Au Yémen, les mines terrestres ont fait six morts à Hodeïda en avril, selon la mission de l'ONU

Un démineur au travail au Yémen. (UNMHA)
Un démineur au travail au Yémen. (UNMHA)
Short Url
Publié le Mardi 16 mai 2023

Au Yémen, les mines terrestres ont fait six morts à Hodeïda en avril, selon la mission de l'ONU

  • Selon l’ONU, le bilan des victimes des mines terrestres et autres engins non explosés s’élève à 6 morts et 7 blessés parmi les civils en avril à Hodeïda
  • Un troisième avion de Yemenia Airways a atterri à Aden avec à son bord 177 Yéménites

AL-MUKALLA: Les observateurs des Nations unies au Yémen ont recensé 13 civils victimes de mines terrestres et de munitions non explosées le mois dernier dans la province de Hodeïda (ouest du Yémen).

La mission des Nations unies en appui à l’Accord de Hodeïda indique que le bilan des mines terrestres et autres engins non explosés s’élève à 6 morts et 7 blessés parmi les civils en avril, et ce, dans différentes localités de la province de la mer Rouge au Yémen. Ce bilan porte à 363 le nombre total de morts et de blessés parmi les civils depuis le mois de janvier de l’année dernière.

Le nombre de victimes civiles enregistré le mois dernier est inférieur de 13% au nombre enregistré au cours du même mois l’année dernière et de 24% au nombre enregistré en mars 2023.

«Au cours du mois du ramadan – du 22 mars au 21 avril 2023 –, 10 incidents ont fait 22 victimes. Lors du mois du ramadan de l’année dernière – du 2 avril au 1er mai 2022 –, 15 victimes ont perdu la vie dans 9 incidents», précise la mission onusienne dans un communiqué de presse.

Les parties au conflit yéménite ont signé l’accord de Stockholm à la fin de l’année 2018 sous l’égide des Nations unies. Cet accord a assuré un calme relatif dans la province de Hodeïda au cours des cinq dernières années. Cependant, les mines terrestres posées par la milice houthie appuyée par l’Iran continuent de tuer et de mutiler des centaines de civils. Elles empêchent également de nombreuses personnes déplacées à l’intérieur du pays de rentrer chez elles et de regagner leurs fermes, leurs écoles et leurs lieux de travail.

Cette déclaration de la mission onusienne intervient au moment où le programme de déminage financé par l’Arabie saoudite, Masam, s’apprête à annoncer le retrait du Yémen de 400 000 mines terrestres et d’autres engins explosifs de guerre non explosés.

Le directeur du projet, Osama al-Gosaibi, fait état de 398 110 mines terrestres, munitions non explosées et engins explosifs improvisés qui ont été retirés de 45 952 405 m² de terres yéménites par les démineurs de Masam, entre la mi-2018 et le 12 mai de cette année.

Les responsables du programme Masam ont par ailleurs annoncé la réouverture d’un centre de santé dans le village de Bani Zuheir, à Hodeïda. Selon les représentants du programme, les patients affluent dans le bâtiment après le retrait par les démineurs de 9 engins explosifs improvisés et la sécurisation des voies d’accès.

En dépit des efforts soutenus de Masam, des mines terrestres exhumées par les inondations continuent d’être repérées par les habitants de Hodeïda.

S’appuyant sur les informations fournies par de jeunes bergers qui avaient repéré les engins sur le sol, les démineurs de Masam ont trouvé des mines terrestres dans 2 champs du village de Bani Zuheir, dans le district de Hays.

Le gouvernement yéménite a annoncé lundi qu’un troisième avion de Yemenia Airways avait atterri dans la ville d’Aden (sud du Yémen). Il transportait 177 Yéménites en provenance de Port-Soudan. Dimanche, deux avions ont atterri à Aden et à Sanaa (ville contrôlée par les Houthis) avec à leur bord 360 Yéménites.

Un quatrième avion transportant près de 180 Yéménites était attendu à Sanaa lundi soir.

Samedi, le gouvernement yéménite a annoncé que quatre vols directs d’urgence (Soudan-Yémen) étaient prévus pour évacuer quelque 700 Yéménites, notamment des malades, des femmes, des enfants, des personnes âgées et des étudiantes.

Selon le gouvernement, 1 300 autres Yéménites bloqués à Port-Soudan devront attendre d’être transportés vers leur pays par voie aérienne ou maritime.


Ce texte est la traduction d’un article paru sur Aarabnews.com.


Hamdan ben Mohammed nommé vice-Premier ministre lors d'un remaniement ministériel

Le prince héritier de Dubaï, Sheikh Hamdan bin Mohammed bin Rashed, assiste à la séance d'ouverture du Sommet mondial des gouvernements à Dubaï, le 28 mars 2022. (AFP)
Le prince héritier de Dubaï, Sheikh Hamdan bin Mohammed bin Rashed, assiste à la séance d'ouverture du Sommet mondial des gouvernements à Dubaï, le 28 mars 2022. (AFP)
Short Url
  • Les Émirats arabes unis ont annoncé un remaniement ministériel qui comprend la nomination du cheikh Hamdan ben Mohammed ben Rachid Al-Maktoum au poste de ministre de la Défense et de vice-Premier ministre
  • Le cheikh Abdullah ben Zayed Al-Nahyan a également été nommé vice-Premier ministre, tout en conservant son rôle de ministre des Affaires étrangères

DUBAÏ : Les Émirats arabes unis ont annoncé un remaniement ministériel qui comprend la nomination du cheikh Hamdan ben Mohammed ben Rachid Al-Maktoum au poste de ministre de la Défense et de vice-Premier ministre, a déclaré dimanche sur X le dirigeant de Dubaï, le cheikh Mohammed ben Rachid Al-Maktoum.

« Le cheikh Hamdan est un dirigeant qui aime son peuple et son peuple l'aime. Nous sommes persuadés qu'il sera un atout majeur pour le gouvernement des Émirats arabes unis et qu'il contribuera grandement à façonner l'avenir du pays », a déclaré le cheikh Mohammed sur X.

Le cheikh Abdullah ben Zayed Al-Nahyan a également été nommé vice-Premier ministre, tout en conservant son rôle de ministre des Affaires étrangères.

D'autres nominations majeures incluent la désignation de Sarah Al-Amiri comme ministre de l'Éducation ; Ahmed Belhoul comme ministre des Sports ; Abdul Rahman Al-Awar comme ministre par intérim de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique ; et Alia Al-Mazroui comme ministre d'État de l'Entrepreneuriat.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les dirigeants saoudiens félicitent le président français à l’occasion du 14 juillet

Short Url

RIYAD: Le roi saoudien Salmane et le prince héritier Mohammed ben Salmane ont félicité le Président de la République française Emmanuel Macron à l'occasion de la fête nationale du 14 juillet, selon l'agence de presse saoudienne (SPA).

#خادم_الحرمين_الشريفين وسمو #ولي_العهد يهنئان رئيس الجمهورية الفرنسية بذكرى اليوم الوطني لبلاده.#واس pic.twitter.com/uWOlfsM8EI

— واس الأخبار الملكية (@spagov) July 14, 2024

 


Le ministère saoudien des Affaires étrangères condamne la poursuite du génocide contre le peuple palestinien

Le ministère des Affaires étrangères d'Arabie saoudite a exprimé samedi la condamnation et la dénonciation dans les termes les plus forts de la "poursuite des massacres génocidaires contre le peuple palestinien". (AFP/File Photo)
Le ministère des Affaires étrangères d'Arabie saoudite a exprimé samedi la condamnation et la dénonciation dans les termes les plus forts de la "poursuite des massacres génocidaires contre le peuple palestinien". (AFP/File Photo)
Short Url
  • L'Arabie saoudite a renouvelé son appel pour un cessez-le-feu immédiat et permanent ainsi que la protection des civils non armés.

RIYAD : Le ministère saoudien des Affaires étrangères a exprimé samedi la condamnation et la dénonciation du Royaume dans les termes les plus forts de la « poursuite des massacres génocidaires contre le peuple palestinien aux mains de la machine de guerre israélienne. »

Le ministère a attiré une attention particulière sur le dernier ciblage des Palestiniens déplacés dans les camps de Khan Younis dans le sud de la bande de Gaza, qui a coûté la vie à 100 personnes.

L'Arabie saoudite a renouvelé son appel pour un cessez-le-feu immédiat et permanent ainsi que la protection des civils non armés dans tous les territoires palestiniens occupés.

Le ministère a également souligné la nécessité d'activer les mécanismes internationaux de responsabilisation concernant les violations persistantes par Israël du droit humanitaire international et des résolutions internationales.

Les Émirats arabes unis et Bahreïn ont condamné et dénoncé dimanche les violations israéliennes continues dans la bande de Gaza, ainsi que le ciblage le plus récent des camps pour personnes déplacées à Khan Younis, dans le sud de Gaza, qui a entraîné de nombreux décès et blessures de dizaines de civils innocents.

Dans des déclarations émises par les deux ministères des Affaires étrangères, ils ont appelé au respect du droit international et du droit humanitaire international concernant la protection des civils et des biens de caractère civil, à un cessez-le-feu immédiat et complet dans la bande de Gaza, et à permettre la livraison sans entrave d'une aide humanitaire à grande échelle directement aux civils palestiniens.

Samedi également, la Ligue islamique mondiale a condamné le massacre de Khan Younis.

Le Secrétaire général de la Ligue, Muhammad bin Abdul Karim Al-Issa, a dénoncé dans un communiqué ce « crime odieux » et les « violations flagrantes et continues de toutes les lois et normes internationales et humanitaires » commises par l'occupation israélienne.

Al-Issa a souligné la nécessité urgente pour la communauté internationale d'intervenir pour mettre fin à la violence qui fait rage à Gaza.


Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com