Psychologie du vote libanais: 2022, encore une revanche de la classe politique ?

Des jeunes libanais se rassemblent autour du Poing de la Révolution, symbole du soulèvement libanais d'octobre 2019. (AFP)
Des jeunes libanais se rassemblent autour du Poing de la Révolution, symbole du soulèvement libanais d'octobre 2019. (AFP)
Short Url
Publié le Samedi 14 mai 2022

Psychologie du vote libanais: 2022, encore une revanche de la classe politique ?

  • Le problème principal est une question d’identité, estime le psychanalyste Chawki Azouri
  • Une partie des Libanais se trouvent en situation de soumission aveugle devant leur leader

BEYROUTH: À la veille des législatives libanaises du dimanche 15 mai, la campagne électorale semble bien loin de l’esprit révolutionnaire qui a balayé le pays en octobre 2019, puis en août 2020 après l’explosion au port de Beyrouth. Les partis et les chefs traditionnels ont repris le dessus. Les dirigeants issus de la société civile sont divisés et la population semble être revenue à son apathie antérieure et à son suivisme coutumier.

Les Libanais, toutes confessions confondues, étaient descendus en masse dans la rue pour manifester contre la classe politique, constituée dans sa majorité d’anciens chefs de guerre ou de leaders féodaux qui dirigent le pays depuis près d’un demi-siècle. Tous ont été accusés de corruption, de népotisme, de clientélisme, de mauvaise gouvernance…

Deux ans après le soulèvement du 17 octobre 2019, la situation continue de se dégrader rapidement. La livre libanaise a fortement chuté. Plus de la moitié de la population du Liban est «prise au piège de la pauvreté», selon un rapport publié en août 2021 par la Commission économique et sociale des Nations unies pour l’Asie occidentale (Cesao, ou «Escwa» en anglais).

Un problème d’identité

«Il y a aujourd’hui une déception, une désillusion de la part d’un grand nombre de Libanais», explique le psychanalyste Chawki Azouri à Arab News en français. Ce retour en arrière vient du fait qu’il n’y a pas une alternative crédible. «Le mouvement révolutionnaire reste fragile. Il n’y a pas eu un projet politique qui a pu unir les Libanais et remplacer les projets des leaders communautaires», ajoute-t-il. Ces derniers combattent tout discours qui propose une identité nationale commune, puisqu’ils tirent leur légitimité et leur pouvoir du contexte confessionnel dans lequel ils règnent sans partage sur leur groupe depuis des décennies. «Ils savent toucher la fibre confessionnelle et jouer sur le sentiment religieux. Et c’est typique du leader populiste, partout dans le monde», précise le psychanalyste libanais.

Les raisons de cette déconfiture retentissante au niveau national sont multiples. Le système confessionnel, consacrant le partage du pouvoir entre les différentes communautés religieuses, a exacerbé la rivalité entre elles pour le partage du gâteau, entraînant une pratique politique minée par le clientélisme et la corruption.

«Le problème principal est une question d’identité. Le repli identitaire est lié au difficile établissement d’une identité libanaise qui précèderait l’appartenance aux communautés religieuses. Il y a un réel problème chez les Libanais concernant leur identité nationale qui n’arrive pas à s’affirmer face aux identités confessionnelles. Ils sont d’abord sunnites, chiites, druzes, maronite… Et c’est là où le bât blesse», explique Chawki Azouri.

De son côté, le sociologue Melhem Chaoul précise: «Le problème, c’est que la société libanaise n’a pas créé un État de droit, mais une sorte de confédération tribalo-confessionnelle. On n’a pas déstructuré les liens traditionnels pour que les gens se regroupent en fonction de nouvelles bases de solidarité.»

Généralement, en période de paix et de prospérité, les appartenances deviennent plus souples, plus ouvertes. En revanche, en période de crise, qu’il s’agisse de la guerre ou, comme aujourd’hui, d’une crise financière et économique foudroyante pour les Libanais, le repli identitaire s’accentue et les positions se polarisent. Pour Melhem Chaoul: «Il faut que la société accepte de nouvelles formes de protection. Il faut en finir avec l’identitaire et les menaces identitaires.»

Servitude face au leader

Deux ans après, et contrairement aux espérances, le soulèvement populaire de 2019 au Liban ne semble pas avoir brisé les liens fondamentaux entre les Libanais et leurs chefs traditionnels. Bien au contraire, le contexte électoral de 2022 au Liban sonne comme une revanche de la classe de leaders politique sur toute possibilité de changement structurel. Le leader politique traditionnel réussit à se repositionner de nouveau comme défenseur ultime de sa communauté et de son identité en danger.

Les intérêts et la dignité du zaïm redeviennent une ligne rouge pour ses partisans, et l’on se retrouve ainsi, de nouveau, dans une situation de soumission aveugle devant le leader. «Sigmund Freud, le père de la psychanalyse, explique la servitude face au leader, quand les individus projettent sur leur chef leur figure idéale. Le leader devient un ramassis de figures idéales individuelles, d’où la force phénoménale du dirigeant tel qu’on le voit actuellement au Liban, aux dépens de l’individu qui s’efface complétement. C’est ainsi que la foule s’appauvrit et que le chef se renforce», explique Chawki Azouri.

«En psychanalyse, dès qu’on est en groupe (plus de trois personnes), il y a un phénomène qui rabaisse le quotient intellectuel des individus. Ce qui peut expliquer partiellement pourquoi, durant la campagne électorale, beaucoup de gens sont entraînés par les sentiments (la peur et la colère) au détriment d’une analyse rationnelle et logique», ajoute-t-il. Ce phénomène augmente aussi quand une personne est assujettie au discours collectif depuis son enfance, de père en fils, sans qu’il puisse remettre en cause le discours des parents.

La classe politique libanaise est enracinée dans le système institutionnel étatique qu’elle a complètement gangrené. Elle a réussi l’établissement d’un système de clientélisme bien rodé en s’accaparant les ressources du pays qu’elle se partage, et en se posant souvent comme un passage obligé pour l’obtention d’un travail, d’un contrat, d’un service…

Les gens qui suivent le zaïm le font de manière instinctive et pas du tout rationnelle, explique Chawki Azouri en concluant qu’«il faudrait parvenir à un niveau social et à une maturité nationale qui place le projet politique, l’espoir d’un changement avant le suivisme instinctif des gens, afin d’estimer les leaders politiques à leur juste valeur».


L’Algérie fête le 60e anniversaire de son indépendance en grande pompe

Selon les chiffres officiels, un budget de plus de 5,8 milliards de dinars (près de 38 millions d’euros) a été dégagé pour la préparation et l’organisation de cet événement. Photo fournie.
Selon les chiffres officiels, un budget de plus de 5,8 milliards de dinars (près de 38 millions d’euros) a été dégagé pour la préparation et l’organisation de cet événement. Photo fournie.
Short Url
  • Selon les chiffres officiels, un budget de plus de 5,8 milliards de dinars (près de 38 millions d’euros) a été dégagé pour la préparation et l’organisation de cet événement.

PARIS: Défilé militaire, galas, expositions et journées d’étude sont prévus dans les différentes régions du pays. Selon les chiffres officiels, un budget de plus de 5,8 milliards de dinars (près de 38 millions d’euros) a été dégagé pour la préparation et l’organisation de cet événement.

Le 1er juillet, un gala populaire intitulé «Une histoire glorieuse, une ère nouvelle» a été organisé au Stade du 5-juillet-1962 par la wilaya d’Alger. Une rencontre marquée par la présence du Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane, du wali d’Alger, d’Ahmed Mabed, des élus du Parlement ainsi que de nombreux hauts cadres de l’État. L’événement, qui a rassemblé plusieurs troupes musicales et un public nombreux, a été élaboré avec la participation de la garde républicaine, de la protection civile, des scouts musulmans algériens et de l’Établissement arts et culture de la wilaya d’Alger.

alger
Pour commémorer le 60e anniversaire de son indépendance, l’Algérie va renouer avec les grandes parades militaires. Photo fournie.

Des chants patriotiques, des danses traditionnelles et folkloriques des différentes régions du pays, des représentations de cavalerie et de fantasia ainsi qu’une fanfare de l’Établissement des arts et la culture de la capitale figurent parmi les attractions proposées aux familles venues célébrer le 60e anniversaire de l’indépendance du pays.

De son côté, le ministère des Moudjahidines organise une manifestation intitulée «Ala Fachahedou» («Soyez témoins»), qui retrace l’histoire millénaire de l’Algérie sur plusieurs périodes.


Grandes parades militaires
Pour commémorer le 60e anniversaire de son indépendance, l’Algérie va renouer avec les grandes parades militaires. La capitale, qui n’a pas connu un tel événement depuis trente-trois ans, termine les préparatifs organisés par l’Armée populaire nationale (ANP) dans domaines aérien, terrestre et maritime.

alger
La capitale, qui n’a pas connu un tel événement depuis trente-trois ans, termine les préparatifs organisés par l’Armée populaire nationale (ANP) dans domaines aérien, terrestre et maritime. Photo fournie.

Sous la supervision du président de la République, chef suprême des forces armées et ministre de la Défense nationale, M. Abdelmadjid Tebboune, de nombreuses armes de défense seront présentées, comme le système de défense antiaérienne S300PMU2, les missiles balistiques Iskander-E, les véhicules blindés de soutien logistique Terminator, les sous-marins Kilo – surnommés «trous noirs» – ainsi que divers avions et hélicoptères militaires.

«La parade militaire est porteuse de deux messages. Le premier consiste à établir une cohésion autour de l’armée nationale, l’autre à démontrer les capacités de l’ANP dans la défense de notre territoire. C’est une question qui relève de la souveraineté nationale, si chère à notre peuple», nous confie Malika, non sans fierté.

Le défilé, qui aura lieu sur la route nationale 11, qui jouxte la Grande Mosquée d’Alger et le front de mer de la capitale, sera retransmis en direct sur toutes les chaînes algériennes.

La question mémorielle
Soixante ans après l’indépendance, la question mémorielle est plus que jamais d’actualité. Lors de la commémoration des massacres du 8 mai 1945, le président Abdelmadjid Tebboune avait déclaré que la responsabilité de l’État algérien envers son capital historique représentait l’un des fondements qui forgent l’identité algérienne. Il avait ajouté qu’il était impératif de traiter le dossier mémoriel «en toute probité et avec objectivité».

alger

«Nous nous attendons à ce que la France reconnaisse ses crimes commis en Algérie durant les cent trente-deux ans où elle a occupé ce pays, essayant de changer le peuple algérien par un peuple européen», a indiqué de son côté Salah Goudjil, président du Conseil de la nation (Sénat) au journal algérien L’Expression dans un article publié le 4 juillet 2022 – la veille de la commémoration de ce 60e anniversaire.


Les Tunisiens sont toujours très attachés au Hajj

Une photo prise le 4 juillet 2022 montre une vue générale de la Kaaba (C) à la Grande Mosquée, dans la ville sainte de La Mecque. Rania SANJAR / AFP
Une photo prise le 4 juillet 2022 montre une vue générale de la Kaaba (C) à la Grande Mosquée, dans la ville sainte de La Mecque. Rania SANJAR / AFP
Short Url
  • 219 000 Tunisiens se sont inscrits cette année au pèlerinage de la Mecque
  • La pandémie impacte cette reprise en obligeant les autorités à imposer des mesures de sécurité sanitaires

TUNIS: Deux cent dix-neuf mille Tunisiens se sont inscrits cette année au pèlerinage de la Mecque. À l’instar des autres pays musulmans, la Tunisie renoue cette année avec le Hajj, le pèlerinage à La Mecque, l’un des cinq piliers de l’islam, après une pause forcée de deux ans imposée par la pandémie de Covid-19. Cette année, le Hajj a commencé durant la troisième semaine de juin et culminera le 9 juillet, jour de l’Aïd el-Kebir, marqué par le sacrifice du mouton.

Toutefois, la pandémie est loin d’être terminée, et elle impacte cette reprise en obligeant les autorités à imposer des mesures de sécurité sanitaires (attestation de vaccination et test PCR négatif datant de moins de soixante-douze heures) et, surtout, à réduire le nombre de pèlerins. Alors qu’on en enregistrait près de 2,5 millions de pèlerins avant la pandémie, ils ne seront qu’un million cette année.

Traditionnellement difficile en raison d’une demande toujours plus importante, l’organisation du Hajj a été rendue encore plus compliquée cette année pour les autorités, comme l’a souligné le ministre des Affaires religieuses, Brahim Chaïbi, lors d’une interview sur la télévision nationale Wataniya 1. «Dans le passé, la préparation du Hajj s’étalait sur des mois. On commençait les préparatifs en décembre pour un pèlerinage en août. Cette année, nous avons eu les informations sur les modalités d’organisation le 9 avril, et nous avons publié notre note d’orientation le 11 avril. Les préparatifs ont commencé en juin et les gens vont effectuer le pèlerinage le même mois», rappelle le ministre.

La deuxième difficulté rencontrée par les autorités a été l’établissement de la liste des candidats au Hajj. Le quota alloué à la Tunisie cette année est de 4 972 pèlerins, soit une baisse de 45 % par rapport à 2019. Or, 219 000 Tunisiens ont demandé à y figurer.

Les Tunisiens ont eu un mois (du 20 octobre au 21 novembre 2021) pour faire acte de candidature en s’inscrivant sur un site dédié du ministère des Affaires religieuses.
Défini tous les ans par une note d’orientation publiée avant le pèlerinage, le processus de sélection est bien rodé. Le tri est effectué par un prédicateur dans chacune des 264 délégations (l’équivalent de la sous-préfecture en France) que compte le pays.

À la différence de l’Omra, on ne peut effectuer le Hajj qu’une fois dans sa vie. Auparavant, les autorités avaient pour habitude d’accorder la priorité aux plus âgés. Mais l’Arabie saoudite ayant mis fin au pèlerinage pour les plus de 65 ans, l’âge est devenu un facteur disqualifiant.

Comme tous les ans, le prix du Hajj a été jugé par certains trop élevé et il a fait l’objet de contestations. «Le prix du pèlerinage reste élevé, mais on l’a baissé», souligne le ministre des Affaires religieuses. Les autorités ont donc dû faire un effort sur ce point, en agissant sur le seul paramètre sur lequel elles ont prise: le transport aérien. Le prix du billet d’avion a ainsi été baissé de 3 500 à 3 100 dinars (1 dinar tunisien = 0,31 euro).


Un nouveau parc lacustre dans le quartier historique de Djeddah

Le projet s’inscrit dans le cadre des objectifs de l’initiative Vision 2030 de l’Arabie saoudite de mettre en place des projets environnementaux. (Photo fournie)
Le projet s’inscrit dans le cadre des objectifs de l’initiative Vision 2030 de l’Arabie saoudite de mettre en place des projets environnementaux. (Photo fournie)
Le projet s’inscrit dans le cadre des objectifs de l’initiative Vision 2030 de l’Arabie saoudite de mettre en place des projets environnementaux. (Photo fournie)
Le projet s’inscrit dans le cadre des objectifs de l’initiative Vision 2030 de l’Arabie saoudite de mettre en place des projets environnementaux. (Photo fournie)
Short Url
  • Les visiteurs peuvent admirer l’architecture historique, des scènes naturelles, des événements culturels, et profiter des terrains de sport, des restaurants locaux et des souks qui mettent en valeur le patrimoine de la ville
  • Il y existe plus de quatre cent cinquante bâtiments à l’intérieur des murs historiques de la ville, dont cinquante-six ont urgemment besoin d’être restaurés

DJEDDAH: Le programme du quartier historique de Djeddah a créé un nouveau parc lacustre – le lac d’Al-Arbaeen – en tant que destination culturelle exclusive.
Le projet s’inscrit dans le cadre des objectifs de l’initiative Vision 2030 de l’Arabie saoudite de mettre en place des projets environnementaux et d’améliorer la qualité de vie dans le quartier historique de la ville.

parc
Le projet s’inscrit dans le cadre des objectifs de l’initiative Vision 2030 de l’Arabie saoudite de mettre en place des projets environnementaux. (Photo fournie)


Des sculptures du monde entier ont été disposées dans le parc. Les visiteurs peuvent admirer l’architecture historique, des scènes naturelles, des événements culturels, et profiter des terrains de sport, des restaurants locaux et des souks qui mettent en valeur le patrimoine de la ville.
Le quartier historique de Djeddah a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'Organisation des nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) en 2014, et il présente une vision frappante de la vie dans le passé.

parc
Le projet s’inscrit dans le cadre des objectifs de l’initiative Vision 2030 de l’Arabie saoudite de mettre en place des projets environnementaux. (Photo fournie)

Fondé au VIIe siècle de notre ère, le quartier historique Al-Balad servait autrefois de centre d’échanges et de commerce pour Djeddah. Cependant, la plupart des anciens murs qui entouraient la ville, ainsi que le souk qui s’y trouvait, ont été altérés et finalement démolis au fil des siècles.
Lorsque les richesses du pétrole ont commencé à affluer dans l'économie saoudienne et que le pays a entamé une marche vers la modernité, de nombreuses personnes ont quitté les espaces exigus d'Al-Balad, laissant les maisons et les bâtiments les plus somptueux se délabrer lentement.
Il y a plus de quatre cent cinquante bâtiments à l’intérieur des murs historiques de la ville, dont cinquante-six ont urgemment besoin d’être restaurés.
Le prince héritier, Mohammed ben Salmane, a promis de fournir cinquante millions de riyals saoudiens (13,33 millions de dollars; 1 dollar = 0,96 euro) pour soutenir la restauration de ces bâtiments, car ils constituent une part importante du patrimoine du Royaume et un site touristique majeur.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com