Le cas du Liban n’est pas désespéré, affirme le tsar de la sécurité énergétique américaine

Des militaires à la retraite tentent d'enlever la barricade de fil barbelé devant la banque centrale du Liban lors d'une manifestation réclamant l'ajustement de leurs pensions à l'inflation, à Beyrouth, le 30 mars 2023 (Photo, AFP).
Des militaires à la retraite tentent d'enlever la barricade de fil barbelé devant la banque centrale du Liban lors d'une manifestation réclamant l'ajustement de leurs pensions à l'inflation, à Beyrouth, le 30 mars 2023 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 21 septembre 2023

Le cas du Liban n’est pas désespéré, affirme le tsar de la sécurité énergétique américaine

  • Pour Amos Hochstein : «Si le programme des réformes est abordé, je pense que le Liban pourra aller plus loin»
  • Hochstein s'est rendu au Liban au mois d'août afin de comprendre les possibilités de poursuivre les négociations avec Israël

NEW YORK: Le Liban «n'a pas besoin d'être le cas économique désespéré qu'il est», la culture d'entreprise du pays touché par la crise offrant une voie vers l'avenir, a signalé mercredi le tsar de la sécurité énergétique du président américain.

«Les Libanais dirigent des entreprises dans tous les pays de la planète», a indiqué Amos Hochstein. «Où que vous alliez, il y a des entrepreneurs, des médecins, des PDG et des financiers libanais. Mais ils doivent quitter le Liban pour le faire.»

Hochstein, assistant adjoint et conseiller principal du président pour l'énergie et l'investissement, s'exprimait lors du premier Sommet mondial du Moyen-Orient à New York, auquel Arab News a assisté.

Le lieutenant-général Douglas Lute, ancien représentant permanent des États-Unis auprès de l'Otan, a servi de modérateur pour la discussion informelle avec Hochstein.

Le tsar de la sécurité énergétique a été le principal négociateur d'un accord maritime entre le Liban et Israël à la fin de l'année 2022, qui a abouti à une résolution divisant les champs gaziers de Cana et de Karish, qui font l'objet d'un litige, entre les deux pays.

Lute a demandé à Hochstein si cet accord pouvait servir de catalyseur pour de nouvelles négociations et des relations plus étroites.

«Tout le monde m’a dit que ce n'était pas possible. Je reconnais aux deux pays le mérite d'avoir su s'éloigner des pessimistes et de l'avoir fait», a déclaré Hochstein.

«Nous devrions toujours créer des précédents. L’accord devrait être un précédent pour d'autres choses que nous pouvons faire», a-t-il ajouté.

Hochstein s'est rendu au Liban à la fin du mois d'août pour «jauger la situation» et comprendre le potentiel de nouvelles négociations avec Israël, que les États-Unis ont encouragé dans toute la région.

Corridor économique

Il s'est également rendu en Arabie saoudite en juin, dans le cadre d'une initiative américaine visant à encourager la normalisation avec Israël.

Il a déclaré qu'il est «impératif» que le Liban «fasse preuve de civilité» afin que les entreprises internationales puissent opérer en toute sécurité dans le pays.

«Après dix ans de discussions sur les raisons pour lesquelles le Liban est le seul pays méditerranéen sans exploration gazière – et tout le monde avait l'impression de se répéter: “C'est parce que les entreprises multimilliardaires n'investissent pas dans des zones qui pourraient devenir des zones de guerre”.»

Mais Hochstein a insisté: «Nous pouvons régler le conflit. Aujourd'hui, la situation est sûre. Il y a déjà d'autres intérêts, il y a déjà des créations d'emplois et il y a déjà des investissements au Liban.

«Tel est le message. Le Liban n'a pas besoin d'être le cas économique désespéré qu'il est. J'utilise des mots durs, mais il faut que quelqu'un se réveille, et beaucoup de gens au Liban doivent se réveiller et dire: “C'est un désastre”. Si le programme des réformes est mis en œuvre, je pense que le Liban pourra aller très loin.»

Hochstein a été interrogé sur la récente signature d'un accord entre les États-Unis, l'UE et d'autres pays, dont l'Arabie saoudite, en vue de la création d'un corridor économique et numérique de la région indopacifique à l'Europe.

Il a indiqué: «Les ports de l'Inde seront reliés aux Émirats arabes unis, puis au nord via l'Arabie saoudite, et enfin à la Grèce par voie ferrée.»

Hochstein a fait l'éloge de la proposition, la jugeant très efficace et permettant de «faire acheminer les marchandises beaucoup plus rapidement» à travers le monde entier.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Hamdan ben Mohammed nommé vice-Premier ministre lors d'un remaniement ministériel

Le prince héritier de Dubaï, Sheikh Hamdan bin Mohammed bin Rashed, assiste à la séance d'ouverture du Sommet mondial des gouvernements à Dubaï, le 28 mars 2022. (AFP)
Le prince héritier de Dubaï, Sheikh Hamdan bin Mohammed bin Rashed, assiste à la séance d'ouverture du Sommet mondial des gouvernements à Dubaï, le 28 mars 2022. (AFP)
Short Url
  • Les Émirats arabes unis ont annoncé un remaniement ministériel qui comprend la nomination du cheikh Hamdan ben Mohammed ben Rachid Al-Maktoum au poste de ministre de la Défense et de vice-Premier ministre
  • Le cheikh Abdullah ben Zayed Al-Nahyan a également été nommé vice-Premier ministre, tout en conservant son rôle de ministre des Affaires étrangères

DUBAÏ : Les Émirats arabes unis ont annoncé un remaniement ministériel qui comprend la nomination du cheikh Hamdan ben Mohammed ben Rachid Al-Maktoum au poste de ministre de la Défense et de vice-Premier ministre, a déclaré dimanche sur X le dirigeant de Dubaï, le cheikh Mohammed ben Rachid Al-Maktoum.

« Le cheikh Hamdan est un dirigeant qui aime son peuple et son peuple l'aime. Nous sommes persuadés qu'il sera un atout majeur pour le gouvernement des Émirats arabes unis et qu'il contribuera grandement à façonner l'avenir du pays », a déclaré le cheikh Mohammed sur X.

Le cheikh Abdullah ben Zayed Al-Nahyan a également été nommé vice-Premier ministre, tout en conservant son rôle de ministre des Affaires étrangères.

D'autres nominations majeures incluent la désignation de Sarah Al-Amiri comme ministre de l'Éducation ; Ahmed Belhoul comme ministre des Sports ; Abdul Rahman Al-Awar comme ministre par intérim de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique ; et Alia Al-Mazroui comme ministre d'État de l'Entrepreneuriat.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les dirigeants saoudiens félicitent le président français à l’occasion du 14 juillet

Short Url

RIYAD: Le roi saoudien Salmane et le prince héritier Mohammed ben Salmane ont félicité le Président de la République française Emmanuel Macron à l'occasion de la fête nationale du 14 juillet, selon l'agence de presse saoudienne (SPA).

#خادم_الحرمين_الشريفين وسمو #ولي_العهد يهنئان رئيس الجمهورية الفرنسية بذكرى اليوم الوطني لبلاده.#واس pic.twitter.com/uWOlfsM8EI

— واس الأخبار الملكية (@spagov) July 14, 2024

 


Le ministère saoudien des Affaires étrangères condamne la poursuite du génocide contre le peuple palestinien

Le ministère des Affaires étrangères d'Arabie saoudite a exprimé samedi la condamnation et la dénonciation dans les termes les plus forts de la "poursuite des massacres génocidaires contre le peuple palestinien". (AFP/File Photo)
Le ministère des Affaires étrangères d'Arabie saoudite a exprimé samedi la condamnation et la dénonciation dans les termes les plus forts de la "poursuite des massacres génocidaires contre le peuple palestinien". (AFP/File Photo)
Short Url
  • L'Arabie saoudite a renouvelé son appel pour un cessez-le-feu immédiat et permanent ainsi que la protection des civils non armés.

RIYAD : Le ministère saoudien des Affaires étrangères a exprimé samedi la condamnation et la dénonciation du Royaume dans les termes les plus forts de la « poursuite des massacres génocidaires contre le peuple palestinien aux mains de la machine de guerre israélienne. »

Le ministère a attiré une attention particulière sur le dernier ciblage des Palestiniens déplacés dans les camps de Khan Younis dans le sud de la bande de Gaza, qui a coûté la vie à 100 personnes.

L'Arabie saoudite a renouvelé son appel pour un cessez-le-feu immédiat et permanent ainsi que la protection des civils non armés dans tous les territoires palestiniens occupés.

Le ministère a également souligné la nécessité d'activer les mécanismes internationaux de responsabilisation concernant les violations persistantes par Israël du droit humanitaire international et des résolutions internationales.

Les Émirats arabes unis et Bahreïn ont condamné et dénoncé dimanche les violations israéliennes continues dans la bande de Gaza, ainsi que le ciblage le plus récent des camps pour personnes déplacées à Khan Younis, dans le sud de Gaza, qui a entraîné de nombreux décès et blessures de dizaines de civils innocents.

Dans des déclarations émises par les deux ministères des Affaires étrangères, ils ont appelé au respect du droit international et du droit humanitaire international concernant la protection des civils et des biens de caractère civil, à un cessez-le-feu immédiat et complet dans la bande de Gaza, et à permettre la livraison sans entrave d'une aide humanitaire à grande échelle directement aux civils palestiniens.

Samedi également, la Ligue islamique mondiale a condamné le massacre de Khan Younis.

Le Secrétaire général de la Ligue, Muhammad bin Abdul Karim Al-Issa, a dénoncé dans un communiqué ce « crime odieux » et les « violations flagrantes et continues de toutes les lois et normes internationales et humanitaires » commises par l'occupation israélienne.

Al-Issa a souligné la nécessité urgente pour la communauté internationale d'intervenir pour mettre fin à la violence qui fait rage à Gaza.


Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com