Frankly Speaking: Pourquoi l'Espagne se distingue dans sa défense de la Palestine

Le ministre espagnol des Affaires étrangères a indiqué que si l'Europe continuait à tergiverser dans son soutien aux Palestiniens, l'Espagne, « en tant que pays souverain », « prendrait ses propres décisions » (Photo, AN).
Le ministre espagnol des Affaires étrangères a indiqué que si l'Europe continuait à tergiverser dans son soutien aux Palestiniens, l'Espagne, « en tant que pays souverain », « prendrait ses propres décisions » (Photo, AN).
Short Url
Publié le Dimanche 11 février 2024

Frankly Speaking: Pourquoi l'Espagne se distingue dans sa défense de la Palestine

  • Le ministre espagnol des Affaires étrangères, Jose Manuel Albares, indique que Madrid prendra sa propre décision si l'Europe continue à hésiter dans son soutien
  • L'Espagne soutient la solution de deux États avec un corridor terrestre reliant la bande de Gaza et la Cisjordanie et Jérusalem-Est comme capitale

DUBAΪ: Le ministre espagnol des Affaires étrangères a indiqué que si l'Europe continuait à tergiverser dans son soutien aux Palestiniens, l'Espagne, « en tant que pays souverain », « prendrait ses propres décisions ».

Jose Manuel Albares a également déclaré que la paix au Moyen-Orient ne pouvait être obtenue que par la création d'un État palestinien, reliant Gaza et la Cisjordanie, avec Jérusalem-Est pour capitale.

Le diplomate espagnol, qui occupe le poste de ministre des Affaires étrangères, de l'Union européenne et de la coopération depuis 2021, a tenu ces propos dans l'émission d'actualité d'Arab News « Frankly Speaking ».

Selon Albares, si les 27 États membres de l'Union européenne « souhaitent tous la paix » au Moyen-Orient, il existe des « nuances » dans la manière dont ils envisagent sa concrétisation.

ds
Le ministre espagnol des Affaires étrangères José Manuel Albares (Photo, AN).

Pour l'Espagne, cependant, la position est « très claire ». Elle souhaite un arrêt immédiat du conflit entre Israël et le Hamas, un accès humanitaire illimité à la bande de Gaza et la mise en œuvre de la « solution à deux États ».

« Nous appelons à un cessez-le-feu permanent, à la libération immédiate des otages, à l'accès immédiat de l'aide humanitaire et à une conférence de paix qui servira de cadre à la mise en œuvre de la solution à deux États », a précisé Albares.

« En fin de compte, nous savons tous que tant que le peuple palestinien n'aura pas d'État, il n'y aura pas de Moyen-Orient stable ».

« Et nous sommes tous conscients que la véritable solution à cette situation au Moyen-Orient et pour une paix définitive est un État avec la Cisjordanie et Gaza sous une seule autorité palestinienne, relié par un corridor avec une sortie vers la mer et avec la capitale à Jérusalem-Est ».

ds
Le ministre espagnol des Affaires étrangères José Manuel Albares (Photo, AN).

Décrivant la solution comme « juste et équitable » pour le peuple palestinien, Albares a déclaré que le modèle à deux États offrait à Israël la « meilleure garantie » d'assurer sa sécurité intérieure et d'éviter une conflagration régionale plus large.

Cependant, dans son rôle de coordinateur de l'engagement de l'Espagne auprès de l'Union européenne, Albares a reconnu que la proposition en était encore au stade du « dialogue », alors que le bloc cherche un moyen d'avancer en tant qu'unité collective.

Il a également noté la « préoccupation croissante » dans le Sud global - un terme souvent utilisé pour désigner les économies en développement du monde - concernant la réponse hésitante de l'Union à la crise de Gaza par opposition à son alignement ferme sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

« C'est pourquoi il est si important, et je l'explique toujours à mes collègues européens, que nous maintenions la même position : Suivre la Charte des Nations unies et ses principes, qu'il s'agisse de l'Ukraine, sur laquelle nous avons une position claire, très claire », a affirmé Albares à Katie Jensen, animatrice de l'émission « Frankly Speaking ».

« Tout pays a le droit de se défendre contre une attaque terroriste, Israël aussi, mais il faut le faire dans le respect du droit humanitaire international ».

« Il doit y avoir une différence entre les cibles terroristes et le bombardement d'hôpitaux, d'écoles, de lieux de prière, de sièges des Nations unies. Il en va de même pour les réfugiés. Peu importe la couleur de leur peau, leur religion, leur genre, ils sont tous les mêmes et ils méritent tous notre protection ».

ds
Des Palestiniens blessés lors du bombardement israélien de la bande de Gaza sont soignés dans un hôpital de Deir al Balah, dans la bande de Gaza, le 10 février 2024 (Photo, AP).

S'adressant à Arab News depuis Riyad, lors d'une tournée officielle dans trois pays du Golfe, Albares a déclaré que l'Espagne partageait l'opinion de ses hôtes arabes, les discussions ayant inévitablement tourné autour du conflit à Gaza et de ses ramifications régionales plus larges.

 Albares a fait l'éloge de son homologue saoudien, le prince Faisal ben Farhane Al-Saud, pour son « rôle exceptionnel » dans la recherche de la paix dans la région.

« Nous avions besoin d'un grand moment d'unité euro-arabe et nous avons discuté de la possibilité d'unir nos forces pour garantir le retour définitif de la paix au Moyen-Orient », a-t-il déclaré.

ds
Le ministre espagnol des Affaires étrangères Albares a félicité son homologue saoudien (Photo, Fournie).

« C'est ce que nous appelons de nos vœux et nous ne cesserons de le faire. Ma tournée dans la région, à Riyad, dans les Émirats, est porteuse de ce message et, à moyen et à long terme, nous avons besoin de l'État de Palestine ». En attendant, Albares a affirmé que le besoin le plus pressant pour les habitants de Gaza était d'augmenter la quantité d'aide humanitaire autorisée à entrer dans l'enclave palestinienne assiégée.

« Nous n'allons pas cesser de réclamer un cessez-le-feu permanent. Ce dont nous avons besoin à très court terme, c'est d'un cessez-le-feu permanent, de la libération immédiate des otages et de l'accès immédiat de l'aide humanitaire », a-t-il souligné.

L'acheminement de l'aide, déjà réduit à un filet d'eau par les contrôles frontaliers onéreux d'Israël, a été encore plus entravé par les récentes allégations portées contre le personnel de l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), qui s'occupe des réfugiés palestiniens.

Selon les preuves communiquées aux Nations unies par les services de renseignement israéliens, douze membres du personnel de l'UNRWA à Gaza ont participé activement à l'attaque du 7 octobre menée par le Hamas contre le sud d'Israël, qui a entraîné la mort de 1 200 personnes et l'enlèvement de 240 autres, déclenchant ainsi le conflit actuel.

En réponse à ces accusations, les États-Unis et d'autres donateurs importants de l'UNRWA ont suspendu leur financement à l'agence, qui pourrait être contrainte d'interrompre ses opérations dans toute la région d'ici la fin du mois, à moins que les dons ne reprennent.

ds
Des soldats israéliens opèrent à côté du siège de l’UNRWA dans la bande de Gaza, le 8 février 2024 (Photo, Reuters).

Interrogé sur la véracité des accusations ou sur la justification des suspensions de financement, Albares a précisé que douze personnes sur 30 000 employés, dont aucune n'avait de lien avec la direction de l'UNRWA, constituaient un « nombre négligeable »

« Douze personnes sont accusées, nous prenons cela très au sérieux et nous examinons les conclusions de l'enquête », a-t-il dit, se référant à la propre enquête interne de l'agence des Nations unies.

« Mais l'UNRWA est indispensable. Il n'y a pas de substitut à l'UNRWA. Il s'occupe de millions de réfugiés à Gaza. Et dans beaucoup d'autres endroits - au Liban, en Jordanie, en Cisjordanie - et ce qu'ils font à Gaza est absolument fondamental ».

Compte tenu du rôle essentiel joué par l’UNRWA, Albares a déclaré que des millions de personnes qui dépendent de son soutien ne seraient pas nourries si le financement n'était pas rétabli. C'est pourquoi l'Espagne a l'intention d'augmenter sa contribution à l'UNRWA afin d'éviter que l'agence ne s'effondre.

ds
Des Palestiniens passent devant un employé de l'UNRWA dans le camp de réfugiés d'Aida à Bethléem, en Cisjordanie occupée par Israël, le 5 février 2024 (Photo, Reuters).

« L'UNRWA fournit de la nourriture et de l'aide d'urgence aux réfugiés. S'il échoue, s'il n'est pas suffisamment financé d'un jour à l'autre, il ne sera pas en mesure de nourrir ces gens », a expliqué Albares.

« C'est pourquoi nous avons décidé d'augmenter notre contribution à environ 3,5 millions d'euros, afin de nous assurer que l'UNRWA puisse fonctionner, et c'est ce que j'explique à tous mes collègues européens ».

L'Espagne n'est pas la seule nation européenne à renforcer son soutien à l'UNRWA. L'Irlande et la Norvège ont également renouvelé leur engagement envers l'agence.

Toutefois, ces pays ne peuvent à eux seuls combler l'énorme déficit créé par la suspension du financement américain, qui contribuait à hauteur de 300 à 400 millions de dollars par an. Sans ce financement, Albares a déclaré que la région « se dirigeait vers une véritable catastrophe humanitaire »

« Nous y sommes déjà. Près de 30 000 Palestiniens, des civils, sont morts. C'est une catastrophe. Mais nous parlons ici de quelque chose d'impensable : la faim à Gaza » a-t-il dit.

« Et nous pouvons l'éviter si nous continuons à fournir un financement suffisant. C'est pourquoi nous augmentons notre aide. Nous montrons notre engagement envers les réfugiés palestiniens de Gaza ».

ds
Le ministre espagnol des Affaires étrangères José Manuel Albares (Photo, AN).

Conscient du risque de détournement des dons, Albares a déclaré que l'Espagne avait mis en place un processus de « sélection très strict » pour tous les pays auxquels elle envoie de l'aide, ajoutant que l'argent destiné à la Palestine était « utilisé à bon escient ».

Il a exhorté les pays à reverser leurs dons, soulignant que l'UNRWA et l'ONU n'ont pas essayé de « cacher quoi que ce soit ».

« Ils ont mené leur propre enquête et ont également demandé une enquête indépendante, je pense donc qu'ils font preuve de bonne volonté. Attendons que ces enquêtes soient menées à bien », a-t-il ajouté

« En attendant, suivons ce que le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a appelé de ses vœux. Continuons à financer l'UNRWA ».

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


El Nino devrait contribuer à des températures supérieures à la normale entre mars et mai

Le phénomène météorologique El Nino a atteint son pic en décembre et il est l'un des cinq plus puissants jamais enregistrés. (AFP).
Le phénomène météorologique El Nino a atteint son pic en décembre et il est l'un des cinq plus puissants jamais enregistrés. (AFP).
Short Url
  • "Des températures supérieures à la normale sont prévues sur presque toutes les zones terrestres entre mars et mai"
  • El Nino "s'affaiblit progressivement mais continuera d’avoir un impact sur le climat mondial dans les mois à venir, alimentant la chaleur emprisonnée par les gaz à effet de serre issus des activités humaines"

GENEVE: Le phénomène météorologique El Nino a atteint son pic en décembre et il est l'un des cinq plus puissants jamais enregistrés, a indiqué mardi l'Organisation météorologique mondiale, qui prédit des températures au-dessus de la normale entre mars et mai sur la terre ferme.

"Des températures supérieures à la normale sont prévues sur presque toutes les zones terrestres entre mars et mai", souligne t-elle.

El Nino "s'affaiblit progressivement mais continuera d’avoir un impact sur le climat mondial dans les mois à venir, alimentant la chaleur emprisonnée par les gaz à effet de serre issus des activités humaines", précise l'organisation.

El Nino est un phénomène météorologique naturel, qui correspond à un réchauffement d'une grande partie du Pacifique tropical et se produit tous les deux à sept ans pour durer entre neuf et 12 mois.

Il modifie la circulation de l'atmosphère à l'échelle de la planète et réchauffe des zones lointaines et, souligne l'OMM, il se produit dans le contexte d'un climat modifié par les activités humaines.

"Il y a environ 60% de chances qu'El Nino persiste entre mars et mai et 80% de chances que des conditions neutres (ni El Nino ou La Nina) soient observées d'avril à juin", a indiqué l'OMM.

"Chaque mois depuis juin 2023 a établi un nouveau record mensuel de température – et 2023 a été de loin l’année la plus chaude jamais enregistrée", arappelleCeleste Saulo, la nouvelle Secrétaire générale de l'OMM.

Principaux responsables 

"El Niño a contribué à ces températures records, mais les gaz à effet de serre qui emprisonnent la chaleur en sont sans équivoque le principal responsable", a-t-elle afffirmé.

"Les températures à la surface des océans dans le Pacifique équatorial reflètent clairement El Nino. Mais les températures à la surface de la mer dans d'autres parties du globe ont été persistantes et inhabituellement élevées au cours des 10 derniers mois", rappelle la météorologue argentine, qui est à la tête de l'organisation depuis janvier.

"La température de la surface de la mer en janvier 2024 était de loin la plus élevée jamais enregistrée pour janvier. C’est inquiétant et ne peut pas être expliqué uniquement par El Nino", met-elle en garde.

L'actuel épisode El Nino, qui s’est développé en juin 2023, a atteint son apogée entre novembre et janvier.

Il a affiché une valeur maximale d’environ 2,0 °C au-dessus de la température moyenne de surface de la mer sur la période 1991 à 2020 pour l’océan Pacifique tropical oriental et central.

L'OMM indique qu'il y a des chances que La Nina -qui a l'inverse d'El Nino fait baisser les températures- se développe "plus tard cette année" après des conditions neutres (ni l'un ni l'autre) entre avril et juin.

Mais l'OMM juge que les probabilités sont trop incertaines pour le moment.


L'Ukraine affirme avoir détruit un navire de guerre russe en mer Noire

Un militaire de la Garde maritime du Service national des frontières de l'Ukraine ajuste son casque lors de l'inspection d'un navire de charge à la recherche d'articles et de substances interdits avant d'entrer dans un port de la partie nord-ouest de la mer Noire, le 18 décembre 2023. Photo d'illustration. (AFP).
Un militaire de la Garde maritime du Service national des frontières de l'Ukraine ajuste son casque lors de l'inspection d'un navire de charge à la recherche d'articles et de substances interdits avant d'entrer dans un port de la partie nord-ouest de la mer Noire, le 18 décembre 2023. Photo d'illustration. (AFP).
Short Url
  • Les forces ukrainiennes ont affirmé mardi avoir détruit un patrouilleur de guerre russe, près du détroit de Kertch en Mer Noire
  • Le porte-parole du GUR, Andriy Yusov, a déclaré que le navire avait déjà été touché lors d'une précédente attaque mais qu'il "a été détruit c'est certain cette fois"

KIEV: Les forces ukrainiennes ont affirmé mardi avoir détruit un patrouilleur de guerre russe, près du détroit de Kertch en Mer Noire.

"A la suite de l'attaque de drones maritimes Magura V5, le navire russe Projet 22160 +Sergei Kotov+ a subi des dommages à l'arrière, à tribord et à bâbord", a précisé le département du renseignement militaire ukrainien (GUR) sur Telegram.

Le porte-parole du GUR, Andriy Yusov, a déclaré que le navire avait déjà été touché lors d'une précédente attaque mais qu'il "a été détruit c'est certain cette fois", lors d'une attaque dans la nuit de lundi à mardi.

"En ce qui concerne l'équipage, la situation est en train d'être clarifiée. Il y a des morts et des blessés. Cependant, il est probable qu'une partie de l'équipage ait réussi à évacuer", a-t-il précisé.

Le ministère russe de la Défense n'a pas fait jusque-là de commentaire sur une attaque de drone naval en mer Noire.

En deux ans de guerre, les forces de Kiev ont réussi à faire battre en retraite la puissante flotte russe en mer Noire à l'aide de missiles et de drones maritimes.

Selon l'armée ukrainienne, environ un tiers des navires militaires russes ont été "mis hors d'état de nuire" dans cette zone.


L'UE veut muscler sa défense deux ans après l'invasion russe de l'Ukraine

Face à la menace russe, la Commission européenne veut muscler les capacités de défense sur le continent (Photo, AFP).
Face à la menace russe, la Commission européenne veut muscler les capacités de défense sur le continent (Photo, AFP).
Short Url
  • «La menace d'une guerre n'est peut-être pas imminente mais elle n'est pas impossible», a plaidé la semaine dernière Ursula von der Leyen
  • La guerre en Ukraine a contraint Bruxelles à innover et la stratégie européenne de défense, que doit présenter mardi le commissaire européen Thierry Breton

BRUXELLES: Face à la menace russe, la Commission européenne veut muscler les capacités de défense sur le continent. Bruxelles propose mardi de financer une partie des achats d'armes décidés en commun par les 27, comme cela a déjà été fait pour les munitions.

"La menace d'une guerre n'est peut-être pas imminente mais elle n'est pas impossible", a plaidé la semaine dernière à Strasbourg la présidente de l'exécutif européen Ursula von der Leyen, appelant les Européens à se "réveiller de toute urgence".

Il est donc essentiel, a-t-elle insisté, de "reconstruire (...) et de moderniser les forces armées des 27", après des décennies de coupes budgétaires dans le sillage de la fin de l'Union soviétique au début des années 1990.

La guerre en Ukraine a contraint Bruxelles à innover et la stratégie européenne de défense, que doit présenter mardi le commissaire européen Thierry Breton, s'inspire de certains des mécanismes mis en place dans l'urgence, dont le programme Asap d'achats de munitions.

Ce programme va permettre, selon Thierry Breton, de porter à deux millions d'obus la capacité annuelle de production européenne en 2025, contre moins du quart de ce nombre avant l'invasion russe de l'Ukraine déclenchée le 24 février 2022.

"Nous le faisons dans les munitions d'artillerie, nous devons désormais le faire sur l'ensemble des équipements nécessaires à notre sécurité", a plaidé l'ancien ministre français.

La Commission européenne propose donc de favoriser les acquisitions en commun d'armes, produites dans l'Union européenne. Car depuis l'invasion de février 2022, près de 70% des armements achetés par les Européens pour aider Kiev proviennent des Etats-Unis, a souligné un responsable européen sous couvert d'anonymat.

Rattraper le retard

Le but est de rattraper le retard et de rendre l'industrie européenne aussi compétitive que sa rivale américaine. Bruxelles va donc proposer aux 27 un "mécanisme européen" de ventes d'armes proche du modèle américain.

Elle suggère ainsi la création d'un "catalogue unique" après avoir constaté que les Etats membres ne savent pas vraiment qui fait quoi dans l'Europe de la défense, fait valoir ce responsable européen.

Autre problème, les Etats-Unis disposent d'une réserve stratégique d'armements leur permettant de répondre à une demande urgente. En clair, ils fabriquent un peu plus que ce que le contrat d'armement prévoit afin de constituer ce stock mobilisable très rapidement si nécessaire et sans appel d'offres.

L'idée est qu'à terme les Européens fassent la même chose en se regroupant à cinq ou six pour constituer une réserve dans un équipement spécifique, afin de rendre les industriels européens aussi réactifs que leurs rivaux américains.

Ensuite, il faut donner de la visibilité aux industriels européens en favorisant des commandes fermes sur le long terme, a encore expliqué ce responsable européen.

L'idée serait de reproduire ce qui a été fait pendant la Covid avec les vaccins, c'est-à-dire un contrat-cadre, par lequel la Commission avance l'argent, permettant aux Etats membres de relancer leur industrie afin de répondre à ce contrat, selon ce même responsable.

A plus long terme, la Commission veut aussi participer au lancement de grands projets européens de défense dans des domaines comme le cyber, l'espace et la protection des fonds marins après les sabotages de gazoducs en mer Baltique en septembre 2022.

Cet ensemble de "décisions audacieuses", selon Mme von der Leyen, va rendre nécessaire une "ambition budgétaire adéquate", a prévenu Thierry Breton, qui la chiffre à environ 100 milliards d'euros.

Certains Etats membres, dont la France, suggèrent de lancer un emprunt européen au même titre que celui mis en œuvre face à la menace de la Covid. Mais pour d'autres Etats, comme l'Allemagne, c'est loin d'être indispensable.

Pour contourner cet écueil, Mme von der Leyen suggère d'utiliser les bénéfices exceptionnels tirés des avoirs russes gelés en Europe, soit une somme pouvant atteindre 50 milliards d'euros, selon l'envoyé spécial de la Grèce pour l'Ukraine, Spiros Lampridis.