Le Royaume-Uni va expulser 30 réfugiés kurdes vers l'Irak «sur un vol charter à risqué élevé»

Le vol sera organisé par le ministère de l’Intérieur britannique. (Fichier/Shutterstock)
Le vol sera organisé par le ministère de l’Intérieur britannique. (Fichier/Shutterstock)
Short Url
Publié le Mardi 31 mai 2022

Le Royaume-Uni va expulser 30 réfugiés kurdes vers l'Irak «sur un vol charter à risqué élevé»

  • Le ministère de l'Intérieur «prévoit d'envoyer des survivants de la torture traumatisés» dans une Erbil «pleine de dangers», a dénoncé une militante pour les droits des immigrés
  • Des manifestations publiques contre la déportation des réfugiés kurdes ont eu lieu lundi à Londres et au Kurdistan

LONDRES: Le Royaume-Uni s'apprête à expulser jusqu'à 30 demandeurs d'asile kurdes vers l'Irak, sur un vol charter affrêté par le ministère de l’Intérieur britannique.
Cette opération vers Erbil, dans le Kurdistan irakien, comporte des risques importants. Les personnes encadrant ce voyage ont reçu une formation spéciale pour faire face à une «forte menace d'enlèvement de Daech et d'autres groupes terroristes». 
Certaines des personnes déportées sont installées au Royaume-Uni depuis plus de deux décennies et laisseront derrière elles des familles et des carrières. Un homme sur le point d'être expulsé sur le vol de mardi s’est exprimé dans le quotidien The Guardian: «Ce processus dans son ensemble est chaotique. Nous sommes des êtres humains. Je vis ici depuis depuis vingt ans. J'ai mon baccalauréat. Je parle six langues. Je ne suis pas un criminel ou un trafiquant de drogue. Je n'ai rien fait. Plus j'y pense, plus je suis troublé.» 
Des manifestations publiques contre ces déportations ont eu lieu lundi à Londres et au Kurdistan.
«Nous connaissons au moins onze personnes ayant des enfants et petits-enfants britanniques, qui pourraient être expulsées vers le Kurdistan irakien. Beaucoup ont fui il y a des décennies la violence et les troubles dans cette région», a affirmé Bella Sankey, directrice de l'association caritative Detention Action.
Un autre demandeur d'asile, s'exprimant depuis un centre de détention en Grande-Bretagne avant son expulsion, a exprimé sa détresse. «Je jure que chaque personne renvoyée au Kurdistan sera en danger. Certaines ont déjà reçu des menaces. Nous craignons d’être enlevés dès notre arrivée à l'aéroport d'Erbil», a-t-il raconté. «Dans mon pays, certaines personnes n'hésiteraient pas à nous tirer une balle dans la tête. Il y a des gens impitoyables là-bas.»

«Le ministère de l'Intérieur prévoit d'envoyer des survivants de la torture traumatisés dans une région dangereuse et instable en prenant une décision qui montre un mépris total pour la vie humaine», a dénoncé  Karen Doyle, militante pour les droits des immigrés. 
«Les hommes à qui nous avons parlé ont fait leur vie au Royaume-Uni et y ont femmes et enfants. Un grand nombre d’entre eux n'ont pas été en mesure d'être représentés légalement pendant leur détention. Ce gouvernement ignore les traumatismes individuels de ceux qui seront expulsés», a-t-elle ajouté. 
Un porte-parole du ministère de l'Intérieur a justifié la décision: «Nous n’avons pas à nous excuser pour le renvoi de criminels étrangers et de personnes qui n'ont pas le droit de rester au Royaume-Uni. C'est ce que le peuple est en droit d’attendre, et c'est pourquoi nous organisons régulièrement des vols vers différents pays.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com
 


Alpinisme en Equateur : Trois morts, douze blessés dans une chute

Vue du volcan Carihuairazo, dans les Andes centrales de l'Équateur, le 18 février 2019. (AFP)
Vue du volcan Carihuairazo, dans les Andes centrales de l'Équateur, le 18 février 2019. (AFP)
Short Url
  • «Une femme de 47 ans et deux hommes de 45 et 50 ans sont décédés dans cette urgence», selon le communiqué
  • Les douze blessés, âgés de 39 à 58 ans, ont été transférés dans des hôpitaux des villes de Riobamba et Ambato

QUITO: Trois alpinistes sont morts et douze ont été blessés après avoir fait une chute lors de l'ascension du volcan Carihuairazo en Équateur, ont indiqué samedi les services de secours.

"Une femme de 47 ans et deux hommes de 45 et 50 ans sont décédés dans cette urgence", ont indiqué les services de secours ECU911 dans un communiqué.

"En raison des conditions météorologiques et de la tombée de la nuit, il n'a pas été possible d'évacuer les corps".

Les douze blessés, âgés de 39 à 58 ans, ont été transférés dans des hôpitaux des villes de Riobamba et Ambato.

Les alpinistes tentaient d'atteindre le sommet du volcan des Andes centrales lorsqu'ils ont fait une chute de 60 mètres.

Le Carihuairazo, un sommet de 5.018 mètres situé dans la province de Tungurahua, est voisin du volcan Chimborazo, le plus haut sommet du pays, qui culmine à plus de 6 200 mètres.

La récupération des corps des personnes décédées, toutes équatoriennes, se poursuivra dimanche.


Australie: un homme arrêté après des coups de feu à l'aéroport de Canberra

Des policiers montent la garde à l'entrée d'un terminal après qu'un homme armé a ouvert le feu à l'aéroport de Canberra, le 14 août 2022. (Photo de l'AFP)
Des policiers montent la garde à l'entrée d'un terminal après qu'un homme armé a ouvert le feu à l'aéroport de Canberra, le 14 août 2022. (Photo de l'AFP)
Short Url
  • La police a évacué et fermé le principal aéroport de la capitale australienne, menant à la suspension de nombreux vols
  • De l'extérieur, plusieurs impacts de balle étaient visibles sur la façade vitrée de l'aéroport, selon des images diffusées par la chaîne publique australienne ABC

CANBERRA :Un homme a tiré cinq coups de feu à l'aéroport de Canberra dimanche, provoquant la panique des passagers mais ne faisant pas de victime, selon la police australienne qui l'a arrêté.

La police a évacué et fermé le principal aéroport de la capitale australienne, menant à la suspension de nombreux vols.

«Un homme est entré dans l'aéroport de Canberra dans la zone des départs. Il s'est assis dans l'une des zones adjacentes aux fenêtres en verre», a déclaré le commissaire Dave Craft aux journalistes à l'extérieur du bâtiment de l'aéroport.

«Après environ cinq minutes, cet homme a pris une arme à feu en sa possession et a tiré environ cinq fois», a-t-il détaillé.

Le Premier ministre Anthony Albanese a été mis au courant de l'incident:

«On m'informe qu'un homme a été arrêté et qu'il n'y a aucune menace en cours», a-t-il exprimé dans un communiqué.

De l'extérieur, plusieurs impacts de balle étaient visibles sur la façade vitrée de l'aéroport, selon des images diffusées par la chaîne publique australienne ABC.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux montrent un policier immobilisant un homme au sol à l'intérieur du terminal tandis que les alarmes retentissaient dans le principal aéroport de la capitale.

«La police a été avertie (...) à la suite d'informations faisant état de coups de feu dans le terminal principal», a indiqué la police de la capitale australienne.

«Peu de temps après, une personne a été placée en garde à vue et une arme à feu a été confisquée», a-t-elle ajouté, soulignant que l'homme semblait avoir agi seul.

Le motif de l'assaillant présumé n'est pour l'heure pas claire.

La situation est maintenant sous contrôle, selon la police.

La journaliste d'ABC Lily Thomson, sur place, a dit avoir entendu des coups de feu avant que les gens ne commencent à crier.

Elle a vu une femme effrayée qui s'occupait d'un bébé. «Nous avons tous couru et je suis restée avec cette grand-mère et son bébé et (nous nous sommes) cachés derrière le bureau d'information», a-t-elle relaté sur ABC.

«Nous sommes restés là pendant quelques minutes jusqu'à ce que la sécurité nous dise d'évacuer vers le parking».

«Tout le monde se cachait derrière des chaises et les gens couraient», a-t-elle ajouté.

L'aéroport de Canberra a déclaré qu'il travaillait avec les compagnies aériennes pour relancer les vols d'ici dimanche après-midi. Certains vols ont été annulés.


Feux de forêt: un été record de surfaces brûlées en Europe

Un pompier tactique français allume un feu contrôlé pour ralentir la progression d'un feu de forêt près de Belin-Beliet, dans le sud-ouest de la France, le 13 août 2022. (Photo de Thibaud MORITZ / AFP)
Un pompier tactique français allume un feu contrôlé pour ralentir la progression d'un feu de forêt près de Belin-Beliet, dans le sud-ouest de la France, le 13 août 2022. (Photo de Thibaud MORITZ / AFP)
Short Url
  • La France a connu des années pires dans les années 1970, avant les données standardisées européennes
  • Mais l'année 2022 est la plus grave en 16 ans selon ces chiffres, en grande partie à cause de deux grands brasiers successifs en Gironde

PARIS: Alors que la haute saison des feux n'est pas encore terminée, le bilan provisoire des incendies s'alourdit dans l'Union européenne avec déjà plus de de 660 000 hectares brûlés depuis janvier, établissant un record à ce stade de l'année depuis le début des données satellitaires en 2006.

Depuis le 1er janvier, les incendies ont ravagé 662 776 hectares de forêts dans l'Union européenne selon les données actualisées dimanche du système européen d'information sur les feux de forêts (EFFIS), qui tient des statistiques comparables depuis 2006 grâce aux images de satellites du programme européen Copernicus.

La France a connu des années pires dans les années 1970, avant les données standardisées européennes. Mais l'année 2022 est la plus grave en 16 ans selon ces chiffres, en grande partie à cause de deux grands brasiers successifs en Gironde, dans le sud-ouest du pays, où des pompiers allemands, polonais ou encore autrichiens sont arrivés cette semaine en renfort.

La situation est également exceptionnelle en Europe centrale: les pompiers ont ainsi mis plus de dix jours en juillet pour maîtriser le plus grand incendie de l'histoire récente de la Slovénie, aidés par une population si mobilisée que le gouvernement a dû demander aux habitants d'arrêter de faire des dons aux pompiers.

Mais ne disposant pas d'avions spécialisés pour combattre les feux, la Slovénie a dû appeler à l'aide la Croatie, qui a envoyé un avion... avant de le rappeler pour éteindre ses propres incendies. Le gouvernement slovène envisage désormais l'acquisition de ses premiers avions bombardiers d'eau.

Très spectaculaire aussi, à Berlin, en Allemagne, un vaste incendie s'est déclaré la semaine dernière à partir d'un dépôt de munitions de la police, dans une forêt en pleine sécheresse, un feu rapidement maîtrisé. Jusqu'ici épargnée par de tels incendies, la capitale allemande est de nos jours de plus en plus menacée en raison de l'importance de ses zones boisées.

Mais la zone la plus frappée par les incendies est la péninsule ibérique. L'Espagne, asséchée comme la France par plusieurs canicules cet été, a vu 246 278 hectares ravagés par les incendies, principalement en Galice dans le nord-ouest. La situation s'est toutefois améliorée avec la baisse des températures.

Le Portugal lutte aussi depuis plus d'une semaine contre un feu dans le géo-parc mondial reconnu par l'Unesco dans la région de la montagne de la Serra da Estrela, qui culmine à environ 2.000 mètres.