Baisse des gaz à effet de serre: la France n'est pas dans les clous, selon un observatoire

Par activité, le secteur des transports reste le plus émetteur, avec 30,1% des émissions nationales (Photo, AFP).
Par activité, le secteur des transports reste le plus émetteur, avec 30,1% des émissions nationales (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 23 septembre 2022

Baisse des gaz à effet de serre: la France n'est pas dans les clous, selon un observatoire

  • L'année 2021 s'est traduite par un rebond des émissions brutes (sans tenir compte de l'absorption) de gaz à effet de serre
  • Le pays a ainsi émis l'an dernier 404,4 millions de tonnes équivalent CO2 (MtCO2e) nettes pour un objectif de 384 millions de tonnes nette

PARIS: La France ne tient pas ses objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre, des secteurs importants continuant à trop émettre de CO2 et les puits de carbone ne fonctionnant pas aussi bien qu'attendu, selon le dernier Observatoire climat-énergie dévoilé jeudi.

Cet observatoire annuel est conçu par le Réseau action climat (RAC) avec d'autres partenaires, dont l'agence de la transition écologique, l'Ademe.

Il compare les émissions nationales aux objectifs qui ont été définis par la France dans le cadre de ses feuilles de route, la stratégie nationale bas carbone (SNBC) et la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE).

Le pays vise zéro émission nette de gaz à effet de serre d'ici à 2050, c'est-à-dire qu'à cet horizon les émissions résiduelles doivent être compensées par les absorptions par les puits de carbone.

L'année 2021 s'est traduite par un rebond des émissions brutes (sans tenir compte de l'absorption) de gaz à effet de serre, avec la reprise partielle de l'activité économique. Mais la France respecte malgré tout la trajectoire qu'elle s'est fixée pour cet indicateur brut, note l'observatoire.

"On est dans la trajectoire", a ainsi relevé le ministère de la Transition écologique, rappelant une baisse de 23% des émissions françaises par rapport à 1990. La France s'est engagée à les réduire de 40% d'ici 2030, une ambition qui doit être renforcée pour tenir compte de nouveaux objectifs européens (-55%).

En revanche, pour les émissions nettes (incluant l'absorption par les forêts et sols), "la part indicative annuelle du budget carbone est quant à elle dépassée de 20,4 millions de tonnes équivalent CO2, compte tenu de la dégradation depuis plusieurs années du puits forestier", note l'observatoire.

Le pays a ainsi émis l'an dernier 404,4 millions de tonnes équivalent CO2 (MtCO2e) nettes pour un objectif de 384 millions de tonnes nettes.

C'est sur le secteur des forêts et sols, qui doivent servir de puits de carbone, que l'écart est le plus important entre l'objectif fixé et ce qui s'est passé en réalité.

Cet objectif d'absorption a été "surévalué", a estimé Zélie Victor, responsable de la transition énergétique au Réseau action climat. L’absorption de CO2, qui reste difficile à calculer, est mise à mal par l'artificialisation des sols, la sécheresse ou les incendies.

"Ça nous rappelle surtout qu'il va falloir avant tout miser sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre et pas seulement sur leur absorption et mieux prendre en compte aussi le développement et la préservation des forêts et des sols", a souligné Zélie Victor.

Sur cette question des puits de carbone, le ministère de la Transition écologique a reconnu une situation "plus inquiétante en raison de la sécheresse, des différentes maladies qui ont touché nos forêts, etc." Sans compter les incendies de cet été qui pourraient avoir un impact cette année.

Par activité, le secteur des transports reste le plus émetteur, avec 30,1% des émissions nationales, suivi par l'agriculture (19,4%) et l'industrie (18,6 %).

Les transports et le bâtiments ont respecté leur "budget carbone" en 2021, selon l'observatoire, ces deux secteurs ayant profité respectivement de restrictions de circulation et d'une météo douce. Agriculture et industrie se sont en revanche écartées de leurs trajectoires.

Enfin, dans le secteur crucial de l'énergie, la sortie des fossiles reste "difficile" tandis que le pays accuse "un retard marqué sur les énergies renouvelables et la baisse de consommation énergétique", pointe l'observatoire.

Le président Emmanuel Macron a justement jugé jeudi que la France devait accélérer non seulement sur le nucléaire, mais aussi sur l'éolien et le solaire.


L'Élysée veut installer Luc Rémont à la tête d'EDF pour relancer le nucléaire

À la tête de l'électricien français, Luc Rémont va devoir relever un nombre de défis colossaux, tant pour EDF que pour la sécurité de l'approvisionnement électrique du pays qui fait face à sa pire crise énergétique depuis des décennies. (Photo, AFP)
À la tête de l'électricien français, Luc Rémont va devoir relever un nombre de défis colossaux, tant pour EDF que pour la sécurité de l'approvisionnement électrique du pays qui fait face à sa pire crise énergétique depuis des décennies. (Photo, AFP)
Short Url
  • À 53 ans, l'actuel responsable des opérations internationales de Schneider Electric va devenir le nouveau pilote du vaisseau EDF, fragilisé par sa situation financière et sa production électrique en panne
  • L'Élysée a officialisé son choix, sur « proposition de la Première ministre», en précisant que le Parlement devra donner son aval à cette nomination

PARIS : L'Élysée a proposé jeudi de nommer à la tête d'EDF Luc Rémont, actuel dirigeant de Schneider Electric, en remplacement de l'actuel PDG du géant de l'électricité Jean-Bernard Lévy, pour relever le défi majeur de la relance de la production nucléaire.

À 53 ans, l'actuel responsable des opérations internationales de Schneider Electric va devenir le nouveau pilote du vaisseau EDF, fragilisé par sa situation financière et sa production électrique en panne.

L'Élysée a officialisé son choix, sur "proposition de la Première ministre", en précisant que le Parlement devra donner son aval à cette nomination.

Le futur PDG remplacera Jean-Bernard Lévy, aux manettes depuis 2014, bientôt atteint par la limite d'âge mais dont le départ anticipé a été annoncé dès cet été en même temps que la renationalisation d'EDF à 100%.

Peu connu du grand public, Luc Rémont présente toutefois un profil public-privé "très complet" pour diriger le géant industriel bientôt renationalisé, souligne une source proche du dossier. Bon connaisseur des rouages de l'État pour être passé dans des cabinets ministériels dont Bercy, il a acquis aussi une "légitimité d'entreprise".

Emmanuel Da Cruz, coordinateur syndical FO Groupe Schneider, salue une "personne très compétente, ingénieur, reconnu chez Schneider Electric, bienveillant vis-à-vis de ses équipes".

Avec son passage de plus de huit ans chez Schneider, d'abord comme directeur France puis à l'international où il a piloté "des dizaines de sites industriels et des dizaines de milliers de salariés", selon la source proche du dossier, il connaît désormais bien ce secteur de l'énergie français et mondial aujourd'hui en plein bouleversement.

"Ce n'est pas tant l'homme que l'on jugera, c'est son projet", a réagi de son côté Amélie Henri, secrétaire nationale CFE-Unsa énergies pour EDF.

Pour l'instant, Luc Rémont sera le seul capitaine à bord, les statuts actuels de la société prévoyant une gouvernance unique dans les mains d'un PDG. Mais Bercy reste favorable à l'idée d'une dissociation entre les fonctions de président et directeur-général, un temps évoquée par l'Élysée. Sa rémunération fixe restera "dans le cadre de la loi", soit un maximum de 450 000 euros brut par an, selon une autre source proche du dossier.

Défis colossaux

Luc Rémont va devoir relever un nombre de défis colossaux, tant financiers qu'industriels, alors que la France fait face à sa pire crise énergétique depuis des décennies.

Dossier au sommet de la pile : relancer une production électrique en berne, en raison de problèmes sur certains réacteurs nucléaires, mais aussi de la sécheresse qui a fragilisé la production hydroélectrique.

Sur 56 réacteurs, environ la moitié sont à l'arrêt en raison de problèmes de corrosion ou pour des maintenances, ce qui devrait faire chuter pour 2022 la production à un plus bas historique de 280 TWh. Or tout l'enjeu sera de faire redémarrer suffisamment de réacteurs pour faire face aux pics de consommation, notamment en cas d'hiver très froid.

D'autres chantiers plus structurels attendent le nouvel homme fort d'EDF. À moyen et long terme, le nouveau patron aura aussi à gérer le branchement de l'EPR Flamanville, qui accuse dix ans de retard, et de faramineux investissements à venir pour relancer le nucléaire, selon la feuille de route fixée par Emmanuel Macron en février 2022.

L'exécutif veut doter la France de six nouveaux EPR de seconde génération, avec une option pour huit autres tout en prolongeant la durée de vie d'un parc vieillissant au-delà de 50 ans, pour accroître la sécurité énergétique de la France, alors qu'il faudra de plus en plus se passer des énergies fossiles. Et le gouvernement veut presser le pas.

Des défis d'autant plus compliqués à affronter que la situation financière du groupe est plombée par une dette colossale qui pourrait culminer à 60 milliards d'euros fin 2022. Une situation due à l'écroulement de la production, aggravée par la décision du gouvernement de faire vendre à EDF davantage d'électricité à prix cassé à ses concurrents pour protéger la facture des ménages.

Dans ce contexte, il aura fort à faire pour rassurer salariés et syndicats. "On a de grosses craintes", a indiqué Amélie Henri, chez CFE-Énergie, qui redoute une "vente à la découpe des différentes activités d'EDF" et la fin du "modèle intégré de l'entreprise", après la renationalisation.

Sa feuille de route est attendue avec impatience.


Une Brésilienne à Paris pour la Fashion Week se fait voler 3 millions d'euros de bijoux

La victime, une cheffe d'entreprise brésilienne, a déposé plainte au commissariat du XVIe arrondissement de Paris, évaluant les biens volés à 3 millions d'euros, selon la source policière. (Photo, AFP)
La victime, une cheffe d'entreprise brésilienne, a déposé plainte au commissariat du XVIe arrondissement de Paris, évaluant les biens volés à 3 millions d'euros, selon la source policière. (Photo, AFP)
Short Url
  • Deux hommes arrivent en scooter, cassent la vitre arrière du VTC et volent un bagage à main et une valise Louis Vuitton, sans faire de blessé
  • «On en est au tout début de l'enquête», a relevé la source proche de l'enquête. Les enquêteurs cherchent notamment à savoir si la victime était ciblée ou s'il s'agit d'un vol d'opportunité

BOBIGNY: Une Brésilienne s'est fait dérober des bijoux qu'elle estime à 3 millions d'euros alors qu'elle se rendait à la Fashion Week de Paris mardi, a appris l'AFP jeudi de sources policière et proche de l'enquête, confirmant une information du Parisien. 

La victime, une cheffe d'entreprise brésilienne, a déposé plainte au commissariat du XVIe arrondissement de Paris, évaluant les biens volés à 3 millions d'euros, selon la source policière. 

"Le montant du préjudice n'est pas connu actuellement", a nuancé le parquet de Bobigny. 

Mardi, la cheffe d'entreprise atterrit à l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle et se rend en VTC (voiture de transport avec chauffeur) à la Fashion Week parisienne qui a débuté la veille. 

Au niveau de l'intersection A1/périphérique extérieur, sur la commune de Saint-Denis, au nord de Paris, le véhicule se retrouve coincé dans les bouchons, relate la source proche de l'enquête. 

Deux hommes arrivent alors en scooter, cassent la vitre arrière du VTC et volent un bagage à main et une valise Louis Vuitton, sans faire de blessé, poursuit la source policière. 

Les suspects sont en fuite. 

"On en est au tout début de l'enquête", a relevé la source proche de l'enquête. Les enquêteurs cherchent notamment à savoir si la victime était ciblée ou s'il s'agit d'un vol d'opportunité. 

L'enquête a été ouverte pour "vol avec violences en réunion" et confiée à la Brigade de répression du banditisme, a indiqué le parquet de Bobigny. 


Foot: Mbappé «plus cadenassé» au PSG qu'en Bleu, reconnaît Galtier

L'attaquant français Kylian Mbappe après le match de football de l'UEFA Nations League entre le Danemark et la France à Copenhague le 25 septembre 2022. (Photo, AFP)
L'attaquant français Kylian Mbappe après le match de football de l'UEFA Nations League entre le Danemark et la France à Copenhague le 25 septembre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • La superstar parisienne avait déclenché un début de controverse la semaine dernière après la victoire de l'équipe de France contre l'Autriche (2-0), expliquant pouvoir «se balader» davantage sur le front de l'attaque française
  • Pour Galtier, le fait que le PSG n'ait pas pu recruter au mercato d'avant-centre puissant capable de jouer en pointe contraint Mbappé à adapter son jeu aux caractéristiques de Neymar et de Lionel Messi

PARIS : Kylian Mbappé, qui s'était plaint d'avoir "beaucoup plus de liberté" offensive chez les Bleus qu'au PSG, est "plus cadenassé" au sein de l'attaque parisienne, a reconnu jeudi son entraîneur Christophe Galtier, plaidant une toute autre "configuration" à Paris et des "profils" de joueurs différents.

La superstar parisienne avait déclenché un début de controverse la semaine dernière après la victoire de l'équipe de France contre l'Autriche (2-0), expliquant pouvoir "se balader" davantage sur le front de l'attaque française alors que le PSG le cantonne selon lui à un rôle de "pivot", remisant les ballons pour les autres attaquants.

"Son analyse est juste, il n'est pas dans la même configuration chez nous qu'en équipe nationale", a admis Galtier jeudi en conférence de presse.

"Il est sûrement beaucoup plus cadenassé devant chez nous, vu les profils que nous avons à disposition, mais je ne pense pas qu'il ait moins de liberté", a-t-il ajouté.

Pour Galtier, le fait que le PSG n'ait pas pu recruter au mercato d'avant-centre puissant capable de jouer en pointe contraint Mbappé à adapter son jeu aux caractéristiques de Neymar et de Lionel Messi, ses partenaires du trio d'attaque "MNM".

"Ce sont des discussions que nous avons eues durant la préparation et avant de démarrer la saison avec (le conseiller sportif) Luis Campos et le président (Nasser Al-Khelaïfi) sur la structure de notre secteur offensif", a commenté le technicien.

"On était convaincu qu'il nous fallait un quatrième joueur avec un profil différent, pour avoir différentes solutions et possibilités. Ce joueur n'est pas venu, c'est dommage mais c'est comme ça. Mbappé a ce joueur de référence en équipe de France avec Olivier Giroud. Nous n'avons pas la même animation mais nous avons d'autres profils", a-t-il insisté.

Le trio "MNM" semble avoir trouvé la bonne carburation cette saison en Ligue 1 avec déjà huit buts pour Neymar, sept pour Mbappé et quatre pour Messi avant la 9e journée ce week-end, où le PSG reçoit Nice samedi soir au Parc des princes (21h00).