Des marins étrangers victimes de travail forcé à bord de dangereux navires iraniens

Fortune, un pétrolier battant pavillon iranien, arrive à la raffinerie d’El Palito à Puerto Cabello, à Carabobo, au Venezuela, le 25 mai 2020. (Ministère vénézuélien du Pouvoir populaire pour la communication et l’information/AFP)
Fortune, un pétrolier battant pavillon iranien, arrive à la raffinerie d’El Palito à Puerto Cabello, à Carabobo, au Venezuela, le 25 mai 2020. (Ministère vénézuélien du Pouvoir populaire pour la communication et l’information/AFP)
Short Url
Publié le Samedi 15 janvier 2022

Des marins étrangers victimes de travail forcé à bord de dangereux navires iraniens

  • Le Washington Post a interrogé des dizaines de marins qui disent être envoyés en Iran, privés de nourriture et parfois contraints de transporter de la drogue et des marchandises interdites
  • La main-d’œuvre indienne est particulièrement attrayante pour les entreprises iraniennes qui ont du mal à recruter

LONDRES: Les entreprises maritimes iraniennes collaborent avec des sociétés de recrutement internationales pour forcer un grand nombre de marins indiens à venir travailleren Iran dans des conditions dangereuses, en contrepartie de salaires dérisoires ou carrément inexistants, rapporte le Washington Post.

Des milliers d’hommes indiens seraient attirés chaque année en Iran par des recruteurs qui leur promettent des salaires et de l’expérience sur des navires de renom, ou leur font mêmeparfois des propositions alléchantes dans d’autres pays du Moyen-Orient.

Le quotidien a interrogé des dizaines de marins qui disent être envoyés en Iran, privés de nourriture et parfois contraints de transporter de la drogue et des marchandises interdites.

Ashkay Kumar, un jeune homme de 24 ans, originaire de Delhi, déclare: «Ils prennent les marins pour cible et recourent à leurs services sans leur payer de salaire. Ce n’est qu’un très gros piège. Ils nous contraignent à travailler comme des esclaves.»

Ashwani Pandit, quant à lui, a dû s’endetter pour payer 2 600 dollars américains (1 dollar = 0,88 euro) à un recruteur afin d’obtenir un emploi à bord d’un navire qu’il pensait être à Dubaï.

Il a été très surpris de recevoir un billet d’avion et un visa pour l’Iran.

Il a découvert la supercherie en dernière minute, mais s’est vu refuser le remboursement. Il n’a eu d’autre choix que de se rendre en Iran, où il a travaillé pendant sept mois sur un petit cargo transportant de l’urée et du fer vers l’Irak.

«Mes amis travaillant sur des navires en Iran m’ont prévenu que les entreprises là-bas ne payent pas de salaires. Il m’est arrivé la même chose», précise-t-il.

Des dizaines d’autres affirment avoir payé des milliers de dollars à des recruteurs en contrepartie d’emplois et de visas, seulement pour découvrir qu’ils sont envoyés en Iran, plutôt que dans un pays plus prisé du Moyen-Orient.

M. Pandit a quitté l’Iran les mains vides en août 2020. En effet, son employeur a refusé de lui délivrer un visa de sortie avant qu’il ne signe un contrat où il accepte de ne recevoir aucune rémunération pour son travail.

Les Indiens représentent une part importante des travailleurs maritimes dans le monde. Environ 316 000 marins – soit 20% de la main-d’œuvre mondiale totale – sont originaires d’Inde.

La main-d’œuvre indienne est particulièrement attrayante pour les entreprises iraniennes qui ont du mal à recruter. Les sanctions paralysantes imposées au pays rendent le processus d’embauche plus difficile.

Andy Bowerman, directeur régional pour le Moyen-Orient et l’Asie du Sud au sein de l’association caritative Mission to Seafarers, explique au Washington Post: «Des liens étroits unissent l’Iran et l’Inde. C’est donc particulièrement attrayant en matière d’obtention de visas.»

«Beaucoup de gens désespérés accepteront un contrat, en sachant ou non qu’il comprend des risques», poursuit-il.

Beaucoup de personnes travaillant sur des navires iraniens risquent également d’être entraînées dans des événements géopolitiques bien au-delà de leur contrôle.

Jamil Akhtar, 29 ans, est un jeune homme originaire de Mumbai. Il faisait partie d’un groupe de marins qui ont travaillé sur des navires de contrebande de carburant et d’autres produits iraniens soumis à des restrictions en vertu des sanctions américaines.

Selon lui, son pétrolier, surpris en flagrant délit de transport de carburant iranien fin 2020, a été saisi par les autorités émiraties et est resté ancré au port pendant des mois.

Puis, en juillet, quatre personnes portant des lunettes et des masques noirs sont montées à bord du navire, munies de fusils. Elles ont menotté les membres de l’équipage, menaçant de tirer sur quiconque se déplacerait.

Les membres de l’équipage ont été tenus en otage pendant que le pétrolier naviguait vers Bandar Abbas, en Iran. Ils ont ensuite été libérés par l’ambassade indienne locale qui les a aidés à rentrer chez eux.

Selon les enquêteurs, le Corps des gardiens de la révolution islamique serait probablement à l’origine de l’enlèvement.

 

 Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Djokovic quitte l'Australie après sa défaite judiciaire

Cette capture d'écran prise de l'AFPTV montre le Serbe Novak Djokovic (3e L) se préparant à quitter l'aéroport de Melbourne à Melbourne le 16 janvier 2022, après avoir perdu une bataille juridique sensationnelle sur son statut de vaccination contre le coronavirus.(AFP)
Cette capture d'écran prise de l'AFPTV montre le Serbe Novak Djokovic (3e L) se préparant à quitter l'aéroport de Melbourne à Melbourne le 16 janvier 2022, après avoir perdu une bataille juridique sensationnelle sur son statut de vaccination contre le coronavirus.(AFP)
Short Url
  • Escorté dans les couloirs de l'aéroport de Melbourne par la police fédérale australienne, Djokovic a pris place dans un avion à destination de Dubaï
  • Trois juges de la Cour fédérale d'Australie ont scellé dimanche le sort de "Djoko", en rejetant son recours contre l'annulation de son visa et son expulsion du pays

MELBOURNE : Venu à Melbourne pour marquer encore plus l'histoire du tennis, Novak Djokovic a dû quitter l'Australie dimanche sans avoir disputé un seul match et après avoir perdu une bataille judiciaire qui pourrait écorner durablement son image.

Escorté dans les couloirs de l'aéroport de Melbourne par la police fédérale australienne, Djokovic a pris place dans un avion à destination de Dubaï, a constaté une journaliste de l'AFP à bord de ce vol.

Le N.1 mondial et ses entraîneurs ont quitté Melbourne à 22h51 (12h51 françaises, 11h51 GMT) et devraient arriver à Dubai lundi vers 05h00 locales, sans que l'on sache quelle sera sa destination finale.

Ce départ sans gloire, alors qu'il aspirait à un dixième titre à l'Open d'Australie et à un 21e titre en Grand Chelem, synonyme de record, est l'épilogue d'un feuilleton de onze jours mêlant politique et diplomatie sur fond d'opposition à la vaccination anti-Covid. 

Trois juges de la Cour fédérale d'Australie ont scellé dimanche le sort de "Djoko", en rejetant son recours contre l'annulation de son visa et son expulsion du pays.

"La Cour ordonne que le recours soit rejeté aux frais du demandeur", a simplement déclaré le président de la Cour James Allsop.

"Je suis extrêmement déçu", a réagi Djokovic dans un communiqué.

"Je vais maintenant prendre du temps pour me reposer et récupérer", a souligné le joueur, dont la carrière, au moins en Australie, pourrait pâtir lourdement de ce revers, puisqu'une annulation de visa est assortie d'une interdiction de trois ans de territoire australien.

Devant la Cour, ses avocats ont qualifié le placement en rétention de leur client et son expulsion d'"illogiques", "irrationnelles" et "déraisonnables". Sans convaincre les trois juges de la Cour fédérale qui ont rejeté le recours à l'unanimité.

 « Sentiment anti-vaccination »

Dans ses conclusions déposées samedi devant cette même Cour, le ministre de l'Immigration Alex Hawke avait soutenu que la présence en Australie de Djokovic, qui n'a jamais fait mystère de son opposition à la vaccination anticovid, était "susceptible de représenter un risque sanitaire".

Selon lui, elle encourageait "le sentiment anti-vaccination" et pouvait dissuader les Australiens de se faire injecter leur dose de rappel, alors que le variant Omicron se répand à grande vitesse dans le pays.

Novak Djokovic avait été bloqué à son arrivée en Australie le 5 janvier et placé en rétention administrative. 

Le joueur, qui a contracté le Covid-19 en décembre, espérait bénéficier d'une exemption pour entrer dans le pays sans être vacciné, mais les autorités n'avaient pas accepté cette explication.

Le gouvernement australien avait subi un humiliant revers le 10 janvier quand un juge avait bloqué l'expulsion de Djokovic, rétabli son visa et ordonné sa libération immédiate du centre de rétention au confort sommaire où il avait placé.

Mais le ministre de l'Immigration avait contre-attaqué vendredi et annulé son visa pour la deuxième fois en vertu de ses pouvoirs discrétionnaires, invoquant "des raisons sanitaires et d'ordre public".

« Grands sacrifices »

Le gouvernement australien s'est félicité dimanche de sa victoire judiciaire, en pleine campagne électorale dans un pays dont les habitants ont enduré pendant près de deux ans des restrictions anti-Covid parmi les plus strictes au monde.

"La politique ferme de protection des frontières de l'Australie nous a maintenus en sécurité pendant la pandémie", a affirmé le ministre de l'Immigration, Alex Hawke, dans un communiqué.

"Les Australiens ont fait de grands sacrifices pour en arriver là et le gouvernement Morrison est fermement décidé à protéger cette position" a-t-il ajouté. 

En Serbie, où Djokovic est considéré comme un héros national, la décision australienne a soulevé l'indignation.

"Ils se sont humiliés eux-mêmes, Djokovic peut revenir dans son pays la tête haute et regarder tout le monde droit dans les yeux", s'est emporté le président Aleksandar Vucic à propos des dirigeants australiens.

« Décision scandaleuse »

"Malgré cette décision scandaleuse, nous estimons que Novak est sorti à nouveau vainqueur", a renchéri le comité olympique serbe.

Pour l'ATP, qui gère le circuit professionnel masculin, la décision de la justice australienne "met un terme à une série d'événements profondément regrettables".

Elle a aussi rappelé que Djokovic était "l'un des plus grands champions de notre sport et son absence à l'Open d'Australie est une perte pour le tennis".

Parmi les joueurs, Vasek Pospisil, un proche de "Djoko", l'a défendu en rappelant que "Novak ne serait jamais allé en Australie s'il n'avait pas reçu du gouvernement une exemption pour entrer dans ce pays".

"Je n'aime pas qu'il se retrouve dans cette situation et je n'aime pas le fait qu'il a été placé en détention", a regretté de son côté Andy Murray, tandis que Miomir Kecmanovic, le joueur serbe que devait affronter lundi Djokovic, espère "venger le meilleur représentant (de la Serbie) qui a été empêché d'être ici".

Le fiasco australien de Djokovic fait au moins un heureux, l'Italien Salvatore Caruso (150e mondial) qui, profitant de son statut de "lucky loser" (éliminé en qualifications mais repêché grâce à ce forfait), va le remplacer dans le tableau de l'Open d'Australie et jouera lundi dans la soirée à sa place.

"C'est une situation un peu particulière d'être en ce moment le +lucky loser+ le plus célèbre de l'histoire", a-t-il constaté. 

 


Birmanie: des centaines de moines fuient les combats entre armée et factions rebelles

Des nonnes allument des bâtons d'encens à la pagode Shwedagon lors du festival Thadingyut, qui se tient le jour de la pleine lune du mois lunaire birman de Thadingyut, à Yangon, le 20 octobre 2021.(AFP)
Des nonnes allument des bâtons d'encens à la pagode Shwedagon lors du festival Thadingyut, qui se tient le jour de la pleine lune du mois lunaire birman de Thadingyut, à Yangon, le 20 octobre 2021.(AFP)
Short Url
  • Les Nations unies estiment que la moitié de la population de Loikaw a été contrainte de partir et que près de 90.000 personnes de l'État de Kayah ont fui
  • A Loikaw, dans l'Etat de Kayah, une trentaine de monastères ont été abandonnés, leurs occupants quittant la ville à bord de dizaines de camions

RANGOUN : Des centaines de moines ont fui leur monastère dans l'est de la Birmanie pour échapper à d'intenses combats entre l'armée et des groupes rebelles anti-junte, ont rapporté dimanche des témoins à l'AFP. 

A Loikaw, dans l'Etat de Kayah, une trentaine de monastères ont été abandonnés, leurs occupants quittant la ville à bord de dizaines de camions, d'après l'un de ces témoins sous couvert d'anonymat. 

Non loin de là, de nombreux moines ont aussi fui l'agglomération de Demoso, a-t-il ajouté.

Ces deux villes, situées à 200 kilomètres à l'est de la capitale Naypyidaw, sont depuis plusieurs jours le théâtre de violents combats entre rebelles et forces armées. Ces dernières ont lancé des frappes aériennes et procédé à des tirs d'artillerie.

Les Nations unies estiment que la moitié de la population de Loikaw a été contrainte de partir et que près de 90.000 personnes de l'État de Kayah ont fui. Des médias locaux chiffrent, eux, à plus de 170.000 le nombre de déplacés. 

« Désertée »

A Loikaw, des combattants rebelles ont investi des églises et des maisons abandonnées. Ils ont aussi forcé les portes d'une prison pour tenter d'inciter les détenus à les rejoindre, a indiqué un membre de la police locale. "La ville est désertée. La situation est très compliquée".

"Il a été difficile de prendre la décision de partir, mais nous devions le faire. Il était impossible de rester", a raconté un moine qui a rejoint une communauté isolée de l'État Shan (est).

Une quinzaine de prêtres ont aussi pris la fuite.

La Birmanie a sombré dans le chaos depuis le coup d'Etat militaire du 1er février 2021 qui a renversé Aung San Suu Kyi et mis fin à une décennie de transition démocratique.

Des factions ethniques rebelles secondées par des milices citoyennes ont pris les armes contre la junte et les combats se sont intensifiés dans l'est du pays depuis la fin de la mousson et l’arrivée de la saison sèche.

La veille de Noël, dans l'État de Kayah, au moins 35 personnes ont été tuées, leurs corps brûlés, un massacre imputé aux militaires.

Le rapporteur spécial des Nations unies sur la Birmanie, Tom Andrews, a exhorté le chef de la junte, Min Aung Hlaing, à "mettre fin aux attaques aériennes et terrestres" lancées contre Loikaw et à "laisser passer l'aide humanitaire". 

Depuis le coup d’État, la communauté internationale n’a pas beaucoup de marge de manœuvre pour tenter de résoudre la crise. La junte fait la sourde oreille aux appels de l'ONU et de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (Asean). 

Et, alors que la situation sanitaire et humanitaire est critique, les militaires bloquent l’acheminement de l’aide et des fournitures médicales dans les régions où la résistance est forte, selon l'ONG Human Rights Watch.

Plus de 1.400 civils ont été tuées par les forces de sécurité depuis le putsch et plus de 11.000 ont été arrêtés, d'après une ONG locale.

Aung San Suu Kyi, déjà condamnée à six ans de prison, risque des décennies de détention au terme de son procès. Âgée de 76 ans, elle est tenue au secret par les généraux depuis près d'un an.


L'OMS va continuer à demander l'accès de l'aide au Tigré malgré la plainte éthiopienne

Les personnes qui ont fui la guerre de May Tsemre, Addi Arkay et Zarima se rassemblent dans un camp de déplacés internes (IDP) construit temporairement pour recevoir leurs premiers sacs de blé du Programme alimentaire mondial (PAM) à Debark, à 90 kilomètres de la ville de Gondar, Éthiopie, le 15 septembre 2021. (AFP)
Les personnes qui ont fui la guerre de May Tsemre, Addi Arkay et Zarima se rassemblent dans un camp de déplacés internes (IDP) construit temporairement pour recevoir leurs premiers sacs de blé du Programme alimentaire mondial (PAM) à Debark, à 90 kilomètres de la ville de Gondar, Éthiopie, le 15 septembre 2021. (AFP)
Short Url
  • L’Éthiopie a demandé jeudi  l'ouverture d'une enquête pour « forfaiture »à l'encontre du directeur général de l'OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, pour ses commentaires sur la situation humanitaire au Tigré, dont il est lui-même originaire
  • Le gouvernement éthiopien accuse le Dr Tedros de soutenir le Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF), parti qui a dirigé l'Ethiopie durant près de 30 ans, jusqu'à l'arrivée au pouvoir de l'actuel Premier ministre Abiy Ahmed

GENÈVE : L'Organisation mondiale de la santé (OMS) reste décidée à réclamer l'accès de l'aide humanitaire au Tigré, région du nord de l'Ethiopie en guerre depuis plus d'un an, en dépit de la plainte déposée par l'Ethiopie contre son patron.

Le gouvernement éthiopien a demandé jeudi  l'ouverture d'une enquête pour "forfaiture" à l'encontre du directeur général de l'OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, pour ses commentaires sur la situation humanitaire au Tigré, dont il est lui-même originaire. 

L'OMS a affirmé dimanche être "au courant que le ministre éthiopien des Affaires étrangères avait envoyé une note verbale".

Mais, l'OMS "va continuer à demander au gouvernement éthiopien d'autoriser l'accès de l'aide humanitaire aux sept millions de personnes qui vivent au Tigré, en Ethiopie, et subissent de fait un blocus, depuis plus d'un an, selon l'ONU", a insisté l'organisation.

Le gouvernement a estimé jeudi dans un communiqué que des déclaration du Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus menaçaient l'intégrité de l'OMS, en appelant à l'ouverture d'une enquête contre lui pour "forfaiture et violation de sa responsabilité professionnelle et légale". 

"Nulle part ailleurs dans le monde nous assistons à un enfer comme au Tigré", avait affirmé plus tôt dans la journée le directeur général de l'OMS.

Il est "épouvantable et inimaginable à notre époque, au 21e siècle, qu'un gouvernement refuse à son propre peuple, depuis plus d'un an, l'accès à la nourriture, aux médicaments et à tout ce qu'il faut pour survivre", avait-il ajouté en appelant à une résolution "politique et pacifique" du conflit.

Le Dr Tedros "s'est immiscé dans les affaires intérieures de l'Ethiopie, y compris dans les relations de l'Ethiopie avec l'Etat d'Erythrée", a dénoncé le ministère éthiopien des Affaires étrangères, citant un courrier envoyé à l'OMS.

Le gouvernement éthiopien accuse le Dr Tedros de soutenir le Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF), parti qui a dirigé l'Ethiopie durant près de 30 ans, jusqu'à l'arrivée au pouvoir de l'actuel Premier ministre Abiy Ahmed.

La mission de l'Ethiopie aux Nations unies a également protesté contre les propos tenus par le chef de l'OMS et l'a appelé à "se récuser de tout sujet concernant l'Ethiopie".

La crise au Tigré fait l'objet d'un traitement similaire à celui de toutes les crises humanitaires où l'OMS est amenée à intervenir, a rappelé dimanche l'organisation, en précisant ne pas avoir pu y apporter de matériel médical depuis le 15 juillet 2021.

Abiy Ahmed, a envoyé en novembre 2020 l'armée fédérale au Tigré pour en destituer les autorités régionales, issues du TPLF, qui contestaient son autorité et qu'il accusait d'avoir attaqué des bases militaires.

Le conflit a fait plusieurs milliers de morts, plus de deux millions de déplacés et plongé des centaines de milliers d'Ethiopiens dans des conditions proches de la famine, selon l'ONU.