La coalition de la gauche française menacée de déconstruction

En faisant élire près de 150 députés sous les couleurs d'une Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes) dominée par son parti, la France insoumise (LFI, gauche radicale), Jean-Luc Mélenchon a privé de majorité absolue le camp du président centriste libéral Emmanuel Macron. (Photo, AFP)
En faisant élire près de 150 députés sous les couleurs d'une Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes) dominée par son parti, la France insoumise (LFI, gauche radicale), Jean-Luc Mélenchon a privé de majorité absolue le camp du président centriste libéral Emmanuel Macron. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 23 septembre 2022

La coalition de la gauche française menacée de déconstruction

  • Selon un récent sondage, 63 % des sympathisants de gauche considèrent la Nupes comme « une coalition électorale amenée dans le futur à se désunir et même à disparaître»
  • Et à deux semaines de la rentrée parlementaire, un des dauphins de M. Mélenchon est emporté par une affaire de violences conjugales et son mentor accusé de ne pas être à la hauteur

PARIS : Trois mois après sa percée surprise aux élections législatives en France, la gauche emmenée par son tribun Jean-Luc Mélenchon n'en finit plus de se déchirer, y compris désormais sur la question des violences envers les femmes.

En faisant élire près de 150 députés sous les couleurs d'une Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes) dominée par son parti, la France insoumise (LFI, gauche radicale), Jean-Luc Mélenchon a privé de majorité absolue le camp du président centriste libéral Emmanuel Macron.

Il a promis une guérilla parlementaire et de mobiliser sur le front social à la rentrée, mais l'attelage de la Nupes, qui va des communistes aux socialistes en passant par les écologistes, patine.

Cet été, le dirigeant des communistes Fabien Roussel et la députée écologiste Sandrine Rousseau ont croisé publiquement le fer sur des questions aussi variées que la consommation de viande ou la valeur émancipatrice du travail.

Selon un récent sondage, 63 % des sympathisants de gauche considèrent la Nupes comme "une coalition électorale amenée dans le futur à se désunir et même à disparaître".

Et à deux semaines de la rentrée parlementaire, un des dauphins de M. Mélenchon est emporté par une affaire de violences conjugales et son mentor accusé de ne pas être à la hauteur.

Lors du retrait du député Adrien Quatennens, 32 ans, de la direction de LFI, après son aveu de violences conjugales, suivi de l'ouverture d'une enquête judiciaire, Jean-Luc Mélenchon a d'abord dénoncé sur Twitter la semaine dernière "la malveillance policière, le voyeurisme médiatique, les réseaux sociaux".

Il a ensuite reformulé son soutien dans un deuxième tweet: "Une gifle est inacceptable dans tous les cas. Adrien l'assume. C'est bien".

Mais le ton de ce premier message, sans égard pour la victime présumée, a provoqué le trouble à gauche et au-delà.

"C'est un grand malaise, mais c'est surtout la gestion de cette crise qui pose problème", affirme à l'AFP Virginie Martin, politologue et enseignante à la Kedge business school. "Si Jean-Luc Mélenchon avait bien géré, tout aurait découlé de lui...".

"Je pense qu'il a intégré Meetoo en théorie mais pas tellement en pratique", ajoute-t-elle, soulignant la différence de sensibilité sur ces questions entre la génération de M. Mélenchon, 71 ans, et sa jeune garde.

«Capital politique dilapidé»

Dans une tribune publiée par le quotidien Libération, 550 militantes féministes, encartées pour certaines dans des partis de gauche, s'insurgent contre "un système de protection des agresseurs en politique" et appellent à "une relève féministe".

"Nous refusons de militer avec des hommes auteurs de violences, ou leurs amis complices", écrivent-elles, condamnant "avec la plus grande fermeté la réaction de Jean-Luc Mélenchon et de ses pairs".

"Normalement, après le buzz médiatique, on laisse passer quelques semaines, ça s'arrête, et les personnes sont réintégrées tranquillement et on n'en parle plus", indique Virginie Martin. "Cette fois-ci, avec cette +Relève féministe+ justement, c'est hors de question que ça se passe comme ça et je pense qu'elles ne lâcheront pas".

Par ricochet, l'affaire a atteint Julien Bayou, secrétaire national des écologistes, après que sa camarade de parti, Sandrine Rousseau, a rendu publiques des accusations de violences psychologiques portées par son ex-compagne.

Julien Bayou, 42 ans, a été à son tour "mis en retrait" de ses fonctions de coprésident du groupe à l'Assemblée.

"À la suite des controverses Rousseau/Roussel, après la parenthèse des législatives, où la Nupes a donné une image renouvelée de la gauche, là, on a l'impression que le récit, c'est le récit de la gauche divisée, la gauche inaudible", remarque Rémi Lefebvre, professeur de science politique à l'Université de Lille (Nord) et à Sciences Po Lille.

Elles donnent le sentiment "que le capital un peu politique de la Nupes a été déjà dilapidé", poursuit Rémi Lefebvre, qui n'est "pas sûr pour autant que la Nupes va exploser en tant qu'alliance parce qu'il n'y a pas de plan B" pour les partis qui la composent.


France : gaz lacrymogènes pour empêcher des manifestants d'arriver à l'ambassade d'Iran

Des milliers de personnes défilant à Paris pour protester contre la répression des manifestations en Iran. (Photo, AFP)
Des milliers de personnes défilant à Paris pour protester contre la répression des manifestations en Iran. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Des manifestants ont tenté de franchir les barrages de police et jeté des projectiles sur les agents», a annoncé dans un communiqué la police britannique, qui a fait état de cinq arrestations
  • La préfecture de police de Paris a fait état de «4 000 personnes» rassemblées place d'Iéna

PARIS: La police française a utilisé dimanche des gaz lacrymogènes pour empêcher des milliers de personnes défilant à Paris pour protester contre la répression des manifestations en Iran d'atteindre l'ambassade de la République islamique, selon des journalistes. 

Cette deuxième manifestation consécutive en deux jours à Paris pour dénoncer la mort en détention de Mahsa Amini, 22 ans, arrêtée à Téhéran le 13 septembre par la police des moeurs pour "port de vêtements inappropriés", a coïncidé avec un autre rassemblement tendu à Londres près de l'ambassade d'Iran. 

"Des manifestants ont tenté de franchir les barrages de police et jeté des projectiles sur les agents", a annoncé dans un communiqué la police britannique, qui a fait état de cinq arrestations. 

Parti de la place du Trocadéro, le cortège parisien s'est dirigé vers l'ambassade d'Iran au son de slogans tels que "femme, vie, liberté !", en écho à ceux des manifestants en Iran, ou encore "France, ça suffit le silence". 

Les participants reprochent notamment au président français Emmanuel Macron d'avoir serré la main de son homologue iranien Ebrahim Raïssi lors de leur rencontre le 20 septembre en marge de l'assemblée générale des Nations unies à New York, portant notamment sur une relance de l'accord international sur le programme nucléaire de Téhéran. 

A l'approche de l'ambassade, près du siège du Conseil économique, social et environnemental (CESE), les policiers ont fait usage à plusieurs reprises de gaz lacrymogènes pour repousser les manifestants qui tentaient de franchir leur cordon interdisant l'accès à la représentation diplomatique de la République islamique. 

La préfecture de police de Paris a fait état de "4 000 personnes" rassemblées place d'Iéna. A plusieurs reprises, des groupes ont tenté de forcer le barrage mis en place par les forces de l’ordre qui ont eu recours à des "moyens d’intervention intermédiaires" (gaz lacrymogènes) pour les repousser, selon la préfecture de police. 

Une personne a été interpellée pour "outrage et rébellion" et un policier a été légèrement blessé, a ajouté la préfecture. 

"Au vu de ce qui se passe actuellement, nous Iraniens, nous sommes vraiment mobilisés, nous devons réagir étant donné que nous sommes loin de notre patrie, notre pays", a déclaré à l'AFP une manifestante franco-iranienne qui n'a souhaité s'identifier que par son prénom, Nina. 

Au moins 41 personnes ont été tuées et des centaines arrêtées en Iran depuis l'annonce le 16 septembre du décès de Mahsa Amini, selon le dernier bilan officiel. 


Reconnaissance faciale, caméras: plainte de La Quadrature du net contre l'Intérieur

Dans la plainte collective concernant la vidéosurveillance, l'association, a expliqué à l'AFP Noémie Levain juriste à La Quadrature, s'attache à mettre en exergue "l'influence du ministère de l'Intérieur sur l'installation des caméras de surveillance (autorisations, subventions)". (AFP).
Dans la plainte collective concernant la vidéosurveillance, l'association, a expliqué à l'AFP Noémie Levain juriste à La Quadrature, s'attache à mettre en exergue "l'influence du ministère de l'Intérieur sur l'installation des caméras de surveillance (autorisations, subventions)". (AFP).
Short Url
  • Cette fois, l'association de défense des libertés numériques veut s'attaquer à ce qu'elle appelle les «quatre piliers» d'un «système de surveillance de masse»
  • Ces 4 piliers sont :  la «vidéosurveillance», la «détection automatisée des comportements», le «fichage» et la «reconnaissance faciale»

PARIS : L'association La Quadrature du net a annoncé dimanche avoir déposé une plainte collective contre le ministère de l'Intérieur pour dénoncer l'utilisation de la reconnaissance faciale, le fichage et la vidéosurveillance.

Ces plaintes collectives, au nombre de trois, ont été déposées devant la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) après que l'association a recueilli le mandat de près de 13 000 personnes via une campagne de signatures sur le site plainte.technopolice.fr.

La Quatrature du net, qui se présente comme défenseur des libertés fondamentales dans l'environnement numérique, s'est inspirée des plaintes collectives qu'elle avait déposées en 2018 contre les Gafam en s'appuyant sur le règlement général sur la protection des données (RGPD).

Ces procédures avaient abouti à de lourdes amendes contre Google et Amazon, respectivement de 50 et 746 millions d'euros.

Cette fois, l'association de défense des libertés numériques veut s'attaquer à ce qu'elle appelle les "quatre piliers" d'un "système de surveillance de masse":  "vidéosurveillance", la "détection automatisée des comportements", le "fichage" et la "reconnaissance faciale".

Dans la plainte collective concernant la vidéosurveillance, l'association, a expliqué à l'AFP Noémie Levain juriste à La Quadrature, s'attache à mettre en exergue "l'influence du ministère de l'Intérieur sur l'installation des caméras de surveillance (autorisations, subventions)", puis à démontrer "en quoi ces dispositifs sont illégaux car leur proportionnalité n'est jamais justifiée". L'objectif étant d'obtenir le retrait de l'ensemble des caméras déployées dans l'espace public.

La seconde plainte concerne les fichiers TAJ (Traitement automatisé des antécédents judiciaires), qui comprend "huit millions" de photos de visage.

La troisième a trait aux fichiers TES (Titres électroniques sécurisés) qui comportent les photos de tout demandeur de carte d'identité ou de passeport.

S'agissant des TAJ, l'association dénonce l'illégalité des données collectées, car "un grand nombre d'informations ne sont pas en rapport avec une procédure judiciaire, soit pas mises à jour".

Elle relève aussi que les policiers et gendarmes l'utilisent en "dehors de toute procédure judiciaire, notamment lors de contrôles d'identités".

Concernant les TES, la plainte dénonce notamment "le manquement à l'obligation de sécurité du ministre par les choix d'une architecture centralisée, malgré les risques de détournement", a expliqué la juriste.

Il s'agit pour l'association d'obtenir le retrait des photos.


Spectaculaire incendie dans un entrepôt du marché de Rungis

Des pompiers s'efforcent d'éteindre un incendie dans un bâtiment du marché de gros alimentaire "Marché international de Rungis" à Rungis, au sud de Paris, le 25 septembre 2022. (AFP).
Des pompiers s'efforcent d'éteindre un incendie dans un bâtiment du marché de gros alimentaire "Marché international de Rungis" à Rungis, au sud de Paris, le 25 septembre 2022. (AFP).
Short Url
  • «Trente engins sont sur place et une centaine de pompiers sont mobilisés», a indiqué un porte-parole des sapeurs-pompiers de Paris
  • «Le feu est presque maîtrisé, il n'y a pas de victimes et il n'y a pas de risque de propagation du feu», a-t-il ajouté

PARIS : Un spectaculaire incendie s'est déclaré dimanche en fin de matinée dans un entrepôt du marché de Rungis sans faire de victimes, selon les premiers éléments fournis par les pompiers contactés par l'AFP.

"Trente engins sont sur place et une centaine de pompiers sont mobilisés", a indiqué un porte-parole des sapeurs-pompiers de Paris. "Le feu est presque maîtrisé, il n'y a pas de victimes et il n'y a pas de risque de propagation du feu", a-t-il ajouté.

"Un incendie s'est déclaré dans un entrepôt de fruits et légumes vers 12h20", a précisé sur son compte Twitter la préfecture du Val-de-Marne. Une épaisse fumée noire était visible plusieurs kilomètres à la ronde en milieu de journée au sud de Paris.

Les pompiers ont conseillé, via leur compte Twitter, d'éviter les "déplacements dans ce secteur" et de faciliter "le passage des secours".

Le marché d'intérêt national (MIN) de Rungis, le plus grand marché de gros et de produits frais au monde, s'étend sur 234 hectares. Il est situé à sept kilomètres au sud de Paris dans le Val-de-Marne.

Fin juin, un incendie s'était déclenché dans la zone industrielle du marché sans faire de blessé ni provoquer de danger immédiat. Un feu de four s'était déclenché avant de se propager dans un catalyseur.