Amnesty dit regretter la «colère» provoquée par un rapport sur l'Ukraine

Amnesty international a dit regretter dimanche la «colère» déclenchée par un rapport de l'ONG reprochant aux forces armées ukrainiennes de mettre en danger des civils (Photo, AFP).
Amnesty international a dit regretter dimanche la «colère» déclenchée par un rapport de l'ONG reprochant aux forces armées ukrainiennes de mettre en danger des civils (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 07 août 2022

Amnesty dit regretter la «colère» provoquée par un rapport sur l'Ukraine

  • Dans son rapport publié au terme d'une enquête de quatre mois, Amnesty a accusé l'armée ukrainienne d'établir des bases militaires dans des écoles et des hôpitaux
  • «La Russie est seule responsable des violations qu'elle a commises contre les civils ukrainiens», insiste Amnesty

LONDRES: Amnesty international a dit regretter dimanche la "colère" déclenchée par un rapport de l'ONG reprochant aux forces armées ukrainiennes de mettre en danger des civils, maintenant à nouveau ses conclusions qui ont provoqué la colère de Kiev.

La publication du rapport avait en outre entraîné la démission de la responsable d'Amnesty International en Ukraine, Oksana Pokaltchouk, reprochant au rapport publié le 4 août d'avoir sans le vouloir servi "la propagande russe".

Le président Volodymyr Zelensky était allé jusqu'à accuser l'ONG de "tenter d'amnistier l'Etat terroriste" russe, en mettant "la victime et l'agresseur d'une certaine manière sur un pied d'égalité".

"Amnesty international regrette profondément le désarroi et la colère que notre communiqué de presse sur les tactiques de combat dans l'armée ukrainienne a provoqués", a déclaré dimanche l'ONG.

Elle rappelle que sa priorité "dans ce conflit comme dans tout autre, est de veiller à ce que les civils soient protégés". "C'était notre seul objectif lorsque nous avons publié ce dernier rapport de recherche", poursuit Amnesty, "si nous maintenons pleinement nos conclusions, nous regrettons la douleur causée".

Dans son rapport publié au terme d'une enquête de quatre mois, Amnesty a accusé l'armée ukrainienne d'établir des bases militaires dans des écoles et des hôpitaux et de lancer des attaques depuis des zones peuplées, une tactique qui viole selon elle le droit humanitaire international.

"Les lois de la guerre existent en partie pour protéger les civils, et c'est pour cette raison qu'Amnesty International exhorte les gouvernements à les respecter", a poursuivi l'ONG.

"Cela ne signifie pas qu'Amnesty International tient les forces ukrainiennes pour responsables des violations commises par les forces russes, ni que l'armée ukrainienne ne prend pas les précautions nécessaires ailleurs dans le pays", poursuit l'ONG, "rien de ce que nous avons documenté sur les agissements des forces ukrainiennes ne justifie en aucune façon les violations commises par les Russes".

"La Russie est seule responsable des violations qu'elle a commises contre les civils ukrainiens", insiste Amnesty, affirmant que sa priorité "sera toujours de veiller à ce que la vie et les droits fondamentaux des civils soient protégés pendant les conflits".


Mobilisation: des voisins de la Russie confrontés à un exode

Le président russe Vladimir Poutine préside une réunion sur les questions agricoles via une liaison vidéo à Sotchi le 27 septembre 2022. (AFP).
Le président russe Vladimir Poutine préside une réunion sur les questions agricoles via une liaison vidéo à Sotchi le 27 septembre 2022. (AFP).
Short Url
  • Les arrivées de Russes en Géorgie ont presque doublé, à près de 10.000 par jour, après cette annonce, a indiqué le ministère de l'Intérieur de ce pays du Caucase.
  • L'ONU a par ailleurs dit son inquiétude à propos d'informations faisant état de près de 2.400 arrestations en moins d'une semaine lors de manifestations en Russie contre la mobilisation partielle

TBILISSI: La Géorgie et le Kazakhstan, deux pays voisins de la Russie, ont confirmé mardi une forte hausse des arrivées de Russes depuis la mobilisation décrétée le 21 septembre par le président Vladimir Poutine.

Les arrivées de Russes en Géorgie ont presque doublé, à près de 10.000 par jour, après cette annonce, a indiqué le ministère de l'Intérieur de ce pays du Caucase.

"Le nombre a augmenté à quelque 10.000 par jour. Par exemple, ils étaient 11.200 dimanche et moins de 10.000 lundi", contre "5.000 à 6.000" juste avant l'annonce de la mobilisation en Russie le 21 septembre, a indiqué le ministère.

A la frontière avec la Géorgie, les autorités de la région russe d'Ossétie du Nord ont admis une "situation tendue" au poste de contrôle de Verkhni Lars.

Le ministère local de l'Intérieur a annoncé l'installation prochaine d'un "commissariat militaire de mobilisation" dans la zone frontalière afin de recruter les réservistes qui tentent de partir.


Ukraine: les « référendums » auront des «  conséquences » sur la sécurité des régions annexées, dit le Kremlin

 Un homme vote pour un référendum dans un bureau de vote à Marioupol le 27 septembre 2022. L'affiche indique "Référendum. Nous rentrons chez nous. Rejoignez-nous ! Votez !".
Un homme vote pour un référendum dans un bureau de vote à Marioupol le 27 septembre 2022. L'affiche indique "Référendum. Nous rentrons chez nous. Rejoignez-nous ! Votez !".
Short Url
  • "Dans ces territoires, il y aura des changements cardinaux du point de vue juridique, du point de vue du droit international et du fait de toutes les conséquences respectives (des mesures prises) pour assurer la sécurité"
  • Plus tôt dans la journée, l'ancien Premier ministre et président Dmitri Medvedev avait évoqué la possibilité que la Russie applique à ces territoires sa doctrine de dissuasion nucléaire

MOSCOU: Le Kremlin a affirmé que les "référendums" d'annexion qui s'achèvent mardi dans quatre zones d'Ukraine contrôlées par Moscou auraient des "conséquences" pour ces territoires, notamment sur le plan de leur sécurité avec une possible protection nucléaire.

"Dans ces territoires, il y aura des changements cardinaux du point de vue juridique, du point de vue du droit international et du fait de toutes les conséquences respectives (des mesures prises) pour assurer la sécurité", a indiqué à la presse le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

"Notre système juridique va envisager toutes les options, et, bien sûr, nos législateurs, nos organes exécutifs et nos équipes juridiques sont prêts", a-t-il ajouté.


«  Extrême droite », « post fasciste »: la difficile qualification des nouveaux populismes

Au milieu des années 1990, le patron du MSI, Gianfranco Fini, a lui-même théorisé le "post-fascisme", "c'est-à-dire des fascistes qui ont évolué", rappelle Stéphane François, à l'image des "post-communistes" italiens qui avaient pris leur distance avec Moscou. (AFP).
Au milieu des années 1990, le patron du MSI, Gianfranco Fini, a lui-même théorisé le "post-fascisme", "c'est-à-dire des fascistes qui ont évolué", rappelle Stéphane François, à l'image des "post-communistes" italiens qui avaient pris leur distance avec Moscou. (AFP).
Short Url
  • La victoire dimanche en Italie du parti de Giorgia Meloni, Fratelli d'Italia, renvoie au "post fascisme" et à "l'extrême droite"
  • "Pour l'instant, Mme Meloni est post-fasciste", soutient Stéphane François, une notion contestée par Pascal Perrineau, selon qui les évolutions doctrinales de Fratelli d'Italia "vont bien au-delà du post-fascisme"

PARIS: La victoire dimanche en Italie du parti de Giorgia Meloni, Fratelli d'Italia, renvoie au "post fascisme" et à "l'extrême droite", des qualificatifs parfois récusés par les intéressés, notamment par Marine Le Pen en France, mais globalement validés par les chercheurs qui pointent toutefois des nuances selon les formations.

« Extrême droite »

Le Rassemblement national est-il d'extrême droite? "Oui, parce qu'il y a la volonté de Marine Le Pen de changer le +socle de constitutionnalité+", notamment avec l'introduction de la "préférence nationale", estime le professeur de sciences politiques Stéphane François, de l'université de Mons (Belgique).

Le politologue Pascal Perrineau considère également que le qualificatif "a du sens" concernant le parti qui compte 89 députés en France, mais préfère lui appliquer le terme de "droite radicale" et relève qu'"en matière économique et sociale, il n'est plus situable à l'extrême de la droite".

Concernant Fratelli d'Italia, c'est "plutôt un parti d'extrême droite - avec des marqueurs comme le nativisme [qui discrimine les personnes pas nées sur le territoire national], le rejet des élites - mais qui tend à édulcorer son discours pour passer à un parti très conservateur", note Stéphane François.

Pascal Perrineau estime également que l'atlantisme affiché par la leader italienne fait qu'il est "compliqué" de la classer à l'extrême droite, a contrario de la Ligue de Matteo Salvini - membre de la coalition victorieuse en Italie et allié historique du Rassemblement national.

« Néo-fascisme » et «post-fascisme »

Quid du fascisme et de ses dérivés ? Créé à la sortie de la Seconde Guerre mondiale, le Mouvement social italien (MSI) - dont le Front national fondé par Jean-Marie Le Pen en 1972 se voulait le calque, en reprenant l'emblème de la flamme tricolore - entendait rassembler les nostalgiques de Mussolini dans un parti "néo-fasciste".

Au milieu des années 1990, le patron du MSI, Gianfranco Fini, a lui-même théorisé le "post-fascisme", "c'est-à-dire des fascistes qui ont évolué", rappelle Stéphane François, à l'image des "post-communistes" italiens qui avaient pris leur distance avec Moscou.

Giorgia Meloni, à la tête de Fratelli d'Italia, héritier direct du MSI, reconnaît encore aujourd'hui à Mussolini d'avoir "beaucoup accompli", sans l'exonérer de ses "erreurs" tout en affirmant que, dans son parti, "il n'y a pas de place pour les nostalgiques du fascisme".

"Pour l'instant, Mme Meloni est post-fasciste", soutient Stéphane François, une notion contestée par Pascal Perrineau, selon qui les évolutions doctrinales de Fratelli d'Italia "vont bien au-delà du post-fascisme".

Les deux chercheurs conviennent en outre que le qualificatif ne peut pas s'appliquer à Marine Le Pen: "ni le Front national ni le Rassemblement national ne sont dans la tradition fasciste, mais dans celles des ligues du XIXe siècle et des années 1920", résume M. François.

« (National-)populisme »

Rejet des élites et "opposition à la globalisation", qu'elle soit économique, politique - "l'Union européenne, le G7, le G20" - ou sociétale, "c'est-à-dire contre les sociétés cosmopolites": le RN, Fratelli d'Italia ou la Ligue relèvent tous d'un "national-populisme", avance Pascal Perrineau.

"Leur idéologie rompt un lien avec la démocratie représentative", abonde Stéphane François, même si les deux chercheurs notent que le "populisme" n'est pas l'apanage de l'extrême droite: "la France insoumise en France ou, au moins à un moment, Podemos en Espagne et Syriza en Grèce", relèvent également du concept.

« Identitaires »

Définis par Stéphane François comme ceux qui "mettent en avant une identité et, dans le cas de l'extrême droite, de l'identité blanche et d'une unité culturelle en Europe", les "identitaires" et leurs thèses prospèrent auprès d'Eric Zemmour en France ou de la Ligue en Italie, mais beaucoup moins chez Fratelli d'Italia ou au RN, estime le chercheur.

L'idée renvoie à la théorie constestée du "grand remplacement", c'est-à-dire la supposée substitution de la population européenne par une population immigrée, un concept que Marine Le Pen a toujours dit percevoir avec circonspection.

"Au FN comme au RN, l'idée que les colonies font partie de la France a toujours été bien plus forte que les Antillais ne sont pas de ma race+", fait valoir Stéphane François.