Drame de Melilla: Les migrants morts par «asphyxie», selon une enquête marocaine

Les forces de sécurité marocaines patrouillent à la frontière avec Melilla (Photo, AFP).
Les forces de sécurité marocaines patrouillent à la frontière avec Melilla (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 15 juillet 2022

Drame de Melilla: Les migrants morts par «asphyxie», selon une enquête marocaine

  • C'est au niveau de la zone tampon du poste-frontière entre le territoire marocain et l'enclave espagnole que le drame a eu lieu, selon le CNDH
  • «Un nombre important de migrants se sont retrouvés entassés dans cette zone étroite, ce qui a engendré des bousculades entraînant la suffocation des migrants»

RABAT: Une mission d'information marocaine a conclu mercredi à la mort "par asphyxie" des migrants africains qui ont péri dans des "bousculades" lors d'une tentative d'entrée dans l'enclave espagnole de Melilla (nord du Maroc) fin juin, mettant hors de cause les forces de l'ordre.

"23 migrants sont morts à la suite de la tentative de passage vers Melilla", a confirmé Amina Bouayach, présidente du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH), un organisme officiel chargé d'enquêter sur les lieux après le drame.

Un total de 217 personnes ont été blessées, 77 migrants et 140 policiers. Des humanitaires espagnols ont fait état d'un bilan plus élevé de 37 morts.

"Aucun corps n'a été enterré et il a été décidé d'effectuer des autopsies pour déterminer les circonstances des décès", a déclaré Mme Bouayach lors d'une conférence de presse à Rabat pour présenter les conclusions préliminaires de la "mission d'information" confiée au CNDH.

Après l'examen des cadavres, le docteur Adil el-Sehimi, qui a pris part à cette mission, a dit privilégier la piste de l'"asphyxie mécanique" comme cause des décès, tout en préconisant d'attendre les résultats des autopsies qui sont "toujours en cours".

Dans son rapport préliminaire, le CNDH a décrit le mode opératoire de cet "assaut d'une singularité inédite" quand environ 2.000 migrants en situation irrégulière ont tenté de forcer le passage à la frontière avec l'enclave espagnole de Melilla, à partir de la ville marocaine limitrophe de Nador, le 24 juin.

"Munis de bâtons et de pierres, les migrants, en majorité des Soudanais et venus en grand nombre, se sont séparés en deux groupes: le premier a pris d'assaut un poste frontière fermé depuis 2018 et le deuxième a escaladé les murs surmontés de barbelés avoisinants", selon le CNDH.

C'est au niveau de la zone tampon -- équipée de tourniquets manuels permettant le passage d'une seule personne à la fois -- du poste-frontière que le drame a eu lieu, précise-t-il.

"Un nombre important de migrants se sont retrouvés entassés dans cette zone étroite, ce qui a engendré des bousculades entraînant la suffocation des migrants", explique le Conseil, qui regrette que le poste-frontière soit resté fermé côté espagnol.

Heurts violents

Quant à "l'usage excessif" de la force par la police, dénoncé par l'ONU, l'Union africaine (UA) et des ONG, le CNDH argue que la répression faisait suite "au danger du nombre important de migrants armés de bâtons et pierres". "Les forces de l'ordre n'ont utilisé aucune arme à feu", assure-t-il.

Confrontées à des vidéos devenues virales sur les réseaux sociaux et montrant des migrants frappés par terre par des agents marocains, les autorités locales ont affirmé au CNDH qu'il s'agissait de "cas isolés".

La tragédie du 24 juin a été précédée d'une série de violents affrontements la semaine précédente au cours d'opérations de ratissage des forces sécuritaires visant des campements de fortune près de Nador.

Ces heurts ont fait des dizaines de blessés dans les rangs des policiers, selon les autorités locales.

Parallèlement, s'est ouvert mercredi à Nador le procès d'un groupe de 29 migrants, dont un mineur, poursuivis pour "entrée illégale sur le sol marocain", "violence contre agents de la force publique" mais aussi "participation à une bande criminelle en vue d'organiser et faciliter l'immigration clandestine à l'étranger".

"Au cours de l'audience, le parquet a présenté les certificats médicaux d’éléments des forces de l'ordre blessés lors des heurts. Le juge a décidé de les convoquer", a précisé à l'AFP Khalid Ameza, avocat des accusés.

Ce drame migratoire est le plus meurtrier jamais survenu lors des nombreuses tentatives de migrants subsahariens de pénétrer à Melilla et dans l'enclave espagnole voisine de Ceuta, qui constituent les seules frontières terrestres de l'UE avec le continent africain.


A Dubaï, des distributeurs de pain gratuit pour les plus pauvres

Un homme récupère des articles dans un distributeur automatique qui distribue du pain gratuit, à Dubaï, le 22 septembre 2022. (AFP).
Un homme récupère des articles dans un distributeur automatique qui distribue du pain gratuit, à Dubaï, le 22 septembre 2022. (AFP).
Short Url
  • Selon le centre des statistiques de Dubaï, l'indice des prix des produits alimentaires a augmenté de 8,75% en juillet, en rythme annuel, tandis que le coût du transport a bondi de plus de 38%
  • A l'origine de l'initiative sur les distributeurs de pain, la fondation du dirigeant de Dubaï, Mohammed ben Rachid al-Maktoum. «L'idée est d'aller vers les familles défavorisées et les travailleurs, avant qu'ils ne viennent à nous»

DUBAÏ : Face à l'inflation galopante, des distributeurs de pain gratuits destinés aux plus démunis ont fait leur apparition à Dubaï, riche émirat du Golfe où se côtoient millionnaires, influenceurs et travailleurs migrants pauvres.

La ville, qui importe la quasi-totalité de ses denrées alimentaires, n'échappe pas à l'envolée des prix, tendance mondiale exacerbée par la guerre en Ukraine.

Devant l'un des dix distributeurs installés cette semaine dans des supermarchés, Bigandar observe attentivement l'écran tactile lui permettant de choisir entre du pain arabe, du pain pour sandwich ou des chapatis (galettes indiennes). Le lecteur de cartes de crédit, lui, ne sert pas à payer mais à verser des dons.

"Un ami m'a dit qu'il y avait du pain gratuit, alors je suis venu", raconte à l'AFP ce jeune Népalais n'ayant pas souhaité donner son nom complet. Comme des millions d'immigrés asiatiques, il est venu tenter sa chance dans la ville de la démesure, située aux Emirats arabes unis.

Selon le centre des statistiques de Dubaï, l'indice des prix des produits alimentaires a augmenté de 8,75% en juillet, en rythme annuel, tandis que le coût du transport a bondi de plus de 38%.

A l'origine de l'initiative sur les distributeurs de pain, la fondation du dirigeant de Dubaï, Mohammed ben Rachid al-Maktoum. "L'idée est d'aller vers les familles défavorisées et les travailleurs, avant qu'ils ne viennent à nous", explique à l'AFP sa directrice Zeïnab Joumaa al-Tamimi.

Toute personne dans le besoin peut désormais obtenir un paquet de quatre petits pains réchauffés, en moins de deux minutes, juste "en pressant sur une touche", se félicite-t-elle.

Les Emirats arabes unis, riche Etat pétrolier, comptent une population de près de 10 millions d'habitants, dont environ 90% d'étrangers, des expatriés de la classe moyenne et surtout des travailleurs pauvres venus d'Asie et d'Afrique.

Aides réservées aux Emiratis

Moins riche en hydrocarbures que la capitale Abou Dhabi, Dubaï compte sur cette armée de travailleurs pour construire des grattes-ciels ou encore soutenir le secteur des services, de l'immobilier au tourisme de luxe qui font sa réputation.

Employé en tant que laveur de voiture depuis trois ans, Bigandar dit être payé trois dirhams (0,84 centimes d'euros) par véhicule, et compter sur les pourboires des clients pour générer 700 à 1 000 dirhams par mois (entre 195 et 280 euros).

"Mon employeur couvre le logement et le transport, mais pas la nourriture", affirme-t-il.

Signe des difficultés croissantes de la main d'oeuvre étrangère, une rare grève a été menée en mai par des livreurs réclamant de meilleurs salaires face à la hausse des prix de l'essence.

En juillet, les autorités ont annoncé le doublement des aides sociales mais uniquement pour la poignée de familles émiraties aux revenus inférieurs à 25 000 dirhams par mois (environ 7 000 euros), considérés comme des ménages défavorisés. Ces aides n'incluent pas les étrangers.

"Nous vivons une situation économique particulière, à cause de l'inflation et de la hausse des taux d'intérêts", dit à l'AFP Fadi Alrasheed, un cadre jordanien expatrié à Dubaï depuis 20 ans.

"Il y a beaucoup de personnes dont les salaires sont bas et qui, avec la hausse du coût de la vie, n'arrivent plus à subvenir à tous leurs besoins", constate-t-il, saluant l'initiative des pains gratuits.

Selon le dernier rapport sur l'Etat de la migration dans le monde de l'ONU, les Emirats arabes uni abritent près de 8,72 millions de migrants, essentiellement venus d'Inde, du Bangladesh et du Pakistan.

Le cabinet Hentley and Partners, lui, dénombre plus de 68 000 millionnaires et quelque 13 milliardaires à Dubaï, classée 23e ville la plus riche du monde.


Le président du Yémen s'engage à rouvrir les routes de Taïz et à instaurer la paix

Les Yéménites qui vivent à Taïz réclament la levée du siège imposé par les Houthis depuis de nombreuses années. La ville est coupée du reste du monde depuis 2015, date de la fermeture des principales artères de la ville par les Houthis. (AFP/Archives)
Les Yéménites qui vivent à Taïz réclament la levée du siège imposé par les Houthis depuis de nombreuses années. La ville est coupée du reste du monde depuis 2015, date de la fermeture des principales artères de la ville par les Houthis. (AFP/Archives)
Short Url
  • Le dirigeant yéménite a affirmé que le monde est désormais plus convaincu que jamais de l'incapacité de la milice houthie à instaurer la paix
  • «Nous répondrons sans hésiter à tout appel humanitaire qui émane de notre peuple opprimé dans les zones contrôlées par les milices»

AL-MUKALLA (Yémen): Le chef du Conseil présidentiel du Yémen, Rachad al-Alimi, s'est engagé à briser le siège de Taïz imposé par la milice houthie par tous les moyens, que ce soit par la force ou des moyens pacifiques. Il a également assuré qu'il était prêt à faire de nouvelles concessions pour soulager la crise humanitaire qui frappe le pays et à apporter son soutien à toute forme de rébellion contre la milice houthie.

Dans un discours adressé aux Yéménites à l'occasion du 60e anniversaire de la révolution du 26-Septembre, le dirigeant yéménite a affirmé que le monde est désormais plus convaincu que jamais de l'incapacité de la milice houthie à instaurer la paix dans la mesure où elle refuse systématiquement d'ouvrir les routes de Taïz, viole la trêve et organise des parades militaires.

«Le monde est plus convaincu que jamais que ces personnes sont incapables de rétablir la paix», déclare-t-il. «Le régime oppressif des Houthis et les idéologies “racistes” auxquelles ils adhèrent ne tarderont pas à déclencher une nouvelle révolution, comparable à celle qui s'est produite contre les imams dans le nord du Yémen le 26 septembre 1962.»

«L'endroit où une révolution s'impose aujourd'hui est sans aucun doute nos provinces, qui vivent sous le joug coercitif des milices houthies – et cette révolution garantira la justice et l'égalité à tous les citoyens ainsi qu’un avenir meilleur pour notre peuple.»

M. Al-Alimi a également promis de mettre la ville d'Aden (au sud du Yémen) à la disposition de la résistance populaire contre la milice houthie. Il a également réitéré le respect du cessez-le-feu par son gouvernement et la volonté de ce dernier de soutenir les efforts pacifiques qui visent à mettre un terme à la guerre du Yémen.
 
«Nous avons confiance en vous, et cette confiance demeure aussi solide qu'elle l’a toujours été. Nous sommes convaincus que la lutte que nous menons ensemble aboutira à un avenir radieux qui commencera à partir de la ville d'Aden pour rejoindre les gouvernorats libérés.»

En effet, la milice houthie s'obstine à maintenir le siège de Taïz ainsi que ses attaques meurtrières contre les zones contrôlées par le gouvernement. Elle mobilise ses troupes à l'extérieur des villes principales depuis la signature de la trêve effectuée sous l'égide des Nations unies le 2 avril dernier.

Nous ouvrirons les routes de Taïz par tous les moyens, affirme M. Al-Alimi.
 
En dépit des violations de la trêve par la milice houthie, le gouvernement yéménite a permis aux avions commerciaux de transporter environ vingt-quatre mille personnes à partir de l'aéroport de Sanaa et à plus de cinquante navires transportant plus d'un million de tonnes de carburant d'accoster dans le port de Hodeïda. Le gouvernement a par ailleurs avalisé dernièrement de nouvelles mesures qui permettent d'accélérer l'arrivée des navires dans les territoires occupés par les Houthis.
 
«Nous répondrons sans hésiter à tout appel humanitaire qui émane de notre peuple opprimé dans les zones contrôlées par les milices», a fait savoir M. Al-Alimi.
 
En outre, il a rappelé que le Conseil présidentiel du Yémen, composé de huit membres, s'emploie à résoudre les problèmes épineux liés au versement des salaires, aux services essentiels et à la relance de l'économie. Il s'est engagé à se rendre dans les provinces libérées pour y entreprendre des projets vitaux.
 
«Comme je l’ai répété à de nombreuses occasions, les décisions que nous prenons sont judicieuses, que votre patience et votre conscience nous inspirent toujours confiance et que les divergences n'empêcheront pas ce conseil de satisfaire vos aspirations», a-t-il expliqué.
 
Dimanche et lundi, la commémoration de la révolution a été l'occasion d'une vague de festivités. Dans la ville assiégée de Taïz et dans la ville de Marib (dans le centre du pays), les habitants ont allumé des torches, défilé dans les rues et affiché des drapeaux du Yémen sur leurs résidences, mais aussi sur les institutions publiques. Les zones occupées par les Houthis ont été le théâtre de célébrations de moindre envergure: les habitants ont défié les Houthis en tirant des feux d'artifice et en brandissant le drapeau du Yémen.
 
Les Houthis encouragent généralement les citoyens à célébrer l'anniversaire de leur coup d'État militaire le 21 septembre. Ils ne sont pas favorables aux célébrations qui entourent la révolution du 26-Septembre.
 
D'après les rapports des médias locaux et les comptes des réseaux sociaux, les milices houthies ont kidnappé des dizaines de personnes qui commémoraient la révolution à Sanaa, Ibb et Thamar dimanche dernier.
 
À cet égard, les observateurs yéménites estiment que si de plus en plus de personnes célèbrent la révolution dans les zones contrôlées par les Houthis, cela témoigne du mécontentement grandissant de la population à l'égard de ce mouvement.
 
«C'est la première fois que je vois les gens célébrer l'anniversaire de la révolution du 26-Septembre de cette manière; ils le font même dans les régions contrôlées par les Houthis», s'exclame Nadwa al-Dawsari, analyste du conflit au Yémen, dans un entretien accordé à Arab News.

«Le message adressé aux Houthis est le suivant: les Yéménites n'accepteront pas de retomber sous le joug de la théocratie ou de la version de l'imamat [système de direction spirituelle et politique des imams chiites, NDLR] que les Houthis tentent d'imposer. C'est un message qui exprime l'opposition et le rejet de la domination des Houthis», conclut-elle.
 
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le naufrage d'un bateau de migrants au large de la Syrie a fait 100 morts

Des personnes en deuil marchent avec le corps de l'une des victimes qui s'est noyée dans le naufrage d'un bateau de migrants au large des côtes syriennes, lors de ses funérailles après le retour de son corps dans le camp de réfugiés de Nahr al-Bared, à la périphérie de la ville de Tripoli, dans le nord du Liban, le 24 septembre 2022. (AFP).
Des personnes en deuil marchent avec le corps de l'une des victimes qui s'est noyée dans le naufrage d'un bateau de migrants au large des côtes syriennes, lors de ses funérailles après le retour de son corps dans le camp de réfugiés de Nahr al-Bared, à la périphérie de la ville de Tripoli, dans le nord du Liban, le 24 septembre 2022. (AFP).
Short Url
  • «Le nombre de victimes du bateau libanais a atteint 100 personnes à ce jour, un nouveau corps ayant été repêché», a déclaré le directeur général des ports syriens Samer Kbrasli
  • Tous les survivants sont sortis de l'hôpital, a déclaré Sana

DAMAS : Un nouveau corps a été repêché portant à 100 le nombre de cadavres récupérés depuis le naufrage jeudi au large des côtes syriennes d'un bateau transportant des migrants en partance du Liban voisin, selon les médias officiels syriens.

Le bilan de ce naufrage de migrants, parmi les plus meurtriers survenus en Méditerranée orientale, s'est alourdi à plusieurs reprises depuis la découverte des premiers corps jeudi dernier, avec seulement 20 survivants secourus sur quelque 150 passagers.

"Le nombre de victimes du bateau libanais a atteint 100 personnes à ce jour, un nouveau corps ayant été repêché", a déclaré le directeur général des ports syriens Samer Kbrasli, cité par l'agence de presse officielle syrienne Sana.

Tous les survivants sont sortis de l'hôpital, a déclaré Sana.

Les personnes à bord du navire parti de la ville de Tripoli (nord), la plus pauvre du Liban, étaient pour la plupart des Libanais, des Syriens et des Palestiniens, et comprenaient à la fois des enfants et des personnes âgées.

Le naufrage, que le Haut commissaire des Nations unies pour les réfugiés (HCR), Filippo Grandi, a déploré comme "une nouvelle tragédie", a suscité un vif émoi au Liban.

M. Grandi a appelé la communauté internationale à venir en aide pour "améliorer les conditions des personnes forcées de fuir leur pays, ainsi que celles des communautés qui les accueillent".

Le Liban accueille plus d'un million de réfugiés syriens ayant fui la guerre dans leur pays et s'enfonce depuis trois ans dans une grave crise économique et financière.

Le pays connait depuis 2020 une augmentation du nombre de migrants en partance pour l'Europe à la recherche d'une vie meilleure, notamment l'île de Chypre, située à 175 kilomètres des côtes libanaises.

Dix enfants figurent parmi les victimes de ce dernier naufrage, selon l'Unicef.

"Des années d'instabilité politique et de crise économique au Liban ont plongé de nombreux enfants et familles dans la pauvreté, affectant leur santé, leur bien-être et leur éducation", a souligné la directrice régionale de l'Unicef pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, Adele Khodr.

"Les habitants du Liban vivent dans des conditions désastreuses qui affectent tout le monde, mais qui sont particulièrement graves pour les personnes les plus vulnérables, notamment les réfugiés".

Selon l'ONU, au moins 38 bateaux transportant plus de 1 500 personnes ont quitté ou tenté de quitter illégalement le Liban par la mer, entre janvier et novembre 2021.