Nucléaire: l'Iran exhorte l'AIEA à régler la question des sites non déclarés

Le chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique, Rafael Grossi, a déclaré en juin qu'il ne restait que trois à quatre semaines pour rétablir au moins une partie de la surveillance qui avait été abandonnée auparavant. (Reuters).
Le chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique, Rafael Grossi, a déclaré en juin qu'il ne restait que trois à quatre semaines pour rétablir au moins une partie de la surveillance qui avait été abandonnée auparavant. (Reuters).
Short Url
Publié le Lundi 08 août 2022

Nucléaire: l'Iran exhorte l'AIEA à régler la question des sites non déclarés

  • Dans le cadre des discussions ayant repris jeudi, Téhéran exige que l'AIEA achève son enquête concernant des traces d'uranium enrichi retrouvées sur trois sites non déclarés
  • Le Conseil des gouverneurs de l'AIEA avait exhorté en juin l'Iran à «coopérer» avec l'agence onusienne

TEHERAN : L'Iran a exhorté dimanche l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) à régler "complètement" la question des sites non déclarés, une demande clé de Téhéran dans les négociations en cours pour relancer l'accord international de 2015 sur le nucléaire.

Les pourparlers ont repris jeudi à Vienne, après cinq mois de blocage, pour tenter de régler les derniers points d'achoppement entre Téhéran et Washington afin de sauver le pacte de 2015.

Ce dernier a été conclu par l'Iran d'une part, les Etats-Unis, la Russie, la Chine, la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne de l'autre, pour empêcher la République islamique de se doter de l'arme atomique.

Le pacte est moribond depuis le retrait unilatéral en 2018 des Etats-Unis sous Donald Trump et le rétablissement des sanctions américaines, qui ont poussé Téhéran à s'affranchir progressivement de ses obligations dictées par l'accord.

Les Etats-Unis participent de manière indirecte avec l'Iran aux négociations de Vienne qui ont débuté en avril 2021. L'administration américaine de Joe Biden veut le réintégrer, l'Union européenne jouant l'intermédiaire.

Dans le cadre des discussions ayant repris jeudi, Téhéran exige que l'AIEA achève son enquête concernant des traces d'uranium enrichi retrouvées sur trois sites non déclarés.

"L'agence devrait complètement régler la question (...) par la voie technique, et s'éloigner des questions politiques non pertinentes et non constructives", a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian lors d'un entretien téléphonique avec le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres.

Selon un communiqué de son ministère dimanche, il a réaffirmé que son pays était "sérieux dans la recherche d'un accord solide et durable", estimant que "l'issue de l'affaire dépend de la volonté des Etats-Unis de parvenir à un accord".

Le Conseil des gouverneurs de l'AIEA avait exhorté en juin l'Iran à "coopérer" avec l'agence onusienne, qui avait déploré dans un rapport l'absence de réponses "techniquement crédibles" concernant des traces d'uranium enrichi retrouvées sur trois sites non déclarés.

Cette question empoisonne les relations entre le gendarme onusien du nucléaire et l'Iran, qui considère qu'il s'agit là d'un dossier "politique par nature et qui ne devrait pas être utilisé comme un prétexte pour punir l'Iran" à l'avenir, selon un diplomate iranien interrogé par l'agence officielle iranienne Irna.

L'Iran veut ainsi que ce dossier soit réglé dans le cadre des négociations sur la relance de l'accord de 2015.

Le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne ont exhorté vendredi l'Iran "à ne pas formuler de demandes irréalistes hors du cadre" de l'accord de 2015.

Pour les diplomates européens, cette question doit être réglée dans le cadre de discussions distinctes entre l'AIEA et l'Iran.


Ukraine: le président kazakh promet de protéger les Russes fuyant la mobilisation

Allié à la Russie et notamment membre d'une union économique et douanière, le Kazakhstan, une ex-république soviétique d'Asie centrale, cultive cependant aussi des bonnes relations avec l'Occident et la Chine. (AFP).
Allié à la Russie et notamment membre d'une union économique et douanière, le Kazakhstan, une ex-république soviétique d'Asie centrale, cultive cependant aussi des bonnes relations avec l'Occident et la Chine. (AFP).
Short Url
  • «Ces derniers jours, beaucoup de gens viennent chez nous de Russie. La plupart sont obligés de partir à cause d'une situation sans issue», a déclaré Kassym-Jomart Tokaïev
  • Le président kazakh a aussi une nouvelle fois condamné le conflit en Ukraine, et appelé au respect de l'intégrité territoriale au moment où la Russie organise de prétendus référendums dans quatre régions ukrainiennes pour les annexer

ASTANA : Le président kazakh a assuré mardi que son pays protègera les Russes qui fuient vers le Kazakhstan pour échapper à la mobilisation militaire en cours en Russie pour envoyer des renforts combattre en Ukraine.

"Ces derniers jours, beaucoup de gens viennent chez nous de Russie. La plupart sont obligés de partir à cause d'une situation sans issue", a déclaré Kassym-Jomart Tokaïev.

"Nous devons nous occuper d'eux, assurer leur sécurité", a ajouté cet allié de Moscou, mais qui a pris ses distances avec le Kremlin depuis l'offensive russe en Ukraine.

Le président kazakh a aussi une nouvelle fois condamné le conflit en Ukraine, et appelé au respect de l'intégrité territoriale au moment où la Russie organise de prétendus référendums dans quatre régions ukrainiennes pour les annexer.

"L'intégrité territoriale d'un Etat doit être inaliénable, c'est un principe clé", a-t-il rappelé.

"Dans notre voisinage immédiat une guerre d'ampleur est en cours. Nous devons nous en souvenir, en pensant avant tout à notre sécurité", a ajouté M. Tokaïev.

Allié à la Russie et notamment membre d'une union économique et douanière, le Kazakhstan, une ex-république soviétique d'Asie centrale, cultive cependant aussi des bonnes relations avec l'Occident et la Chine.

L'offensive de Moscou contre l'Ukraine a réveillé chez certains Kazakhs la crainte de devenir également la cible des ambitions russes, notamment du fait de sa longue frontière avec la Russie et de sa large minorité ethnique russe.

Dans le Caucase, à la frontière avec la Géorgie, les autorités de la région russe d'Ossétie du Nord ont admis une "situation tendue" au poste de contrôle de Verkhni Lars.

Le ministère local de l'Intérieur a annoncé l'installation "prochaine d'un commissariat militaire de mobilisation" afin de recruter les réservistes qui tentent de partir.


Le gazoduc Nord Stream 1 à son tour touché par deux fuites inexpliquées en mer Baltique

Des systèmes de tuyauterie sont vus sur le site industriel du gazoduc Nord Stream 1 pour la mer Baltique, à Lubmin, dans le nord-est de l'Allemagne, près de la frontière avec la Pologne, le 30 août 2022. (AFP)
Des systèmes de tuyauterie sont vus sur le site industriel du gazoduc Nord Stream 1 pour la mer Baltique, à Lubmin, dans le nord-est de l'Allemagne, près de la frontière avec la Pologne, le 30 août 2022. (AFP)
Short Url
  • «Les autorités ont maintenant été informées qu'il y a eu deux autres fuites dans le gazoduc Nord Stream 1, qui n'est pas non plus opérationnel, mais qui contient du gaz», a indiqué le ministre danois du Climat et de l'Energie
  • Une des fuites sur Nord Stream 1 s'est produite dans la zone économique exclusive du Danemark, l'autre dans celle de la Suède, selon les deux pays

COPENHAGUE : Le gazoduc Nord Stream 1 reliant la Russie à l'Allemagne est touché par deux fuites de gaz inexpliquées en mer Baltique, ont indiqué mardi les autorités danoises et suédoises, au lendemain de l'annonce d'une fuite dans le gazoduc parallèle Nord Stream 2.

Objets de bras de fer géopolitiques, les deux gazoducs exploités par un consortium dépendant du géant russe Gazprom ne sont pas opérationnels à cause des conséquences de la guerre en Ukraine. Mais tous les deux étaient encore remplis de gaz.

"Les autorités ont maintenant été informées qu'il y a eu deux autres fuites dans le gazoduc Nord Stream 1, qui n'est pas non plus opérationnel, mais qui contient du gaz", a indiqué le ministre danois du Climat et de l'Energie, Dan Jørgensen, dans un communiqué adressé à l'AFP.

"Il est trop tôt pour dire quelque chose sur les causes des incidents", mais le haut responsable danois a annoncé relever le niveau de vigilance du secteur de l'électricité et du gaz dans le pays nordique.

Un porte-parole de l'autorité maritime suédoise a confirmé à l'AFP la détection des deux fuites, au large de l'île danoise de Bornholm.

Une des fuites sur Nord Stream 1 s'est produite dans la zone économique exclusive du Danemark, l'autre dans celle de la Suède, selon les deux pays.

Tout comme la fuite constatée la veille sur Nord Stream 2, des mesures de sécurité ont été prises.

La navigation dans un rayon de cinq milles nautiques (environ 9 kilomètres), ainsi que leur survol dans un rayon d'un kilomètre sont interdits.

"Les incidents sur les deux pipelines n'ont aucune incidence sur l'approvisionnement du Danemark", a précisé M. Jørgensen.

Lundi soir, l'opérateur des gazoducs Nord Stream 1 et 2 avait fait état d'une baisse de pression dans le premier gazoduc, après la détection d'une fuite dans le second.


Assaut du Capitole: une figure de l'extrême droite américaine jugée pour «sédition»

Dans le dossier de l'assaut du Capitole, les procureurs l'ont retenu contre une quinzaine de personnes seulement, tous membres de deux groupes paramilitaires d'extrême droite, les Oath Keepers et les Proud Boys. (AFP).
Dans le dossier de l'assaut du Capitole, les procureurs l'ont retenu contre une quinzaine de personnes seulement, tous membres de deux groupes paramilitaires d'extrême droite, les Oath Keepers et les Proud Boys. (AFP).
Short Url
  • Connu pour son cache-œil et ses discours enflammés, cet ancien militaire comparaîtra avec quatre co-accusés pendant cinq semaines dans un tribunal fédéral situé à quelques encablures du siège du Congrès
  • Le 6 janvier 2021, ils avaient attaqué le temple de la démocratie américaine avec un millier d'autres partisans de Donald Trump, au moment où les élus certifiaient la victoire du démocrate Joe Biden à la présidentielle

WASHINGTON : Plus de 20 mois après l'assaut contre le Capitole américain, un procès très attendu ouvre mardi à Washington, où plusieurs membres de la milice d'extrême droite Oath Keepers, dont son fondateur Stewart Rhodes, devront répondre de "sédition".

Connu pour son cache-œil et ses discours enflammés, cet ancien militaire comparaîtra avec quatre co-accusés pendant cinq semaines dans un tribunal fédéral situé à quelques encablures du siège du Congrès.

Le 6 janvier 2021, ils avaient attaqué le temple de la démocratie américaine avec un millier d'autres partisans de Donald Trump, au moment où les élus certifiaient la victoire du démocrate Joe Biden à la présidentielle.

Depuis ce coup de force, plus de 870 personnes ont été arrêtées et une centaine ont écopé de peines de prison, notamment les auteurs de violences contre les policiers. Mais jamais, jusqu'ici, personne n'a eu à se défendre de "sédition".

Ce chef d'inculpation, qui émane d'une loi adoptée après la guerre de Sécession pour réprimer les derniers rebelles sudistes, "peut être difficile à prouver", explique Barbara McQuade, une ancienne procureure fédérale aujourd'hui professeure de droit à l'université du Michigan.

Passible de 20 ans de prison, il implique d'avoir planifié l'usage de la force pour renverser le gouvernement ou s'opposer à une de ses lois. Il se distingue de l'insurrection, au caractère plus spontané.

"Il y a également une connotation de déloyauté envers le pays, pas seulement contre certains acteurs gouvernementaux", relève Barbara McQuade. Pour elle, toutefois, le "mobile est clair dans ce dossier, où l'attaque visait clairement les élus au Congrès".

Ce chef d'accusation a été très peu utilisé: la dernière condamnation pour sédition a été prononcée en 1998 contre des militants islamistes responsables d'un attentat à la bombe contre le World Trade Center à New York cinq ans plus tôt.

Stock d'armes

Dans le dossier de l'assaut du Capitole, les procureurs l'ont retenu contre une quinzaine de personnes seulement, tous membres de deux groupes paramilitaires d'extrême droite, les Oath Keepers et les Proud Boys.

Stewart Rhodes et quatre responsables régionaux de sa milice -- Kelly Meggs, Thomas Caldwell, Jessica Watkins, Kenneth Harrelson -- sont les premiers à être jugés à ce titre.

Leur procès débutera par la sélection de douze jurés parmi un panel de 120 citoyens.

Selon l'acte d'inculpation, "ils ont comploté afin de s'opposer par la force au transfert légal du pouvoir présidentiel".

Concrètement, Stewart Rhodes est accusé d'avoir commencé à rallier ses troupes dès novembre 2020. "On ne va pas s'en sortir sans guerre civile", leur écrivait-il deux jours après la présidentielle sur une messagerie cryptée.

Dans les semaines suivantes, il a, selon les procureurs, dépensé des milliers de dollars pour acheter des appareils de vision nocturne, des armes et des munitions, tandis que ses complices organisaient des entraînements "au combat non conventionnel" et les transports jusqu'à Washington.

Le port d'armes étant strictement régulé dans la capitale, ils sont accusés d'avoir stocké une partie de leur arsenal en banlieue proche dans l'idée d'y avoir recours ultérieurement.

Le 6 janvier, casqués et vêtus de tenue de combat, ils avaient marché vers le Capitole. Certains avaient formé une colonne pour s'y introduire et avaient fait demi-tour après avoir reçu du gaz irritant.

Stewart Rhodes était resté un peu plus à l'écart, armé d'une radio, afin de dispenser ses ordres. Les Oath Keepers "se tenaient prêts à répondre à son appel aux armes", d'après le dossier d'accusation.

Insurrection

Ancien diplômé en droit de l'université Yale, ce quinquagénaire au parcours sinueux a fondé les Oath Keepers en 2009, en recrutant d'anciens soldats ou policiers, initialement pour lutter contre l'Etat fédéral jugé "oppressif".

Comme d'autres groupes radicaux, cette milice a été séduite par le discours anti-élites de Donald Trump et a totalement adhéré aux allégations de fraudes électorales brandie -- contre toute évidence -- par le républicain.

Lors du procès, ses avocats plaideront que Stewart Rhodes et ses acolytes ne souhaitaient pas renverser le gouvernement mais qu'ils s'attendaient à ce que le milliardaire républicain déclare l'état d'insurrection, en vertu d'une loi de 1807 qui permet aux présidents américains de mobiliser certaines forces armées dans des contextes exceptionnels.

Pour les procureurs, il s'agit uniquement de donner "un vernis légal" à leurs actions.