La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an sans soutien aérien français

«La liberté de mouvement de la Minusma doit être garantie», a martelé après le vote l'ambassadeur français à l'ONU (Photo, AFP).
«La liberté de mouvement de la Minusma doit être garantie», a martelé après le vote l'ambassadeur français à l'ONU (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 30 juin 2022

La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an sans soutien aérien français

  • Une résolution sur le prolongement de la Minusma jusqu'au 30 juin 2023, rédigée par la France, a été adoptée par 13 voix sur 15
  • Le document prévoit un maintien des effectifs actuels et réclame aux Casques bleus de soutenir l'application de l'Accord de paix de 2015

NATIONS UNIES: Le Conseil de sécurité de l'ONU a décidé mercredi de prolonger d'un an la mission de paix Minusma au Mali, sans soutien aérien français comme dans le passé, ce qui pourrait pousser des pays européens à quitter cette force internationale d'environ 15 000 militaires et policiers.

"C'est un risque", convient un diplomate sous couvert d'anonymat, en allusion au maintien de l'engagement de l'Allemagne ou du Royaume-Uni dans cette opération créée en 2013, devenue aujourd'hui la plus meurtrière des missions de l'ONU pour les Casques bleus.

Une résolution sur le prolongement de la Minusma jusqu'au 30 juin 2023, rédigée par la France, a été adoptée par 13 voix sur 15, la Russie et la Chine s'abstenant. Moscou a expliqué son abstention par les "formulations intrusives" du texte en matière de droits humains qui s'opposeraient à la souveraineté malienne.

Le document prévoit un maintien des effectifs actuels - 13 289 militaires et 1 920 policiers -, et réclame aux Casques bleus de soutenir l'application de l'Accord de paix de 2015, une transition politique, le retour de l'autorité étatique dans le centre, la protection des civils et des droits humains.

Un rapport est demandé au secrétaire général de l'ONU pour janvier afin d'adapter éventuellement le format de la Minusma et étudier l'évolution de ses relations avec la junte militaire au pouvoir.

Début juin, Bamako avait affirmé qu'il n'était pas question, alors que l'armée française est en train de se retirer du Mali, de laisser Paris continuer à agir sur son territoire avec ses avions basés au Tchad. Le Mali refuse que des forces étrangères partent par la porte et reviennent par la fenêtre, avait alors fait valoir au Conseil de sécurité le chef de la diplomatie malienne, Abdoulaye Diop.

Lundi, il a réaffirmé devant des médias qu'un soutien aérien français aux Casques bleus représentait "une ligne rouge". Prenant acte de cette position, Paris a retiré de son projet de résolution initial toute mention relative au maintien d'un soutien aérien français.

Dans un rapport confidentiel remis au Conseil de sécurité, les experts de l'ONU chargés des sanctions contre les groupes djihadistes Al-Qaïda et Etat islamique, mettent en garde contre leur développement au Sahel après le retrait français du Mali.

"La reconfiguration militaire en cours dans la région pourrait compromettre les efforts antiterroristes passés", soulignent-ils dans ce document obtenu par l'AFP.

Wagner

La résolution adoptée par le Conseil ne comprend qu'une petite mention dans son préambule sur la présence controversée de mercenaires de la société privée russe Wagner, démentie par Bamako qui n'admet qu'une aide "d'instructeurs" en vertu d'un accord bilatéral ancien avec Moscou.

Le Conseil condamne "l'utilisation de mercenaires et les violations du droit international humanitaire et des atteintes aux droits de l'homme qu'ils commettent", indique le texte, sans citer nommément Wagner comme le voulaient les Etats-Unis et le Royaume-Uni, selon une source diplomatique.

La résolution maintient dans le mandat la protection des droits humains que les autorités maliennes, soutenues par Moscou et Pékin, ont cherché à réduire.

Les Casques bleus doivent "surveiller, documenter, mener des missions d'établissement des faits, aider à enquêter et faire rapport publiquement et trimestriellement au Conseil de sécurité, sur les violations du droit international humanitaire et sur les violations et atteintes aux droits de l'homme", précise le texte.

Lundi, Abdoulaye Diop avait déploré "un accent trop prononcé sur les droits de l'homme avec un mécanisme assez lourd", accompagné d'"une multiplicité de rapports".

Ces derniers mois, des ONG ont accusé les forces maliennes et leurs soutiens russes, notamment les mercenaires de Wagner, d'atrocités.

La Minusma, qui a le devoir d'ouvrir des enquêtes en cas d'allégations, a vu depuis le début de l'année sa liberté de mouvement se réduire fortement, selon des diplomates.

"La liberté de mouvement de la Minusma doit être garantie", a martelé après le vote l'ambassadeur français à l'ONU, Nicolas de Rivière. "Les violations des droits de l'Homme et du droit international humanitaire doivent cesser", a-t-il ajouté.

Un rapport de l'ONU sur un massacre de plusieurs centaines de civils par des militaires maliens aidés de combattants étrangers, entre le 27 et le 31 mars à Moura (centre) - où a été interdite d'accès la Minusma -, est attendu prochainement, selon un diplomate.


Nouvelle-Zélande: les restes de deux enfants retrouvés dans des valises vendues aux enchères

Les restes de deux enfants, en âge d'être à l'école primaire, ont été découverts dans des valises achetées aux enchères dans un entrepôt d'Auckland, confirme la police néo-zélandaise. (AFP)
Les restes de deux enfants, en âge d'être à l'école primaire, ont été découverts dans des valises achetées aux enchères dans un entrepôt d'Auckland, confirme la police néo-zélandaise. (AFP)
Short Url
  • Selon l'inspecteur Tofilau Faamanuia Vaaelua, les corps étaient probablement conservés depuis plusieurs années et les victimes auraient entre cinq et dix ans
  • Un voisin de la famille qui a fait la découverte a dit au New Zealand Herald qu'il s'occupait de leur maison car ils avaient quitté Auckland pour échapper à l'attention des médias

WELLINGTON: Les restes de deux enfants, en âge d'être à l'école primaire, ont été découverts dans des valises achetées aux enchères dans un entrepôt d'Auckland, a confirmé jeudi la police néo-zélandaise.

Selon l'inspecteur Tofilau Faamanuia Vaaelua, les corps étaient probablement conservés depuis plusieurs années et les victimes auraient entre cinq et dix ans.

Les corps reposaient dans deux valises de taille identique, a-t-il précisé.

"La nature de la découverte rend l'enquête complexe, en raison, notamment, du temps écoulé entre la mort et la découverte", a ajouté M. Vaaelua.

Il a fallu, pour cette macabre découverte, qu'une famille achète une remorque chargée d'objets vendus en vrac dans un entrepôt.

La famille en question n'est pas liée à la mort, mais est "naturellement bouleversée par la découverte" et a demandé le respect de sa vie privée, a insisté M. Vaaelua.

Elle a pu recevoir une aide pour faire face à ce traumatisme.

La police se penche sur les autres objets, ménagers ou personnels, contenus dans la remorque pour identifier les victimes.

Elle examine également des heures de vidéo surveillance, mais les moments clés pourraient avoir été effacés du fait du grand délai entre la mort et la découverte des corps.

Pour cette même raison, l'autopsie rencontre des difficultés à identifier les enfants, a expliqué M. Vaaelua.

L'entrepôt et la propriété où les valises ont été emmenées ont été minutieusement examinées par la police scientifique.

La police néo-zélandaise a fait appel à l'agence internationale Interpol, même si elle pense que leurs proches se trouvent dans le pays.

M. Vaaelua s'est dit compatissant envers la famille des enfants, qui ne savait peut-être pas qu'ils étaient morts.

"Ce n'est pas une enquête facile", a reconnu l'inspecteur.

"Peu importe depuis combien de temps ou combien d'années vous travaillez et vous enquêtez sur des affaires horribles, ce n'est jamais facile".

"Ce que je peux dire, c'est que nous faisons de grands progrès dans l'enquête ADN", a-t-il ajouté.

"L'équipe d'enquête travaille très dur pour que la ou les personnes responsables de la mort de ces enfants rendent des comptes".

Un voisin de la famille qui a fait la découverte a dit au New Zealand Herald qu'il s'occupait de leur maison car ils avaient quitté Auckland pour échapper à l'attention des médias.


Liz Truss nettement en tête pour remplacer Boris Johnson à Downing Street

La ministre britannique des Affaires étrangères, Liz Truss. (AFP)
La ministre britannique des Affaires étrangères, Liz Truss. (AFP)
Short Url
  • La ministre britannique des Affaires étrangères Liz Truss, nettement en tête, semble en très bonne position pour devenir Première ministre en septembre
  • Elle a 32 points d'avance sur son concurrent, l'ancien ministre des Finances Rishi Sunak : 66% des membres du parti conservateur la soutiennent, seulement 34% lui préférant M. Sunak, selon le sondage

LONDRES: La ministre britannique des Affaires étrangères Liz Truss, nettement en tête, semble en très bonne position pour devenir Première ministre en septembre en remplacement de Boris Johnson, selon un nouveau sondage publié jeudi.

Elle a 32 points d'avance sur son concurrent, l'ancien ministre des Finances Rishi Sunak : 66% des membres du parti conservateur la soutiennent, seulement 34% lui préférant M. Sunak, selon ce sondage YouGov/Sky News qui ne tient pas compte des 13% qui n'ont pas encore décidé.

Il y a deux semaines, un sondage YouGov/The Times lui donnait une avance de 38 points.

Plusieurs débats souvent acrimonieux ont opposé ces dernières semaines les deux candidats à la succession de Boris Johnson, dans un contexte économique et social particulièrement tendu, avec une inflation dépassant les 10% et des grèves dans de nombreux secteurs face à l'érosion du pouvoir d'achat.

Boris Johnson, désormais aux abonnés absents, avait été contraint à démissionner le 7 juillet, après plus de 50 démissions dans son entourage, lassé des scandales et de ses mensonges à répétition.

Les quelque 200 000 membres du parti conservateur votent cet été par correspondance ou en ligne, pour désigner celui ou celle qui va le remplacer comme chef du parti et donc comme Premier ministre. Son nom sera connu le 5 septembre.

Quelque 57% des membres du parti (majoritairement des hommes, blancs, âgés) disent avoir déjà voté, 38% ne l'ont pas fait. Liz Truss, 47 ans, positionnée très à droite et se revendiquant volontiers de Margaret Thatcher, a selon le même sondage 37 points d'avance chez ceux qui ont déjà voté (68% contre 31% pour M. Sunak).

Le sondage, mené auprès de 1 089 membres du parti, montre aussi que les deux candidats restent moins populaires que Boris Johnson, qui s'il était dans la course obtiendrait 46% des suffrages des membres du parti, contre 24% pour Truss et 23% pour Sunak.


Au Canada, la baie d'Hudson, refuge estival pour des milliers de bélugas

Un groupe de bélugas nage et se nourrit dans la baie d'Hudson, à l'extérieur de Churchill, dans le nord du Canada, le 9 août 2022. (AFP)
Un groupe de bélugas nage et se nourrit dans la baie d'Hudson, à l'extérieur de Churchill, dans le nord du Canada, le 9 août 2022. (AFP)
Short Url
  • Sous la surface un peu trouble, les bélugas semblent s'amuser de la présence de la grappe de touristes venus à Churchill pour les observer
  • Cette petite ville de 800 habitants n'est pas facile d'accès puisque seul le train ou l'avion permettent de s'y rendre. Aucune route n'y mène

CHURCHILL: Soudain, ils sont cinq, six à entourer la planche de paddle, ils plongent d'un côté pour ressortir de l'autre, sous la surface deux petits yeux et comme un immense sourire: tous les étés, quelque 55 000 bélugas migrent des eaux arctiques vers la baie d'Hudson, au Canada.

Loin de la Seine où un béluga s'est égaré début août au nord de Paris, cet estuaire canadien permet à ces petites baleines blanches, qui se déplacent en banc, de mettre bas dans ces eaux relativement plus chaudes et abritées.

Sous la surface un peu trouble, les bélugas semblent s'amuser de la présence de la grappe de touristes venus à Churchill pour les observer. Cette petite ville de 800 habitants n'est pas facile d'accès puisque seul le train ou l'avion permettent de s'y rendre. Aucune route n'y mène.

Pendant plus de sept mois de l'année, entre novembre et juin, toute la baie est entièrement glacée. La fonte marque le retour des bélugas. L'endroit y est idéal pour eux: ils peuvent se protéger des orques, et les estuaires sont riches en nourriture.

Il est facile de distinguer les plus jeunes qui sont encore gris aux côtés des adultes qui affichent leur blancheur. Sous la surface, ils semblent tout le temps sourire.

Mais ce qui frappe surtout chez ces baleines, c'est leur communication, que l'on peut entendre depuis la surface par moments.

Hydrophone 

Surnommés "canaris de la mer" en raison de la cinquantaine de vocalisations (sifflement, claquement, tintement...) qu'ils émettent, ce sont des animaux "sociaux" avec un "système de communication très complexe", raconte Valeria Vergara, qui les étudie depuis des années.

"Le béluga est une espèce centrée sur le son. C'est, pour eux, comme la vision pour nous", explique la chercheuse à la fondation Raincoast Conservation.

Tournée vers le haut-parleur de l'hydrophone, cette scientifique de 53 ans tente de faire le tri dans la multitude de sons qui remontent des profondeurs. Pour une oreille non experte, c'est un ensemble surprenant et cacophonique.

"Les bélugas doivent compter sur le son pour communiquer mais aussi se localiser, pour trouver leur chemin, de la nourriture...", ajoute celle qui a appris à reconnaitre "les cris de contact" qui servent notamment aux mères pour guider leurs petits.

Les nouveau-nés, qui mesurent 1,80 mètre et pèsent 80 kg, restent dépendants de leur mère pendant deux ans. A l'âge adulte, ce mammifère, qui évolue généralement dans les eaux glacées autour du Groenland et au nord du Canada, de la Norvège et de la Russie, peut atteindre une taille de six mètres et vit entre 40 et 60 ans.

La population de bélugas de la baie d'Hudson est la plus importante au monde. Mais la diminution des glaces en raison du changement climatique, dans une zone qui se réchauffe trois à quatre fois plus vite que le reste de la planète, est un motif d'inquiétude pour les chercheurs.