Policiers agressés à Lyon: le deuxième suspect mis en examen

Le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin (C) s'entretient avec un pompier (R) lors d'une visite à la préfecture du Rhône, à Lyon, dans le centre-est de la France, le 30 juillet 2022. (AFP).
Le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin (C) s'entretient avec un pompier (R) lors d'une visite à la préfecture du Rhône, à Lyon, dans le centre-est de la France, le 30 juillet 2022. (AFP).
Short Url
Publié le Mardi 02 août 2022

Policiers agressés à Lyon: le deuxième suspect mis en examen

  • Un deuxième suspect, soupçonné d'avoir participé à l'agression de trois policiers en civil le 20 juillet dans le quartier de la Guillotière à Lyon, a été mis en examen lundi
  • Mardi, un premier suspect de 26 ans avait déjà été mis en examen, du même chef, et placé en détention provisoire

LYON: Un deuxième suspect, soupçonné d'avoir participé à l'agression de trois policiers en civil le 20 juillet dans le quartier de la Guillotière à Lyon, a été mis en examen lundi, a-t-on appris auprès du parquet de Lyon.

Ce suspect, dont l'âge n'a pas été précisé, a été mis en examen pour "violences volontaires aggravées sur fonctionnaire de police", selon le parquet.

"Il a sollicité un délai pour préparer sa défense dans le cadre du débat relatif à sa détention provisoire requise par le parquet et le juge d’instruction", qui aura lieu jeudi, a indiqué le parquet à l'AFP.

"Dans l'intervalle, il a fait l'objet d'une incarcération provisoire", a-t-on ajouté de même source.

Mardi, un premier suspect de 26 ans avait déjà été mis en examen, du même chef, et placé en détention provisoire.

En situation irrégulière, sans casier judiciaire, il "n'a pas contesté les faits" et a "présenté ses excuses", avait indiqué à l'AFP Me Laurent Bohé, avocat des victimes.

Deux policiers ont été blessés le 20 juillet au soir en tentant avec un collègue d'interpeller une personne suspectée de vol, au milieu d'une foule qui les a violemment pris à partie.

Sur une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, on peut voir trois policiers en civil, deux hommes et une femme, essuyer coups et jets de projectiles devant l'entrée d'une supérette dans le quartier sensible de la Guillotière.

Un premier suspect avait d'abord été arrêté puis mis hors de cause. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin avait réagi sur Twitter après l'arrestation de ce premier suspect, également étranger, indiquant qu'il serait expulsé.

Une fois celui-ci hors de cause, il avait écrit, dans un second tweet: "en lien avec les événements ou non, connu pour de nombreuses mises en cause (...) cet individu n’a rien à faire dans notre pays".

Samedi, M. Darmanin, lors d'une visite à Lyon où il a notamment rencontré, en préfecture, des riverains de La Guillotière et les trois policiers agressés, avait insisté sur la nécessité de renforcer les procédures visant à expulser les "étrangers délinquants".

Dans un courrier adressé lundi au maire de Lyon, M. Darmanin, qui reviendra à Lyon le 5 septembre, a réitéré ses critiques au maire Grégory Doucet (EELV) sur les questions de sécurité. Il lui a notamment réclamé une augmentation des effectifs de la police municipale, "qui nécessitent d'être considérablement renforcés", et un élargissement des secteurs couverts par la vidéo-protection.


La France envisage d'extraire de la Seine un béluga pour le sauver

Étant donné la complexité de mouvoir un animal de cette dimension, pesant environ 800 kg, malade et décharné, la sous-préfète n'a pas été en mesure d'indiquer "quand, où et comment" cette délicate opération pourrait intervenir (AFP)
Étant donné la complexité de mouvoir un animal de cette dimension, pesant environ 800 kg, malade et décharné, la sous-préfète n'a pas été en mesure d'indiquer "quand, où et comment" cette délicate opération pourrait intervenir (AFP)
Short Url
  • La préfecture de l'Eure (ouest de Paris) a précisé à l'AFP que le transport pouvait se faire par péniche, voie terrestre ou hélicoptère
  • Un séjour prolongé dans l'eau de l'écluse, chaude et stagnante par rapport à son milieu aquatique habituel, est préjudiciable pour son état de santé

RENNES: La France envisage d'extraire un béluga de la Seine et le transporter vers la mer pour tenter de le sauver, ont annoncé lundi les autorités.

"Il nous a semblé possible de réfléchir peut-être à un transport vers la mer. Dans l'intérêt de ce béluga ça peut se tenter, nous y travaillons ardemment", a déclaré la sous-préfète Isabelle Dorliat-Pouzet.

"On est tous très contents de travailler sur cette option", a ajouté la représentante de l'Etat, tout en reconnaissant que "personne ne peut promettre qu'elle va réussir".

Étant donné la complexité de mouvoir un animal de cette dimension, pesant environ 800 kg, malade et décharné, la sous-préfète n'a pas été en mesure d'indiquer "quand, où et comment" cette délicate opération pourrait intervenir.

En outre, la Manche n'est pas toute proche: l'écluse de Saint-Pierre-La-Garenne, où le cétacé est entré de lui-même vendredi à 70 km au nord-ouest de Paris, se trouve à environ à 130 km de l'embouchure de la mer.

La préfecture de l'Eure (ouest de Paris) a précisé à l'AFP que le transport pouvait se faire par péniche, voie terrestre ou hélicoptère.

Le béluga repéré mardi dans la Seine, un fleuve du nord de la France, était dans un état stationnaire lundi, a-t-on appris auprès de l'ONG de défense des océans Sea Sheperd.

"Le béluga ne s'alimente (a priori) toujours pas mais il continue de se montrer curieux. Vers 4 h du matin il s'est frotté pendant 30 minutes sur les parois de l'écluse et s'est débarrassé des tâches qui étaient apparues sur son dos. Les antibiotiques ont également pu aider", a indiqué Sea Shepherd sur Twitter.

Le Marineland d'Antibes (sud), plus grand zoo marin d'Europe, a dépêché sur place une équipe où figure "un vétérinaire spécialiste des mammifères marins" et qui était attendue en début de soirée.

Le cétacé de quatre mètres de long, habitué des eaux froides et dont la présence dans ce fleuve est exceptionnelle, se trouve toujours dans une écluse à 70 kilomètres au nord-ouest de Paris.

Plusieurs tentatives pour nourrir l'animal, "très amaigri" selon la préfecture locale, ont été faites ces derniers jours mais sans succès pour le moment, amenuisant de jour en jour ses chances de survie.

De plus, un séjour prolongé dans l'eau de l'écluse, chaude et stagnante par rapport à son milieu aquatique habituel, est préjudiciable pour son état de santé.

En mai, c'est une orque qui s'était retrouvée en difficulté dans la Seine. Les opérations pour tenter de sauver le cétacé ont échoué et l'animal est finalement mort de faim.

Selon l'observatoire Pelagis, spécialiste des mammifères marins, le béluga a une distribution arctique et subarctique.

Bien que la population la plus connue se trouve dans l'estuaire du Saint-Laurent (Québec), "la plus proche de nos côtes se trouve au Svalbard", un archipel situé au nord de la Norvège, à 3.000 kilomètres de la Seine.

Selon la même source, il s’agit du second béluga connu en France après qu'un pêcheur de l'estuaire de la Loire en avait remonté un dans ses filets en 1948.

En 1966, un autre individu avait remonté le Rhin, dans l'est, jusqu'en Allemagne et en 2018, un béluga avait été observé dans l'estuaire de la Tamise en Angleterre.


Lupin: Les habitants d’Étretat déplorent l’afflux de fans de la série

Longtemps destination touristique estivale, la Normandie a connu une recrudescence de fréquentation ces deux dernières années (Photo, AFP).
Longtemps destination touristique estivale, la Normandie a connu une recrudescence de fréquentation ces deux dernières années (Photo, AFP).
Short Url
  • Des voisins exaspérés ont bricolé une barrière constituée d'une poubelle et d'une chaîne en plastique pour obstruer l'entrée de leur propriété
  • La cité normande est inondée de touristes qui parlent allemand, anglais, néerlandais, espagnol ou italien, et les locaux ne cachent pas leur mécontentement

PARIS: Longtemps destination touristique estivale, la Normandie a connu une recrudescence de fréquentation ces deux dernières années, et la série Netflix Lupin semble y être pour quelque chose.

La série Lupin, créée par Netflix, est entré dans l'histoire comme un énorme triomphe pour une production française. La série a atteint 70 millions de vues en moins d'un mois en 2021, selon la société de streaming. Lupin transporte Omar Sy et sa famille en Normandie, et plus précisément dans la commune d’Étretat, après le tournage des premiers épisodes à Paris, notamment au Musée du Louvre, sur le Pont des arts ou encore au Jardin du Luxembourg... Ce dernier se rend chaque année à Étretat avec sa femme et son enfant pour commémorer la «fête d'Arsène Lupin».

Alors que de nombreux touristes visitent la ville depuis des décennies, la cité normande a connu une hausse de fréquentation l'an dernier, avec un million de visiteurs, et ce grâce à la popularité de la série Netflix. Selon Le Parisien, cela ne plaît pas aux habitants.

Des voisins exaspérés ont bricolé une barrière constituée d'une poubelle et d'une chaîne en plastique pour obstruer l'entrée de leur propriété où les visiteurs tentent de se garer faute de place dans le parking, confirme un habitant, dans un témoignage repris par Le Point. L'artère principale, bordée de boutiques de souvenirs, est envahie par les touristes, provoquant des embouteillages, lit-on sur le site du journal. La cité normande est inondée de touristes qui parlent allemand, anglais, néerlandais, espagnol ou italien, et les locaux ne cachent pas leur mécontentement. 

«La mairie ne veut plus d'articles sur Étretat, il y en a trop, maintenant, elle veut faire du démarketing», explique le directeur du Clos Lupin. «On souhaiterait un tourisme raisonné, mais on n'arrive pas à réglementer, on n'a jamais connu ça!», regrette le maire de la ville, André Baillard.

«Sur la départementale qui mène au Havre, on a parfois des véhicules garés des deux côtés sur 3 km, jusqu’au village voisin», déplore un habitant de la région. «Les prix de l’immobilier, de la vie courante, tout a augmenté. Aucun jeune ne veut venir s’installer ici. Et s’il n’y a plus de jeunes, il n’y a plus de vie», regrette un second habitant interrogé par Le Parisien. 


Pénuries de médicaments: les sanctions alourdies envers les fabricants

Une cliente regarde des produits dans la plus grande pharmacie française de Paris, le 8 septembre 2020 (Photo, AFP).
Une cliente regarde des produits dans la plus grande pharmacie française de Paris, le 8 septembre 2020 (Photo, AFP).
Short Url
  • Depuis septembre 2021, ils sont désormais obligés de constituer des stocks pour éviter que les patients soient confrontés à la pénurie de certains traitements
  • Concrètement, les fabricants ont maintenant l'obligation de constituer un stock de sécurité minimal de deux mois

PARIS: Les laboratoires pharmaceutiques français vont encourir des sanctions plus lourdes qu'auparavant s'ils n'ont pas pris de mesures suffisantes contre la pénurie de certains traitements, a prévenu lundi l'autorité du médicament.

"Le montant des sanctions applicables à ces manquements a été augmenté", une mesure qui prendra effet le 1er octobre, a résumé l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) dans un communiqué.

La législation sur les stocks de médicaments a été durcie l'an dernier en France. Jusqu'alors, les laboratoires pouvaient être sanctionnés une fois la pénurie constatée, notamment pour ne pas en avoir informé les patients, mais faisaient l'objet de peu d'obligation en amont.

Depuis septembre 2021, ils sont désormais obligés de constituer des stocks pour éviter que les patients soient confrontés à la pénurie de certains traitements.

Concrètement, les fabricants ont maintenant l'obligation de constituer un stock de sécurité minimal de deux mois -voire dans certains cas quatre mois- pour tous les médicaments d'intérêt thérapeutique majeur (MITM) destinés aux patients français.

Ces médicaments sont ceux pour lesquels une interruption de traitement peut mettre en danger la vie du patient à court ou moyen terme.

L'ANSM a donc précisé lundi les sanctions financières qui viseraient les fabricants fautifs, prévoyant d'indexer l'amende sur les revenus liés au médicament en cause.

En cas de stock insuffisant, qu'une pénurie soit constatée ou non, le montant de base de l'amende correspondra à 20% du chiffre d'affaire annuel dégagé par ce traitement.

Ce montant peut être ensuite plus ou moins alourdi, par exemple en cas de récidive, ou allégé, par exemple si l'entreprise coopère d'une manière satisfaisante avec les autorités. La somme totale ne peut néanmoins dépasser 30% du chiffre d'affaires du médicament.

Enfin, s'il y a concrètement une rupture de stock, une amende quotidienne viendra s'ajouter tant que la pénurie durera. Elle correspondra à 20% du chiffre d'affaires quotidien habituellement généré par le traitement.