Conflits dans leur pays d’origine et en Palestine: les Ukrainiens de Gaza font part de leur expérience commune

Deux millions d’habitants à Gaza souffrent de pénuries d’électricité, d’eau polluée et d’instabilité politique. (AFP)
Deux millions d’habitants à Gaza souffrent de pénuries d’électricité, d’eau polluée et d’instabilité politique. (AFP)
Short Url
Publié le Mardi 28 juin 2022

Conflits dans leur pays d’origine et en Palestine: les Ukrainiens de Gaza font part de leur expérience commune

Deux millions d’habitants à Gaza souffrent de pénuries d’électricité, d’eau polluée et d’instabilité politique. (AFP)
  • Près de cent vingt familles de Gaza ayant des liens avec l’Ukraine ont été évacuées pendant la guerre de onze jours qui a opposé les forces israéliennes à des groupes militants palestiniens en mai dernier
  • De nombreux Ukrainiens locaux ont été bouleversés par l’organisation d’une manifestation pro-Moscou en mars

 

LONDRES: Il y a près de huit cent trente personnes nées en Ukraine qui vivent à Gaza. Il s’agit de la plus grande population d’étrangers habitant dans la zone côtière soumise à un blocus, selon les dirigeants de la communauté.

Pendant des décennies, leurs familles en Ukraine ont craint pour leur sécurité dans la bande de Gaza. Désormais, ces expatriés s’inquiètent pour la sécurité de leurs familles en Ukraine.

Natalya Hassoumi, endocrinologue à Beit Lahia, a souvent été dans l’impossibilité de contacter sa famille en Ukraine pendant plusieurs jours lorsque des frappes aériennes étaient menées contre le territoire palestinien.

Cela fait désormais trois semaines qu’elle n’a plus eu de nouvelles de ses parents, de ses frères et de ses sœurs à Kherson, une ville sous occupation russe. 

«Je n’avais jamais envisagé qu’une guerre puisse se produire en Ukraine. Je ne pensais pas que les Ukrainiens pourraient se retrouver sans nourriture ni électricité. Gaza et l’Ukraine font désormais face aux mêmes problèmes», déclare-t-elle au Guardian.

L’Union soviétique a fourni un soutien considérable à la cause palestinienne, offrant des bourses et des visas d’affaires aux personnes de Cisjordanie et de Gaza pendant des décennies, selon elle.

Ces liens sont restés solides après que l’Ukraine a déclaré son indépendance en 1991.

La grande majorité des Ukrainiens vivant à Gaza sont des femmes qui ont rencontré leur mari palestinien alors qu’elles étudiaient dans des universités ukrainiennes.

Près de cent vingt familles de Gaza ayant des liens avec l’Ukraine ont été évacuées pendant la guerre de onze jours qui a opposé les forces israéliennes à des groupes militants palestiniens en mai dernier. Deux cent cinquante-six personnes avaient été tuées à Gaza et quatorze personnes en Israël.

Cependant, moins d’un an plus tard, Viktoria Saidam et son mari Ibrahim ont décidé de se réfugier chez les parents d’Ibrahim au sud de la bande de Gaza, où la population souffre de pénuries d’électricité, d’eau polluée et d’instabilité politique, selon le rapport du Guardian.

Natalya Mabhouh vit à Gaza depuis 1997. Sa mère et sa sœur se trouvent toujours dans sa ville natale de Kharkiv.

«Quand je suis arrivée à Gaza, la situation économique était bonne et la paix régnait. Cependant, nous nous sommes habitués aux guerres et à l’escalade de la violence depuis. Cela a été un énorme choc. Les Russes et les Ukrainiens sont comme un seul peuple. Je ne comprends toujours pas comment cela a pu arriver», confie la coiffeuse au Guardian.

La société palestinienne soutient plutôt la Russie face à l’Ukraine, considérant le conflit comme une lutte de superpuissance par procuration avec les États-Unis, l’allié numéro un d’Israël. Cependant, ni le Hamas ni l’Autorité palestinienne n’ont publiquement pris position en ce qui concerne l’invasion russe.

L’invasion russe a également exacerbé les tensions entre les communautés ukrainienne et russophone à Gaza.

De nombreux Ukrainiens locaux ont été bouleversés par l’organisation d’une manifestation pro-Moscou en mars.

En mars, de nombreux Ukrainiens locaux ont été attristés par une manifestation pro-Moscou, organisée par un groupe de Russes. Cette manifestation a mis fin à de nombreuses amitiés de longue date. «C’est vraiment difficile», déclare Natalya Hassoumi. «Ma mère est Ukrainienne et mon père est Russe. Les gens ont soudain arrêté de me parler. J’ai l’impression que beaucoup de gens ne se soucient pas des détails, mais c’est une occupation, comme les Israéliens.»

La communauté ukrainienne de Gaza est inquiète quant à l’avenir de sa patrie et de son pays d’adoption. Achraf al-Nimr, un dirigeant de la communauté ukrainienne locale, déclare au Guardian: «Nous avons réussi à construire une vie ici. Nous resterons, malgré tout.»

Il affirme que quinze membres de la famille de sa femme à Marioupol ont disparu depuis le début du siège russe. «Nous pouvons soutenir les Ukrainiens en leur donnant des instructions sur la manière de gérer la guerre, de se cacher et de recueillir des fonds. Nous les aiderons par tous les moyens possibles», conclut-il.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Alpinisme en Equateur : Trois morts, douze blessés dans une chute

Vue du volcan Carihuairazo, dans les Andes centrales de l'Équateur, le 18 février 2019. (AFP)
Vue du volcan Carihuairazo, dans les Andes centrales de l'Équateur, le 18 février 2019. (AFP)
Short Url
  • «Une femme de 47 ans et deux hommes de 45 et 50 ans sont décédés dans cette urgence», selon le communiqué
  • Les douze blessés, âgés de 39 à 58 ans, ont été transférés dans des hôpitaux des villes de Riobamba et Ambato

QUITO: Trois alpinistes sont morts et douze ont été blessés après avoir fait une chute lors de l'ascension du volcan Carihuairazo en Équateur, ont indiqué samedi les services de secours.

"Une femme de 47 ans et deux hommes de 45 et 50 ans sont décédés dans cette urgence", ont indiqué les services de secours ECU911 dans un communiqué.

"En raison des conditions météorologiques et de la tombée de la nuit, il n'a pas été possible d'évacuer les corps".

Les douze blessés, âgés de 39 à 58 ans, ont été transférés dans des hôpitaux des villes de Riobamba et Ambato.

Les alpinistes tentaient d'atteindre le sommet du volcan des Andes centrales lorsqu'ils ont fait une chute de 60 mètres.

Le Carihuairazo, un sommet de 5.018 mètres situé dans la province de Tungurahua, est voisin du volcan Chimborazo, le plus haut sommet du pays, qui culmine à plus de 6 200 mètres.

La récupération des corps des personnes décédées, toutes équatoriennes, se poursuivra dimanche.


Australie: un homme arrêté après des coups de feu à l'aéroport de Canberra

Des policiers montent la garde à l'entrée d'un terminal après qu'un homme armé a ouvert le feu à l'aéroport de Canberra, le 14 août 2022. (Photo de l'AFP)
Des policiers montent la garde à l'entrée d'un terminal après qu'un homme armé a ouvert le feu à l'aéroport de Canberra, le 14 août 2022. (Photo de l'AFP)
Short Url
  • La police a évacué et fermé le principal aéroport de la capitale australienne, menant à la suspension de nombreux vols
  • De l'extérieur, plusieurs impacts de balle étaient visibles sur la façade vitrée de l'aéroport, selon des images diffusées par la chaîne publique australienne ABC

CANBERRA :Un homme a tiré cinq coups de feu à l'aéroport de Canberra dimanche, provoquant la panique des passagers mais ne faisant pas de victime, selon la police australienne qui l'a arrêté.

La police a évacué et fermé le principal aéroport de la capitale australienne, menant à la suspension de nombreux vols.

«Un homme est entré dans l'aéroport de Canberra dans la zone des départs. Il s'est assis dans l'une des zones adjacentes aux fenêtres en verre», a déclaré le commissaire Dave Craft aux journalistes à l'extérieur du bâtiment de l'aéroport.

«Après environ cinq minutes, cet homme a pris une arme à feu en sa possession et a tiré environ cinq fois», a-t-il détaillé.

Le Premier ministre Anthony Albanese a été mis au courant de l'incident:

«On m'informe qu'un homme a été arrêté et qu'il n'y a aucune menace en cours», a-t-il exprimé dans un communiqué.

De l'extérieur, plusieurs impacts de balle étaient visibles sur la façade vitrée de l'aéroport, selon des images diffusées par la chaîne publique australienne ABC.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux montrent un policier immobilisant un homme au sol à l'intérieur du terminal tandis que les alarmes retentissaient dans le principal aéroport de la capitale.

«La police a été avertie (...) à la suite d'informations faisant état de coups de feu dans le terminal principal», a indiqué la police de la capitale australienne.

«Peu de temps après, une personne a été placée en garde à vue et une arme à feu a été confisquée», a-t-elle ajouté, soulignant que l'homme semblait avoir agi seul.

Le motif de l'assaillant présumé n'est pour l'heure pas claire.

La situation est maintenant sous contrôle, selon la police.

La journaliste d'ABC Lily Thomson, sur place, a dit avoir entendu des coups de feu avant que les gens ne commencent à crier.

Elle a vu une femme effrayée qui s'occupait d'un bébé. «Nous avons tous couru et je suis restée avec cette grand-mère et son bébé et (nous nous sommes) cachés derrière le bureau d'information», a-t-elle relaté sur ABC.

«Nous sommes restés là pendant quelques minutes jusqu'à ce que la sécurité nous dise d'évacuer vers le parking».

«Tout le monde se cachait derrière des chaises et les gens couraient», a-t-elle ajouté.

L'aéroport de Canberra a déclaré qu'il travaillait avec les compagnies aériennes pour relancer les vols d'ici dimanche après-midi. Certains vols ont été annulés.


Feux de forêt: un été record de surfaces brûlées en Europe

Un pompier tactique français allume un feu contrôlé pour ralentir la progression d'un feu de forêt près de Belin-Beliet, dans le sud-ouest de la France, le 13 août 2022. (Photo de Thibaud MORITZ / AFP)
Un pompier tactique français allume un feu contrôlé pour ralentir la progression d'un feu de forêt près de Belin-Beliet, dans le sud-ouest de la France, le 13 août 2022. (Photo de Thibaud MORITZ / AFP)
Short Url
  • La France a connu des années pires dans les années 1970, avant les données standardisées européennes
  • Mais l'année 2022 est la plus grave en 16 ans selon ces chiffres, en grande partie à cause de deux grands brasiers successifs en Gironde

PARIS: Alors que la haute saison des feux n'est pas encore terminée, le bilan provisoire des incendies s'alourdit dans l'Union européenne avec déjà plus de de 660 000 hectares brûlés depuis janvier, établissant un record à ce stade de l'année depuis le début des données satellitaires en 2006.

Depuis le 1er janvier, les incendies ont ravagé 662 776 hectares de forêts dans l'Union européenne selon les données actualisées dimanche du système européen d'information sur les feux de forêts (EFFIS), qui tient des statistiques comparables depuis 2006 grâce aux images de satellites du programme européen Copernicus.

La France a connu des années pires dans les années 1970, avant les données standardisées européennes. Mais l'année 2022 est la plus grave en 16 ans selon ces chiffres, en grande partie à cause de deux grands brasiers successifs en Gironde, dans le sud-ouest du pays, où des pompiers allemands, polonais ou encore autrichiens sont arrivés cette semaine en renfort.

La situation est également exceptionnelle en Europe centrale: les pompiers ont ainsi mis plus de dix jours en juillet pour maîtriser le plus grand incendie de l'histoire récente de la Slovénie, aidés par une population si mobilisée que le gouvernement a dû demander aux habitants d'arrêter de faire des dons aux pompiers.

Mais ne disposant pas d'avions spécialisés pour combattre les feux, la Slovénie a dû appeler à l'aide la Croatie, qui a envoyé un avion... avant de le rappeler pour éteindre ses propres incendies. Le gouvernement slovène envisage désormais l'acquisition de ses premiers avions bombardiers d'eau.

Très spectaculaire aussi, à Berlin, en Allemagne, un vaste incendie s'est déclaré la semaine dernière à partir d'un dépôt de munitions de la police, dans une forêt en pleine sécheresse, un feu rapidement maîtrisé. Jusqu'ici épargnée par de tels incendies, la capitale allemande est de nos jours de plus en plus menacée en raison de l'importance de ses zones boisées.

Mais la zone la plus frappée par les incendies est la péninsule ibérique. L'Espagne, asséchée comme la France par plusieurs canicules cet été, a vu 246 278 hectares ravagés par les incendies, principalement en Galice dans le nord-ouest. La situation s'est toutefois améliorée avec la baisse des températures.

Le Portugal lutte aussi depuis plus d'une semaine contre un feu dans le géo-parc mondial reconnu par l'Unesco dans la région de la montagne de la Serra da Estrela, qui culmine à environ 2.000 mètres.