Les opposants à la loi sur l'immigration jettent leurs dernières forces dans la rue

Un slogan collé sur un mur du centre de Paris en signe de protestation contre la loi française sur l'immigration, le 24 janvier (Photo, AFP).
Un slogan collé sur un mur du centre de Paris en signe de protestation contre la loi française sur l'immigration, le 24 janvier (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 22 janvier 2024

Les opposants à la loi sur l'immigration jettent leurs dernières forces dans la rue

  • Après la manifestation du 14 janvier, lors de laquelle des milliers de personnes avaient défilé à l'appel d'associations de défense des immigrés, plus de 160 marches sont prévues dimanche dont celle de Paris qui doit s'élancer à 14H00 de la place du Troca
  • «Les manifestations du 21 (janvier) doivent démontrer que l'opinion n'est pas avec les racistes et les fascistes», a exhorté vendredi le collectif militant «Marche des solidarités», en première ligne dans la rue depuis plusieurs semaines

PARIS: Dernier coup de pression sur l'exécutif: quatre jours avant une décision très attendue du Conseil constitutionnel, une large coalition d'opposants à la loi sur l'immigration a manifesté partout en France dimanche contre la promulgation d'un texte assimilé à une victoire idéologique "de l'extrême droite".

Quelque 75.000 personnes se sont mobilisées à travers le pays, selon le ministère de l'Intérieur. Le syndicat CGT, un des organisateurs du mouvement, en a revendiqué 150.000 sur le réseau social X.

En se ralliant à l'appel lancé initialement par 201 personnalités, les opposants ont voulu rassembler au-delà de la sphère militante traditionnelle pour faire pression sur l'exécutif, qui pourrait promulguer rapidement le texte voté mi-décembre notamment avec les voix du Rassemblement national, sauf censure complète et surprise par les Sages le 25 janvier.

Plus de 160 marches étaient prévues dimanche, dont celle de Paris, qui a rassemblé 16.000 personnes selon la préfecture de Police, entre Trocadéro et les Invalides.

"Ca fait mal de voir qu'on nous a vendu le barrage républicain et que finalement le gouvernement calque le programme du Rassemblement national", a déploré Ethan Marie, lycéen en région parisienne.

"Cette loi c'est une rupture avec les principes français depuis 1789 pour le droit du sol et depuis 1945 pour l'universalité de la protection sociale", a expliqué la secrétaire générale de la CGT, Sophie Binet qui a appelé à la mobilisation avec son homologue de la CFDT, Marylise Léon.

Plusieurs responsables de gauche, Manon Aubry (LFI), Marine Tondelier (Ecologistes), Olivier Faure (PS) et Fabien Roussel (PCF) ont fustigé un exécutif "qui a ouvert le pont levis aux idées de l'extrême droite", selon M. Faure, premier secrétaire du PS.

Dans la manifestation parisienne, Mady Cissé, Sénégalais de 59 ans, intérimaire dans le bâtiment a apprécié un "soutien important" mais "aussi logique".

"On forme une seule et même société: sans nous, le pays ne fonctionnerait pas, c'est nous qui nous levons à 5h du matin pour aller travailler dans le bâtiment, pour sortir vos poubelles... même les bureaux des préfectures qui nous refusent les papiers, c'est nous qui les nettoyons!", a observé l'ouvrier qui dispose d'un titre de séjour temporaire.

«Dérive vers l'extrême droite»

Les auteurs de l'appel à manifester, dont de nombreuses personnalités du monde de la culture comme les comédiennes Josiane Balasko et l'écrivaine Alice Zeniter, demandent à Emmanuel Macron de ne pas promulguer la loi.

"Cette loi est une dérive vers l'extrême droite, sur le plan politique, et sur le fond vers la préférence nationale", a observé l'ancien ministre RPR et ex-Défenseur des Droits Jacques Toubon.

En cause, les nombreux ajouts du Parlement au texte initial du gouvernement, donnant une coloration très droitière à une loi qui devait initialement reposer sur deux volets, l'un répressif pour les étrangers "délinquants", l'autre favorisant l'intégration. Désormais, le texte comprend de nombreuses mesures controversées, comme le durcissement de l'accès aux prestations sociales, l'instauration de quotas migratoires, ou le rétablissement du "délit de séjour irrégulier".

Selon les préfectures, les opposants étaient 2.700 à Rennes, 3.000 à Nantes, 2.500 à Bordeaux, 1.800 à Strasbourg ou 3.500 à Lyon où le maire écologiste de la ville Grégory Doucet était présent.

A Lille, environ 2.000 personnes ont défilé avec en tête de cortège des travailleurs de communautés Emmaüs du Nord, en grève depuis six mois pour dénoncer leurs conditions de travail et demander leur régularisation.

"La loi immigration risque d'avoir des conséquences extrêmement graves, notamment à Marseille", a affirmé dans la cité phocéenne, Fathi Bouaroua, ancien directeur régional de l'association Abbé Pierre. "Ils sont nombreux dans nos restaurants ou entreprises à travailler et font tellement partie du quotidien que c'est inacceptable de ne pas les compter parmi nous."

Interrogée dimanche dans l'émission "Questions politiques" (France Inter, FranceinfoTV et Le Monde), la ministre déléguée à l'Egalité hommes/femmes Aurore Bergé a nié que le texte mette en place "la préférence nationale" en renvoyant à ses opposants la responsabilité de la montée du RN qui arrive actuellement en tête des sondages pour les futures élections européennes.

"Instiller l'idée qu'on est en train de reprendre les thèses et les thèmes du rassemblement national, là, c'est sûr, on leur donne une victoire idéologique", a-t-elle déclaré.

Sur BFMTV, le président de Reconquête, Eric Zemmour a dénoncé une "loi néfaste pour les Français", promettant lui d'arrêter toute "l’immigration légale".


Macron: le résultat des législatives ne sera la "faute de personne", mais la "responsabilité" de tous

Le chef de l'Etat a une nouvelle fois dit comprendre la sidération et l'incompréhension suscitées par sa décision de dissoudre l'Assemblée nationale, jusque dans son propre camp, alors que l'extrême droite apparaît comme la grande favorite du scrutin. (Photo, AFP)
Le chef de l'Etat a une nouvelle fois dit comprendre la sidération et l'incompréhension suscitées par sa décision de dissoudre l'Assemblée nationale, jusque dans son propre camp, alors que l'extrême droite apparaît comme la grande favorite du scrutin. (Photo, AFP)
Short Url
  • "Ce sera la faute de personne le soir du deuxième tour. Ce sera la responsabilité des Français. Et moi, c'est pas un pari (que je fais ndlr), c'est une confiance (que j'ai)" dans les électeurs
  • "La colère ne peut pas monter par les coulisses, par en dessous (...) La question c'est qui gouverne" et pour cela "je vous redonne la parole", a-t-il encore souligné

PARIS: Emmanuel Macron a déclaré lundi que le résultat des législatives, au soir du 7 juillet, ne serait "la faute de personne" mais l'expression de la "responsabilité des Français".

"Au-delà de vos colères - elle s'est exprimée, je l'ai entendue, je vous redonne la parole - qu'est-ce que vous voulez? Regardez les projets" des uns et des autres, a-t-il lancé dans un podcast de "Génération Do It Yourself" (Faites-le vous-même).

Ce podcast, animé par Matthieu Stefani, se présente comme celui qui "part à la rencontre de celles et ceux qui se sont construits par eux-mêmes".

"Ce sera la faute de personne le soir du deuxième tour. Ce sera la responsabilité des Français. Et moi, c'est pas un pari (que je fais ndlr), c'est une confiance (que j'ai)" dans les électeurs, a-t-il ajouté.

"La colère ne peut pas monter par les coulisses, par en dessous (...) La question c'est qui gouverne" et pour cela "je vous redonne la parole", a-t-il encore souligné.

Le chef de l'Etat a une nouvelle fois dit comprendre la sidération et l'incompréhension suscitées par sa décision de dissoudre l'Assemblée nationale, jusque dans son propre camp, alors que l'extrême droite apparaît comme la grande favorite du scrutin.

"Je sais ce que j'ai demandé à mes ministres, à ma majorité, à des députés qui parfois m'accompagnent depuis sept ans, qui ont changé leur vie pour être à mes côtés et je les en remercie. Je leur ai dit +faut y retourner+", a-t-il relevé.

"C'est très dur. J'en ai conscience et beaucoup m'en veulent. Mais je l'ai fait parce qu'il n'y a rien de plus grand et de plus juste dans une démocratie que la confiance dans le peuple", a-t-il martelé.

 


Les professionnels musulmans quittent la France en raison du "climat d'islamophobie" qui y règne

Des fidèles musulmans arrivent à la Grande Mosquée de Paris pour accomplir les prières matinales de l'Aïd Al-Adha, le 16 juin 2024. La France compte la plus grande population musulmane d'Europe, avec près de 10 % des 67 millions d'habitants du pays sont de confession musulmane. (AFP)
Des fidèles musulmans arrivent à la Grande Mosquée de Paris pour accomplir les prières matinales de l'Aïd Al-Adha, le 16 juin 2024. La France compte la plus grande population musulmane d'Europe, avec près de 10 % des 67 millions d'habitants du pays sont de confession musulmane. (AFP)
Short Url
  • L’émigration des jeunes musulmans carriéristes provoque une « fuite des cerveaux », selon un nouveau livre
  • Co-auteur : « De plus en plus de musulmans français ne se sentent plus chez eux en France »

LONDRES : Une « atmosphère d'islamophobie » pousse les musulmans français à émigrer vers des pays comme le Royaume-Uni et le Canada, selon un nouveau livre.

Selon The Times, les auteurs de « La France, tu l'aimes mais tu la quittes » comparent ce phénomène à une « fuite des cerveaux ».

Cependant, contrairement à une fuite des cerveaux conventionnelle, les professionnels musulmans en France échangent un pays prospère pour un autre.  
La France compte la plus grande population musulmane d'Europe, avec environ 7 à 10 % de ses 67 millions d'habitants appartenant à cette foi.

Parmi les musulmans ayant quitté la France, plus de sept sur dix déclarent être partis en partie à cause du racisme et de la discrimination.

La France suit une politique de laïcité, qui interdit l'affichage de symboles religieux dans la vie professionnelle, y compris dans le droit, la fonction publique et l'éducation.

Selon Olivier Esteves, co-auteur du livre et professeur à l'Université de Lille, beaucoup de musulmans qui émigrent sont parmi les plus ambitieux professionnellement mais aussi les plus pieux, ce qui entraîne un conflit de valeurs.
Le professeur à l'Université de Lille cite également la popularité du Rassemblement National de Marine Le Pen comme facteur aggravant de cette fuite des cerveaux. Le parti d'extrême droite affirme que l'Islam est une menace existentielle pour l'identité française.

Esteves prévient qu’une victoire électorale du RN entraînerait une nouvelle vague d’émigration parmi les musulmans français qualifiés.

« Les gens qui s’opposent à l’immigration disent souvent ‘on ne se sent plus chez nous’ », explique-t-il. « Mais il y a de plus en plus de musulmans français qui ne se sentent plus chez eux en France. »

« Dans les prochains mois, nous verrons une désinhibition croissante des propos et des comportements islamophobes.

« Nous avons écrit sur des femmes qui se font cracher dessus parce qu’elles portent le hijab - ce genre de choses ne va qu’empirer. »

L’enquête à la base du livre a interrogé  1,000 répondants, principalement sur les réseaux sociaux. Environ 140 d’entre eux ont fait l’objet d’entretiens approfondis par les auteurs.

Esteves estime que le nombre de musulmans ayant quitté la France pourrait se chiffrer en « dizaines de milliers ».

Le mois dernier, des musulmans se sont rassemblés devant la Grande Mosquée de Paris pour exprimer leurs préoccupations de se sentir étrangers dans leur propre pays.

Une participante, Aminata Sylla, a confié au Times qu'elle « avait hâte » de partir pour la Grande-Bretagne ou Oman, citant une accumulation d'expériences négatives liées à sa couleur de peau, sa religion et son port du voile.
« Parfois, j’ai l'impression de ne pas pouvoir respirer », a-t-elle dit.

Sylla, qui prépare un master en relations internationales à l'Université de la Sorbonne, a déclaré qu’elle s'était sentie « comme un animal » à travers une série d'expériences négatives, y compris lorsqu’elle a été frappée dans le métro parisien pour avoir porté un hijab.

La jeune femme de 25 ans se décrit comme une « fille de la France abandonnée par sa mère ».

Mehdi, un professeur de français de 39 ans installé à Preston, en Angleterre, a qualifié sa décision de quitter sa ville natale de Lyon il y a trois ans de « déchirante », exprimant un sentiment d'échec face à l'impossibilité de maintenir sa relation avec son pays d'origine.
 
« Je ne pense pas avoir jamais autant pleuré que lorsque j’ai pris le ferry pour partir définitivement », a-t-il déclaré.
 


JO-2024 : Versailles, cadre royal pour l'équitation

Le château de Versailles, cadre somptueux des épreuves équestres des Jeux olympiques et paralympiques de Paris, brille par sa démesure. (Photo de Ian LANGSDON / AFP)
Le château de Versailles, cadre somptueux des épreuves équestres des Jeux olympiques et paralympiques de Paris, brille par sa démesure. (Photo de Ian LANGSDON / AFP)
Short Url
  • Le château est le troisième site le plus visité en France (derrière Disneyland Paris et le musée du Louvre).
  • On y signa également, le 28 juin 1919, le Traité de Versailles qui mis fin au conflit entre les Alliés et l'Allemagne.

Favori des touristes, symbole des fastes monarchiques et écrin de diplomatie, le Château de Versailles, cadre somptueux des épreuves d'équitation des Jeux olympiques et paralympiques de Paris, brille par sa démesure.

- 2.300 pièces, 830 hectares de jardins

Simple pavillon de chasse en 1623, le château de Versailles compte aujourd'hui 2.300 pièces réparties sur 63.154 m² habillés de 352 cheminées, 67 escaliers, 13 hectares de toitures ... Auxquels s'ajoutent 830 hectares de jardins conçus par André Le Nôtre, sillonnés par plus de 40 kilomètres d'allées.

Un décompte de 1722, sous le règne de Louis XV, fait état de 4.000 personnes vivant au château, princes, seigneurs, officiers et domestiques compris.

Remplacés aujourd'hui par de très nombreux touristes: 8,1 millions en 2023, à 77% étrangers. Le château est le troisième site le plus visité en France (derrière Disneyland Paris et le musée du Louvre).

- Bling bling et grand jeu

Le faste des fêtes et spectacles organisés par le Roi Soleil, le bâtisseur du palais, puis par Marie-Antoinette, dernière reine de l'Ancien Régime, colle toujours à l'image des lieux. Ces vies de châteaux qui ne cessent de renaître au cinéma, comme dans le "Marie-Antoinette" de Sofia Coppola en 2005.

La galerie des Glaces a vu depuis défiler nombre d'autres têtes couronnées. De la reine Victoria en 1855, conviée par Napoléon III pour un gigantesque bal avec 1.200 invités, à Charles III en 2023 qui y dégusta du homard bleu dans de la porcelaine de Sèvres.

- Politique et traités

Ces honneurs ne sont pas réservés aux rois et reines: De Gaulle y accueille le shah d'Iran, Nikita Khrouchtchev ou les époux Kennedy. Ses successeurs, Jimmy Carter, Ronald Reagan, Mikhaïl Gorbatchev, Xi Jinping, Vladimir Poutine ...

On y signa également, le 28 juin 1919, le Traité de Versailles qui mis fin au conflit entre les Alliés et l'Allemagne. Et c'est également au Château que la France inscrivit dans sa Constitution, en mars dernier, l'interruption volontaire de grossesse (IVG).

- Avènement de la modernité

Depuis plus de 15 ans, le Château présente chaque année un artiste contemporain comme Joana Vasconcelos, Giuseppe Penone ou Olafur Eliasson.

Le trublion américain Jeff Koons avait, en 2008, ouvert le bal des expositions mais aussi des polémiques: certains jugeant inadaptée l'intrusion de son oeuvre très kitsch dans un lieu empreint de classicisme. Même destin pour les fantaisies manga de Takashi Murakami (2010) et surtout l'installation monumentale du Britannique Anish Kapoor surnommée "Le vagin de la Reine" (2015).

Depuis 2019, une soirée Versailles Electro est dédiée à la French Touch. L'électro résonna également dans la galerie des Glaces le soir de Noël 2023 quand Jean-Michel Jarre s'y produisit pour les 400 ans du château.