Le nouveau président des EAU rencontre Macron et reçoit les hommages des dirigeants mondiaux

Le président français Emmanuel Macron (au centre) rencontre le président nouvellement élu des Émirats arabes unis, le cheikh Mohammed bin Zayed Al Nahyan (à gauche), au palais Al Mushrif à Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis, le 15 mai 2022. (AFP)
Le président français Emmanuel Macron (au centre) rencontre le président nouvellement élu des Émirats arabes unis, le cheikh Mohammed bin Zayed Al Nahyan (à gauche), au palais Al Mushrif à Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis, le 15 mai 2022. (AFP)
Short Url
Publié le Lundi 16 mai 2022

Le nouveau président des EAU rencontre Macron et reçoit les hommages des dirigeants mondiaux

  • Le chef de l'État français entend «exprimer son soutien à son frère le Prince héritier d’Abou Dabi, Cheikh Mohammed Ben Zayed Al-Nayane, ainsi qu’au reste de la famille et à tout le peuple émirien»,
  • Macron, qui a été réélu ce mois-ci, a présenté ses condoléances au cheikh Mohammed après le décès de cheikh Khalifa

ABOU DHABI : Le nouveau président des Émirats arabes unis (EAU), cheikh Mohammed ben Zayed al-Nahyane, s’est entretenu dimanche avec son homologue français, Emmanuel Macron, alors que les dirigeants du monde entier affluent à Abu Dhabi pour rendre hommage à son prédécesseur.

Macron, qui a été réélu ce mois-ci, a présenté ses condoléances au cheikh Mohammed après le décès de cheikh Khalifa, survenu vendredi.

Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, la vice-présidente américaine, Kamala Harris, le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, et le président israélien, Isaac Herzog, sont également attendus à Abu Dhabi dimanche et lundi.

Les présidents et monarques d’Égypte, d’Irak, de Jordanie, d’Oman et de Tunisie, ainsi que le dirigeant de facto du Soudan, font partie des nombreux dignitaires qui ont présenté leurs condoléances samedi.

Le prince héritier Mohammed ben Salmane a appelé le nouveau président pour le féliciter, tandis que le Premier ministre indien, Narendra Modi, a tweeté pour saluer son «leadership dynamique et visionnaire.»

Le président français Emmanuel Macron et le nouveau chef de l'Etat des Emirats arabes unis, Mohammed ben Zayed Al-Nayane, ont affirmé dimanche leur volonté de renforcer le partenariat stratégique, déjà très poussé, entre leurs deux pays, à l'occasion d'un entretien à Abou Dhabi.

Emmanuel Macron a été le premier dirigeant occidental à se rendre à Abou Dhabi pour rendre hommage au cheikh Khalifa ben Zayed Al-Nahyane, président émirati décédé vendredi, et présenter ses "sincères condoléances à toute sa famille et au peuple" des Emirats, selon l'Elysée.

 

Arrivé en début de matinée, le chef de l'Etat français, dont c'était le premier déplacement de son second quinquennat entamé samedi, s'est rendu dans un palais d'Abou Dhabi où l'a accueilli Mohammed ben Zayed Al-Nayane, dit "MBZ", nouveau président et homme fort du pays.

Emmanuel Macron l'a félicité "pour son élection" la veille à la place de son demi-frère et "a exprimé sa détermination à poursuivre et à développer tout ce qu'ils ont entrepris ensemble depuis cinq ans". 

"Les Emirats arabes unis sont un partenaire stratégique de la France, et l'ampleur de notre coopération, dans des domaines aussi variés que la défense, le culture et l'éducation, en témoigne", a précisé la présidence en rendant compte de l'échange.

Les deux hommes ont ensuite rejoint le "majlis", l'assemblée qui réunit dans une immense salle du palais les très nombreux membres de la famille du défunt depuis sa mort à l'âge de 73 ans.

S'il a rencontré à de nombreuses reprises MBZ au cours de son premier mandat, Emmanuel Macron n'a jamais échangé avec cheikh Khalifa, qui était diminué depuis un AVC en 2014. 

Emmanuel Macron s'était rendu dans les Emirats en décembre 2021, où il avait visité l'exposition universelle de Dubaï et avait supervisé la signature de plusieurs contrats, dont un sur la fourniture de 80 avions de combat Rafale, une commande record pour l'avion de chasse entré en service en 2004.

Les deux présidents ont d'autre part exprimé "leurs préoccupations" concernant la guerre en Ukraine et ses conséquences, "notamment sur l'énergie et la sécurité alimentaire mondiale", selon l'entourage du président français.

Emmanuel Macron a eu aussi un entretien avec son homologue mauritanien, Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, l'un des nombreux dirigeants présents à Abou Dhabi pour présenter leurs condoléances. Etaient notamment attendus dimanche le Premier ministre britannique, l'émir du Qatar ou le roi  d'Espagne.

Emmanuel Macron devait revenir à Paris dimanche soir, alors que la nomination d'un nouveau Premier ministre, suivie de celle du gouvernement, est attendue en début de semaine. (Arab News, AFP)

 


Tunisie: trois migrants morts et dix portés disparus dans un naufrage

Des migrants africains se rassemblent devant le bureau de l'ONU dans la capitale tunisienne, Tunis, le 18 avril 2022 (Photo, AFP).
Des migrants africains se rassemblent devant le bureau de l'ONU dans la capitale tunisienne, Tunis, le 18 avril 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Entre le 22 et le 30 avril, quatre embarcations avaient chaviré au large des côtes de cette même ville, provoquant la noyade des migrants
  • L'Italie est l'un des principaux points d'entrée en Europe pour les migrants en provenance d'Afrique du Nord, qui arrivent principalement de Tunisie et de Libye

TUNIS: Trois migrants ont péri et dix autres sont portés disparus après le naufrage de leur embarcation de fortune au large des côtes du centre-est de la Tunisie, a-t-on appris vendredi auprès de la garde nationale.

Selon la même source, 44 autres migrants ont été secourus. 

Partie des côtes de Sfax, l'embarcation avec à bord plus de 50 migrants, tous de nationalité tunisienne, qui tentaient de rallier clandestinement l'Europe, a coulé au large de cette ville portuaire, a précisé Houcem Eddine Jebabli, porte-parole de la garde nationale, la gendarmerie tunisienne.

La ville de Sfax est l'un des principaux points de départ des migrants tunisiens et étrangers, notamment d'Afrique subsaharienne, vers les côtes italiennes.

A l'approche de l'été, le rythme des départs clandestins s'accélère et de nombreux migrants meurent noyés.

Début mai, les autorités tunisiennes avaient annoncé avoir retrouvé les corps de 24 migrants morts noyés après le naufrage de leurs embarcations au large des côtes de Sfax.

Entre le 22 et le 30 avril, quatre embarcations avaient chaviré au large des côtes de cette même ville, provoquant la noyade des migrants repêchés les jours suivants, tandis que 97 personnes avaient pu être secourues.

L'Italie est l'un des principaux points d'entrée en Europe pour les migrants en provenance d'Afrique du Nord, qui arrivent principalement de Tunisie et de Libye, deux pays d'où les départs ont considérablement augmenté en 2021.

Cette année là, 15 671 migrants dont 584 femmes ont réussi à atteindre le sol italien depuis les côtes tunisiennes contre 12.883 (dont 353 femmes) en 2020, selon le Forum tunisien des droits économiques et sociaux (FTDES). 

Au total, plus de 123 000 migrants ont débarqué en Italie en 2021, contre quelque 95 000 l'année précédente, selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés.

Près de 2 000 migrants ont été portés disparus ou sont morts noyés en Méditerranée la même année contre 1 401 en 2020, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).


Les membres du Fatah indignés après la défaite du mouvement aux élections de l’université de Beir Zeit

Des Palestiniens participent à un rassemblement pour célébrer la victoire du Hamas aux élections du conseil des étudiants de l’université de Beir Zeit, près de Ramallah, en Cisjordanie occupée par Israël, le 19 mai 2022. (Reuters)
Des Palestiniens participent à un rassemblement pour célébrer la victoire du Hamas aux élections du conseil des étudiants de l’université de Beir Zeit, près de Ramallah, en Cisjordanie occupée par Israël, le 19 mai 2022. (Reuters)
Short Url
  • Au lendemain de la défaite – l’une des plus cuisantes du parti –, le Fatah a déclaré qu’il formerait un comité pour en déterminer les raisons et en tirer des leçons
  • Le Fatah a mené la lutte palestinienne depuis son lancement, en 1965, et il représente le parti au pouvoir depuis la création de l’Autorité palestinienne, en 1994

RAMALLAH: Les membres et les partisans du mouvement Fatah, affilié au président palestinien, Mahmoud Abbas, ont été à la fois bouleversés et indignés par la défaite écrasante du bloc soutenu par le mouvement lors des élections du conseil étudiant de l’université de Beir Zeit qui se sont tenues cette semaine.
Au lendemain de la défaite – l’une des plus cuisantes du parti –, le Fatah a déclaré qu’il formerait un comité pour en déterminer les raisons et en tirer des leçons.
Les rivaux du bloc Fatah, un groupe militant lié au Hamas, ont remporté mercredi une victoire écrasante lors des élections étudiantes de cette université phare de Cisjordanie. Selon certains observateurs, ce résultat pourrait marquer un changement au niveau de l’opinion publique palestinienne.
Il s’agirait de l’un des revers les plus importants essuyés par le Fatah depuis sa défaite face au Hamas lors des élections législatives de 2005.
Le Fatah a mené la lutte palestinienne depuis son lancement, en 1965, et il représente le parti au pouvoir depuis la création de l’Autorité palestinienne, en 1994.
Cependant, le bloc Fatah a obtenu le plus faible nombre de voix et de sièges depuis le début des élections universitaires, en 1996, poussant le chef du mouvement Fatah à Ramallah et à Al-Beireh, Muwafaq Suhwail, à présenter sa démission.
D’autres membres de la direction du Fatah à Ramallah devraient démissionner dans les prochains jours, alors qu’une enquête sur la défaite a été ordonnée.
M. Suhwail a en effet appelé à ce que le résultat des élections soit analysé. Il a affirmé que le mouvement regorgeait de «mercenaires» et d’«intrus».
Le Hamas, quant à lui, rapporte que sa victoire envoie «un message à l’Autorité palestinienne» selon lequel «la coordination en matière de sécurité ne permettra pas au peuple palestinien de recouvrer ses droits».
Le groupe indique que «le large soutien dont il bénéficie confirme qu’il est devenu le leader du projet national et que la résistance est désormais le choix du peuple palestinien».
La défaite du Fatah découragera l’Autorité palestinienne d’organiser des élections législatives ou présidentielles sous quelque forme que ce soit. Les dernières élections législatives avaient été programmées au début de l’année 2005.
Le bloc islamique du Hamas, Al-Wafaa, a remporté haut la main les élections de l’université de Beir Zeit, soit vingt-huit sièges au conseil étudiant. C’est la première fois que ses candidats prennent le contrôle de l’établissement. Le mouvement Fatah n’a, lui, remporté que dix-huit sièges.
Le Fatah essaierait de prendre ses distances vis-à-vis de l’Autorité palestinienne.
Cependant, les partisans du mouvement attribuent la perte des élections aux erreurs de l’Autorité palestinienne ainsi qu’à ses politiques relatives à Israël et aux citoyens palestiniens.
Dans une publication en ligne, l’ancien ministre du Hamas Mohammed al-Barghouti écrit: «Il n’est plus du tout pertinent d’essayer de convaincre les gens, en particulier les étudiants à l’université, que l’Autorité palestinienne et le mouvement Fatah sont deux entités distinctes, notamment depuis que le chef du mouvement Fatah – le président de l’Autorité palestinienne – et le chef de l’Organisation de libération de la Palestine sont une seule et même personne.»
M. Al-Barghouti affirme: «C’est le mouvement Fatah qui paie le prix de tous les aspects négatifs et des infortunes de l’Autorité palestinienne.»
En revanche, il soutient que «tous les privilèges et les avantages de l’Autorité palestinienne vont à quelques bénéficiaires; la plupart d’entre eux ne sont pas issus du mouvement Fatah et n’ont jamais fait partie de ses cadres».
Le Fatah doit prendre des décisions audacieuses et développer une structure bien élaborée s’il veut restaurer son image et renforcer la confiance, poursuit-il.
L’un des dirigeants du mouvement Fatah en Cisjordanie, Walid Assaf, ancien chef de la Commission de la résistance contre le mur et la colonisation, écrit quant à lui: «Si l’on tient ceux qui réussissent pour responsables et que l’on récompense les échecs, le Fatah et le projet national paieront un lourd tribut.»
Ahmed Ghuneim, un dirigeant éminent du Fatah à Jérusalem-Est, déclare à Arab News: «Le Fatah ne peut continuer ainsi. Il est temps de prendre une décision déterminante et courageuse pour arrêter cet effondrement. Le comité central doit absolument porter la responsabilité de la faiblesse du Fatah.»
Il ajoute: «Nous, au Fatah, payons le prix des décisions ratées au niveau de la performance politique, gouvernementale, organisationnelle et économique de l’Autorité palestinienne et de ses dirigeants. Ces dirigeants savent pertinemment que c’est un problème, mais ils veulent à tout prix rester au pouvoir et nous mènent ainsi de défaite en défaite.»
Cependant, le lieutenant-général Jibril Rajoub, secrétaire général du comité central du Fatah, explique à Arab News que le comité se réunira samedi pour déterminer les causes de la défaite et prendre les décisions nécessaires.
«Notre expérience avec ces dirigeants prouve qu’ils n’évaluent aucune perte. Si jamais cela se produit, ils ne prennent pas les mesures adéquates, mais préfèrent rejeter la faute sur les personnes qui occupent des postes inférieurs au sein du mouvement.»
Nasser al-Qidwa est un ancien ministre palestinien des Affaires étrangères renvoyé du Fatah par Mahmoud Abbas après avoir critiqué la politique du chef de l’Autorité palestinienne. De son domicile, situé en France, il confie à Arab News: «Voter pour le Hamas ne signifie pas nécessairement soutenir sa politique, mais plutôt punir le Fatah, qui le mérite, parce qu’il a commis suffisamment d’erreurs pour retourner l’opinion publique palestinienne contre lui.»
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Quelques jours après les législatives, l’aggravation de la crise du coût de la vie frappe durement les Libanais

Une femme sort d'une boulangerie avec un paquet de pain alors que les gens attendent leur tour, dans le quartier de Nabaa, situé dans la banlieue sud de la capitale libanaise, Beyrouth. (AFP/Archive)
Une femme sort d'une boulangerie avec un paquet de pain alors que les gens attendent leur tour, dans le quartier de Nabaa, situé dans la banlieue sud de la capitale libanaise, Beyrouth. (AFP/Archive)
Short Url
  • Alors que l'étau financier continue de se resserrer autour des citoyens, les députés élus du pays restent préoccupés par les jeux de pouvoir
  • Hassan Nasrallah, le secrétaire général du Hezbollah, a admis mercredi soir qu’«aucun parti ne possède la majorité au Parlement»

BEYROUTH: Moins de quarante-huit heures après l'annonce des résultats des élections législatives du 15 mai, la crise du coût de la vie au Liban s'est aggravée. La valeur de la monnaie locale est tombée à 30 000 livres libanaises (LL) pour 1 dollar (1 dollar = 0,95 euro) pour la première fois depuis cinq mois, quand la Banque centrale est intervenue pour réguler le marché.
Certains magasins ont été contraints de fermer pour éviter de perdre de l'argent, tandis que les prix des marchandises ont été revus à la hausse pour refléter l'évolution du taux de change du marché noir. Les files d'attente pour l'essence ont repris, même si le prix d'un bidon de 20 litres équivaut pratiquement au salaire minimum.
Les gens font également à nouveau la queue pour le pain. Certains magasins vendent le paquet de pain à 30 000 LL sur le marché noir, les boulangeries étant à court de farine.
Les médecins et les travailleurs de la santé ont de nouveau mis en garde contre les pénuries de médicaments en raison de l'absence de subventions; les médicaments contre le cancer sont particulièrement touchés.
Entre-temps, la compagnie d'électricité du Liban a annoncé un nouveau rationnement «pour éviter de tomber dans le noir total» en attendant l'arrivée d'une cargaison de carburant vendredi. Elle a imputé cette décision à «la consommation importante des stocks de carburant pendant les jours qui ont précédé et suivi les élections législatives».
Il semblerait que la principale raison de l'impossibilité de livrer du carburant réside dans le retard qu’a observé la Banque centrale pour octroyer un crédit en dollars, alors qu'il était probable que les subventions sur le carburant, et éventuellement le blé, soient levées. En conséquence, les importateurs ont cessé de livrer du carburant en attendant le transfert de dollars au taux de change Sayrafa de la Banque centrale, soit 23 700 LL pour 1 dollar.
La crise a affecté les sociétés nationales de distribution de gaz, qui ont attendu la nouvelle liste de prix du ministère de l'Énergie jeudi et ont commencé à vendre les bonbonnes de gaz au prix unitaire de 400 000 LL.
Le ministère de l'Économie a fixé le prix d'un gros paquet de pain à 16 000 LL, – bien que, comme nous l’avons dit, certains magasins le vendent beaucoup plus cher –, justifiant cette décision par «la hausse significative des prix du carburant, qui affecte directement le coût de la production de farine et de pain ainsi que le transport, en plus de la hausse des prix du blé dans le monde entier en raison de la crise ukrainienne».
D’aucuns prédisent que le Liban sera touché par une crise du blé dans les semaines à venir en raison du manque de fonds.
En réponse à ces différentes crises, les chauffeurs de transports publics sont descendus dans la rue. Ils ont bloqué les routes qui mènent aux ministères de l'Intérieur et des Transports à l’aide de bennes à ordures pour protester contre le prix élevé de l'essence et la détérioration du taux de change du dollar.
Hussein Wehbi Mogharbel, chef de la Fédération des employés et du syndicat des travailleurs du gouvernorat de Nabatieh, dans le sud du Liban, a critiqué les autorités, dénonçant leur incapacité à entendre la détresse des gens pauvres.
«Ils manipulent le taux de change et personne n'ose les arrêter», a-t-il déclaré. «Les employés ne peuvent pas se rendre sur leur lieu de travail, car leur salaire équivaut à deux bidons d'essence.»
Les inquiétudes des citoyens «augmentent et les responsables restent les bras croisés», a ajouté Mogharbel.
Alors que l'étau financier continue de se resserrer autour des citoyens, les députés élus restent préoccupés par leurs jeux de pouvoir politique. Chaque faction se réunit pour discuter de l'élection d'un nouveau président du Parlement, d'un vice-président, d'un cabinet et de chefs de commissions.
Le mandat du Parlement actuel se termine le 21 mai et celui de la nouvelle autorité élue doit commencer le lendemain. Le gouvernement actuel du Premier ministre, Najib Mikati, passera en mode intérimaire à partir du 22 mai.
Samir Geagea, le chef du parti Forces libanaises, le bloc chrétien le plus important au Parlement depuis les dernières élections, a déclaré jeudi: «Le résultat des élections a été retentissant, le Hezbollah et son allié, le Courant patriotique libre, ayant perdu leur majorité au Parlement.»
Il a ajouté que l'actuel président du Parlement, Nabih Berri, qui dirige le mouvement Amal, «ne répond pas aux exigences que nous recherchons chez le nouveau président».
M. Geagea a ajouté: «Ce poste requiert un candidat sérieux qui s'engage à appliquer littéralement le règlement du Parlement et à adopter le vote électronique, quelqu'un qui ne paralyserait pas le Parlement et qui s'emploierait à restituer au gouvernement une détermination stratégique. C'est pourquoi nous ne voterons pas pour Berri.»
Hassan Nasrallah, le secrétaire général du Hezbollah, a admis mercredi soir qu’«aucun parti ne possède la majorité au Parlement».
Il a ajouté: «Les nombreuses crises que traverse le pays ne peuvent pas être gérées par une seule équipe, même si elle obtient la majorité. Quand personne n'a la majorité, tout le monde est responsable et personne n'a le droit d'abandonner ses responsabilités.»
«La composition actuelle du Parlement risque de retarder l'élection d'un président et la désignation d'un Premier ministre pour former le gouvernement.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com