Un groupe de hip-hop japonais s'adapte à l'ambiance estivale de Djeddah

Se déroulant à l'Anime Village de City Walk, le groupe japonais ALI, dont les membres sont de plusieurs nationalités, a captivé le public avec sa musique hip-hop-funk unique, interprétant des titres tels que «No Tomorrow», «Lost in Paradise» et «Wild Side» (Photo fournie).
Se déroulant à l'Anime Village de City Walk, le groupe japonais ALI, dont les membres sont de plusieurs nationalités, a captivé le public avec sa musique hip-hop-funk unique, interprétant des titres tels que «No Tomorrow», «Lost in Paradise» et «Wild Side» (Photo fournie).
Se déroulant à l'Anime Village de City Walk, le groupe japonais ALI, a captivé le public avec sa musique hip-hop-funk (Photo, fournie).
Se déroulant à l'Anime Village de City Walk, le groupe japonais ALI, a captivé le public avec sa musique hip-hop-funk (Photo, fournie).
Se déroulant à l'Anime Village de City Walk, le groupe japonais ALI, dont les membres sont de plusieurs nationalités, a captivé le public avec sa musique hip-hop-funk unique, interprétant des titres tels que «No Tomorrow», «Lost in Paradise» et «Wild Side» (Photo fournie).
Se déroulant à l'Anime Village de City Walk, le groupe japonais ALI, dont les membres sont de plusieurs nationalités, a captivé le public avec sa musique hip-hop-funk unique, interprétant des titres tels que «No Tomorrow», «Lost in Paradise» et «Wild Side» (Photo fournie).
Short Url
Publié le Dimanche 19 juin 2022

Un groupe de hip-hop japonais s'adapte à l'ambiance estivale de Djeddah

  • Le groupe japonais ALI captive le public avec sa musique hip-hop-funk unique à l'Anime Village de City Walk
  • Ces quatre membres se sont produits à Djeddah avec deux nouveaux membres, Kazou et Imani J. Le groupe a terminé sa performance par un salut aux fans

DJEDDAH: Jeudi soir, le groupe japonais ALI a interprété son premier concert en Arabie saoudite.

Se déroulant à l'Anime Village de City Walk, le groupe japonais ALI, dont les membres sont de plusieurs nationalités, a captivé le public avec sa musique hip-hop-funk unique, interprétant des titres tels que «No Tomorrow», «Lost in Paradise» et «Wild Side».

Une fan de 18 ans appelée Meciel a déclaré qu'elle avait appris à connaître ALI par le biais d'un anime: «Je regarde beaucoup d'animes et je consulte toujours leurs chansons parce que je les aime vraiment. J'ai découvert la musique d'ALI grâce à ‘Jujutsu Kaisen’.»

1
ALI s'est produit en Arabie saoudite le jeudi 16 juin, à Anime Village (Photo fournie).

Meciel a ajouté qu'après avoir appris qu'ALI se produira à Djeddah, elle s'est préparée au concert. «J'ai d'abord prévenu mes amis et réservé les billets deux heures après l'annonce», a – t-elle ajouté. «Nous avons préparé nos tenues, de l'eau et des appareils photo, certainement.»

En bref

  • La chanson la plus célèbre d'ALI parmi les fans d'anime est «Lost in Paradise», tirée de l'anime à succès de 2020 «Jujutsu Kaisen», qui raconte l'histoire d'un garçon qui tente de connaître une mort juste après avoir avalé une puissante malédiction.

 

  • En plus de leurs chansons originales, ALI a également interprété de la musique freestyle, avec Leo désignant chacun des membres pour montrer leurs talents. Ils ont également interprété de la musique jamaïcaine pour s'adapter à l'ambiance estivale de Djeddah.

«C'est la première fois que j'assiste à un concert de quelqu'un que je connais vraiment», a révélé Meciel. «J'ai vraiment apprécié ! C'est ma première fois, et c'était vraiment amusant. Je ne peux rien entendre pour le moment, mais je suis avec mon ami et c'était vraiment génial.»

1
Le public a dansé et chanté avec le groupe de hip-hop-funk japonais (Photo fournie).

Après avoir interprété quelques chansons, le groupe a fait une pause pour interagir avec le public. Le chanteur principal, Leo, a prononcé un discours en arabe. «Je veux vous dire notre message en arabe», a souligné Leo, ajoutant: «Je veux exprimer mes sentiments et la vérité du fond de mon cœur.»

«Je suis heureux d'avoir visité l'Arabie saoudite et d'avoir rencontré des personnes merveilleuses et gentilles avec de belles âmes», a-t-il affirmé. «Nous venons du Japon et notre message est assez simple: la nationalité, la couleur de peau et le type de musique n'ont pas d'importance tant que nous profitons du temps que nous passons ensemble ici. Nous vous aimons. Avec tout notre respect.»

La chanson la plus célèbre d'ALI parmi les fans d'anime est «Lost in Paradise», tirée de l'anime à succès de 2020 «Jujutsu Kaisen», qui raconte l'histoire d'un garçon qui tente de connaître une mort juste après avoir avalé une puissante malédiction.

Je suis heureux d'avoir visité l'Arabie saoudite et d'avoir rencontré des personnes merveilleuses et gentilles avec de belles âmes.

Leo, chanteur du groupe ALI

«Comme beaucoup de gens, je connais le groupe grâce à la chanson faite pour ‘Jujutsu Kaisen’, et mon ami m'a fait découvrir d'autres de leurs chansons plus tard. C'est vraiment un bon groupe», a signalé Sheena, 18 ans. «C'est mon tout premier concert ! C'était vraiment amusant !»

En plus de leurs chansons originales, ALI a également interprété de la musique freestyle, avec Leo désignant chacun des membres pour montrer leurs talents. Ils ont également interprété de la musique jamaïcaine pour s'adapter à l'ambiance estivale de Djeddah.

«Je me sens super bien ! Je ne peux pas vraiment exprimer ce que je ressens après les avoir vus, mais je pense que j'étais sur le point de m'évanouir de joie et j'étais très heureuse que mon cœur batte si vite», a confié Tasneem Banjar, 26 ans. «En fait, j'ai joué leurs chansons en boucle la veille en guise de préparation au concert. Et s'ils viennent l'année prochaine, je serai la première à y assister.»

1
Le groupe ALI et ses musiciens ont terminé le concert en saluant le public (Photo fournie).

ALI, qui signifie «Alien Liberty International», a fait ses débuts en 2016.

Après sa formation, le groupe était composé de neuf membres multinationaux, dont des interprètes brésiliens japonais et américains japonais. Mais au fil des années, certains membres ont quitté le groupe, tandis que Leo Imamura, Luthfi Kusumah, Cesar Aiichiro et Alexander Taiyo Fidel, sont restés.

Ces quatre membres se sont produits à Djeddah avec deux nouveaux membres, Kazou et Imani J. Le groupe a terminé sa performance par un salut aux fans.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Une fois, deux fois, adjugé?... Des lions du Pakistan proposés aux enchères

Des visiteurs regardent des lions au zoo Safari de Lahore (Photo, AFP).
Des visiteurs regardent des lions au zoo Safari de Lahore (Photo, AFP).
Short Url
  • Au Pakistan les zoos se distinguent par la médiocrité de leurs installations et la pauvreté des soins
  • Les responsables du zoo prévoient de vendre aux enchères douze jeunes lions

LAHORE, Pakistan: Le zoo de Lahore, au Pakistan, va vendre aux enchères douze de ses vingt-neuf lions la semaine prochaine, afin de faire de la place pour la troupe qui ne cesse de s'agrandir.

Les félins sont désormais si nombreux au Safari Zoo de Lahore (nord-est) que les lions et les tigres ne peuvent rejoindre leurs enclos qu'à tour de rôle, explique à l'AFP le directeur adjoint du zoo, Tanvir Ahmed Janjua.

Grâce à la vente, "nous allons non seulement libérer de l'espace, mais aussi réduire nos dépenses en viande destinée à les nourrir", espère-t-il.

Les responsables du zoo, qui abrite également six tigres et deux jaguars, prévoient de vendre aux enchères douze jeunes lions, âgés de deux à cinq ans.

L'initiative fait bondir certains défenseurs des animaux, le Fonds mondial pour la nature (WWF) jugeant notamment que les fauves devraient être transférés vers d'autres zoos ou que les femelles devraient être stérilisées ou mises sous contraceptifs.

"Les échanges et les dons d'animaux entre zoos sont une pratique largement acceptée", assure Uzma Khan, du WWF.

"À partir du moment où une institution telle qu'un zoo fixe un prix sur une espèce sauvage, elle encourage le commerce, ce qui va à l'encontre de la préservation", argumente-t-elle.

Au Pakistan, il n'est toutefois pas rare - pour les plus aisés - de prendre comme animal de compagnie des lions, des tigres ou d'autres représentants d'espèces exotiques, vus comme des symboles extérieurs de richesse.

Leurs propriétaires publient sur les réseaux sociaux des photos et des vidéos des fauves, et les louent comme accessoires pour des films et des séances de photos.

Les responsables du zoo, qui ont fixé une réserve de 150.000 roupies (700 dollars) par lion, espèrent que chaque animal trouvera un acquéreur pour environ deux millions de roupies (environ 9.300 dollars).

Mais les éventuels acheteurs devront, au préalable, s'enregistrer auprès des autorités locales et prouver qu'ils ont les moyens d'assurer aux félins les soins et un abri appropriés.

Collectionneurs de lions

L'année dernière, une vente aux enchères de lions n'avait pas pu avoir lieu, les acheteurs potentiels ne disposant pas des documents ou attestations nécessaires, rappelle le vétérinaire du zoo, Muhammad Rizwan Khan.

Nouman Hassan, qui s'est attiré les foudres des autorités pour avoir promené son tigre en laisse dans Lahore - la deuxième ville du pays -, prévoit en tout cas d'y participer.

"J'essaierai d'acheter deux ou trois lions, c'est sûr". La vente est aussi l'occasion de diversifier le patrimoine génétique pour des collectionneurs possédant déjà plusieurs lions, explique-t-il.

Aux quatre coins du Pakistan, les zoos se distinguent par la médiocrité de leurs installations et la pauvreté des soins dispensés aux animaux.

Fin 2020, le zoo de la capitale Islamabad, qui s'était attiré des condamnations internationales pour avoir maltraité l'éléphant Kaavan, avait dû fermer ses portes. Le pachyderme obèse de 36 ans était ensuite parti vers une réserve naturelle cambodgienne.

Le Safari Zoo de Lahore, qui s'étend sur plus de 80 hectares, est toutefois considéré comme l'un des plus accueillants du pays.

Pour M. Khan, le vétérinaire, les animaux y reçoivent les meilleurs soins possibles, ce qui se reflète dans leur fécondité. "Ils connaissent une bonne vie en captivité avec nous", a-t-il déclaré.


L'équipe d'Arabie saoudite remporte l'or à la Special Olympics Unified Cup 2022

L'équipe d'Arabie saoudite pose avec ses médailles d'or à la Special Olympics Unified Cup 2022. (Twitter/@saudiarabiaso)
L'équipe d'Arabie saoudite pose avec ses médailles d'or à la Special Olympics Unified Cup 2022. (Twitter/@saudiarabiaso)
Short Url
  • Dans les sports unifiés, les joueurs avec et sans déficience intellectuelle s'affrontent dans la même équipe
  • Lors du match final, l'Arabie saoudite a battu la Roumanie 3 à 1

 

RIYAD : L'équipe saoudienne est entrée dans l'histoire en remportant la médaille d'or de la Special Olympics Unified Cup 2022 samedi, a rapporté l'agence de presse saoudienne.

Lors du match final, l'Arabie saoudite a battu la Roumanie 3 à 1.

L'équipe saoudienne a participé pour la première fois à la Special Olympics Unified Cup, aux côtés de 22 autres équipes du monde entier, du 31 juillet au 6 août à Détroit, dans le Michigan.

Dans les sports unifiés, les joueurs avec et sans déficience intellectuelle s'affrontent dans la même équipe.

Les Émirats arabes unis, l'Égypte et le Maroc faisaient partie des équipes arabes qui ont participé à la coupe.

Les autres équipes étaient le Brésil, les États-Unis, la Jamaïque, la Corée du Sud, le Nigeria, le Paraguay, la Roumanie et Singapour.

Le président du conseil d'administration de Special Olympics International, le Dr Timothy Shriver, a félicité l'équipe saoudienne pour sa médaille d'or.

Le directeur des Jeux olympiques spéciaux saoudiens, Abdulrahman Al-Quraishi, a également félicité les joueurs, le personnel technique et administratif, ainsi que les membres de la mission saoudienne pour leur performance exceptionnelle.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Un musée londonien va restituer au Nigeria des oeuvres pillées au XIXe siècle

Le musée a déclaré qu'il transférerait une collection de 72 objets au gouvernement nigérian (Photo, Twitter/@HornimanMuseum).
Le musée a déclaré qu'il transférerait une collection de 72 objets au gouvernement nigérian (Photo, Twitter/@HornimanMuseum).
Short Url
  • Le Nigeria a négocié la restitution des bronzes de Benin avec plusieurs pays européens et prévoit de construire un musée à Benin City, dans le sud de l'Etat d'Edo
  • La Grèce réclame aussi au Royaume-Uni depuis des décennies les frises du célèbre temple antique du Parthénon à Athènes, exposées au British museum de Londres

LONDRES: Soixante-douze artefacts pillés en 1897 pendant une incursion militaire britannique dans la ville de Benin City vont être restitués au Nigeria, a annoncé dimanche le musée Horniman de Londres.

Parmi ces oeuvres et objets se trouvent 12 plaques de laiton, connues sous le nom de bronzes de Benin, ou encore des objets de cérémonie en ivoire et en laiton, des objets de la vie quotidienne tels que des éventails et des paniers, ainsi qu'une clé "du palais du roi".

Cette restitution répond à une demande formulée en janvier par la Commission nationale des musées et monuments du Nigeria, dont le directeur général, le Pr Abba Tijani, a salué la décision de l'établissement londonien.

"Les preuves étaient très claires quant au fait que ces objets ont été obtenus par la force, et une consultation externe a confirmé notre point de vue qu'il était à la fois moral et approprié de rendre leur propriété au Nigeria", a déclaré Eve Salomon, présidente des administrateurs du musée.

Celui-ci va à présent discuter avec la commission nigériane du processus formel de transfert de propriété et de la possibilité que certains objets puissent rester en étant prêtés, pour être exposés ou à des fins de recherches ou d'enseignement.

Le Nigeria a négocié la restitution des bronzes de Benin avec plusieurs pays européens et prévoit de construire un musée à Benin City, dans le sud de l'Etat d'Edo, pour les y rassembler.

En novembre, la France a rendu 26 de ces pièces. Un coq en bronze et une tête de monarque ont été rendus par le Royaume-Uni au début de l'année.

Par ailleurs, la Grèce réclame aussi au Royaume-Uni depuis des décennies les frises du célèbre temple antique du Parthénon à Athènes, exposées au British museum de Londres. Celui-ci s'est dit récemment ouvert à un accord avec la Grèce pour les partager.