire ne peut accéder.

«Cette année, le ramadan sera difficile, en raison de la menace imminente de famine», a déclaré à Arab News Mendy Ahbizzy, un Soudanais vivant dans le Kordofan du Sud.

«Des États comme le Kordofan du Sud et le Gadarif, qui fournissaient traditionnellement de la nourriture pendant la saison des pluies l’année dernière, n’ont pas beaucoup produit.»

1
Déplacement massif de Soudanais, quittant Khartoum ou toute autre ville dans les véhicules dont ils disposent. (Photo, AFP)

Osama Eklas, activiste pro-démocratie dans la ville d’Atbara sur le Nil, située dans le nord du pays, a confié qu’elle ne voyait «que du désespoir, pas de grand espoir pour les semaines ou les mois à venir».

«Peu d’aide humanitaire a été acheminée et les gens sont de plus en plus désemparés au fil des jours», a-t-elle indiqué à Arab News.

La faim a atteint des proportions catastrophiques, soulignant le besoin urgent d’un cessez-le-feu pendant le ramadan. Selon l’ONU, environ 25 millions de personnes, soit la moitié de la population soudanaise d’avant-guerre, ont désormais besoin d’une aide humanitaire, 18 millions d’entre elles étant en situation d’insécurité alimentaire aiguë.

1
Les réfugiés soudanais dans les camps des pays voisins sont confrontés à la menace d’une baisse de l’aide alimentaire alors que l’ONU a vu son soutien financier réduit. (Photo, AFP)

Cette crise est née d’une lutte de pouvoir acharnée entre le général Abdel Fattah al-Burhane, président de facto et chef des Forces armées soudanaises (FAS), et Mohammed Hamdane Dagalo, commandant des Forces paramilitaires de soutien rapide (FSR).

Autrefois alliés au sein du gouvernement de transition du Soudan après le coup d’État de 2021, les deux hommes sont devenus des ennemis jurés. Le conflit qui en résulte a causé des milliers de morts, des déplacements massifs et des atrocités horribles, en particulier à l’encontre des communautés non-arabes du Darfour.

1
Le chef des Forces armées soudanaises, Abdel Fattah al-Burhane (à gauche) et son ancien adjoint, Mohammed Hamdane Dagalo, commandant des Forces de soutien rapide. (Photo, AFP)

Jeudi, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a lancé un appel passionné en faveur d’un cessez-le-feu, exhortant les généraux en conflit à déposer les armes et à respecter les valeurs du ramadan.

Il a brossé un tableau sombre d’enfants mourant de malnutrition. Toutefois, ce message risque de tomber dans l’oreille d’un sourd, car les généraux belligérants ignorent les multiples appels au cessez-le-feu depuis le début des violences, le 15 avril dernier.

Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Union africaine, a lui aussi appelé à un cessez-le-feu national pour le mois sacré du ramadan afin de faciliter l’acheminement de l’aide humanitaire aux civils qui en ont cruellement besoin et d’empêcher la famine.

EN CHIFFRES

25 millions de personnes «prises dans la spirale» de l’insécurité alimentaire.

 

18 millions de personnes «en situation d’insécurité alimentaire aiguë» à l’intérieur du Soudan.

 

90% des habitants du Soudan sont confrontés à des «niveaux de faim extrêmes».

 

4,2 millions de femmes et de filles exposées à un risque accru de violence sexuelle.

(Source: ONU)

Vendredi, le Conseil de sécurité de l’ONU a voté massivement en faveur d’une résolution rédigée par le Royaume-Uni appelant Al-Burhane et Dagalo à cesser immédiatement les hostilités pendant le ramadan, avec le soutien de quatorze pays et l’abstention de la Russie uniquement.

Le ministère soudanais des Affaires étrangères a publié un communiqué dans lequel il énumère un certain nombre de conditions pour qu’un cessez-le-feu soit effectif, tandis que les FSR n’ont pas répondu. Pourtant, les deux parties sont certainement conscientes que les appels à la trêve sont une demande désespérée pour arrêter la spirale descendante du Soudan vers la famine et le chaos.

1
Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies a déclaré qu’il avait dû réduire l’aide aux réfugiés soudanais au Tchad en raison d’un manque de fonds. (Photo, AFP)

M. Guterres a mis en garde contre la possibilité d’une instabilité régionale «aux proportions dramatiques», couvrant le Sahel du Mali à l’ouest jusqu’à la Corne de l’Afrique et la mer Rouge à l’est, si l’on laisse le conflit perdurer.

Le Soudan accueille aujourd’hui la plus grande population déplacée au monde, avec 6,3 millions de personnes forcées de quitter leur foyer, tandis que 1,7 million d’autres se sont réfugiées dans les pays voisins.

L’impact de la guerre sur les habitudes alimentaires des Soudanais a été profond.

La cuisine soudanaise, autrefois symbole d’harmonie communautaire et de variété avec ses ragoûts, ses sauces, ses salades fraîches et ses pains, est devenue un lointain souvenir pour une population aujourd’hui aux prises avec la pauvreté et l’insécurité alimentaire.

La situation économique, caractérisée par une forte taxation des produits importés et une inflation élevée qui en découle, a contraint la plupart des Soudanais à donner la priorité à la survie plutôt qu’aux joies partagées des repas en commun.

Même avant l’éclatement du dernier conflit, l’économie politique soudanaise était caractérisée par un large fossé entre les nantis et les démunis.

1
Manifestation de soutien à l’armée soudanaise à Wad Madani, le 17 décembre 2023, dans le cadre de la guerre contre les Forces paramilitaires de soutien rapide. (Photo, AFP)

Aujourd’hui, après onze mois de combats incessants, une grande partie de la population, qui ne dispose pas des ressources nécessaires pour exploiter le potentiel de la terre, doit se contenter de céréales hors de prix pour se nourrir.

D’immenses étendues de terres arables, abandonnées par les Soudanais en fuite, sont désormais vulnérables à la désertification inexorable provoquée par la sécheresse et le changement climatique.

Dans le Soudan du Sud en crise, où environ 600 000 personnes sont réfugiées, des camps de transit surpeuplés témoignent d’une sombre réalité. Ici, les familles déjà éprouvées par les privations liées au déplacement sont confrontées à davantage de privations.

1
Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies a déclaré qu’il avait dû réduire l’aide aux réfugiés soudanais au Tchad en raison d’un manque de fonds. (Photo : PAM, Eloge Mbaihondoum)

Selon le Programme alimentaire mondial des Nations unies (PAM), un enfant sur cinq traversant la frontière souffre de malnutrition. Seulement 5% de la population soudanaise peut s’offrir un repas complet par jour, ce qui donne une image désastreuse de l’insécurité alimentaire généralisée.

Pour Samah Salmane, spécialiste soudano-américaine de la sécurité alimentaire, cette crise de la faim est le fruit d’un mélange de plusieurs facteurs tels que le conflit, les précipitations irrégulières et les mauvaises récoltes.

«La dévastation économique et les déplacements internes ont entraîné un écart de 50% dans les besoins de sécurité alimentaire du Soudan», a expliqué M. Salmane à Arab News. «Les personnes qui prenaient autrefois trois repas par jour se retrouvent aujourd’hui avec un seul repas par jour.»

1
Les personnes qui prenaient autrefois trois repas par jour se retrouvent aujourd’hui avec un seul repas par jour. (Photo, AFP)

Les mêmes tendances qui affectent l’agriculture en général s’appliquent à la gomme arabique, un produit stratégique mais non comestible du secteur de l’agriculture et de la sylviculture, qui était autrefois la principale culture de rente du Soudan.

«Au Darfour, au Kordofan et à Khartoum, les conflits et l’insécurité empêchent les agriculteurs et les cueilleurs de gomme arabique d’accéder aux champs, ce qui réduit les surfaces cultivées de 40 à 50%», a précisé M. Salmane. 

1
La guerre au Soudan a gravement affecté la production de gomme arabique, l’une des principales exportations du pays. (Photo, AFP)

L’instabilité économique exacerbe la crise dans tous les domaines de l’agriculture. Au cours du dernier trimestre, le Soudan a vu l’inflation grimper en flèche pour atteindre 200 à 250%, soit le troisième taux le plus élevé au monde.

«Le taux de change sur le marché parallèle a doublé, passant de 600 livres soudanaises pour un dollar américain (1 dollar = 0,91 euro) au début du conflit à environ 1100 livres soudanaises aujourd’hui, ce qui exacerbe la crise économique», a souligné M. Salmane. 

Selon une récente note de synthèse de Clingendael, l’Institut néerlandais des relations internationales, cette situation est aggravée par la destruction délibérée des systèmes alimentaires du Soudan par les parties belligérantes, ce qui entrave les mécanismes de survie de la population.

Clingendael a ajouté que le monde devait prendre conscience de la menace de famine qui pèse sur le Soudan et a proposé des mesures concrètes pour relever ce défi.

1
Des commerçants et des éleveurs d’ânes se rassemblent sur un marché ouvert dans l’État de Gedaref, dans l’est du Soudan, le 16 février 2024, alors que les ânes sont de plus en plus utilisés pour le transport en raison de la pénurie de carburant et d’essence dans ce pays ravagé par la guerre. (Photo, AFP)

Ils recommandent notamment d’injecter de l’argent mobile directement aux producteurs locaux et d’aider les consommateurs par l’intermédiaire de «salles d’intervention d’urgence». Ils recommandent également d’augmenter immédiatement et de manière substantielle l’aide alimentaire et le soutien en matière d’approvisionnement en eau, d’assainissement et d’hygiène.

Mettant en garde contre l’éventualité de la plus grave crise alimentaire mondiale depuis des décennies, Clingendael a insisté sur la nécessité pour les puissances mondiales de mobiliser d’urgence des ressources et de réagir de manière décisive afin d’éviter une famine de masse.

Un développement récent a apporté une lueur d’espoir, le gouvernement soudanais dirigé par les FAS ayant accepté, pour la première fois, de recevoir de l’aide humanitaire via le Tchad et le Soudan du Sud, même si cette aide devra passer par des territoires contrôlés par leur adversaire, les FSR.

L’expression traditionnelle soudanaise «Nous avons mangé ensemble», qui symbolisait autrefois l’harmonie et la paix, constitue aujourd’hui un rappel poignant des défis auxquels est confrontée une nation déchirée par les conflits et la faim.

Alors que le Ramadan débute, la communauté internationale observe la situation avec une inquiétude croissante, espérant que les appels au cessez-le-feu seront entendus et que les valeurs du mois sacré apporteront une paix durable au peuple soudanais.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Beyrouth défend son aéroport après des allégations de stockage d'armes du Hezbollah

Le directeur de l'aéroport de Beyrouth, Fadi el-Hassan, a déclaré à l'AFP que tous les avions arrivant à l'aéroport "sont soumis aux mêmes procédures douanières", y compris les avions iraniens. (AFP)
Le directeur de l'aéroport de Beyrouth, Fadi el-Hassan, a déclaré à l'AFP que tous les avions arrivant à l'aéroport "sont soumis aux mêmes procédures douanières", y compris les avions iraniens. (AFP)
Short Url
  • De hauts responsables libanais ont défendu l'aéroport de Beyrouth lors d'une visite organisée pour la presse et des diplomates lundi pour démentir les informations d'un quotidien britannique selon lequel le Hezbollah y stocke des armes
  • Il avançait en outre que des employés de l'aéroport auraient constaté l'arrivée de "caisses mystérieuses" à l'aéroport de Beyrouth au début des affrontements entre Israël et le Hezbollah

BEYROUTH: De hauts responsables libanais ont défendu l'aéroport de Beyrouth lors d'une visite organisée pour la presse et des diplomates lundi pour démentir les informations d'un quotidien britannique selon lequel le Hezbollah y stocke des armes.

Le mouvement armé et financé par l'Iran a ouvert le front contre Israël le 8 octobre 2023 en soutien à son allié du Hamas palestinien à Gaza.

Dans un article publié en ligne dimanche, The Telegraph a affirmé que le Hezbollah stockait missiles et explosifs iraniens à l'aéroport, situé au sud de la capitale, dans une zone où le Hezbollah est prépondérant.

Il avançait en outre que des employés de l'aéroport auraient constaté l'arrivée de "caisses mystérieuses" à l'aéroport de Beyrouth au début des affrontements entre Israël et le Hezbollah.

Les responsables libanais ont immédiatement démenti ces allégations.

Des diplomates représentant l'Egypte, l'Allemagne ou l'Union européenne entre autres, ainsi que des journalistes, ont participé à la visite chaotique du seul aéroport international du Liban.

Ils ont notamment pénétré dans un entrepôt où des cartons de marchandises étaient empilés sur des palettes, dans lequel sont placées les marchandises en provenance d'Iran et d'autres destinations.

Les visiteurs sont ensuite entrés dans un immense entrepôt adjacent au tarmac, où davantage de marchandises étaient stockées.

"L'aéroport respecte les normes internationales", a assuré le ministre des Transports Ali Hamié, qui a dirigé la visite.

Il a ajouté que l'article du Telegraph s'inscrivait dans le cadre d'une "guerre psychologique" contre le Liban et constituait une "atteinte à la réputation" de l'aéroport.

"Notre présence est un message de soutien" au Liban et "un message à toutes les parties pour dire que le calme est nécessaire", a déclaré l'ambassadeur égyptien Alaa Moussa, même si selon lui, inspecter l'aéroport n'est pas du ressort des diplomates.

« Eté prometteur »

Le directeur de l'aéroport de Beyrouth, Fadi el-Hassan, a déclaré à l'AFP que tous les avions arrivant à l'aéroport "sont soumis aux mêmes procédures douanières", y compris les avions iraniens.

Il a indiqué que les arrivées à Beyrouth étaient en augmentation et que "les passagers arrivés au Liban depuis début juin ont dépassé les 300.000 -- c'est un très bon chiffre".

"Si Dieu le veut, on s'attend à un été prometteur", a-t-il déclaré, les expatriés ayant pour habitude de revenir en grand nombre pour passer l'été au Liban.

Dans le hall des arrivées, des familles attendaient leurs proches, certaines portant des bouquets de fleurs, tandis que les détails des vols en provenance notamment de Chypre, de Turquie, d'Égypte et du Qatar apparaissaient sur les écrans d'affichage.

Rola Qassem, une femme au foyer d'une cinquantaine d'années qui venait d'arriver de Côte d'Ivoire pour passer l'été dans le sud du Liban avec sa famille, a affirmé ne pas croire aux informations faisant état d'armes stockées à l'aéroport.

"Ce sont des mensonges pour que les gens aient peur d'aller au Liban, pour arrêter le tourisme", a-t-elle déclaré à l'AFP.

Le Hezbollah n'a pas commenté les informations du quotidien britannique.

Israël accuse depuis plusieurs années le Hezbollah, de convertir des roquettes en missiles de précision, notamment sur un site près de l'aéroport international de Beyrouth, ce que le mouvement chiite avait démenti en 2020.

La rhétorique belliqueuse et l'intensification des échanges de tirs transfrontaliers entre le Hezbollah et Israël ces derniers jours font craindre une extension du conflit.

Israël a bombardé l'aéroport de Beyrouth lors de ses conflits par le Liban par le passé, dont la dernière guerre contre le Hezbollah en 2006.


Le vice-ministre saoudien des affaires étrangères souligne la nécessité d'un arrêt immédiat des opérations militaires israéliennes à Gaza

Le vice-ministre saoudien des Affaires étrangères, Waleed bin Abdulkarim Al-Khuraiji, s'exprime lors de la 19e réunion des ministres des Affaires étrangères du Dialogue de coopération asiatique à Téhéran. (SPA)
Le vice-ministre saoudien des Affaires étrangères, Waleed bin Abdulkarim Al-Khuraiji, s'exprime lors de la 19e réunion des ministres des Affaires étrangères du Dialogue de coopération asiatique à Téhéran. (SPA)
Short Url
  • Le vice-ministre saoudien des Affaires étrangères, Waleed bin Abdulkarim Al-Khuraiji, a souligné lundi la nécessité d'un arrêt immédiat des opérations militaires israéliennes à Gaza et de la protection des civils.
  • M. Al-Khuraiji a déclaré qu'il était nécessaire d'assurer l'arrivée de l'aide humanitaire et d'intensifier les efforts pour parvenir à la création d'un État palestinien indépendant sur la base des frontières de 1967

RIYADH : Le vice-ministre saoudien des Affaires étrangères, Waleed bin Abdulkarim Al-Khuraiji, a souligné lundi la nécessité d'un arrêt immédiat des opérations militaires israéliennes à Gaza et de la protection des civils.

S'exprimant lors de la 19e réunion des ministres des affaires étrangères du Dialogue de coopération asiatique à Téhéran, M. Al-Khuraiji a déclaré qu'il était nécessaire d'assurer l'arrivée de l'aide humanitaire et d'intensifier les efforts pour parvenir à la création d'un État palestinien indépendant sur la base des frontières de 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale.

Il a également parlé de l'importance d'approfondir la coopération pour faire face à divers défis, y compris la sécurité alimentaire et énergétique, a rapporté l'agence de presse saoudienne.

Al-Khuraiji a déclaré que le Royaume croit en l'importance de renforcer la coopération dans les domaines et les défis émergents, y compris la crise du changement climatique.

Le renforcement de la coopération dans le domaine de la gouvernance mondiale de l'intelligence artificielle et des nouvelles technologies, ainsi que l'action collective pour apaiser les tensions et promouvoir le dialogue et l'action commune sont également nécessaires, a déclaré M. Al-Khuraiji lors de la réunion.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Egypte: 33 tombes antiques découvertes à l'ouest d'Assouan

Cette photo publiée par le ministère égyptien du Tourisme et des Antiquités le 24 juin 2024 montre le site d'une découverte de 33 tombes antiques dans la ville d'Assouan, dans le sud de l'Égypte. (Photo, AFP)
Cette photo publiée par le ministère égyptien du Tourisme et des Antiquités le 24 juin 2024 montre le site d'une découverte de 33 tombes antiques dans la ville d'Assouan, dans le sud de l'Égypte. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les archéologues ont trouvé des "outils funéraires et des restes de momies permettant d'en savoir plus sur les maladies" qui sévissaient à l'époque
  • La mission égypto-italienne fouille depuis 2018 la zone autour du mausolée de l'Aga Khan, sur la rive ouest du Nil, en face du centre-ville d'Assouan où est enterré Sir Sultan Mohammad Chah, considéré en son temps comme l'homme le plus riche du monde

LE CAIRE: Trente-trois sépultures familiales comportant des restes de momies et permettant d'avoir davantage de connaissances sur les maladies des époques tardive et gréco-romaine ont été découvertes à l'ouest d'Assouan par une mission égypto-italienne, ont annoncé lundi les autorités.

La mission archéologique travaillait à proximité du mausolée de l'Aga Khan, dans le sud-est de l'Egypte, et y a découvert "33 tombes" remontant aux époques tardive (de 712 à 332 avant J.C.) et gréco-romaine (de 332 avant J.C. au IV siècle après J.C.), a déclaré le ministère du Tourisme et des Antiquités dans un communiqué.

Les archéologues ont trouvé des "outils funéraires et des restes de momies permettant d'en savoir plus sur les maladies" qui sévissaient à l'époque, selon la même source.

"Certaines momies présentent des signes d'anémie, de malnutrition, de maladies pulmonaires, de tuberculose et d'ostéoporose", a affirmé Patricia Piacentini, la cheffe du pendant italien de la mission et professeure d'égyptologie à l'université de Milan.

La mission égypto-italienne fouille depuis 2018 la zone autour du mausolée de l'Aga Khan, sur la rive ouest du Nil, en face du centre-ville d'Assouan où est enterré Sir Sultan Mohammad Chah, considéré en son temps comme l'homme le plus riche du monde.

L'Egypte annonce régulièrement des découvertes archéologiques, qualifiées par certains experts d'effets d'annonce ayant une portée politique et économique plus que scientifique.

Car le pays de 106 millions d'habitants, en grave crise économique, compte sur le secteur du tourisme (deux millions d'emplois et plus de 10% du PIB) pour redresser ses finances. Son gouvernement table sur 30 millions de touristes par an d'ici 2028, contre 13 millions avant le Covid-19.