Julie Gayet: «La musique et l’image ont une histoire fusionnelle depuis toujours»

Julie Gayet, comédienne, actrice et productrice. (Photo, Marie Astrid Jamois)
Julie Gayet, comédienne, actrice et productrice. (Photo, Marie Astrid Jamois)
Short Url
Publié le Jeudi 23 juin 2022

Julie Gayet: «La musique et l’image ont une histoire fusionnelle depuis toujours»

Julie Gayet, comédienne, actrice et productrice. (Photo, Marie Astrid Jamois)
  • La musique et Julie Gayet, c'est une longue histoire d'amour: avant d'embrasser une carrière de comédienne et de productrice, elle se rêvait chanteuse lyrique
  • «Chaque concert sera accompagné d’un écran, de la même façon que chaque film projeté sera accompagné d’un orchestre»

PARIS: Du 22 au 25 juin, la ville de Rochefort va vivre au rythme des «Sœurs jumelles» si chères à Jacques Demy, à travers un festival qui propose de faire se rencontrer la musique et l’image. Pendant trois jours, des compositeurs, des réalisateurs, des techniciens, des éditeurs, des concepteurs de jeux vidéo, mais aussi des étudiants, ou tout simplement des amateurs de cinéma pourront échanger au cours de différents événements organisés. Grande nouveauté de l’édition 2022, le cinéma libanais sera à l’honneur à travers un cycle de films qui seront projetés en partenariat avec l’association baptisée «Rochefort sur Toile» et en présence de réalisateurs et de compositeurs venus du Liban. 

Un volet professionnel permettra aussi d’aborder les problématiques communes aux secteurs de la musique et de l’image: financement, droits d’auteur et statuts juridiques afin de donner une vision aussi complète que possible de ces filières. Rochefort vivra donc au rythme de ce festival qui fait référence à ces célèbres Demoiselles de Rochefort, une des comédies musicales françaises les plus célèbres dans le monde qui rappelle le lien fusionnel qu’entretiennent la musique et l’image. 

À quelques heures du lancement, Arab News en français s’est entretenu avec Julie Gayet, comédienne, productrice et cofondatrice de ce projet unique en son genre.

La musique et Julie Gayet, c'est une longue histoire d'amour: avant d'embrasser une carrière de comédienne et de productrice, elle se rêvait chanteuse lyrique. 

«J'ai commencé par le chant quand j'étais jeune. J'ai toujours été très sensible à la musique. J'ai commencé par le chant lyrique, mais j'ai arrêté de chanter pour jouer parce que je voulais aller plus loin dans l'interprétation. Et lorsque j'ai commencé ma formation, j’abordais mes rôles à travers la musique, le rythme», confie la comédienne. «Puis en produisant, je me suis aperçue combien la musique était essentielle pour le réalisateur et combien il pouvait lui être difficile de trouver le bon compositeur. Ces deux langages, pourtant si complémentaires au cinéma, dans les séries, ont parfois du mal à communiquer. 

Ce n’est pas forcément évident pour les réalisateurs, parce qu'il y a déjà, au moment de l'écriture de son scénario, la question des finances. Et parfois, cette question arrive trop tard ou trop tôt. Parfois, on a du mal à trouver le bon équilibre, ou alors c'est trop tard. Et le budget, même pour la musique, n’est parfois pas suffisant. Cela a donc toujours été une question importante pour moi, à la fois comme actrice, et puis comme productrice, qui n'en finit pas de marier ces deux mondes que j'aime», indique Julie Gayet qui avait à cœur dès la création de sa société de production Rouge International en 2007, «de faire se rencontrer les compositeurs, qui sont les troisièmes auteurs d’un film, avec les scénaristes et les réalisateurs, qui en sont les deux premiers, pour créer du lien, rayonner et imaginer leur futur ensemble».

1

Pour la soirée d’ouverture, Julie Gayet, connue pour son féminisme inclusif, mais déterminé (elle est par ailleurs membre du collectif 50/50 promouvant la parité au cinéma), a tenu, avec son équipe, à rendre hommage aux femmes. En particulier à une icône du 7e art avec laquelle elle-même a fait ses premiers pas: Agnès Varda. Et aussi à sa compositrice fétiche, Joanna Bruzdowicz.

«Elle le disait toujours: “Le futur pour les femmes, c’est maintenant, il faut se fédérer!” Et moi, je me suis dit que ce festival constituait un bon moyen», confie la productrice qui précise que «si des œuvres composées par les femmes restent si peu connues, c’est tout simplement parce qu’elles ne sont pas jouées. Contrairement à un tableau, par exemple, une musique cesse d’exister si elle n’est pas interprétée.» 

Par ailleurs, pour Julie Gayet, il y a encore trop peu de femmes dans les milieux de l’image et de la musique: «Elles sont moins de 3 %», affirme-t-elle et c’est pour cela qu’elle insiste sur la transversalité de tous les supports: «Nous allons chercher toutes les associations et les collectifs de femmes dans ces industries.» Les femmes orientales ne seront pas en reste puisque la célèbre chanson Aatiny al-nay Wa Ghanni de l’icône Fayrouz sera jouée lors de l’ouverture du festival, clin d’œil au cinéma libanais invité d’honneur de cette édition. Un documentaire de Gérard Pont consacré à la vie de diva libanaise sera par ailleurs projeté le 23 juin.

Des créations inédites, consacrées à un univers musical différent

La musique résonnera donc dans toute la ville pendant le festival: «Ces trois jours sont ponctués d’un concert quotidien», explique Julie Gayet. «D’abord à l’issue d’une journée consacrée aux Femmes de la musique et de l’image, un spectacle joyeusement féministe impulsé par Rosalie Varda, inspiré par le film L’une chante, l’autre pas d’Agnès Varda, et mis en scène par Judith Henry, qui mettra en lumière les figures des années 1970 qui nous ont ouvert la voie: Delphine Seyrig, Gisèle Halimi, Anne Sylvestre... 

Puis une carte blanche sera accordée le deuxième soir à la musique urbaine et aux liens qu’elle entretient avec l’image, en partenariat avec le festival Ina Sound. Et enfin, la troisième soirée de spectacle sera consacrée à une création musicale inédite d’un compositeur de musique actuelle. Le dernier spectacle sera placé sous le signe de la bonne humeur et du partage avec le grand public. Chaque concert sera accompagné d’un écran, de la même façon que chaque film projeté sera accompagné d’un orchestre qui viendra jouer sur la petite scène du cinéma L’Appolo», ajoute la productrice.

Le meilleur du cinéma libanais à Rochefort

«Le festival a également conclu un partenariat avec l’association Rochefort sur Toile et pour l’édition 2022, le cinéma libanais sera à l’honneur», indique Julie Gayet qui a par ailleurs coproduit le film libanais l’Insulte du réalisateur Ziad Doueiry, finaliste dans la catégorie du meilleur film étranger aux Oscars en 2017, une première pour le Liban.

«Nous avons donc commencé la projection d’une sélection de films libanais dès le début du mois de juin: du 10 au 19 juin, ce sont les films Face à la mer, d’Ely Dagher (2021); Tombé du ciel, de Wissam Charaf (2016); L’insulte, de Ziad Doueiri (2017); Sous le ciel d’Alice, de Chloé Mazlo (2020, avec Alba Rohrwacher et Wajdi Mouawad)», précise la productrice. «Puis nous prolongerons cette exploration cinématographique durant le festival, au cours duquel seront programmés trois films libanais du 22 au 25 juin 2022: Memory Box, de Joanna Hadjithomas et Khalil Joreige, en présence de la réalisatrice; Caramel de Nadine Labaki, en présence du compositeur Khaled Mouzannar et un documentaire sur Fayrouz de Frédéric Mitterrand, qui sera présenté par Gérard Pont», explique la fondatrice du festival.

«C’est vraiment la bonne année pour mettre en avant le cinéma libanais qui est en train de briller ces dernières années et d’exploser grâce à l’ensemble de ses talents; réalisateurs – et surtout réalisatrices! –, producteurs, compositeurs, acteurs…», ajoute-t-elle. «Pour cette deuxième édition, la philosophie reste donc identique: entremêler les supports, allier la musique et l’image. Comme des sœurs jumelles!», conclut Julie Gayet


Médias: Laurence Bloch à la tête des antennes et de la stratégie de Radio France en septembre

Laurence Bloch a effectué l'ensemble de sa carrière au sein de la radio publique française, soit 42 ans. (Photo, AFP)
Laurence Bloch a effectué l'ensemble de sa carrière au sein de la radio publique française, soit 42 ans. (Photo, AFP)
Short Url
  • Elle remplacera Dana Hastier, directrice des antennes et de la stratégie éditoriale de Radio France depuis juillet 2019
  • Selon Le Figaro, cette dernière, ancienne directrice de France 3, «devrait rejoindre le secteur de la production audiovisuelle»

PARIS : La directrice sortante de France Inter, Laurence Bloch, remplacée fin août par Adèle Van Reeth, prendra la tête des antennes et de la stratégie de Radio France à la rentrée, a appris mercredi l'AFP auprès du groupe, confirmant une information de Télérama.

Elle remplacera Dana Hastier, directrice des antennes et de la stratégie éditoriale de Radio France depuis juillet 2019. Selon Le Figaro, cette dernière, ancienne directrice de France 3, "devrait rejoindre le secteur de la production audiovisuelle".

Laurence Bloch a effectué l'ensemble de sa carrière au sein de la radio publique française, soit 42 ans.

Sous sa houlette, France Inter, dont elle a pris les rênes en mai 2014, est devenue la radio la plus écoutée de France, détrônant sa grande rivale RTL.

Ces annonces s'inscrivent dans un mouvement plus large de changements au sein du groupe radiophonique public. En janvier, Ruddy Aboab et Mathieu Marmouget avaient été nommés respectivement à la tête de FIP et du Mouv'.


Glasgow va restituer des objets d'art à l'Inde, une première pour le Royaume-Uni

Les visiteurs regardent les expositions de la Kelvingrove Art Gallery and Museum, à Glasgow le 26 avril 2021. (Photo, AFP)
Les visiteurs regardent les expositions de la Kelvingrove Art Gallery and Museum, à Glasgow le 26 avril 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • Ces sept antiquités ont été pillées dans des lieux sacrés tels que des temples et offerts aux collections des musées de la ville écossaise
  • Au total, Glasgow est sur le point de restituer, aux descendants de leurs propriétaires, 51 objets d'Inde, du Nigeria et des tribus sioux Cheyenne River et Oglala dans l'État américain du Dakota du Sud

GLASGOW: La ville de Glasgow, en Ecosse, a annoncé mercredi qu'elle restituerait sept objets d'art indiens pillés pendant la période coloniale, soulignant qu'il s'agit d'une première pour un musée britannique. 

Six des objets ont été volés dans le nord de l'Inde dans les années 1800, et un septième a été acheté illégalement après avoir été volé à ses propriétaires d'origine. 

Ces sept antiquités ont été pillées dans des lieux sacrés tels que des temples et offerts aux collections des musées de la ville écossaise. 

Les promesses de restitution de Glasgow s'inscrivent dans une démarche d'évaluation de la provenance des objets conservés dans les musées occidentaux, dans le sillage des mouvements contre le racisme. 

Des discussions sont en cours avec des diplomates indiens et, la semaine dernière, une délégation nigériane a été reçue pour évoquer le rapatriement de 19 bronzes du Bénin. 

Il y a quelques mois, deux universités britanniques ont restitué au Nigeria deux bronzes du Bénin, des sculptures pillées au XIXe siècle par des colons britanniques. 

Au total, Glasgow est sur le point de restituer, aux descendants de leurs propriétaires, 51 objets d'Inde, du Nigeria et des tribus sioux Cheyenne River et Oglala dans l'État américain du Dakota du Sud. 

Parmi les 25 objets culturels à restituer à la tribu des Lakotas, certains sont sacrés. D'autres ont été prélevés sur le site du massacre de Wounded Knee où, en décembre 1890, au moins 150 Amérindiens sur le point de rendre leurs armes ont été tués par l'armée américaine. 

« En réparant les erreurs du passé, nous pensons que ces restitutions aideront à renforcer les relations existantes avec ces communautés de descendants », a déclaré Duncan Dornan, responsable des musées et des collections de Glasgow Life. 


Au Danemark, un nouveau musée pour raconter les destins des réfugiés

Le nouveau musée a été conçu par l’architecte danois de renommée mondiale Bjarke Ingels, qui a récemment signé le nouveau siège de Google dans la Silicon Valley. (AFP).
Le nouveau musée a été conçu par l’architecte danois de renommée mondiale Bjarke Ingels, qui a récemment signé le nouveau siège de Google dans la Silicon Valley. (AFP).
Short Url
  • Baptisé "Flugt" - la fuite, en danois -, il vient d'être inauguré à Oksbøl
  • Le musée est construit sur le site d'un ancien camp de réfugiés allemands de la Seconde Guerre mondiale

OKSBOL: Construit sur le site d'un ancien camp de réfugiés allemands de la Seconde Guerre mondiale, un nouveau musée consacré aux exilés ouvre ses portes mercredi au Danemark pour mieux raconter les histoires personnelles derrière la migration forcée.

Baptisé "Flugt" - la fuite, en danois -, il vient d'être inauguré à Oksbøl, une petite ville sur la côte ouest du pays scandinave, un des Etats d'Europe à la ligne la plus dure en matière d'immigration.

Dans ce qui fut jadis l'hôpital du camp auquel a été ajoutée une aile moderne, au milieu d'effets personnels - d'une tente à un ours en peluche -, l'exposition retrace les parcours individuels des exilés.

L'histoire, à l'origine du lieu, des réfugiés allemands à la chute du nazisme, mais aussi de ceux ayant trouvé refuge au Danemark pour fuir la guerre et l'oppression.

"Nous voulons raconter l'histoire, derrière les chiffres, des vrais gens", explique à l'AFP le directeur du musée Claus Kjeld Jensen.

Ici, au crépuscule de la guerre de 1939-1945, des dizaines de milliers d'Allemands fuyant la progression de l'Armée rouge ont trouvé refuge sur ces terrains militaires de landes et de plages au bord de la mer du Nord.

Oksbøl était alors devenue en quelques semaines la cinquième ville du Danemark en termes de population.

Dans le camp, opérationnel de 1945 à 1949, il y avait derrière des barbelés des écoles, un théâtre et un atelier.

En dehors des deux bâtiments de l'hôpital et d'un cimetière caché par une forêt touffue, il restait peu de traces de ce passé que le musée vient ressusciter.

"Il y a cette période de l'histoire du monde qui s'est déroulée ici même, où nous sommes. Mais il y a aussi la situation d'aujourd'hui", souligne Kjeld Jensen.

"Nous avons beaucoup plus de réfugiés dans le monde que nous n'en avions à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Donc je suppose que la question est plus pertinente que jamais", dit le conservateur.

« Sanctuaire »

Inauguré samedi par la reine du Danemark Margrethe II et le vice-chancelier allemand Robert Habeck, le musée a coûté au total 16 millions d'euros, dont 1,5 apportés par Berlin.

"Personne n'aurait pu penser qu'il serait si tristement actuel de parler de réfugiés et d'exil", a souligné la monarque de 82 ans.

Fin 2021, le monde comptait près de 90 millions de personnes déracinées -réfugiés et déplacés internes-,  selon le HCR, l’agence des Nations unies pour les réfugiés.

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a déclenché un nouveau mouvement sur le continent, avec au moins 12 millions de personnes ayant quitté leurs foyers, selon l’ONU.

Le nouveau musée a été conçu par l’architecte danois de renommée mondiale Bjarke Ingels, qui a récemment signé le nouveau siège de Google dans la Silicon Valley.

"Lorsque nous avons commencé ce projet, nous pensions que cela faisait partie du passé pour l’Europe occidentale", a-t-il dit lors de l’inauguration.

A l’intérieur de son oeuvre, d’imposantes charpentes en bois s’étirent vers le ciel, créant un grand foyer ouvert à partir duquel les visiteurs explorent les expositions.

Un lieu conçu comme "une oasis ou un sanctuaire qui s’ouvre vers la forêt", selon son concepteur. "C'est d’une certaine manière ce que les réfugiés ont, je l’espère, trouvé ici – un sanctuaire et l’aperçu d’un avenir meilleur".

Pour certains, la politique actuelle du Danemark vis-à-vis des réfugiés colle mal avec la philosophie du musée.

Ces dernières années, les gouvernements de droite comme de gauche ont mené l’une des politiques migratoires les plus strictes d’Europe.

Le Danemark est ainsi devenu le premier pays de l’Union européenne à réexaminer les cas de plusieurs centaines de Syriens de Damas ayant obtenu l'asile, jugeant que la situation leur permettait de rentrer chez eux.

Les politiques migratoires danoises "sont très orientées politiquement et nous espérons, bien sûr, qu’il y aura un moyen de changer cela", a déclaré le représentant du HCR, Henrik Nordentoft.