Kenya: monétiser oiseaux ou girafes pour mieux protéger humains et nature

La dizaine de tentes luxueuses du camp voient affluer à nouveau les touristes, après l'arrêt lié au Covid-19. Ils observent en petit comité éléphants, girafes, antilopes ou lions sur 5 000 hectares, situés au bord du parc national d'Amboseli, dans le sud du pays, et ont un aperçu de la vie des Masai, les propriétaires des terres. (AFP).
La dizaine de tentes luxueuses du camp voient affluer à nouveau les touristes, après l'arrêt lié au Covid-19. Ils observent en petit comité éléphants, girafes, antilopes ou lions sur 5 000 hectares, situés au bord du parc national d'Amboseli, dans le sud du pays, et ont un aperçu de la vie des Masai, les propriétaires des terres. (AFP).
Short Url
Publié le Samedi 25 juin 2022

Kenya: monétiser oiseaux ou girafes pour mieux protéger humains et nature

  • La dizaine de tentes luxueuses du camp voient affluer à nouveau les touristes, après l'arrêt lié au Covid-19
  • Ils observent en petit comité éléphants, girafes, antilopes ou lions sur 5 000 hectares, situés au bord du parc national d'Amboseli

AMBOSELI : "Choucador superbe: deux", "pic de Nubie: un"... Plantés au milieu de la savane kényane, deux hommes recensent les oiseaux, avec en arrière-plan le Kilimandjaro. Ce programme pilote dans la réserve privée du Selenkay vise à mesurer la richesse naturelle et à en tirer un jour de nouveaux revenus, en plus du tourisme.

La dizaine de tentes luxueuses du camp voient affluer à nouveau les touristes, après l'arrêt lié au Covid-19. Ils observent en petit comité éléphants, girafes, antilopes ou lions sur 5 000 hectares, situés au bord du parc national d'Amboseli, dans le sud du pays, et ont un aperçu de la vie des Masai, les propriétaires des terres.

La réserve "n'est pas isolée des communautés, ça leur appartient", insiste un manager du camp, Daniel Mamai. Aucune clôture ne la sépare des terres utilisés par les éleveurs pour leurs vaches, moutons, chèvres et ânes.

"Avec le Covid-19, le tourisme s'est complètement effondré et nous avons réalisé que nous avions besoin de trouver d'autres moyens d'augmenter les recettes pour continuer à payer les loyers" aux Masai, raconte à l'AFP Mohanjeet Brar, le directeur général de la société Gamewatchers safaris, locataire des terres et gestionnaire de la réserve.

Une des pistes consiste à mesurer la quantité de carbone stockée par la végétation et les sols ainsi que la richesse biologique de leurs réserves, pour en tirer des crédits carbone et biodiversité.

"Nous voulons comprendre ce qu'est un écosystème de prairies en bonne santé et comment en monétiser certains aspects", indique Mohanjeet Brar.

Une entreprise pourrait ainsi compenser ses émissions de CO2 ou ses activités polluantes. Si le marché des crédits carbone est bien installé, bien que loin d'être parfait, celui des crédits biodiversité reste à créer.

Absence de pluie

Andrew Davies, chercheur à l'université américaine de Harvard qui participe au projet, s'intéresse à "la relation entre le carbone, la structure végétale, l'intégrité des écosystèmes et la biodiversité", explique-t-il à l'AFP.

Pour mieux comprendre ces interactions, la quantité de carbone stockée dans les arbres et dans le sol est mesurée, notamment avec un drone. Côté biodiversité, des caméras et des enregistreurs acoustiques placés dans et en dehors de la réserve permettent de voir quels animaux sont présents, et leur densité.

Une observation visuelle vient compléter le dispositif. Pendant un mois, matin et soir, des membres de l'équipe se postent à des points précis et relèvent tous les animaux vus et entendus pendant 10 minutes. "Nous avons besoin de données", explique un des guides, Nicholas Koyieyo, notant une trace fraîche de girafe sur le sol craquelé et poussiéreux, en manque de pluie.

"La biodiversité est-elle plus importante dans ou en dehors de la réserve, et qu'est-ce qui favorise cette croissance? Une fois que nous le saurons d'un point de vue scientifique, nous pourrons penser à en faire un crédit à vendre", indique Andrew Davies.

Dans un premier temps, il s'agit de vendre des crédits carbone car le marché est en place et les Masai en verront rapidement les fruits, poursuit-il. Dans un deuxième temps, le zoologiste espère que des crédits biodiversité seront vendus.

"Notre but est qu'au moins 60% (des revenus tirés des crédits carbone) aillent aux propriétaires terriens", précise Mohanjeet Brar.

Gamewatchers safaris fournit des revenus aux Masai via la location des terres, des emplois - tous les rangers et la quasi-totalité de l'équipe de Selenkay - ou encore de l'eau pour les habitants et le bétail.

Terres clôturées

Mais les conditions de vie sont difficiles, comme le souligne Noolasho Keteko, une des femmes du village masai qui borde la réserve. Cette mère de huit enfants, cheveux ras et parée de bijoux de perles colorées, tire aussi des revenus des visites des touristes au village de huttes en terre et de la vente de bijoux.

Mais le camp ferme en avril et mai pour la saison des pluies et le village aurait alors besoin d'assistance, explique-t-elle.

Avec le revenu complémentaire tiré des crédits carbone et biodiversité, les éleveurs pourraient réduire le nombre de têtes de bétail, "cela laisserait plus de temps à l'herbe et aux arbres pour se régénérer et nous aurions un écosystème plus équilibré dans et en dehors de la réserve", estime Nicholas Koyieyo.

Ils veulent aussi éviter que les terres soient vendues, transformées en champs et clôturées, empêchant la faune sauvage de se déplacer librement. A quelques kilomètres de la réserve, une haute clôture barre déjà le paysage pour faire place à des champs.

Les touristes, eux, profitent du spectacle d'une douzaine d'éléphants se désaltérant à un point d'eau, sans être forcément conscients de tous ces enjeux. Mais pour Maxine Gardner, une retraitée américaine de 69 ans, son séjour à Selenkay lui aura permis d'être plus "sensibilisée à notre impact" sur la nature.


France: à la bibliothèque nationale, les jeux vidéo sont un «  patrimoine culturel à part entière  »

Une console Hanimex 7771 appartenant à la collection Charles Cros exposée à la Bibliothèque nationale de France François-Mitterrand à Paris. (AFP).
Une console Hanimex 7771 appartenant à la collection Charles Cros exposée à la Bibliothèque nationale de France François-Mitterrand à Paris. (AFP).
Short Url
  • Comment conserver éternellement ces jeux alors que les supports physiques se dégradent au fil du temps et que l'obsolescence technologique les menace ?
  • Grâce à la numérisation des jeux analogiques et les "émulateurs", ces logiciels développés par des communautés de passionnés qui permettent de jouer à des jeux anciens sur des ordinateurs récents

PARIS : A côté des livres anciens, films, documents sonores... se trouvent juke-box, Game Boy ou Magnavox Odyssey des Etats-Unis: avec environ 20 000 objets vidéoludiques conservés, la Bibliothèque nationale de France, à Paris, possède l'une des plus grandes collections du genre, un "patrimoine culturel à part entière" qu'elle préserve avec soin.

Pour accéder aux trésors vidéoludiques de la Bibliothèque nationale de la République française, il faut se rendre dans l'une des quatre tours de 79 mètres de haut, et 22 étages chacune, de la bibliothèque François-Mitterrand (du nom de l'ancien président de la République, 1981-1995), dans le sud-ouest de Paris. Avec l'escorte impérative d'un conservateur pour franchir les différents contrôles de sécurité.

Au milieu des gramophones et juke-box de la réserve Charles Cros (poète et inventeur français du XIXe siècle), deux vitrines abritent une dizaine de consoles emblématiques de l'histoire du jeu vidéo, à l'image de la célèbre Game Boy de Nintendo, l'Atari Lynx, la Sega Saturne et surtout la très rare Magnavox Odyssey, commercialisée en 1972 aux Etats-Unis.

"On conserve ces consoles pour donner aux futurs chercheurs, dans des dizaines voire des centaines d'années, à comprendre comment on pouvait jouer à ces jeux vidéo, quel était le matériel utilisé", explique à l'AFP Laurent Duplouy, chef du service multimédias au département dédié de la Bibliothèque nationale de France (BNF).

"Pour la BnF, le jeu vidéo est aussi précieux que les autres types de documents conservés. On y porte la même attention, c'est un patrimoine culturel à part entière", ajoute-t-il.

Mission encore assez confidentielle de la BnF, la collection et préservation du patrimoine vidéoludique s'expliquent par la loi sur le "dépôt légal" des documents multimédias, datant de 1992.

Si le texte ne mentionne pas directement les jeux vidéo, il a fait entrer dans ce dispositif de conservation les logiciels interactifs, et donc, par extension, les productions vidéoludiques. Chaque titre ou version de jeu doit être ainsi déposé à la BnF en deux exemplaires: l'un pour la conservation et l'autre pour la consultation.

Avec une équipe de 20 personnes dédiées à cette mission, des chargés de collection, des magasiniers et aussi des ingénieurs, la BnF parvient à récolter 2.000 documents de ce type chaque année.

Dématérialisation

Après les consoles, direction quelques étages plus bas pour découvrir les milliers de jeux entreposés dans les galeries de conservation, plongées dans le noir à température constante de 19 degrés, et protégées de l'humidité.

Reconditionné dans des boîtes neutres, chaque jeu dispose de sa cote pour être indexé dans le catalogue général de la bibliothèque.

D'Adibou, le célèbre jeu éducatif, au premier opus de Tomb Raider, qui a fait connaître le personnage de Lara Croft dans le monde entier, en passant par les derniers épisodes du jeu d'aventure Assassin's Creed, tous les genres sont représentés sur tous les supports possibles (cartouches, disquettes, CD-ROM,...).

Mais comment conserver éternellement ces jeux alors que les supports physiques se dégradent au fil du temps et que l'obsolescence technologique les menace ?

Grâce à la numérisation des jeux analogiques et les "émulateurs", ces logiciels développés par des communautés de passionnés qui permettent de jouer à des jeux anciens sur des ordinateurs récents, explique Laurent Duplouy.

"On a deux ingénieurs au sein du service multimédia qui font de la veille en permanence sur ces questions-là pour trouver les émulateurs, les faire fonctionner et les mettre en adéquation avec nos collections", indique-t-il.

Autre enjeu à venir pour les conservateurs de la BnF: la dématérialisation des jeux ("cloud gaming") qui s'impose de plus en plus comme le modèle vidéoludique dominant, à l'image du jeu phénomène Fortnite, accessible seulement en ligne sur une plateforme dédiée et via des mises à jour régulières.

"Nous sommes en négociation avec des éditeurs et certaines plateformes pour trouver le moyen d'arriver à récupérer des jeux en dépôt légal sous leur forme dématérialisée", assure le responsable, admettant les limites techniques posées par ce nouveau modèle.


Une fois, deux fois, adjugé?... Des lions du Pakistan proposés aux enchères

Des visiteurs regardent des lions au zoo Safari de Lahore (Photo, AFP).
Des visiteurs regardent des lions au zoo Safari de Lahore (Photo, AFP).
Short Url
  • Au Pakistan les zoos se distinguent par la médiocrité de leurs installations et la pauvreté des soins
  • Les responsables du zoo prévoient de vendre aux enchères douze jeunes lions

LAHORE, Pakistan: Le zoo de Lahore, au Pakistan, va vendre aux enchères douze de ses vingt-neuf lions la semaine prochaine, afin de faire de la place pour la troupe qui ne cesse de s'agrandir.

Les félins sont désormais si nombreux au Safari Zoo de Lahore (nord-est) que les lions et les tigres ne peuvent rejoindre leurs enclos qu'à tour de rôle, explique à l'AFP le directeur adjoint du zoo, Tanvir Ahmed Janjua.

Grâce à la vente, "nous allons non seulement libérer de l'espace, mais aussi réduire nos dépenses en viande destinée à les nourrir", espère-t-il.

Les responsables du zoo, qui abrite également six tigres et deux jaguars, prévoient de vendre aux enchères douze jeunes lions, âgés de deux à cinq ans.

L'initiative fait bondir certains défenseurs des animaux, le Fonds mondial pour la nature (WWF) jugeant notamment que les fauves devraient être transférés vers d'autres zoos ou que les femelles devraient être stérilisées ou mises sous contraceptifs.

"Les échanges et les dons d'animaux entre zoos sont une pratique largement acceptée", assure Uzma Khan, du WWF.

"À partir du moment où une institution telle qu'un zoo fixe un prix sur une espèce sauvage, elle encourage le commerce, ce qui va à l'encontre de la préservation", argumente-t-elle.

Au Pakistan, il n'est toutefois pas rare - pour les plus aisés - de prendre comme animal de compagnie des lions, des tigres ou d'autres représentants d'espèces exotiques, vus comme des symboles extérieurs de richesse.

Leurs propriétaires publient sur les réseaux sociaux des photos et des vidéos des fauves, et les louent comme accessoires pour des films et des séances de photos.

Les responsables du zoo, qui ont fixé une réserve de 150.000 roupies (700 dollars) par lion, espèrent que chaque animal trouvera un acquéreur pour environ deux millions de roupies (environ 9.300 dollars).

Mais les éventuels acheteurs devront, au préalable, s'enregistrer auprès des autorités locales et prouver qu'ils ont les moyens d'assurer aux félins les soins et un abri appropriés.

Collectionneurs de lions

L'année dernière, une vente aux enchères de lions n'avait pas pu avoir lieu, les acheteurs potentiels ne disposant pas des documents ou attestations nécessaires, rappelle le vétérinaire du zoo, Muhammad Rizwan Khan.

Nouman Hassan, qui s'est attiré les foudres des autorités pour avoir promené son tigre en laisse dans Lahore - la deuxième ville du pays -, prévoit en tout cas d'y participer.

"J'essaierai d'acheter deux ou trois lions, c'est sûr". La vente est aussi l'occasion de diversifier le patrimoine génétique pour des collectionneurs possédant déjà plusieurs lions, explique-t-il.

Aux quatre coins du Pakistan, les zoos se distinguent par la médiocrité de leurs installations et la pauvreté des soins dispensés aux animaux.

Fin 2020, le zoo de la capitale Islamabad, qui s'était attiré des condamnations internationales pour avoir maltraité l'éléphant Kaavan, avait dû fermer ses portes. Le pachyderme obèse de 36 ans était ensuite parti vers une réserve naturelle cambodgienne.

Le Safari Zoo de Lahore, qui s'étend sur plus de 80 hectares, est toutefois considéré comme l'un des plus accueillants du pays.

Pour M. Khan, le vétérinaire, les animaux y reçoivent les meilleurs soins possibles, ce qui se reflète dans leur fécondité. "Ils connaissent une bonne vie en captivité avec nous", a-t-il déclaré.


L'équipe d'Arabie saoudite remporte l'or à la Special Olympics Unified Cup 2022

L'équipe d'Arabie saoudite pose avec ses médailles d'or à la Special Olympics Unified Cup 2022. (Twitter/@saudiarabiaso)
L'équipe d'Arabie saoudite pose avec ses médailles d'or à la Special Olympics Unified Cup 2022. (Twitter/@saudiarabiaso)
Short Url
  • Dans les sports unifiés, les joueurs avec et sans déficience intellectuelle s'affrontent dans la même équipe
  • Lors du match final, l'Arabie saoudite a battu la Roumanie 3 à 1

 

RIYAD : L'équipe saoudienne est entrée dans l'histoire en remportant la médaille d'or de la Special Olympics Unified Cup 2022 samedi, a rapporté l'agence de presse saoudienne.

Lors du match final, l'Arabie saoudite a battu la Roumanie 3 à 1.

L'équipe saoudienne a participé pour la première fois à la Special Olympics Unified Cup, aux côtés de 22 autres équipes du monde entier, du 31 juillet au 6 août à Détroit, dans le Michigan.

Dans les sports unifiés, les joueurs avec et sans déficience intellectuelle s'affrontent dans la même équipe.

Les Émirats arabes unis, l'Égypte et le Maroc faisaient partie des équipes arabes qui ont participé à la coupe.

Les autres équipes étaient le Brésil, les États-Unis, la Jamaïque, la Corée du Sud, le Nigeria, le Paraguay, la Roumanie et Singapour.

Le président du conseil d'administration de Special Olympics International, le Dr Timothy Shriver, a félicité l'équipe saoudienne pour sa médaille d'or.

Le directeur des Jeux olympiques spéciaux saoudiens, Abdulrahman Al-Quraishi, a également félicité les joueurs, le personnel technique et administratif, ainsi que les membres de la mission saoudienne pour leur performance exceptionnelle.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com