L'exposition de la Documenta en Allemagne ouvre de nouvelles perspectives pour l'art arabe

Des membres de Ruangrupa et de l'équipe artistique de la Documenta 15, dont Lara Khaldi (à gauche) et Mirwan Andan (au centre, en chemise à carreaux) à Kassel, en Allemagne, en 2021. (Fourni)
Des membres de Ruangrupa et de l'équipe artistique de la Documenta 15, dont Lara Khaldi (à gauche) et Mirwan Andan (au centre, en chemise à carreaux) à Kassel, en Allemagne, en 2021. (Fourni)
Short Url
Publié le Samedi 18 juin 2022

L'exposition de la Documenta en Allemagne ouvre de nouvelles perspectives pour l'art arabe

  • «Nous voulions éviter de nous enliser dans les politiques identitaires. Nous nous intéressons à l'idée du collectif», déclare un membre du collectif palestinien exposant
  • Pour la Documenta, The Question of Funding organise des expositions et des espaces communs avec d'autres collectifs, dont le groupe Eltiqa pour l'art contemporain à Gaza

BERLIN: Cette année, la Documenta - l'exposition d'art contemporain qui a lieu tous les cinq ans à Kassel, en Allemagne – met de côté le travail individuel isolé pour se tourner vers le collectif. L'exposition, qui se tient du 18 juin au 22 septembre, explore les intersections entre l'art et la vie, moins axée sur l'objet et plus sur le processus ; la pratique artistique comme structure sociale.  

Mirwan Andan, membre de la direction artistique de cette année, le collectif Ruangrupa, basé à Jakarta, raconte à Arab News: «Nous avons réalisé dès le début que l'implication de personnes de différents horizons enrichit l'idée du collectif. Impliquer des artistes n’est pas suffisant.» 

Ruangrupa a conçu la Documenta 15 autour de l'idée du «lumbung» - un terme indonésien désignant une grange à riz communale. Dans ce cas, conceptuellement et en pratique, il s'apparente à la notion islamique de jam'iyah, dans laquelle les participants mettent en commun des ressources et les redistribuent. 

'''
The Question of Funding, comment travailler ensemble, 2019. (Fourni) 

En fait, de nombreux principes d'organisation de la Documenta 15 reposent sur des aspects de la culture musulmane, comme les groupes de travail formant un majlis, et le programme public, intitulé Meydan. «Nous ne séparons pas la vie quotidienne de nos pratiques, donc le lumbung n'est pas un thème, c'est plutôt comme un logiciel qui peut fonctionner sur n'importe quel matériel», explique Andan. «Nous voulons expérimenter cette pratique, qui se déroule dans l'hémisphère sud, plutôt que de détourner le monde de l'art en tant que conservateurs.» 

Ruangrupa est peut-être plus connu pour les espaces conviviaux qu'il ouvre dans un contexte urbain que pour l'art qu'il produit. Par exemple, lors de la Biennale de Sharjah en 2019, il a mis en scène «Gudskul» (prononcé «good school»), un espace d'apprentissage public créé avec deux autres collectifs qui fournissait une boîte à outils pour le partage des connaissances. Ici, les rôles de l'enseignant et des étudiants étaient interchangeables. 

«De nombreux aspects de l'espace Ruangrupa à Jakarta - une maison, un espace d'exposition et une bibliothèque de livres piratés - que j'ai découvert en 2015 lors d'une visite avec le programme curatorial De Appel, résonnent avec la scène artistique informelle de Ramallah», explique Lara Khaldi, qui travaille dans la culture palestinienne et membre de l'équipe artistique de la Documenta. «Et ce que le Ruangrupa appelle ‘ekosistem’ - un ensemble de relations que vous ne pouvez pas définir - sont comme les conversations qui ont lieu à la maison, dans le jardin et les cafés.» 

''
Yazan Khalili. (Fourni) 

«Le commissaire d'exposition est très proche de l'auteur, ce qui n'est pas éthique, puisqu'il s'agit toujours d’œuvre collective», poursuit Khaldi. «Il est intéressant de considérer le lumbung comme une pratique indonésienne précoloniale qui est également présente sur notre scène culturelle dans la région.» 

En plus d'une équipe artistique, Ruangrupa a créé un réseau international de lumbung composé de 14 collectifs (dont le travail commun se poursuivra au-delà de la Documenta), dont The Question of Funding, un groupe de producteurs culturels palestiniens dont l'espace d'exposition à Kassel a récemment fait l'objet de vandalisme et de slogans fascistes. 

Malgré l'élargissement de la réflexion sur les configurations géographiques et politiques - cette année, Ruangrupa a annoncé les artistes participants en fonction des fuseaux horaires - les organisateurs doivent toujours composer avec le climat politique et culturel complexe de l'Allemagne, un pays touché à la fois par l'antisémitisme et le sentiment anti-palestinien. C'est paradoxal parce que, comme le dit Amany Khalifa, ancien organisateur communautaire à Grassroots Jerusalem et maintenant membre de The Question of Funding, à Arab News: «Nous voulions éviter que la représentation de l'art palestinien dans la Documenta ne s'enlise dans la politique identitaire. Nous sommes sur l'idée du collectif. Depuis 2016, nous nous sommes réunis de manière informelle dans des cuisines et des jardins, en essayant de créer des structures économiques différentes, des modèles qui ont été laissés de côté par la société civile. Il s’agit de savoir qui possède les moyens de production, et cela ne s'applique pas seulement à la Palestine.» 

''
SADA, arrêt sur image, Journey Inside the City, par Sarah Munaf dans Sada, 2022. (Fourni) 

Inspiré de ce qu'ils appellent la «ONG-isation» de la société civile palestinienne dans les années 1990, The Question of Funding a été formé en 2019 par des travailleurs d'ONG et des représentants institutionnels du centre culturel Khalil Sakakini et du centre d'art populaire, entre autres. 

«Nous utilisons ce dilemme comme cadre pour penser les pratiques communautaires, et pas seulement de manière théorique», explique Yazan Khalili, artiste et membre de The Question of Funding. «La question du financement est historique. Elle tente d’éviter la critique de l'économie du donateur pour repenser ce que le financement peut être, et apprendre d'autres modèles économiques.» 

Khalili, est devenu le président du Sakakini Cultural Center, la première ONG culturelle en Palestine, en 2015, après son MFA à Amsterdam. «Notre stratégie était de transformer la crise économique en une crise culturelle. Nous appelons cela le travail total de l'institution culturelle. On peut dire que le principal outil des pratiques culturelles en Palestine est une institution qui n'est pas seulement un moyen de production mais aussi une structure idéologique. Alors comment pratiquer l'institutionnalisme sans recréer une institution ? Comment formons-nous des structures de production à travers la critique de l'institution culturelle en tant que telle ? Nous sommes intéressés par la création d'œuvres d'art qui ont l'air d'appartenir à une institution, tout en produisant des structures dans lesquelles la critique de l'institution culturelle peut être pratiquée.» 

''
Installation Borrowed Faces, pratiques d'édition de Fehras. (Fourni) 

Si, dans son ensemble, l'exposition émerge d'une position critique - des institutions, de l'industrie de l'art et de l'art de l'exposition lui-même - Khalili affirme qu'il s'agit d'une position positive. Alors que le monde est instable - avec des penseurs et des artistes pro-palestiniens et anti-apartheid soumis à des campagnes de diffamation - des espaces dans le monde de l'art sont créés pour d'autres façons de penser en dehors de la scène politique. 

«Ce qui nous effraie le plus, c'est cette accumulation de maccarthysme et de peur collective», déclare Khalili. «Mais nous avons reçu le soutien d'artistes, d'universitaires et de collectifs allemands à Kassel. Il y a beaucoup d'espace pour se défendre.» 

Pour la Documenta, The Question of Funding organise des expositions et des espaces communs avec d'autres collectifs, dont le groupe Eltiqa pour l'art contemporain à Gaza. Avec l'aide d'écrivains et d'illustrateurs, ils vont également créer un livre pour enfants sur l'économie et un nouveau moyen économique appelé Dayra, une forme d'échange sans argent utilisant les technologies blockchain. 

''
Projet de la cour d'El-Warcha, Hafsia, 2019. (Fourni) 

«Eltiqa est un exemple unique de collectif en Palestine», explique Khalili. «Ils produisent des peintures, des sculptures et des photographies dans un espace collectif qui soutient également les jeunes artistes de Gaza. Et ils ont réussi à faire cela sans devenir une ONG. Pendant la guerre de mai 2021 contre Gaza, un membre du groupe, Mohammed Hawajri, a posté un commentaire sur Facebook sur le sens de la solidarité. Il a proposé d'aller au-delà du niveau de financement en montrant le travail d'artistes de Gaza. Il faut un soutien sur le plan intellectuel et artistique, pas seulement envoyer de l’argent. Et donc, comment utiliser la Documenta comme une ressource pour soutenir un autre groupe qui essaie également de produire quelque chose en dehors des structures données de la production culturelle ?» 

Avec le collectif d'art syrien Fehras Publishing Practices, basé à Berlin, qui présente «Borrowed Faces» - un projet hybride de recherche d'archives sur la mondialisation arabe et l'agence politique, ainsi qu'une histoire fictive sur les figures féminines du mouvement de solidarité afro-asiatique à Tachkent, au Caire et à Beyrouth ; El Warcha, basé à Tunis, apporte son idée d'atelier à Kassel avec une bibliothèque et une installation d'art public ; et Sada organise une exposition d'œuvres vidéo commandées à Bagdad, la Documenta 15 fait la part belle aux actions collectives et aux alliances en provenance du monde arabe. 

Il reste à voir ce que les artistes dans leur rôle de chercheurs, collaborateurs et penseurs peuvent proposer dans un format non hiérarchique, mais cela ressemble à un changement décisif dans la façon dont les pratiques et les artistes de la région sont présentés sur le circuit mondial - non essentialisé, transdisciplinaire et plus collaboratif. 

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com 


Une fois, deux fois, adjugé?... Des lions du Pakistan proposés aux enchères

Des visiteurs regardent des lions au zoo Safari de Lahore (Photo, AFP).
Des visiteurs regardent des lions au zoo Safari de Lahore (Photo, AFP).
Short Url
  • Au Pakistan les zoos se distinguent par la médiocrité de leurs installations et la pauvreté des soins
  • Les responsables du zoo prévoient de vendre aux enchères douze jeunes lions

LAHORE, Pakistan: Le zoo de Lahore, au Pakistan, va vendre aux enchères douze de ses vingt-neuf lions la semaine prochaine, afin de faire de la place pour la troupe qui ne cesse de s'agrandir.

Les félins sont désormais si nombreux au Safari Zoo de Lahore (nord-est) que les lions et les tigres ne peuvent rejoindre leurs enclos qu'à tour de rôle, explique à l'AFP le directeur adjoint du zoo, Tanvir Ahmed Janjua.

Grâce à la vente, "nous allons non seulement libérer de l'espace, mais aussi réduire nos dépenses en viande destinée à les nourrir", espère-t-il.

Les responsables du zoo, qui abrite également six tigres et deux jaguars, prévoient de vendre aux enchères douze jeunes lions, âgés de deux à cinq ans.

L'initiative fait bondir certains défenseurs des animaux, le Fonds mondial pour la nature (WWF) jugeant notamment que les fauves devraient être transférés vers d'autres zoos ou que les femelles devraient être stérilisées ou mises sous contraceptifs.

"Les échanges et les dons d'animaux entre zoos sont une pratique largement acceptée", assure Uzma Khan, du WWF.

"À partir du moment où une institution telle qu'un zoo fixe un prix sur une espèce sauvage, elle encourage le commerce, ce qui va à l'encontre de la préservation", argumente-t-elle.

Au Pakistan, il n'est toutefois pas rare - pour les plus aisés - de prendre comme animal de compagnie des lions, des tigres ou d'autres représentants d'espèces exotiques, vus comme des symboles extérieurs de richesse.

Leurs propriétaires publient sur les réseaux sociaux des photos et des vidéos des fauves, et les louent comme accessoires pour des films et des séances de photos.

Les responsables du zoo, qui ont fixé une réserve de 150.000 roupies (700 dollars) par lion, espèrent que chaque animal trouvera un acquéreur pour environ deux millions de roupies (environ 9.300 dollars).

Mais les éventuels acheteurs devront, au préalable, s'enregistrer auprès des autorités locales et prouver qu'ils ont les moyens d'assurer aux félins les soins et un abri appropriés.

Collectionneurs de lions

L'année dernière, une vente aux enchères de lions n'avait pas pu avoir lieu, les acheteurs potentiels ne disposant pas des documents ou attestations nécessaires, rappelle le vétérinaire du zoo, Muhammad Rizwan Khan.

Nouman Hassan, qui s'est attiré les foudres des autorités pour avoir promené son tigre en laisse dans Lahore - la deuxième ville du pays -, prévoit en tout cas d'y participer.

"J'essaierai d'acheter deux ou trois lions, c'est sûr". La vente est aussi l'occasion de diversifier le patrimoine génétique pour des collectionneurs possédant déjà plusieurs lions, explique-t-il.

Aux quatre coins du Pakistan, les zoos se distinguent par la médiocrité de leurs installations et la pauvreté des soins dispensés aux animaux.

Fin 2020, le zoo de la capitale Islamabad, qui s'était attiré des condamnations internationales pour avoir maltraité l'éléphant Kaavan, avait dû fermer ses portes. Le pachyderme obèse de 36 ans était ensuite parti vers une réserve naturelle cambodgienne.

Le Safari Zoo de Lahore, qui s'étend sur plus de 80 hectares, est toutefois considéré comme l'un des plus accueillants du pays.

Pour M. Khan, le vétérinaire, les animaux y reçoivent les meilleurs soins possibles, ce qui se reflète dans leur fécondité. "Ils connaissent une bonne vie en captivité avec nous", a-t-il déclaré.


L'équipe d'Arabie saoudite remporte l'or à la Special Olympics Unified Cup 2022

L'équipe d'Arabie saoudite pose avec ses médailles d'or à la Special Olympics Unified Cup 2022. (Twitter/@saudiarabiaso)
L'équipe d'Arabie saoudite pose avec ses médailles d'or à la Special Olympics Unified Cup 2022. (Twitter/@saudiarabiaso)
Short Url
  • Dans les sports unifiés, les joueurs avec et sans déficience intellectuelle s'affrontent dans la même équipe
  • Lors du match final, l'Arabie saoudite a battu la Roumanie 3 à 1

 

RIYAD : L'équipe saoudienne est entrée dans l'histoire en remportant la médaille d'or de la Special Olympics Unified Cup 2022 samedi, a rapporté l'agence de presse saoudienne.

Lors du match final, l'Arabie saoudite a battu la Roumanie 3 à 1.

L'équipe saoudienne a participé pour la première fois à la Special Olympics Unified Cup, aux côtés de 22 autres équipes du monde entier, du 31 juillet au 6 août à Détroit, dans le Michigan.

Dans les sports unifiés, les joueurs avec et sans déficience intellectuelle s'affrontent dans la même équipe.

Les Émirats arabes unis, l'Égypte et le Maroc faisaient partie des équipes arabes qui ont participé à la coupe.

Les autres équipes étaient le Brésil, les États-Unis, la Jamaïque, la Corée du Sud, le Nigeria, le Paraguay, la Roumanie et Singapour.

Le président du conseil d'administration de Special Olympics International, le Dr Timothy Shriver, a félicité l'équipe saoudienne pour sa médaille d'or.

Le directeur des Jeux olympiques spéciaux saoudiens, Abdulrahman Al-Quraishi, a également félicité les joueurs, le personnel technique et administratif, ainsi que les membres de la mission saoudienne pour leur performance exceptionnelle.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Un musée londonien va restituer au Nigeria des oeuvres pillées au XIXe siècle

Le musée a déclaré qu'il transférerait une collection de 72 objets au gouvernement nigérian (Photo, Twitter/@HornimanMuseum).
Le musée a déclaré qu'il transférerait une collection de 72 objets au gouvernement nigérian (Photo, Twitter/@HornimanMuseum).
Short Url
  • Le Nigeria a négocié la restitution des bronzes de Benin avec plusieurs pays européens et prévoit de construire un musée à Benin City, dans le sud de l'Etat d'Edo
  • La Grèce réclame aussi au Royaume-Uni depuis des décennies les frises du célèbre temple antique du Parthénon à Athènes, exposées au British museum de Londres

LONDRES: Soixante-douze artefacts pillés en 1897 pendant une incursion militaire britannique dans la ville de Benin City vont être restitués au Nigeria, a annoncé dimanche le musée Horniman de Londres.

Parmi ces oeuvres et objets se trouvent 12 plaques de laiton, connues sous le nom de bronzes de Benin, ou encore des objets de cérémonie en ivoire et en laiton, des objets de la vie quotidienne tels que des éventails et des paniers, ainsi qu'une clé "du palais du roi".

Cette restitution répond à une demande formulée en janvier par la Commission nationale des musées et monuments du Nigeria, dont le directeur général, le Pr Abba Tijani, a salué la décision de l'établissement londonien.

"Les preuves étaient très claires quant au fait que ces objets ont été obtenus par la force, et une consultation externe a confirmé notre point de vue qu'il était à la fois moral et approprié de rendre leur propriété au Nigeria", a déclaré Eve Salomon, présidente des administrateurs du musée.

Celui-ci va à présent discuter avec la commission nigériane du processus formel de transfert de propriété et de la possibilité que certains objets puissent rester en étant prêtés, pour être exposés ou à des fins de recherches ou d'enseignement.

Le Nigeria a négocié la restitution des bronzes de Benin avec plusieurs pays européens et prévoit de construire un musée à Benin City, dans le sud de l'Etat d'Edo, pour les y rassembler.

En novembre, la France a rendu 26 de ces pièces. Un coq en bronze et une tête de monarque ont été rendus par le Royaume-Uni au début de l'année.

Par ailleurs, la Grèce réclame aussi au Royaume-Uni depuis des décennies les frises du célèbre temple antique du Parthénon à Athènes, exposées au British museum de Londres. Celui-ci s'est dit récemment ouvert à un accord avec la Grèce pour les partager.