Les Marocains accueillent le ramadan «avec résilience»

Une photo prise le 24 mai 2020 à Rabat montre des mouettes volant près d'une plage déserte, alors que le pays a pris des mesures pour arrêter la propagation de la maladie Covid-19 causée par le nouveau coronavirus, le premier jour de l'Aïd al-Fitr fête marquant la fin du mois sacré musulman du Ramadan. FADEL SENNA / AFP
Une photo prise le 24 mai 2020 à Rabat montre des mouettes volant près d'une plage déserte, alors que le pays a pris des mesures pour arrêter la propagation de la maladie Covid-19 causée par le nouveau coronavirus, le premier jour de l'Aïd al-Fitr fête marquant la fin du mois sacré musulman du Ramadan. FADEL SENNA / AFP
Short Url
Publié le Samedi 02 avril 2022

Les Marocains accueillent le ramadan «avec résilience»

  • Malgré la conjoncture économique difficile, les Marocains s’apprêtent à accueillir avec résilience le ramadan
  • Avec la crise ukrainienne, la Covid-19, la crise économique et la sécheresse, le Maroc traverse actuellement une conjoncture économique assez délicate

CASABLANCA: En ce début du mois de ramadan, les Marocains sont à pied d’œuvre pour accueillir comme il se doit ce mois sacré pour le royaume chérifien. Cette année, au Maroc, le ramadan commence le 2 avril et s’achève le 2 mai.

Un tour dans les principaux marchés traditionnels de la capitale économique du pays, Casablanca, nous révèle une ambiance mitigée. Fatiha, 45 ans, femme au foyer dans le quartier populaire de Sidi Bernoussi, témoigne pour Arab News en français. «Le ramadan 2022 ne dérogera pas à la règle des deux derniers ramadans, marqués par la pandémie, une crise économique, l’incertitude face à l’avenir… Il est vrai que, cette année, il y aura un véritable allégement des mesures restrictives instaurées à cause de la pandémie de Covid-19, mais je ne vous cache pas mon inquiétude par rapport à la cherté de la vie», nous déclare Fatiha.

Conjoncture économique assez délicate
Cette inquiétude est observée par la plupart des personnes interrogées par Arab News en français. À cause de la crise ukrainienne, de la Covid-19, de la crise économique et de la sécheresse, le Maroc traverse actuellement une conjoncture économique assez délicate. La hausse des prix des denrées alimentaires en raison du renchérissement des cours des matières premières à l’international a significativement affecté le pouvoir d’achat des Marocains, en particulier les plus vulnérables et les habitants des zones rurales.

Afin de limiter les conséquences de cette crise, le gouvernement marocain a lancé une série de mesures destinées aux professionnels et aux particuliers. Avec des subventions accordées à certains secteurs, des aides directes et des indemnités pour perte d’emploi, le gouvernement essaie tant bien que mal de limiter la casse et de réduire l’impact de l’inflation internationale, dont l’onde de choc a touché presque tous les secteurs économiques du pays.

Résilience
Quoi qu’il en soit, les Marocains font preuve de résilience; ce n’est pas une crise conjoncturelle qui gâchera l’ambiance habituelle du ramadan, même s’ils doivent puiser dans leurs économies afin de s’offrir certains délices culinaires ou des habits traditionnels. Dattes, chebbakia, harira et gâteaux seront au rendez-vous lors du ftour, qui marque la rupture du jeûne.

Ce moment empreint de partage et de convivialité est très important pour les Marocains. Les familles, les amis et les proches se retrouvent, partagent leurs succulents mets traditionnels et suivent la programmation des chaînes de télévision nationales, qui s’adaptent à ce mois sacré, proposant des séries marocaines et des émissions humoristiques.

Les établissements touristiques du pays s’adaptent également à l’événement et proposent à leurs clients des menus spécifiques ainsi que des plats à volonté à des prix compétitifs sur fond d’animations et de musique traditionnelle. Après le ftour, les rues, les cafés, les souks et les mosquées du pays ne désempliront pas. Rappelons que, durant ce mois, les mosquées seront rouvertes pour les prières du soir. C’est là une bonne nouvelle pour les Marocains, qui avaient regretté leur fermeture pour cause de Covid-19 ces deux dernières années.

«Événement national»
Outre les lieux de culte, les cafés et restaurants du pays accueilleront les Marocains dans une ambiance chaleureuse. On s’y retrouvera pour jouer aux jeux de société et aux cartes, discuter, rire et passer un bon moment. Attachés à leurs coutumes, les Marocains exhiberont avec fierté leurs plus beaux habits traditionnels à cette occasion, particulièrement lors de la Nuit du destin, qu’ils célèbrent le soir du 27e jour du jeûne. Un véritable «événement national» à l’occasion duquel tous les Marocains se retrouvent pour célébrer les valeurs de partage, de solidarité et de spiritualité.

Malgré la conjoncture économique difficile, les Marocains s’apprêtent à accueillir le ramadan avec résilience et joie de vivre. Ils ont à cœur de préserver le cachet spirituel et traditionnel de cette fête religieuse. Cette année encore, les Marocains vont montrer une «force exemplaire» – cette fameuse résilience propre à ce peuple d’Afrique du Nord qui, malgré les difficultés et les crises, demeure uni et fidèle à son empathie et à ses valeurs traditionnelles.


La Fédération internationale d'astronautique élit une première femme saoudienne au poste de vice-présidente

L'ingénieure aérospatiale Mishaal Ashemimry a été élue vice-présidente de la Fédération internationale d'astronautique. (SPA)
L'ingénieure aérospatiale Mishaal Ashemimry a été élue vice-présidente de la Fédération internationale d'astronautique. (SPA)
Short Url
  • La fédération fait progresser les connaissances sur l'espace, en soutenant le développement et l'application des moyens spatiaux par le biais de la coopération mondiale.
  • Mishaal Ashemimry a été élue à ce poste au sein du principal organisme mondial de défense de l'espace en raison de sa connaissance approfondie du développement du secteur spatial à l'échelle mondiale,

 

RIYAD : L'ingénieure aérospatiale Mishaal Ashemimry est devenue la première femme saoudienne à occuper un poste de direction au sein de la Fédération internationale d'astronautique après avoir été élue comme l'un des 12 vice-présidents de l'organisme.

Mishaal Ashemimry a été élue à ce poste au sein du principal organisme mondial de défense de l'espace en raison de sa connaissance approfondie du développement du secteur spatial à l'échelle mondiale, de sa contribution au développement et à la consolidation des orientations de la fédération, et de son rôle dans le renforcement de la position de leader du Royaume dans le secteur aérospatial, rapporte l'agence de presse saoudienne.

L'IAF compte plus de 400 membres issus de 71 pays différents, dont des agences de premier plan, des entreprises spatiales, des industries, des instituts de recherche, des universités, des sociétés, des associations, des musées et des instituts.

La fédération fait progresser les connaissances sur l'espace et soutient le développement et l'application des moyens spatiaux en encourageant la coopération mondiale.

En tant qu'organisateur du Congrès astronautique international annuel ainsi que d'autres conférences et ateliers thématiques, l'IAF encourage activement le développement de l'astronautique à des fins pacifiques et soutient la diffusion d'informations scientifiques et techniques liées à l'espace.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


KSRNR présentera l’action saoudienne en faveur de la protection de la faune sauvage à l'ADIHEX 2022

KSRNR lors de sa participation à l'exposition internationale de la chasse et du faucon à Riyad le 25 août 2022.
KSRNR lors de sa participation à l'exposition internationale de la chasse et du faucon à Riyad le 25 août 2022.
Short Url
  • La KSRNR veut se présenter comme la quatrième plus grande réserve terrestre du monde et la plus vaste de ce type au Moyen-Orient
  • En mars dernier, le Centre national saoudien pour la faune sauvage, en coopération avec la KSRNR, a relâché dans la nature quelque 200 espèces menacées dans la réserve naturelle d'Al-Tubayq

DJEDDAH : L'Arabie saoudite entame lundi sa participation au 19e Salon international de la chasse et de l'équitation d'Abu Dhabi 2022.

L'événement se tiendra du 26 septembre au 2 octobre au Centre national des expositions d'Abou Dhabi.

Le Royaume sera représenté par la réserve naturelle royale King Salman bin Abdulaziz.

Au cours de l'exposition, la KSRNR entend se présenter comme la quatrième plus grande réserve terrestre du monde et la plus vaste de ce genre au Moyen-Orient, avec sa diversité géographique frappante et ses sites d'art d'inscriptions anciennes. La KSRNR soulignera également la présence d’animaux plus rares et en voie de disparition, tels que l'oryx arabe, l'outarde houbara et la gazelle à cornes fines.

La participation saoudienne mettra l'accent sur les trésors naturels et les caractéristiques du pays, tout en sensibilisant à l'importance de la faune et à son rôle dans le maintien de l'équilibre environnemental et de la biodiversité.

En mars dernier, le Centre national saoudien pour la faune sauvage, en coopération avec le KSRNR, a relâché dans la nature quelque 200 espèces menacées dans la réserve naturelle d'Al-Tubayq, dans le nord-ouest du Royaume. Parmi ces espèces figuraient 50 oryx arabes, 100 antilopes, 30 houbara et 20 bouquetins des montagnes.

Mohammed Qurban, PDG de NCW, a déclaré que la remise en liberté de ces animaux s'inscrivait dans le cadre des initiatives visant à réinstaller les espèces locales menacées, à restaurer la biodiversité, à renforcer l'équilibre écologique et à améliorer la durabilité environnementale.

Qurban a également été cité par l'Agence de presse saoudienne comme ayant déclaré que le centre avait relâché 785 animaux dans les réserves et les parcs nationaux du Royaume l'année dernière, ajoutant que NCW avait prévu de relâcher plus de 1 000 animaux en 2022.

Le KSRNR a récemment mené sa première enquête de référence approfondie sur les oiseaux afin d'observer les oiseaux migrateurs, les oiseaux de passage et d'eau, ainsi que les espèces résidentes. L'étude vise à estimer le nombre de ces oiseaux et des oiseaux résidents, migrateurs et visiteurs. L'aperçu scientifique porte également sur l'abondance de ces oiseaux et leur répartition. Elle est intervenue après la découverte d'un grand nombre d'aigles nichés en plusieurs endroits de la réserve.

L'ADIHEX de cette année, considéré comme le plus important de son genre dans la région MENA, cible les secteurs de la chasse et de l'équitation. L'événement vise à promouvoir et à conserver le patrimoine culturel.

L'événement, qui se déroule sous le thème « Durabilité et patrimoine. . . Une aspiration renaissante », sera parrainé par le cheikh Hamdan ben Zayed Al-Nahyane, représentant du souverain dans la région d'Al-Dhafra et président de l'Emirates Falconers' Club.

Selon les organisateurs, ADIHEX 2022 rassemblera plus de 105 000 visiteurs qui pourront explorer les 11 secteurs de l'exposition sur 50 000 m². Plus de 680 exposants et marques présentant les dernières technologies, innovations et tendances en matière de matériel équestre, de chasse et de camping, ainsi que d'accessoires et de méthodes de chasse traditionnelles et modernes, seront présents. L'exposition comprendra également des ventes aux enchères de faucons, de chameaux et de chevaux et plusieurs concours.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Le Quad condamne le renforcement militaire des Houthis et les attaques qui menacent de faire dérailler la trêve au Yémen

L'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Royaume-Uni et les États-Unis ont condamné un récent défilé militaire des Houthis à Hodeidah, qui viole l'accord éponyme. (Dossier/AFP)
L'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Royaume-Uni et les États-Unis ont condamné un récent défilé militaire des Houthis à Hodeidah, qui viole l'accord éponyme. (Dossier/AFP)
Short Url
  • Les pays du Quad appellent les Houthis à ouvrir les principales routes autour de Taïz.
  • Ils réaffirment leur soutien au Conseil des dirigeants présidentiels du Yémen et soulignent l'importance de la cohésion au sein du conseil.

 

LONDRES : L'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Royaume-Uni et les États-Unis ont condamné le renforcement militaire à grande échelle des Houthis et toutes les attaques qui menacent de faire dérailler la trêve au Yémen.

Les pays, connus sous le nom de « Quad », se sont récemment réunis pour discuter de la situation au Yémen et ont également condamné les récentes attaques des Houthis contre Taïz et la parade militaire des Houthis qui a eu lieu à Hodeidah au début du mois et qui viole l'accord éponyme.

Le Quad a salué les bénéfices tangibles de la trêve au Yémen pour la population du pays depuis son début le 2 avril et la mise en œuvre continue des mesures de confiance convenues par le gouvernement.

Les pays se sont félicités de l'arrivée de carburant dans le port de Hodeidah, malgré un ordre des Houthis qui a retardé le processus établi pour le dédouanement des navires, et de la reprise des vols à destination et en provenance de l'aéroport de Sanaa.

Ils ont appelé à la mise en œuvre des mesures en suspens, notamment l'ouverture par les Houthis des principales routes autour de Taïz et un accord sur un mécanisme conjoint pour le paiement des salaires des fonctionnaires.

Le Quad a déclaré qu'il soutenait pleinement les efforts de l'envoyé spécial des Nations unies, Hans Grundberg, pour prolonger et étendre la trêve qui doit être renouvelée le 2 octobre, et que tous les termes de la trêve devaient être pleinement appliqués.

Les gouvernements des quatre pays ont également convenu qu'un cessez-le-feu permanent et un règlement politique durable doivent être les objectifs ultimes du processus politique yéménite, sous les auspices des Nations Unies, et qu'un tel règlement doit être fondé sur les références convenues et les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Ils ont réaffirmé leur soutien au Conseil présidentiel des dirigeants du Yémen, souligné l'importance de la cohésion au sein du conseil, et salué l'engagement du conseil à améliorer les services de base et la stabilité économique dans le pays déchiré par la guerre.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.co