Dans le grenier à céréales du Maroc, la sécheresse compromet la saison agricole

Le 7 février 2024, un agriculteur vérifie son champ de céréales à Berrechid, province marocaine historiquement riche en blé, située à environ 40 kilomètres au sud-est de Casablanca, alors que la sécheresse sévit depuis six années consécutives.  (Photo Fadel Senna AFP)
Le 7 février 2024, un agriculteur vérifie son champ de céréales à Berrechid, province marocaine historiquement riche en blé, située à environ 40 kilomètres au sud-est de Casablanca, alors que la sécheresse sévit depuis six années consécutives. (Photo Fadel Senna AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 11 février 2024

Dans le grenier à céréales du Maroc, la sécheresse compromet la saison agricole

  • Le royaume enregistre depuis début janvier une pluviométrie en baisse de 44% par rapport à début 2023, avec en parallèle une hausse moyenne des températures de 1,8 degré par rapport à la période de 1981-2010, a indiqué récemment le ministre de l'Eau
  • Les agriculteurs, qui redoutaient ce nouvel épisode, avaient déjà diminué de moitié la superficie semée en céréales en novembre

BERRECHID, Maroc : «La récolte est déjà perdue». Abderrahim Mohafid a très peu d'espoir de sauver sa production de blé cette année, en raison de la rareté des pluies qui précipite le Maroc dans sa sixième année consécutive de sécheresse.

Sur la route menant à son hameau dans la province de Berrechid, au sud-est de Casablanca, les vastes champs sont anormalement nus.

Dans cette zone agricole réputée pour être le grenier céréalier du pays, «le blé devrait déjà être à 60 centimètres» à cette période, note amèrement M. Mohafid, 54 ans, en arpentant ses 20 hectares où presque rien n'a poussé.

A quelques kilomètres de son hameau de Oulad Mbarek, Hamid Najem est dans la même situation. Ses 52 hectares de blé tendre et d'orge «ne sont plus bons à rien».

«Nous n'avons jamais connu une année aussi dure», s'alarme ce quinquagénaire.

Plus de 88% des 155.000 hectares de la surface agricole de cette province ne sont pas irrigués et la majorité des agriculteurs y dépendent donc de la pluie, selon le ministère de l'Agriculture.

Mais le royaume enregistre depuis début janvier une pluviométrie en baisse de 44% par rapport à début 2023, avec en parallèle une hausse moyenne des températures de 1,8 degré par rapport à la période de 1981-2010, a indiqué récemment le ministre de l'Eau, Nizar Baraka.

Les barrages sont remplis à seulement 23%, contre environ 32% l'année dernière, et face aux risques de pénurie, les autorités marocaines ont restreint ces dernières semaines l'ouverture des hammams et des stations de lavage automobile dans plusieurs villes, ou interdit l'arrosage des golfs et jardins à l'eau potable.

- «Impact grave sur l'économie» -

Cette sixième année de sécheresse «compromet» la saison agricole, alerte l'agronome Abderrahim Handouf.

Les agriculteurs, qui redoutaient ce nouvel épisode, avaient déjà diminué la superficie semée en céréales en novembre (2,3 millions d'hectares emblavés contre quatre à cinq millions d'hectares en moyenne les années précédentes), explique-t-il à l'AFP.

D'après l'agronome, cette situation aura un «impact grave sur l'économie», dans un pays où l'agriculture emploie un tiers de la population et représente 14% des exportations, plus rémunératrices que le marché local.

Cette année, Abderrahim Mohafid espérait rattraper les difficultés accumulées les saisons précédentes en adoptant la technique du semis direct consistant à semer sans labour préalable de la terre, ce qui lui permet de préserver son humidité naturelle.

«La récolte est déjà perdue mais j'espère qu'il va pleuvoir en février et mars pour avoir au moins de quoi nourrir le bétail», confie-t-il.

L'horizon est moins sombre chez les grands exploitants comme Hamid Mechaal, qui peut compter sur l'irrigation pour sauver ses 140 hectares où il cultive du blé, de la carotte et de la pomme de terre, dans l'est de la province de Berrechid.

«Avec la sécheresse, on est obligés d'irriguer à 85% alors qu'avant, l'irrigation n'était que complémentaire», relève l'agriculteur, qui assure qu'il est approvisionné, comme 500 agriculteurs de la région, par une dotation fixe de 5.000 tonnes d'eau à l'hectare «pour mieux gérer» la précieuse ressource.

- «Revoir» la politique agricole -

L'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) s'est toutefois alarmée d'une «intensification désordonnée de l'irrigation» dans la plaine de Berrechid ces deux dernières décennies.

«Entre 2007 et 2017, la production de carottes, par exemple, y a bondi de près de 500%», a-t-elle noté dans un rapport de novembre, soulignant que l'aquifère y était «l'une des plus dégradées» du pays.

Le modèle agricole marocain, axé depuis 15 ans sur l'exportation, soulève à nouveau des interrogations sachant que le pays fait face à «une offre hydrique en baisse absolue» et qu'il a misé sur des cultures gourmandes en eau, note l'agronome Mohamed Taher Srairi.

Les besoins nationaux sont estimés à plus 16 milliards de m3 d'eau, dont 87% pour le secteur agricole, mais n'a disposé que de cinq milliards ces cinq dernières années, selon M. Baraka.

Pour l'agronome Abderrahim Handouf, «la politique agricole devrait être revue de fond en comble».

«Aujourd'hui, j'ai l'impression que le gouvernement regarde dans un sens alors que la réalité est dans le sens opposé», regrette-t-il.


Plus d'une Française sur quatre engagée dans une «  dynamique entrepreneuriale », selon une étude

Le directeur général de la Banque Publique d'Investissement (BPI), Nicolas Dufourcq, arrive au Palais de l'Elysée, à Paris, le 27 février 2024. (AFP).
Le directeur général de la Banque Publique d'Investissement (BPI), Nicolas Dufourcq, arrive au Palais de l'Elysée, à Paris, le 27 février 2024. (AFP).
Short Url
  • L'écart entre les hommes et les femmes "se réduit fortement", observe l'étude dans ce volet consacré aux femmes de la 4ème édition de "l'Indice entrepreneurial français"
  • L'engagement des femmes devient plus concret: la part des cheffes d’entreprise augmente de quatre points par rapport à la dernière enquête de 2021

PARIS: Plus d'une Française sur quatre (28%) était engagée dans une "dynamique entrepreneuriale" en 2023, une progression de cinq points depuis 2018, tandis que le pourcentage d'hommes dans la même situation, 37%, est au même niveau qu'en 2018, selon une étude Bpifrance publiée mardi.

L'écart entre les hommes et les femmes "se réduit fortement", observe l'étude dans ce volet consacré aux femmes de la 4ème édition de "l'Indice entrepreneurial français" (IEF).

L'étude, réalisée par l'Ifop pour l’Observatoire de la création d’entreprise de Bpifrance Création, distingue quatre profils dans la "chaîne entrepreneuriale" : les chefs d'entreprise, les ex-chefs d'entreprise, les porteurs de projets ayant déjà engagé des démarches, et les "intentionnistes" (qui ont l'intention de le faire, sans l'avoir encore fait).

L'engagement des femmes devient plus concret: la part des cheffes d’entreprise augmente de quatre points par rapport à la dernière enquête de 2021 (à 15% contre 19% pour les hommes), et celle des intentionnistes baisse d'un point à 7%.

Elles y pensent de surcroît plus tôt: une femme sur trois dans la "chaîne entrepreneuriale" a moins de 30 ans, contre un homme sur quatre.

Pour Nicolas Dufourcq, directeur général de Bpifrance, l'enquête traduit "un volontarisme" des femmes "propice à faire bouger les lignes plus vite".

L'élan entrepreneurial est par ailleurs "soutenu" dans les Quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV), où 21% de femmes sont engagées dans une dynamique entrepreneuriale (+7 points, contre +6 points à 31% pour les hommes).

Mais seules 3% des habitantes des QPV sont cheffes d'entreprises (+2) et 4% des hommes. Les intentionnistes sont beaucoup plus nombreux, 13% pour les femmes (+4 par rapport à 2021) et 19% pour les hommes.

Nicolas Dufourcq souligne l'importance "d'accompagner le mouvement" de l'entrepreneuriat féminin, via notamment la trentaine d'associations d'aide à la création d'entreprises réunies sous la bannière "Cap Créa" de la banque publique d'investissement.

Plusieurs d'entre elles s'adressent plus particulièrement aux femmes : Action'elles, Femmes des Territoires, Force Femmes, Les Premières...

Pour cette enquête, 5.011 personnes représentatives de la population française ont été interrogées en ligne du 15 au 30 juin 2023, et 504 personnes représentatives des personnes résidant dans les QPV ont été questionnées par téléphone du 21 juin au 4 juillet 2023.


Hausse du cacao: Lindt compte relever de nouveau ses prix

Short Url
  • Pour l'année écoulée le groupe suisse a fait état dans un communiqué d'un bénéfice de 671,4 millions de francs suisses (698,5 millions d'euros), en hausse de 17,9% par rapport à l'année précédente
  • Les analystes interrogés par l'agence suisse AWP tablaient en moyenne sur un bénéfice de 657,6 millions de francs

ZURICH: Le chocolatier suisse Lindt & Sprüngli a publié mardi des résultats meilleurs qu'attendu pour 2023, porté par les hausses de ses prix de vente et prévient qu'il compte les augmenter à nouveau en 2024 et 2025 pour faire face à la flambée des cours du cacao.

Pour l'année écoulée le groupe suisse a fait état dans un communiqué d'un bénéfice de 671,4 millions de francs suisses (698,5 millions d'euros), en hausse de 17,9% par rapport à l'année précédente, dépassant les prévisions.

Les analystes interrogés par l'agence suisse AWP tablaient en moyenne sur un bénéfice de 657,6 millions de francs.

Le chocolatier avait déjà dévoilé son chiffre d'affaires en janvier, faisant état d'une croissance de 4,6% à 5,2 milliards de francs en dépit de la force du franc suisse et d'un climat de consommation morose.

Hors effets de changes, ses ventes ont augmenté de 10,3% en 2023, portées par les produits à plus fortes marges comme les pralines et moulages de Pâques. Le groupe a également bénéficié de la reprise du tourisme entre ses boutiques et cafés dans des lieux très fréquentés et les achats dans les boutiques hors taxes des aéroports.

L'essentiel de sa croissance "est attribuable aux augmentation de prix" pour compenser la hausse des matières premières, a cependant souligné le groupe dans le communiqué.

Malgré les instruments de couverture utilisés et des niveaux de stocks élevés, le chocolatier suisse prévient que des augmentations de prix supplémentaires seront "nécessaires en 2024 et 2025" si les cours du cacao restent aux niveaux actuels.

Fin février, les prix du cacao ont atteint de nouveaux records absolus à New York, la tonne de cacao dépassant les 6.500 dollars, mais aussi à Londres, où elle a frôlé les 6.000 livres sterling.

Le chocolatier basé à Kilchberg, sur les rives du lac de Zurich, a confirmé son objectif de croissance pour 2024, visant une progression de ses ventes hors effets de changes de l'ordre de 6% à 8%.

Il va également nettement relever son dividende pour l'année écoulée. Le dividende va être porté de 100 francs à 1.400 francs pour l'action et de 10 francs à 140 francs pour le bon de participation.

L'action Lindt & Sprüngli est la plus chère de la Bourse suisse. Lundi, elle valait 107.400 francs suisses. Le bon de participation valait lui 10.940 francs.


Pékin prévoit 5% de croissance en 2024, modeste mais difficile à atteindre

Le président chinois Xi Jinping (Photo, AFP).
Le président chinois Xi Jinping (Photo, AFP).
Short Url
  • Cet objectif est bien loin des rythmes à deux chiffres enregistrés dans les années 1990 et 2000
  • Dans un contexte de crise immobilière, chômage élevé des jeunes et ralentissement mondial pesant sur la demande en produits chinois, «c'est en fait un objectif ambitieux»

PEKIN: La Chine a annoncé mardi viser une croissance d'environ 5% en 2024, l'un de ses objectifs les plus modestes depuis des décennies mais sans doute difficile à atteindre car la deuxième économie mondiale peine à se relancer depuis les années Covid.

Son budget militaire, le deuxième plus important au monde bien qu'environ trois fois inférieur à celui des Etats-Unis, augmentera lui de 7,2%, à 1.665,5 milliards de yuans (231,4 milliards de dollars).

Le chiffre de la croissance du PIB a été officialisé par le Premier ministre Li Qiang lors d'un discours prononcé à l'ouverture de la session annuelle du Parlement chinois à Pékin.

Cet objectif est bien loin des rythmes à deux chiffres enregistrés dans les années 1990 et 2000.

Mais "il ne sera pas facile à atteindre", a reconnu Li Qiang. "Nous devons donc maintenir le cap de notre politique, travailler plus dur et mobiliser les efforts concertés de toutes les parties."

Dans un contexte de crise immobilière, chômage élevé des jeunes et ralentissement mondial pesant sur la demande en produits chinois, "c'est en fait un objectif ambitieux", estime Wang Tao, chef économiste sur la Chine à la banque UBS.

"Le marché de l'immobilier a poursuivi sa chute et n'a pas encore atteint son plancher, ce qui exerce une pression à la baisse sur l'économie", ajoute-t-elle.

Cela aura un "impact négatif sur les finances et les dépenses des gouvernements locaux, ainsi que sur la richesse des ménages et les dépenses de consommation".

«Stabilité»

L'an dernier, la grand-messe politique annuelle avait été consacrée à l'octroi d'un troisième mandat inédit au président Xi Jinping, au pouvoir depuis 2012.

Cette année, toute l'attention porte sur les difficultés de la deuxième économie mondiale à redémarrer après ses trois ans de fermeture liée au Covid.

En 2023, elle a enregistré l'une de ses plus faibles croissances (5,2%) depuis les années 1990.

La sécurité et la surveillance ont été renforcées dans les rues de la capitale pour l'arrivée des milliers de parlementaires qui participent aux "Deux Sessions" - celle du Parlement proprement dit, qui a débuté mardi, et celle de l'assemblée consultative, démarrée lundi.

La session annuelle du Parlement, rendez-vous clé du calendrier politique national, se tient jusqu'au 11 mars. Elle est censée afficher l'unité du pays, à grand renfort de votes à la quasi-unanimité des près de 3.000 représentants.

Ces dernières années, les autorités chinoises ont écarté l'idée d'un plan de relance d'ampleur, craignant de mettre en difficulté les finances publiques.

Les analystes ne voient aucune raison que cela change.

Dans son rapport d'activité publié mardi, le gouvernement a seulement promis de "poursuivre le progrès et garantir la stabilité" de l'économie en 2024.

Il a aussi annoncé la réduction de taxes douanières sur les importations de certains produits technologiques et promis d'"ouvrir de nouvelles voies pour le commerce extérieur".

Incident avec Manille

"La clé est de stabiliser le secteur immobilier", note Larry Hu, chef économiste sur la Chine de la banque d'investissement Macquarie Group.

Mais "il faut une politique fiscale plus expansionniste que l'année dernière" pour stimuler la croissance via notamment des réductions d'impôts, estime-t-il.

"En l'absence de mesures de relance axées sur les consommateurs ou de politiques de libéralisation du marché, les entreprises étrangères en Chine continueront à rencontrer des difficultés", commente aussi Drew Thompson, professeur à l'école de politiques publiques Lee Kuan Yew à Singapour, interrogé par Bloomberg.

Entre relancer l'économie et renforcer la sécurité, le choix est vite fait, selon des analystes.

Pékin a largement étendu l'an dernier sa définition de tout ce qui constitue de l'espionnage et a perquisitionné plusieurs sociétés étrangères de consultants, d'audit et de recherche.

Peu avant cette session parlementaire, la notion de secret d'Etat a elle aussi été élargie, "un signal clair de l'importance de la sécurité dans l'agenda du pouvoir cette année", selon Diana Choyleva, cheffe économiste au cabinet Enodo Economics.

La réunion politique doit donc servir à "renforcer les mesures de sécurité nationale sur tous les fronts", prédit Ho-fung Hung, professeur d'économie politique à l'université américaine Johns Hopkins.

La hausse constante du budget militaire chinois s'inscrit dans un contexte de corruption dans l'armée et de tensions persistantes autour de Taïwan et en mer de Chine méridionale.

"Nous nous opposons vigoureusement aux activités séparatistes visant à l'indépendance de Taïwan et aux ingérences extérieures", a rappelé mardi le Premier ministre, deux mois après l'élection à Taïwan de Lai Ching-te, président qui considère l'île comme indépendante de facto.

Un nouvel incident a par ailleurs éclaté mardi avec une collision entre deux navires des garde-côtes philippin et chinois, Manille dénonçant des "manœuvres dangereuses" tandis que Pékin affirme avoir seulement pris des "mesures de contrôle" après ce qu'il considérait comme une "intrusion".