La Lituanie détiendrait arbitrairement des migrants dans des conditions inhumaines selon Amnesty

Un homme est retenu dans un centre de détention à Alytus, en Lituanie. (Reuters)
Un homme est retenu dans un centre de détention à Alytus, en Lituanie. (Reuters)
Short Url
Publié le Mardi 28 juin 2022

La Lituanie détiendrait arbitrairement des migrants dans des conditions inhumaines selon Amnesty

  • Amnesty International s'est entretenue avec des dizaines de réfugiés originaires d'Irak, de Syrie, du Nigeria, du Sri Lanka, du Cameroun et de la République démocratique du Congo.
  • «On entend parler des droits de l'homme en Irak et des droits des femmes en Europe. Mais, ici, nous sommes privés de ces droits», confie à Amnesty International une femme yazidie

LONDRES: L'organisation Amnesty International a accusé les autorités lituaniennes de détenir arbitrairement des milliers de migrants dans des centres militaires, de les torturer et de les «traiter de manière inhumaine».
Amnesty International a publié un rapport qui expose dans le détail les conditions de détention des réfugiés et des migrants pendant des mois en Lituanie, dans des locaux qui ressemblent à des prisons. Ces personnes se voient refuser les procédures d'asile équitables et sont soumises à de graves violations des droits humains.
Amnesty International s'est entretenue avec des dizaines de réfugiés originaires d'Irak, de Syrie, du Nigeria, du Sri Lanka, du Cameroun et de la République démocratique du Congo.
Nombre de ces réfugiés ont rapporté que les gardiens les avaient battus, insultés et soumis à des actes d'intimidation et de harcèlement à caractère raciste.
Ces personnes ont également dénoncé l'accès insuffisant aux installations sanitaires et aux soins de santé. «On entend parler des droits de l'homme en Irak et des droits des femmes en Europe. Mais, ici, nous sommes privés de ces droits», confie à Amnesty une femme yazidie qui a été incarcérée au centre de détention de Medininkai.
Ce traitement offre un contraste saisissant avec celui qu’on réserve aux individus qui ont fui le conflit en Ukraine.
«La Lituanie réserve, à juste titre, un accueil chaleureux aux dizaines de milliers de personnes qui ont fui l'Ukraine. En revanche, les détenus avec lesquels nous nous sommes entretenus ont vécu une expérience bien différente. Le racisme institutionnel ancré en Lituanie dans le système des migrations suscite de graves préoccupations», déclare Nils Muiznieks, directeur régional pour l'Europe auprès d'Amnesty International.
Les députés ont voté en juillet 2021 une nouvelle loi qui prévoit la détention des personnes ayant pénétré de manière illégale en Lituanie.
Les autorités lituaniennes qualifient cette détention d’«hébergement temporaire» afin d'échapper aux dispositions légales prévues par l'Union européenne contre la détention arbitraire.
Les détenus interrogés par Amnesty International ont fait savoir que les gardiens les ont agressés lorsqu'ils ont protesté contre leurs conditions de détention déplorables.
Les autorités les ont agressés à coups de matraque. Elles les ont arrosés de gaz poivré et ont utilisé des pistolets Taser.
Un psychologue qui a travaillé au centre fait l'objet d'une enquête pour des faits présumés de violences sexuelles sur des détenus.
Amnesty International a également recueilli des informations sur la manière dont les hommes et femmes noirs, en particulier, ont fait l’objet de propos racistes profondément offensants.
En dépit des preuves accablantes publiées aujourd'hui par Amnesty International et celles qui ont été fournies l'année dernière par d'autres organisations internationales et des groupes locaux, le Parlement européen clame qu'il n'existe aucune preuve concrète concernant ces violations du droit international et européen.
S'adressant à la chaîne Euronews, la ministre lituanienne de l'Intérieur, Agne Bilotaite, a déclaré que le rapport «reflète les points de vue et les témoignages d'une seule partie». La Lituanie «coopère en permanence avec toutes les instances et organisations de défense des droits de l'homme; elle adhère au principe du dialogue ouvert et de l'État de droit», soutient-elle.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Attentat à l'explosif dans une mosquée à Kaboul : 21 morts

Des combattants talibans tiennent des armes alors qu'ils montent sur un humvee pour célébrer leur jour de victoire près de l'ambassade des États-Unis à Kaboul le 15 août 2022. (AFP)
Des combattants talibans tiennent des armes alors qu'ils montent sur un humvee pour célébrer leur jour de victoire près de l'ambassade des États-Unis à Kaboul le 15 août 2022. (AFP)
Short Url
  • Au moins 21 personnes ont été tuées et 33 blessées dans un attentat à l'explosif dans une mosquée de Kaboul
  • L'explosion s'est produite dans une mosquée pendant la prière du soir

KABOUL: Au moins 21 personnes ont été tuées et 33 blessées dans un attentat à l'explosif dans une mosquée de Kaboul, mercredi à l'heure de la prière du soir, selon un bilan de la police donné jeudi.

"Hier (mercredi), une explosion s'est produite dans une mosquée (...) pendant la prière du soir. En conséquence, 21 de nos concitoyens sont morts en martyrs et 33 ont été blessés", a déclaré dans un communiqué Khalid Zadran, porte-parole de la police de Kaboul.

"La déflagration a été causée par des explosifs placés dans la mosquée" sunnite, située dans le nord-ouest de la capitale afghane, a-t-il précisé à l'AFP.

"La plupart des patients que nous avons reçus à la suite de l'explosion souffrent de blessures causées par des éclats de bombe et des brûlures", avait indiqué à l'AFP mercredi soir l'ONG italienne Emergency, qui opère dans un hôpital de Kaboul, en précisant avoir reçu de son côté 27 victimes, dont trois étaient décédées.

Plus tard dans un tweet, l'ONG a ajouté que cinq enfants figuraient parmi les personnes soignées, dont un âgé de sept ans.

La mosquée Sediqia qui a été visée se trouve dans le quartier sunnite Khair Khana et dispose aussi d'une école coranique.

Jeudi matin, l'édifice, dont les vitres étaient brisées, était sécurisé par de nombreux talibans armés, présents aussi dans les rues alentours dont ils contrôlaient les accès, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Cette attaque intervient près d'une semaine après la mort d'un dignitaire religieux taliban et de son frère, tués dans un attentat suicide dans une école coranique à Kaboul, et revendiqué par l’organisation Etat islamique (EI).

Le religieux, Rahimullah Haqqani, était notamment connu pour ses discours enflammés contre l'EI.

Le nombre d'attentats a diminué en Afghanistan depuis que les talibans ont pris le pouvoir il y a un an, mais ils n'ont pas cessé pour autant.

Plusieurs attaques meurtrières ont eu lieu en août, et une série d'attentats à la bombe a surtout frappé le pays fin avril, pendant le mois sacré de ramadan, et fin mai, dans lesquels des dizaines de personnes ont trouvé la mort.

La plupart des attaques ont été revendiquées par l'EI, qui vise principalement les minorités religieuses afghanes chiite, soufie et sikh, mais aussi les talibans.

L'attaque de mercredi a eu lieu alors que des hauts responsables talibans participent jeudi à une grande assemblée de quelque 2.000 responsables religieux à Kandahar (sud), berceau et centre de décision du mouvement islamiste.


Au Royaume-Uni, les grèves de la colère face à l'inflation

Les acheteurs marchent le long d'Oxford Street dans le centre de Londres le 17 août 2022. (AFP)
Les acheteurs marchent le long d'Oxford Street dans le centre de Londres le 17 août 2022. (AFP)
Short Url
  • Jeudi et samedi, des dizaines de milliers d'employés des chemins de fer britanniques sont appelés à cesser le travail par les syndicats RMT, TSSA et Unite
  • Le pouvoir d'achat est grignoté par les hausses de prix à une vitesse record, ce qui «démontre le besoin vital (...) de défendre la valeur de la rémunération des travailleurs», selon le communiqué Sharon Graham

LONDRES: Cheminots, postiers, dockers: le Royaume-Uni connaît ses pires grèves depuis des décennies avec une nouvelle salve qui démarre cette semaine pour de meilleurs salaires face à l'inflation qui flambe et le pouvoir d'achat qui fond.

Jeudi et samedi, des dizaines de milliers d'employés des chemins de fer britanniques sont appelés à cesser le travail par les syndicats RMT, TSSA et Unite, nouvel épisode de la plus grosse grève en 30 ans dans le secteur, entamée fin juin.

En cette période de vacances scolaires, Network Rail, le gestionnaire public du réseau, a prévenu que seul un train sur cinq circulerait, appelant les Britanniques à ne voyager "que si cela est absolument nécessaire".

Vendredi, l'ensemble du réseau de transport de Londres sera quasi paralysé, et restera très perturbé pendant tout le week-end.

Dimanche, les dockers du port de Felixstowe (est de l'Angleterre) - le plus gros pour le fret dans le pays - démarrent une grève de huit jours, menaçant de mettre à l'arrêt une grande partie du trafic de marchandises du pays.

Partout le mot d'ordre est le même: les employés réclament des hausses de salaires en phase avec l'inflation, qui a atteint en juillet 10,1% sur un an au Royaume-Uni et pourrait dépasser 13% en octobre, selon les prévisions de la Banque d'Angleterre.

Le pouvoir d'achat est grignoté par les hausses de prix à une vitesse record, ce qui "démontre le besoin vital (...) de défendre la valeur de la rémunération des travailleurs", assure dans un communiqué Sharon Graham, secrétaire générale du syndicat Unite, l'un des principaux du pays.

Impasse 

A l'appel du syndicat sectoriel CWU, plus de 115 000 postiers britanniques ont prévu quatre jours de débrayage entre fin août et début septembre, et quelque 40 000 employés de l'opérateur de télécoms BT poursuivront leur première grève en 35 ans.

Des actions sont prévues ou ont eu lieu dans les entrepôts d'Amazon, chez les avocats pénalistes ou parmi les éboueurs.

"Les employeurs font leur possible pour aider leur personnel à traverser cette période", a assuré mardi le syndicat patronal CBI dans un communiqué. "Mais une large majorité ne peut se permettre d'augmenter suffisamment les salaires pour suivre l'inflation", a-t-il fait valoir.

Certaines grèves ont pourtant été récemment évitées à la dernière minute, suite à des offres de rémunération jugées satisfaisantes.

C'est le cas de salariés d'une entreprise de ravitaillement en carburant à l'aéroport d'Heathrow, qui menaçaient de perturber le trafic et ont finalement renoncé à débrayer.

Des personnels au sol de British Airways, qui demandaient au minimum le rétablissement de salaires amputés de 10% pendant la pandémie, ont accepté une hausse de 13% et levé la grève.

Si les cheminots poursuivent leur mouvement jeudi, c'est que les négociations avec la multitude d'opérateurs privés du secteur sont dans l'impasse. Ils ont aussi rejeté une offre salariale de Network Rail qu'ils accusent d'être conditionnée à des licenciements massifs.

Le ministre des Transports, Grant Shapps, qui a refusé de s'impliquer directement dans les discussions, est pointé du doigt par les organisations, accusé de ne pas donner de mandat suffisant aux entreprises pour négocier.

Autre motif de colère syndicale: le gouvernement vient de modifier la loi afin de permettre le recours à des intérimaires pour remplacer les grévistes.

Le célèbre grand magasin de luxe londonien Harrods a été "le premier employeur à menacer son personnel" de faire usage de cette loi, alors que certains employés votent actuellement une éventuelle grève, selon Unite.

Les mouvements pourraient durer au-delà de l'été, et aussi s'étendre aux fonctionnaires de l'enseignement ou encore de la santé, où le syndicat a taclé des offres salariales "misérables" de 4%.


La Chine va envoyer des troupes en Russie pour des exercices militaires conjoints

Des soldats de l'Armée populaire de libération (APL) de Chine participent à un exercice militaire bilatéral avec les forces indiennes dans le cantonnement de l'armée d'Umroi, dans l'État de Meghalaya, dans le nord-est de l'Inde, le 7 décembre 2019. (Photo, AFP)
Des soldats de l'Armée populaire de libération (APL) de Chine participent à un exercice militaire bilatéral avec les forces indiennes dans le cantonnement de l'armée d'Umroi, dans l'État de Meghalaya, dans le nord-est de l'Inde, le 7 décembre 2019. (Photo, AFP)
Short Url
  • La Chine et la Russie entretiennent des liens étroits en matière de défense et Pékin a indiqué vouloir porter les relations bilatérales «à un niveau plus élevé»
  • La Chine va participer aux exercices annuels «Vostok» - prévus du 30 août au 5 septembre selon Moscou - dans le cadre de sa coopération avec la Russie

PEKIN: Pékin va envoyer des troupes en Russie pour participer à des exercices militaires conjoints à la fin du mois, afin d'"approfondir la coopération" entre les deux armées, a annoncé le ministère chinois de la Défense.

La Chine et la Russie entretiennent des liens étroits en matière de défense et Pékin a indiqué vouloir porter les relations bilatérales "à un niveau plus élevé", malgré les condamnations internationales suscitées par la guerre en Ukraine.

Selon un communiqué diffusé mercredi, la Chine va participer aux exercices annuels "Vostok" - prévus du 30 août au 5 septembre selon Moscou - dans le cadre de sa coopération avec la Russie.

"L'objectif est d'approfondir la coopération pratique et amicale avec les armées des pays participants, d'accroître le niveau de collaboration stratégique entre les parties participantes et de renforcer la capacité à répondre aux diverses menaces pour la sécurité", indique le ministère de la Défense dans le communiqué.

L'Inde, le Bélarus, la Mongolie, le Tadjikistan, entre autres, participeront aussi à ces exercices.

La Chine et l'Inde ont été accusées ces derniers mois de couvrir diplomatiquement la Russie en s'opposant aux sanctions occidentales et aux ventes d'armes à l'Ukraine.

Mais Pékin assure que sa participation aux exercices militaires est "sans aucun rapport avec la situation actuelle au niveau régional et international".

Il s'agit des deuxièmes exercices menés conjointement par la Chine et la Russie cette année.

En mai, les deux pays avaient organisé pendant 13 heures des manoeuvres près du Japon et de la Corée du Sud, forçant ces derniers à lancer des avions de chasse en dissuasion, au moment où le président américain Joe Biden se trouvait à Tokyo.

Washington s'inquiète régulièrement du rapprochement entre la Chine et la Russie, estimant que cela met en danger la sécurité mondiale.

Interrogé sur la participation chinoise à ces exercices conjoints, le porte-parole du département d'Etat, Ned Price, a toutefois indiqué que les Etats-Unis n'avaient pas d'"interprétation particulière".

"La plupart des pays concernés participent aussi régulièrement à un large éventail d'exercices et d'échanges militaires avec les Etats-Unis", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.