Israël n'a pas le droit «de tuer des civils palestiniens sans aucune limite», affirme Mahathir ben Mohamad

Mahathir ben Mohamad, ancien Premier ministre de la Malaisie. (Photo AN)
Mahathir ben Mohamad, ancien Premier ministre de la Malaisie. (Photo AN)
Short Url
Publié le Samedi 18 novembre 2023

Israël n'a pas le droit «de tuer des civils palestiniens sans aucune limite», affirme Mahathir ben Mohamad

  • L'homme d'État chevronné condamne «l'oppression humanitaire» exercée par Israël sur le peuple palestinien à Gaza
  • Il estime qu'Israël ne peut éviter une répétition du 7 octobre qu'en négociant avec le Hamas et en restituant les terres palestiniennes

RIYAD: L'assaut militaire israélien contre Gaza est une réponse disproportionnée et le conflit ne pourra être arrêté que par des négociations avec le Hamas et par une solution à deux États, selon Mahathir ben Mohamad, ancien Premier ministre de la Malaisie.

Cet homme d'État chevronné, qui a exercé ses fonctions de 1981 à 2003 et de 2018 à 2020, ce qui fait de lui le Premier ministre le plus ancien du pays, est depuis longtemps un fervent défenseur des droits nationaux des Palestiniens.

Comparé à la Nakba – ou «catastrophe» – de 1948, qui a abouti à la création de l'État d'Israël et à la dépossession de millions de Palestiniens, Mahathir estime que le conflit actuel à Gaza représente une menace encore plus grande et s'apparente davantage à une extermination.

«C'est pire que la précédente Nakba, car il ne s'agit pas d'une guerre. Il s'agit tout simplement d'une oppression humanitaire», a-t-il déclaré à Arab News.

«Les soldats ne se battent pas entre eux, ce sont des soldats israéliens qui tuent des civils. Ce n'est pas une guerre. C'est un désastre humanitaire.»

Israël a lancé son assaut militaire sur Gaza dans l'intention d'éliminer le Hamas après que le groupe militant palestinien a mené le 7 octobre une attaque sans précédent sur le sud d'Israël qui s'est soldée par la mort de 1 200 personnes, israéliennes et étrangères, et la prise de plus de 200 otages.

Les États-Unis et de nombreux autres gouvernements occidentaux ont exprimé à plusieurs reprises leur soutien au droit d'Israël à se défendre et ils ont largement soutenu l'objectif qui consiste à éliminer le Hamas, que Washington et de nombreux gouvernements européens considèrent comme une organisation terroriste.

«Israël a peut-être le droit de se défendre, mais pas au point de tuer des civils palestiniens sans aucune limite», a déclaré Mahathir.

«Ils ont déjà tué 12 000 personnes. Ils prétendent en avoir perdu 1 400, mais ils ont maintenant tué plus de 12 000 Palestiniens. Ce n'est pas ainsi que l'on assurera le bien-être d'Israël.»

Le soutien indéfectible de l'Occident à Israël a toutefois commencé à s'émousser, car le nombre de civils tués à Gaza continue d'augmenter, ce qui a suscité des appels de plus en plus nombreux en faveur d'un cessez-le-feu immédiat, de la mise en place de couloirs d'aide humanitaire et d'un règlement négocié du conflit israélo-palestinien qui dure depuis si longtemps.

Mahathir, qui était en fonction pendant le processus de paix de 1993-1999, lorsque l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), dirigée par Yasser Arafat, s'est rapprochée de son objectif de créer un État palestinien indépendant, a déclaré que les violences du 7 octobre étaient inévitables, Israël n'ayant pas respecté ses engagements dans le cadre des accords successifs.

«Depuis soixante-dix ans, les Israéliens oppriment les Palestiniens, prennent leurs terres et y construisent des colonies», a estimé Mahathir.

«Les Palestiniens ont tenté de nombreux procédés, dont les négociations menées par Arafat. Pourtant, à chaque fois qu'ils ont essayé de résoudre le problème, les Israéliens ont manqué à leurs promesses. Par exemple, lorsqu’Arafat a finalement accepté que l'État d'Israël existe, qu'il y ait une solution à deux États, les Israéliens n'ont pas respecté leur engagement.»

malaisie
Noor Nugali, d'Arab News, s'entretient avec Mahathir ben Mohamad, le Premier ministre malaisien le plus ancien. (Photo AN)

«Alors, que peuvent faire les Palestiniens? Ils ont fini par recourir à la violence. Ils n'ont pas d'autre solution. Le monde ne les aide pas. Il n'y a pas de justice. L'attaque du 7 octobre s'explique donc par le fait qu'il n'y a pas d'autre moyen pour eux de récupérer leur terre. Ce n'est pas du terrorisme, c'est se battre pour libérer son propre pays.»

Mahathir doute qu’Israël ait jamais réellement envisagé la possibilité d'un État palestinien indépendant basé sur les lignes de 1967 et qui aurait Jérusalem-Est pour capitale.

Il pense au contraire qu'Israël veut déposséder les Palestiniens de toutes les terres qui leur restent à l'ouest du Jourdain, et va jusqu'à accuser le gouvernement actuel d'orchestrer une campagne de tentative d'extermination.

«Ce qu'ils veulent, en réalité, si l'on en croit ce qu'ils font à Gaza, c'est débarrasser le monde de tous les Palestiniens. C'est leur solution finale», a prétendu Mahathir.

«Ils ont appris cela des nazis allemands. La solution nazie au problème juif consistait à tuer tous les Juifs. Aujourd'hui, il semble qu'Israël adopte la même stratégie en voulant éliminer tous les Palestiniens au Moyen-Orient.»

La «solution finale» fait référence à l'assassinat de 6 millions de Juifs par les nazis, principalement dans des camps de la mort construits à cet effet, entre 1941 et 1945.

Le week-end dernier, l'Arabie saoudite a accueilli à Riyad un sommet conjoint extraordinaire de la Ligue arabe et de l'Organisation de la coopération islamique au cours duquel les dirigeants ont exigé un cessez-le-feu immédiat à Gaza et rejeté la justification par Israël de ses actions comme étant de l'autodéfense.

Ils ont exhorté la Cour pénale internationale à enquêter sur les «crimes de guerre et les crimes contre l'humanité commis par Israël» dans les territoires palestiniens, selon le communiqué final du sommet.

Ils ont également demandé la fin du siège de Gaza, l'accès à l'aide humanitaire ainsi que l'arrêt des ventes d'armes à Israël et ont appelé le Conseil de sécurité des nations unies à prendre des mesures.

«Demander aux Israéliens d'arrêter la guerre ne sert pas à grand-chose, car tout le monde le réclame», a expliqué Mahathir. «Mais les pays islamiques peuvent exiger de l'ONU que tous les soldats de la paix soient envoyés à Gaza afin qu'ils puissent veiller au bien-être et à la sécurité de la population gazaouie.

«Aujourd'hui, les habitants de Gaza n'ont aucune défense. Ils sont tués presque comme s'ils n'étaient pas humains. Et c'est ce que fait Israël. Il ne suffit pas de demander à Israël d'arrêter de tuer. Israël ne s'arrêtera pas de tuer.»

«Cependant, je pense qu'ils devraient au moins envoyer des soldats de la paix. Ils devraient fournir de la nourriture, des médicaments, de l'eau et tout le reste pour répondre aux besoins de la population de Gaza. Et ils devraient être là, en tant que soldats de la paix, pour mettre fin à ce massacre injuste d'innocents par l'armée israélienne.»

«Israël ne se contente pas de tuer. Il a coupé l'eau, l'électricité, les vivres et l'aide humanitaire depuis près d'un mois. Et ils disent qu'ils veulent éliminer le Hamas, qu'ils veulent éradiquer ce groupe terroriste, le Hamas.»

Mahathir ne croit pas que le Hamas puisse être vaincu par la seule force des armes. Il estime au contraire qu'Israël et ses alliés devront négocier avec le groupe s'ils espèrent mettre fin au cycle de violence qui a conduit aux attentats du 7 octobre.

«Si vous voulez éliminer le Hamas, négociez avec lui», a-t-il affirmé. «Rendez les terres qui appartiennent aux Palestiniens qui sont prêts à reconnaître l'existence d'Israël. Ce n'était pas le cas auparavant, mais maintenant ils acceptent l'existence d'Israël.»

«Israël doit rendre les terres qui appartiennent aux Palestiniens et cela doit se faire par la négociation, pas par les armes. Tuer n'est pas civilisé. Oui, nous avons entendu de nombreux responsables dire que le dialogue devrait être ouvert. Il devrait y avoir davantage de débats. Une négociation devrait également avoir lieu. Mais Israël dit qu'il avait besoin d'une réponse proportionnée à ce qui lui est arrivé.»

En attendant, Mahathir estime que les pays arabes et islamiques de la région devraient offrir l'asile aux femmes et aux enfants palestiniens, tandis que les hommes resteraient sur place pour empêcher une occupation israélienne permanente.

«Si les Israéliens continuent de tuer les Palestiniens, nous devrions offrir l'asile au moins aux femmes et aux enfants», a-t-il indiqué. «Les hommes devraient rester à Gaza, sinon les Israéliens l’occuperont. Les hommes resteraient donc sur place et il faudrait leur donner les moyens de se défendre.»

«Pour l'instant, ils ne peuvent pas se défendre. Ils n'ont pas d'armes et se font tuer. On ne sait pas s'il s'agit de membres du Hamas ou non. Israël tue des gens en disant qu'il veut se débarrasser du Hamas. Mais les gens, les bébés qui ont été tués, sont-ils du Hamas? Comment peut-on justifier le fait de tuer des gens?»

Mahathir a créé l'Initiative de Kuala Lumpur pour criminaliser la guerre en 2015, ainsi que la Commission de Kuala Lumpur sur les crimes de guerre, dont le but est d’enquêter sur les activités des États-Unis, d'Israël et de leurs alliés en Irak, au Liban et dans les territoires palestiniens.

Il a également accusé l'Occident d'augmenter la probabilité d'une troisième guerre mondiale en raison de son intervention dans le conflit entre la Russie et l'Ukraine. Selon lui, le problème réside en partie dans l'absence de valeurs morales chez les dirigeants mondiaux actuels.

 

«Certains dirigeants mondiaux n'ont aucune conscience», a ajouté Mahathir. «Les leaders de ce monde sont de très piètre qualité. Le fait que le président des États-Unis approuve le massacre des Palestiniens témoigne de la médiocrité des gouvernants.»

«Un dirigeant devrait toujours s'efforcer de faire les bons choix et de corriger les injustices, en s'appuyant sur l'État de droit. Mais aujourd'hui, le président américain, le Premier ministre britannique et de nombreux autres dirigeants européens ont un très mauvais sens du leadership. Ils n'ont aucune conscience, aucune valeur morale. Ils préfèrent que des guerres soient menées et ils se moquent bien qu'il n'y ait pas de justice, que les lois soient enfreintes.»

À l'heure où les crimes de haine islamophobes et antisémites semblent se multiplier dans le monde entier en réaction à la crise actuelle au Moyen-Orient, la Malaisie est parvenue à maintenir une certaine harmonie au sein de sa population diversifiée, composée d'une majorité de musulmans malais, de bouddhistes, de Chinois chrétiens et de Tamouls, principalement hindous.

«La Malaisie est un pays pluriethnique et multiconfessionnel», a souligné Mahathir. «Nous avons des croyances et des cultures différentes, mais chacun d'entre nous accepte de se tolérer mutuellement.»

«Bien sûr, nous sommes différents. Nous ne pouvons pas être les mêmes. Si Dieu veut que nous soyons les mêmes, nous serons tous musulmans. Mais il y a des gens qui ne sont pas musulmans, et les musulmans doivent tolérer les non-musulmans. Cela fait partie des enseignements de l'islam.»

«Nous adhérons donc aux enseignements de l'islam et nous vivons ensemble. Ils ont leur propre façon de faire, nous avons la nôtre et nous tolérons la leur, par exemple.»

Mahathir a estimé qu’ils y étaient parvenus grâce à la reconnaissance généralisée du fait que le recours à la violence ne peut que nuire à la nation et à son peuple. C'est une leçon que, selon lui, les autres pays devraient retenir.

«Si nous avons recours à la confrontation, à la violence, nous détruirons le pays. Au bout du compte, tout le monde est perdant», a-t-il confié. «Tout le monde en Malaisie comprend que si l'on se bat, c'est tout le pays qui sera détruit. Tout le monde va souffrir.»

«Oui, nous avons nos différences. Nous pouvons régler nos différends autour d'une table, pas en nous battant les uns contre les autres. Lorsque vous vous faites la guerre, vous tuez des gens et vous détruisez le pays. En fin de compte, même si vous gagnez, le pays est anéanti. Bien sûr, si vous perdez, vous devrez aussi faire face à un pays qui, finalement, n'est plus stable.»

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Les réactions à la mort de Raïssi dans le crash de son hélicoptère

Téhéran et New Delhi entretiennent des relations étroites, la République islamique ayant été pendant de nombreuses années le principal fournisseur de pétrole du géant d'Asie du Sud, aujourd'hui cinquième économie mondiale. (AFP).
Téhéran et New Delhi entretiennent des relations étroites, la République islamique ayant été pendant de nombreuses années le principal fournisseur de pétrole du géant d'Asie du Sud, aujourd'hui cinquième économie mondiale. (AFP).
Short Url
  • Le Premier ministre indien Narendra Modi s'est déclaré lundi "profondément attristé et choqué par la disparition tragique" du président iranien Ebrahim Raïssi
  • Le Pakistan a décrété lundi une journée de deuil suite aux informations des médias iraniens rapportant la mort du président de la République islamique

NEW DELHI: Le Premier ministre indien Narendra Modi s'est déclaré lundi "profondément attristé et choqué par la disparition tragique" du président iranien Ebrahim Raïssi dans un accident d'hélicoptère.

"Je présente mes sincères condoléances à sa famille et au peuple iranien", a déclaré M. Modi sur le réseau social X, ajoutant que l'Inde était "aux côtés de l'Iran en ce moment de tristesse".

Téhéran et New Delhi entretiennent des relations étroites, la République islamique ayant été pendant de nombreuses années le principal fournisseur de pétrole du géant d'Asie du Sud, aujourd'hui cinquième économie mondiale, jusqu'à ce que les sanctions américaines ne réduisent les échanges.

New Delhi a dû trouver un point d'équilibre entre ses relations avec Téhéran, ses liens avec Washington - les États-Unis et l'Inde sont tous deux membres de l'alliance de sécurité Quad - et ses bonnes relations avec Israël.

La semaine dernière, l'Iran et l'Inde ont signé un contrat visant à développer et équiper le port iranien de Chabahar, dans le cadre d'un accord qui donnerait à New Delhi un accès de 10 ans à l'installation, déclenchant une vive réaction de Washington, qui a averti que les entreprises impliquées risquaient d'être sanctionnées.

Le ministre indien des affaires étrangères, S. Jaishankar, a également indiqué sur X qu'il était "profondément choqué d'apprendre le décès" de M. Raïssi et de son homologue Hossein Amir-Abdollahian.

Le Pakistan décrète une journée de deuil

Le Pakistan a décrété lundi une journée de deuil suite aux informations des médias iraniens rapportant la mort du président de la République islamique, Ebrahim Raïssi, dans un accident d'hélicoptère.

"Le Pakistan va observer une journée de deuil et le drapeau sera en berne" en "solidarité avec l'Iran", pays "frère", a écrit le Premier ministre, Shehbaz Sharif, sur le réseau social X. "L'immense nation iranienne surmontera cette tragédie avec son courage habituel", a-t-il ajouté, alors qu'Islamabad avait accueilli en grandes pompes le dirigeant iranien fin avril.

La Chine se dit « très inquiète »

La Chine s'est dite lundi "très inquiète" après l'accident d'hélicoptère impliquant le président iranien Ebrahim Raïssi, proposant son aide pour participer aux opérations de sauvetage.

"La Chine est très inquiète de l'atterrissage brutal de l'hélicoptère à bord duquel se trouvait le président Raïssi, et nous souhaitons au président Raïssi et à l'équipage à bord d'être sains et saufs", selon le ministère des Affaires étrangères cité par la télévision d'Etat CCTV.

 


Lai Ching-te, fils d'un mineur de charbon élu président de Taïwan

D'abord député puis maire de Tainan, il devient Premier ministre de la présidente Tsai Ing-wen en 2017, puis vice-président en 2020 (Photo, X).
D'abord député puis maire de Tainan, il devient Premier ministre de la présidente Tsai Ing-wen en 2017, puis vice-président en 2020 (Photo, X).
Short Url
  • Lorsqu'il était Premier ministre, M. Lai s'est exprimé plus ouvertement que Mme Tsai sur la question de l'indépendance
  • Bien qu'il ait indiqué à la Chine être ouvert au dialogue, Lai Ching-te risque d'être rabroué

TAIPEI: Fils d'un mineur de charbon, Lai Ching-te prêtera serment en tant que président de Taïwan lundi et il lui reviendra alors de prendre en charge les relations avec la Chine, en proie à une rupture de plus en plus profonde à mesure que Pékin accroît sa pression militaire et diplomatique sur l'île autonome.

A l'inverse de la majorité de la classe politique taïwanaise, M. Lai, né en 1959, est issu d'un milieu modeste. Sa mère l'a élevé seule, avec ses cinq frères et sœurs, dans un hameau rural de Nouveau Taipei (nord), en raison du décès de son père lorsqu'il était très jeune.

Après avoir obtenu un diplôme de santé publique à l'université de Harvard aux Etats-Unis, il a d'abord travaillé comme médecin dans un hôpital de Tainan (sud-ouest).

Décrit comme pugnace et combatif, Lai Ching-te - qui se fait aussi appeler William Lai - se décide à entrer en politique en 1996, quand Pékin effectue des tirs d'essai de missiles autour de Taïwan au moment de la première élection présidentielle démocratique de l'île.

"J'ai décidé qu'il était de mon devoir de participer à la démocratie taïwanaise et d'aider à protéger cette expérience naissante de ceux qui lui voulaient du mal", avait-il témoigné l'an passé dans le Wall Street Journal.

Le futur président taïwanais figure sur la liste des 100 personnes les plus influentes de 2024 établie par le magazine Time en avril, un choix qui reflète, selon lui, "la résilience et l'unité du peuple taïwanais".

«Dangereux séparatiste» pour Pékin

D'abord député puis maire de Tainan, il devient Premier ministre de la présidente Tsai Ing-wen en 2017, puis vice-président en 2020.

Agé de 64 ans, marié et père de deux enfants, le président du Parti démocrate progressiste (PDP) s'est engagé à poursuivre la politique de Mme Tsai visant à renforcer les capacités militaires de Taïwan afin de dissuader la Chine, qui multiplie ces dernières semaines les survols d'avions aux environs de son territoire.

Son franc-parler, qu'il a modéré ces dernières années, lui attire pourtant l'ire de Pékin, qui le qualifie de "dangereux séparatiste" conduisant Taïwan sur le chemin "de la guerre et du déclin".

Lors de la campagne, M. Lai avait affirmé que l'élection était un choix entre "démocratie et autocratie", et avait promis un soutien "inébranlable" au maintien du statu quo dans le détroit de Taïwan.

Il avait aussi dénoncé "le principe chinois d'une seule Chine", car "la paix sans la souveraineté, c'est juste comme Hong Kong", ancienne colonie britannique où Pékin a imposé cette année une nouvelle loi de sécurité nationale pour réprimer toute dissidence.


Attentat contre le Premier ministre slovaque: médecins optimistes, le suspect au tribunal

Le ministre slovaque de la Défense, Robert Kalinak (C), fait un geste lors d'une conférence de presse devant l'hôpital universitaire F.D. Roosevelt à Banska Bystrica, en Slovaquie, le 18 mai 2024, où le Premier ministre slovaque, Robert Fico, est soigné après avoir reçu de «multiples coups de feu» le 15 mai. (Photo de Ferenc Isza AFP)
Le ministre slovaque de la Défense, Robert Kalinak (C), fait un geste lors d'une conférence de presse devant l'hôpital universitaire F.D. Roosevelt à Banska Bystrica, en Slovaquie, le 18 mai 2024, où le Premier ministre slovaque, Robert Fico, est soigné après avoir reçu de «multiples coups de feu» le 15 mai. (Photo de Ferenc Isza AFP)
Short Url
  • Le ministre de la Défense et vice-Premier ministre Robert Kalinak, le plus proche allié politique de M. Fico, a déclaré que le Premier ministre était conscient
  • Le suspect de la tentative de meurtre, identifié par les médias slovaques comme étant le poète Juraj Cintula, âgé de 71 ans, a tiré cinq coups de feu sur Fico mercredi et l'a touché à quatre reprises

BRATISLAVA, Slovaquie : Le pronostic concernant l'état de santé du chef du gouvernement slovaque Robert Fico après la tentative d'assassinat est «positif», a annoncé samedi la ministre slovaque de la Santé, alors que le suspect comparaissait devant un tribunal.

M. Fico est hospitalisé depuis mercredi, date à laquelle un tireur isolé lui a tiré dessus à quatre reprises, notamment dans l'abdomen.

Il a subi une opération de cinq heures mercredi et une autre de deux heures vendredi, toutes deux dans un hôpital de la ville de Banska Bystrica, dans le centre de la Slovaquie.

«L'intervention chirurgicale d'hier, qui a duré deux heures, a contribué à un pronostic positif sur l'état de santé du Premier ministre», a déclaré la ministre Zuzana Dolinkova à la presse.

«L'état de santé du premier ministre est stable, mais il reste grave», a-t-elle ajouté.

«Si le tir était parti quelques centimètres plus haut, il aurait atteint le foie du Premier ministre», a déclaré le ministre de l'Intérieur Matus Sutaj Estok à la chaîne d'information TA3.

Le ministre de la Défense et vice-Premier ministre Robert Kalinak, le plus proche allié politique de M. Fico, a déclaré que le Premier ministre était conscient.

«Je ne pense pas qu'il puisse être transporté à Bratislava dans les prochains jours, car son état est encore grave», a-t-il déclaré aux journalistes.

Dans la matinée également, le suspect de la tentative de meurtre est arrivé au tribunal pénal de Pezinok au nord-est de Bratislava, qui devrait ordonner son maintien en détention provisoire.

L'homme, identifié par les médias slovaques comme étant le poète Juraj Cintula, âgé de 71 ans, a tiré cinq coups de feu sur Fico mercredi et l'a touché à quatre reprises.

Un procureur a requis vendredi que le suspect soit placé en détention provisoire après avoir été inculpé de tentative de meurtre avec préméditation.

La fusillade s'est produite alors que M. Fico saluait ses partisans après une réunion du gouvernement délocalisée dans la ville de Handlova, dans le centre de la Slovaquie.

M. Fico est en poste depuis que son parti populiste centriste, le Smer-SD, a remporté les élections législatives à l'automne dernier.

- Tous ces mensonges -

M. Fico effectue son quatrième mandat en tant que Premier ministre après avoir fait campagne sur des propositions de paix entre la Russie et l'Ukraine, pays voisin de la Slovaquie, et sur l'arrêt de l'aide militaire à Kiev, ce que son gouvernement a fait par la suite.

La tentative d'assassinat a profondément choqué ce pays de 5,4 millions d'habitants, membre de l'Union européenne et de l'OTAN, déjà fortement divisé sur le plan politique depuis des années.

La présidente pro-occidentale sortante, Zuzana Caputova, et son successeur, Peter Pellegrini, un allié de M. Fico qui prendra ses fonctions en juin, ont appelé leurs concitoyens slovaques à s'abstenir de toute «confrontation» après la fusillade.

Ils ont convoqué une réunion de tous les chefs de partis parlementaires pour mardi afin de faire preuve d'unité à la suite de l'attentat.

M. Kalinak a toutefois laissé entendre samedi que le Smer-SD ne participerait pas à la réunion.

«Ils ont invité les chefs des partis politiques et notre président (du parti) est entre les mains des médecins», a-t-il déclaré.

M. Kalinak a ajouté qu'il appellerait Mme Caputova à ce sujet, soulignant que la Slovaquie avait besoin de «réconciliation et de paix».

Certains hommes politiques slovaques ont déjà lancé des accusations contre leurs adversaires, les accusant d'être à l'origine de l'attentat.

M. Kalinak a critiqué vendredi les hommes politiques de l'opposition et certains médias pour avoir qualifié M. Fico de criminel, de dictateur ou de serviteur du président russe Vladimir Poutine avant l'attentat.

«Tous ces mensonges sont la principale raison pour laquelle Robert Fico se bat aujourd'hui pour sa vie», a-t-il déclaré dans un message publié sur le site internet du Smer-SD.