Ce que nous enseigne déjà la crise dans le détroit de Taïwan

La Chine envoie régulièrement des navires de guerre ou des avions de l'autre côté de la ligne médiane du détroit de Taïwan, la frontière officieuse entre les deux voisins, pendant les périodes de tension. (Photo, AFP)
La Chine envoie régulièrement des navires de guerre ou des avions de l'autre côté de la ligne médiane du détroit de Taïwan, la frontière officieuse entre les deux voisins, pendant les périodes de tension. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 07 août 2022

Ce que nous enseigne déjà la crise dans le détroit de Taïwan

La Chine envoie régulièrement des navires de guerre ou des avions de l'autre côté de la ligne médiane du détroit de Taïwan, la frontière officieuse entre les deux voisins, pendant les périodes de tension. (Photo, AFP)
  • Pékin a imposé des sanctions économiques et multiplié les efforts pour isoler Taipei du reste du monde, des initiatives qui vont chambouler définitivement le statu quo dans le détroit de Taïwan, avertissent les experts
  • Les capacités militaires de Pékin sont encore inférieures à celles de Washington. Mais l'objectif est de disposer, d'ici 2027, des moyens nécessaires pour vaincre toute résistance à une invasion de Taïwan, selon le Pentagone

PÉKIN: Les grandes manoeuvres chinoises autour de Taïwan, au cours desquelles des navires de guerre ont encerclé l'île, ont offert un avant-goût sans précédent de ce que serait une vraie campagne militaire de Pékin contre son voisin. 

Pékin a également imposé des sanctions économiques et multiplié les efforts pour isoler Taipei du reste du monde, des initiatives qui vont chambouler définitivement le statu quo dans le détroit de Taïwan, avertissent les experts. 

Voici les leçons à retenir des plus grands exercices militaires jamais organisés par la Chine autour de Taïwan, en représailles à la visite dans l'île de la présidente de la Chambre des représentants des Etats-Unis Nancy Pelosi. 

Un blocus est-il possible ? 

Pour la première fois, l'armée chinoise a mené des exercices sur le flanc est de Taïwan, une zone hautement stratégique pour l'approvisionnement de l'île, et par laquelle arriveraient d'éventuels renforts américains. 

Le signal est clair: Pékin peut désormais empêcher toute entrée ou sortie de l'île de navires et d'avions civils ou militaires. 

Depuis longtemps, les analystes prédisent une telle stratégie de la part de la Chine en cas de guerre pour conquérir Taïwan. 

« Cette crise montre que Pékin est capable de répéter - et d'intensifier - des actions similaires à volonté », explique Christopher Twomey, spécialiste de la sécurité à l'Ecole navale de Californie. 

« Mais maintenir (un blocus) serait très coûteux, tant pour la réputation de la Chine que pour les finances de son armée », nuance-t-il. 

Les difficultés économiques actuelles de la Chine rendent peu probable qu'elle prenne le risque à court terme d'une perturbation majeure dans le détroit de Taïwan, une des voies navigables les plus fréquentées au monde. 

L'armée chinoise est-elle prête ? 

La Chine a rapidement augmenté et modernisé ses forces aériennes, spatiales et maritimes dans le but de projeter sa puissance à l'échelle mondiale et de réduire l'écart avec l'armée américaine. 

Les capacités militaires de Pékin sont encore inférieures à celles de Washington. Mais l'objectif est de disposer, d'ici 2027, des moyens nécessaires pour vaincre toute résistance à une invasion de Taïwan, selon le Pentagone. 

Selon Collin Koh, expert en affaires navales à la S. Rajaratnam School of International Studies de Singapour, ces exercices ont révélé le chemin parcouru par l'armée chinoise depuis la dernière crise du détroit de Taïwan en 1995-1996. 

« Le moins que l'on puisse dire, c'est que les forces qu'ils ont déployées sur le terrain, et le fait qu'ils aient pu réussir un exercice de cette envergure, prouvent qu'ils sont beaucoup plus capables qu'ils ne l'étaient dans les années 1990 », explique M. Koh. 

Quel changement dans les relations Chine-Taïwan ? 

Les 23 millions d'habitants de Taïwan vivent depuis longtemps sous la menace d'une invasion chinoise. Mais cette menace est devenue beaucoup plus réelle sous Xi Jinping, le plus puissant dirigeant chinois en une génération. 

La Chine boycotte désormais les fruits et les poissons en provenance de Taïwan, dans le but de nuire à l'économie de l'île. Selon les analystes, cette mesure vise à éroder le soutien électoral au gouvernement pro-indépendance taïwanais. 

Pékin a sanctionné des entreprises qui soutenaient l'agence d'aide au développement du gouvernement taïwanais, afin de saper ce que l'on a appelé la « diplomatie du carnet de chèques » de Taïwan envers ses alliés. 

Mais selon les analystes, la Chine maintiendra ses actions militaires et économiques en-deçà du seuil de la guerre, afin d'éviter une confrontation directe avec les Etats-Unis. 

« Des tensions prolongées sont peu probables », affirme Bonnie Glaser, directrice du programme Asie du groupe de réflexion américain German Marshall Fund. « Mais il est certain qu'une crise majeure affecterait le transport maritime, les taux des assurances, les routes commerciales et les chaînes d'approvisionnement » mondiales. 

Une nouvelle norme pour Taïwan ? 

Taïwan devra peut-être s'habituer à ce que la Chine organise des exercices militaires similaires à l'avenir, avertit M. Koh. 

« Les exercices à proximité de l'île principale de Taïwan vont devenir la norme », prédit-il. 

« Le fait que l'Armée populaire de libération ait mené de telles manoeuvres a créé un précédent », ajoute cet analyste. Il dit même s'attendre »à ce que la barre soit placée encore plus haut à l'avenir, en échelle et en intensité ». 

La Chine envoie régulièrement des navires de guerre ou des avions de l'autre côté de la ligne médiane du détroit de Taïwan, la frontière officieuse entre les deux voisins, pendant les périodes de tension. 

Mais la visite de Mme Pelosi a donné à Pékin « l'excuse ou la justification pour dire qu'à l'avenir, elle pourra légitimement effectuer des exercices à l'est de la ligne médiane sans avoir à en rendre compte », pronostique M. Koh. 

Washington et Pékin se sont-ils mutuellement acculés ? 

La Chine a suspendu sa coopération avec les Etats-Unis dans des domaines-clé, dont le changement climatique et la défense. Washington a jugé cette initiative « irresponsable ». 

Pékin a également annoncé des sanctions contre Mme Pelosi, le troisième personnage de l'Etat américain. 

« C'est un moment dans les relations entre les Etats-Unis et la Chine où nous sommes vraiment descendus très bas », a estimé Mme Glaser lors d'une discussion organisée par le Centre d'études stratégiques et internationales. 

« J'espère que nos deux gouvernements trouveront un moyen d'avancer pour parler de leurs (...) lignes rouges, de leurs préoccupations et pour empêcher que la spirale destructrice se poursuive dans la région », a-t-elle ajouté. 

 


Mobilisation: des voisins de la Russie confrontés à un exode

Le président russe Vladimir Poutine préside une réunion sur les questions agricoles via une liaison vidéo à Sotchi le 27 septembre 2022. (AFP).
Le président russe Vladimir Poutine préside une réunion sur les questions agricoles via une liaison vidéo à Sotchi le 27 septembre 2022. (AFP).
Short Url
  • Les arrivées de Russes en Géorgie ont presque doublé, à près de 10.000 par jour, après cette annonce, a indiqué le ministère de l'Intérieur de ce pays du Caucase.
  • L'ONU a par ailleurs dit son inquiétude à propos d'informations faisant état de près de 2.400 arrestations en moins d'une semaine lors de manifestations en Russie contre la mobilisation partielle

TBILISSI: La Géorgie et le Kazakhstan, deux pays voisins de la Russie, ont confirmé mardi une forte hausse des arrivées de Russes depuis la mobilisation décrétée le 21 septembre par le président Vladimir Poutine.

Les arrivées de Russes en Géorgie ont presque doublé, à près de 10.000 par jour, après cette annonce, a indiqué le ministère de l'Intérieur de ce pays du Caucase.

"Le nombre a augmenté à quelque 10.000 par jour. Par exemple, ils étaient 11.200 dimanche et moins de 10.000 lundi", contre "5.000 à 6.000" juste avant l'annonce de la mobilisation en Russie le 21 septembre, a indiqué le ministère.

A la frontière avec la Géorgie, les autorités de la région russe d'Ossétie du Nord ont admis une "situation tendue" au poste de contrôle de Verkhni Lars.

Le ministère local de l'Intérieur a annoncé l'installation prochaine d'un "commissariat militaire de mobilisation" dans la zone frontalière afin de recruter les réservistes qui tentent de partir.


Ukraine: les « référendums » auront des «  conséquences » sur la sécurité des régions annexées, dit le Kremlin

 Un homme vote pour un référendum dans un bureau de vote à Marioupol le 27 septembre 2022. L'affiche indique "Référendum. Nous rentrons chez nous. Rejoignez-nous ! Votez !".
Un homme vote pour un référendum dans un bureau de vote à Marioupol le 27 septembre 2022. L'affiche indique "Référendum. Nous rentrons chez nous. Rejoignez-nous ! Votez !".
Short Url
  • "Dans ces territoires, il y aura des changements cardinaux du point de vue juridique, du point de vue du droit international et du fait de toutes les conséquences respectives (des mesures prises) pour assurer la sécurité"
  • Plus tôt dans la journée, l'ancien Premier ministre et président Dmitri Medvedev avait évoqué la possibilité que la Russie applique à ces territoires sa doctrine de dissuasion nucléaire

MOSCOU: Le Kremlin a affirmé que les "référendums" d'annexion qui s'achèvent mardi dans quatre zones d'Ukraine contrôlées par Moscou auraient des "conséquences" pour ces territoires, notamment sur le plan de leur sécurité avec une possible protection nucléaire.

"Dans ces territoires, il y aura des changements cardinaux du point de vue juridique, du point de vue du droit international et du fait de toutes les conséquences respectives (des mesures prises) pour assurer la sécurité", a indiqué à la presse le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

"Notre système juridique va envisager toutes les options, et, bien sûr, nos législateurs, nos organes exécutifs et nos équipes juridiques sont prêts", a-t-il ajouté.


Nucléaire : l'AIEA relève ses prévisions devant la crise de l'énergie

Rafael Grossi, directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), s'exprime lors de la conférence générale de l'AIEA au siège de l'agence à Vienne, en Autriche, le 26 septembre 2022. (AFP).
Rafael Grossi, directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), s'exprime lors de la conférence générale de l'AIEA au siège de l'agence à Vienne, en Autriche, le 26 septembre 2022. (AFP).
Short Url
  • Sous l'impact de ces deux facteurs, «les gouvernements repensent leurs portefeuilles en faveur de l'énergie nucléaire», écrit l'AIEA dans un communiqué
  • Ils espèrent ainsi sécuriser leur approvisionnement énergétique, alors que «la pandémie de covid-19, les tensions géopolitiques et le conflit en Ukraine ont perturbé les flux et provoqué une flambée des prix»

VIENNE : L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a relevé ses projections de production nucléaire pour la seconde année consécutive, l'atome connaissant un regain d'intérêt sur fond de crise énergétique et de changement climatique.

Sous l'impact de ces deux facteurs, "les gouvernements repensent leurs portefeuilles en faveur de l'énergie nucléaire", écrit l'instance onusienne dans un communiqué.

Ils espèrent ainsi sécuriser leur approvisionnement énergétique, alors que "la pandémie de covid-19, les tensions géopolitiques et le conflit en Ukraine ont perturbé les flux et provoqué une flambée des prix".

Dans le scénario le plus favorable, l'AIEA prévoit plus du doublement de la puissance installée, qui grimperait à 873 gigawatts en 2050 contre 390 GW actuellement. Elle misait auparavant sur 792 GW.

Mais "pour y parvenir, il faut surmonter de nombreux défis", prévient l'Agence, citant "l'harmonisation réglementaire et industrielle".

Elle évoque aussi la nécessité de faire "des progrès dans la gestion des déchets radioactifs de haute activité", qui sont des matières non recyclables issues du traitement des combustibles usés des centrales.

L'énergie nucléaire fournit environ 10% de l'électricité mondiale, contre 37% pour le charbon, "source d'énergie dominante". La part du solaire et de l'éolien a rapidement augmenté ces dernières années, passant de moins 1% en 1980 à 9% en 2021.

L'an dernier, l'AIEA avait augmenté ses projections pour la première fois depuis la catastrophe de Fukushima en 2011, consécutive à un puissant séisme et à un gigantesque tsunami dans le nord-est du Japon.

Si cet accident avait porté un rude coup au secteur, le nucléaire a commencé à revenir en grâce avec l'argument climatique.

Ses partisans soulignent qu'il s'agit d'une source d'énergie très peu émettrice de CO2 et pilotable, c'est-à-dire qui peut être mobilisée en fonction des besoins, à l'inverse du vent ou du soleil.

Et cette tendance s'est accélérée avec la crise énergétique actuelle.

En août, le Japon a annoncé le lancement d'une réflexion sur la construction éventuelle de réacteurs nucléaires de nouvelle génération.

D'autres pays sur le chemin du désengagement ont eux fait volte-face, comme la Belgique qui veut prolonger deux réacteurs de dix ans.

Le débat agite aussi l'Allemagne, qui devait fermer les trois derniers à fin 2022. Pour l'instant, Berlin a simplement accepté de maintenir en veille deux centrales jusqu'au printemps 2023 pour faire face à d'éventuelles urgences.