Psychologie du vote libanais: 2022, encore une revanche de la classe politique ?

Des jeunes libanais se rassemblent autour du Poing de la Révolution, symbole du soulèvement libanais d'octobre 2019. (AFP)
Des jeunes libanais se rassemblent autour du Poing de la Révolution, symbole du soulèvement libanais d'octobre 2019. (AFP)
Short Url
Publié le Samedi 14 mai 2022

Psychologie du vote libanais: 2022, encore une revanche de la classe politique ?

  • Le problème principal est une question d’identité, estime le psychanalyste Chawki Azouri
  • Une partie des Libanais se trouvent en situation de soumission aveugle devant leur leader

BEYROUTH: À la veille des législatives libanaises du dimanche 15 mai, la campagne électorale semble bien loin de l’esprit révolutionnaire qui a balayé le pays en octobre 2019, puis en août 2020 après l’explosion au port de Beyrouth. Les partis et les chefs traditionnels ont repris le dessus. Les dirigeants issus de la société civile sont divisés et la population semble être revenue à son apathie antérieure et à son suivisme coutumier.

Les Libanais, toutes confessions confondues, étaient descendus en masse dans la rue pour manifester contre la classe politique, constituée dans sa majorité d’anciens chefs de guerre ou de leaders féodaux qui dirigent le pays depuis près d’un demi-siècle. Tous ont été accusés de corruption, de népotisme, de clientélisme, de mauvaise gouvernance…

Deux ans après le soulèvement du 17 octobre 2019, la situation continue de se dégrader rapidement. La livre libanaise a fortement chuté. Plus de la moitié de la population du Liban est «prise au piège de la pauvreté», selon un rapport publié en août 2021 par la Commission économique et sociale des Nations unies pour l’Asie occidentale (Cesao, ou «Escwa» en anglais).

Un problème d’identité

«Il y a aujourd’hui une déception, une désillusion de la part d’un grand nombre de Libanais», explique le psychanalyste Chawki Azouri à Arab News en français. Ce retour en arrière vient du fait qu’il n’y a pas une alternative crédible. «Le mouvement révolutionnaire reste fragile. Il n’y a pas eu un projet politique qui a pu unir les Libanais et remplacer les projets des leaders communautaires», ajoute-t-il. Ces derniers combattent tout discours qui propose une identité nationale commune, puisqu’ils tirent leur légitimité et leur pouvoir du contexte confessionnel dans lequel ils règnent sans partage sur leur groupe depuis des décennies. «Ils savent toucher la fibre confessionnelle et jouer sur le sentiment religieux. Et c’est typique du leader populiste, partout dans le monde», précise le psychanalyste libanais.

Les raisons de cette déconfiture retentissante au niveau national sont multiples. Le système confessionnel, consacrant le partage du pouvoir entre les différentes communautés religieuses, a exacerbé la rivalité entre elles pour le partage du gâteau, entraînant une pratique politique minée par le clientélisme et la corruption.

«Le problème principal est une question d’identité. Le repli identitaire est lié au difficile établissement d’une identité libanaise qui précèderait l’appartenance aux communautés religieuses. Il y a un réel problème chez les Libanais concernant leur identité nationale qui n’arrive pas à s’affirmer face aux identités confessionnelles. Ils sont d’abord sunnites, chiites, druzes, maronite… Et c’est là où le bât blesse», explique Chawki Azouri.

De son côté, le sociologue Melhem Chaoul précise: «Le problème, c’est que la société libanaise n’a pas créé un État de droit, mais une sorte de confédération tribalo-confessionnelle. On n’a pas déstructuré les liens traditionnels pour que les gens se regroupent en fonction de nouvelles bases de solidarité.»

Généralement, en période de paix et de prospérité, les appartenances deviennent plus souples, plus ouvertes. En revanche, en période de crise, qu’il s’agisse de la guerre ou, comme aujourd’hui, d’une crise financière et économique foudroyante pour les Libanais, le repli identitaire s’accentue et les positions se polarisent. Pour Melhem Chaoul: «Il faut que la société accepte de nouvelles formes de protection. Il faut en finir avec l’identitaire et les menaces identitaires.»

Servitude face au leader

Deux ans après, et contrairement aux espérances, le soulèvement populaire de 2019 au Liban ne semble pas avoir brisé les liens fondamentaux entre les Libanais et leurs chefs traditionnels. Bien au contraire, le contexte électoral de 2022 au Liban sonne comme une revanche de la classe de leaders politique sur toute possibilité de changement structurel. Le leader politique traditionnel réussit à se repositionner de nouveau comme défenseur ultime de sa communauté et de son identité en danger.

Les intérêts et la dignité du zaïm redeviennent une ligne rouge pour ses partisans, et l’on se retrouve ainsi, de nouveau, dans une situation de soumission aveugle devant le leader. «Sigmund Freud, le père de la psychanalyse, explique la servitude face au leader, quand les individus projettent sur leur chef leur figure idéale. Le leader devient un ramassis de figures idéales individuelles, d’où la force phénoménale du dirigeant tel qu’on le voit actuellement au Liban, aux dépens de l’individu qui s’efface complétement. C’est ainsi que la foule s’appauvrit et que le chef se renforce», explique Chawki Azouri.

«En psychanalyse, dès qu’on est en groupe (plus de trois personnes), il y a un phénomène qui rabaisse le quotient intellectuel des individus. Ce qui peut expliquer partiellement pourquoi, durant la campagne électorale, beaucoup de gens sont entraînés par les sentiments (la peur et la colère) au détriment d’une analyse rationnelle et logique», ajoute-t-il. Ce phénomène augmente aussi quand une personne est assujettie au discours collectif depuis son enfance, de père en fils, sans qu’il puisse remettre en cause le discours des parents.

La classe politique libanaise est enracinée dans le système institutionnel étatique qu’elle a complètement gangrené. Elle a réussi l’établissement d’un système de clientélisme bien rodé en s’accaparant les ressources du pays qu’elle se partage, et en se posant souvent comme un passage obligé pour l’obtention d’un travail, d’un contrat, d’un service…

Les gens qui suivent le zaïm le font de manière instinctive et pas du tout rationnelle, explique Chawki Azouri en concluant qu’«il faudrait parvenir à un niveau social et à une maturité nationale qui place le projet politique, l’espoir d’un changement avant le suivisme instinctif des gens, afin d’estimer les leaders politiques à leur juste valeur».


L’Égypte et Oman conviennent de créer un fonds d’investissement commun

Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, et le sultan d’Oman, Haitham ben Tariq (Photo, Présidence égyptienne).
Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, et le sultan d’Oman, Haitham ben Tariq (Photo, Présidence égyptienne).
Short Url
  • Les deux pays ont signé des accords dans plusieurs secteurs, notamment l’environnement et l’éducation
  • Les accords ont été conclus lors de la visite officielle du président égyptien, El-Sissi, à Oman

LE CAIRE: Le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, et le sultan d’Oman, Haitham ben Tariq, se sont mis d’accord sur une étude visant à créer un fonds d’investissement commun entre leurs deux pays, axé sur les projets réalisables dans différents secteur vitaux.

Dans une déclaration commune publiée mardi, les deux dirigeants ont confirmé, lors de la visite officielle du président égyptien à Oman, que toutes les autorités compétentes discuteraient des possibilités d’investissement dans des domaines comprenant l’énergie et les énergies renouvelables, l’industrie, les soins de santé et les produits pharmaceutiques.

Au cours de la visite d’El-Sissi, l’Égypte et Oman ont signé deux accords, six protocoles d’accord, trois programmes exécutifs et des lettres de coopération en matière de promotion de la concurrence, de lutte contre les monopoles, de promotion des investissements, de développement des exportations, d’établissement et de gestion des zones industrielles et de protection de l’environnement, en plus de la reconnaissance mutuelle des certificats de qualification maritime pour les navigateurs.

Les gouvernements des deux pays ont également signé un accord de coopération dans le domaine du transport maritime et des ports, ainsi qu’un accord de coopération entre l’université Sultan Qaboos et l’Institut national égyptien de recherche astronomique et géophysique.

El-Sissi a affirmé «la volonté de l’Égypte, au cours de la période à venir, de développer des relations de coopération économique et commerciale avec la communauté d’affaires et les entreprises omanaises, et de développer des investissements conjoints, afin de contribuer à soutenir le développement économique pour maximiser les intérêts mutuels et l’utilisation optimale des opportunités disponibles».

Lors de sa rencontre avec les représentants de la communauté des affaires et des chefs de grandes entreprises à Oman, avec la participation de plusieurs hauts responsables et représentants omanais, il a souligné que «le bond qualitatif que l’Égypte a connu récemment dans les divers secteurs de développement reflète la forte volonté de l’État, avec ses composantes gouvernementales et populaires, de réaliser un développement durable, ce qui aura des répercussions positives sur le renforcement des relations bilatérales entre l’Égypte et le Sultanat d’Oman en ouvrant des portes pour maximiser les investissements omanais existants dans divers secteurs».

«Les relations fraternelles distinguées entre les deux pays frères sont le véritable parapluie pour soutenir les efforts visant à développer la coopération conjointe dans divers domaines économiques grâce à la disponibilité de la volonté politique nécessaire», a déclaré El-Sissi.

Le dirigeant égyptien a également discuté des différentes opportunités en Égypte, au premier rang desquelles l’axe de développement de la zone du canal de Suez, qui comprend un certain nombre de zones industrielles et logistiques majeures, et qui offre des possibilités prometteuses pour les entreprises omanaises souhaitant bénéficier de l’emplacement stratégique de l’Égypte.

El-Sissi est arrivé à Oman lundi et une cérémonie de réception officielle a été organisée en son honneur.

Les discussions entre les deux dirigeants ont été tenues au palais Al-Alam dans la capitale omanaise, Mascate, et ont réuni des délégations des deux pays.

El-Sissi a affirmé la «fierté de l’Égypte pour la profondeur et la force des relations stratégiques avec le Sultanat d’Oman», et son désir de «renforcer et de diversifier les cadres de la coopération bilatérale conjointe, et d’explorer les mécanismes pour les pousser vers des horizons plus larges dans plusieurs domaines politiques, sécuritaires, économiques et commerciaux».

Il a de même salué «le niveau existant de coordination et d’unité des vues entre les deux pays frères sur les questions d’intérêt commun», ainsi que le «consensus omano-égyptien sur toutes les questions régionales et internationales».

L’ambassadeur Bassam Radi, porte-parole officiel de la présidence de la République, a déclaré qu’El-Sissi et le sultan Haitham ont eu une session élargie d’entretiens, au cours de laquelle le sultan a salué les «liens fraternels étroits et historiques qui unissent les deux pays».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Cinq morts dans une explosion à Aden ciblant un responsable de la sécurité

L’explosion de mercredi à Aden, ci-dessus, est la dernière d’une série d’attaques meurtrières qui ont secoué la ville au cours des deux dernières années (Photo, Reuters).
L’explosion de mercredi à Aden, ci-dessus, est la dernière d’une série d’attaques meurtrières qui ont secoué la ville au cours des deux dernières années (Photo, Reuters).
Short Url
  • Un bombe artisanale placée dans une voiture a explosé au passage d’un véhicule transportant le chef de la sécurité de la province de Lahj, Saleh al-Sayed, dans le quartier de Khormaksar à Aden
  • Al-Sayed, qui est loyal au Conseil de transition du Sud, pro-indépendance, a échappé de peu à la mort, l’explosion ayant brûlé sa voiture et de nombreux autres véhicules

AL-MUKALLA: Au moins cinq personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées mercredi quand une explosion a ciblé un responsable de la sécurité dans la ville d’Aden, dans le sud du Yémen, capitale provisoire du pays et siège de son gouvernement, selon une source de sécurité locale et des habitants.

Une bombe artisanale placée dans une voiture a explosé lorsque le véhicule transportant le chef de la sécurité de la province de Lahj, Saleh al-Sayed, a traversé le quartier de Khormaksar, tuant cinq personnes – quatre civils et un garde du corps – et en blessant sept autres, a déclaré une source de sécurité par téléphone à Arab News.

Al-Sayed, qui est loyal au Conseil de transition du Sud, pro-indépendance, a échappé de peu à la mort, l’explosion ayant brûlé sa voiture et de nombreux autres véhicules qui passaient dans la rue.

Al-Sayed est connu pour avoir dirigé les troupes qui ont purgé la province de Lahj d’Al-Qaïda, de Daech et d’autres groupes armés en 2016 et a également commandé les troupes qui ont combattu les Houthis à Aden en 2015.

Personne n’a revendiqué la responsabilité de l’attaque, mais les responsables locaux accusent les groupes terroristes d’être à l’origine de telles attaques.

L’explosion de mercredi à Aden est la dernière d’une série d’attaques meurtrières qui ont secoué la ville au cours des deux dernières années.

Ce mois-ci, un journaliste yéménite a été brûlé vif à Aden lorsqu’une bombe artisanale a explosé dans son véhicule.

En mai, le commandant des opérations conjointes de la 4e région militaire basée à Aden a échappé à la mort après qu’une explosion a touché son 4x4 armé dans le quartier de Mualla à Aden.

En novembre, une journaliste enceinte a été tuée lorsqu’une explosion a soufflé son véhicule à Aden.

Le dernier attentat dans la ville est survenu un jour après que le gouverneur d’Aden, Ahmad Hamed Lamlis, a déclaré à un groupe de responsable des Nations unies basés au Yémen que la ville était «sûre» pour accueillir leurs bureaux.

Lors d’une réunion avec Diego Zorella, coordinateur résident adjoint des Nations unies pour les Affaires humanitaires au Yémen, Lamlis s’est engagé à protéger les délégations de l’ONU qui se rendent ou s’installent à Aden, les incitant à intensifier leurs opérations humanitaires dans la ville.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le roi de Bahreïn et le président égyptien inaugurent officiellement le nouveau terminal passagers de l’aéroport international de Bahreïn

Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, lors de l’inauguration du nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi (Photo fournie).
Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, lors de l’inauguration du nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi (Photo fournie).
Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, lors de l’inauguration du nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi (Photo fournie).
Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, lors de l’inauguration du nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi (Photo fournie).
Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, lors de l’inauguration du nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi (Photo fournie).
Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, lors de l’inauguration du nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi (Photo fournie).
Short Url
  • Le terminal passagers est considéré comme le plus grand projet d’infrastructure dans le secteur de l’aviation civile à Bahreïn
  • La construction du terminal a débuté en avril 2016 et s’est achevée en 2020

DUBAÏ: Le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, et le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, ont inauguré le nouveau terminal passagers à l’aéroport international de Bahreïn mercredi.

En présence du prince Salmane ben Hamad al-Khalifa, le prince héritier et Premier ministre, le roi Hamad et Al-Sissi ont été accueillis par le président du Conseil d’administration de l’aéroport, Kamal ben Ahmad ben Mohammed, le ministre des Transports et des Télécommunications, Mohammed ben Thamer al-Kaabi, et de hauts responsables.

Le nouveau terminal passagers est considéré comme le plus grand projet d’infrastructure dans le secteur de l’aviation civile dans le royaume et représente un saut qualitatif dans le domaine des services et des installations aéroportuaires, a révélé Mohammed.

Il a ajouté que le projet a été mis en œuvre dans une période record qui est considérée comme la plus rapide dans la construction d’aéroports dans le monde.

La construction a débuté en avril 2016 et s’est achevée en 2020.

«Nous avons investi dans les compétences et les cadres nationaux pendant la période de mise en œuvre, et nous sommes fiers aujourd’hui que ce soient eux qui exploitent et entretiennent l’aéroport», a-t-il indiqué.

Mohammed s’est engagé à ne ménager aucun effort pour continuer à améliorer le statut du royaume au niveau régional et international.

Le roi et Al-Sissi ont dévoilé une plaque commémorative, inaugurant ainsi officiellement le nouveau terminal passagers de l’aéroport international de Bahreïn.

Le roi Hamad, Al-Sissi et le prince Salmane ont visité le bâtiment du hall des départs et ont été informés de ses diverses installations.

Le roi s’est réjoui de la participation d’Al-Sissi à l’inauguration du nouvel aéroport international de Bahreïn, qui confirme la profondeur des solides relations entre le Bahreïn et l’Égypte.

Il a affirmé que le nouvel aéroport international de Bahreïn consolidera le statut du royaume en tant que centre pionnier du secteur de l’aviation régionale et internationale, tout en soutenant l’économie nationale.

En outre, le roi a félicité le président et les membres du Conseil d’administration de la Bahrain Airport Company parce que l’aéroport international de Bahreïn a été nommé «Meilleur nouvel aéroport du monde» lors de la cérémonie des Skytrax 2022 World Airport Awards qui s’est tenue au Passenger Terminal EXPO en France.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com