Malgré les guerres, le 11-Septembre et le Covid, le plus vieux saloon de New York a 170 ans

Peu de choses ont changé depuis 170 ans que le McSorley's OLD Ale House sert ses clients dans l'East Village de Manhattan. La propriétaire de l'établissement new-yorkais, Teresa Maher, explique que le secret est simple : "faire couler l'ale et garder la porte ouverte". (Photo de Charly Triballeau AFP)
Peu de choses ont changé depuis 170 ans que le McSorley's OLD Ale House sert ses clients dans l'East Village de Manhattan. La propriétaire de l'établissement new-yorkais, Teresa Maher, explique que le secret est simple : "faire couler l'ale et garder la porte ouverte". (Photo de Charly Triballeau AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 25 février 2024

Malgré les guerres, le 11-Septembre et le Covid, le plus vieux saloon de New York a 170 ans

  • Le lieu est rustique et le décor a à peine bougé depuis le début du XXe siècle. Le plancher est hors d'âge et couvert de sciure de bois
  • L'un de ses plus anciens clients est un pompier à la retraite de 93 ans, Mike Rousso, dont le casque numéro 6 est accroché au mur du bar

NEW YORK : Il a connu la Guerre de sécession, deux conflits mondiaux, le 11-Septembre et le Covid-19: le plus ancien saloon de New York tient debout depuis 170 ans en servant quelques bières et des burgers, un morceau d'histoire de la mégapole américaine.

Le secret du McSorley's Old Ale House niché depuis 1854 dans l'East Village de Manhattan? «Faire couler la bière et laisser la porte ouverte», résume sa patronne Teresa Maher qui a succédé en 1994 à son père Matthew Maher, gérant de cette institution new-yorkaise de 1977 à sa mort en 2020.

«C'est un petit lieu très connu», lance-t-elle à l'AFP en tirant ses deux seules pressions, une blonde et une brune, uniques boissons alcoolisées de ce pub américano-irlandais à la façade noire et verte qui a ouvert sept ans avant le déclenchement de la Guerre de sécession (1861-1865) et n'a été dirigé que par trois familles.

«Après 170 ans, beaucoup de gens viennent voir si on est toujours là», s'amuse Mme Maher dont la devise sur le site internet du pub est: «Nous étions là avant votre naissance».

McSorley's Old Ale House vient de fêter son 170e anniversaire avec des gâteaux et des chansons, célébrant aussi comme nombre de bars, restaurants, cafés new-yorkais le fait d'avoir tenu malgré la pandémie de Covid-19 dont la ville se relève.

En 2020, la municipalité avait imposé des règles sanitaires draconiennes forçant les établissements à vendre à emporter ou à servir sur des terrasses montées à la hâte sur les trottoirs.

Un commerce de bouche sur 25 a disparu, notamment en raison de la hausse vertigineuse des prix des baux commerciaux après la pandémie, selon un rapport de 2022.

- «Soyez gentils ou partez» -

«On est propriétaire des murs ce qui nous met pour l'instant à l'abri», espère Mme Maher qui applique à ses clients un autre commandement historique en Amérique: «Be good or be gone» («Soyez gentils ou partez»).

Aujourd'hui impensable, une autre ancienne devise du saloon vantait jusqu'en 1970 «la bonne bière, les oignons et... pas de femmes», avant que McSorley's Old Ale House ne soit légalement contraint d'accepter les deux sexes.

Le lieu est rustique et le décor a à peine bougé depuis le début du XXe siècle. Le plancher est hors d'âge et couvert de sciure de bois.

La carte des plats et des boissons se limite à des burgers/frites, hot dogs, quelques sandwiches dont le réputé au pâté de foie, deux bières et trois sodas.

Les prix sont très inférieurs à n'importe quel estaminet new-yorkais.

Ce qui explique que des consommateurs réguliers, curieux et touristes continuent de pousser les portes battantes du saloon.

- Dinde en 1917 -

L'un de ses plus anciens clients est un pompier à la retraite de 93 ans, Mike Rousso, dont le casque numéro 6 est accroché au mur du bar.

McSorley's Old Ale House est d'ailleurs fier de ses liens étroits avec les corps des pompiers, policiers et militaires new-yorkais.

Avec ses moments d'Histoire.

En 1917, avant d'être déployés en Europe durant la Première guerre mondiale, des hommes du 69e régiment d'infanterie de New York étaient partis avec de la dinde préparée par leurs familles dans les cuisines du restaurant.

Et le pub n'est qu'à trois kilomètres du site du World Trade Center dont les deux tours jumelles furent détruites par des avions précipités par le groupe jihadiste Al-Qaïda le 11 septembre 2001, faisant près de 3.000 morts.

«C'est dément ici pour la commémoration du 11-Septembre», confie l'un des habitués, Phil Lavigne, policier à la retraite.

Et la relève est déjà assurée: Sebastian Maher, 19 ans, «regarde comment fait (sa) mère et veu(t) bien sûr un jour diriger» McSorley's Old Ale House.

 


Une météorite pourrait être à l'origine d'une mystérieuse détonation entendue en Méditerranée

Cette photographie prise depuis un avion de ligne le 11 juillet 2021 montre une vue aérienne de l'île d'Elbe (en haut à gauche) dans la mer Tyrrhénienne au large de la ville côtière de Piombino (à droite) en Toscane, en Italie, et de la pointe de l'île française de Corse (à l'arrière). (Photo Laurent Emmanuel AFP)
Cette photographie prise depuis un avion de ligne le 11 juillet 2021 montre une vue aérienne de l'île d'Elbe (en haut à gauche) dans la mer Tyrrhénienne au large de la ville côtière de Piombino (à droite) en Toscane, en Italie, et de la pointe de l'île française de Corse (à l'arrière). (Photo Laurent Emmanuel AFP)
Short Url
  • La ville de Campo nell'Elba, sur l'île touristique italienne d'Elbe, au large de la Toscane, a déclaré sur Facebook qu'une station de repérage proche avait «capté un événement sismique et acoustique ressenti par tout le monde» à 14H30 GMT jeudi
  • Ce qui a été à l'origine de la secousse se déplaçait à une vitesse de 600 kilomètres par seconde, ont précisé l'institut de géophysique de la région et l'université de Florence dans un communiqué

ROME : Une détonation entendue jeudi en Méditerranée, en Toscane et sur l'île française de Corse, et que certaines autorités et habitants ont d'abord attribuée à un tremblement de terre, pourrait avoir été causée par la chute d'une météorite, ont déclaré vendredi des experts.

La ville de Campo nell'Elba, sur l'île touristique italienne d'Elbe, au large de la Toscane, a déclaré sur Facebook qu'une station de repérage proche avait «capté un événement sismique et acoustique ressenti par tout le monde» à 14H30 GMT jeudi.

«Deux secousses importantes», enregistrées sur le «sismomètre de Corte» (Haute-Corse) ont été ressenties jeudi à 14H30 GMT «d'une manière faible à modérée sur toute la façade orientale corse», du Cap Corse à la plaine orientale, a précisé vendredi à l'AFP Baptiste Vignerot, directeur régional du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) de Corse.

Elles n'ont fait «aucun dégât», a-t-il ajouté.

Ces secousses, longues «d'un peu moins d'une minute avec ensuite une propagation d'une onde pendant 45 secondes», «ne sont pas en lien, a priori, avec un mouvement tellurique, donc avec un séisme puisque la forme des signaux ne correspond pas à ce qu'on a habituellement», a-t-il ajouté.

Cela «fait vraiment penser à des mouvements d'air type supersoniques» comme «quand des avions passent le mur du son, sauf que là, ça paraît vraiment fort pour un avion supersonique», a-t-il dit.

Cela peut être causé par «tout un tas de phénomènes» dont une «explosion sous-marine ou aérienne» mais une «source naturelle est quand même privilégiée», a-t-il précisé, jugeant «possible», «l'hypothèse d'avoir un bolide ou un astéroïde» (une météorite est un fragment d'astéroïde, ndlr). Un bolide est le phénomène lumineux provoqué par l'entrée dans l'atmosphère à haute vitesse d'un météore.

«On peut avoir des secousses avec des ondes comme cela quand des astéroïdes rentrent dans l'atmosphère et se désintègrent dans la haute atmosphère» mais «jamais aussi fortes», a-t-il ajouté, parlant d'un «gros événement» dont la «probabilité d'occurrence est extrêmement faible» et qui «n'a pas été mesuré» précédemment «surtout dans la région».

Le président du gouvernement régional de Toscane, Eugenio Giani, avait tout d'abord déclaré qu'il s'agissait d'un tremblement de terre, avant de faire marche arrière après que l'Institut national de géophysique et de volcanologie (INGV) italien eut balayé cette hypothèse.

De son côté l'armée de l'air italienne a indiqué à M. Giani n'être en rien impliquée.

«Le type d'événement à l'origine d'une secousse» ressentie «sur toute la côte toscane et dans certaines zones intérieures, n'est pas encore confirmé», a écrit M. Giani sur les réseaux sociaux.

Ce qui a été à l'origine de la secousse se déplaçait à une vitesse de 600 kilomètres par seconde, ont précisé l'institut de géophysique de la région et l'université de Florence dans un communiqué.

«L'hypothèse d'une météorite entrant dans l'atmosphère semble la plus probable et correspond aux données enregistrées», ont estimé ces sources.

Ce n'est pas la première fois que de mystérieuses détonations sont entendues sur l'île d'Elbe, précise le journal italien Corriere della Sera. Des événements similaires survenus en 2012, 2016 et 2023 n'ont pas encore été expliqués.


Les adieux, l'âme en peine, d'une génération à Françoise Hardy

Les proches et des centaines d'admirateurs de Françoise Hardy ont pleuré jeudi au cimetière du Père-Lachaise à Paris l'icône de la chanson, décédée à 80 ans. (AFP)
Les proches et des centaines d'admirateurs de Françoise Hardy ont pleuré jeudi au cimetière du Père-Lachaise à Paris l'icône de la chanson, décédée à 80 ans. (AFP)
Short Url
  • La chanteuse avait émis le souhait d'être inhumée en Corse, plus précisément à Monticello, où vit Jacques Dutronc
  • Françoise Hardy menait depuis de longues années un combat contre la maladie. Le cancer était apparu dans sa vie dès 2004, prenant plusieurs formes et lui faisant vivre un calvaire

PARIS: Le temps des adieux: les proches et des centaines d'admirateurs de Françoise Hardy ont pleuré jeudi au cimetière du Père-Lachaise à Paris l'icône de la chanson, décédée à 80 ans.

Jacques Dutronc, l'époux de Françoise Hardy dont elle était séparée depuis des années, et leur fils Thomas Dutronc étaient entourés de la famille artistique de la chanteuse, qui n'a pas voulu de cérémonie religieuse.

Toute une génération de la chanson française était là: Julien Clerc, Laurent Voulzy, Dave, ainsi que Sheila et Salvatore Adamo, particulièrement applaudis à leur entrée sous la coupole du crématorium Père-Lachaise. Ainsi que le réalisateur François Ozon, qui a utilisé plusieurs de ses chansons dans ses films, et le fidèle Etienne Daho.

Nicolas et Carla Sarkozy ont aussi fait le déplacement, tout comme la ministre de la Culture Rachida Dati et Brigitte Macron, qui a été huée, a constaté un journaliste de l'AFP.

La cérémonie d'une demi-heure s'est déroulée dans l'intimité. Les plus grands titres de la chanteuse résonnaient sur le parvis, où s'étaient massées des centaines d'admirateurs, murmurant les paroles de ces tubes qui ont bercé bien plus que leur adolescence, les yeux rougis.

"Et si je m'en vais avant toi", "Le temps de l'amour", "Tant de belles choses", ont été diffusés. C'est sur "Message personnel" ("si tu crois un jour que tu m'aimes...") que le cercueil en bois clair a ensuite quitté les lieux.

"Elle a marqué notre vie, des années 1960 à aujourd'hui", a déclaré à l'AFP Jean-Charles, un retraité parisien de 70 ans, vêtu d'un bérêt basque, dans la foule des admirateurs. "Avec ses textes, on pouvait prendre le temps de se poser et de vivre".

"Elle représente toute ma jeunesse, c'était une personnalité discrète, loin du buzz, une très belle femme par rapport aux bimbos d'aujourd'hui", dit Houria, une Parisienne de 71 ans.

Inhumée en Corse ? 

Annie, elle, n'était pas née en 1962 lors de la sortie de "Tous les garçons et les filles", mais est venue rendre hommage à celle qui lui rappelle sa mère.

"Je suis venue aussi pour toute la famille Dutronc", ajoute cette fonctionnaire, qui travaille de nuit et a fait le détour avant de prendre son poste.

C'est Thomas Dutronc qui a annoncé le décès de l'idole des yéyé, le 11 juin au soir sur les réseaux sociaux. Sous une photo de lui et sa mère, il a écrit un sobre "Maman est partie".

Deux jours plus tard, il est remonté sur scène lors d'un concert dans le Pas-de-Calais. "En Angleterre, on dit : +Elephant in the room+ (l'énorme sujet dont on évite de parler, NDLR). (...) Mon +elephant in the room+, c'est le départ de ma maman vers d'autres cieux", a-t-il dit, ému.

La chanteuse avait émis le souhait d'être inhumée en Corse, plus précisément à Monticello, où vit Jacques Dutronc. Toutefois, aucune demande d'inhumation d’urne sur une propriété privée n'a été reçue, a indiqué jeudi la préfecture de Haute-Corse, interrogée par l'AFP.

Françoise Hardy menait depuis de longues années un combat contre la maladie. Le cancer était apparu dans sa vie dès 2004, prenant plusieurs formes et lui faisant vivre un calvaire.

L'artiste confiait ainsi à Paris Match en 2023 qu'elle voulait "partir bientôt et de façon rapide, sans de trop grosses épreuves". Elle s'était aussi prononcée pour le droit à mourir dans la dignité.

L'artiste, à la mélancolie assumée, avait conquis le public anglo-saxon dans les années 1960, tapant dans l'œil de Mick Jagger et Bob Dylan.

Elle était aussi la seule Française dans le classement des 200 meilleurs chanteurs de tous les temps du magazine américain Rolling Stone en 2023.


Wikipédia qualifie une importante organisation israélienne de «non fiable» en ce qui concerne le conflit israélo-palestinien et l’antisémitisme

Le PDG d’ADL, Jonathan Greenblatt, est souvent critiqué pour sa prise de position ferme sur cette question et il a été accusé d’adopter une approche partisane à l’égard d’Israël. (Photo, AFP)
Le PDG d’ADL, Jonathan Greenblatt, est souvent critiqué pour sa prise de position ferme sur cette question et il a été accusé d’adopter une approche partisane à l’égard d’Israël. (Photo, AFP)
Short Url
  • L’Anti-Defamation League ne peut être considérée comme une source d’information neutre, ont conclu les rédacteurs de Wikipédia
  • L’ADL fait l’objet d’un examen minutieux en raison de ses méthodes de suivi de l’antisémitisme et de sa définition rigide du terme

LONDRES: Wikipédia a qualifié l’Anti-Defamation League (ADL), une importante organisation israélienne de défense des droits civiques, de «généralement non fiable» en ce qui concerne son travail sur le conflit israélo-palestinien, la retirant de fait de sa liste de sources fiables. 

Les rédacteurs de la plus grande encyclopédie en ligne du monde ont conclu que l’ADL, connue comme la première organisation juive de défense des droits civiques aux États-Unis, ne peut être considérée comme une source d’information neutre sur l’antisémitisme et la crise israélo-palestinienne. 

«L’ADL ne semble plus adhérer à une définition sérieuse, courante et intellectuellement convaincante de l’antisémitisme, mais elle a plutôt cédé à la politisation éhontée du sujet même sur lequel elle était considérée comme fiable à l’origine», a écrit dans un fil de discussion un rédacteur connu sous le nom d’«Iskandar323», qui a lancé la discussion sur l’ADL. 

Les rédacteurs ont souligné que la définition du sionisme, le mouvement nationaliste juif qui prône la création d’un État israélien, était l’une des principales raisons de la déclassification. 

Cette décision, qui place l’ADL sur un pied d’égalité avec les tabloïds, porte un coup dur au statut historique de l’organisation en tant que source clé d’informations sur le suivi de l’antisémitisme aux États-Unis. 

L’ADL a fait l’objet d’un examen minutieux en raison de ses méthodes et de sa définition rigide de l’antisémitisme. 

Les experts ont à plusieurs reprises exprimé leur scepticisme quant à la décision de l’organisation de classer comme antisémites les manifestations comportant des «chants et slogans antisionistes». 

Les critiques soutiennent que cette classification ne représente pas tout le spectre de l’antisémitisme, car elle exclut les progressistes juifs et d’autres personnes critiques à l’égard d’Israël. 

Selon le journal juif américain The Forward, au moins 3 000 incidents soulèvent des inquiétudes quant au système d’enregistrement de l’ADL. 

Cette décision semble refléter la position du PDG de l’ADL, Jonathan Greenblatt, qui a déclaré dans un discours prononcé en 2022 que «l’antisionisme est de l’antisémitisme, point final». 

M. Greenblatt est souvent critiqué pour sa prise de position ferme sur cette question et il a été accusé d’adopter une approche partisane à l’égard d’Israël. 

En novembre, il a soutenu Elon Musk, qui avait publié une théorie du complot antisémite sur son compte X. Plus récemment, il a qualifié les étudiants américains qui manifestent en solidarité avec Gaza d’«alliés» de l’Iran et a comparé le keffieh palestinien à une croix gammée. 

Dans un communiqué, l’ADL indique que la décision de Wikipédia s’inscrivait dans le cadre d’une «campagne qui vise à délégitimer l’ADL». 

«Il s’agit d’une triste nouvelle pour la recherche et l’éducation, mais l’ADL ne se laissera pas décourager dans sa lutte de longue date contre l’antisémitisme et contre toutes les formes de haine», ajoute le communiqué. 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com