Pyongyang tire un «missile balistique» avant la présidentielle en Corée du Sud

montre le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un prononçant un discours lors de la 2e Conférence des secrétaires des comités primaires du Parti des travailleurs de Corée 1er mars (Photo, AFP).
montre le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un prononçant un discours lors de la 2e Conférence des secrétaires des comités primaires du Parti des travailleurs de Corée 1er mars (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Samedi 05 mars 2022

Pyongyang tire un «missile balistique» avant la présidentielle en Corée du Sud

  • Pyongyang a procédé à sept essais d'armes en janvier, y compris de son missile le plus puissant depuis 2017
  • En dépit de sanctions internationales draconiennes, Pyongyang a rejeté toutes les offres de dialogue depuis l'échec en 2019 des négociations entre Kim Yong Un et Donald Trump

SEOUL: La Corée du Nord a lancé samedi un projectile, présenté comme un "missile balistique" par Séoul, poursuivant sa série d'essais d'armement à quatre jours de la présidentielle en Corée du Sud.

Pyongyang a procédé à sept essais d'armes en janvier, y compris de son missile le plus puissant depuis 2017, avant de suspendre ses tirs pendant les Jeux olympiques d'hiver de Pékin.

Le 28 février, la Corée du Nord a annoncé avoir procédé à un essai de "grande importance" pour le développement d'un satellite de reconnaissance, Séoul parlant de son côté d'un missile balistique.

En dépit de sanctions internationales draconiennes, Pyongyang a jusqu'à présent rejeté toutes les offres de dialogue depuis l'échec en 2019 des négociations entre le dirigeant Kim Yong Un et le président américain de l'époque Donald Trump.

Le pays a depuis redoublé d'efforts pour moderniser son armée, menaçant en janvier de rompre le moratoire qu'il s'est auto-imposé sur les essais nucléaires et de missiles balistiques intercontinentaux. 

L'armée sud-coréenne a déclaré samedi avoir détecté "un missile balistique lancé en direction de l'est depuis la région de Sunan vers 08H48 (23H48 GMT)".

Le ministre japonais de la Défense, Nobuo Kishi a affirmé que le missile a volé "à une altitude maximale d'environ 550 kilomètres et à une distance d'environ 300 kilomètres". 

Il a déplôré "l'extrême fréquence" des essais d'armes par Pyongyang depuis le début de l'année, estimant qu'ils constituent "une menace pour la région... et sont absolument inacceptables." 

Cet essai intervient quatre jours avant l'élection présidentielle en Corée du Sud, Pyongyang semblant ainsi vouloir faire part de son "mécontentement" à l'égard du président sortant Moon Jae-in, selon les analystes.

"On dirait que Kim Jong Un a le sentiment que Moon Jae-in n'a pas fait grand-chose après l'échec du sommet de Hanoi" entre Kim Jong Un et Donald Trump en 2019, selon Ahn Chan-il, spécialiste des études nord-coréennes. 

Pyongyang a clairement "décidé de donner la priorité à son propre programme militaire, indépendamment de ce que pense la Corée du Sud", a-t-il ajouté.

Tirer profit de l'Ukraine

Les tensions avec la Corée du Nord ne semblent plus être un enjeu majeur de la présidentielle sud-coréenne, selon les analystes qui estiment que l'inégalité des revenus et le chômage des jeunes sont au coeur des préoccupations des électeurs.

Si le Parti démocratique de Moon Jae-In perd le scrutin mercredi, Séoul pourrait amorcer un changement de la politique à l'égard de son voisin du nord.

L'un des deux principaux candidats, l'ancien procureur Yoon Suk-yeol, le candidat du Parti du pouvoir au peuple (PPP, droite), a menacé de procéder, si nécessaire, à une frappe préventive contre Pyongyang, doté de l'arme nucléaire.

Selon les analystes, la Corée du Nord chercherait à tirer profit de l'invasion de l'Ukraine par la Russie pour procéder à de nouveaux essais au moment où les Etats-Unis portent toute leur attention sur ce conflit.

A la fin de la guerre froide, l'Ukraine avait d'importants stocks d'armes nucléaires et a renoncé à son arsenal dans les années 1990. 

"Avec ces essais, la Corée du Nord semble dire qu'elle est différente de l'Ukraine, et veut rappeler au monde qu'elle possède son propre armement nucléaire", a affirmé à l'AFP Yang Moo-jin, professeur à l'Université des études nord-coréennes. 

"C'est une nouvelle demande pour que Washington mette fin aux politiques dites +hostiles+ à l'encontre de Pyongyang", selon lui. 

Le mois dernier, Pyongyang a accusé Washington d'être la "cause profonde de la crise ukrainienne", déclarant dans un communiqué que Washington "s'immisçait" dans les affaires intérieures d'autres pays quand cela lui convient. 

Les analystes estiment que Pyongyang pourrait utiliser la date la plus importante de son calendrier politique, le 15 avril, pour procéder à un test d'armement de grande importance.

Cette date marque l'anniversaire (110 ans cette année) de la naissance de Kim Il Sung, fondateur de la Corée du Nord et grand-père de l'actuel dirigeant Kim Jong Un.

Des images satellites récentes suggèrent que le régime nord-coréen prépare un grand défilé militaire pour exhiber ses armes à cette occasion. 

"Pyongyang va probablement se concentrer sur les tests de ses satellites de reconnaissance et de ses missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) jusqu'en avril", a déclaré Cheong Seong-chang du Centre d'études sur la Corée du Nord de l'Institut Sejong.


Alpinisme en Equateur : Trois morts, douze blessés dans une chute

Vue du volcan Carihuairazo, dans les Andes centrales de l'Équateur, le 18 février 2019. (AFP)
Vue du volcan Carihuairazo, dans les Andes centrales de l'Équateur, le 18 février 2019. (AFP)
Short Url
  • «Une femme de 47 ans et deux hommes de 45 et 50 ans sont décédés dans cette urgence», selon le communiqué
  • Les douze blessés, âgés de 39 à 58 ans, ont été transférés dans des hôpitaux des villes de Riobamba et Ambato

QUITO: Trois alpinistes sont morts et douze ont été blessés après avoir fait une chute lors de l'ascension du volcan Carihuairazo en Équateur, ont indiqué samedi les services de secours.

"Une femme de 47 ans et deux hommes de 45 et 50 ans sont décédés dans cette urgence", ont indiqué les services de secours ECU911 dans un communiqué.

"En raison des conditions météorologiques et de la tombée de la nuit, il n'a pas été possible d'évacuer les corps".

Les douze blessés, âgés de 39 à 58 ans, ont été transférés dans des hôpitaux des villes de Riobamba et Ambato.

Les alpinistes tentaient d'atteindre le sommet du volcan des Andes centrales lorsqu'ils ont fait une chute de 60 mètres.

Le Carihuairazo, un sommet de 5.018 mètres situé dans la province de Tungurahua, est voisin du volcan Chimborazo, le plus haut sommet du pays, qui culmine à plus de 6 200 mètres.

La récupération des corps des personnes décédées, toutes équatoriennes, se poursuivra dimanche.


Australie: un homme arrêté après des coups de feu à l'aéroport de Canberra

Des policiers montent la garde à l'entrée d'un terminal après qu'un homme armé a ouvert le feu à l'aéroport de Canberra, le 14 août 2022. (Photo de l'AFP)
Des policiers montent la garde à l'entrée d'un terminal après qu'un homme armé a ouvert le feu à l'aéroport de Canberra, le 14 août 2022. (Photo de l'AFP)
Short Url
  • La police a évacué et fermé le principal aéroport de la capitale australienne, menant à la suspension de nombreux vols
  • De l'extérieur, plusieurs impacts de balle étaient visibles sur la façade vitrée de l'aéroport, selon des images diffusées par la chaîne publique australienne ABC

CANBERRA :Un homme a tiré cinq coups de feu à l'aéroport de Canberra dimanche, provoquant la panique des passagers mais ne faisant pas de victime, selon la police australienne qui l'a arrêté.

La police a évacué et fermé le principal aéroport de la capitale australienne, menant à la suspension de nombreux vols.

«Un homme est entré dans l'aéroport de Canberra dans la zone des départs. Il s'est assis dans l'une des zones adjacentes aux fenêtres en verre», a déclaré le commissaire Dave Craft aux journalistes à l'extérieur du bâtiment de l'aéroport.

«Après environ cinq minutes, cet homme a pris une arme à feu en sa possession et a tiré environ cinq fois», a-t-il détaillé.

Le Premier ministre Anthony Albanese a été mis au courant de l'incident:

«On m'informe qu'un homme a été arrêté et qu'il n'y a aucune menace en cours», a-t-il exprimé dans un communiqué.

De l'extérieur, plusieurs impacts de balle étaient visibles sur la façade vitrée de l'aéroport, selon des images diffusées par la chaîne publique australienne ABC.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux montrent un policier immobilisant un homme au sol à l'intérieur du terminal tandis que les alarmes retentissaient dans le principal aéroport de la capitale.

«La police a été avertie (...) à la suite d'informations faisant état de coups de feu dans le terminal principal», a indiqué la police de la capitale australienne.

«Peu de temps après, une personne a été placée en garde à vue et une arme à feu a été confisquée», a-t-elle ajouté, soulignant que l'homme semblait avoir agi seul.

Le motif de l'assaillant présumé n'est pour l'heure pas claire.

La situation est maintenant sous contrôle, selon la police.

La journaliste d'ABC Lily Thomson, sur place, a dit avoir entendu des coups de feu avant que les gens ne commencent à crier.

Elle a vu une femme effrayée qui s'occupait d'un bébé. «Nous avons tous couru et je suis restée avec cette grand-mère et son bébé et (nous nous sommes) cachés derrière le bureau d'information», a-t-elle relaté sur ABC.

«Nous sommes restés là pendant quelques minutes jusqu'à ce que la sécurité nous dise d'évacuer vers le parking».

«Tout le monde se cachait derrière des chaises et les gens couraient», a-t-elle ajouté.

L'aéroport de Canberra a déclaré qu'il travaillait avec les compagnies aériennes pour relancer les vols d'ici dimanche après-midi. Certains vols ont été annulés.


Feux de forêt: un été record de surfaces brûlées en Europe

Un pompier tactique français allume un feu contrôlé pour ralentir la progression d'un feu de forêt près de Belin-Beliet, dans le sud-ouest de la France, le 13 août 2022. (Photo de Thibaud MORITZ / AFP)
Un pompier tactique français allume un feu contrôlé pour ralentir la progression d'un feu de forêt près de Belin-Beliet, dans le sud-ouest de la France, le 13 août 2022. (Photo de Thibaud MORITZ / AFP)
Short Url
  • La France a connu des années pires dans les années 1970, avant les données standardisées européennes
  • Mais l'année 2022 est la plus grave en 16 ans selon ces chiffres, en grande partie à cause de deux grands brasiers successifs en Gironde

PARIS: Alors que la haute saison des feux n'est pas encore terminée, le bilan provisoire des incendies s'alourdit dans l'Union européenne avec déjà plus de de 660 000 hectares brûlés depuis janvier, établissant un record à ce stade de l'année depuis le début des données satellitaires en 2006.

Depuis le 1er janvier, les incendies ont ravagé 662 776 hectares de forêts dans l'Union européenne selon les données actualisées dimanche du système européen d'information sur les feux de forêts (EFFIS), qui tient des statistiques comparables depuis 2006 grâce aux images de satellites du programme européen Copernicus.

La France a connu des années pires dans les années 1970, avant les données standardisées européennes. Mais l'année 2022 est la plus grave en 16 ans selon ces chiffres, en grande partie à cause de deux grands brasiers successifs en Gironde, dans le sud-ouest du pays, où des pompiers allemands, polonais ou encore autrichiens sont arrivés cette semaine en renfort.

La situation est également exceptionnelle en Europe centrale: les pompiers ont ainsi mis plus de dix jours en juillet pour maîtriser le plus grand incendie de l'histoire récente de la Slovénie, aidés par une population si mobilisée que le gouvernement a dû demander aux habitants d'arrêter de faire des dons aux pompiers.

Mais ne disposant pas d'avions spécialisés pour combattre les feux, la Slovénie a dû appeler à l'aide la Croatie, qui a envoyé un avion... avant de le rappeler pour éteindre ses propres incendies. Le gouvernement slovène envisage désormais l'acquisition de ses premiers avions bombardiers d'eau.

Très spectaculaire aussi, à Berlin, en Allemagne, un vaste incendie s'est déclaré la semaine dernière à partir d'un dépôt de munitions de la police, dans une forêt en pleine sécheresse, un feu rapidement maîtrisé. Jusqu'ici épargnée par de tels incendies, la capitale allemande est de nos jours de plus en plus menacée en raison de l'importance de ses zones boisées.

Mais la zone la plus frappée par les incendies est la péninsule ibérique. L'Espagne, asséchée comme la France par plusieurs canicules cet été, a vu 246 278 hectares ravagés par les incendies, principalement en Galice dans le nord-ouest. La situation s'est toutefois améliorée avec la baisse des températures.

Le Portugal lutte aussi depuis plus d'une semaine contre un feu dans le géo-parc mondial reconnu par l'Unesco dans la région de la montagne de la Serra da Estrela, qui culmine à environ 2.000 mètres.