Boeing, accusé d'avoir trompé les investisseurs sur la sécurité du 737 MAX, paie 200 millions

«Après le premier crash, Boeing et Muilenburg savaient que le MCAS posait un problème de sécurité, mais ont néanmoins assuré au public que le 737 MAX était "aussi sûr que tout avion ayant jamais volé dans le ciel"», remarque la SEC dans un communiqué (Photo, AFP).
«Après le premier crash, Boeing et Muilenburg savaient que le MCAS posait un problème de sécurité, mais ont néanmoins assuré au public que le 737 MAX était "aussi sûr que tout avion ayant jamais volé dans le ciel"», remarque la SEC dans un communiqué (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 23 septembre 2022

Boeing, accusé d'avoir trompé les investisseurs sur la sécurité du 737 MAX, paie 200 millions

  • Boeing avait déjà reconnu en janvier 2021 que deux de ses employés avaient induit en erreur un groupe de l'autorité américaine de l'aviation
  • L'ancien directeur général de l'entreprise, Dennis Muilenburg, a pour sa part accepté de payer un million de dollars de pénalités

NEW YORK: Accusé par le gendarme américain des marchés financiers (SEC) d'avoir émis publiquement plusieurs messages affirmant, après deux accidents aériens mortels, que le 737 MAX ne présentait pas de risque, Boeing a accepté jeudi de verser 200 millions de dollars.

Responsable à l'époque de ces messages, l'ancien directeur général de l'entreprise, Dennis Muilenburg, a pour sa part accepté de payer un million de dollars de pénalités.

C'est principalement un problème sur un logiciel de vol, le MCAS, qui a conduit un 737 MAX de Lion Air en octobre 2018 puis un appareil similaire d'Ethiopian Airlines en mars 2019 à piquer du nez sans que les pilotes ne parviennent à les redresser. Les crash ont fait 346 morts et entraîné l'immobilisation du 737 MAX pendant vingt mois.

"Après le premier crash, Boeing et Muilenburg savaient que le MCAS posait un problème de sécurité, mais ont néanmoins assuré au public que le 737 MAX était 'aussi sûr que tout avion ayant jamais volé dans le ciel'", remarque la SEC dans un communiqué.

"Plus tard, à la suite du deuxième accident, Boeing et Muilenburg ont assuré au public qu'il n'y avait eu aucun dérapage ni aucune lacune dans le processus de certification du MCAS, bien qu'ils aient eu connaissance d'informations contraires", ajoute l'agence.

Boeing avait déjà reconnu en janvier 2021 que deux de ses employés avaient induit en erreur un groupe de l'autorité américaine de l'aviation en charge de préparer la formation des pilotes au logiciel MCAS.

Le géant de l'aéronautique avait alors accepté de verser plus de 2,5 milliards de dollars pour solder certaines poursuites - dont une amende pénale de 243,6 millions, 1,77 milliard d'indemnités aux compagnies aériennes ayant commandé le 737 MAX et 500 millions pour un fond destiné à indemniser les proches des victimes.

Obligation élémentaire

La SEC a estimé de son côté que Boeing et M. Muilenburg avaient enfreint les lois boursières en induisant en erreur les investisseurs.

S'ils ont accepté de verser une pénalité, le groupe comme l'ex-responsable n'admettent ni ne démentent les conclusions de l'agence, précise le communiqué.

"En temps de crise et de tragédie, il est particulièrement important que les entreprises cotées en Bourse et leurs dirigeants fournissent des informations complètes, justes et véridiques aux marchés. La société Boeing et son ancien patron, Dennis Muilenburg, ont manqué à cette obligation la plus élémentaire", a commenté le président de la SEC, Gary Gensler, dans le communiqué.

La SEC reproche notamment à Boeing d'avoir diffusé un mois après l'accident de Lion Air un communiqué, annoté et approuvé par M. Muilenburg, ne mettant en avant que certains passages d'un rapport des autorités indonésiennes suggérant que le pilote et une mauvaise maintenance étaient à blâmer.

Le document omettait par ailleurs de mentionner une évaluation faite en interne estimant que le MCAS posait bien "un problème de sécurité aérien" et que Boeing avait déjà commencé à travailler sur des modifications pour y remédier.

Six semaines après le crash de l'avion d'Ethiopian Airlines, M. Muilenburg a par ailleurs affirmé à des analystes et des journalistes qu'il n'y avait eu aucune surprise dans le processus de certification du MCAS et que Boeing avait bien vérifié avoir suivi toutes les étapes réglementaires.

Des documents ont, plus tard, montré que Boeing avait déjà identifié des problèmes dans le processus.

L'accord passé avec la SEC "fait partie des efforts plus larges de l'entreprise visant à résoudre de manière responsable les questions juridiques en suspens liées aux accidents du 737 MAX d'une manière qui serve au mieux les intérêts de nos actionnaires, employés et autres parties prenantes", a indiqué un porte-parole de Boeing.

Le groupe a, depuis 2019, "fait de grands et profonds changements" afin de "solidifier les processus de sécurité et la supervision des questions de sécurité", a-t-il ajouté.


Energie: risque « imminent» pour la survie de « milliers» d'entreprises

"Chaque Mégawattheure (d'électricité) et chaque milliard de mètres cubes (de gaz) comptera cet hiver". (Photo, AFP)
"Chaque Mégawattheure (d'électricité) et chaque milliard de mètres cubes (de gaz) comptera cet hiver". (Photo, AFP)
Short Url
  • L'exécutif européen et les Vingt-Sept peinent jusqu'à présent à esquisser des solutions, tant les mix énergétiques et les intérêts des différents pays sont divergents
  • Quelque « 70% de la production européenne d'engrais a été arrêtée ou ralentie, tandis que 50% de la capacité totale de production d'aluminium a été perdue. Il existe un réel danger que les entreprises»

BRUXELLES : Les prix élevés du gaz et de l'électricité font peser un "risque imminent" de "pertes de production" et "d'arrêts de milliers d'entreprises européennes", a averti jeudi BusinessEurope, une organisation représentant le patronat européen.

Dans une lettre adressée à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, l'association patronale réclame notamment un assouplissement du cadre des aides d'Etat aux entreprises en difficulté, un découplage d'urgence des prix de l'électricité de ceux du gaz ainsi que la mobilisation de tous les moyens de production d'électricité disponibles.

"Il est urgent de trouver des moyens au niveau de l'UE d'atténuer l'impact des prix de l'énergie qui paralysent les entreprises européennes, c'est une question de survie", affirme le lobby des entreprises qui regroupe des organisations comme le Medef en France ou le BDA en Allemagne, à la veille d'une réunion des Etats membres à Bruxelles sur la crise énergétique.

L'exécutif européen et les Vingt-Sept peinent jusqu'à présent à esquisser des solutions, tant les mix énergétiques et les intérêts des différents pays sont divergents.

Quelque "70% de la production européenne d'engrais a été arrêtée ou ralentie, tandis que 50% de la capacité totale de production d'aluminium a été perdue. Il existe un réel danger que les entreprises, et en particulier les industries à forte intensité énergétique, se délocalisent définitivement en dehors de l'Europe", s'inquiète BusinessEurope.

"Pour éviter de nouvelles pertes de production, le cadre communautaire des aides d'État doit être encore ajusté afin de permettre temporairement aux États membres d'accorder les aides dont les entreprises touchées ont tant besoin", a-t-elle réclamé.

"Les décideurs politiques devraient envisager d'urgence une mesure temporaire à l'échelle de l'UE pour découpler les prix de l'électricité des prix du gaz. Si elle est bien conçue (...), cette mesure pourrait effectivement faire baisser les factures d'énergie", assure le lobby patronal.

"Chaque Mégawattheure (d'électricité) et chaque milliard de mètres cubes (de gaz) comptera cet hiver. Il est possible et nécessaire de faire davantage pour accroître l'offre d'énergie en Europe. Il est extrêmement important d'intensifier encore l'action extérieure auprès des fournisseurs et de déployer au plus vite des capacités supplémentaires en matière d'énergies renouvelables, d'énergie nucléaire, d'énergie à faible émission de carbone et de gaz naturel en Europe", estime encore BusinessEurope.

"De nombreuses entreprises étant au bord de l'effondrement, il convient d'envisager toutes les options pour faciliter la production d'énergie, y compris des adaptations législatives temporaires ou des moratoires", demande l'organisation, au moment où des réacteurs nucléaires sont mis à l'arrêt en Belgique et en Allemagne.


H&M, plombé par son désengagement de Russie, lance un plan d'économies

Des personnes font leurs courses dans un magasin de vêtements H&M, au centre commercial Metropolis à Moscou, le 3 août 2022. (Photo, AFP)
Des personnes font leurs courses dans un magasin de vêtements H&M, au centre commercial Metropolis à Moscou, le 3 août 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le numéro 2 mondial du secteur a annoncé un nouveau plan visant à des économies annuelles de 2 milliards de couronnes, dont les effets doivent être visibles à partir du deuxième semestre 2023
  • H&M va fermer ses trois magasins au Bélarus

STOCKHOLM: Le géant suédois de l'habillement H&M a enregistré jeudi une chute de 89% de son bénéfice net au troisième trimestre, plombé par une provision liée à son désengagement progressif de Russie après l'invasion de l'Ukraine. 

Le numéro 2 mondial du secteur a également annoncé un nouveau plan visant à des économies annuelles de 2 milliards de couronnes, dont les effets doivent être visibles à partir du deuxième semestre 2023. 

Pour son troisième trimestre décalé (juin-août), le bénéfice net de H&M a été divisé par neuf à 531 millions de couronnes (environ 49 millions d'euros) au troisième trimestre, nettement sous les attentes des analystes sondés par Bloomberg et Factset. 

"Le troisième trimestre a largement été affecté par notre décision de mettre en pause nos activités en Russie puis de nous y désengager", a commenté la PDG Helena Helmersson dans le rapport financier du groupe. 

"Cela a eu un effet significatif sur nos ventes et notre rentabilité, ce qui explique la moitié de la baisse des bénéfices", a-t-elle ajouté. 

Le chiffre d'affaires d'H&M a lui atteint 57,5 milliards de couronnes soit une hausse de 3%, correspondant aux attentes des analystes, selon Factset. 

Vers 11H00 (09H00 GMT), l'action d'H&M perdait près de 3% à la bourse de Stockholm, à environ 103 couronnes. 

Le géant suédois n'a pas détaillé les mesures de son plan d'économies qui inclura des "réductions de coût et des améliorations de l'efficacité". 

Après avoir mis à l'arrêt l'ensemble de ses ventes en Russie en mars après l'invasion de l'Ukraine par Moscou, le groupe avait annoncé en juillet se désengager de Russie, pour un coût de 2,1 milliards de couronnes. 

Le montant s'est avéré plus élevé que prévu à cause de la baisse de la valeur de la couronne suédoise sur le marché des changes, explique le groupe. 

Sixième plus gros marché du groupe à la fin 2021, la Russie représentait plus de 2 milliards de couronnes de chiffre d'affaires au quatrième trimestre dernier. 

A ce jour, le groupe compte "un peu plus de 30" magasins définitivement fermés sur les 172 enseignes de H&M en Russie. 

H&M va également fermer ses trois magasins au Bélarus. 

Le groupe comptait un total de 4.664 enseignes dans le monde à la fin du mois d'août. 

Cette année, H&M prévoit désormais 165 fermetures nettes hors Russie, Bélarus et Ukraine, contre 178 jusqu'ici. 

Le groupe va ouvrir 89 nouveaux magasins, essentiellement dans les marchés en croissance, et en fermer environ 254, précise-t-il. 


Renault précisera début novembre les contours de ses futures entités thermique et électrique

Le logo du groupe Renault devant l'usine automobile de Moscou le 26 avril 2022. (Photo, AFP)
Le logo du groupe Renault devant l'usine automobile de Moscou le 26 avril 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le constructeur a enregistré un bon premier semestre, poussé par Dacia et avec des prix en hausse, en pleine pénurie de puces électroniques
  • Mais sa santé financière reste fragile: ses comptes ont été plombés par son retrait de Russie et il doit, comme tous les constructeurs, financer une coûteuse transition vers l'électrique

PARIS : Renault a indiqué jeudi qu'il présenterait le 8 novembre une "mise à jour" sur sa stratégie, qui prévoit une scission de ses activités thermiques et électriques.

Au cours d'un "Capital Market Day" à Paris, à savoir une journée dédiée aux investisseurs, son directeur général Luca de Meo et son directeur financier Thierry Piéton présenteront "une mise à jour de la stratégie du groupe et des objectifs financiers moyen-terme du plan Renaulution", a indiqué le groupe dans un communiqué.

Le constructeur a enregistré un bon premier semestre, poussé par Dacia et avec des prix en hausse, en pleine pénurie de puces électroniques.

Mais sa santé financière reste fragile: ses comptes ont été plombés par son retrait de Russie et il doit, comme tous les constructeurs, financer une coûteuse transition vers l'électrique.

Le groupe automobile chinois Geely et le géant pétrolier saoudien Aramco sont sur les rangs pour entrer au capital d'une société, baptisée "Horse", qui inclura les activités de moteurs thermiques et hybrides (essence-électricité) de Renault, selon des informations de presse.

Le groupe français resterait actionnaire "de référence", mais minoritaire de son activité historique.

Il contrôlerait en revanche l'entité, dénommée "Ampère", chapeautant la production de véhicules à propulsion électrique, promise à un fort développement en Europe, les 27 Etats membres de l'UE ayant approuvé fin juin l'interdiction des voitures neuves à moteur thermique en 2035 au nom de la lutte contre le réchauffement climatique.

Après plusieurs vagues de suppressions de postes, cette séparation des activités inquiète les organisations syndicales. La CGT s'est notamment opposée début septembre au "démantèlement de l'entreprise", demandant que Renault reste "une entreprise cohérente qui détient l'ensemble des métiers d'un constructeur automobile".

D'autres constructeurs comme Ford ont entrepris de telles manœuvres stratégiques, alors que la transition vers l'électrique nécessite de très importants investissements et que la valorisation des groupes automobiles traditionnels fait pâle figure face à celle de nouveaux entrants spécialisés dans les automobiles zéro émission, comme l'américain Tesla.