«  Syndrome méditerranéen  » : Le cas d’Aïcha, 13 ans, attire l’attention sur le racisme médical en France

Le rapport souligne que les taux élevés de mortalité maternelle chez les femmes noires étaient historiquement attribués à des facteurs génétiques  (Photo, AFP).
Le rapport souligne que les taux élevés de mortalité maternelle chez les femmes noires étaient historiquement attribués à des facteurs génétiques (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 20 décembre 2023

«  Syndrome méditerranéen  » : Le cas d’Aïcha, 13 ans, attire l’attention sur le racisme médical en France

  • Dans le cas d'Aïcha, les pompiers ont initialement pensé qu'elle simulait un malaise, malgré des symptômes visibles
  • Le «syndrome méditerranéen» reflète un problème plus large de racisme médical, où des stéréotypes culturels influencent la prise en charge médicale des patients

ALGER: Le cas tragique d'Aïcha, une adolescente de 13 ans, décédée après une mauvaise prise en charge des secours, soulève des préoccupations des médias français sur ce qui est décrit comme le «syndrome méditerranéen».

Ce terme fait référence à un biais raciste dans le domaine médical, où les professionnels de la santé ont tendance à sous-estimer les symptômes et les douleurs chez les personnes d'origine caribéenne, maghrébine, africaine, ou d'autres minorités vivant autour de la Méditerranée, en pensant qu'elles exagèrent leurs symptômes.

Dans le cas d'Aïcha, les pompiers ont initialement pensé qu'elle simulait un malaise, malgré des symptômes visibles, dont une hémorragie cérébrale. Cette réaction a eu des conséquences tragiques et soulève des questions sur la façon dont les préjugés culturels et raciaux peuvent entraîner des erreurs médicales.

«Syndrome méditerranéen» ou «racisme médical»

Le «syndrome méditerranéen» reflète un problème plus large de racisme médical, où des stéréotypes culturels influencent la prise en charge médicale des patients appartenant à certaines communautés.

D’après l’ONU, le racisme médical, qu'il soit désigné sous le terme de «syndrome méditerranéen» ou d'autres appellations, constitue un problème mondial exigeant «une attention immédiate». Il est essentiel de garantir une prise en charge médicale équitable et dénuée de préjugés pour tous les patients, «quelle que soit leur origine ethnique».

Fort taux de mortalité en couches des femmes noires

De l’autre côté de l’Atlantique, la situation est similaire. Le New York Times a récemment rapporté les conclusions d'une nouvelle analyse des Nations unies sur les expériences des femmes noires pendant la grossesse et l'accouchement aux États-Unis.

Les femmes noires sont près de trois fois plus susceptibles de mourir pendant la grossesse ou l'accouchement aux États-Unis qu’une femme d’un autre groupe ethnique.

Selon le rapport publié par l'agence des Nations unies pour la santé sexuelle et reproductive (UNFPA), le racisme et le sexisme systémiques dans les systèmes médicaux sont identifiés comme les principales causes des graves complications et décès auxquels font face les femmes noires.

L'étude a examiné les données de plusieurs pays des Amériques, y compris les États-Unis, et elle a révélé que les femmes noires étaient plus susceptibles que leurs homologues blanches de signaler un refus de traitement, ainsi que des violences physiques et verbales dans les établissements de soins de santé. Ces expériences ont conduit à des complications plus graves, des retards de traitement et, dans certains cas, à la mort pendant ou peu après l'accouchement.

«Moins sensibles»

Le rapport souligne que les taux élevés de mortalité maternelle chez les femmes noires étaient historiquement attribués à des facteurs génétiques et à des choix de mode de vie, négligeant ainsi les préjugés profondément enracinés dans le système de soins de santé.

Les programmes des facultés de médecine ont été critiqués pour inclure des affirmations erronées, telles que les terminaisons nerveuses des femmes noires seraient «moins sensibles» et nécessiteraient moins d'anesthésie, ou que le sang des femmes noires coagulerait plus rapidement que celui des femmes blanches, retardant ainsi le traitement des hémorragies dangereuses.

Point d’histoire

Ces croyances infondées ont bien une origine; nous citerons par exemple James Marion Sims. 

Ce dernier, qualifié de «père de la gynécologie moderne» et longtemps portrayé comme un héros, a développé des avancées médicales importantes liées à la santé reproductive des femmes.

Son utilisation d'esclaves noires comme sujets d'expériences médicales, sans anesthésie, a toutefois suscité la controverse.

C
James Marion Sims (Photo, Wikipedia). 

M. Sims, président de l'Association médicale américaine en 1876, est critiqué pour avoir placé ses expériences au-dessus du bien-être des femmes et pour avoir opéré sous l'influence de l’idée raciste que les personnes noires ne ressentaient pas la douleur.

Cette pratique, problématique d’un point de vue éthique, s'inscrit dans une Histoire de la recherche médicale discutable, rappelant d'autres exemples tels que les expériences sur lasyphilis menées à Tuskegee (Alabama) et sur la personne de Henrietta Lacks.


Les JO de Paris aspirés par la crise politique en France

Les JO de Paris aspirés par la crise politique en France
Short Url

A un mois de l'ouverture, les JO de Paris se retrouvent aspirés par la crise politique française ouverte après la convocation surprise d'élections législatives aux conséquences incertaines alors que la France doit accueillir le monde entier.

En décidant de dissoudre l'Assemblée, à la suite d'une claque électorale pour le camp présidentiel et près de 40% de voix à des partis d'extrême droite, Emmanuel Macron a lancé une élection à haut risque juste avant une édition olympique, une situation inédite selon les spécialistes.

La maire PS de la ville hôte, Anne Hidalgo, a qualifié cette décision prise avant les JO d"extrêmement troublante". Car autant à droite qu'à gauche, dans les collectivités et au gouvernement, c'est l'union sacrée autour des JO qui prime depuis plusieurs années.

 

- "protéger les JO des turbulences politiques" -

 

Bien consciente du risque d'envoyer les Français aux urnes trois semaines avant les JO, dans une France fracturée et avec un scénario possible qu'elle soit ingouvernable, la présidente LR de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, a elle carrément appelé à "une trêve olympique".

A la tête de l'organisation des transports (IDFM), enjeu crucial des Jeux, elle a sommé ses troupes "de montrer une unité nationale autour de ces Jeux et de les protéger des turbulences politiques". Candidate de la droite lors de la dernière présidentielle, elle voit actuellement son parti se déchirer car son président a décidé d'une alliance avec le Rassemblement national (RN).

Alors le président du CIO, Thomas Bach, a beau répéter "pas d'inquiétude" depuis quinze jours, les JO se retrouvent projetés dans l'arène politique.

Et deviennent même un argument électoral pour Emmanuel Macron, pour qui les Français vont les "intégrer dans leur choix". Prétendant à Matignon, le président du RN Jordan Bardella a rétorqué qu'il ne changerait rien à leur organisation s'il venait au pouvoir.

En réalité, les Français commençaient tout juste à s'intéresser à la chose olympique, notamment depuis l'arrivée de la flamme olympique à Marseille le 8 mai dernier.

Le boss des JO Tony Estanguet encaisse et se veut rassurant en expliquant que "les principales décisions" ont déjà été prises. Reste que le VRP en chef des Jeux voit l'avant JO complètement grignoté par une campagne électorale et ses nerfs de champion mis à rude épreuve.

"Estanguet lui il n'a pas d'élection, les calendriers ne sont pas les mêmes", a coutume de dire son entourage pour expliquer une certaine défiance de l'ancien céiste envers les élus. Les calendriers sont en train de se télescoper. "Il doit être vert", glissent à l'AFP plusieurs sources de l'écosystème olympique.

 

- "JO de 1936" -

 

C'est surtout l'après deuxième tour qui inquiète.

"Si le 8 juillet c'est Bardella, ce sera la sidération", explique une source politique à l'AFP. Qui sera aux manettes le soir de cérémonie d'ouverture sur la Seine le 26 juillet assis avec tous les chefs d'Etat étrangers? Où sera le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, qui a passé des heures à préparer la sécurisation de cet évènement? Pas au gouvernement en cas de défaite de la majorité présidentielle, a-t-il déjà prévenu.

"Il y a clairement des questions qui se posent si le RN l'emporte", explique une source policière, craignant des affrontements urbains.

Poche de résistance au RN, qui y a fait moins de 10%, Paris "est une ville d'espérance", a expliqué Anne Hidalgo. "Venez, c'est un endroit où on va continuer à respirer", a-t-elle lancé pour répondre à ceux "qui s'inquiètent pour la situation française".

La trêve olympique, très peu pour l'ancien champion Guy Drut.

Membre du CIO, et ancien ministre des Sports sous Jacques Chirac, il assure qu'"il n'y avait aucune raison que ca se passe mal avec un gouvernement RN", se disant partisan d'une alliance entre LR et le RN.

"Les Jeux olympiques vont bien se passer. Les attentats à Munich en 1972 n'ont pas empêché les Jeux de se dérouler", a-t-il même dit au Monde. "Les propos de Guy Drut n'engagent que lui-même", a réagi auprès de l'AFP le comité d'organisation. Cette sortie a aussi indigné la ministre des JO, Amélie Oudéa-Castéra, qui pourrait ne plus être ministre quand les Jeux commenceront.

Ex-conseiller de François Mitterrand, et ancien soutien d'Emmanuel Macron, Jacques Attali ne mâche pas ses mots envers cette dissolution: "Faire ça avant les Jeux olympiques, c'est scandaleux. On devait avoir les JO de 1924 on va avoir ceux de 1936", a-t-il lâché dans un entretien au quotidien Libération.

Mais, dans ce tumulte, regarder les matches de foot de l'Euro et les épreuves olympiques seront au contraire "du positif", expliquent plusieurs sources.


Macron: le résultat des législatives ne sera la "faute de personne", mais la "responsabilité" de tous

Le chef de l'Etat a une nouvelle fois dit comprendre la sidération et l'incompréhension suscitées par sa décision de dissoudre l'Assemblée nationale, jusque dans son propre camp, alors que l'extrême droite apparaît comme la grande favorite du scrutin. (Photo, AFP)
Le chef de l'Etat a une nouvelle fois dit comprendre la sidération et l'incompréhension suscitées par sa décision de dissoudre l'Assemblée nationale, jusque dans son propre camp, alors que l'extrême droite apparaît comme la grande favorite du scrutin. (Photo, AFP)
Short Url
  • "Ce sera la faute de personne le soir du deuxième tour. Ce sera la responsabilité des Français. Et moi, c'est pas un pari (que je fais ndlr), c'est une confiance (que j'ai)" dans les électeurs
  • "La colère ne peut pas monter par les coulisses, par en dessous (...) La question c'est qui gouverne" et pour cela "je vous redonne la parole", a-t-il encore souligné

PARIS: Emmanuel Macron a déclaré lundi que le résultat des législatives, au soir du 7 juillet, ne serait "la faute de personne" mais l'expression de la "responsabilité des Français".

"Au-delà de vos colères - elle s'est exprimée, je l'ai entendue, je vous redonne la parole - qu'est-ce que vous voulez? Regardez les projets" des uns et des autres, a-t-il lancé dans un podcast de "Génération Do It Yourself" (Faites-le vous-même).

Ce podcast, animé par Matthieu Stefani, se présente comme celui qui "part à la rencontre de celles et ceux qui se sont construits par eux-mêmes".

"Ce sera la faute de personne le soir du deuxième tour. Ce sera la responsabilité des Français. Et moi, c'est pas un pari (que je fais ndlr), c'est une confiance (que j'ai)" dans les électeurs, a-t-il ajouté.

"La colère ne peut pas monter par les coulisses, par en dessous (...) La question c'est qui gouverne" et pour cela "je vous redonne la parole", a-t-il encore souligné.

Le chef de l'Etat a une nouvelle fois dit comprendre la sidération et l'incompréhension suscitées par sa décision de dissoudre l'Assemblée nationale, jusque dans son propre camp, alors que l'extrême droite apparaît comme la grande favorite du scrutin.

"Je sais ce que j'ai demandé à mes ministres, à ma majorité, à des députés qui parfois m'accompagnent depuis sept ans, qui ont changé leur vie pour être à mes côtés et je les en remercie. Je leur ai dit +faut y retourner+", a-t-il relevé.

"C'est très dur. J'en ai conscience et beaucoup m'en veulent. Mais je l'ai fait parce qu'il n'y a rien de plus grand et de plus juste dans une démocratie que la confiance dans le peuple", a-t-il martelé.

 


Les professionnels musulmans quittent la France en raison du "climat d'islamophobie" qui y règne

Des fidèles musulmans arrivent à la Grande Mosquée de Paris pour accomplir les prières matinales de l'Aïd Al-Adha, le 16 juin 2024. La France compte la plus grande population musulmane d'Europe, avec près de 10 % des 67 millions d'habitants du pays sont de confession musulmane. (AFP)
Des fidèles musulmans arrivent à la Grande Mosquée de Paris pour accomplir les prières matinales de l'Aïd Al-Adha, le 16 juin 2024. La France compte la plus grande population musulmane d'Europe, avec près de 10 % des 67 millions d'habitants du pays sont de confession musulmane. (AFP)
Short Url
  • L’émigration des jeunes musulmans carriéristes provoque une « fuite des cerveaux », selon un nouveau livre
  • Co-auteur : « De plus en plus de musulmans français ne se sentent plus chez eux en France »

LONDRES : Une « atmosphère d'islamophobie » pousse les musulmans français à émigrer vers des pays comme le Royaume-Uni et le Canada, selon un nouveau livre.

Selon The Times, les auteurs de « La France, tu l'aimes mais tu la quittes » comparent ce phénomène à une « fuite des cerveaux ».

Cependant, contrairement à une fuite des cerveaux conventionnelle, les professionnels musulmans en France échangent un pays prospère pour un autre.  
La France compte la plus grande population musulmane d'Europe, avec environ 7 à 10 % de ses 67 millions d'habitants appartenant à cette foi.

Parmi les musulmans ayant quitté la France, plus de sept sur dix déclarent être partis en partie à cause du racisme et de la discrimination.

La France suit une politique de laïcité, qui interdit l'affichage de symboles religieux dans la vie professionnelle, y compris dans le droit, la fonction publique et l'éducation.

Selon Olivier Esteves, co-auteur du livre et professeur à l'Université de Lille, beaucoup de musulmans qui émigrent sont parmi les plus ambitieux professionnellement mais aussi les plus pieux, ce qui entraîne un conflit de valeurs.
Le professeur à l'Université de Lille cite également la popularité du Rassemblement National de Marine Le Pen comme facteur aggravant de cette fuite des cerveaux. Le parti d'extrême droite affirme que l'Islam est une menace existentielle pour l'identité française.

Esteves prévient qu’une victoire électorale du RN entraînerait une nouvelle vague d’émigration parmi les musulmans français qualifiés.

« Les gens qui s’opposent à l’immigration disent souvent ‘on ne se sent plus chez nous’ », explique-t-il. « Mais il y a de plus en plus de musulmans français qui ne se sentent plus chez eux en France. »

« Dans les prochains mois, nous verrons une désinhibition croissante des propos et des comportements islamophobes.

« Nous avons écrit sur des femmes qui se font cracher dessus parce qu’elles portent le hijab - ce genre de choses ne va qu’empirer. »

L’enquête à la base du livre a interrogé  1,000 répondants, principalement sur les réseaux sociaux. Environ 140 d’entre eux ont fait l’objet d’entretiens approfondis par les auteurs.

Esteves estime que le nombre de musulmans ayant quitté la France pourrait se chiffrer en « dizaines de milliers ».

Le mois dernier, des musulmans se sont rassemblés devant la Grande Mosquée de Paris pour exprimer leurs préoccupations de se sentir étrangers dans leur propre pays.

Une participante, Aminata Sylla, a confié au Times qu'elle « avait hâte » de partir pour la Grande-Bretagne ou Oman, citant une accumulation d'expériences négatives liées à sa couleur de peau, sa religion et son port du voile.
« Parfois, j’ai l'impression de ne pas pouvoir respirer », a-t-elle dit.

Sylla, qui prépare un master en relations internationales à l'Université de la Sorbonne, a déclaré qu’elle s'était sentie « comme un animal » à travers une série d'expériences négatives, y compris lorsqu’elle a été frappée dans le métro parisien pour avoir porté un hijab.

La jeune femme de 25 ans se décrit comme une « fille de la France abandonnée par sa mère ».

Mehdi, un professeur de français de 39 ans installé à Preston, en Angleterre, a qualifié sa décision de quitter sa ville natale de Lyon il y a trois ans de « déchirante », exprimant un sentiment d'échec face à l'impossibilité de maintenir sa relation avec son pays d'origine.
 
« Je ne pense pas avoir jamais autant pleuré que lorsque j’ai pris le ferry pour partir définitivement », a-t-il déclaré.