Le projet britannique d'expulser des migrants vers le Rwanda atteint un passage délicat

Le projet de loi britannique visant à expulser des migrants vers le Rwanda aborde mardi un passage délicat pour le Premier ministre Rishi Sunak (Photo, AFP).
Le projet de loi britannique visant à expulser des migrants vers le Rwanda aborde mardi un passage délicat pour le Premier ministre Rishi Sunak (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 16 janvier 2024

Le projet britannique d'expulser des migrants vers le Rwanda atteint un passage délicat

  • Les choses se corsent à présent pour Rishi Sunak, qui a placé l'expulsion vers le Rwanda des migrants arrivés illégalement sur le sol britannique au cœur de sa politique migratoire
  • Un pari à haut risque en ce début d'année électorale où les conservateurs ne parviennent pas à réduire l'écart dans les sondages

LONDRES: Le projet de loi britannique visant à expulser des migrants vers le Rwanda aborde mardi un passage délicat pour le Premier ministre Rishi Sunak, sous la menace de voir son camp se déchirer autour de ce texte controversé.

Destiné à répondre aux objections de la Cour suprême qui a bloqué en novembre une précédente version du projet, le texte a franchi en décembre un premier obstacle au Parlement.

Les choses se corsent à présent pour Rishi Sunak, qui a placé l'expulsion vers le Rwanda des migrants arrivés illégalement sur le sol britannique au cœur de sa politique migratoire.

Un pari à haut risque en ce début d'année électorale où les conservateurs ne parviennent pas à réduire l'écart dans les sondages et restent menés d'une vingtaine de points par l'opposition travailliste menée par Keir Starmer.

Pire: un sondage de l'institut YouGov publié lundi laisse envisager aux Tories, au pouvoir depuis 14 ans, une débâcle électorale pire que lors de l'arrivée au pouvoir de Tony Blair en 1997.

Alors que le texte passe en commission mardi et mercredi, l'aile droite des Tories est en embuscade pour tenter de durcir via des amendements, soutenus par une soixantaine de députés selon la presse britannique, un texte trop édulcoré à ses yeux.

Certains députés conservateurs souhaitent par exemple supprimer totalement les possibilités de recours pour les migrants expulsés.

Après avoir essuyé les critiques cinglantes de son ex-ministre de l'Intérieur Suella Braverman et la démission de son secrétaire d'Etat à l'Immigration Robert Jenrick, Rishi Sunak risque à présent de faire face à la rébellion du vice-président du parti conservateur Lee Anderson.

Mais un durcissement trop radical du texte risque de se faire au détriment du soutien des conservateurs modérés.

«Fin du manège»

Les amendements ayant peu de chances d'être adoptés, c'est lors du prochain vote à la Chambre des Communes que les choses risquent de véritablement se compliquer pour Rishi Sunak, si la droite du parti concrétise la menace de fronde qu'elle agite depuis des semaines.

Mais selon le Times, le Premier ministre se trouve en meilleure posture qu'il n'y paraît, car les "conservateurs opposés au texte dans sa forme actuelle se trouvent face à un choix: soutenir un texte qui pensent-ils ne fonctionnera pas ou voter avec le Labour pour garantir la mort" du projet.

Rishi Sunak a assuré lundi qu'il "parlait à tous (ses) collègues".

"Je sais que tout le monde est mécontent - je suis mécontent au sujet de la situation - et veut voir la fin du manège juridique", a-t-il déclaré à la presse lors d'une visite dans l'Essex, affichant sa détermination à voir ce projet aboutir.

Annoncé en avril 2022 alors sous Boris Johnson, le projet n'a jamais été mis en œuvre. Un premier avion a été bloqué in extremis par une décision de la justice européenne, puis la justice britannique a, jusqu'à la Cour suprême, déclaré le projet illégal.

Pour tenter de sauver le projet, le gouvernement a signé un nouveau traité avec le Rwanda. Il est adossé à ce nouveau projet de loi qui définit le Rwanda comme un pays-tiers sûr et empêche le renvoi des migrants vers leurs pays d'origine.

Il propose également de ne pas appliquer aux expulsions certaines dispositions de la loi britannique sur les droits humains, pour limiter les recours en justice.

Près de 30.000 migrants ont traversé illégalement la Manche en 2023 sur de petites embarcations, en forte baisse par rapport au record atteint en 2022 (45.000)

Cinq migrants sont morts ce week-end alors qu'ils tentaient de rejoindre une embarcation à la mer dans une eau glaciale.

Selon les autorités françaises, douze migrants ont péri l'année dernière en tentant de traverser la Manche, l'un des détroits les plus fréquentés au monde.


Le spectateur tué lors du meeting de Trump est "mort instantanément", selon un témoin

Le candidat républicain Donald Trump est vu avec du sang sur le visage, entouré d'agents des services secrets, alors qu'il est évacué de la scène lors d'un événement de campagne à Butler Farm Show Inc. à Butler, en Pennsylvanie, le 13 juillet 2024. (Photo: AFP)
Le candidat républicain Donald Trump est vu avec du sang sur le visage, entouré d'agents des services secrets, alors qu'il est évacué de la scène lors d'un événement de campagne à Butler Farm Show Inc. à Butler, en Pennsylvanie, le 13 juillet 2024. (Photo: AFP)
Short Url

WASHINGTON: Le spectateur tué samedi dans les tirs contre Donald Trump lors d'un meeting de campagne en Pennsylvanie est "mort instantanément" après avoir été "atteint à la tête", selon un témoin interrogé par la chaîne NBC News.

"On a entendu plusieurs coups de feu, l'homme à côté de moi a été atteint à la tête, il est mort instantanément et est tombé au pied du gradin", a déclaré Joseph, dont le nom de famille n'a pas été précisé.

"Une femme a été touchée à l'avant-bras et à la main. A partir de ce moment-là, c'est devenu assez chaotique", a-t-il raconté.

"Le président Trump a été touché à l'oreille, juste avant que le Secret Service n'intervienne", a-t-il ajouté, précisant que les tirs ont d'abord atteint les personnes dans l'assistance avant que l'ancien président américain ne soit touché.

Selon lui, la victime décédée était "sur la trajectoire des tirs" entre le tireur présumé et l'ex-président.

"Mon sentiment est que la plupart des gens ont d'abord pensé qu'il s'agissait d'une blague, ça pouvait ressembler à des feux d'artifices. Mais j'ai vu l'homme être touché à la tête, la femme à l'avant-bras, j'ai tout de suite su que ce n'étaient pas juste des feux d'artifices", a précisé Joseph, qui a dit avoir entendu sept détonations.

Un deuxième témoin anonyme qui a déclaré être médecin urgentiste, a témoigné auprès d'un journaliste de CBS avoir essayé d'aider l'une des victimes.

"Quelqu'un là-bas criait qu'on lui avait tiré dessus (...) alors je me suis approché, j'ai dit +je suis médecin urgentiste, laissez-moi vous aider+", a-t-il déclaré avec un t-shirt blanc maculé de sang, dans une vidéo largement relayée sur X.

"Le type s'est retourné et s'est retrouvé coincé entre les bancs. Il avait une balle dans la tête", a-t-il ajouté, précisant qu'il y avait "beaucoup de sang" et de la "matière cérébrale".

Deux autres personnes ont été blessées, selon un communiqué du Secret Service, qui a la charge de la protection des personnalités politiques majeures aux Etats-Unis.

Il s'agissait du dernier meeting de Donald Trump avant la convention républicaine du 15 au 18 juillet, où il doit être officiellement investi candidat du Parti républicain face au président sortant démocrate Joe Biden à l'élection de novembre.


Zelensky qualifie la gaffe de Biden d'"erreur" qu'il peut "oublier"

Short Url
  • "C'est une erreur. Je pense que les États-Unis ont beaucoup soutenu les Ukrainiens. Nous pouvons oublier certaines erreurs, je pense que c'est le cas", a déclaré le chef d'Etat ukrainien.
  • Simon Harris a indiqué qu'il se rendrait en Ukraine "dans les semaines à venir" et a invité M. Zelensky à revenir en Irlande pour une visite officielle.

DUBLIN : Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a qualifié la gaffe de Joe Biden, qui l'a présenté jeudi comme le "président Poutine" lors du sommet de l'Otan à Washington, d'"erreur" qu'il peut "oublier".

"C'est une erreur. Je pense que les États-Unis ont beaucoup soutenu les Ukrainiens. Nous pouvons oublier certaines erreurs, je pense que c'est le cas", a déclaré le chef d'Etat ukrainien, lors d'une conférence de presse à l'aéroport de Shannon, dans l'ouest de l'Irlande.

Volodymyr Zelensky est de passage en Irlande avant de retourner en Ukraine après le sommet de l'Otan à Washington.

Jeudi, Joe Biden a annoncé le "président Poutine" alors qu'il accueillait sur scène Volodymyr Zelensky.

"Et maintenant je veux passer la parole au président de l'Ukraine, qui a autant de courage qu'il a de détermination. Mesdames et messieurs, le président Poutine", a déclaré le président américain.

Joe Biden, qui a orchestré la réponse occidentale à l'invasion de l'Ukraine par la Russie, s'est aussitôt repris.

Il s'est écarté du micro avant de réaliser son erreur et d'y revenir pour dire: "Il va battre le président Poutine. Le président Zelensky. Je suis tellement concentré sur le fait de battre Poutine".

Volodymyr Zelensky s'est entretenu avec le Premier ministre irlandais Simon Harris à l'aéroport de Shannon.

"Merci beaucoup pour votre soutien, merci à l'Irlande d'avoir accueilli de nombreux réfugiés ukrainiens, vous étiez avec nous dès le début de l'invasion russe", a salué le président ukrainien.

Simon Harris a indiqué qu'il se rendrait en Ukraine "dans les semaines à venir" et a invité M. Zelensky à revenir en Irlande pour une visite officielle.

Lors de leur entretien bilatéral, les deux dirigeants ont discuté d'un possible accord sur le déminage, l'énergie, l'aide humanitaire et la sécurité alimentaire, a indiqué Simon Harris.


Iran: le président élu se dit prêt à un "dialogue constructif" avec l'UE

Le président iranien nouvellement élu Masoud Pezeshkian fait un geste lors d'une visite au sanctuaire du fondateur de la République islamique, l'ayatollah Rouhollah Khomeini, à Téhéran, le 6 juillet 2024. M. Pezeshkian, qui prône l'amélioration des relations avec l'Occident, a remporté le 6 juillet le second tour de l'élection présidentielle face à l'ultraconservateur Saeed Jalili, selon le ministère de l'intérieur. (Photo ATTA KENARE / AFP)
Le président iranien nouvellement élu Masoud Pezeshkian fait un geste lors d'une visite au sanctuaire du fondateur de la République islamique, l'ayatollah Rouhollah Khomeini, à Téhéran, le 6 juillet 2024. M. Pezeshkian, qui prône l'amélioration des relations avec l'Occident, a remporté le 6 juillet le second tour de l'élection présidentielle face à l'ultraconservateur Saeed Jalili, selon le ministère de l'intérieur. (Photo ATTA KENARE / AFP)
Short Url
  • Lors de la campagne électorale, M. Pezeshkian avait promis de "sortir l'Iran de son isolement" en établissant des "relations constructives" avec le monde notamment les pays européens
  • Le réformateur a indiqué qu'après le retrait des Américains, les Européens s'étaient engagés à essayer de sauver l'accord et d'atténuer l'impact des sanctions

TEHERAN: Le président élu iranien Massoud Pezeshkia s'est déclaré prêt à entamer "un dialogue constructif" avec les pays européens, tout en leur reprochant d'être revenus sur leurs engagements dans le dossier nucléaire, dans une tribune parue samedi.

Elu au second tour de la présidentielle le 5 juillet, ce réformateur de 69 ans doit prêter serment fin juillet pour débuter un mandat de quatre ans.

L'élection était suivie avec attention à l'étranger alors que l'Iran est au coeur de plusieurs crises géopolitiques, de la guerre à Gaza au dossier nucléaire, dans lesquelles il s'oppose aux Occidentaux.

Lors de la campagne électorale, M. Pezeshkian avait promis de "sortir l'Iran de son isolement" en établissant des "relations constructives" avec le monde notamment les pays européens.

Dans un article publié samedi par le quotidien anglophone Tehran Times, il a critiqué le retrait en 2018 des Etats-Unis de l'accord international sur le nucléaire iranien conclu trois ans auparavant et qui visait à restreindre l'activité nucléaire de l'Iran en échange d'un allègement des sanctions. Washington avait dans la foulée rétabli de lourdes sanctions sur la République islamique.

Le réformateur a indiqué qu'après le retrait des Américains, les Européens s'étaient engagés à essayer de sauver l'accord et d'atténuer l'impact des sanctions.

Mais "les pays européens ont renié tous ces engagements", a-t-il déploré.

"Malgré ces faux pas, j'ai hâte d’engager un dialogue constructif avec les pays européens pour mettre nos relations sur la bonne voie", a-t-il dit.

Il a déclaré que les deux parties pourraient explorer "de nombreux domaines de coopération" si les Européens "mettaient de côté la suprématie morale qu'ils s'attribuent et les crises créées de toute pièce qui ont miné nos relations pendant si longtemps".

La porte-parole de la commission européenne Nabila Massrali avait auparavant félicité M. Pezeshkian pour son élection, déclarant que les 27 membres de l'UE étaient "prêts à s'engager avec le nouveau gouvernement conformément à la politique d'engagement critique de l'UE".

M. Pezeshkian s'en est pris par ailleurs aux Etats-Unis dont les sanctions affectent durement l'économie iranienne.

"Les Etats-Unis doivent reconnaître la réalité et comprendre, une fois pour toutes, que l'Iran ne répond pas – et ne répondra pas – aux pressions", a-t-il dit.

Durant la campagne, M. Pezeshkian avait promis de négocier avec le gouvernement américain pour relancer les pourparlers sur le nucléaire iranien et lever les sanctions.

Lundi, les Etats-Unis ont affirmé ne s'attendre à aucun changement dans leurs relations avec l'Iran après l'élection de Massoud Pezeshkian, minimisant également les chances de reprise du dialogue.

M. Pezeshkian a en outre qualifié la Russie d'"allié stratégique précieux" et s'est dit prêt à "collaborer davantage" avec la Chine.

Concernant les pays voisins, il a appelé la Turquie, l'Arabie saoudite, Oman, l'Irak, Bahreïn, le Qatar, le Koweït et les Emirats arabes unis à "renforcer les relations commerciales" avec l'Iran et "relever les défis communs" dans la région.

M. Pezeshkian va succéder à Ebrahim Raïssi, mort dans un accident d'hélicoptère en mai.

"Le peuple iranien m’a confié un mandat fort pour poursuivre vigoureusement un engagement constructif sur la scène internationale (...) tout en insistant sur nos droits et notre rôle mérité dans la région et dans le monde", a-t-il dit dans la tribune.

Ses pouvoirs seront cependant limités: en Iran, le président est chargé d'appliquer, à la tête du gouvernement, les grandes lignes politiques fixées par le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, qui est chef de l'Etat et ultime décideur sur les dossiers stratégiques.

Le président doit aussi tenir compte de la forte influence des grandes institutions comme les Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique du pouvoir.