La visite d'un responsable qatari en Iran laisse espérer une percée dans les négociations sur le nucléaire

Le président iranien, Ebrahim Raïssi ,accueille le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères du Qatar, Mohammed ben Abdelrahmane al-Thani, pour une réunion à Téhéran le 27 janvier 2022. (Bureau de la présidence iranienne/Handout via Reuters).
Le président iranien, Ebrahim Raïssi ,accueille le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères du Qatar, Mohammed ben Abdelrahmane al-Thani, pour une réunion à Téhéran le 27 janvier 2022. (Bureau de la présidence iranienne/Handout via Reuters).
Short Url
Publié le Lundi 31 janvier 2022

La visite d'un responsable qatari en Iran laisse espérer une percée dans les négociations sur le nucléaire

  • D'importantes lacunes subsistent quant à la rapidité et à la portée du retour à l'accord
  • Cheikh Tamim rencontrera le président américain, Joe Biden, le 31 janvier

DUBAΪ: Le diplomate le plus haut placé du Qatar s'est rendu en Iran jeudi, quelques jours avant que l'émir du Qatar ne tienne des pourparlers à Washington à un moment crucial pour les efforts de Téhéran et des grandes puissances pour relancer le pacte nucléaire de 2015.

La visite du ministre qatari des Affaires étrangères, le cheikh Mohammed ben Abdelrahmane al-Thani, intervient après que son homologue iranien, Hossein Amirabdollahian, a déclaré lundi que Téhéran était prêt à envisager des pourparlers directs avec Washington s'il estimait pouvoir obtenir un «bon accord nucléaire».

qatar
Le président iranien, Ebrahim Raïssi, rencontre le FM qatari, Mohammed ben Abdelrahmane al-Thani, et sa délégation à Téhéran le 27 janvier 2022. (Bureau de la présidence iranienne/Handout via Reuters).

Cependant, l'agence de presse officielle iranienne Irna a indiqué que la visite n'avait pas pour but d'aider à établir des discussions directes avec Washington.

«Bien que Doha et Téhéran entretiennent de bonnes et étroites relations, cette visite a alimenté des idées fausses. Certains l’utilisent pour faciliter les pourparlers directs avec les États-Unis», déclare l'Irna.

Les États-Unis et l'Iran ont tenu huit séries de pourparlers indirects à Vienne depuis le mois d’avril en vue de rétablir le pacte qui a levé les sanctions contre Téhéran en échange de restrictions sur son programme nucléaire.

Après que le président américain de l'époque, Donald Trump, a quitté l'accord sur le nucléaire en 2018 et réimposé des sanctions sévères, l'Iran a progressivement commencé à violer les restrictions nucléaires du pacte.

EN BREF

Les États-Unis et l'Iran ont tenu huit séries de pourparlers indirects à Vienne depuis le mois d’avril en vue de rétablir le pacte qui a levé les sanctions contre Téhéran en échange de restrictions sur son programme nucléaire.

D'importantes lacunes subsistent quant à la rapidité et à la portée du retour à l'accord, dont la garantie qu’exige l’Iran des États-Unis de ne plus prendre de mesures punitives, et quant à la manière et au moment de rétablir les restrictions sur les travaux atomiques de l'Iran.

L'émir du Qatar, le cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, s'entretiendra le 31 janvier avec le président américain, Joe Biden, des efforts pour sauver le pacte. Le ministre, cheikh Mohammed, est attendu à Washington aujourd’hui avant la visite de l'émir.

Le président radical iranien, Ebrahim Raïssi ,a souligné l'importance de «l'approfondissement des liens entre les pays de la région» lors d'une réunion avec le cheikh Mohammed, qui a invité le président à assister au sommet du Forum des pays exportateurs de gaz en février à Doha.

Le négociateur américain en chef sur le nucléaire a déclaré dimanche à Reuters qu'il était peu probable que l'accord sur le nucléaire soit conclu à moins que Téhéran ne libère quatre citoyens américains dont Washington indique qu’ils sont retenus en otage.

Tout en excluant toute condition préalable américaine, l'Iran a déclaré lundi que Téhéran et Washington peuvent parvenir à «un accord durable sur les deux dossiers (les pourparlers de Vienne et l'échange de prisonniers) si l'autre partie en a la volonté».

Les responsables iraniens ont refusé de commenter l'affaire, mais Téhéran a déclaré à plusieurs reprises qu'il était prêt à procéder à un échange complet de prisonniers avec Washington.

Téhéran nie détenir des individus pour des raisons politiques. Il a accusé d’espionnage de nombreux binationaux et étrangers détenus dans ses prisons.

Téhéran affirme que les Iraniens détenus aux États-Unis, principalement pour avoir enfreint les sanctions, sont injustement emprisonnés.


Cryptomonnaies: volte-face salutaire du Maroc

Une photo d'illustration prise à Londres le 8 mai 2022 montre une pièce de monnaie Tether de crypto-monnaie souvenir plaquée or (USDT) disposée à côté d'un écran affichant un graphique boursier. Justin TALLIS / AFP.
Une photo d'illustration prise à Londres le 8 mai 2022 montre une pièce de monnaie Tether de crypto-monnaie souvenir plaquée or (USDT) disposée à côté d'un écran affichant un graphique boursier. Justin TALLIS / AFP.
Short Url
  • Le Maroc est classé vingt-quatrième mondial avec près de neuf cent mille utilisateurs de monnaies virtuelles, en particulier le Bitcoin
  • Le projet de loi en cours d’élaboration prévoit un système d’agréments et de licences des plates-formes d’échanges des cryptomonnaies, à l’instar de celui adopté en France

CASABLANCA: Face à la profusion de l’usage des cryptomonnaies au Maroc, le royaume chérifien change de stratégie. Alors que la Banque centrale avait adopté dans le passé une posture très conservatrice allant jusqu’à l’interdiction de l’usage des monnaies virtuelles, elle vient d’effectuer un véritable virage stratégique sur cette question. Les équipes de Bank al-Maghrib, la Banque centrale marocaine, travaillent actuellement, avec la participation du Fonds monétaire international (FMI), sur un projet de loi réglementant l’usage des cryptomonnaies au Maroc. Une première pour ce pays qui est classé vingt-quatrième mondial avec près de neuf cent mille utilisateurs de monnaies virtuelles, en particulier le Bitcoin.

Mi-juillet, les équipes de la Banque centrale ont rencontré Changpeng Zhao, le fameux fondateur de Binance.

Le projet de loi en cours d’élaboration prévoit un système d’agréments et de licences des plates-formes d’échanges des cryptomonnaies, à l’instar de celui adopté en France. Les préparatifs de ce projet de loi vont bon train et des rencontres ont déjà commencé avec des experts en la matière. Mi-juillet, les équipes de la Banque centrale ont rencontré Changpeng Zhao, le fameux fondateur de Binance, l’une des plus grandes plates-formes d’échanges de monnaies virtuelles au monde, proposant de plus de six cents cryptomonnaies.

«L’annonce par la Banque centrale de ce projet de loi est une très bonne nouvelle. J’ai accueilli l’annonce avec beaucoup d’intérêt, car elle va donner un caractère légal à la cryptomonnaie et ça permettra de protéger les utilisateurs marocains», indique à Arab News en français Badr Bellaj, expert en blockchain et cofondateur de l'entreprise Mchain. Toutefois, la difficulté principale se situerait, selon notre interlocuteur, dans le choix du consultant pour ce projet de loi. «S’adosser au FMI pour l’élaboration du cadre réglementaire de la cryptomonnaie au Maroc donne un mauvais signal. Nous savons que le FMI a une idée très conservatrice sur ce secteur. J’espère que la Banque centrale ne va pas adopter les consignes du FMI à la lettre. Il nous faut une loi qui réglemente la cryptomonnaie, mais qui autorise aussi son utilisation sous des conditions bien précises», avertit M. Bellaj.

Une fois la loi réglementant l’usage des cryptomonnaies appliquée, le Maroc pourrait se positionner dans ce secteur très lucratif.

Il reconnaît, par ailleurs, que l’apport du FMI sur le volet technique sera salutaire, car l’institution internationale dispose d’une grande expertise dans ce domaine surtout au niveau du renforcement de l’arsenal juridique dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Une fois la loi réglementant l’usage des cryptomonnaies appliquée, le Maroc pourrait se positionner dans ce secteur très lucratif. «Il pourrait devenir un véritable hub africain des cryptomonnaies. Le Maroc est déjà bien avancé dans plusieurs domaines liés à la finance. Il dispose d’un capital humain hautement qualifié. Il ne manquait que le cadre légal. Grâce à ce projet de loi, le Maroc pourrait faire son entrée dans le club fermé des hubs régionaux des cryptomonnaies, une industrie très lucrative qui permettra la création d’énormément d’emplois», conclut Badr Bellaj.


Yémen: De fortes inondations touchent des milliers de déplacés par la guerre

Des crues soudaines déclenchées par des pluies fortes et des vents violents ont frappé des dizaines de camps (Photo, AFP).
Des crues soudaines déclenchées par des pluies fortes et des vents violents ont frappé des dizaines de camps (Photo, AFP).
Short Url
  • Des crues soudaines déclenchées par de fortes pluies ont frappé des dizaines de camps, de maisons en torchis et de huttes qui abritent des milliers de personnes
  • «Des pluies abondantes risquent de menacer les régions déjà meurtries du Yémen et de provoquer de nouveaux déplacements», avertit la FAO

AL-MOUKALLA: Dimanche, le gouvernement yéménite a sollicité une aide humanitaire d'urgence pour secourir des milliers de personnes déplacées affectées par les pluies torrentielles et les inondations soudaines qui ont touché la ville centrale de Marib.

Selon l'Unité exécutive pour la gestion des camps de personnes déplacées au Yémen, les pluies, les inondations et les vents ont complètement détruit les abris et les maisons de 5 287 familles et partiellement ruiné les biens de 11 448 autres. Les organisations de secours et les donateurs locaux et internationaux à envoyer de toute urgence des abris, de la nourriture et des médicaments aux personnes sinistrées.

«Nous demandons à tous nos partenaires humanitaires de venir urgemment en aide aux familles touchées, notamment en leur fournissant des abris et de la nourriture», a déclaré l'agence gouvernementale, appelant à la construction de bâtiments permanents qui résistent aux catastrophes pour remplacer les tentes et les maisons en torchis.

La ville de Marib était devenue un refuge pour plus de deux millions de Yéménites qui, depuis le début de la guerre, fuient les combats et l'oppression politique, religieuse et sociale exercée par les Houthis – milice soutenue par l'Iran.

Selon les travailleurs humanitaires locaux, les personnes touchées par la catastrophe naturelle ont été transférées dans des écoles, des hôtels et autres établissements publics. Par ailleurs, de nombreuses autres personnes sont allées vivre chez leurs proches, à Marib.

Interrogé par Arab News, l’un d’eux a indiqué que les pluies et les vents avaient «déraciné» les camps et les huttes des personnes déplacées, et qu'une personne était morte en essayant de sauver des femmes et des enfants piégés.

«Les gens ont besoin de s'abriter et de se nourrir. Les tentes qui ne peuvent pas les protéger contre les intempéries doivent être remplacées», a dit Al-Soaidi.

La semaine dernière, des tempêtes de pluie, des inondations et des éboulements ont tué au moins 16 personnes et en ont déplacé de nombreuses autres à travers le pays, principalement dans la province septentrionale de Hajjah.

Les médias locaux ont annoncé dimanche que des centaines de personnes étaient toujours bloquées dans les villages montagneux de Hajjah et qu'elles avaient urgemment besoin d'aide humanitaire, après que les inondations et les éboulements ont bloqué ou balayé plusieurs routes.

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a également prédit dimanche dans son bulletin agrométéorologique d'alerte précoce que de fortes pluies et inondations continueraient à frapper de nombreuses régions du Yémen et qu'elles pourraient toucher près de 20 000 personnes à Mahwit, Taïz, Saada, Hodeïda, Raymah, Lahj, Hadramout et Shabwah.

«Selon les prévisions établies pour la période allant du 1er au 20 août, des pluies abondantes et soutenues risquent de menacer les régions déjà meurtries du Yémen et de provoquer de nouveaux déplacements ainsi que la perte de moyens de subsistance», avertit la FAO.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les affrontements entre Israël et les groupes palestiniens plongent Gaza dans le cauchemar

De la fumée s'élève à la suite de frappes aériennes israéliennes visant un bâtiment dans la ville de Gaza, le 5 août 2022 (Photo, AP/Hatem Moussa).
De la fumée s'élève à la suite de frappes aériennes israéliennes visant un bâtiment dans la ville de Gaza, le 5 août 2022 (Photo, AP/Hatem Moussa).
Short Url
  • La situation humanitaire s'est aggravée et le nombre de victimes civiles a augmenté alors que l'armée israélienne a pris pour cible le Djihad islamique palestinien (PIJ)
  • Israël a soutenu que les militants de Gaza préparaient des attaques en représailles à l'arrestation d'un responsable du PIJ en Cisjordanie

DUBAÏ: Ce qui a commencé comme une opération de sécurité israélienne routinière le 1er août dans une ville palestinienne critique de Cisjordanie s'est aussitôt transformé en un conflit de grande ampleur. Dimanche soir, le nombre de morts dans les rangs palestiniens s'élevait à 43, dont 15 enfants. Un accord de trêve négocié par l'Égypte donne cependant une lueur d'espoir à la population de la bande de Gaza épuisée par la guerre.

La cible de l'opération militaire «Breaking Dawn» de l'armée israélienne était le groupe palestinien du Djihad islamique qui est soutenu par l'Iran et a son siège dans la capitale syrienne, Damas. Toutefois, l'idée d'une «guerre rapide et propre» limitée à la bande de Gaza, avec un minimum de dégâts pour les civils, pourrait bien ne pas se concrétiser si l'accord de cessez-le-feu échoue.

Lors de sa récente visite à Téhéran pour rencontrer les dirigeants iraniens, Ziad al-Nakhalah, secrétaire général du Djihad islamique palestinien (PIJ), a averti que toutes les villes israéliennes – y compris Tel Aviv – pourraient être frappées par des roquettes, et a exhorté les autres factions palestiniennes à unir leurs forces. Depuis plusieurs jours, les médias israéliens montrent des images du ciel s'illuminant de roquettes et d'intercepteurs du système de défense antimissile Dôme de Fer au-dessus du sud et du centre du pays.

Comme prévu, des similitudes ont été établies entre la flambée actuelle et le conflit de 11 jours de mai 2021 qui a fait plus de 200 morts parmi les Palestiniens et une douzaine parmi les Israéliens. Mais cette fois-ci, la grande différence est que le Hamas, groupe palestinien qui contrôle Gaza, ne s'est pas lancé dans la bataille – une éventualité à envisager si la trêve ne tient pas et si le nombre de victimes civiles continue d'augmenter.

Des enfants de Khan Yunis peu après une frappe aérienne israélienne, le 6 août (Photo, AFP).

Comme toujours, lorsqu'Israël lance une attaque contre des groupes militants palestiniens, ce sont les habitants ordinaires des quartiers de Gaza dans la ligne de mire de l'armée qui subissent les conséquences. Les images des bâtiments à moitié détruits et des biens endommagés des civils appauvris contredisent totalement le récit officiel israélien qui évoque une «opération préventive anti-terroriste contre une menace immédiate» posée par le PIJ.

Samedi, des flammes ont jailli d'un immeuble de la ville de Gaza à la suite d'une frappe aérienne israélienne, tandis que des Palestiniens blessés étaient évacués par des médecins. Selon le ministère de la Santé de Gaza, «une fille de cinq ans, visée par l'occupation israélienne» comptait parmi les personnes tuées. «Ce n'est pas l'Ukraine ! C'est la bande de Gaza, hier !» a tweeté Jasika, de nationalité palestinienne, avec quatre photos de destruction sous le hashtag #GazaUnderAttack.

Interrogé par l'agence de presse AFP, Abdallah al-Arayshi a résumé la détresse collective des Palestiniens: «Le pays est ravagé. Nous en avons assez des guerres. Notre génération a perdu son avenir». Il faisait référence aux nombreuses guerres et batailles qu'Israël et le Hamas ont menées depuis 2007 et qui ont coûté cher aux deux millions de résidents palestiniens de Gaza.

L'Égypte, qui a déjà contribué à mettre fin à de nombreuses flambées de violence à Gaza, est une fois de plus intervenue en envoyant une délégation de fonctionnaires en Israël pour servir d'intermédiaire. Le PIJ n'était peut-être pas enclin à négocier, mais il n'avait pas vraiment le choix.

Des Palestiniens inspectent les ruines d’un bâtiment détruit par une frappe aérienne, le 6 août à Gaza (Photo, AFP).

Samedi, le groupe a perdu un deuxième commandant de haut rang, Khaled Mansour, dans une frappe militaire israélienne qui a visé une maison dans le camp de réfugiés de Rafah, dans le sud de Gaza. La veille, le PIJ avait annoncé la mort de son principal dirigeant, Taysir al-Jabari, dans une frappe aérienne qui a touché un bâtiment à l'ouest de la ville de Gaza.

Le meurtre du prédécesseur d'Al-Jabari, Baha Abou al-Ata, commis par l'armée israélienne en 2019, à Gaza, a déclenché un conflit de cinq jours qui a fait 34 morts et 111 blessés parmi les Palestiniens, dont de nombreux combattants du PIJ. À l'époque, comme aujourd'hui, Israël avait prétendu que le PIJ planifiait une attaque imminente.

Cette fois-ci, Israël a affirmé que les militants du PIJ à Gaza prévoyaient de frapper le sud d'Israël en représailles à l'arrestation de Bassem al-Saadi, un membre haut placé de l'aile politique du PIJ en Cisjordanie, lors d'une opération de sécurité survenue le 1er août à Jénine. Al-Saadi y vivait depuis février 2013, date à laquelle il a été libéré d'une prison israélienne après avoir servi deux ans.

Des proches de Khaled Mansour, commandant du Djihad Islamique, pleurent sa mort, le 7 août (Photo, AFP).

Jénine est une cible fréquente des opérations d'arrestation israéliennes en Cisjordanie depuis qu'une vague d'attentats meurtriers perpétrés par des Palestiniens a frappé Israël fin mars, deux des assaillants étant originaires de la ville.

«Israël aurait agi en fonction des rapports des services de renseignement indiquant que le PIJ s'apprêtait à lancer un certain nombre d'attaques contre le pays. Ainsi, Israël a voulu porter un grand coup au PIJ», a confié à Arab News Meir Javedanfar, maître de conférences et analyste du Moyen-Orient à l'Université Reichman.

«Partant de cette thèse, il était difficile pour Israël d'éviter cette action. Si vous savez que votre ennemi va attaquer, vous l'en empêcherez, et cela inversera vraiment les rôles.»

Le raisonnement d'Israël n'a cependant pas réussi à convaincre les civils palestiniens qui se trouvaient dans la ligne de mire, ni les opposants de la doctrine militaire de la force préventive, notamment le rapporteur spécial des Nations Unies sur les territoires palestiniens occupés.

Samedi, Francesca Albanese a tweeté: «Je condamne les frappes aériennes d'Israël à Gaza prétendument destinées à ‘dissuader’ le Djihad islamique d'exercer d'éventuelles représailles après l'arrestation de son chef. Le droit international n'autorisant le recours à la force qu'en cas de légitime défense, l'opération ‘Breaking Dawn’ est un acte d'agression flagrant. Illégal. Immoral. Irresponsable.»

Des combattants du Djihad Islamique pénètrent dans un tunnel souterrain dans la bande de Gaza, le 17 avril dernier (Photo, AFP).

En plus du contrecoup diplomatique, le gouvernement israélien, dirigé par Yaïr Lapid – un homme politique sans passé militaire ni expérience à de hauts postes de sécurité – allait tôt ou tard devoir faire face à la détérioration de la situation humanitaire à Gaza.

Il n'y a presque pas eu de reconstruction à Gaza depuis la guerre de mai 2021, et la population reste plongée dans la pauvreté, avec un taux de chômage frôlant les 50%. Israël a fermé son point de passage avec le territoire et, samedi, des rapports ont indiqué que la seule centrale électrique de la région avait été arrêtée après qu'Israël a annulé une livraison de carburant attendue.

Yahya al-Sarraj, le maire de la ville de Gaza, a déclaré dimanche que les services municipaux étaient affectés par le manque d'électricité. «Cela va limiter l'approvisionnement en eau domestique (alors que la consommation est maximale en juillet et en août)», a-t-il dit. «Les eaux usées brutes seront déversées dans la mer parce que les centrales ne fonctionnent pas à pleine capacité.»

Évidemment, les patrons du PIJ à Téhéran n'ont pas perdu de vue le potentiel d'un coup de propagande. L'agence de presse iranienne Fars a cité le président Ebrahim Raisi qui aurait dit: «La résistance de la population de Gaza accélérera le déclin de ce régime (sioniste) tueur d'enfants.»

Le président iranien Ebrahim Raisi rencontre Ziyad Nakhaleh, secrétaire général du Djihad islamique palestinien (PIJ), à Téhéran, le 4 août 2022 (Photo, WANA via Reuters).

Sur un autre plan, la télévision d'État iranienne a rapporté samedi les propos du général Hossein Salami, chef du corps des Gardiens de la Révolution islamique: «Les Israéliens paieront encore un lourd tribut pour leur dernier crime.»

Plus tôt, l'agence de presse iranienne Tasnim avait également rapporté les paroles de Salami: «Au Liban, plus de cent mille missiles sont prêts à être tirés et à créer un enfer pour les sionistes.»

Javedanfar considère le lien entre le PIJ et l'Iran comme une deuxième raison probable de la décision d'Israël de sévir contre le groupe. «Étant donné que les attaques israéliennes ont eu lieu lorsque le chef du PIJ se trouvait à Téhéran, le contexte iranien de l'opération actuelle ne peut être négligé», a-t-il révélé à Arab News.

Des Palestiniens se rassemblent dans le camp de réfugiés de Burj al-Barajneh, au Liban, le 7 août 2022, pour soutenir la marche du groupe Djihad islamique dans sa lutte contre Israël. (Anwar Amro/AFP)

«Le PIJ est un mandataire iranien, beaucoup plus que le Hamas ne l'est, et il est plus dépendant de l'Iran que le Hamas. Israël refuse que l'Iran dicte les règles du jeu à travers son mandataire à Gaza. Je pense qu'Israël essaie de limiter les moyens dont dispose l'Iran pour compromettre la sécurité d'Israël à Gaza et en Syrie.»

«Israël ne s'intéresse pas à un plus grand conflit à Gaza, mais n'hésitera pas non plus à s'y engager», avait menacé le Premier ministre israélien, Lapid. Un conflit plus large exposerait certainement Israël non seulement à des pertes civiles plus importantes, mais aussi à une plus grande pression politique, qui pourrait notamment être exercée par les signataires arabes des accords d'Abraham.

Dans le meilleur des cas pour Israël, l'aile militaire du PIJ aurait été décapitée, la tempête diplomatique se serait rapidement dissipée et le nombre de victimes civiles à Gaza n'aurait pas augmenté. Mais, étant donné l'ombre que le conflit israélo-palestinien continue de projeter sur les nouveaux alignements géopolitiques au Moyen-Orient, Israël aurait très bien pu gagner la bataille mais aurait perdu la guerre.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com