Les agriculteurs resserrent l'étau sur Paris et Lyon, les tractations se poursuivent

Les agriculteurs du syndicat CR47 (Coordination rurale 47) emballent leurs affaires avant de reprendre leur convoi en direction de Paris après une halte d'une nuit à Pierrefitte-sur-Sauldre, près d'Orléans, le 31 janvier 2024, en route pour bloquer le marché de Rungis. (AFP).
Les agriculteurs du syndicat CR47 (Coordination rurale 47) emballent leurs affaires avant de reprendre leur convoi en direction de Paris après une halte d'une nuit à Pierrefitte-sur-Sauldre, près d'Orléans, le 31 janvier 2024, en route pour bloquer le marché de Rungis. (AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 31 janvier 2024

Les agriculteurs resserrent l'étau sur Paris et Lyon, les tractations se poursuivent

  • Les agriculteurs se rapprochent mercredi de Paris, de Lyon et du marché de gros de Rungis, malgré les tentatives de l'exécutif pour dissiper le malaise paysan
  • Le président de la Coordination rurale du Lot-et-Garonne, Serge Bousquet-Cassagne, a rejoint ce convoi déterminé à rejoindre Rungis malgré gendarmes et policiers

PARIS: Les agriculteurs se rapprochent mercredi de Paris, de Lyon et du marché de gros de Rungis, malgré les tentatives de l'exécutif pour dissiper le malaise paysan et convaincre les manifestants de cesser leur mobilisation.

Mercredi matin, autour de Lyon, les tracteurs continuent leur progression pour encercler la troisième ville de France: après le blocage mardi soir d'une partie de l'autoroute à l'ouest, l'A89, des portions des autoroutes dans les autres directions (A46, A42 et A47) vont aussi être "rapidement" coupées en début de matinée, a affirmé à l'AFP le patron régional de la FNSEA Michel Joux.

Plus au nord, le convoi d’agriculteurs en colère partis du Sud-Ouest à l’appel de la Coordination rurale s’est remis en marche un peu avant 8H00 en direction de Rungis, l'énorme marché de gros alimentaire qui alimente Paris, a constaté l'AFP. Les agriculteurs, à bord de quelque 200 à 300 tracteurs, ont passé la nuit dans une exploitation agricole du Loir-et-Cher entre Vierzon et Orléans.

Le président de la Coordination rurale du Lot-et-Garonne, Serge Bousquet-Cassagne, a rejoint ce convoi déterminé à rejoindre Rungis malgré gendarmes et policiers. "Je suis très fier de vous! Vous allez mener ce combat parce que si on ne mène pas ce combat, on est morts. Demain, il va falloir être sérieux et disciplinés", avait-il lancé mardi à ses troupes.

Après avoir été bloqué à plusieurs reprises par les forces de l'ordre, le convoi reste surveillé de près. Des blindés sont sur l'A6.

Il y a en France mercredi "plus de 100 points de blocage" et 10.000 manifestants, selon Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, sur France 2.  "Ils ne s’en prennent pas aux forces de l'ordre, ils n’entrent pas dans Rungis, ils n’entrent pas dans les aéroports parisiens, pas dans Paris. Mais si jamais ils devaient le faire, évidemment je le répète, nous ne laisserions pas faire", a-t-il dit.

A Toulouse, la Confédération paysanne a essayé d’installer un barrage filtrant devant le marché d’intérêt national (MIN, marché de gros) mais les agriculteurs ont été délogés par la police et se sont rabattus sur une centrale d’achat de Carrefour dans la banlieue toulousaine, où ils ont mis en place un barrage filtrant.

Le Premier ministre Gabriel Attal a assuré mardi qu'il devait y "avoir une exception agricole française" et promis que le gouvernement serait "au rendez-vous, sans aucune ambiguïté" pour répondre à la crise agricole actuelle, dans son discours de politique générale devant l'Assemblée nationale.

Malgré ces déclarations, assorties de quelques nouvelles mesures, et des esquisses de concessions à Bruxelles, la mobilisation ne faiblit pas, notamment sur la question des jachères.

Dans le petit carré «  convivial » des agriculteurs qui bloquent l'autoroute A15

La bière n'a plus de bulles mais la sono tourne toujours aux sons des tubes des années 1980: sur leur barrage d'Argenteuil, en banlieue parisienne, les agriculteurs occupant l'autoroute A15, passent leur deuxième nuit entre ciel et chaussée.

Il est 19h mardi, la nuit est tombée sur l'autoroute. Des cuistots préparent une tartiflette (plat traditionnel de pommes de terre, lardons, oignons et fromage fondu) en vue du dîner. Des jeunes débitent à la tronçonneuse des palettes pour alimenter des braseros qui offrent un répit bienvenu face au froid de l'hiver.

Depuis l'installation de ce convoi de 47 tracteurs à cet emplacement lundi après-midi, soit "le cortège le plus proche de Paris" comme le revendiquent fièrement ses participants, une petite place de village a poussé sur l'autoroute au pied d'une grande bâche annonçant "Notre fin sera votre faim".

"On a voulu faire un petit carré un peu base vie, convivial, où on peut se retrouver tous ensemble", confie à l'AFP Fabrice Mauger, qui s'apprête à passer la nuit sur place à l'arrière d'une fourgonnette.

Avec ces occupations d'axes routiers autour de Paris, ce céréalier de la région parisienne espère surtout obtenir la suppression de l'obligation de 4% des terres en jachère. "Sur ces 4% je continue à payer un loyer au propriétaire, à payer des charges et je n'en tire rien", regrette-t-il.

L'atmosphère est bon enfant. Axelle Red ou Jean-Jacques Goldman ronronnent en fond sonore. On refait le plein à la tireuse à bière, on s'allume une cigarette, on taille le bout de gras pour passer le temps qu'on trouve quand même un peu long. "On est bien sur l'A15, non ?", s'enthousiasme un jeune agriculteur qui n'en revient toujours pas.

Pour ménager l'opinion publique locale, les protestataires n'occupent qu'une portion limitée de l'autoroute. A dessein, une sortie permet de contourner facilement leur dispositif. Le trafic est donc seulement ralenti et non bloqué.

L'autoroute n'est pas non plus coupée dans l'autre sens, contrairement à ce qui se fait ailleurs. Les coups de klaxons de soutien sont nombreux dans le flot des usagers passant sur la voie en face.

Rotations d'équipes

Traversant le Val-d'Oise, au nord de Paris, l'A15 constitue la colonne vertébrale du département. Elle est empruntée chaque jour par des dizaines de milliers d'automobilistes pour aller travailler dans la capitale ou ses environs. Conscients de la sensibilité de cet axe, les agriculteurs manifestant relativisent la rhétorique guerrière du "siège" de Paris.

"Pour l'instant, on n'a pas l'impression d'être mal perçus. Mais c'est une inconnue. C'est sûr qu'au bout d'un moment les gens en auront assez, nous c'est pas le but de nous éterniser", concède Denis, un cultivateur de 55 ans, casquette de l'équipe F1 Renault sur le crâne.

Pour économiser les hommes et les forces, les syndicats ont organisé deux rotations d'équipes par jour. Des voitures assurent la navette entre le campement et les fermes de la région. Vingt-cinq personnes restent sur place chaque nuit, contre une cinquantaine présentes en journée.

À 21H45, un cri retentit: "A table !". Les copieuses rations de tartiflette dégagent une vapeur chaude dans l'air froid, les groupes s'installent aux tables installées sous des barnums.

Habitante d'Enghien-les-Bains, près de Paris, Laetitia a bataillé avec son fils au milieu des ronces derrière la glissière de l'autoroute pour rejoindre en pleine nuit à pied le campement.

Par solidarité pour les agriculteurs, cette experte immobilier arrive les bras chargés de monceaux de crêpes, confitures, gâteaux au chocolat. Et même une petite fleur jaune pour la déco.

"Vous êtes la genèse, vous êtes la vie. Si vous ne nous nourrissez pas, on meurt !", lance cette dynamique femme grisonnante qui avait aussi amené des chouquettes dans les casernes et commissariats pendant les émeutes de juin.

Les agapes de la première nuit du blocage, couplées à une nuit inconfortable dans le tracteur, ont laissé des petits yeux à certains.

Pendant que l'équipe du 13H-22H monte en voiture pour retrouver son lit, les volontaires de la nuit se glissent dans les tentes ou gonflent leurs matelas. Jusqu'à la relève, à l'aube, à l'heure où blanchit la campagne.

18 personnes interpellées près de Rungis

Dix-huit personnes ont été interpellées pour "entrave à la circulation" mercredi matin près du marché de gros de Rungis que les agriculteurs en colère, réunis en convoi, menacent d'investir, a-t-on appris de sources policières.

Il y a en France mercredi "plus de 100 points de blocage" et 10.000 manifestants, a chiffré le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin tôt mercredi matin. "Ils ne s’en prennent pas aux forces de l'ordre, ils n’entrent pas dans Rungis (...) Mais si jamais ils devaient le faire, évidemment je le répète, nous ne laisserions pas faire", a-t-il ajouté.

« Aucune perspective de long terme »

Le ministre de l'Agriculture Marc Fesneau est attendu mercredi après-midi à Bruxelles "pour une série d'entretiens visant à accélérer le traitement des urgences européennes", selon son cabinet mardi.

Rappelant que la crise agricole ne serait pas réglée "en quelques jours", M. Attal s'est dit prêt à "aller plus loin", promettant par exemple que les aides européennes de la Politique agricole commune (PAC) seraient versées "d'ici le 15 mars" et des aides fiscales supplémentaires pour les éleveurs.

Des déclarations qui ont laissé sceptiques les manifestants, comme Johanna Trau, céréalière et éleveuse à Ebersheim (Bas-Rhin), à propos du versement en mars des aides PAC.

"Déjà que certaines mesures mettent trois ou quatre ans à être appliquées... Là je demande à voir!", a-t-elle déclaré mardi dans un convoi de centaines de tracteurs bloquant l'A35, l'autoroute qui longe Strasbourg.

"On veut pas forcément être bercés aux aides, on veut surtout des prix rémunérateurs", a ajouté l'agricultrice, comme en écho à la Confédération paysanne.

Le 3e syndicat agricole, classé à gauche, a appelé "à bloquer les centrales d'achat" de la grande distribution.

Le président Emmanuel Macron, lors d'une visite d'Etat en Suède, s'est de son côté engagé à défendre plusieurs revendications des agriculteurs français à Bruxelles, sur l'Ukraine, les jachères et l'accord commercial avec les pays latino-américains du Mercosur.

Le mouvement de colère s'étend en tout cas sur le continent: après des manifestations en Allemagne, en Pologne, en Roumanie, en Belgique ou en Italie ces dernières semaines, les grands syndicats agricoles espagnols ont annoncé des "mobilisations" au cours des "prochaines semaines".

Les associations environnementales se sont également montrées critiques, Greenpeace estimant notamment que l'exécutif "privilégie l'agro-industrie au détriment des agriculteurs et des écosystèmes dont ils dépendent".

Le ministre de l'Agriculture annonce 80 millions d'euros d'aides pour les viticulteurs

Le ministre de l'Agriculture Marc Fesneau a annoncé mercredi que le gouvernement mettait sur la table 80 millions d'euros supplémentaires pour soutenir "l'ensemble des régions viticoles qui sont en crise".

En pleine crise agricole, le ministre a expliqué sur Sud Radio que l'Etat prendrait en charge "les intérêts d'emprunt sur l'année 2024" pour soulager la trésorerie des vignerons en difficulté.

L'enveloppe de 80 millions d'euros doit permettre "de couvrir les aléas qu'ont rencontrés un certain nombre de régions (...) ça couvre l'ensemble des régions viticoles qui sont en crise, évidemment", a expliqué le ministre.

Il a notamment évoqué la prise en charge des pertes de production liées à la maladie du mildiou, qui a particulièrement sévi dans le Bordelais en 2023. Les viticulteurs reprochaient aux assureurs de ne pas prendre en charge ce genre d'aléas.

Le gouvernement s'était par ailleurs dit à l'automne prêt à financer une campagne d'arrachage temporaire de vignes pour résorber la surproduction le temps que la consommation reparte.

Marc Fesneau a indiqué que le financement de cette campagne pourrait s'élever à 150 millions d'euros destinés à subventionner les viticulteurs qui arrachent leurs vignes. Cette mesure sera soumise à l'aval de la Commission européenne.

Cela pourrait concerner "jusqu'à 100.000 hectares" (sur près de 800.000 hectares de vignes en 2020), selon lui.

Le président de la FNSEA appelle «  au calme et à la raison  »

Le président de la FNSEA, Arnaud Rousseau, auditionné au Sénat, a affirmé mercredi qu'il essayait "d'appeler au calme et à la raison" face à la colère des agriculteurs, estimant que beaucoup de "sujets européens" ne se "règlent pas en trois jours".

Alors que des blocages se poursuivent dans toute la France, M. Rousseau a reconnu que "l'attente est énorme" face au "cumul de normes et de règles". Mais "il y a aussi beaucoup de sujets européens qui ne sont pas des sujets qui se règlent en trois jours. Donc j'essaie d'appeler au calme et à la raison", a-t-il dit devant la Commission des Affaires économiques de la chambre haute.

"On a aujourd'hui un certain nombre de propositions qui ont été adressées au Premier ministre (Gabriel Attal) et sur lesquelles on travaille. Le Premier ministre souhaite aller le plus vite possible", a poursuivi le président de la FNSEA lors de son propos introductif, alors que les syndicats, dont la FNSEA, ont été reçues mardi soir à Matignon pendant près de trois heures.

Le Premimer ministre a de nouveau reçu reçu mercredi matin la Confédération paysanne et la Coordination rurale.

Sans évoquer dans le détail la teneur des échanges, M. Rousseau est néanmoins revenu sur le déplacement de Gabriel Attal sur un blocage autoroutier vendredi, "une belle opération de communication qui s'est finalement traduite par une forme de suragacement", selon lui.

"Beaucoup de gens, en ce moment, critiquent la FNSEA mais je pense que le gouvernement est bien content de nous trouver en ce moment pour savoir avec qui négocier", a-t-il ajouté.

"Je m'honore qu'il n'y ait pas de policiers ou gendarmes blessés", a-t-il encore dit alors que l'étau se resserrait mercredi à Paris ou à Lyon, avec des interpellations près de Rungis. "On essaie de faire en sorte qu'il n'y ait pas de débordements, en tenant une ligne de responsabilité".


Pour grandir, Bordeaux doit pousser les murs vers le haut

Short Url
  • "Bordeaux est une ville basse, une ville d'échoppes, à la fois pour des raisons historiques, géographiques et géologiques (sols marécageux), avec, avant les années 1950, des émergences constituées par les clochers"
  • Certains riverains des premiers immeubles d'Euratlantique, comme le collectif d'habitants Amédée Sacré-Cœur, dénoncent néanmoins une "bétonisation à outrance"

BORDEAUX: Quand une ville basse prend de la hauteur: à Bordeaux, célèbre pour ses petites maisons en rez-de-chaussée, les nouveaux quartiers poussent à la verticale pour accueillir le flux incessant de nouveaux habitants dans la métropole, à l'image de l'immense projet Euratlantique.

L'AFP a réalisé un reportage photographique dans ces nouveaux quartiers en amont de l'inauguration, début juillet, du pont Simone-Veil, qui sera le huitième à enjamber la Garonne dans l'agglomération girondine. Symboliquement, il unira les trois villes de ce projet d'aménagement urbain, le plus vaste en dehors de la région parisienne: Bordeaux, Bègles et Floirac.

Bassins à flots, Ginko, Bastide-Niel, Brazza: d'autres nouveaux quartiers sont sortis de terre pour accompagner l'objectif d'une métropole à un million d'habitants porté dans les années 2000 par l'ancien maire de Bordeaux Alain Juppé et l'ex-président socialiste de l'intercommunalité Vincent Feltesse.

Mais Euratlantique, opération déclarée d'intérêt national en 2009 pour accompagner l'arrivée de la ligne ferroviaire à grande vitesse Paris-Bordeaux, inaugurée en 2017, est d'une autre ampleur.

Prolongé fin 2023 jusqu'à 2040, le projet vise à accueillir 50.000 habitants et 30.000 emplois sur 738 hectares de friches ferroviaires et industrielles.

La pression démographique est forte dans la métropole, qui regroupe Bordeaux et 27 autres communes: la population gagne 10.000 habitants par an et a franchi la barre des 800.000.

Les tours fleurissent, avec des innovations, comme l'ossature bois symbolisée par Hyperion, plus haut bâtiment de France de ce type, ou le futur Tebio, premier immeuble réversible de France qui pourra être affecté à du logement ou des bureaux. Ce nouveau paysage contraste avec les quartiers de petites maisons basses, ou "échoppes", qui encadrent le coeur historique de la ville, lui-même limité à trois ou quatre étages.

Mixité 

"Bordeaux est une ville basse, une ville d'échoppes, à la fois pour des raisons historiques, géographiques et géologiques (sols marécageux), avec, avant les années 1950, des émergences constituées par les clochers", explique le maire Pierre Hurmic.

"Si on veut davantage d'habitants, densifier davantage, on peut utilement passer par des surélévations d'immeubles, j'y suis très favorable, mais on ne le fera pas n'importe où", ajoute-t-il.

Certains riverains des premiers immeubles d'Euratlantique, comme le collectif d'habitants Amédée Sacré-Cœur, dénoncent néanmoins une "bétonisation à outrance".

Dans les nouveaux quartiers, le mot d'ordre affiché est mixité, avec un quota de logements sociaux de 35%, qui sera même porté à 40% dans les futurs chantiers à Bordeaux pour rattraper le retard de la ville (19% au lieu des 25% requis par la loi Solidarité et renouvellement urbain/SRU), mais aussi des prix de vente encadrés pour les logements libres, inférieurs à la moyenne de la métropole.

Des commerces d'un nouveau genre, tels un hôtel-auberge de jeunesse avec son "rooftop" ou une halle mêlant bars et restaurants branchés, visent une nouvelle population venue s'installer dans les quartiers proches de la gare, rendus attractifs par la LGV et l'essor du télétravail.

Les nouveaux bureaux, eux, portent encore la marque de l'ambition initiale d'Euratlantique, qui était de créer un quartier d'affaires, tels l'imposant siège de la Caisse des dépôts et consignations.

Aujourd'hui, cet objectif est officiellement enterré. La nouvelle feuille de route adoptée l'an dernier parle de végétalisation, de désimperméabilisation ou encore de concertation des habitants, pour bâtir "une ville sur la trajectoire de la neutralité carbone", selon la directrice générale d'Euratlantique, Valérie Lasek.


Dans le Vaucluse, des jeunes se lancent dans «  une bataille culturelle » contre le RN

"On veut "dénoncer ce qu'ils (les représentants d'extrême droite) sont, leur incompétence", relève Alexandre Lorello, 25 ans, qui "a été au Parti socialiste" mais se présente aujourd'hui avant tout comme "Vauclusien". (AFP).
"On veut "dénoncer ce qu'ils (les représentants d'extrême droite) sont, leur incompétence", relève Alexandre Lorello, 25 ans, qui "a été au Parti socialiste" mais se présente aujourd'hui avant tout comme "Vauclusien". (AFP).
Short Url
  • Dans le Vaucluse, bastion de l'extrême droite depuis plusieurs années, le RN a frôlé le grand chelem aux dernières législatives en remportant quatre circonscriptions sur cinq
  • Marion Maréchal y a eu son premier ancrage électoral et plusieurs municipalités sont dirigées par l'extrême droite, dont Orange, depuis 1995

AVIGNON: "Je liste 10 personnes les plus proches de moi en âge de voter et je les appelle pour les convaincre de voter contre l'extrême droite": dans le Vaucluse, un petit groupe de jeunes tente "une bataille culturelle" contre le Rassemblement national.

"Je ne monte jamais le ton, si la personne n'est pas réceptive (...) je lui souhaite une belle journée et je raccroche", poursuit cet "argumentaire phoning", élaboré pour les législatives du 30 juin et 7 juillet par le nouvel Observatoire de l'extrême droite du 84, "l'un des départements les plus pauvres, les plus isolés et les moins diplômés" de France, explique Antonin Dacos, 23 ans.

Dans le Vaucluse, bastion de l'extrême droite depuis plusieurs années, le RN a frôlé le grand chelem aux dernières législatives en remportant quatre circonscriptions sur cinq. Marion Maréchal y a eu son premier ancrage électoral et plusieurs municipalités sont dirigées par l'extrême droite, dont Orange, depuis 1995.

Antonin ne s'en cache pas, il est de gauche, proche du parti Génération.s. Il était jusqu'à la dissolution collaborateur parlementaire du député des Yvelines, Benjamin Lucas. Mais leur démarche n'est pas politique mais "métapolitique" et rassemble une vingtaine de jeunes de différentes sensibilités.

"On veut "dénoncer ce qu'ils (les représentants d'extrême droite) sont, leur incompétence", relève Alexandre Lorello, 25 ans, qui "a été au Parti socialiste" mais se présente aujourd'hui avant tout comme "Vauclusien".

"Le combat doit se faire sur les idées", sur leurs "valeurs fratricides", "l'économie où ils portent des sujets qui n'ont pas de sens", surenchérit cet autre jeune de 23 ans, plutôt macroniste à "fortes convictions écologiques", qui ne souhaite pas décliner son identité pour des raisons professionnelles.

Dire aux électeurs tentés par l'extrême droite qu'ils sont "des racistes, des fascistes, ça ne peut pas marcher. Ça clôt une conversation", estime Alexandre.

"Oui, il y a chez les militants RN de vrais fascistes mais chez les électeurs beaucoup se sentent méprisés par Paris alors qu'eux vivent les déserts médicaux, les gares qui ferment: il y a un lien entre la distance des services publics et le vote RN", insiste Antonin qui espère "rattraper par la main les électeurs paumés".

Ici, il y a déjà le collectif antifasciste du Vaucluse "No Pasaran 84" ou une intersyndicale mobilisée pendant les Européennes pour marteler que "l'extrême droite n'est pas le parti des salariés".

"Il faut sans doute que les opposants au RN se saisissent aussi" de la bataille culturelle que "l'extrême droite assume très clairement", analyse Christèle Lagier, spécialiste en sociologie électorale de l'extrême droite.

« Très dur »

Alors comment s'y prendre?

Avec ces législatives anticipées, ces jeunes ont mis en ligne un formulaire qui permet d'un simple clic de recevoir une liste d'arguments à faire valoir auprès "de vos amis, parents, grand-parents". Arguments transmis également via une newsletter à 900 abonnés.

En février, lors du lancement de leur Observatoire, ils ont fait un rapport sur l'activité parlementaire des quatre députés RN pointant leurs positions "antiféministes" ou "anti-classes moyennes sur le logement et le travail".

Par exemple, trois de ces quatre députés ont voté contre l'inscription dans la Constitution de l’Interruption volontaire de grossesse (IVG).

Ils relèvent également leur manque de technicité avec peu d'amendements déposés ou retoqués car mal rédigés.

Bénédicte Auzanot, députée RN sortante de la 2e circonscription du Vaucluse, estime que tout ça "c'est creux". "Ils sont censés parler du Vaucluse et ils se positionnent sur les sujets nationaux", explique-t-elle à l'AFP, qualifiant leur travail de "tract".

Sur le faible nombre d'amendements déposés pendant son mandat, cette ancienne assistante de cabinet médical assure: "J'ai défendu les amendements de mes collègues".

Sur le marché de Cavaillon, 25.000 habitants, elle est repartie en campagne "confiante". Elle distribue méthodiquement avec un grand sourire et sans trop parler son tract la montrant en photo avec Jordan Bardella.

"Pour nous en Provence-Alpes-Côte d'Azur, ce sera très dur", soupire en la voyant passer un sympathisant LFI, Thierry Rousselet, venu lui aussi distribuer des tracts, rouges et sans photo, du Nouveau Front Populaire.

"On n'arrivera pas forcément à infléchir", l'opinion des gens, "mais si déjà modestement on peut les faire réfléchir....", espèrent les jeunes de l'Observatoire.


Bardella et sa «majorité absolue»: entre appel à la mobilisation et prudence du RN

Le président du parti d'extrême droite français Rassemblement National (RN) et député européen Jordan Bardella (au centre) participe à une visite au salon Eurosatory de défense et de sécurité terrestre et aéroterrestre, au parc des expositions Paris-Nord Villepinte, à Villepinte, au nord de Paris, le 19 juin 2024. (Photo de JULIEN DE ROSA / AFP)
Le président du parti d'extrême droite français Rassemblement National (RN) et député européen Jordan Bardella (au centre) participe à une visite au salon Eurosatory de défense et de sécurité terrestre et aéroterrestre, au parc des expositions Paris-Nord Villepinte, à Villepinte, au nord de Paris, le 19 juin 2024. (Photo de JULIEN DE ROSA / AFP)
Short Url
  • «Un Premier ministre de cohabitation avec une majorité relative ne pourrait pas changer les choses»
  • Après deux ans d'usure des macronistes, privés de majorité absolue à l'Assemblée nationale, les cadres du RN veulent avoir les coudées franches s'ils remportent les législatives le 7 juillet

PARIS: Jordan Bardella le répète, il "refusera d'être nommé" à Matignon sans majorité absolue à l'issue des législatives. Un "appel à la mobilisation" des électeurs, selon ses lieutenants, mais aussi une précaution supplémentaire du RN, déjà en train de lisser son programme radical.

Besoin de «légitimité»

"Si demain je suis en capacité d'être nommé à Matignon et que je n'ai pas de majorité absolue (...) eh bien je refuserai d'être nommé", a lancé le président du Rassemblement national mardi soir sur France 2.

"Un Premier ministre de cohabitation avec une majorité relative ne pourrait pas changer les choses", a-t-il complété mercredi.

"C'est pour que les Français viennent voter", explique Renaud Labaye, bras droit de Marine Le Pen et secrétaire général du groupe RN à l'Assemblée nationale. Le parti d'extrême droite reste marqué par la démobilisation des régionales 2021, durant lesquelles il n'était pas parvenu à remporter la moindre région, malgré des sondages plutôt favorables. "On n'a pas été traumatisé, mais presque", reconnaît M. Labaye, qui espère cette fois une "participation élevée" pour renforcer la "légitimité" de l'élection.

Après deux ans d'usure des macronistes, privés de majorité absolue à l'Assemblée nationale, les cadres du RN veulent avoir les coudées franches s'ils remportent les législatives le 7 juillet.

Car le risque est réel d'une paralysie de l'Assemblée avec trois blocs sans majorité claire - Nouveau Front populaire, macronistes et RN - et des députés qui pourraient faire tomber le gouvernement à tout moment avec des motions de censure à répétition.

Une autre menace pourrait planer: la constitution encore très hypothétique d'une vaste coalition anti-extrême droite. "Même en cas de majorité relative (du RN) proche de l'absolue (289 sièges), on peut imaginer une alliance de tous les autres blocs", estime la constitutionnaliste Anne Levade.

Non à Matignon ? A voir... 

La sentence de Jordan Bardella semble toutefois moins définitive qu'il n'y paraît. Une majorité relative assez large pourrait changer la donne.

"On verra après le second tour s'il y a des gens, peut-être chez LR, qui n'ont pas suivi (le rallié) Eric Ciotti à l'instant T et qui veulent bâtir une majorité avec le RN", temporise Renaud Labaye, par exemple "260 députés (RN) et 30 députés autour de Ciotti" pour un "contrat de coalition".

Sur Public Sénat, le député Julien Odoul a aussi renvoyé la question au "choix des Français", en demandant une "majorité stable" pour que Jordan Bardella ne soit "pas à la merci de la première motion de censure" de l'Assemblée nationale.

L'enjeu est d'avoir les "marges de manoeuvre" pour gouverner, sans trop s'abîmer avant la présidentielle de 2027 à laquelle Marine Le Pen entend concourir.

"Jordan Bardella n'a intérêt ni pour lui ni pour le pays à gérer la pénurie et faire passer un budget au 49.3" cet automne, insiste Renaud Labaye.

«Refus d'obstacle» ? 

La sortie de Jordan Bardella s'inscrit plus largement dans une campagne médiatique pour arrondir l'image radicale du parti à la flamme et tenter de convaincre qu'il est capable d'exercer le pouvoir.

Le patron du RN, qui avait déjà temporisé sur l'abrogation de la réforme des retraites d'Emmanuel Macron, a édulcoré les positions lepénistes sur un autre volet mercredi: la politique étrangère. Il "n'entend pas remettre en cause les engagements" de la France en matière de défense, a-t-il affirmé, alors qu'il y a seulement deux ans Marine Le Pen prônait la sortie du commandement intégré de l'Otan.

"Le RN réclame à cor et à cri son arrivée au pouvoir, mais le plan pour Matignon n'était pas encore prêt" côté programme, juge le sociologue Etienne Ollion, spécialiste du Parlement.

Et les concurrents se sont engouffrés dans la brèche. Chez "Jordan Bardella, il y a de moins en moins de programme et de plus en plus de conditions" pour briguer Matignon. "Ça commence à ressembler à un refus d'obstacle", l'a taclé le Premier ministre Gabriel Attal.

Le RN doit en outre de nouveau composer avec les controverses qui accompagnent les dérapages de certains de ses candidats sur les réseaux sociaux. Mercredi, le parti a retiré son soutien à un prétendant dans le Morbihan, Joseph Martin, qui avait publié un message antisémite sur X (ex-Twitter) en 2018.