En banlieue de Tel-Aviv, des Franco-Israéliens «en sécurité» mais «méfiants» envers leurs voisins arabes

Depuis l'attaque du 7 octobre et les tirs de roquettes quotidiennes depuis Gaza, de nombreuses familles françaises "ont ouvert un dossier d'Alyah (immigration vers Israël)", depuis le début de la guerre (Photo, AFP).
Depuis l'attaque du 7 octobre et les tirs de roquettes quotidiennes depuis Gaza, de nombreuses familles françaises "ont ouvert un dossier d'Alyah (immigration vers Israël)", depuis le début de la guerre (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 20 décembre 2023

En banlieue de Tel-Aviv, des Franco-Israéliens «en sécurité» mais «méfiants» envers leurs voisins arabes

  • L'ex-Parisienne s'est rendue en France pendant la trêve d'une semaine entre Israël et le Hamas pour assister à un mariage
  • Si les juifs venant de tous horizons sont accueillis avec enthousiasme, les voisins arabes, qui représentent 20% de la population israélienne sont désormais vu comme «une menace»

RAANANA: A Raanana, banlieue cossue de Tel-Aviv, des membres de la communauté franco-israélienne se sentent paradoxalement "plus en sécurité" qu'en France malgré la guerre et prêts à recevoir de nouveaux candidats à l'immigration, mais restent "méfiants" envers leurs voisins arabes.

Entre eux, ils la surnomment le "Neuilly" d'Israël. Les 10.000 "Français" de Raanana vivaient un quotidien paisible jusqu'au 7 octobre et l'attaque sanglante du Hamas en Israël qui a fait quelque 1.140 victimes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP basé sur des données officielles israéliennes.

Cette bulle a explosé. "C'est très difficile de trouver un mot exact pour décrire le ressenti", explique Laurent Ayache, le maire-adjoint de Raanana.

Le Franco-israélien, installé en Israël depuis 1998, n'a pas "l'habitude de vivre dans un pays en guerre. On n’a pas cet état d’esprit en France. On vit dans un pays en paix, qui n’a pas de problème de frontières".

Pour autant, selon lui, les juifs français "se sentent le plus en sécurité aujourd'hui dans l’Etat d’Israël".

Ils sont à "la maison", répètent à l'envi les Français de Raanana, située à 20 km au nord de Tel-Aviv.

Avec l’épicerie "Le Marais" et la boulangerie "Moulin Doré", ils ont emporté avec eux un petit bout de leur France, qu'ils ne regrettent pas d'avoir quittée, se confortant dans ce choix face à la hausse des actes antisémites dans l'Hexagone.

Branchée sur les télévisions françaises, Salomé Uzan a "eu mal pour les juifs de France". Sur les réseaux sociaux, elle leur a lancé un appel pour "venir ici", en Israël.

camoufler papillotes et kippa 

Avant de quitter son pays natal en 2007, la jeune femme de 33 ans a effectué une partie de sa scolarité sous surveillance militaire, "parce qu’il y avait eu l’histoire d’Ilan Halimi", explique-t-elle, en référence au jeune juif séquestré et torturé à mort en 2006.

L'ex-Parisienne s'est rendue en France pendant la trêve d'une semaine entre Israël et le Hamas pour assister à un mariage.

A l'arrivée à l'aéroport, "je ne me suis pas du tout sentie sereine", confie la mère de cinq enfants. "On m’a dit si tu attends un taxi surtout tu ne dis pas d’où tu viens".

Pour son fils qui arbore des papillotes et la tête couverte d'une kippa, elle a camouflé ces signes religieux sous une casquette.

D'après le ministère français de l’Intérieur, 1.518 actes antisémites ont été recensés depuis le 7 octobre, date des attaques du mouvement islamiste palestinien Hamas contre Israël.

En représailles, Israël a mené des bombardements intensifs sur la bande de Gaza, doublés d'une offensive terrestre, dans lesquels plus de 19.960 de personnes ont été tuées, en majorité des civils, selon le dernier bilan du ministère de la Santé du Hamas.

Et malgré le traumatisme de l'attaque du 7 octobre et les tirs de roquettes quotidiennes depuis Gaza, de nombreuses familles françaises "ont ouvert un dossier d'Alyah (immigration vers Israël)", depuis le début de la guerre, indique à l'AFP Arié Abitbol, directeur sortant de l’Agence juive en France.

"Il y a près de 500% d'augmentation de demandes depuis le début de la guerre", soit 1.200 dossiers contre une moyenne de 200 les cinq dernières années, ce qui ne signifie pas qu'ils franchiront tous le pas.

La municipalité de Raanana "fait tout pour pouvoir les accueillir", affirme M.Ayache.

Mme Uzan, agent immobilier, a déjà eu "plusieurs demandes venant de juifs francophones pour savoir s'il y avait des appartements disponibles" pour janvier-février.

«ennemi»

Si les juifs venant de tous horizons sont accueillis avec enthousiasme, les voisins arabes, qui représentent 20% de la population israélienne sont désormais vu comme "une menace". Les Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza sont eux "un ennemi".

"De nombreux employés municipaux de la ville de Raanana sont des Arabes israéliens, des gens avec lesquels on a l’habitude de travailler. Si je vais aujourd’hui à la pharmacie, la personne qui va me délivrer mes médicaments, il y a une chance sur deux qu'elle soit d'origine palestinienne. On sait vivre ensemble (...) mais du jour au lendemain ces personnes-là sont devenus des ennemis, même s'il ne faut pas généraliser", déclare le maire-adjoint qui a deux garçons à l'armée.

"La méfiance et les comportements ont changé. On doit faire attention", ajoute M. Ayache, précisant que "de plus en plus de civils ont demandé à être armés pour réagir en cas d’attaque".

"Un dialogue est possible", selon Salomé Uzan, à condition de pouvoir les contrôler "lorsqu'ils viennent travailler".

En attendant, la jeune maman a acheté des cadenas, installé une grille et une caméra dans son appartement pour "se sentir plus en sécurité car on a vu des gens rentrer dans des kibboutz".

Quelques heures après l'entretien, elle a appris la mort de son petit frère tué dans des combats à Gaza, à 85 km de Raanana.


La lune de Muharram visible dans les heures de jour aujourd’hui

Majid Abu Zahra, le chef de la Société d’astronomie de Djeddah, a expliqué que Spica se compose en fait de deux étoiles en orbite l’une autour de l’autre, mais en raison de leur grande distance de la Terre, il apparaît comme un seul objet. (AFP)
Majid Abu Zahra, le chef de la Société d’astronomie de Djeddah, a expliqué que Spica se compose en fait de deux étoiles en orbite l’une autour de l’autre, mais en raison de leur grande distance de la Terre, il apparaît comme un seul objet. (AFP)
Short Url
  • la lune, dans sa phase du premier trimestre pour le mois de Muharram, sera visible dans le ciel au-dessus du monde arabe pendant la journée du samedi 13 juillet, a rapporté l’agence de presse saoudienne.
  • « L’interaction de la lumière et des ombres le long de cette ligne offre une vue en trois dimensions époustouflante », a expliqué Abu Zahra.

JEDDAH : La Jeddah Astronomy Society a annoncé que la lune, dans sa phase du premier trimestre pour le mois de Muharram, sera visible dans le ciel au-dessus du monde arabe pendant la journée du samedi 13 juillet, a rapporté l’agence de presse saoudienne.

La lune se lèvera à midi heure locale de l’horizon oriental et atteindra son point culminant dans le ciel au coucher du soleil, donnant aux amateurs d’astronomie une excellente occasion d’étudier sa surface. Après la tombée de la nuit, Spica, l’une des 20 étoiles les plus brillantes du ciel nocturne, sera visible près de la lune.

Majid Abu Zahra, le chef de la Société d’astronomie de Djeddah, a expliqué que Spica se compose en fait de deux étoiles en orbite l’une autour de l’autre, mais en raison de leur grande distance de la Terre, il apparaît comme un seul objet.

Il a noté que, pendant sa phase du premier quart, la moitié de la lune est illuminée. C’est le moment idéal, dit-il, pour observer la surface de la lune avec des jumelles ou un petit télescope, car les montagnes, les cratères et d’autres caractéristiques sont particulièrement clairs, en particulier le long de la ligne de terminaison, qui sépare le côté jour du côté nuit. « L’interaction de la lumière et des ombres le long de cette ligne offre une vue en trois dimensions époustouflante », a expliqué Abu Zahra.

Il a ajouté que la lune restera visible jusqu’à minuit, heure locale, pour atteindre son premier quart à 1 h 48, Makkah. À ce stade, il aura terminé un quart de son orbite autour de la Terre pour ce mois.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Une source sécuritaire libanaise affirme qu'une frappe israélienne a tué deux civils

Smoke from Israeli bombardment billows in Kfarkila in southern Lebanon on July 12, 2024(AFP)
Smoke from Israeli bombardment billows in Kfarkila in southern Lebanon on July 12, 2024(AFP)
Short Url
  • La source sécuritaire a déclaré sous couvert d'anonymat que "deux civils prenaient de l'eau d'une source au bord de la route" dans la région de Deir Mimas lorsqu'ils ont été tués dans une "frappe aérienne israélienne".
  • L'Agence nationale de presse libanaise (ANI) a déclaré qu'un "drone ennemi" avait tué les deux hommes samedi, dont un membre du conseil local du mouvement Amal dans le village voisin de Kfar Kila, frontalier d'Israël.

BEYROUTH : Une source de sécurité libanaise a déclaré à l'AFP qu'une frappe aérienne israélienne avait tué samedi deux civils dans le sud du Liban, l'armée israélienne disant y avoir tué deux membres du Hezbollah.

La source sécuritaire a déclaré sous couvert d'anonymat que "deux civils prenaient de l'eau d'une source au bord de la route" dans la région de Deir Mimas lorsqu'ils ont été tués dans une "frappe aérienne israélienne".

Une source proche du Hezbollah a déclaré à l'AFP sous couvert d'anonymat que l'une des victimes était membre du mouvement islamiste libanais, tandis que le deuxième homme appartenait au mouvement Amal, allié du Hezbollah.

Les deux hommes étaient "des civils et non des combattants", a ajouté la source.

L'armée israélienne a indiqué dans un communiqué que "des soldats ont identifié deux terroristes du Hezbollah s'apprêtant à lancer des projectiles vers le territoire israélien dans la région de Deir Mimas dans le sud du Liban".

"Peu de temps après l'identification, l'armée de l'air a frappé les terroristes", ajoute le communiqué.

Depuis le début de la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien le 7 octobre, le Hezbollah, allié du Hamas, échange quotidiennement des tirs transfrontaliers avec Israël, qui font craindre une guerre à plus grande échelle.

L'Agence nationale de presse libanaise (ANI) a déclaré qu'un "drone ennemi" avait tué les deux hommes samedi, dont un membre du conseil local du mouvement Amal dans le village voisin de Kfar Kila, frontalier d'Israël.

L'ANI a indiqué qu'ils allaient chercher de l'eau à la source "pour la donner au bétail de Kfar Kila".

Le mouvement Amal a publié un communiqué affirmant qu'un de ses membres, né en 1964, avait été tué.

Les violences à la frontière israélo-libanaise ont fait plus de 500 morts au Liban, dont plus de 90 civils, selon un décompte de l'AFP.

Du côté israélien, au moins 29 personnes, dont 13 civils, ont été tuées, selon les autorités.


Gaza: le Hamas annonce au moins 71 morts dans une frappe sur un camp de déplacés

Une jeune fillette marche devant une tente dans un camp de personnes déplacées par le conflit à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 11 juillet 2024 (AFP)
Une jeune fillette marche devant une tente dans un camp de personnes déplacées par le conflit à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 11 juillet 2024 (AFP)
Short Url
  • 71 Palestiniens avaient été tués dans une frappe israélienne sur le camp de déplacés d'Al-Mawasi dans le sud de la bande de Gaza.
  • A l'hôpital koweïtien de Rafah, le directeur Suhaib al-Hams, a indiqué que la plupart des blessures étaient graves, dont des amputations.

TERRITOIRES PALESTINIENS : Le ministère de la Santé du gouvernement du Hamas a annoncé samedi qu'au moins 71 Palestiniens avaient été tués dans une frappe israélienne sur le camp de déplacés d'Al-Mawasi dans le sud de la bande de Gaza, revoyant à la hausse son précédent bilan.

La zone d'Al-Mawasi, sur la côte entre Rafah et Khan Younès, avait été déclarée "zone humanitaire" par Israël, en théorie sûre pour les déplacés.

L'Unrwa, agence onusienne pour les réfugiés palestiniens, estime qu'environ 1,5 million de personnes se trouvent dans l'ensemble d'Al-Mawasi, a indiqué une porte-parole à l'AFP.

La frappe de samedi a touché la partie d'Al-Mawasi dans le secteur de Khan Younès.

Dans un communiqué, le ministère de la Santé du gouvernement du Hamas a dénoncé "un massacre odieux de l'occupation (Israël, ndlr) contre des citoyens et des déplacés", faisant état de plus de 71 morts et de 289 blessés.

Interrogée par l'AFP, l'armée israélienne a répondu examiner ces informations.

"Il reste de nombreuses dépouilles de martyrs éparpillées dans les rues, sous les décombres et autour des tentes de déplacés que l'on ne peut atteindre en raison des tirs intenses de l'occupation", a rapporté Mahmoud Bassal, porte-parole de la Défense civile, estimant qu'il s'agissait d'un "nouveau massacre".

Les victimes ont été transférées vers plusieurs hôpitaux de la région.

A l'hôpital koweïtien de Rafah, le directeur Suhaib al-Hams, a indiqué que la plupart des blessures étaient graves, dont des amputations.

Il a qualifié la situation de "vrai désastre qui survient en plein effondrement du système de santé", d'après un communiqué.

Cette dernière semaine, quatre écoles abritant des déplacés ont été visées en quatre jours par des frappes, faisant au moins 49 morts, d'après des sources à Gaza dont le Hamas. Israël a dit viser des "terroristes".

La guerre, entrée dans son dixième mois, a éclaté le 7 octobre après une attaque sans précédent menée par des commandos du Hamas infiltrés depuis Gaza dans le sud d'Israël, qui a entraîné la mort de 1.195 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

En riposte, Israël a juré de détruire le Hamas et lancé une offensive qui a fait au moins 38.345 morts, en majorité des civils, d'après des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza, dirigé par le Hamas.