Somalie: le porte-parole du gouvernement blessé lors d'une attaque des shebab

Des soldats du gouvernement regardent la scène de l'attentat suicide à la bombe à Mogadiscio le 16 janvier 2022.(AFP)
Des soldats du gouvernement regardent la scène de l'attentat suicide à la bombe à Mogadiscio le 16 janvier 2022.(AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 16 janvier 2022

Somalie: le porte-parole du gouvernement blessé lors d'une attaque des shebab

  • L'attaque de dimanche a eu lieu alors que la Somalie doit reprendre son processus électoral
  • Il a échappé à plusieurs attaques contre des hôtels où il résidait, dont une en 2019 qui avait touché un grand hôtel et avait été suivie d'un siège de près de 22 heures

MOGADISCIO : Le porte-parole du gouvernement somalien a été blessé dimanche dans une attaque-suicide des shebab contre sa voiture à Mogadiscio, ont affirmé les services du Premier ministre et la police de ce pays instable, où les élections maintes fois retardées devaient reprendre ce week-end.

"Le porte-parole du gouvernement fédéral somalien a été blessé dans une attaque terroriste, ses blessures ne sont pas graves et nous lui souhaitons un prompt rétablissement", a déclaré le bureau du Premier ministre dans un bref communiqué.

Selon une source policière et des témoins, l'assaillant a tenté de s'accrocher à la voiture du porte-parole Mohamed Ibrahim Moalimuu avant de faire exploser sa bombe, détruisant partiellement le véhicule. 

"Un kamikaze a sauté sur le véhicule transportant le porte-parole du gouvernement Mohamed Ibrahim qui a eu de la chance de survivre et d'avoir des blessures légères", a affirmé Mohamed Farah, un policier présent sur le lieu de l'attaque.

"Deux autres personnes ont été blessées par l'explosion", a-t-il ajouté. 

Des témoins ont confirmé que l'assaillant, qui est décédé, s'était appuyé sur la voiture avant qu'une forte explosion ne retentisse.

L'attaque a été revendiquée par les shebab.

Porte-parole du gouvernement et conseiller du Premier ministre depuis plus d'un an, M. Moalimuu est un ancien journaliste de la BBC et ancien secrétaire général de l'Union nationale des journalistes somaliens (UNSOJ). 

Il a échappé à plusieurs attaques contre des hôtels où il résidait, dont une en 2019 qui avait touché un grand hôtel et avait été suivie d'un siège de près de 22 heures. 

Tensions politiques 

L'attaque de dimanche a eu lieu alors que la Somalie doit reprendre son processus électoral, enlisé depuis un an, sur fond de tensions entre le président Mohamed Abdullahi Mohamed, plus connu sous le surnom de Farmajo, et le Premier ministre Mohamed Hussein Roble. 

Président depuis 2017, Farmajo a vu son mandat expirer le 8 février 2021 en ayant failli à organiser des élections. L'annonce mi-avril de la prolongation de son mandat pour deux ans avait provoqué des affrontements armés à Mogadiscio.

Dans un geste d'apaisement, le chef de l'Etat avait chargé le Premier ministre d'organiser les élections. Mais dans les mois qui ont suivi, les accrochages entre les deux hommes se sont intensifiés, faisant craindre que leur différend ne dégénère en violences généralisées.

En décembre, Farmajo a suspendu M. Roble. Celui-ci a aussitôt accusé le président de "tentative de coup d'Etat" et défié son autorité, tandis que l'opposition appelait Farmajo à démissionner.

Il y a une semaine, M. Roble et les dirigeants régionaux ont conclu un accord pour achever les élections parlementaires d'ici au 25 février. Farmajo a affirmé son soutien à cet accord.

"La seule solution que nous avons pour ce pays est de tenir les élections, donc moi-même ainsi que le reste des dirigeants des Etats régionaux devons prendre des mesures vigoureuses afin de tenir et de finaliser les élections dans les temps", a déclaré M. Roble samedi. 

Le Premier ministre a insisté sur le fait que, selon l'accord, le processus électoral devait "reprendre" le jour même, le 15 janvier. 

Un nouveau président a été élu samedi à la tête de la commission électorale. Dimanche, les avancées se sont limitées à la publication par l'Etat du Puntland d'une liste de dix sièges pour lesquels le vote aura lieu entre le 22 et le 25 janvier. D'autres Etats ont ces derniers jours publié une liste similaire.   

Selon le complexe système électoral somalien, les assemblées des cinq Etats du pays et des délégués investis par une myriade de clans et de sous-clans choisissent les législateurs qui, à leur tour, désignent le président.

Les élections pour la Chambre haute sont terminées dans tous les Etats, à l'exception de celui de Galmudug, et les votes ont commencé début novembre pour la chambre basse.

De nombreux observateurs estiment que la crise au sommet de l'Etat et l'impasse électorale détournent l'attention de problèmes plus importants de la Somalie, comme l'insurrection des shebab.

Ce mouvement lié à Al-Qaïda cherche à renverser le fragile gouvernement fédéral somalien, soutenu par la communauté internationale, et contrôlent de vastes territoires dans les zones rurales tout en menant des attaques jusque dans la capitale.

Lundi, ils ont revendiqué un attentat-suicide à la voiture piégée, qui a fait plus de quatre morts à Mogadiscio.


Ukraine: l'armée russe confirme la conquête de la localité clé de Lyman

Cette image satellite publiée par Maxar Technologies le 27 mai montre des obusiers automoteurs en position de tir au nord de Lyman, en Ukraine, le 26 mai 2022. (PHOTO AFP / IMAGE SATELLITE ©2022 MAXAR TECHNOLOGIES)
Cette image satellite publiée par Maxar Technologies le 27 mai montre des obusiers automoteurs en position de tir au nord de Lyman, en Ukraine, le 26 mai 2022. (PHOTO AFP / IMAGE SATELLITE ©2022 MAXAR TECHNOLOGIES)
Short Url
  • «La ville de Lyman a été entièrement libérée des nationalistes ukrainiens», a déclaré dans un communiqué le ministère russe de la Défense
  • Il a ainsi confirmé une annonce faite la veille par les séparatistes prorusses de cette «république» autoproclamée de l'Est ukrainien

MOSCOU : L'armée russe a confirmé samedi la conquête de la localité clé de Lyman, dans l'est de l'Ukraine, un carrefour qui ouvre la route vers les grandes villes de Sloviansk et Kramatorsk.

"A l'issue des actions communes des unités de la milice de la République populaire de Donetsk et des forces armées russes, la ville de Lyman a été entièrement libérée des nationalistes ukrainiens", a déclaré dans un communiqué le ministère russe de la Défense.

Il a ainsi confirmé une annonce faite la veille par les séparatistes prorusses de cette "république" autoproclamée de l'Est ukrainien.

Lyman est un important noeud ferroviaire situé au nord-est de la ville symbole de Sloviansk, reprise aux séparatistes prorusses par Kiev en 2014, et de Kramatorsk, la capitale de la partie de la région de Donetsk (est) sous contrôle ukrainien.

La prise de Lyman permettrait de lever un obstacle vers Sloviansk, puis Kramatorsk, tout en marquant un progrès dans la tentative d'encercler Severodonetsk et Lyssytchansk, deux autres importantes villes ukrainiennes situées plus à l'est.


Effondrement d'un immeuble en Iran: une manifestation dispersée avec des lacrymogènes

Une photo fournie par la présidence iranienne montre le vice-président iranien Mohammad Mokhber (au centre) visitant le site où un immeuble de dix étages s'est effondré dans la ville d'Abadan, dans le sud-ouest du pays, le 27 mai 2022. (AFP).
Une photo fournie par la présidence iranienne montre le vice-président iranien Mohammad Mokhber (au centre) visitant le site où un immeuble de dix étages s'est effondré dans la ville d'Abadan, dans le sud-ouest du pays, le 27 mai 2022. (AFP).
Short Url
  • Lundi, l'immeuble Metropol de 10 étages, en construction à Abadan, l'une des principales villes de la province du Khouzestan, s'est partiellement écroulé au coeur d'une rue très fréquentée
  • Des manifestations nocturnes ont lieu depuis mercredi à Abadan et d'autres villes du Khouzestan pour réclamer des poursuites à l'encontre des responsables de cette catastrophe, l'une les plus meurtrières depuis des années en Iran

TEHERAN : La police iranienne a fait usage de gaz lacrymogènes et a tiré des coups de semonce pour disperser une manifestation dans le sud-ouest du pays après l'effondrement d'un immeuble ayant fait 28 morts, ont rapporté samedi des médias locaux.

Lundi, l'immeuble Metropol de 10 étages, en construction à Abadan, l'une des principales villes de la province du Khouzestan, s'est partiellement écroulé au coeur d'une rue très fréquentée.

Des manifestations nocturnes ont lieu depuis mercredi à Abadan et d'autres villes du Khouzestan pour réclamer des poursuites à l'encontre des responsables de cette catastrophe, l'une les plus meurtrières depuis des années en Iran.

D'autres ont également eu lieu vendredi dans plusieurs villes du centre de l'Iran, dont Ispahan, Yazd et Shahin, en solidarité avec les familles des victimes, a rapporté l'agence de presse Fars.

Vendredi soir à Abadan, les forces de sécurité ont "fait usage de gaz lacrymogènes et ont tiré des coups de semonce" pour disperser des centaines de manifestants qui se trouvaient près du site de l'effondrement, a indiqué l'agence.   

"Mort aux fonctionnaires incompétents", scandaient certains protestataires, toujours selon Fars.

Samedi, le bilan s'élevait à 28 morts après la découverte de deux cadavres, a indiqué le ministre de l'Intérieur Ahmad Vahidi, selon l'agence de presse d'Etat Irna. 

Selon des responsables, 37 personnes ont également été blessées.

La justice locale a annoncé l'arrestation de 13 personnes, dont le maire d'Abadan et deux anciens maires, accusés d'être "responsables" du drame.

Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a présenté ses condoléances aux habitants d'Abadan, appelant à poursuivre et punir les responsables de cette tragédie.

En 2017, l'effondrement dans le centre de Téhéran du Plasco Building, un centre commercial de 15 étages datant du début des années 1960, avait fait 22 morts, dont 16 pompiers.


La Russie annonce un nouveau tir réussi de missile hypersonique

L'armée russe a annoncé samedi avoir effectué avec succès un nouveau tir d'essai du missile de croisière hypersonique Zircon (Photo, AFP).
L'armée russe a annoncé samedi avoir effectué avec succès un nouveau tir d'essai du missile de croisière hypersonique Zircon (Photo, AFP).
Short Url
  • D'une portée maximale d'environ 1 000 kilomètres, celui-ci doit équiper les navires de surface et les sous-marins de la flotte russe
  • La Russie, qui a lancé le 24 février une offensive en Ukraine, a annoncé en mars y avoir utilisé des missiles hypersoniques -- «Kinjal»

MOSCOU: L'armée russe a annoncé samedi avoir effectué avec succès un nouveau tir d'essai du missile de croisière hypersonique Zircon, au moment où Moscou intensifie son offensive en Ukraine.

Le missile Zircon a été tiré depuis la frégate Amiral Gorchkov, en mer de Barents, vers une cible dans les eaux de la mer Blanche, dans l'Arctique, a indiqué le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

La cible située à un millier de kilomètres "a été visée avec succès", selon la même source.

Le tir a été effectué dans le cadre des "essais de nouvelles armes" russes, ajoute le communiqué.

Le premier tir officiel d'un Zircon remonte à octobre 2020, le président Vladimir Poutine ayant alors salué un "grand évènement". D'autres essais ont eu lieu depuis, notamment à partir de la frégate Amiral Gorchkov et depuis un sous-marin immergé.

D'une portée maximale d'environ 1 000 kilomètres, celui-ci doit équiper les navires de surface et les sous-marins de la flotte russe.

La Russie, qui a lancé le 24 février une offensive en Ukraine, a annoncé en mars y avoir utilisé des missiles hypersoniques -- "Kinjal", un recours en combat qui a semblé être une première, Moscou n'ayant jusque-là jamais fait état de l'emploi de ce type d'armes, sauf pour des essais.

Les missiles balistiques hypersoniques "Kinjal" et ceux de croisière "Zircon" appartiennent à une famille de nouvelles armes développées par la Russie et que M. Poutine qualifie d'"invincibles".