Le prix du lait va continuer d'augmenter à cause de la sécheresse

Lorsque dans les prairies, l'herbe n'est plus verte, trois options se présentent aux éleveurs: puiser dans leurs stocks de fourrage prévus pour l'hiver, acheter de l'alimentation animale, ou vendre une partie du cheptel pour réduire leurs charges. (AFP).
Lorsque dans les prairies, l'herbe n'est plus verte, trois options se présentent aux éleveurs: puiser dans leurs stocks de fourrage prévus pour l'hiver, acheter de l'alimentation animale, ou vendre une partie du cheptel pour réduire leurs charges. (AFP).
Short Url
Publié le Mardi 09 août 2022

Le prix du lait va continuer d'augmenter à cause de la sécheresse

  • En un an, une succession de chocs a nourri l'inflation sur les produits alimentaires, entre la rapide reprise post-Covid et la guerre en Ukraine
  • Pour les produits laitiers, le prix des yaourts a augmenté de 4,5% entre juin 2021 et juin 2022, le lait demi-écrémé en brique ou en bouteille de 4,5%, le beurre de 9,8% et le fromage de 5,2%

PARIS : Déjà à un niveau très élevé, le prix du lait va encore augmenter à cause de la sécheresse historique en cours en France, car les éleveurs n'ont plus assez d'herbe pour nourrir leurs vaches, avec des conséquences en cascade sur l'ensemble des produits laitiers.

"Les augmentations de prix, qui existent depuis plusieurs mois, vont perdurer sur les produits laitiers", dit Benoît Rouyer, directeur économique du Centre National Interprofessionnel de l’Économie Laitière (Cniel).

En un an, une succession de chocs a nourri l'inflation sur les produits alimentaires, entre la rapide reprise post-Covid et la guerre en Ukraine. Pour les produits laitiers, le prix des yaourts a augmenté de 4,5% entre juin 2021 et juin 2022, le lait demi-écrémé en brique ou en bouteille de 4,5%, le beurre de 9,8% et le fromage de 5,2%.

"Mauvaise nouvelle pour le consommateur, on ne voit pas l'inflation baisser sur les produits laitiers dans les semaines à venir", poursuit l'économiste.

Le réchauffement climatique a lui aussi eu un impact très concret.

Il y a d'abord eu un mois de mai anormalement chaud et sec, puis trois épisodes de canicule en juin, en juillet et début août. La sécheresse est "la plus marquée des 70 dernières années", relève Christian Huyghe, directeur scientifique Agriculture de l'Inrae.

Résultat, la production d'herbe a baissé de 21% au 20 juillet par rapport à la normale, à une période où les vaches laitière se nourrissent en grande partie au pâturage, selon les données d'Agreste, le service statistique du ministère de l'Agriculture.

Lorsque dans les prairies, l'herbe n'est plus verte, trois options se présentent aux éleveurs: puiser dans leurs stocks de fourrage prévus pour l'hiver, acheter de l'alimentation animale, ou vendre une partie du cheptel pour réduire leurs charges.

Les prix des aliments pour les vaches laitières ayant augmenté de 25,9% en mai par rapport à mai 2021 selon Agreste, de nombreux éleveurs s'accordent à dire que le plus rentable reste de se séparer d'une partie de ses animaux.

Un euro la brique?

Il y aura encore du lait dans les rayons, mais un "manque de lait" pourra se faire sentir, estime Benoît Rouyer.

"Globalement, un manque de lait va induire une diminution des possibilités de produire du beurre, de la crème, des briques de lait, des fromages... Et quand vous avez un manque de produit, qu'importe la filière, il y a un impact sur le prix", explique-t-il.

Avec une subtilité: dans le système agroalimentaire actuel, des négociations commerciales sur les prix alimentaires ont lieu une fois par an et les prix auxquels les distributeurs (hyper et supermarchés...) achètent le lait aux producteurs ne montent pas automatiquement au rythme des hausses des coûts de production subies par les éleveurs.

Les négociations ont été rouvertes au printemps, et la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) demande que le litre de lait vendu dans les rayons de supermarchés approche l'euro d'ici la rentrée "contre 78 centimes en hard-discount", selon les observations que leur réseau a menées cet été.

En 2021, les prix du lait de vache payés aux producteurs s’élevaient à environ 390 euros les 1.000 litres en moyenne, en hausse de 4,3% par rapport à 2020. Si le prix est monté à 427 euros en mai 2022, les syndicats clament que ce nouveau prix ne couvre toujours par leurs coûts de production et demandent de nouvelles hausse.

En comparaison, "en Allemagne, la tonne de lait coûte 480 euros, en Belgique c'est environ 500 euros et aux Pays-Bas on monte à 540 euros les mille litres", explique Thierry Roquefeuil, président de la FNPL.

Si la France n'atteint pas les niveaux de ses voisins européens sur le prix du lait, la fédération menace de passer à "un syndicalisme de destruction" à la rentrée, prévient-il.


Le baptême de l'air du premier avion de ligne électrique

Vol inaugural, aux Etats-Unis, de l'Alice, un avion 100% électrique (Photo, Eviation Aircraft).
Vol inaugural, aux Etats-Unis, de l'Alice, un avion 100% électrique (Photo, Eviation Aircraft).
Short Url
  • Le vol inaugural d'Alice est une première pour un avion de ligne alimenté exclusivement en énergie électrique
  • L'aéronef est parvenu à voler à une vitesse de pointe de 275 km/h le 27 septembre 2022 durant 8 minutes à 3 500 pieds au-dessus du sol

PARIS: Le vol inaugural d'Alice de l’aviateur Eviation Aircraft est une première pour un avion de ligne alimenté exclusivement en énergie électrique. Un vol zéro-émission carbone séduisant, plusieurs compagnies aériennes grâce à ses 3 600 kg de batteries embarquées lui procurant une autonomie suffisante pour transporter des passagers sur de courtes distances.

L'aéronef présenté au public pour la première fois à Paris, lors du salon du Bourget en 2019, est parvenu à voler le 27 septembre 2022 durant 8 minutes à 3 500 pieds au-dessus du sol.

Alice a décollé à 7 h 10 de Grant County aux Etats-Unis et s’est envolé à une altitude estimée à un peu plus d’un kilomètre. Un vol pionnier faisant la démonstration de l’efficience, certes relatives, mais sans nul doute encourageante, des technologies mises en place par l’avionneur. Sans hydrocarbure, Eviation Aircraft réussit la prouesse de faire voler à une vitesse de pointe de 275 km/h un avion de ligne pesant plus de six tonnes au décollage. 

Le pilote d'essai Steve Crane a piloté l'avion, propulsé par deux moteurs électriques de 640, conçu pour accueillir du fret ou neuf passagers et deux membres d'équipage.

Le premier décollage de l’Alice a eu lieu à l'aéroport international du comté de Grant à Moses Lake, dans un paysage désertique près de Washington; une infrastructure privilégiée par les vols inauguraux des startups de l’aéronautique.

ds
Quelques heures avant le vol inaugural, aux Etats-Unis, de l'Alice, un avion 100% électrique (Photo, Eviation Aircraft).

137 exemplaires et plusieurs commandes

Cape Air, une compagnie aérienne régionale desservant le nord-est des États-Unis et les Caraïbes, est le premier acheteur de l'Alice. En Europe, le géant allemand Deutsche Post DHL a annoncé, en août 2021, avoir commandé douze avions pour le transport de fret aérien, à livrer en 2024. 

Sur un total de 75 appareils commandés, 50 Eviation Alice seront fournis à Global Crossing Airlines, une compagnie américaine de charter fret et passagers.

Le constructeur entend cibler, dans un premier temps, les vols régionaux, mais également les vols dits d’affaires parcourant de courtes distances; une part conséquente de ces derniers concernent des déplacements de loisirs et parcourent moins de 500 km en Europe selon l’organisation non gouvernementale Transport  & Environnement.

ds
Quelques heures avant le vol inaugural, aux Etats-Unis, de l'Alice, un avion 100% électrique (Photo, Eviation Aircraft).

Sur le segment de l’aéronautique 100% électrique, plusieurs projets sont en cours: Airflow, une startup dont le siège est basé à San Francisco compte parmi ses équipes dirigeantes d’anciens chefs de projets du taxi aérien d’Aibus Vahana, ainsi que Wright Electric une jeune pousse newyorkaise qui entend commercialiser au terme de la décennie un mastodonte des cieux, zéro émission carbone, rivalisant avec les avions de lignes actuels capables de transporter plus de 100 passagers.


La Société nationale saoudienne de logement signe pour 542 millions d’euros d’accords

La Société nationale saoudienne de logement investit dans les secteurs immobilier, résidentiel et commercial (Photo, Shutterstock).
La Société nationale saoudienne de logement investit dans les secteurs immobilier, résidentiel et commercial (Photo, Shutterstock).
Short Url
  • La Société nationale saoudienne de logement a signé neuf accords d'un montant total de 542 millions d’euros
  • Les travaux de la Société s'inscrivent dans le cadre de l'objectif de la Vision 2030, qui vise à porter à 70% le taux de propriété résidentielle des familles saoudiennes

RIYAD: La Société nationale saoudienne de logement a signé neuf accords d'un montant total de 542 millions d’euros avec plusieurs partenaires stratégiques nationaux en marge de l'exposition de projets de villes distinguées à Riyadh, a rapporté l'agence de presse saoudienne.

Les accords avec les partenaires nationaux visent à fournir des services de gestion de projets, de supervision d'ingénierie, de mise en œuvre des travaux de conception, de construction d'unités de logement et d'évaluation.

En outre, les accords facilitent la gestion de l'environnement d'impression et la maîtrise de la consommation, ainsi que la qualité des infrastructures, l'amélioration de la durabilité opérationnelle et le développement de projets.

Au début du mois, la Société nationale saoudienne de logement a signé un accord pour financer et développer un portefeuille de projets d'une valeur de plus de 10,8 milliards d’euros, qui aboutira à la construction de plus de 150 000 unités de logement dans 11 villes d'Arabie saoudite.

Fondée en 2016, la Société nationale saoudienne de logement est le bras d'investissement des initiatives et des programmes du ministère des Affaires municipales et rurales et du Logement dans les secteurs immobilier, résidentiel et commercial.

Elle vise également à augmenter l'offre immobilière avec une gamme d'options de logement, conformément à l'objectif de la Vision 2030 de porter à 70% le taux de propriété résidentielle des familles saoudiennes.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Nike rattrapé par les aléas logistiques qui gonflent ses stocks

La marge brute du groupe pâtit notamment de dépenses de fret et logistiques élevées (Photo, AFP).
La marge brute du groupe pâtit notamment de dépenses de fret et logistiques élevées (Photo, AFP).
Short Url
  • Dans un marché très nerveux, l'action du groupe a lâché plus de 10% après la publication de ses résultats trimestriels jeudi soir
  • Le chiffre d'affaires de Nike est pourtant reparti à la hausse, augmentant de 4% de juin à août

NEW YORK: La demande pour les chaussures et vêtements de sport de Nike, les baskets Jordan et les Converse, reste solide, mais les profits de la maison mère sont érodés par les grosses remises destinées à écouler ses stocks, gonflés par des aléas logistiques, et la hausse du dollar.

Dans un marché très nerveux, l'action du groupe a lâché plus de 10% après la publication de ses résultats trimestriels jeudi soir.

Le chiffre d'affaires de Nike est pourtant reparti à la hausse, augmentant de 4% de juin à août, période correspondant à son premier trimestre comptable, pour atteindre 12,7 milliards de dollars.

Il a augmenté dans toutes les régions, sauf dans la zone regroupant la Chine continentale/Hong Kong/Macao/Taïwan, soumis à des confinements stricts à cause de la Covid-19 pendant la période.

Si les effets de change n'étaient pas pris en compte, les ventes totales seraient en hausse de 10%.

Mais le bénéfice net du groupe a, de son côté, reculé de 22% à 1,5 milliard de dollars.

La marge brute du groupe pâtit notamment de dépenses de fret et logistiques élevées, a expliqué Nike.

L'entreprise a parallèlement dû proposer de grosses réductions sur les prix de certains produits qu'elle vend directement dans ses magasins ou en ligne.

Pas de ralentissement de la demande

Nike a en effet vu ses inventaires bondir au total de 44% par rapport à la même période en 2021, en raison surtout d'un important nombre de cargaisons actuellement en transit, a expliqué le directeur financier Matt Friend lors d'une conférence téléphonique.

L'an dernier à la même époque, plusieurs usines au Vietnam et en Indonésie avaient dû fermer à cause de pics de Covid, y suspendant la production et donc les exportations. De nombreux distributeurs ont aussi décidé cette année de passer plus tôt qu'habituellement les commandes pour les fêtes de fin d'année tandis que les temps de livraison sont plus imprévisibles.

Or le groupe veut s'assurer d'avoir dans les rayons les dernières nouveautés et procède pour se faire à de grosses démarques pour écouler les stocks en place. Une stratégie accentuée par la nécessité de s'aligner avec les promotions effectuées actuellement par d'autres grands groupes vendant des vêtements.

Autre source de pression: la forte montée du dollar ces derniers mois, qui abaisse la valeur des ventes effectuées dans d'autres monnaies.

Le groupe s'attend à ce que, sur l'ensemble de l'année, les effets de taux de change affectent son chiffre d'affaires à hauteur de 4 milliards de dollars.

Évoquant les mois à venir, "nous n'avons pas encore vu de ralentissement de la demande", a répété le directeur général, John Donahoe, lors de la conférence téléphonique.

"Ceci dit, nous n'avons pas de boule de cristal sur les facteurs externes, qu'il s'agisse du marché des devises, de l'inflation ou de l'impact des prix de l'énergie sur les dépenses de consommateurs", a-t-il ajouté.

Pour Neil Saunders, spécialiste du secteur de la distribution pour GlobalData, "bien qu'elle ne soit pas à l'abri des défis économiques, l'entreprise prouve qu'elle peut gérer avec succès les changements de la demande". "Cependant, le prix de son agilité se fait au détriment du profit", ajoute-t-il dans une note.

Le groupe va continuer à faire face dans les prochains mois aux éléments pesants sur ses marges. La question désormais est de savoir si les consommateurs vont maintenir leurs dépenses, en particulier en Amérique du Nord, estime M. Saunders.