La mosquée de Francfort propose son aide aux réfugiés ukrainiens pendant le ramadan

L’administrateur de la mosquée, Mohammed Seddadi, un Germano-Marocain de 51 ans, a été témoin des nombreuses crises auxquelles ont été confrontées les mosquées du pays. (Photo fournie)
L’administrateur de la mosquée, Mohammed Seddadi, un Germano-Marocain de 51 ans, a été témoin des nombreuses crises auxquelles ont été confrontées les mosquées du pays. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Lundi 25 avril 2022

La mosquée de Francfort propose son aide aux réfugiés ukrainiens pendant le ramadan

L’administrateur de la mosquée, Mohammed Seddadi, un Germano-Marocain de 51 ans, a été témoin des nombreuses crises auxquelles ont été confrontées les mosquées du pays. (Photo fournie)
  • La mosquée Abou Bakr agit en étroite coordination avec la direction des camps de réfugiés
  • «Le concept de l’iftar et de la charité est que toute personne démunie reçoive quelque chose à manger», explique l’administrateur de la mosquée à Arab News

FRANCFORT: Depuis le début de la guerre en Ukraine, des millions de personnes ont fui le pays, dont beaucoup sont originaires du Moyen-Orient. Une mosquée dans la ville allemande de Francfort fait tout son possible pour leur permettre de passer un bon ramadan. 

La mosquée Abou Bakr, située dans le quartier de Hausen, est l’une des 50 mosquées de Francfort. Depuis sa construction et son inauguration en 2007, elle a connu plusieurs crises. Mohammed Seddadi, un Germano-Marocain de 51 ans, qui est l’administrateur de la mosquée, se souvient de tous ces événements. Il a fait face à sa première crise après les attentats du 11-septembre. 

M. Seddadi et ses collègues avaient reçu le permis pour construire la mosquée un an plus tôt. Après les attentats, ils hésitaient à la construire en raison de la montée de l’islamophobie. «Ensuite, les politiciens locaux, dont le maire, nous ont rendu visite et nous ont dit qu’il était nécessaire de la construire maintenant plus que jamais», raconte-t-il à Arab News. «Ils nous ont réconfortés.» 

M. Seddadi est arrivé à Francfort en 1990, lorsqu’il était étudiant. En 1992, il a rejoint un groupe d’étudiants musulmans qui se retrouvaient régulièrement pour discuter et prier. Il avait essayé de rejoindre plusieurs autres groupes de ce genre auparavant, mais il n’avait trouvé aucun d’entre eux intéressant. «Celui-ci n’avait pas de limites nationales. Je me suis donc senti chez moi», confie-t-il. «La foi ne devrait pas avoir de limite nationale du tout.» 

Ce n’est pas seulement la foi mais aussi la loyauté envers l’Allemagne que M. Seddadi considère comme une nécessité. «J’aime ce pays et sa liberté. C’est ma maison», précise-t-il. Il a fallu attendre longtemps avant que les fondations de la mosquée ne soient posées. En 1996, le groupe a acheté une propriété à Hausen où les fidèles priaient dans le bâtiment d’un ancien garage. 

«Nous avions deux objectifs principaux à l’époque: recueillir des dons pour construire une mosquée, et apprendre à connaître le quartier», indique M. Seddadi. Les voisins de toutes confessions étaient régulièrement invités à se joindre aux repas lors des festivités islamiques. «Il est important pour nous d’être de bons voisins.» 

La mosquée, qui comprend deux étages et peut accueillir plus de 1 000 personnes pour la prière, a été achevée et inaugurée en 2007. Deux imams, originaires d’Égypte et du Maroc, dirigent les prières et prononcent des sermons. M. Seddadi espère pouvoir trouver un troisième imam. «J’aimerais avoir un imam allemand qui soit né, ait grandi et ait été éduqué ici», lance-t-il. Au sous-sol, un restaurant sert des plats du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. «C’est ouvert à tout le monde.» 

Lorsque la pandémie de Covid-19 a frappé en 2020, la mosquée a été confrontée à une autre crise juste avant le ramadan, ses salles de prière ne pouvant pas accueillir tous les fidèles. En raison des inquiétudes des membres de la communauté et du besoin croissant de conseils spirituels, M. Seddadi et les deux imams recevaient environ 30 appels téléphoniques par jour. 

Le restaurant est resté fermé, mais M. Seddadi et ses collègues ont commencé une nouvelle initiative: «Nous avons livré les menus ou proposions des repas d’iftar», explique-t-il. La crise la plus récente est la guerre en Ukraine. Pour M. Seddadi et ses collègues, cela a été une surprise. «Nous n’aurions jamais pensé que cela pouvait devenir aussi grave», dit-il. «Avec une guerre aussi proche, on a besoin de nous.» 

Les membres de neuf mosquées de Francfort ont tenu une réunion spéciale. Les participants ont pris plusieurs décisions pour venir en aide à ceux qui en ont besoin. Depuis le début de la guerre, plus de 5 millions de réfugiés ont quitté l’Ukraine. Parmi eux, plus de 360 000 se sont rendus en Allemagne. 

Nombre d’entre eux sont originaires du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, l’Ukraine comptant une communauté de dizaines de milliers de personnes de cette région. M. Seddadi s’efforce de leur fournir tout le nécessaire pour qu’ils puissent passer un ramadan plus heureux. Comme chaque année, le personnel de cuisine de la mosquée prépare et confectionne des repas pour les personnes dans le besoin. 

Les repas sont directement livrés aux camps de réfugiés en ville, mais peuvent aussi être récupérés par les réfugiés devant la mosquée. Pour ce faire, M. Seddadi et ses collègues coordonnent étroitement avec la direction des camps. Pour atteindre ces objectifs, le personnel de cuisine doit préparer 150 repas par jour, un nombre qui les épuise. «C’est difficile», affirme M. Seddadi, «mais nous ne pouvons pas rejeter la demande de quiconque est dans le besoin». Des bénévoles du quartier, y compris des non-musulmans, apportent aussi leur aide. 

L’ouverture de la mosquée, très chère à M. Seddadi, est une évidence pendant le ramadan, puisque le personnel livre également des menus aux non-musulmans d’Ukraine. «Le concept de l’iftar et de la charité est que toute personne démunie puisse recevoir quelque chose à manger», explique M. Seddadi. Alors que la guerre en Ukraine s’éternise, il n’a qu’un seul souhait : «Qu’elle s'arrête le plus vite possible. Les images que je vois et les histoires que j’entends sont tout simplement insupportables.» 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Alpinisme en Equateur : Trois morts, douze blessés dans une chute

Vue du volcan Carihuairazo, dans les Andes centrales de l'Équateur, le 18 février 2019. (AFP)
Vue du volcan Carihuairazo, dans les Andes centrales de l'Équateur, le 18 février 2019. (AFP)
Short Url
  • «Une femme de 47 ans et deux hommes de 45 et 50 ans sont décédés dans cette urgence», selon le communiqué
  • Les douze blessés, âgés de 39 à 58 ans, ont été transférés dans des hôpitaux des villes de Riobamba et Ambato

QUITO: Trois alpinistes sont morts et douze ont été blessés après avoir fait une chute lors de l'ascension du volcan Carihuairazo en Équateur, ont indiqué samedi les services de secours.

"Une femme de 47 ans et deux hommes de 45 et 50 ans sont décédés dans cette urgence", ont indiqué les services de secours ECU911 dans un communiqué.

"En raison des conditions météorologiques et de la tombée de la nuit, il n'a pas été possible d'évacuer les corps".

Les douze blessés, âgés de 39 à 58 ans, ont été transférés dans des hôpitaux des villes de Riobamba et Ambato.

Les alpinistes tentaient d'atteindre le sommet du volcan des Andes centrales lorsqu'ils ont fait une chute de 60 mètres.

Le Carihuairazo, un sommet de 5.018 mètres situé dans la province de Tungurahua, est voisin du volcan Chimborazo, le plus haut sommet du pays, qui culmine à plus de 6 200 mètres.

La récupération des corps des personnes décédées, toutes équatoriennes, se poursuivra dimanche.


Australie: un homme arrêté après des coups de feu à l'aéroport de Canberra

Des policiers montent la garde à l'entrée d'un terminal après qu'un homme armé a ouvert le feu à l'aéroport de Canberra, le 14 août 2022. (Photo de l'AFP)
Des policiers montent la garde à l'entrée d'un terminal après qu'un homme armé a ouvert le feu à l'aéroport de Canberra, le 14 août 2022. (Photo de l'AFP)
Short Url
  • La police a évacué et fermé le principal aéroport de la capitale australienne, menant à la suspension de nombreux vols
  • De l'extérieur, plusieurs impacts de balle étaient visibles sur la façade vitrée de l'aéroport, selon des images diffusées par la chaîne publique australienne ABC

CANBERRA :Un homme a tiré cinq coups de feu à l'aéroport de Canberra dimanche, provoquant la panique des passagers mais ne faisant pas de victime, selon la police australienne qui l'a arrêté.

La police a évacué et fermé le principal aéroport de la capitale australienne, menant à la suspension de nombreux vols.

«Un homme est entré dans l'aéroport de Canberra dans la zone des départs. Il s'est assis dans l'une des zones adjacentes aux fenêtres en verre», a déclaré le commissaire Dave Craft aux journalistes à l'extérieur du bâtiment de l'aéroport.

«Après environ cinq minutes, cet homme a pris une arme à feu en sa possession et a tiré environ cinq fois», a-t-il détaillé.

Le Premier ministre Anthony Albanese a été mis au courant de l'incident:

«On m'informe qu'un homme a été arrêté et qu'il n'y a aucune menace en cours», a-t-il exprimé dans un communiqué.

De l'extérieur, plusieurs impacts de balle étaient visibles sur la façade vitrée de l'aéroport, selon des images diffusées par la chaîne publique australienne ABC.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux montrent un policier immobilisant un homme au sol à l'intérieur du terminal tandis que les alarmes retentissaient dans le principal aéroport de la capitale.

«La police a été avertie (...) à la suite d'informations faisant état de coups de feu dans le terminal principal», a indiqué la police de la capitale australienne.

«Peu de temps après, une personne a été placée en garde à vue et une arme à feu a été confisquée», a-t-elle ajouté, soulignant que l'homme semblait avoir agi seul.

Le motif de l'assaillant présumé n'est pour l'heure pas claire.

La situation est maintenant sous contrôle, selon la police.

La journaliste d'ABC Lily Thomson, sur place, a dit avoir entendu des coups de feu avant que les gens ne commencent à crier.

Elle a vu une femme effrayée qui s'occupait d'un bébé. «Nous avons tous couru et je suis restée avec cette grand-mère et son bébé et (nous nous sommes) cachés derrière le bureau d'information», a-t-elle relaté sur ABC.

«Nous sommes restés là pendant quelques minutes jusqu'à ce que la sécurité nous dise d'évacuer vers le parking».

«Tout le monde se cachait derrière des chaises et les gens couraient», a-t-elle ajouté.

L'aéroport de Canberra a déclaré qu'il travaillait avec les compagnies aériennes pour relancer les vols d'ici dimanche après-midi. Certains vols ont été annulés.


Feux de forêt: un été record de surfaces brûlées en Europe

Un pompier tactique français allume un feu contrôlé pour ralentir la progression d'un feu de forêt près de Belin-Beliet, dans le sud-ouest de la France, le 13 août 2022. (Photo de Thibaud MORITZ / AFP)
Un pompier tactique français allume un feu contrôlé pour ralentir la progression d'un feu de forêt près de Belin-Beliet, dans le sud-ouest de la France, le 13 août 2022. (Photo de Thibaud MORITZ / AFP)
Short Url
  • La France a connu des années pires dans les années 1970, avant les données standardisées européennes
  • Mais l'année 2022 est la plus grave en 16 ans selon ces chiffres, en grande partie à cause de deux grands brasiers successifs en Gironde

PARIS: Alors que la haute saison des feux n'est pas encore terminée, le bilan provisoire des incendies s'alourdit dans l'Union européenne avec déjà plus de de 660 000 hectares brûlés depuis janvier, établissant un record à ce stade de l'année depuis le début des données satellitaires en 2006.

Depuis le 1er janvier, les incendies ont ravagé 662 776 hectares de forêts dans l'Union européenne selon les données actualisées dimanche du système européen d'information sur les feux de forêts (EFFIS), qui tient des statistiques comparables depuis 2006 grâce aux images de satellites du programme européen Copernicus.

La France a connu des années pires dans les années 1970, avant les données standardisées européennes. Mais l'année 2022 est la plus grave en 16 ans selon ces chiffres, en grande partie à cause de deux grands brasiers successifs en Gironde, dans le sud-ouest du pays, où des pompiers allemands, polonais ou encore autrichiens sont arrivés cette semaine en renfort.

La situation est également exceptionnelle en Europe centrale: les pompiers ont ainsi mis plus de dix jours en juillet pour maîtriser le plus grand incendie de l'histoire récente de la Slovénie, aidés par une population si mobilisée que le gouvernement a dû demander aux habitants d'arrêter de faire des dons aux pompiers.

Mais ne disposant pas d'avions spécialisés pour combattre les feux, la Slovénie a dû appeler à l'aide la Croatie, qui a envoyé un avion... avant de le rappeler pour éteindre ses propres incendies. Le gouvernement slovène envisage désormais l'acquisition de ses premiers avions bombardiers d'eau.

Très spectaculaire aussi, à Berlin, en Allemagne, un vaste incendie s'est déclaré la semaine dernière à partir d'un dépôt de munitions de la police, dans une forêt en pleine sécheresse, un feu rapidement maîtrisé. Jusqu'ici épargnée par de tels incendies, la capitale allemande est de nos jours de plus en plus menacée en raison de l'importance de ses zones boisées.

Mais la zone la plus frappée par les incendies est la péninsule ibérique. L'Espagne, asséchée comme la France par plusieurs canicules cet été, a vu 246 278 hectares ravagés par les incendies, principalement en Galice dans le nord-ouest. La situation s'est toutefois améliorée avec la baisse des températures.

Le Portugal lutte aussi depuis plus d'une semaine contre un feu dans le géo-parc mondial reconnu par l'Unesco dans la région de la montagne de la Serra da Estrela, qui culmine à environ 2.000 mètres.