Exposition saoudienne sur l’Hégire: le message universel du voyage du prophète Mahomet

Une exposition complète a été organisée à Dhahran (Photo, fournie/Ithra).
Une exposition complète a été organisée à Dhahran (Photo, fournie/Ithra).
Short Url
Publié le Samedi 06 août 2022

Exposition saoudienne sur l’Hégire: le message universel du voyage du prophète Mahomet

  • La migration du fondateur de l’islam de La Mecque à Médine en l’an 622 est racontée à travers un nouvel événement exhaustif organisé par Ithra
  • Selon les conservateurs, cette exposition vise à rendre l’histoire de l’Hégire accessible à un public international non musulman

DHAHRAN: La route qui mène de La Mecque à Médine en passant par les montagnes rocheuses du Hijaz, en Arabie saoudite, n’est pas très fréquentée de nos jours. Cependant, il y a mille quatre cents ans, le prophète Mahomet, fondateur de l’islam, a été contraint de l’emprunter lorsqu’il a dû quitter La Mecque pour échapper aux persécutions liées à ses enseignements religieux.

Avec ses disciples, il se rend par voie terrestre à Médine, à quelque 450 kilomètres au nord, pour un voyage qui sera connu sous le nom d’Hégire.

Pour commémorer l’anniversaire de ce moment décisif dans l’histoire de l’islam, une exposition complète a été organisée à Dhahran, dans la province d’Ach-Charqiya du Royaume, pour raconter le voyage entrepris en l’an 622. Cette exposition vise à partager l’impact et la pertinence de l’Hégire à travers ses thèmes d’amour, de paix, de liberté, de tolérance, de persévérance, de courage et de camaraderie.

«Avec cette exposition, nous visons un public mondial, pas les Arabes ou les musulmans en tant que tels. Nous visons tous ceux qui veulent être éclairés par les messages universels de l’Hégire», explique à Arab News Ashraf Ehsan Fagih, responsable des programmes au Centre du roi Abdelaziz pour la connaissance et la culture (Ithra), où l’exposition se tient actuellement.

Ithra est l’une des institutions culturelles les plus importantes du Royaume. Elle a été construite par Saudi Aramco et inaugurée par le roi Salmane en décembre 2016.

L’équipe d’Ithra a passé trois ans à préparer cette exposition, intitulée Hégire: sur les traces du Prophète (Photo, fournie/Ithra).

L’équipe d’Ithra a passé trois ans à préparer cette exposition, intitulée Hégire: sur les traces du Prophète, qui durera cinq ans. Après neuf premiers mois à Ithra, l’exposition se déplacera à Riyad et à Djeddah avant d’être présentée à l’étranger.

Elle a été organisée par l’équipe d’experts d’Ithra en collaboration avec le Dr Abdallah Hussein Alkadi, considéré comme la référence mondiale en ce qui concerne l’Hégire et l’un des plus grands biographes vivants du prophète Mahomet.

Cette exposition, la première du genre, retrace la séquence des événements qui ont conduit le prophète Mahomet à quitter La Mecque pour la ville de Yathrib, nom préislamique de Médine, ainsi que les difficultés qu’il a rencontrées en chemin.

À la suite de menaces et de persécutions de la part des Mecquois, culminant par une tentative d’assassinat, le prophète Mahomet, son beau-père, ami et compagnon, Abou Bakr, et son petit groupe de disciples se rendent à Yathrib, où il est chaleureusement accueilli par les Ansar, ou les aides, membres des tribus Al-Khazraj et Al-Aws de la région.

En reconnaissance de leur générosité, la ville a ensuite été rebaptisée Al-Madinah Al-Munawwarah, ce qui signifie «la ville illuminée».

Portraits de la tribu Al-Saidi tirés par le photographe sud-africain Ebrahim Hajee (Photo fournie/Ithra).

«L’Hégire marque le passage du temps et le début du calendrier islamique, et pour plus d’un milliard de musulmans dans le monde, l’Hégire est considérée comme la mère de tous les voyages», indique à Arab News Idries Trevathan, conservateur d’Ithra pour l’art et la culture islamiques.

«Elle marque le moment où le prophète Mahomet et ses disciples sont passés du statut de minorité persécutée à celui de communauté dans la civilisation mondiale. C’est l’événement le plus important de sa vie, et il a changé le cours de l’histoire.»

Pour organiser l’exposition, l’équipe a tiré l’histoire de vieux manuscrits écrits au cours du premier siècle de l’islam, avant, comme le décrit M. Fagih, de «passer à l’action». Pendant environ un mois, l’équipe a marché de La Mecque à Médine, sur les traces du prophète Mahomet.

«On atteint un niveau de conscience différent pendant ce voyage», affirme Kumail Almusaly, conservateur d’Ithra pour les expositions itinérantes, à Arab News.

«Nous avons passé des jours à grimper au sommet de diverses grottes, à ressentir des courbatures mais aussi à admirer la beauté du paysage. Nous avons fait l’expérience de la persévérance dont le prophète Mahomet avait besoin pour ce voyage.»

L'exposition commémore l’anniversaire de ce moment décisif dans l’histoire de l’islam (Photo fournie/Ithra).

Un documentaire sur le voyage d’Idries Trevathan et de Kumail Almusaly sur les traces du prophète Mahomet est en cours de production et devrait sortir sur les écrans à la fin de cette année.

M. Trevathan raconte que le voyage a été épuisant mais profondément gratifiant. «Marcher sur ce chemin est une expérience spirituelle. C’est difficile, et la plupart de la route est encore inaccessible en voiture. Il faut la parcourir à pied», dit-il. «C’était un énorme privilège d’effectuer moi-même ce trajet et d’être lié au prophète Mahomet à travers le paysage.»

«Pour cette exposition, nous avons voulu nous inspirer des incroyables traditions de la culture préislamique mais aussi de ce que l’on appelle le wuquf ‘ala al-atlal, ou le fait de se tenir face aux ruines et contempler ce qui s’y est passé.»

L’exposition a été réalisée en collaboration avec la fondation Turquoise Mountain du prince de Galles, une organisation caritative soutenant les arts et le patrimoine au Moyen-Orient, le Musée national d’Arabie saoudite à Riyad, la House of Islamic Arts à Djeddah et le King Abdelaziz Complex for Endowment Libraries à Médine, qui ont tous fourni des pièces pour l’exposition.

Elle comprend des objets islamiques, des œuvres d’art contemporain spécialement commandées à des artistes saoudiens et arabes, ainsi que des installations interactives, des photographies et des vidéos qui recréent l’expérience du voyage ardu du prophète Mahomet.

L’inclusion de nombreuses œuvres d’art contemporain provenant de tout le monde islamique est également considérée comme un attrait potentiel (Photo fournie/Ithra).

«Nous voulions créer quelque chose d’exceptionnel et de différent pour commémorer l’Hégire. Lorsque le prophète Mahomet a quitté sa tribu il y a 1400 ans, c’était du jamais vu, car à l’époque, on était défini par sa tribu», explique M. Fagih.

«Ce qui s’est passé était miraculeux à tous les égards. Il a abandonné sa tribu, il a été accepté par d’autres tribus dans une ville différente, et ils l’ont accepté comme un leader de la société.» 

En résumé, «l’histoire de l’Hégire est pleine de miracles et de difficultés auxquelles tout le monde peut s’identifier, telles que la solitude. Le prophète Mahomet avait 53 ans au moment de l’Hégire. On lui a donné une autre chance et il a réussi. Il n’a vécu que dix ans de plus», poursuit M. Fagih.

C’est aussi une histoire d’humilité, d’épreuves et de beauté, où le passé et le présent s’entremêlent dans un souvenir totalement immersif du voyage.

«Quand les Ansar ont accueilli les migrants de La Mecque et que la préparation de la Constitution de Médine a défini la manière dont les communautés de migrants sont traitées, cela a créé un précédent pour les générations suivantes», souligne M. Trevathan.

«Bien qu’il ait été persécuté à La Mecque, lorsque le prophète Mahomet est arrivé à Médine, il a préparé cette Constitution qui protège les droits de toutes les religions et communautés à Médine.»

Cette exposition, la première du genre, retrace la séquence des événements qui ont conduit le prophète Mahomet à quitter La Mecque pour la ville de Yathrib (Photo fournie/Ithra).

Selon M. Trevathan, par opposition aux actes de persécution que l’on voit souvent dans l’actualité, «certaines des plus anciennes religions se trouvent au Moyen-Orient, car elles ont été préservées par la civilisation musulmane, qui remonte à la Constitution du prophète Mahomet».

Le thème de la fraternité est également mis en avant tout au long de l’exposition. En effet, le prophète Mahomet et ses disciples ont été acceptés en tant que muhajiroun, ou émigrés, par les tribus rivales Al-Khazraj et Al-Aws, qui ont surmonté leurs différences pour servir une cause commune plus noble.

Le fait qu’ils aient été acceptés est considéré comme l’un des miracles de l’Hégire et constitue une leçon de tolérance, et les organisateurs espèrent qu’il trouvera écho auprès du public mondial.

L’inclusion de nombreuses œuvres d’art contemporain provenant de tout le monde islamique est également considérée comme un attrait potentiel qui place les valeurs et la signification actuelle de l’Hégire dans un contexte moderne.

«L’équilibre entre l’art islamique et l’art contemporain tout au long de l’exposition est important pour montrer l’évolution et la progression de l’histoire de cette exposition dans notre époque moderne», constate la responsable du musée Ithra, Farah Abushullaih.

Plusieurs œuvres commandées spécialement pour l’exposition ont par ailleurs été réalisées par des maîtres artisans d’Afghanistan, d’Inde, d’Arabie saoudite et de Syrie (Photo fournie/Ithra).

«En proposant un contenu qui porte sur ces deux types d’art et qui relate le voyage du prophète Mahomet, nous prenons un concept abstrait et essayons de faire le lien entre les histoires d’un récit collectif et une perspective contemporaine plus tangible.»

Par exemple, l’idée de fraternité est exprimée de manière poignante dans une installation d’art contemporain de l’artiste saoudienne Zahrah al-Ghamdi, l’une des femmes artistes les plus reconnues du Royaume, dont les œuvres ont été présentées à la Biennale de Venise, au British Museum et à Desert X Coachella en Californie.

L’installation de Mme al-Ghamdi, intitulée à juste titre Fraternité, est formée de nœuds en tissu et en argile, illustrant la façon dont les Ansar «ont accueilli de façon désintéressée les muhajirin dans leur maison, et les ont aidés en partageant tout ce qu’ils possédaient».

«Je voulais créer une œuvre d’art qui mette en évidence ce lien et la force de leurs racines pour créer une relation fructueuse. Les nœuds représentent les relations étroites et riches en amour entre les muhajirin et les Ansar», précise-t-elle dans une déclaration précédant l’exposition.

Parmi les œuvres contemporaines figure également un objet en cuivre peint du Marocain Younes Rahmoun, intitulé Maison-bateau, qui évoque le thème de la migration relatif à l’Hégire.

L'exposition a été organisée en collaboration avec Turquoise Mountain, oeuvre de charité du prince de Galles (Photo fournie/Ithra).

«J’ai utilisé la forme du bateau pour incarner une personne assise dans une position humble de recueillement et de méditation, tout en utilisant la forme de la maison pour symboliser le foyer», explique M. Rahmoun.

Quant à la maître calligraphe espagnole Nuria Garcia Masip, elle a créé Umm Ma’Bad Hilye, une œuvre calligraphique sur Umm Ma’bad, une femme âgée de la tribu des Khuza’ah, que le prophète Mahomet rencontre pendant l’Hégire et qui s’installe ensuite à Médine pour adhérer à l’islam.

La Hilye, ou panneau calligraphique, créée par Mme Masip illustre cette rencontre avec des pigments exquis d’or 22 carats et de gouache sur papier.

«Je trouve remarquable que les mots de cette femme bédouine décrivant le prophète Mahomet aient été transmis et préservés si magnifiquement au fil du temps», dit Mme Masip à Arab News.

«En tant que femme artiste, je me sens doublement inspirée et honorée d’avoir pu écrire et recomposer ses mots dans une hilye, qui est, par essence, une icône calligraphique du Prophète.»

Plusieurs œuvres commandées spécialement pour l’exposition ont par ailleurs été réalisées par des maîtres artisans d’Afghanistan, d’Inde, d’Arabie saoudite et de Syrie. Leur travail, qui fait appel à des techniques ancestrales, rend hommage non seulement à l’histoire de l’Hégire mais aussi au patrimoine islamique et à sa préservation.

Selon Thalia Kennedy, directrice artistique chez Turquoise Mountain, «beaucoup d’artisans qui ont créé des œuvres pour l’exposition ont traversé des épreuves très difficiles dans leur vie». «Je pense donc que la création de ces pièces sur l’Hégire et la mosquée de Médine revêt une signification particulière pour eux», ajoute-t-elle.

«C’est une histoire qui témoigne de la persévérance et de la capacité à surmonter les défis et à trouver de nouveaux lieux de spiritualité.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La styliste japonaise Hanae Mori est morte à l'âge de 96 ans

Cette photo d'archive prise le 21 juillet 1998 montre la créatrice japonaise Hanae Mori applaudie par ses mannequins à la fin de sa collection haute couture automne/hiver 1998/99 à Paris. (AFP)
Cette photo d'archive prise le 21 juillet 1998 montre la créatrice japonaise Hanae Mori applaudie par ses mannequins à la fin de sa collection haute couture automne/hiver 1998/99 à Paris. (AFP)
Short Url
  • Hanae Mori était surnommée «Madame Butterfly» pour les motifs de papillons qui avaient fait sa marque de fabrique
  • Au fil des décennies, ses luxueuses créations faites main ont été portées par Nancy Reagan, Grace Kelly et de nombreuses autres personnalités

TOKYO: La styliste japonaise Hanae Mori, reconnue mondialement comme membre de l'élite de la haute couture, est morte le 11 août à son domicile de Tokyo à l'âge de 96 ans, ont annoncé jeudi plusieurs grands médias nippons.

Hanae Mori était surnommée "Madame Butterfly" pour les motifs de papillons qui avaient fait sa marque de fabrique. Au fil des décennies, ses luxueuses créations faites main ont été portées par Nancy Reagan, Grace Kelly et de nombreuses autres personnalités.

Hanae Mori était l'une des rares Japonaises à la tête d'une entreprise internationale, et demeurait en cela une pionnière de l'émancipation des femmes dans son pays.

Son décès a été confirmé par son bureau à l'agence de presse Kyodo, tandis que d'autres médias japonais rapportaient que ses obsèques s'étaient déjà tenues dans l'intimité familiale.

Sa carrière d'avant-garde l'a conduite de Tokyo - où elle avait débuté dans l'après-guerre en confectionnant des costumes pour le cinéma - à New York et Paris où, en 1977, sa marque est devenue la première maison d'Asie à rejoindre les rangs de la très sélect Chambre syndicale de la haute couture parisienne.

Sa première collection à l'étranger - à New York en 1965 - célébrait le thème de la rencontre entre "l'Orient" et "l'Occident".

Les autres grands noms de la mode japonaise comme Yohji Yamamoto, Rei Kawakubo, Kenzo Takada (mort en 2020 à 81 ans) ou encore Issey Miyake (décédé le 5 août à 84 ans) ont suivi ses pas.

Malgré le démantèlement de l'empire commercial de Hanae Mori au début des années 2000 face à des difficultés financières et la fermeture de son atelier parisien en 2004 à l'issue de son dernier défilé dans la capitale française, des boutiques à son nom existent toujours au Japon et ses parfums continuent à être vendus dans le monde entier.


Le rappeur américain A$AP Rocky, inculpé pour une fusillade, plaide non coupable

Le rappeur A$AP Rocky dans une salle d'audience de Los Angeles (Photo, AFP).
Le rappeur A$AP Rocky dans une salle d'audience de Los Angeles (Photo, AFP).
Short Url
  • Le musicien, inculpé pour deux chefs d'accusation pour agression avec une arme semi-automatique, a été laissé libre
  • A$AP Rocky avait été condamné en août 2019 à une peine de prison avec sursis pour violences après une rixe à Stockholm

LOS ANGELES: Le rappeur américain A$AP Rocky, inculpé pour son rôle dans une fusillade en novembre dernier, a plaidé non coupable mercredi devant un tribunal de Los Angeles, en Californie.

Le musicien de 33 ans, inculpé pour deux chefs d'accusation pour agression avec une arme semi-automatique, a été laissé libre moyennant une caution de 550.000 dollars et doit comparaître à nouveau devant un tribunal le 2 novembre.

Rakim Mayers, de son vrai nom, est soupçonné d'avoir pointé son arme vers un ancien ami lors d'une dispute en novembre dernier, puis, plus tard, d'avoir tiré sur lui à deux reprises, lui infligeant une "blessure légère" selon la police.

Le rappeur réfute ces accusations.

L'artiste avait été arrêté en avril à l'aéroport de Los Angeles, à sa descente d'un jet privé en provenance de la Barbade, d'où est originaire sa compagne Rihanna et avec qui il a eu un enfant en mai.

Rihanna, immense star à l'origine des tubes "Diamonds" et "Umbrella", est "l'amour de ma vie" et "l'unique", avait confié le chanteur au magazine GQ en mai 2021.

A$AP Rocky avait été condamné en août 2019 à une peine de prison avec sursis pour violences après une rixe à Stockholm.


L’académie Aysh vise à combler le manque de compétences des amateurs de cuisine

La Commission des arts culinaires d’Arabie saoudite a été fondée en février 2020 afin de renforcer le secteur culinaire. (Photo fournie)
La Commission des arts culinaires d’Arabie saoudite a été fondée en février 2020 afin de renforcer le secteur culinaire. (Photo fournie)
Summaiya Suhail, fondatrice et directrice générale de l’académie Aysh, un établissement spécialisé dans la boulangerie et la pâtisserie, raconte qu’à ses débuts, il n’existait que très peu d’établissements proposant une formation culinaire. (Photo fournie)
Summaiya Suhail, fondatrice et directrice générale de l’académie Aysh, un établissement spécialisé dans la boulangerie et la pâtisserie, raconte qu’à ses débuts, il n’existait que très peu d’établissements proposant une formation culinaire. (Photo fournie)
Short Url
  • La Commission des arts culinaires d’Arabie saoudite a été fondée en 2020 et les étudiants de la première promotion de l’académie culinaire saoudienne ont obtenu leurs diplômes cette année
  • Aysh était l’une des premières académies de ce genre à ouvrir ses portes en Arabie saoudite, introduisant la boulangerie dans la vie de tous les jours

DJEDDAH: La nourriture est un élément important de toute culture, et l’Arabie saoudite cherche à créer un système d’éducation qui permettra d’acquérir les connaissances nécessaires pour exceller dans l’art culinaire.

Cette année, la première cérémonie de remise des diplômes aux étudiants de l’Académie culinaire saoudienne a eu lieu.

La Commission des arts culinaires d’Arabie saoudite a été fondée en février 2020 afin de renforcer le secteur culinaire, créant ainsi une source de revenus pour de nombreuses personnes. 

Summaiya Suhail, fondatrice et directrice générale de l’académie Aysh, un établissement spécialisé dans la boulangerie et la pâtisserie, raconte à Arab News qu’à ses débuts, il n’existait que très peu d’établissements proposant une formation culinaire.

Elle a suivi des ateliers et des cours de boulangerie et de pâtisserie dans le monde entier. Après avoir accumulé suffisamment de connaissances, elle a décidé de les diffuser à Djeddah.

«Mon rêve (…) était  de rendre cette voie facile pour les gens de ma communauté et pour moi, ainsi que de les autonomiser en leur fournissant un ensemble de compétences et de connaissances», indique Mme Suhail.

L’académie a pour objectifs principaux de devenir une plaque tournante pour toutes les personnes intéressées par cet aspect de la cuisine en Arabie saoudite, de créer des recettes qui serviront de référence en boulangerie et en pâtisserie, et de définir un cadre pour les futures entreprises.

L’académie propose des cours de boulangerie et de pâtisserie et des masterclasses plus courtes, axées sur différents domaines et techniques.

Les cours s’adressent aux personnes de différents niveaux et leur apprennent à cuisiner à partir de rien. Ils portent sur les pâtisseries sucrées et salées, le pain, les gâteaux, les viennoiseries, les croissants, et bien plus encore.

L'académie propose également des cours relatifs à la création d'entreprises alimentaires, à la photographie culinaire, à la présentation des plats et au marketing.

«Le nom de l’académie est inspiré du mot aysh, qui signifie pain en arabe. Aysh a également une autre signification en arabe: la vie», explique Mme Suhail.

Devenir l’une des premières académies de boulangerie et de pâtisserie certifiées du Royaume n’a pas été facile. «J’avais l’impression que nous devions marcher et ouvrir la voie à tous ceux qui étaient derrière nous. Ce n’était pas facile, mais je ne peux pas dire que ce n’était pas agréable non plus», confie Mme Suhail. «L’académie Aysh a vraiment été créée par les gens d’ici.»

«Quand une personne vient nous voir et nous avoue qu’elle est très heureuse que nous existions, elle nous dit aussi qu’elle cherchait quelque chose de ce genre depuis très longtemps.»

La fondatrice se réjouit par ailleurs de voir les étudiants recevoir leur diplôme, car le bonheur se lit sur leur visage.

«Parfois, certains étudiants pleurent et une fois la cérémonie terminée, ils vont se faire des câlins. Ce sont ces choses-là qui me donnent envie de continuer sur cette voie.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com