Nucléaire iranien: la diplomatie européenne à l’épreuve des négociations de Vienne

Le palais de Coburg où se déroulent les négociations sur le nucléaire iranien à Vienne. (AFP).
Le palais de Coburg où se déroulent les négociations sur le nucléaire iranien à Vienne. (AFP).
Short Url
Publié le Lundi 31 janvier 2022

Nucléaire iranien: la diplomatie européenne à l’épreuve des négociations de Vienne

  • Le test de Vienne 2022 est capital pour l’aura d’une Union européenne qui peine à trouver sa place parmi les grandes puissances d’aujourd’hui
  • L’UE pourrait être considérablement affectée par un accord mal ficelé et non étendu à des questions plus larges (missiles balistiques et stabilité régionale), ou par un échec retentissant

PARIS: Les négociations de Vienne sur le nucléaire iranien entrent dans une phase critique d’un processus relancé en novembre dernier. Elles représentent un défi au niveau mondial et un test pour le rôle médian de l’Union européenne (UE).

Après tant de suivi et d’efforts de l’UE et de la troïka européenne (France, Grande-Bretagne, Allemagne), l’influence européenne n’est plus la même que lors du mandat de Hassan Rohani et s’est réduite depuis l’élection du nouveau président iranien, Ebrahim Raïssi. Cela inclut l’ordre du jour des négociations, tout comme la perception et l’efficacité des démarches européennes. Ainsi, dans le cas d’un accord de Vienne bis ou d’un accord provisoire, ou même en cas d’échec cuisant, le dilemme de la diplomatie européenne est certain compte tenu de l’impact du résultat sur les équilibres régionaux et internationaux, ainsi que le système de non-prolifération des armes nucléaires.

Depuis l’épisode de Federica Mogherini comme «Haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité» (2014-2019), l’accord sur le nucléaire de 2015 fut l’un de rares succès diplomatiques de l’UE en tant que tel. Pour cette raison, le test de Vienne 2022 est aussi capital pour l’aura d’une UE qui peine à trouver sa place parmi les grandes puissances d’aujourd’hui.

Négociations menacées d’enlisement

Les négociations de Vienne qui traînent en longueur depuis avril 2021 ont été en pratique paralysées par l’intransigeance et la procrastination de l’Iran. Téhéran refuse le principe de la concomitance entre la levée des sanctions américaines et l’engagement iranien pour un retour au respect de clauses de l’accord de 2015.

Il semble que toutes les tentatives de trouver un compromis aient échoué. Au point que le ministre français des Affaires étrangères (après une réunion avec ses homologues allemand et britannique) a estimé, le 20 janvier, que la négociation à Vienne «ne peut se poursuivre à un rythme aussi lent» sous peine de rendre impossible la relance de l'accord. Il serait en effet vidé de sa substance en raison de violations iraniennes. Cette mise en garde s’explique par la crainte qu’ont les Occidentaux que les progrès de la République islamique lui permettent d’obtenir le statut d’«État de seuil nucléaire». En somme, ils redoutent un possible enrichissement d’uranium passant de 60% à 90% et la mise en service de centrifugeuses très développées.

Pour les spécialistes européens, nous sommes dans la dernière ligne droite pour sauver les négociations. Ils insistent sur «l’urgence» à conclure ces négociations, alors que Téhéran se rapproche de «manière significative» du stock d'uranium nécessaire à la fabrication d’une bombe. Ce constat est partagé par une source diplomatique américaine qui précise qu’en novembre dernier, la partie américaine a été prise de court par l’accélération du programme nucléaire iranien, et par le fait que Téhéran soit plus belliqueux dans ses activités régionales.

Dans ce cadre, Européens et Américains s’accordent à dire que les enjeux vont bien au-delà de l'Iran, ils concernent le Moyen-Orient et le système mondial de prolifération.

La sécurité régionale en question

Les négociations nucléaires de Vienne oscillent donc entre progrès timides et risques d’échec. Bien que tous les participants aux négociations parient sur le succès, la méfiance et les grands antagonismes dominent encore en Amérique et en Iran.

Dans tous les cas de figure, le grand absent des négociations est le Moyen-Orient, qui sera le plus impacté par les résultats des négociations: l'échec comme le succès représentent un problème. Plus critique encore, l’Iran donne l’impression de négocier en position de force, parce que les Américains et les Européens négocient en effet à partir de positions dispersées et manquent de leviers de pression ou de plan B. Téhéran profite de sa position géopolitique et de ses atouts pour naviguer entre Américains, Européens, Russes et Chinois. L’Iran parvient à imposer l'ordre du jour: aucune discussion ne concerne autre chose que  l'accord nucléaire de 2015. Aucune négociation directe ne se tient avec les États-Unis (avant la levée de toutes les sanctions américaines).

Ainsi, l’Iran ne fait pas de concessions sur son retour à ses obligations contenues dans l’accord depuis le retrait unilatéral de Washington à l’ère Trump. Téhéran insiste pour que soient d’abord levées toutes les sanctions américaines, et qu’un processus soit mis en œuvre pour éviter qu’une partie à l’accord puisse s’en retirer de son propre gré en imposant à nouveau des sanctions (la dernière condition est inapplicable, elle nécessite la transformation de l’accord en traité validé par le Congrès).

Pire encore, l’administration Biden, tout comme les Européens, ont accepté d’abandonner leur insistance sur un accord «plus long et plus fort», et de discuter du programme de missiles de l'Iran et du comportement iranien déstabilisateur au Moyen-Orient.

Dans ce contexte, l’histoire se répète. L’administration Obama avait déjà commis l’erreur de   «remodeler» toute la politique américaine dans la région (en abandonnant ses alliés arabes) pour parvenir à un accord nucléaire sans aucune discussion sur l'influence régionale de l'Iran. L'argument était qu'un accord serait «meilleur pour la sécurité de l'Amérique et la sécurité de ses alliés et de ses entreprises». Pour l’Europe, voisine du Moyen-Orient, les risques pour la sécurité régionale pourraient concerner la sécurité stratégique européenne et les intérêts de l’UE dans la zone.

Grosso modo, en cas d’accession de l’Iran à la bombe nucléaire ou au statut d’État de seuil, tout le Moyen-Orient risque de se transformer en «lac nucléaire». En effet, au Moyen-Orient, Israël possède l'arme nucléaire depuis la fin des années soixante, d’autres pays comme l’Arabie saoudite, l’Égypte, la Turquie pourraient développer des programmes nucléaires. Ceci signifie que l’effondrement de l’ordre nucléaire au Moyen-Orient pourrait mettre en péril le système international de non-prolifération des armes de destruction massive.

Possible bouleversement de l’ordre nucléaire mondial 

Sous la pression de mutations et du «chaos stratégique mondial», l’ordre nucléaire mondial, déjà périlleux, risque désormais de s'effilocher, alors que les États-Unis, la Russie et la Chine modernisent leurs arsenaux (le Pentagone estime que la Chine pourrait disposer d'au moins mille bombes d'ici à 2030), les négociations avec Téhéran représentent un test pour toute la communauté internationale, car elles visent à empêcher un dixième pays – le dernier en date étant la Corée du Nord, en 2006 – de se doter de la bombe.

L’échec des pourparlers avec l'Iran (le premier grand exercice diplomatique de Biden et un acte majeur de l’UE) aurait ainsi des conséquences dans le monde entier. Dans ce contexte, le coordinateur de l’UE, Enrique Mora, qui préside les pourparlers, prédit des discussions encore «très difficiles» dans les «jours et les semaines à venir».

Selon une source européenne à Bruxelles, la situation est très inquiétante, car pendant que les négociations s’enlisent, l’Iran installe des centrifugeuses IR-6 et IR-9, qui sont beaucoup plus rapides que les IR-1 autorisées par l'accord de 2015. La même source avertit sans nuances: «Le temps nécessaire pour que l'Iran produise suffisamment de carburant pour une bombe a chuté, passant de plus d'un an à un délai entre trois semaines et deux mois». Tous ces éléments mettent la France et l’Europe dans une position délicate, car tout succès sera attribué aux États-Unis, tandis que l’UE pourrait être considérablement affectée par un accord mal ficelé et non étendu à des questions plus larges (missiles balistiques et stabilité régionale), ou par un échec retentissant.


Le chanteur américain R. Kelly, coupable de crimes sexuels, condamné à 30 ans de prison

Le chanteur R. Kelly apparaît lors d'une audience au palais de justice pénal de Leighton à Chicago, Illinois, le 17 septembre 2019 (Photo, AFP).
Le chanteur R. Kelly apparaît lors d'une audience au palais de justice pénal de Leighton à Chicago, Illinois, le 17 septembre 2019 (Photo, AFP).
Short Url
  • Les procureurs fédéraux avaient réclamé au moins 25 années de réclusion criminelle en raison du «danger» que représenterait ce «criminel, prédateur»
  • Le parquet a fustigé Robert Sylvester Kelly, alias R. Kelly, pour s'être «servi de sa notoriété (...) pour faire de jeunes, fragiles et sans-voix, ses proies»

NEW YORK: La star américaine déchue du R&B, R. Kelly, reconnue coupable en septembre 2021 à New York d'avoir piloté pendant trois décennies un "système" d'exploitation sexuelle de jeunes, dont des adolescentes, a été condamnée mercredi à 30 ans de prison.

Cette lourde peine contre le chanteur de 55 ans a été prononcée par le tribunal fédéral de Brooklyn, là où son procès il y a neuf mois avait levé le voile sur les crimes sexuels au sein de la communauté noire aux Etats-Unis.

L'artiste, mondialement connu pour son tube "I Believe I Can Fly" et ses 75 millions de disques vendus, n'a pas dit un mot à l'énoncé du verdict. Il était resté mutique également lors des six semaines de procès en août et septembre derniers.

Les procureurs fédéraux avaient réclamé au moins 25 années de réclusion criminelle en raison du "danger" que représenterait ce "criminel, prédateur" pour ses victimes et pour l'opinion publique.

Le parquet a fustigé Robert Sylvester Kelly, alias R. Kelly, pour s'être "servi de sa notoriété (...) pour faire de jeunes, fragiles et sans-voix, ses proies à des fins de gratification sexuelle".

«Aucun remords»

Pour le procureur Breon Peace, R. Kelly n'a eu "que du mépris pour ses crimes dévastateurs et aucun remords pour son comportement".

L'une de ses victimes, Lizzette Martinez, 45 ans, a dit devant la presse sa "reconnaissance" que "Robert Sylvester Kelly ait été mis à l'écart, qu'il reste loin sans plus pouvoir faire de mal à quiconque" après "les choses atroces infligées à des enfants".

Elle avait 17 ans à l'époque.

R. Kelly, qui a raconté dans son autobiographie avoir été violé quand il avait huit ans, a été reconnu coupable en septembre 2021 de tous les chefs d'inculpation: extorsion, exploitation sexuelle de mineur, enlèvement, trafic, corruption et travail forcé, sur une période allant de 1994 à 2018.

Il a toujours nié les faits et son avocate a assuré mercredi que son client n'était "pas un monstre" et qu'il ferait appel de sa condamnation.

#MeToo pour les femmes noires

Ce procès est considéré comme une étape majeure du mouvement #MeToo: c'est la première fois que la majorité des plaignantes étaient des femmes noires et qu'elles accusaient un artiste noir.

Pour Kenyette Barnes, à l'origine du mot-dièse #MuteRKelly ("Faites taire R. Kelly") en 2017 - la même année que le mouvement mondial #MeToo déclenché par la chute du tout-puissant producteur de Hollywood Harvey Weinstein - la justice américaine a permis pour la première fois de donner écho "au sang, à la sueur et aux larmes des femmes noires" que la société américaine ne voulait pas voir.

Bien avant que les violences sexuelles ne soient un sujet pour les médias et les réseaux sociaux aux Etats-Unis, des femmes afro-américaines bataillaient pour alerter les autorités et l'opinion publique.

Au procès, neuf femmes et deux hommes ont accusé l'artiste d'avoir abusé d'eux sexuellement, décrivant des viols, des prises forcées de drogues, des séquestrations et de la pédopornographie.

Les débats ont mis au jour le "système" de R. Kelly pour attirer de très jeunes femmes et les violer, avec la complicité de son entourage, comme dans une sorte d'entreprise mafieuse. Nombre de victimes avaient raconté leur rencontre avec leur idole lors de concerts après lesquels on leur glissait un petit papier avec les coordonnées du chanteur.

Droguées et violées

Il ferait quelque chose pour leur carrière musicale, leur promettait-on.

Au lieu de cela, elles se faisaient "endoctriner" dans le milieu "sordide" de R. Kelly, étaient forcées à des rapports sexuels et maintenues dans ce "système" par des "mesures coercitives", selon l'accusation.

Pour l'avocate Gloria Allred, qui représentait trois des six plaignantes, le verdict contre R. Kelly - au lendemain des 20 ans de prison prononcés par le tribunal de Manhattan contre l'ex-mondaine britannique Ghislaine Maxwell pour trafic sexuel de mineures - doit servir d'exemple pour les relations que peuvent entretenir les stars avec leurs fans.


Zelensky met fin aux relations diplomatiques avec la Syrie

«Il n'y aura plus de relations entre l'Ukraine et la Syrie», a déclaré Zelensky dans une vidéo postée sur Telegram (Photo, Reuters).
«Il n'y aura plus de relations entre l'Ukraine et la Syrie», a déclaré Zelensky dans une vidéo postée sur Telegram (Photo, Reuters).
Short Url
  • La Syrie avait annoncé plus tôt dans la journée reconnaître l'indépendance des républiques séparatistes prorusses de Donetsk et de Lougansk
  • Jusqu'à présent seul Moscou avait reconnu en février l'indépendance de ces deux régions, situées dans l'est de l'Ukraine, quelques jours avant le début de l'invasion russe

KIEV: Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a annoncé mercredi soir mettre fin aux relations diplomatiques avec la Syrie, après que le régime de Damas a reconnu l'indépendance des républiques séparatistes prorusses de Donetsk et de Lougansk, soutenues par Moscou depuis 2014.

"Il n'y aura plus de relations entre l'Ukraine et la Syrie", a déclaré M. Zelensky dans une vidéo postée sur Telegram, affirmant que "la pression des sanctions" contre Damas, allié de la Russie, "sera encore plus grande".

"C'est une histoire insignifiante", a-t-il balayé, préférant mettre en avant la signature avec Bruxelles d'un accord pour un régime de "transport sans visa" pour le fret venant d'Ukraine dans l'Union européenne.

La Syrie avait annoncé plus tôt dans la journée reconnaître l'indépendance des républiques séparatistes prorusses de Donetsk et de Lougansk, devenant ainsi le premier pays étranger à le faire.

Jusqu'à présent seul Moscou avait reconnu en février l'indépendance de ces deux régions, situées dans l'est de l'Ukraine, quelques jours avant le début de l'invasion russe.

"Conformément à la volonté et au désir commun d'établir des relations dans tous les domaines, la Syrie a décidé de reconnaître l'indépendance et la souveraineté de la république populaire de Lougansk et de la république populaire de Donetsk", avait indiqué une source au sein du ministère syrien des Affaires étrangères, citée par l'agence de presse officielle Sana.

Des responsables des "deux pays vont se mettre en contact pour convenir des cadres de renforcement des relations, y compris l'établissement de relations diplomatiques, conformément aux règles", a ajouté la même source.

Ce n'est pas la première fois que la Syrie exprime son soutien à des territoires reconnus par la Russie comme indépendants.

En 2018, Damas avait reconnu l'indépendance des régions séparatistes d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud en Géorgie.

La Syrie et la Russie sont alliées depuis des décennies mais les liens se sont sensiblement renforcés à la faveur du conflit syrien et de l'intervention militaire de Moscou à partir de 2015 au côté du régime de Bachar al-Assad.


Variole du singe: L'OMS appelle au partage des données sur l'efficacité des vaccins

Les experts ont détecté une recrudescence de cas de variole du singe depuis mai, dont la plupart se sont produits en Europe occidentale (Photo, Reuters).
Les experts ont détecté une recrudescence de cas de variole du singe depuis mai, dont la plupart se sont produits en Europe occidentale (Photo, Reuters).
Short Url
  • La variole du singe est considérée comme étant bien moins dangereuse et contagieuse que sa cousine, la variole, éradiquée en 1980
  • Du 1er janvier au 22 juin, 3 413 cas confirmés et un décès ont été signalés à l'OMS dans 50 pays

GENÈVE: L'OMS a appelé mercredi au partage des données sur l'efficacité des vaccins contre la variole du singe dont plus de 3.400 cas - dont des enfants - ont été répertoriés à travers le monde depuis janvier.

"Les pays qui ont actuellement stocké ce vaccin, dont les Etats-Unis et sous l'impulsion des Etats-Unis, ont exprimé leur volonté de partager ces vaccins avec d'autres pays", s'est réjoui le directeur exécutif chargé du Programme OMS de gestion des situations d'urgence sanitaire, le Dr Michael Ryan, en conférence de presse.

Mais, a-t-il dit, "il est très important - alors que nous encourageons le partage de ces produits - que nous puissions recueillir les données nécessaires sur l'efficacité clinique".

Connue chez l'être humain depuis 1970, la variole du singe est considérée comme étant bien moins dangereuse et contagieuse que sa cousine, la variole, éradiquée en 1980. Une recrudescence inhabituelle des cas a été détectée depuis mai en dehors des pays d'Afrique centrale et de l'Ouest où le virus circule d'ordinaire.

Du 1er janvier au 22 juin, 3 413 cas confirmés et un décès ont été signalés à l'OMS dans 50 pays, dont 2 933, soit 86%, en Europe. Selon l'OMS, le nombre réel de cas est plus élevé.

Le directeur général de l'OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, s'est dit mercredi "préoccupé par la transmission soutenue" du virus. "Cela suggère que le virus est en train de s'établir et qu'il peut atteindre des groupes à haut risque, notamment les enfants, les personnes immunodéprimées et les femmes enceintes", et "c'est ce que nous commençons à voir avec plusieurs enfants déjà infectés", a-t-il expliqué.

L'OMS a estimé samedi que cette flambée mondiale de variole du singe était une menace sanitaire dont l'évolution était très inquiétante, sans atteindre pour le moment le stade d'une "urgence de santé publique de portée internationale", le plus haut degré d'alerte de l'organisation.

"Ne pas déclarer une urgence de santé publique de portée internationale ne signifie pas que ce n'est pas une urgence", a souligné le Dr Ibrahima Socé Fall, sous-directeur général de l'OMS chargé des interventions dans les situations d'urgence.

Sur les 14 experts, seuls 3 ont estimé que les critères étaient remplis pour déclarer l'alerte, a révélé le Dr Tedros. "Ils m'ont conseillé de les convoquer à nouveau rapidement en fonction de l'évolution de la situation. Ce que je ferai".

L'OMS estime que la priorité actuellement est de réduire la transmission du virus, à travers des actions de prévention, de dépistage et d'information. "Pour l'instant, l'utilisation des vaccins est limitée aux travailleurs (de santé) à haut risque", a indiqué le Dr Ryan.